mardi 4 avril - par Jeussey de Sourcesûre

Gibraltar, un « casus belli » ?

Quelques jours après que Mme Theresa May ait officiellement fait parvenir à l'Union Européenne les formulaires de demande de divorce, une pandémie brutale a frappé la Grande-Bretagne : la fièvre du Brexit.

Au cours d’un vif échange avec l'Espagne et l'UE à propos du statut de Gibraltar, un ancien chef du parti conservateur Mr Michael, baron Howard de Lympne, a même déclaré que son pays serait prêt à engager une guerre pour défendre le petit territoire britannique à la pointe sud de l'Espagne.

Pour faire bonne mesure, les manchettes de la presse britannique étaient consacrées ce week-end à la « guerre du rocher » et au retour prévu aux vieux passeports britanniques cartonnés pour remplacer le laissez-passer européen de pacotille, qui avait relégué l’identité nationale au rang des accessoires.

Les lecteurs du « Daily Telegraph » ont pu lire que la marine royale, même si elle n’était plus que l’ombre d’elle-même, pourrait encore "paralyser" l'Espagne si nécessaire, la géoposition de Trafalgar ayant été dûment enregistrée dans les archives maritimes. Le « Daily Mail » a titré : "Qui a la plus grande armada ?"

Un chroniqueur du « Sun » a suggéré que Mme May menace d'expulser les 125 000 Espagnols qui vivent en Grande-Bretagne et de taxer le vin de Rioja, si Madrid maintient sa position sur Gibraltar qui a été cédé à la Grande-Bretagne par le Traité d'Utrecht en 1713, mais que l'Espagne entend réintégrer dans son territoire national.

Un professeur de politique européenne et affaires étrangères au King's College à Londres, Mr Anand Menon, a déclaré : "Certaines personnes sont un peu surexcitées et je prendrais tout ce qui a été dit ce week-end avec précaution". Mais, selon lui, l'humeur belligérante d’une partie de la population pourrait avoir un impact négatif sur les résultats du Brexit.

Mme May, le premier ministre qui était au départ une adversaire du Brexit a maintenant deux ans pour régler les termes du divorce avant son entrée en vigueur en mars 2019, une des difficultés les plus importantes qu’aient eu à surmonter les récents premiers ministres britanniques : représenter la Grande-Bretagne face aux nouvelles demandes d'indépendance écossaises, tout en menant des négociations avec 27 autres États de l'UE sur les finances, le commerce, la sécurité et d'autres questions.

Le porte-parole de Mme May a cherché à calmer le jeu en affirmant que Mr Howard « essayait de mettre en évidence la volonté des Britanniques de protéger les droits de Gibraltar et sa souveraineté ». Quand on lui a demandé si cela impliquait en fin de compte d'envoyer un escadron naval pour protéger Gibraltar, comme l'avait fait la Grande-Bretagne aux Malouines il y a 35 ans, il a répondu : "Cela ne se produira pas".

Le résultat des négociations façonnera l'avenir de l'économie britannique, la cinquième du monde, et déterminera si Londres peut rester l'un des deux premiers centres financiers mondiaux.

Pour l'UE, déjà ébranlée par des crises successives au sujet de la dette et des réfugiés, la perte de la Grande-Bretagne est le plus grand coup qu’elle ait encaissé depuis ses soixante années d’existence, mais en Grande-Bretagne, l'ambiance est plutôt jubilatoire.

Dans l’enthousiasme identitaire, un article du « Telegraph » a appelé au retour des unités de mesures "impériales" britanniques en oubliant que les poids et mesures traditionnels coexistent avec le système métrique : la bière est servie dans les pintes mais l'essence en litres.

Mr Kelvin MacKenzie, un chroniqueur qui a été rédacteur en chef du « Sun » de 1981 à 1994, a trouvé une formule forte pour l'Espagne : "Nous entamons seulement les négociations du Brexit mais, pour être honnête, je suis déjà passé de l’affrontement à la guerre dure", a-t-il écrit. "Nos amis en Europe se révèlent rapidement être nos ennemis. Ce n'est que dans l'histoire récente que l'Allemagne et l'Italie ont été de notre côté".

Bon courage Madame May : le flegme légendaire de vos compatriotes semble n’être qu’une légende dans certains milieux, et les médias n’ont apparemment pas l’intention de calmer cette fièvre qui s’est emparée de leurs rédacteurs.



49 réactions


  • agent ananas agent ananas 4 avril 08:41

    Et pendant ce temps là ils nous les cassent avec la Crimée et la chimérique agression russe.
    Hypocrisie !


    • devphil devphil 4 avril 08:53

      @agent ananas

      Manipulation des masses basés sur l’ignorance collective de l’histoire.

      Heureusement que des forces armées se dirigent vers la Russie afin de nous protéger ....

      Heureusement que les forces occidentales sont intervenus en Syrie pour destituer Assad sinon les Russes aurait pris envahit ce pays .....

      On pourrait continuer avec l’Irak , l’Afghanistan , la Libye , et remonter à quelques décennies avec l’Asie et l’Amérique du Sud pour démontrer l’ingérence US dans le monde soit par des déstabilisation financières , politiques ou militaires.

      Mais malgré ces faits indiscutables , les médias continuent leur travail de désinformation sur la Russie , sur Bachar El Assad comme ce fût le cas pour Kadafi , Saddam Hussein.

      Philippe


  • sarcastelle 4 avril 09:00

    les media continuent leur travail de désinformation surla Russie, sur Bachar el Assad comme ce fut le cas pour Kadafi, Saddam Hussein.

    .
    Il ne faut pas confondre la désinformation et l’intervention militaire. Ce n’est pas parce qu’il est déraisonnable d’intervenir dans un pays que ce pays est gouverné de façon sympathique. 

  • covadonga*722 covadonga*722 4 avril 09:14

    yep , mon papy disait 


    si dieu a mis les Anglais sur une île , c’est qu’il avait une foutrement bonne raison !






    • mmbbb 4 avril 19:34

      @covadonga*722 avant qu il ne prenne son repos dominical Dieu crea le plus beau pays la france Mais son acolyte lui fit remarquer : tout le mondre voudra y aller Dieu lui retorqua non je vais mettre les francais


    • covadonga*722 covadonga*722 4 avril 20:32

      @mmbbb
      m’en fout je suis breton     smiley


  • Clocel Clocel 4 avril 09:15

    Il vaudrait mieux que les anglais gardent la main sur le « caillou »...

    Un bateau grand ou petit en difficulté dans ces parages ne peut guère compter que sur les anglais et sur leur efficacité en mer...

    Et des bateaux dans ce coin-là, ça manque pas !

    http://www.marinetraffic.com/fr/ais/home/centerx :-12/centery:25/zoom:4

    Faut avoir été abordé une fois (en voilier) par un navire de guerre espagnol pour savoir de quoi on parle...

    Dans les années 80, Gibraltar était une escale de plaisance charmante.

    Là se regroupaient les voiliers s’apprêtant à faire le grand saut après une dernière escale aux Canaries pour tâter les alizés...
     


  • Croa Croa 4 avril 09:29

    Et si un jour survenait un spainxit nous les français on se récupère Llivia smiley
    *
    Plus sérieusement, acceptons les accidents de l’Histoire qui fait qu’il existe des enclaves où vivent quelques sujets d’une nation à l’intérieur d’une autre. En général ça se passe bien.


  • Tall Tall 4 avril 09:31

    Encore une provoc de la dictature européenne

    L’UE montre son vrai visage de dictature en col-cravate chaque fois qu’’on la contrarie.
    Cette usine à gaz de banksters et technocrates corrompus doit être désintégrée, car il n’y a pas de peuple européen.

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 avril 09:41

      @Tall

      Beaucoup d’états-nations sont constitués de peuples hétérogènes, ce qui est compatibla avec un sentiment national.

      En fait, la contradiction de de l’Europe est de se présenter comme une « union » sans être une nation, ni un état, sans armée et sans lois fédérales ou confédérales.
      L’UE n’est que la forme moderne de la ligue Hanséatique : un contrat d’intérêts entre marchands. Ce qui est nouveau, c’est la contrainte exercée sur les populations géographiquement présentes sur le territoires de ces marchands et la transformation du travail en marchandise.
      Ces conradictions deviennent antinomiques, et, l’équilbre étant rompu, il y aura forcément de la casse.
      Ca commence.

    • Tall Tall 4 avril 10:54

      @Jeussey de Sourcesûre

       
      La vraie nation est basé sur un consensus identitaire dont les racines sont puissantes et profondes : histoire, langue, religion ...
       
      Avant l’UE, l’URSS a déjà essayé d’être une instance supra-nationale, et ça a été l’échec complet après 3 générations où tout a été tenté : éducation et médias sous contrôle, coercition, migrations forcées, tout ... et ils ont même été aidés par les nazis à se souder contre l’ennemi germain .. ils ont d’ailleurs appelé 40-45 la grande guerre patriotique.
       
      Résultat ?
      Brrrooumm ... plus rien, tout s’est effondré ... il ne reste que les nationalismes et les popes sont toujours bien là. Poutine a parfaitement pigé le truc.

    • pemile pemile 4 avril 11:20

      @Tall "La vraie nation est basé sur un consensus identitaire dont les racines sont puissantes et profondes : histoire, langue, religion "

      Comme ente un alsacien et un allemand, entre un corse et un sicilien, ou un basque français et espagnol ?


    • Tall Tall 4 avril 11:25

      @pemile

       
      Oui, justement ... vous citez là des exemples qui ont posé ou posent encore parfois des problèmes, avec des adaptations locales nécessaires, qu’elles soit législatives ou coutumières.

    • pemile pemile 4 avril 11:28

      @Tall "vous citez là des exemples qui ont posé ou posent encore parfois des problèmes, avec des adaptations locales nécessaires, qu’elles soit législatives ou coutumières."

      Ca peut marcher pour une nation, mais pas pour une fédération européenne ?


    • Tall Tall 4 avril 11:32

      Ce n’est pas un hasard si les Corses et les Basques ont eu des mouvementss indépendantistes violents, sans oublier la mafia sicilienne qui, à l’origine, rejetait l’autorité de Rome.

       
      En Belgique, il y a l’exemple de la Flandre aussi, que je connais bien, et qui a déjà transformé l’Etat en coquille semi-vide, genre confédéral. Et qu’est-ce qui identifie la Flandre ?
      Langue néerlandaise + religion catholique.
      Au nord, les Hollandais sont protestants. A l’ouest et au sud, ce sont des francophones.

    • Tall Tall 4 avril 11:37

      @pemile

       
      Non, c’est beaucoup trop disparate, et sans aucune autorité dominante pour forcer un peu les choses, si besoin. L’histoire commune, ce sont 2000 ans de guerres entre tous ces peuples qui parlent des tas de langues différentes, et sont de confessions religieuse différentes.
      Entre les cathos et les protestants d’Irlande, ça se massacrait encore il y a quelques décennies.
       
      Et on n’a pas besoin d’UE, des accords commerciaux, ça suffit
      Pour la paix, on a disuassion nucléaire, et ça marche

    • pemile pemile 4 avril 11:54

      @Tall « Entre les cathos et les protestants d’Irlande, ça se massacrait encore il y a quelques décennies. »

      La preuve que la nation n’est pas une solution miracle !

      « Pour la paix, on a disuassion nucléaire, et ça marche  »

      Qu’on va partager avec à nos voisins européens  ?


    • pemile pemile 4 avril 11:57

      @Tall « Ce n’est pas un hasard si les Corses et les Basques ont eu des mouvementss indépendantistes violents »

      Et donc ? Après avoir sorti la France de l’europe, on va ensuite sortir des régions de la France ?


    • Tall Tall 4 avril 12:06

      @pemile


      Après avoir sorti la France de l’europe, on va ensuite sortir des régions de la France ?
       
      Non parce que là, le consensus patriotique est suffisant .. un bon repère, c’est le foot : la coupe du monde.
       
      Et j’arrête ici, parce que je ne vais pas encore jésuiter jusqu’à ce soir ..j’ai dit l’essentiel. Ou alors, il faudrait écrire un livre.

    • JP94 4 avril 18:31

      @Tall
      Non il existe un profond sentiment de fraternité entre le 118 nationalités de l’URSS ; qui a survécu dans les frontières, et même au -delà, je le constate dans tout ce que j’entends.

      A l’inverse dans l’UE, le vernis craque et de partout. On nous chante qu’elle est un symbole de paix et serait unie... alors que sitôt qu’un pays résiste à ma mainmise de l’UE ou à ses diktats, il est mis au ban par les chefs de l’UE. Et même entre les peuples, ce n’est pas la franche amitié : que n’ai-je entendu le jour du Brexit ! et sur d’autres peuples... 
      Je ne vois pas en quoi le Brexit aurait tout d’un coup changé nos amis anglais en horribles europhobes réactionnaires racistes. Derrière cette idée se profile par contre une idéologie raciste ou de classe, car ça suppose qu’un pays non européen ne saurait être traité de fraternel ou de pacifique dans ses échanges avec un pays européen, sauf bien sûr notre maître à tous, les Etats-unis. ( à qui on n’en demande pas tant).

    • velosolex velosolex 4 avril 19:37

      @JP94
      Les blocs comme toutes les ententes sont artificielles et disparaitre du jour au lendemain. Se débarasser de l’europe susciterait sans doute un soir de cuite ou deux, par contre les lendemains seront plus dures. On peut s’en moquer, et de sa bureaucratie, par contre on peut se féliciter de ne pas avoir connu la guerre sur le continent européen, la guerre des balkans s’étant passé hors UE. 

      Cet aspect est occulté. Pourtant c’est l"élément de départ, un pari qui paraissait impossible à réaliser. 
      Mais l’europe existe, et dérange. Assez pour que Poutine et Trump veulent lui faire la peau..Pourquoi ?....De tels détails devraient faire réfléchir ceux qui veulent s’en débarasser. Une monnaie qui fait de la concurrence au dollar, et un modèle d’aide assez attractif tout de même, pour que le membre qui semble le plus la haïr, après avoir pas mal triché, la Grèce, même si elle crache sur Merkell, ne veut absolument pas quitter la zone euro. 
      Nous voici dans un sorte de roman policier où l’on montre un coupable idéal, un bouc émissaire facile. Le type qui rend service à tout le monde n’est il pas le plus louche. Cette dingue de May a pris la perruque de Thatcher, et est persuadée que l’UK réglera une fois de plus l’affaire de façon victorieuse. Mais les temps ont bien changé. D’autre part elle n’est absolument pas représentative de son pays, très clivée sur ce domaine, et dont on a désigné l’Europe comme bouc émissaire idéal. Maintenant les conséquences sont si nombreuses, et absolument pas politiquement envisagés, comme l’histoire de Gibraltar le montre. Au niveau économique c’est le flou absolu. On fonce et on espère que le brouillard va se dissiper. 


    • velosolex velosolex 5 avril 10:22

      @JP94
      Un sentiment de fraternité dans l’ex urss ?

      Rigolo quand on voit les infos..
      A se demander pourquoi justement elle est devenue « ex » ?...

      Un détail de l’histoire comme dirait l’autre
      L’intoxication pro poutine est toujours ici toujours aussi délirante, voir par exemple les articles de la camarade Néant la bien nommée. On se croirait encore sous les soviets invincibles, le regard viril tourné vers les lendemains qui chantent.

  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 4 avril 09:36

    M’est avis que l’Espagne pliera.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 avril 09:44

      @bouffon(s) du roi

      à moins que les habitants de Gibraltar n’obtiennent leur indépendance, comme Malte, Andorre et Monaco : cigarettes, whisky et petites pépées.

    • gégène 4 avril 10:55

      @Jeussey de Sourcesûre
      L’indépendance, l’ont-ils déjà revendiquée ?
      Y a-t-il, d’ailleurs, un peuple gibraltarien ou le rocher n’est-il peuplé que d’anglais ou autres ?


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 avril 11:33

      @gégène

      Lien pour un article sur les vrais autochtones de Gibraltar.


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 4 avril 14:13

      @Jeussey de Sourcesûre

       smiley
      Je suis pour la liberté et l’autonomie des autochtones !! ^^


    • oncle archibald 4 avril 16:30

      @bouffon(s) du roi

      mais eux préfèrent peut être continuer à être nourris « de fruits frais et de fruits secs » aux frais de sa Gracieuse Majesté, après avoir été sauvés par Sir Wiston Churchill lui même !


    • gégène 4 avril 16:30

      @Jeussey de Sourcesûre
      Très intéressant ! Mais je les connaissais. J’en ai même rencontrés, sur place.
      Ont-ils le droit de vote ?


    • laertes laertes 4 avril 17:35

      @bouffon(s) du roi : M’est avis que non. Je puis vous assurer que l’Espagne fera tout ce qui est en son pouvoir (qui est immense) pour emmerder Gibraltar. C’est plutôt à un pourrissement gilbratarien que nous assistons. Quant à l’expulsion des espagnols résident au RU elle doit bien faire sourire les autorités espagnoles qui ont je ne sais combien de fois plus de ressortissants britanniques. Si les anglais s’imaginent qu’ils vont refaire le coup des Malouines ils se gourent. Et pas de solution style Monaco... non non. Les Espagnols vont transformer Gibraltar en pseudo état indépendant dans la forme mais espagnol dans le fonds sans que la Royal Navy croisant dans le détroit puisse y faire quoi que ce soit. C’est inévitable. Les jours de « rule over Britannia » font partie de l’antiquité.


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 4 avril 17:58

      @laertes

      On verra, mais Gibraltar a une importance stratégique et monétaire pour les anglais, ils ne lâcheront pas, ça fait plus de 300 ans que ça dure.


  • Louve de France Louve de France 4 avril 11:32

    Hé bien moi qui suis en UK, je peux vous dire que le Brexit je ne le sens absolument pas. A part quelques allumés avec des pancartes qui prônent un retour vers l’Europe, je ne vois aucune différence ! 


    Il y a toujours autant de Burqas chez Harrods, et c’est encore et toujours le même sosie d’Oussama Ben Laden qui a contrôlé mes bagages a l’aéroport de Heathrow ! 

    Je me demande si ils ne se sont pas fait avoir les Brexiters, n’oublions pas que la raison primordiale du Brexit était l’immigration...

    • velosolex velosolex 4 avril 18:59

      @Louve de France
       « n’oublions pas que la raison primordiale du Brexit était l’immigration »...

      Comme vous dites..ou l’art de se couper un bras, pour un doigt infecté. 
      Le réalisme britannique n’est plus ce qu’il était. Et Theresa May ressemble de plus en plus à Chicago May, une tapineuse irlandaise partit faire fortune aux states. Un bon bouquin , dont la lecture est moins affligeante que celle du sun
      L’histoire de Chicago May - Nuala O’Faolain - Babelio

    • Louve de France Louve de France 4 avril 19:49

      @velosolex


      Moui, enfin Chicago May, tour à tour braqueuse, prostituée, arnaqueuse, voleuse et danseuse de revue musicale... Je ne vois pas le rapport avec notre peu ragoutante Theresa smiley 

      J’ai du mal a imaginer Theresa May faire du Lap Dance ! 

    • velosolex velosolex 4 avril 23:32

      @Louve de France

      Theresa May 
      BRAQUEUSE et VOLEUSE sans aucun doute : Elle n’a qu’une envie, déréguler totalement l’imposition des sociétés, et faire un hold up ainsi sur l’économie européenne.

      ARNAQUEUSE tout autant : Ses propos perfides sur l’Europe, envisageant un recel des informations anglaises et un arrêt des échanges sur le terrorisme, si elle n’obtient pas satisfaction s ’apparente carrément sur fond de chantage à un provocation de guerre. 

      PROSTITUEE ?...Mon royaume pour un cheval comme dirait l’autre. Peu favorable au départ au brixit, elle a surfé sur l’opinion pour prendre le gouvernail qui s’offrait. 

      DANSEUSE DE REVUE MUSICALE ?..On rêverait d’un autre maitre de danse, que cette femme qui tente de refaire le coup de miss Thatcher, cette autre braqueuse qui a si bien réussi son coup « give me my money back : » qu’elle a crée l’illusion que la grande Bretagne n’est pas morte, et qu’on pouvait la ranimer, comme le monstre de Frankenstein.... En ce sens, je préfère vivre autant dans la petite Bretagne, cette Britany qui n’a pas de rêve de grandeur impériale. 

      Surement que Chicago May, malgré ses défauts, devait être plus authentique que la Theresa. 

    • Louve de France Louve de France 4 avril 23:54

      @velosolex


      Je vous en prie ! Ne confondons pas Richard III avec Theresa !

      King Richard :
      A horse, a horse ! My kingdom for a horse !

      Catesby :
      Withdraw, my lord ; I’ll help you to a horse.

      King Richard :
      Slave ! I have set my life upon a cast,
      And I will stand the hazard of the die.

      Richard The Third Act5, scene 4, 7-10


  • Louve de France Louve de France 4 avril 11:34

    Quant a a Livre Sterling, elle est restée pareille : 


    1 £ = 1.24 $

  • JP94 4 avril 18:39

    Est-ce que pour Gibraltar, à part les questions d’amour-propre chauvin, il n’’y aurait pas une une question fiscale ? Si les banquiers européens, espagnols y compris, peuvent y planquer du fric à fort rendement, et sans en être taxés, alors Gibraltar restera possession anglaise. 


    L’Espagne va mal et joue les fiers-à-bras pour flatter sa population, mais au bout du compte, qui décide ? 
    Pour faire bonne mesure, l’Espagne devrait de son côté quitter ses enclaves Ceuta et Mellila.

    Et surtout, restaurer la République abattue par le coup d’Etat fasciste et jamais rétablie !

  • julius 1ER 4 avril 18:44

    devant l’enlisement et le replis îlaire que va provoquer le Brexit ... 


    la stratégie de May et des gougnafiers qui l’accompagnent va être de fabriquer des coups d’éclats (du buzz) pour anesthésier les masses populaires qui vont très vite s’apercevoir que le Brexit ne leur apporte rien de concret.....

    si ce n’est un renchérissement du coût de la vie et une augmentation de leurs difficultés au quotidien !!!
    alors ceci compensant cela à la manière de Thatcher qui pour casser les Trade- Unions et les fameuses grèves des mineurs avait trouvé très opportune « la guerre des Malouines » pour fliquer la société et renforcer son exécutif .... 
     
    Thérésa May va employer les mêmes stratégies et créer des clashs en permanence sur à peu près tous les sujets potentiellement porteurs de divisions ......

    tout cela est finalement assez prévisible ... isn’t it ????

    • velosolex velosolex 4 avril 18:53

      @julius 1ER
      Vous avez raison. Le « sun » va faire l’omega de l’opinion, dans une recherche démagogique du bouc émissaire. Parait que la playmate a disparu. Theresa May aura du mal à compenser. Même et surtout en dansant le « french cancan ». 


  • velosolex velosolex 4 avril 18:49

    Les anglais s’aperçoivent un peu tard qui ’ils ont ouvert le vase de Pandore, avec leur Brexit...Les conséquences apparaissent en chaîne. Les déclarations foireuses, « England rules the word » où il se voient partir pour une nouvelle bataille de Trafalgar peuvent tour à tour être jugés aberrantes, pittoresques, drôles, paranoïaques, autistes de ce qui se joue actuellement...Leur désir d’installer un marché unique, dérégulé, sur les décombres de l’Europe, qu’ils tentent de pousser dans le ravin pour s’en sortir, semble riche en tête à queue en tous sens, qu’ils ne semblent pas trop maitriser. On n’a pas fini de se marrer. La prochaine guerre de Falkland aura t’elle lieu autour du rocher...Pas celui de Monaco en tout cas. . 


  • goc goc 4 avril 20:28

    Certain prétendaient que l’Angleterre serait fini le jour où ils perdront Hong-Kong, alors qu’en fait l’empire anglo-saxon (y compris les USA) disparaitra le jour où ils seront chassé de Gibraltar (et de l’Espagne en général, vu le nombre de bases américaines avec bombes H et autres quincailleries )


  • edouard 5 avril 00:38

    C’est curieux , chez les Anglais, ce besoin de faire chier le monde.
    La Thalassocratie britannique a besoin de Gibraltar pour contrôler et si nécessaire bloquer le trafic maritime des Etats continentaux , ses vrais ennemis.
    Ils pourraient , très facilement en venir aux mains si l’Espagne cherchait à récupérer son rocher.
    Ces gens là ne rigolent pas et leur fameux humour est surtout noir...
    Faut voir comment ils ont enquiquiné les Russes, récemment, avec le navire amiral Kouznetsov , comment avec leur potes néocons ricains ils ont essayé en Juillet 2016 de trucider Erdogan pour pouvoir bloquer Bosphore et Dardanelles à la flotte russe .Après le coup de Kiev de 2014 qui devait chasser Poutine de Crimée et de ses ports.
    Dieu a créé les Anglo-saxons pour que l’Humanité puisse se faire une idée de l’enfer..
    Merci du cadeau !


  • izarn izarn 5 avril 01:00

    Il est exact que la flotte britannique reste supérieure à celle de l’Espagne, mais de justesse !
    Si Mme May veut continuer à acheter des F35 on a de quoi rigoler !
    L’Aldmiralty pencherait avec juste raison pour des....Rafales !
    Messieurs les anglais, je sais c’est dur !
    Mais soyons raisonnables....Vous n’allez quand meme pas acheter des Mig-29K !
     smiley


  • smilodon smilodon 6 avril 21:04

    @ l’auteur : Malgré tout, il ne vous aura pas échappé que c’est à la FRANCE qu’on fait, encore et toujours, des reproches quant à son passé « colonial » !.......
    ..... L’Angleterre s’en sort toujours les cuisses propres. L’Espagne, l’Italie et le Portugal aussi !....
    ..... Amusant tout de même, non ????....
    ..... Maintenant, pour être vraiment honnête, si tous ces pays, anciennes colonies, avaient su faire de leurs « indépendances » une véritable liberté, un véritable « projet », de véritables « pays indépendants », nous n’en serions pas là non plus !....Il faut bien l’avouer, « honnêtement » !......
    ..... Mais sommes nous prêts à dire les choses « honnêtement » ??????........Adishatz.


  • jacques 7 avril 17:23

    le seul petit souci avec Gibraltar, c’est qu’il n’y a aucune source d’eau....


Réagir