mardi 31 janvier - par Paul ORIOL

Guerres du Vietnam et d’Algérie Deux films

 

Guerres du Vietnam et d’Algérie
Deux films

 

Guerres du Vietnam et d’Algérie Deux films

Vus par hasard à trois jours d’intervalle, deux films bien différents sur les guerres des États-Unis au Vietnam par un cinéaste étasunien (1) et de la France en Algérie par un cinéaste français (2).

Le premier est un film de guerre, classique, qui raconte un épisode d’après un fait réel qui s’est déroule en 1966.


Dans un bus, un homme jeune dévisage une jeune asiatique et s'endort.
Il se retrouve dans la guerre du Vietnam. Une permission de sortie ayant été refusée, son supérieur, un sergent, avec trois de ses hommes, enlève une jeune fille dans le but de la violer. Le héros du film ne cesse d'exprimer son désaccord jusqu'à se mettre en danger. Après qu’elle a été violée et blessée, il tente de la soigner mais ne peut la libérer. Au cours d’une attaque contre un groupe vietcong, ils l’assassinent. Le héros du film dénonce ces crimes malgré les tentatives de dissuasion de son commandement hiérarchique. Le sergent et ses complices sont condamnés en cour martiale.
Il se réveille dans le bus et revoit la jeune asiatique qui a suscité ce retour dans le passé. Vous avez fait un cauchemar mais je pense que c'est terminé maintenant, dit-elle.
C’est la dernière phrase du film. Mais ce n’est terminé ni pour ceux qui ont été au Vietnam, ni pour ceux qui ont été en Algérie.

Le second est un documentaire fait d’entretiens avec des hommes qui, entre 1954 et 1962, ont participé à la Guerre d’Algérie, qui ont connu les tortures, les corvées de bois (exécutions sommaires de prisonniers lors de fuites simulées)… qui n’ont pu oublier et qui, au moment de toucher la retraite d’ancien combattant, décident, enfin, de parler et de donner leur retraite à des associations algériennes. A l’occasion de retours en Algérie, ils retrouvent des anciens combattants de l’autre bord et essaient de nouer une solidarité fraternelle.

 

Les films étasuniens qui sont arrivés jusqu’ici et qui dénoncent la guerre du Vietnam sont bien plus nombreux que les films français sur la guerre d’Algérie. Les deux films ci-dessus montrent les difficultés que rencontrent ces jeunes de 20 ans mis dans des situations impossibles. Et tout le monde connaît les dégâts que cela a pu entraîner sur des générations. Le cas des Vétérans a été maintes fois signalé. Les témoignages en France sont plus rares, les appelés se sont très souvent enfermés dans le silence.

Les deux films parlent de responsabilité, de culpabilité ?, des blessures chez ceux qui ont participé à ces guerres mais de façon différente. Dans Casualties of War, il s’agit de jeunes engagés et l’épisode décrit est celui d’un sergent qui entraîne ses subordonnés dans une action criminelle. Dont un soldat au nom hispanique, probablement catholique qui avait promis de refuser. Par l’action du héros, luthérien, avec l’aide d’un aumônier méthodiste, le groupe sera condamné malgré les réticences de la hiérarchie, par le tribunal militaire.

Le héros du film n’a pu sauver la jeune vietnamienne. Celle qu’il voit dans le bus est-elle un reproche muet de son impuissance ? Par qui a-t-elle été sauvée ? Par l’État qui lui permet de faire des études sur un beau campus ? L’État sort totalement indemne de ce film.

Dans Retour en Algérie, il ne s’agit pas d’une bavure mais de pratiques couvertes, assumées par une hiérarchie, dénoncées seulement par le général Jacques de Bollardière (dont la femme témoigne dans le film), mis aux arrêts et condamné à 60 jours de forteresse. Il n’a jamais été réhabilité.


Pourtant le général Massu, responsable de la bataille d’Alger, des années plus tard, a reconnu : on aurait dû faire autrement.

C’est ce que des milliers d’appelés ont essayé de faire à l’époque (3). C’est ce que certains d’entre eux essaient de faire aujourd’hui, regroupés en association (4)


 

Guerres du Vietnam et d’Algérie Deux films

 

1 - Casualties of War (Outrages) de Brian de Palma,1989, 113 mn, se passe en 1966. Ce film a eu une diffusion normale.

2 – Retour en Algérie de Emmanuel Audrain, 2014, 52 mn. Ce film, produit avec l’aide de France Télévisions, n’est passé sur aucune chaîne. Il est diffusé tous les samedis à 11 heures au cinéma Luminor-Hôtel de ville à Paris pendant les mois de février et mars.

3 – Le nombre d’insoumis, déserteurs ou objecteurs de conscience est estimé à 12 000.

4 - Anciens Appelés en Algérie Contre la Guerre (4acg) : association fondée par 4 appelés du contingent en 2004.



19 réactions


  • TSS 31 janvier 17:38

    Ily a deja eu un documentaire sur l’Algerie dans lequel il y avait une interwiew

     d’Aussaresse le roi de la gégène !

     Egalement un film« Avoir 20 ans dans les Aurès »

     Personnellement ,à mon retour,j’ai tout refusé ,la commemorative,les anciens

     combattants et je ne le regrette pas..

     J’ai pu, sur place, constater à quoi correspondait les 130 ans d’education... !!


  • OMAR 31 janvier 18:39

    Omar9

    Salut @Paul  :« A l’occasion de retours en Algérie, ils retrouvent des anciens combattants de l’autre bord et essaient de nouer une solidarité fraternelle. ».

    Je regrette profondément que la guerre d’Algérie n’ait pas connu le même sort ; la même fin que l’Afrique-du-Sud.
    Et ce qui fait encore mal, c’est qu’après 55 ans, les braises de cette guerre ne se sont pas définitivement éteintes.
    Mais tout en militant dans ce sens, je continue à rêver à l’amitié, la coopération, l’émancipation et à la réussite des peuples français et algérien.
    http://www.telerama.fr/cinema/films/el-gusto,431558.php
    Alors, merci pour votre article.


  • julius 1ER 1er février 09:43

    la maxime d’Einstein est toujours bonne à rappeler !!!


    que ce soit la guerre du Vietnam ... et la Guerre d’Algérie vous remarquerez déjà que côté français on ne parle jamais du mot Guerre ......on parle du terrorisme, des événements d’Algérie mais le mot « Guerre » est resté tabou et pour cause .....

    puisqu’il s’agit( s’agissait d’une guerre coloniale classique en l’occurrence maintenir le pouvoir d’une minorité sur une majorité .... c’est toujours difficile de défendre l’indéfendable cad le pourquoi d’une domination d’une minorité (fut-elle éclairée ici dans ce cas particulier elle ne l’était pas )
    contre une majorité qui d’ailleurs n’était guère plus éclairée .... 
    ceux qui ont enclenché le processus de guerre sont ceux qui étaient partisans d’aucun changement et dans la définition de l’autochtone et dans la nature de ses Droits et de ses Devoirs ...
    on remarquera que la Guerre du Vietnam et la Guerre d’Algérie ont commencé de la même manière c’est à dire avant que la Guerre du Vietnam ne devienne ce qu’elle est ... elle s’est appelé Guerre d’Indochine et avant cela « événements d’Indochine » ...

    et dans les 2 processus de Guerre la France était aux premières loges puisqu’il s’agissait de colonies françaises durement conquises au 19 ie siècle et dans les 2 cas plutôt qu’enclencher un processus d’auto-détermination où d’indépendance contrôlée avec un partenariat pour un développement mutuel profitable aux 2 parties ???????

    on a enclenché la machine à perdre cad le jusqu’auboutisme guerrier d’une minorité de possédants qui eux ne voulaient rien céder ni en Droits ni en autorité pour les peuples concernés 
    préférant finalement tout perdre pour ne rien céder par principe ni aux « niaquoués » ni aux "fellouzes ultra-minoritaires au départ mais qui se sont renforcés au fur et à mesure que le combat devenait important et manichéen ( si tu n’es pas avec moi tu es contre moi ) c’est comme cela que l’on oblige les populations au départ plus ou moins indifférentes à choisir leur camp et c’est là que le processus devient irréversible ....
    une fois que ce processus est enclenché c’est le début de la fin ou la fin du début ... tout dépend de quel côté on se place ????
    mais en l’occurrence tous les films du monde sur ces sujets ne pourront jamais faire oublier notre raison sur terre et notre façon d’être dans nos choix primaires.... 
    cad choisir un mode de prédation ou un mode de coopération ???

    en l’occurrence les modes de prédation mis en oeuvre n’ont guère apporté de solutions durables et définitives à ces régions du monde et quelques milliers de milliards de dollars plus tard gaspillés en armements et des dizaines d’années perdues non plus !!!!!!!!!!!!!!!

  • MAIBORODA MAIBORODA 1er février 11:35

    à Paul Oriol



    1. Merci pour cet article.
    2. J’ai relevé l’adresse du site (4acg) auquel j’ai adressé un mail signalant la parution sur mon blog personnel d’articles relatifs à l’Algérie.
    3. A titre d’info, en voici les coordonnées :
    - Blog « u zinu »  http://www.wmaker.net/u-zinu/
    - Rubrique : « Séquences algériennes »
    - Article : L’Algérie de Camus ....... et des autres.

    Cordialement .



    • Paul ORIOL 1er février 23:09

      @MAIBORODA

      Bonjour,
      Je suis allé sur votre site magnifique.
      Je n’ai pas tout lu mais j’ai été passionné par votre biographie.
      Bien à vous
      Paul


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 1er février 12:09
    Monsieur Paul ORIOL !!!

    Depuis 2003 à ce jour je refuse de laisser passer un seul mot, une seule phrase qui nourrissent l’intox, la pollution des esprits et la DÉSINFORMATION pernicieuse ! 

    IL N Y A PAS EU « LA GUERRE ALGÉRIE » !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    IL Y A EU LA THÉORIE ET LA PRATIQUE DU TERRORISME FRANÇAIS et aucun historien français ni aucun intellectuel français ne peuvent me contredire !

    J’avais tout expliqué dans la « SYNTHÈSE DES EVÉNEMENTS HISTORIQUES » en 2003 et c’est ce qui tient d’histoire et de Vérité historique maintenant et pour toujours jusqu’à ce que la « Question algérienne » soit traitée honnêtement et de manière responsable : 
    CE QUE LA FRANCE ET LE FLN REFUSENT CONJOINTEMENT et POUR LES MÊMES RAISONS ! 


  • alain_àààé 1er février 13:48

    un article un peu léger ou vous ne dites pas toute la vérité car si MASSU et bien d autres généraux n ont pas voulu et pu en parler c est sur ordre du gouvrenement mitterrand méme jusqu a aujourdhui.je ne comprends pas pourquoi vous ne parlez pas des exécutions qui ont eu lieu lorsque l algérie est devenu indépendante mais surtout vous éludez d écrire tous ceux de droite mais surtout de gauche qui on aidé le FLN par la suisse des dépots de miliards d argent pour que le FLN achéte des armes pour faire la guerre qui d ailleurs ne concernent pas que les algériens mais des arabes venu d autres pays.


    • Paul ORIOL 1er février 23:17

      @alain_àààé
      Je n’ai pas la prétention de faire l’histoire de l’Algérie. D’autres plus compétents que moi l’ont faite et la feront encore.

      J’ai voulu rendre compte de deux films vus à quelques jours d’intervalle.
      Et simplement signaler que certains avaient vécu des choses qu’ils ne peuvent oublier et les ont transformé en solidarité.

      Sur la responsabilité, en dernier ressort, elle repose sur les politiques de 1830 à 1962 et même après pour certains pour qui la guerre ne sera jamais finie.

      Bien à vous


  • soi même 1er février 14:04

    Il y a un très bon film sur le sujet La Question film français réalisé par Laurent Heynemann, sorti sur les écrans en 1977.


  • moderatus moderatus 1er février 14:33


    Bonjour,

    j’ai beaucoup lu et écrit sur la guerre d’Algérie,

    votre article aurait été plus complet si vous aviez parlé


    -des actes terroristes commis pendant 8 ans par le FLN, contre les européens mais aussi contre des Musulmans leurs frères.


    -De la trahison des accords d’Evian qui n’ont pas protégé les populations


    -Du massacre de civils et de rapts de milliers d’Européens le jour de l’indépendance


    -De l’exode d’1 million de personnes qui ont été spoliés, volées, menacées de morts, et qui étaient là depuis de nombreuses générations. Des gens à qui l’on a tout pris, letravail de toute une vie, leur maison, leurs meubles, leur voiture, et qui sont rentrés avec une valise mais en sauvant leur peau..


    -Du massacre toujours par le FLN de dizaines de milliers de Harkis torturés de façon irracontable et inmontrable.


    -De la haute trahison des porteurs de Valise .


    Sans ces vérités historiques votre article n’est qu’une propagande pro Algérienne.


    Pour que vous puissiez être plus prêt de la vérité historique,



    je vous envoie ce film


    LA VALISE OU LE CERCUEIL


    QUE JE VOUS CONSEILLE DE REGARDER

    ainsi qu’à tous ceux qui lisent votre article.



    https://www.youtube.com/watch?v=lghZQSfhDWY




    • soi même 1er février 14:59

      @moderatus, souvenez vous pour quel motif qui est le démarrage de la guerre d’Algérie et comment un certains François Mitterrand Ministre de l’Intérieur a répondue à cela ?

      Au lieux de règle le problème par le haut, il l’a traité comme une vulgaire affaire coloniale.

       


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 1er février 15:15

      @moderatus

      Il n y a rien à modérer, modératus : La question est telle que je l’ai expliquée ! 

      Dans votre commentaire, il y a juste des mots et quelques phrases qui se rapportent à certains petits « événements » qui ne sont en réalité que la conséquence directe d’autres EVÈNEMENTS HISTORIQUES !

    • moderatus moderatus 1er février 15:20

      @Mohammed MADJOUR

      Je ne cherche pas à modérer, je dis seulement que tout n’est pas noir ou blanc, d’un côté les bons de l’autre les méchants.

      Le malheur en Algérie est un malheur partagé, Les choses auraient pu se passer autrement.


    • moderatus moderatus 1er février 15:24

      @soi même

      Exact , Mitterand et De Gaulle. Si on avait dit la vérité aux peuples si on avait préparé cette indépendance, combien de malheurs eussent été évités.
      Les peuples payent toujours les mensonges et les erreurs de leurs dirigeants.

      Regardez le film, vous verrez à quoi conduisent les mensonges

      https://www.youtube.com/watch?v=lghZQSfhDWY



    • julius 1ER 1er février 15:58

      @moderatus


      le film que tu donnes dans ce lien est intéressant à plus d’un égard car il y a un parti pris d’une Droite extrème sur de nombreux points :
      tel le bombardement de Mers el Kebir par les anglais c’est un fait ... mais c’est la faute de Pétain qui n’a pas voulu que la flotte française soit hors d’atteinte et surtout hors d’usage pour les allemands !!

      le film montre dès les premières secondes que hors l’auto-détermination il n’y avait aucune solution durable pour le pays et cela tient en 2 chiffres 1 million de pieds -noirs ....et 8 millions d’arabes et indigènes sans droits et cela n’aurait pas été tenable sur le long terme !!!!

      alors certains peuvent parler de victoire militaire lors de la bataille d’Alger mais pour ne rien changer derrière .....

      alors gagner la guerre de manière militaire c’est une chose mais gagner la paix c’est une autre paire de manches et là les durs que ce soit chez les pieds -noirs où chez le FLN par leur jusqu’auboutisme n’en voulaient pas !!!
       
      aussi réécrire l’Histoire ne sert à rien si l’on n’en tire aucun enseignement !!!

    • moderatus moderatus 1er février 16:46

      @julius

      il a manqué en Algérie un Mandela.

      Au lieu de celà on a eu des dirigeants menteurs et iréalistes qui ont monté les communautés les unes contre les autres.


  • CN46400 CN46400 1er février 16:54

    Entre nous et les algériens, la différence était que eux ils étaient chez eux et nous aussi on était chez eux...


    • moderatus moderatus 1er février 17:30

      @CN46400

      je ne comprends pas ,

      les immigrés qui venaient d’Espagne ,d’Italie, de Malte , de Corse et d’autres pays, et qui vivaient là bas certains depuis 4 générations et qui n’avaient rien à voir avec la conquête de l’Algérie en 1830., n’étaient pas chez eux ?

      les immigrés qui sont chez nous depuis 2, 3 ou 4 générations ne sont pas chez eux en France ?

      Expliquez moi votre raisonnement.


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 2 février 15:42

    @moderatus 1er février 15:24


    C’est tellement insuffisant ce que vous dites !!! 

    Ce qui s’est passé dans les années 1950-1960 empêche tout simplement l’existence de l’Algérie tout en interdisant l’indépendance de la France ! 

    LES HISTORIENS SONT DE GRANDS IMBÉCILES !!!

Réagir