jeudi 17 novembre 2016 - par Daniel MARTIN

Grave déficit d’écologie dans le projet des candidats à l’élection Présidentielle de 2017 …

Emmanuel MACRON présente sa candidature à l’élection Présidentielle de 2017, un de plus… Mais comme les autres candidats ayant fait l’objet d’une large couverture médiatique, on ne peut pas dire que l’écologie et le devenir de la planète fait partie de ses préoccupations…

On peut regretter, par ailleurs, que les débats qui animent les primaires à l’élection Présidentielles de 2017 à Droite, ce sera inévitablement le cas à Gauche et qui préfigurent le débat entre les candidats officiels au final, font l’impasse sur cette problématique qui va conditionner plus ou moins gravement la vie des prochaines générations, selon que l’on prendra ou non certaines dispositions...

Une absence inquiétante

Alors que nous entrons à marche forcée dans la 4e révolution industrielle, dont les effets à terme vont bouleverser la culture, l’économie et les rapports sociaux, aucun(e) candidat(e) aux présidentielles ne semble réellement s’en préoccuper et si l’on est en droit de s’en inquiéter, il y a une autre thématique politiques fait l’objet d’un déficit particulièrement regrettable. Il s’agit d’une thématique pour laquelle le Président de la République dispose cependant d’un pouvoir d’intervention non négligeable : l’écologie.

Depuis le club de Rome, dont les prévisions se vérifient chaque jour, L’ensemble de ceux qui possède un pouvoir dans la société, pouvoir politique, économique, religieux ne peuvent ignorer la gravité de la situation écologique qui nous emmène à grands pas vers la 6e extinction. Récemment le journal « le Monde » titrait en première le page : « 53 % des vertébrés de la planète ont disparu depuis 1970 », on ne peut être que saisi d’effroi devant une telle fulgurance de la destruction de la vie sur terre. Bientôt plus de forêts primaires, les pollutions tout azimut deviennent un processus létal majeur de la biodiversité. Par exemple, en Inde, les taux de pollution aérienne sont 120 fois supérieurs aux normes, disparition des terres arables sous le béton et par stérilisation des terres, stress hydrique pour de nombreux pays, aggravation des phénomènes extrêmes …. La liste est longue des avertissements. Dans ces conditions Il est proprement hallucinant de constater que la réponse unanime pour résoudre cette crise est la croissance… teintée en « Vert » de préférence...

Si les candidat(e)s aux primaires d’EELV ont abordé certains aspects environnementaux et sociétaux de l’écologie, on peut regretter que la question essentielle de l’écologie qu’est la problématique démographique et ses conséquences ait été totalement écartée. Comme elle l’a été lors de la COP 21, ce qui est  pour le moins assez désastreux pour l’avenir et si un texte des Nations Unies est nécessaire, il n’est certainement pas suffisant. Rappelons que l’objectif de la conférence de Paris était d’arriver à un accord qui nous mette sur la bonne trajectoire pour rester sous deux degrés de réchauffement d’ici la fin du siècle. Si l’objectif est réaffirmé et même renforcé en mentionnant 1,5 degré, le texte de l’accord ne donne absolument pas les moyens d’y parvenir.

L’impossible équation

Le nouveau Président Américain Donald TRUMP affiche un climato-scepticisme dans la foulée de l’un de ses prédécesseurs Mr. BUSH qui déclarait, par rapport aux conférences sur l’environnement en refusant la moindre concession au prétexte que « le mode de vie Américain n’est pas négociable ». L’ensemble des élites mondialistes réunies pour la COP 22 à Marrakech ne font guère mieux que TRUMP ou BUSH en laissant croire à la population qu’une croissance qualifiée « de verte » va contribuer à résoudre la crise climatique. Sans remettre en cause la problématique démographique, le niveau actuel de consommation occidental qui n’est d’ailleurs pas exportable et les ressources disponibles, nous sommes face à une équation impossible à résoudre. Il est d’ailleurs tout aussi absurde de penser et dire comme le font les hiérarques d’EELV ou son candidat aux Présidentielles que les énergies dite renouvelables pourraient « remplacer »les énergies fossiles.

Le mauvais exemple Français

En France avec une croissance, cependant proche de zéro, car malgré les ambitions affichées des uns et des autres elle est désormais impossible, c’est tout de même l’équivalent d’un département français en terres agricoles qui disparait tous les sept ans. Première puissance agricole de l'Union européenne, c’est aussi « 26 mètres carrés de terres par seconde », soit 82.000 hectares de terres agricoles disparus en moyenne chaque année entre 2006 et 2010, rappelle le ministère de l'Agriculture. En cinquante ans, la surface agricole utile (SAU) a ainsi diminué de 20 %, passant de 36 millions d'hectares en 1960 à 28 millions en 2010. Cela ne s’améliore pas

Le principal coupable : l'urbanisation qui, de zones industrielles en centres commerciaux, d'habitations en parkings, domine toujours plus les paysages. 40.000 hectares étaient urbanisés par an dans les années 1960, 78.000 hectares le sont actuellement.

Dans ce contexte, la décision du tribunal administratif de Nantes d’autoriser les travaux à NDL constitue très clairement un crime contre l’environnement et si ce dispositif juridique existait, les juges devraient rendre des comptes. Mais on peut supposer qu’en personnes spécialistes du droit, ils n’auraient pas pris ce risque.

L’attitude du Premier Ministre VALLS relève de la provocation. Tout citoyen responsable n’a pas seulement le droit mais le devoir de résister à une décision sans fondement rationnel et destructrice de l’environnement. Il ne s’agit pas que le Président de la République se rende à Marakech à la COP 22 donner des leçons d’exemplarité aux autres, alors, qu’au même moment il engage la France dans des projets pharaoniques non utiles aux bilans financiers, énergétiques et en rejets de gaz à effet de serre des plus désastreux, ( gigantesques parcs de loisirs , autoroutes, aéroport NDL…)

Le rêve criminogène du modèle Américain pour l’environnement

Initiée, avant leur départ du Gouvernement, par le Ministre du redressement productif Arnaud Montebourg, puis poursuivie l’ex Ministre de l'Économie et actuel postulant à la fonction Présidentielle Emmanuel MACRON, une tentative de relance de l'activité minière en France est dans les cartons des industriels, du BRGM (Bureau de Recherche Géologique et Minière) et les antichambres du pouvoir. Il s'agit, sous couvert « d’adaptation du code minier au droit de l’environnement  » d'autoriser ce qui se pratique aux USA : privatiser le sous-sol du pays.

C’est dans ce sens que fin Septembre, une proposition de loi parlementaire a été déposée à l'Assemblée Nationale dans la plus grande discrétion ( http://www.mondialisation.ca/lextraction-de-matieres-radioactives-va-t-elle-etre-relancee-en-france-sous-couvert-dun-nouveau-code-minier/5557321?print=1). Elle vise à relancer en France l'activité extractive minière en satisfaisant les industriels qui exigent de simplifier les procédures à l'image du modèle Etats-unien. La voie est ouverte aux pires contaminations et destructions de territoires.

La loi française stipule jusqu'à présent que l’État est propriétaire du sous-sol et seul à pouvoir déléguer à un industriel le droit d'exploration et d'exploitation minière par l'obtention d'un titre minier. Aux USA le sous-sol, quasiment jusqu'au noyau terrestre, appartient à celui qui possède le sol et il en fait ce qu'il veut, quitte à détruire, polluer et contaminer toute la vie alentour. Ainsi un peu partout fleurissent aux USA des puits de gaz de schiste, des extractions minières, des activités polluantes et destructrices que l'on retrouve jusqu'au robinet d'eau intérieur des habitations.

L'actuel projet de loi déposé par les membres du groupe socialiste-écologiste-républicain et apparentés vise à aligner la France sur les USA. Son article L.113.1 prévoit ainsi que « la détention d’un titre minier n’est pas nécessaire pour l’exploration minière lorsqu’elle est réalisée par le propriétaire de la de la surface après déclaration à l’autorité administrative compétente de l’État  ». Cette exploration/exploitation aurait ainsi lieu sans qu'il n'y ait un dossier à instruire. Sans que les voisins n'aient leur mot à dire, sans consultation démocratique réelle préalable. Si cette proposition de loi était adoptée, entre spéculation boursière et la loi de la jungle à tout va, on peut imaginer les effets catastrophiques avec, par exemple de la radioactivité du sous-sol remontée en surface et des terrils de déchets mortels parsemant le territoire.

4ème Révolution industrielle avec : croissance de la population et besoins en terres rares aux réserves limitées, une autre équation impossible

Avec l’entrée à pas forcé dans la 4ème révolution industrielle, toujours plus de population est synonyme de toujours plus de besoins en terres rares.

Les terres rares désignent 17 métaux : le scandium, l'yttrium, et les quinze lanthanides. (Lanthane, Cérium, Praséodyme, Néodyme, Prométhium, Samarium, Europium, Gadolinium, Terbium, Dysprosium, Holmium, Erbium, Thulium, Ytterbium, et Lutécium) Ces matières minérales aux propriétés exceptionnelles sont utilisées dans la fabrication de produits de haute technologie. Avec le boom du numérique et des nouvelles technologies « vertes », aujourd'hui, à l'échelle de l'économie mondiale, les terres rares sont considérées comme des métaux stratégiques. On retrouve ainsi des terres rares dans les batteries de voitures électriques et hybrides, dans les LED, les puces de smartphone, les écrans d'ordinateurs portables, les panneaux photovoltaïques, les éoliennes... L'industrie de la défense a elle aussi recourt aux terres rares dans la fabrication de capteurs de radars et sonars ou de systèmes d'armes et de ciblage. 

A cause de l'impact environnemental, de nombreux pays ont fermé leurs exploitations de terres rares. Aujourd'hui, c'est la Chine qui assure l'essentiel de la production mondiale, ce qui donne à Pékin un quasi monopole. En 1992, le Président Chinois de l’époque DEN XIAOPING annonçait déjà que les terres rares auraient une importance capitale pour l’industrie du XXIe siècle, » le Moyen-Orient à du pétrole et la Chine les terres rares  » disait-il à l’époque. Force est de constater qu’il avait raison et bien que la Chine soit aujourd’hui le principal fournisseur mondial de terres rares, avec la réduction de ses exportations, de nombreux analystes estiment que d’ici quelques décennies la Chine elle-même pourrait ne pas produire assez de terres rares pour sa propre industrie. En Occident, de nombreux pays tentent de relancer leurs mines à l’abandon, et de développer une filière recyclage afin d’échapper à cette situation de monopole, mais également à la spéculation boursière qui en découle. Face à la flambée des prix des terres rares, de grands pays miniers souhaitent une diversification des sources d'approvisionnement : les USA ont ainsi décidé en 2013 de réactiver la mine de Mountain Pass, le Canada, l’Australie et l’Afrique du Sud multiplient les projets d'extraction et de prospection, y compris dans les fonds marins du Pacifique.

Lors de l'extraction et du raffinage des terres rares, des éléments toxiques sont rejetés dans l'environnement : des métaux lourds, de l'acide sulfurique, et même de l'uranium, les réserves face à l’importance croissante des populations et des besoins les réserves ne sont pas inépuisables. 

Alors que nous devons faire face à la gravité croissante de la situation de la planète et nous devons affronter les défis écologiques du XXIe siècle qu’elle suppose, il est évident que le plus important de ces défis est incontestablement la forte croissance démographique. Mais cela n’effleure guère la pensée de la majorité de nos aspirants à la fonction Présidentielle qui ignorent totalement L’écologie science, en particulier, quand elle nous démontre qu’aucune espèce ne peut proliférer indéfiniment, comme le fait l’homme, sans se mettre elle-même en danger et disparaitre…

Un constat sans appel, sombres perspectives…

On ne rappellera jamais assez qu’au cours des quarante dernières années, la population de la planète a quasiment doublé ( de 3,7 milliards d’habitants à plus de 7 milliards) et parallèlement, selon B. SUNDQUIST de l’université du Minesota, à l'échelle du globe, les pertes de surfaces arables sont estimées en moyenne à 100 000 km2 par an. Autrement dit, en quarante c’est la superficie des 28 pays Européens. Au cours des douze dernières années (2003-2015) la population de la planète a augmenté d’un milliard d’habitants, quand il a fallu plusieurs millénaires pour atteindre ce chiffre.

Beaucoup trop d’humains est synonyme de destruction de l’espace vital et de biodiversité, avec l’ incidence sur le climat qui est à terme générateur de migrations de masse totalement incontrôlable, générateur de conflits de plus en plus violents exacerbés par des affrontements inter – religieux, …Outre le fait que l’on aurait du absolument inscrire la question démographique à l’ordre du jour de la COP 22, comme le réclamait l’association »Démographie Responsable » (DR) http://www.demographie-responsable.org/, les candidats aux élections Présidentielles de 2017, du moins la majorité d’entre eux, ne semblent pas avoir l’intention d’inclure la problématique démographique dans leurs projets et à fortiori d’en débattre en toute objectivité ... Cela relève d’une irresponsabilité totale, car l’inéluctable effondrement des ressources disponibles entrainera nécessairement un état de lutte darwinienne qui se traduira forcément par des guerres pour s’approprier les dernières ressources…

Quand on sait que Les 85 personnes les plus riches du monde possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population, soit 3,5 milliards de personnes. La statistique, volontairement choc, a été publiée par l'ONG Oxfam la veille de l'ouverture du Forum économique mondial de Davos. (http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140124trib000811681/qui-sont-ces-85-milliardaires-dont-la-fortune-equivaut-a-celle-de-la-moitie-de-l-humanite.html)

Avec leurs grands bateaux, leurs avions privés, leurs hélicoptères, leurs grosses berlines et tant d’autres esclaves mécaniques gros consommateurs d’énergie et gros pollueurs, une telle opulence apparait indécente pour le citoyen occidental au niveau de vie modeste, sinon normal et à fortiori pour celui du tiers monde.  Si une répartition plus équitable des richesses est indispensable, toutefois si on confisquait et répartissait équitablement les richesses de ces 85 personnes à l’ensemble des 3,5 milliards de personnes les plus pauvres, y compris en éliminant bateaux, avions, hélicoptères et grosses berlines, cela ne changerait pas fondamentalement les données par rapport à la situation écologique de la planète, si la population mondiale augment d’un milliard d’habitants tous les 12 ans

Les postulants à l’élection Présidentielles ne semblent vraiment pas considérer que le refus de prendre en compte les lois scientifiques de l’écologie, notamment la loi de l’équilibre général des espèces, relève de l’irresponsabilité et nous conduit inévitablement à des affrontements inter culturels et inter cultuels des plus violents ?... Non seulement le refus de toute autorégulation de l’espèce humaine conduira à une régulation de force par la nature avec des famines et des épidémies de plus en plus difficile à endiguer, mais Il est aussi d’une logique darwinienne qui veut que les populations les plus prolifiques remplacent celles qui le sont moins. 

 



29 réactions


  • Xenozoid Xenozoid 17 novembre 2016 16:32

    avec 3 on fait pareil, dans une logique de compétition et de croissance,toujours plus haut etc>>>>

    il arrive un moment, oú/quand l’exponantiel s’avère une fraude

  • leypanou 17 novembre 2016 16:39

    Beaucoup trop d’humains est synonyme de destruction de l’espace vital et de biodiversité, avec l’ incidence sur le climat : vous avez raison, et rien ne vaut une petite guerre, de préférence mondiale, pour régler le problème.

    Vous devez être bien malheureux depuis la défaite d’H Clinton, car comme va-t-en-guerre, on ne peut faire mieux ; moi, non, bien au contraire.


    • Ruut Ruut 18 novembre 2016 07:24

      @leypanou
      Non nous pouvons de manière écologique cultiver sous l’eau et utiliser l’énergie des vagues, du vent et du soleil pour alimenter ces fermes sous dômes sous marin.

      Nous pouvons cultiver dans des immeubles en utilisant l’électricité géothermique, solaire, éolienne et a stockage hydraulique le tout en atmosphère contrôlée.

      Nous pouvons aussi penser a utiliser l’espace (au dessus du ciel) pour des fermes géantes en orbite l’histoire de commencer a maîtriser les technologies des systèmes autonomes pour nos futures voyages interplanétaires.
       :)
      L’écologie c’est juste un choix de technologie, et de politique, pas un problème.


    • julius 1ER 18 novembre 2016 09:29
      L’écologie c’est juste un choix de technologie, et de politique, pas un problème

      @Ruut
      oui mais choix intelligent implique que lorsque l’on investit on ne veuille pas des rendements financiers à 15%
      que l’on investisse intelligemment pour améliorer l’habitat les infrastructures et pas évaporer les capitaux vers les paradis fiscaux 
      et que dans le même temps il y ait un plus strict contrôle des naissances 
      bien sûr que qu’il est nécessaire d’utiliser rationnellement l’espace que les bâtiments soit énergétiquement positifs que les toitures servent de jardins etc....

      tout est à faire dans ce pays mais rien ne sera possible si il n’y a pas de prise en compte « du sens du bien commun » or si l’on se réfère à tout ce qui sert de sondage où les gens déclarent être anti-capitalistes à 65% (il faut comprendre être anti-capitaliste contre les autres mais pour eux-mêmes vouloir être à la place des capitalistes ) si l’on ne sort pas de ce genre de schizophrénie, on ne peut pas avancer !!!!!!

  • ouragan ouragan 17 novembre 2016 18:35

    Mais puisque le retour du loup dans les zones d’élevage des petits agriculteurs respectueux de la nature assure la rédemption intellectuelle des écologistes et va permettre d’’accaparer les terres abandonnées par des banques qui vont proposer des actions de compensations environnementales et des actions de compensations pour le carbone, tout va pour le mieux dans le meilleur des monde ! 


    En France, 84 % des surfaces classées en « haute valeur naturelle » correspondent à des zones d’élevage en plein air c’est donc ces zones que les écologistes s’activent au lieu de freiner l’extension sans limites et de réhabiliter les zones polluées. Et pour ce faire ils n’hésitent pas à stigmatiser et diffamer les acteurs de ces zones riches en biodiversité.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 novembre 2016 19:26

      @ouragan
      Je vous soutiens entièrement. J’ignore si les écologistes sont conscients ou pas des dégâts qu’ils provoquent dans la survie des économies en moyenne montagne ?? Je pense qu’ils s’en foutent.
      Le projet européen, c’est d’entasser les gens dans des mégalopoles, et le reste, c’est du décor pour les touristes.


    • Alren Alren 19 novembre 2016 19:34

      @ouragan

      Vous avez raison : la moyenne montagne est une richesse écologique qu’il ne faut pas abandonner sous prétexte de « vie sauvage » qui n’existe plus depuis que l’homme en est devenu depuis la préhistoire le superprédateur.

      À l’heure où le productivisme agricole montre son caractère pernicieux autant pour les producteurs que les consommateurs, à l’heure où les plaines sont polluées définitivement par le plomb répandu en quantiré par le « super » plombé qui a régné dans les moteurs à essence pendant des décennies, à l’heure où tout le monde sauf la FNSA et Monsanto veut retrouver une agriculture paysanne de petites exploitations, à l’heure où le machinisme a fait des progrès et ne craint plus les terrains en pente forte, je pense, qu’outre l’élevage, la moyenne montagne devrait retrouver la culture des plantes, notamment celles qui sont riches en protéines végétales.


  • Jelena Jelena 17 novembre 2016 18:43

    Les 1% ne sont pas les seuls responsables, la majorité des 99% ne voulant pour rien au monde changer leurs habitudes, vous diront que le réchauffement climatique, ça n’existe pas, c’est psychique.


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 novembre 2016 19:11

    C’est normal que les candidats n’en parlent pas... L’agriculture, la mer, la pêche, la protection des consommateurs, l’environnement, l’énergie etc ne font plus partie des compétences des Etats **, mais de celles de la Commission européenne...


    La Commission est à l’initiative des Lois, elle passe 90% de son temps avec les lobbies industriels , qui lui dictent les lois qui arrangent les industriels.

    La Commission impose ce qu’elle veut, même contre l’avis de la majorité des pays européens.


    Voici quelques exemples de décisions européennes :
    - le gaz de schiste est à l’agenda européen
    - on peut mettre jusqu’à 10% d’huiles de vidange dans les huiles végétales.
    - les seuils de pesticides ont été relevés de 10 à 40 fois pour certains produits agricoles.
    - Maïs OGM autorisé
    - Farines animales pour les poissons d’élevage.

    Et si un pays refuse, par exemple les OGM, il doit payer 10 millions d’euros de pénalités, comme c’est arrivé à la France...

    Il n’y a aucune solution écologique pérenne à attendre de l’ Union européenne... Pour s’occuper d’écologie, il faut sortir de l’ UE, interdire les lobbies et que les lois soient faites en France.
    Les Français, aussi écolos soient-ils, n’ont strictement aucun pouvoir, ni sur les lobbies, ni sur les industriels mondiaux, ni sur la Commission européenne, dont les membres ne sont élus par personne.

    ** Les compétences de la Commission européenne sont les compétences exclusives. Plus les compétences partagées. 

     « Compétences partagées », ça veut dire en réalité, que les Etats demandent une autorisation, et que la Commission répond oui ou non. le dernier mot lui revient. En clair, les Gouvernements font semblant de s’occuper d’écologie, d’agriculture etc, mais ils n’ont plus la main.

    • julius 1ER 18 novembre 2016 09:10
      Il n’y a aucune solution écologique pérenne à attendre de l’ Union européenne... Pour s’occuper d’écologie, il faut sortir de l’ UE, interdire les lobbies et que les lois soient faites en France. 

      @Fifi Brind_acier

      l’europe, l’europe, l’europe dit FIFI en sautant comme un cabri !!!!!!!

      toi aussi tu es dans le déni .....l’article fait la démonstration que ce sont les politiques qui mentent même ici en France les primaires de la Droite en sont un bel exemple.... or à moins de créer un parti Pirate pour fédérer ceux qui veulent changer les choses il n’y a pas d’issue car ajouter du déni au déni ambiant n’apporte rien de constructif !!!!!!!!!

  • soi même 17 novembre 2016 23:58

    Pour les primaire de droite, je crois que l’on doit inventè le vote chasse d’eaux, idem pour la gauche, au faite les jeunes la France n’est pas la petite Amérique de l’Europe.
    Les primaire est l’image de la félonie politique qui ont tous votés sans sourcilier lors du congrès de vaisselle en 2007 et surtout pas pensé que l’extrême droite n’est pas dans le coup, qui dit mot consent.... !


  • ENZOLIGARK 18 novembre 2016 02:09

    Faut voir la tronche des « fermiers » et des « fermieres » sur la Фoto de l ’ article  ! . ... Tout se qu ’ ils connaissent , d ’ apres la rumeur des herbages c ’ est  : « La femme a qui qu ’ a eu un veau  ! ? » . ... RPRUMP$FNEELVUDIPRGMoooDEM....................................... . ... A FRANCIA FORA ... INDIPENDENZA SOLA SOLUZIONE per a CORSICA * ... 


  • Ruut Ruut 18 novembre 2016 07:12

    Vue le parti écologie les verts en France qui est un ersatz du PS, la crédibilité de ce parti est hélas a ce jours nulle.
    L’écologie pouvant s’intégrer a n’importe quel programme via des normes et réglementations, sa visibilité n’est pas forcément présente.

    Notons que pour pouvoir faire un programme écologique efficace, il nous faut reprendre le contrôle décisionnel de notre Pays et donc notre souveraineté, l’Europe ayant suffisamment prouvé son incompétence et son haut niveau de corruption dans ce domaine.


  • julius 1ER 18 novembre 2016 09:02

    . Cela relève d’une irresponsabilité totale, car l’inéluctable effondrement des ressources disponibles entrainera nécessairement un état de lutte darwinienne qui se traduira forcément par des guerres pour s’approprier les dernières ressources…

    CQFD pourrait-on dire !!!
    excellent article D Martin malheureusement les politiques continuent à mentir et à se mentir dans leur huis-clos lorsque l’on entend Fillon déclarer hier soir qu’il faut moderniser le nucléaire c’est pathétique ...lorsqu’une cuve de réacteur est foutue il faut construire une autre centrale est-ce que c’est çà moderniser ????????????
    il est bien évident que ne rien faire pour freiner la prolifération humaine est un crime et comme vous le soulignez confisquer les richesses des 1% ne résous rien si dans le même temps 1 milliard d’individus nouveaux apparaissent sur la planète ...... 
    c’est une preuve de plus que l’on est dans le déni face au problème démographique !!!!!

    • sweach 18 novembre 2016 14:27

      @julius 1ER
      La démographie est en déclin constant depuis les années 50. le taux de natalité au niveau mondial est de 2.5, en dessous de 2 la population n’augmentera plus.


      Trois explications :
      1) L’éducation 
      2) La contraception
      3) La libération de la femme

      Une femme instruite, qui a le choix et qui dispose de moyen de contraception fera moins d’enfants.

      Faire de l’éolien ou du panneau solaire n’est pas écologique, les coûts en matière première et en recyclage par rapport à la faible production en font des produits plutôt polluant.

      Le nucléaire est en concurrence avec le pétrole et le charbon, en terme de pollution et d’efficacité, il n’y a pas photo.

    • Ouam Ouam 18 novembre 2016 16:25

      @sweach
      salut  sweach

      le problème est que elle continue bien à augmenter (90 / an) et de plus de manière completement inégalitaire (voir les graphiques) et ce dans les pays les plus pauvres.

      Elle doit absolument se reduire et tres drastiquement sinon tout le reste qui est mis en place c’est que du blabla écologique inutile qui servira le profit de quelques uns (les taxes co2 & co)

      Si on souhaites vraiment baisser la pollution et préserver la planete, c’est une taxe sur les naissances qu’il faut faire , ici par exemple ca serai une aide aux parents pour le 1er enfant (et part max dans les impots) à partir du 2eme c’est l’inverse on doit tout payer (frais accouchements) et si un troisième surtaxe en impots (part négative voir saisie sur salaire), pas d’aides évidemment etc...

      Une fois que l’on aura commencé ceci, la ok on pourra penser à agir aussi sur le tout le reste.

      liens

      http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1320
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Population_mondiale

      ps : le pb du nucléaire c’est les déchets, 20.000 ans ou plus bah... j’suis pas sr la...


    • sweach 18 novembre 2016 16:58

      @Ouam
      A l’échelle de la France nous n’avons pas de problème de natalité et même inversement elle devient trop faible dans certain pays comme au japon.

      Si risque il y a cela serait sur des mouvements de peuple entre les pays à forte natalité vers les pays à faible natalité.
      Tes solutions anti-natalité sont hallucinante, cela pourrait être une éventualité pour les pays à forte natalité qui veulent diminuer leur population, mais on parle de pays où aide est taxe sont souvent inexistante.

      Pour le nucléaire, il faut avoir un minimum de perspicacité pour comprendre le potentiel des déchets nucléaires, ces déchets en réalité ne le sont pas, ils peuvent être encore utilisés à 99.3% et cette réutilisation réduit grandement leur durée de vie, (cf : ASTRID)

      Il y a de la géopolitique à long terme qui est en jeu, nul doute que sur l’échiquier mondial, ceux qui possèdent les déchets posséderons l’énergie. Certe aujourd’hui nous n’avons pas besoin d’avoir des niveaux énergétique aussi important, mais demain seul le nucléaire aura ce potentiel.

    • Ouam Ouam 18 novembre 2016 18:06

      @sweach

      Salut Sweatch

      « A l’échelle de la France nous n’avons pas de problème de natalité »

      ben si regarde cela augmente encore, ce n’est pas jeté comme cela au doigt mouillé c’est une etude de l’insee, elle continue bien à monter, de plus en pression démographique / territoire nous sommes déjà a 1:3 et comme c’est dit dans le lien

      « la France métropolitaine comptera 73,6 millions d’habitants au 1er janvier 2060 »

       

      « Tes solutions anti-natalité sont hallucinante, cela pourrait être une éventualité pour les pays à forte natalité qui veulent diminuer leur population, mais on parle de pays où aide est taxe sont souvent inexistante. »

      Je suis d’accord, mais si ce n’est pas fait au niveau mondial, certains ne voudront jamais le faire, tu connais suffisamment l’humain et ses conflits, donc c’est la seule solution raisonnable que je penses etre possible.

      Bien sur il en existe d’autres qui ont eu lieu de nombreuses fois dans notre histoire, peut etre les souhaites tu ? (meutres génocides, epidémies, massacres) c’est vrai que la c’est plutot radical et particulièrement efficacce, personnellement je préfère et de loin une sage solution concertée de la limitation des naissances n’ayant rien de mieux à proposer pour l’instant.

      Une autre étude récente explique que si dans certains pays pauvres la natalitée n’est pas maitrisée, de tres grandes famines et conflits sonts prévus.

      Si bien sur, il est possible partout d’appliquer l’impot (seules les zones de non droit n’en n’ont pas, maiis elles ne sont encore pas majoritaires dans notre planète)

       

      Quand au nucléaire la perspicacitée actuelle c’est que nous faisons un immense trou à bur-sur_yvettes pour y enterrer les dechets que nous ne savons pas gerer, bien sur si tu à des études sérieuses allant dans l’autre sens, deux points :

      le 1er je serai ravi de les connaitre

      Le 2eme je ne comprends plus du tout pourquoi on s’emmerde à dépenser des sommes folles pour enterrer des déchets qui valent une véritable fortune et ce parttout dans le monde ???

      Si tu à quelques lingots d’or (ou piecettes) chez toi, je te promets que si tu me les donne, j’en ferai bon usage, et ne les balancerai pas bètement dans un trou à 700metres de fond que je revcouvrirai ensuite, promis juré craché smiley

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Stockage_des_déchets_radioactifs_en_couche_géologique_profonde

      visiblement meme le wiki n’est pas exactement de ton avis, je t’ai passé les site anti nucléaires et les pro nucléaire pour rester dans le « neutre »

      a+


    • aimable 19 novembre 2016 14:25

      @Ouam
      En 1955 il y avait un peu plus de 43000 000 d’habitants

      en 2016 - - - - - - - - - - - — - - - - 60 000 000   -

      dans 1 siècle si cela continue les Français seront dans des clapiers de plus en plus hauts


    • sweach 21 novembre 2016 18:31

      @Ouam
      La population n’augmente pas tant que ça, en France on a largement les moyens de gérer une augmentation de 20% sur 50 ans, vitesse de progression qui peut être stoppé net en stoppant l’immigration.


      Pour le nucléaire, c’est juste de la physique et de la logique, dans les déchets nucléaire il y encore un énorme potentiel énergétique, et tout sera joliment emballé dans des sites de stockage.
      Il est illusoire de croire que les générations futur n’utiliserons pas ce potentiel énergétique.

  • fred.foyn 18 novembre 2016 09:17

    Le politicien est pour une avancée des technologies qui doivent servir les peuples, et l’écologiste c’est tout le contraire, une régression de la science pour que les abeilles fassent du bon miel ?

    fallait y penser bien avant, aujourd’hui il est trop tard..la planète est définitivement perdue pour l’homme...le roi des « Déchets » !
    ceux qui tentent de vous faire croire que c’est possible, sont des enfumeurs et des menteurs..leurs COP sont des gouffres à milliards qui iront dans les poches de la mafia politique !

  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 18 novembre 2016 11:15


    Grave déficit d’idées, surtout, chez ces 7 candidats en piste. Du vide... le trou noir.


  • chantecler chantecler 18 novembre 2016 12:00

    Bonjour les opportunistes , les sectaires et les petits bourgeois écolos .
    Pour vivre aux crochets de , planer , supputer , imposer et faire payer les notes de vos projets et fantasmes (ex : le CO2) aux contribuables , qui n’ont pas forcément les moyens , vous êtes très forts .
    Bref , être écologiste , c’est une culture , une mentalité ,une science mais pas un créneau pour faire une carrière de politicien..
    Et puis je n’apprécie pas votre pression permanente pour nous faire avaler par exemple la responsabilité du « réchauffement climatique » , pas plus que nous serions responsables de la tectonique des plaques ni de l’éruption des volcans .
    Bref vous avez attrapé dans vos filets un certain nombre de gogos, convaincus que sans vous le monde court à sa perte , mais en ce qui me concerne, je refuse de me faire enrôler.
    J’ai constaté trop de dérives répugnantes.
    Professer une politique clairement antilibérale ,ça me suffit parfaitement car ça recouvre tous les abus du système .Ex : faire respecter réellement les quotas de pèche ,pour éviter la mort des espèces maritimes ,et les déserts marins, ça me suffit .
    Idem en agriculture avec la limitation des OGM et des pesticides.


  • sweach 18 novembre 2016 13:37

    L’Ecologie est un foutage de gueule mondial.


    Pourtant il est important que nous traitions nos eaux usées, que nous n’utilisions pas de gaz qui détruit la couche d’ozone, que nous limitions les rejets de particule dans l’air, que nous ne rejetions pas de déchet dans les océans et sur le sol.

    C’est très bien, mais il ne faut pas mentir aux peuples pour autant.

    Premier mensonge : « Le CO2 est un gaz polluant »
    Nous ne pouvions rien dire de plus absurde, ce gaz est tout l’inverse, il est source de vie plus il y en a et plus la vie se développe.
    Non il n’augmente pas l’effet de serre, avec un taux à 0.04% et une efficacité 10 fois inférieur à la vapeur d’eau sont rôle est inexistant.

    Deuxième mensonge : « l’homme est responsable de l’augmentation des températures »
    Il faut avoir sérieusement les reins solides et être très présomptueux pour croire que nous serions les seuls responsable. Puis cette fameuse augmentation est de 0.85°C par rapport à une « norme » qui sort de n’importe où, mais nos instrument de mesure surtout sur une période de plus d’un siècle et à l’échelle de la planète sont d’une telle précision ?
    Les températures varient depuis toujours et le plus grand responsable est le soleil, bien imprudent celui qui affirme que l’homme est responsable.

    Par contre nous avons bien un impact sur terre, nous faisons fondre le pole nord, oui oui juste le pole nord, pas le sud. Bouuuu le vilain CO2 qui fait fondre le nord et pas le sud.
    Non le plus logique serait d’accuser les particules rejetées par les centrales à charbon principalement situé au nord du globe (chine, russie, usa, canada), les dépôts noir sur la glace captent plus de lumière et fait fondre la neige (c’est juste mon opinion)

    Tout ça pour dire qu’il est logique que les politiques ne se préoccupe pas de l’écologie, il faudrait même qu’il rectifie le tire pour le cas du CO2 et je pense que Trump va s’en occuper.


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 novembre 2016 10:15

      @sweach. Halte là mon frère ! Tout ceci sent le libertinage !

      Pour le salut de ton âme, répète après moi le Credo :
      Je crois au GIEC tout puissant,
      à l’extinction du Gulf Stream pour nous punir de nos péchés,
      à la submersion des atolls quelle que soit l’évolution verticale de leurs planchers océaniques,
      à la disparition des glaciers de l’Himalaya en 2035,
      je crois que la neige est un souvenir du passé que nos enfants ne verront plus,
      je crois en des usines d’enfouissement du dioxyde de carbone, et tant pis pour la minorité de riverains malchanceux,
      je crois que la spéculation sur les indulgences-carbone est une bénédiction pour la planète,
      je crois que l’ours blanc est menacé par le réchauffement climatique,
      je crois que le Soleil est une étoile invariable,
      je crois que Greenpeace n’est pas actionnaire de BP,
      Je crois que les maîtres du WWF ont eu raison de réintroduire le loup dans toutes les montagnes françaises, pour qu’il extermine le pastoralisme, et restitue aux actionnaires du WWF une merveilleux territoire à safaris,
      je crois que la JUSTE dictature du WWFariat est l’avenir de l’humanité,
      je crois que le climat va se dérégler et échapper à toutes les prévisions sauf celles du GIEC...
      Je crois que la physiologie végétale c’est tout des menteries inventées par le démon.
      Et pis la pédologie itou. La preuve est qu’il n’y a aucun pédologue parmi les experts du GIEC, donc le grand public des contribuables n’a pas besoin de savoir non plus...
      Je crois que le volcanisme sous-marin, c’est rien que des menteries inventées par les marchands de cigarettes.
      Je crois que le rôle des nuages et de leur nucléation, c’est rien que des menteries inventées par des infidèles.
      Je crois que les journalistes de Libé et Lim Monde sont honnêtes, courageux et indépendants de leur patron.
      Je crois que Jean Jouzel est assis à la droite du GIEC le tout-puissant pour les siècles des siècles.
      Amen. 


  • hervepasgrave hervepasgrave 19 novembre 2016 10:11

    Bonjour,
    Sur un site comme celui ci ,il est facile de mettre un article,mais désolant de ne pas en débattre après.
    L’écologie ne prend plus ? Est-ce une injustice ? une folie furieuse ? c’est dans ce sens là que nous devrions débattre.
    Mais au regard de la réalité de tous les jours, ce n’est pas la contrainte de faire le tri des poubelles qui est gênante (quoiqu’il y aurait des choses a redire !) Mais le fait évident que c’est une punition infligée, payante obligatoire,une marche forcée autoritaire.
    Si l’écologie avait été utilisée a bon escient et non de manière commerciale (cela ressemble au business du bug de l’an 2000) il y aurait eu certainement plus d’engouement. Alors l’écologie aurait eut ,des choses a apporter dans ce monde. Comme par exemple reverdir la planète.Chose faisable avec nos connaissances techniques.Mais les guerres sont plus rentables .Et comment accepter de perdre de beaux voyages insolites dans les contrées désertiques ?
    Vouloir changer l’ordre des choses du jour au lendemain, de main de fer ,n’est pas des plus judicieux . Que la pollution servent temporairement encore pour construire ,fabriquer des outils pour travailler les terres de nos déserts aurait certainement donné du boulot et du pain a un grand nombre de population dans le monde. L’équilibre se serait fait naturellement avant de croire changer la planète avec deux carottes qui poussent dans un panier.Je ne parlerai pas du réchauffement planétaire, c’est complètement le contraire de l’écologie que de vouloir jouer avec le climat et l’évolution.Il est évidemment moins rentable de vouloir si coller en faisant avec les éléments que dame nature nous concocte.
    Maintenant vouloir faire de l’écologie serait plutôt avoir le courage de s’attaquer à la connerie humaine.Mais là ,il faudrait se placer comme révolutionnaire ,terroriste peut-être ?. Pour faire propre c’est facile du côté des pouvoirs en imposant des choses qui font plus de dégâts que de profit pour les populations. Voila en gros pourquoi la sauce ne prend pas.


  • JC_Lavau JC_Lavau 19 novembre 2016 10:20

    Daniel Martin persiste à se faire le chantre du carbocentrisme, l’apôtre d’une escroquerie à l’échelle planétaire.


Réagir