jeudi 30 juin 2016 - par Ar zen

Hypothèse : et si le « Brexit » était une vaste manipulation du peuple britannique pour dissimuler un autre objet ? Démonstration

 Le 29 juin 2011, la bourse de Francfort, Deutsche Börse, et NYSE-Euronext (conglomérat des bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam, Lisbonne et d'un groupe boursier de New York -NYSE-) ont notifié à la Commission Européenne leur intention de fusionner.

Lors d'une décision du 01 février 2012, la Commission Européenne à Bruxelles a rejeté cette fusion envisagée entre la bourse de Francfort et la bourse NYSE-Euronext. Après avoir fait appel de cette décision devant le tribunal de l'Union Européenne, celui-ci a rendu, le 9 mars 2015, son verdict en confirmant la décision de la Commission Européenne qui interdit l'opération de concentration projetée entre Deutsche Börse et NYSE Euronext. En effet, l'article 102 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne -TFUE- interdit d'exploiter d'une manière abusive une position dominante. "Est incompatible avec le marché intérieur et interdit, dans la mesure où le commerce entre Etats membres est susceptible d'en être affecté, le fait pour une ou plusieurs entreprises d'exploiter de façon abusive une position dominante sur le marché intérieur ou dans une partie substantielle de celui-ci".

Le 23 janvier 2013, David Cameron, premier ministre britannique, annonçait sa volonté d'organiser en Grande Bretagne un référendum sur l'appartenance de son pays, ou non, à l'Union Européenne. Ce référendum était envisagé seulement en cas de victoire de M. Cameron aux élections de 2015. Le 20 février 2016, David Cameron fixait la date du référendum pour le 23 juin 2016.

Le 24 février 2016, la bourse de Francfort, Deutsche Börse -DB-, et la bourse de Londres (London Stock Exchange –LES-) annonçaient leur volonté de fusionner en une seule entité. Le 16 mars 2016, LES et DB officialisaient leur rapprochement en donnant quelques détails sur celui-ci. Les actionnaires de LES détiendront 45,6% de la nouvelle entité crée et ceux de DB une majorité de 54,4%. Cette nouvelle société serait domiciliée au Royaume Uni, à Londres. Les actionnaires de LES et de DB se prononceront en juillet 2016 sur la fusion et celle-ci sera finalisée d'ici la fin 2016, au plus tard au cours du premier trimestre 2017.

Cette holding deviendra un poids lourd, un mastodonte, parmi les opérateurs boursiers de la planète finance et entrera en concurrence frontale avec les sociétés boursières des Etats Unis.

Faut-il poser à nouveau la question de "l'abus de position dominante" interdit par les traités européens ? Vous aurez compris que si la holding se domicilie au Royaume Uni, et que celui-ci ne fait plus partie de l'Union Européenne, les dispositions des traités et, précisément, l'article 102 du TFUE, ne s'appliqueront plus.

Les dirigeants de LES et de DB ont-ils négligé la portée de l'article 102 lors de leur projet de fusion ? Sont-ils stupides ? La nouvelle entité boursière sera l'une des plus importantes au monde. Il ne fait, par conséquent, aucun doute que cette fusion aurait fait, de la part de la Commission Européenne, l'objet du même refus, et pour des raisons analogues, que lors du rapprochement envisagé entre la bourse de Francfort et NYSE-Euronext.

L'intérêt des dirigeants et des actionnaires était donc grandement tourné vers le "Brexit". Sans sortie de l'Union Européenne, pas de fusion possible. Mais comment faire passer cette affaire inaperçue ? En manipulant l'opinion publique à travers les médias de grande diffusion. Le curseur "out" a, depuis le mois de février, moment de l'annonce du référendum, toujours été tenu au-dessus des 50%. Les premiers sondages ont donné le "leave" gagnant à 52% contre 48% pour le "remain". Les résultats du 23 juin 2016 ont très exactement confirmé ces sondages initiaux.

Peut-on en conclure que des intérêts supérieurs de particuliers ont commandé la "sortie" de la Grande Bretagne de l'Union Européenne ? Peut-on imaginer que des juristes spécialistes du droit international ont ignoré la portée des traités, et de l'article 102 du TFUE, lors des premiers pas du projet de fusion ? Ceci ne résiste pas à une analyse rationnelle. Les capitaux en jeu ne le permettent pas, nous sommes ici assis sur des milliards d'euros.

Chacun se fera, bien évidemment, sa propre idée mais se rappellera que la manipulation des masses procède de la psychologie des foules et de processus en permanence à l'œuvre pour orienter l'opinion dans le sens des intérêts d'une élite financière qui a aujourd'hui pris le pouvoir sur les politiques. La neutralité des USA, lors de la première guerre mondiale, a volé en éclats lorsque la commission Creel s'est emparée de l'affaire, a tissé sa propagande et manipulé l'opinion, s'assurant le concours de spécialistes en la matière comme Edward Bernays.

 

http://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/application/pdf/2015-03/cp150032fr.pdf

http://www.lepoint.fr/economie/bourse-fusion-entre-l-allemand-deutsche-borse-et-le-britannique-lse-16-03-2016-2025703_28.php

http://www.boursenews.ma/bourse/international/les-actionnaires-de-london-stock-exchange-doivent-se-prononcer-en-juillet-sur-la-fusion-avec-deutsche-borse

http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/ALL/?uri=CELEX:12008E102

https://herveryssen.wordpress.com/mars-2013-les-rois-de-la-propagande-edward-bernays/

 



77 réactions


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 30 juin 2016 17:01

    Chouette... Un complot !


    • Ar zen Ar zen 30 juin 2016 17:44

      @Robert Lavigue

      Si vous pouviez nous éclairer sur les éléments factuels du complot que vous avez minutieusement identifié, nous pourrions avoir un échange intéressant.


  • gaijin gaijin 30 juin 2016 17:11

    une telle manip serait elle passée inaperçue des politiques ? certainement pas .......il suffit pourtant de voir leur tête ( pour le coup enfin réjouissante ) pour se convaincre qu’ils n’étaient pas le moins du monde préparés au brexit ...
    peut être les dirigeants des bourses ont ils correctement anticipé ?

    on va trouver des tas de gens qui avaient avantage au brexit ( ce n’est pas le premier article a ce sujet ) comme on en aurait trouvé des tas qui avaient avantage au maintien c’est un peu court pour établir un complot .........


    • Fergus Fergus 30 juin 2016 17:47

      Bonjour, gaijin

      Entièrement d’accord avec vous.

      « il suffit pourtant de voir leur tête ( pour le coup enfin réjouissante ) pour se convaincre qu’ils n’étaient pas le moins du monde préparés au brexit »

      Et surtout pas Johnson qui, bien que pro-européen, a joué cette partition en escomptant une défaite du Brexit pour servir ses intérêts personnels. Aujourd’hui Johnson est sonné et vient de perdre définitivement toute chance d’accéder au poste de Premier ministre.

      Et que penser du risque, bien réel, d’éclatement du Royaume-Uni, ce qui serait un séisme dans un pays aux traditions si ancrées ? On nage avec la théorie exposée dans l’article en plein fantasme.


    • Ar zen Ar zen 30 juin 2016 17:51

      @gaijin

      Ce qui est une certitude c’est que la fusion LES et DB ne pouvait se faire dans le cadre des traités européens. S’il y a bien une certitude, c’est celle là. L’abus de position dominante a obligé la commission à rejeter la fusion GB et Euronext. La nouvelle entité créé par la fusion LES + GB sera bien plus importante que celle rejetée par la Commission. Dans cette situation comment interpréter le fait que la fusion ait été annoncée et qu’elle va se réaliser . Les avocats de ces sociétés boursières richissimes étaient aux abonnés absents ? Ils n’auraient pas vu arriver l’article 102 du TFUE ? Avez vous essayé d’imaginer les milliards que représentent cette fusion pour les dirigeants et les actionnaires ?


    • Ar zen Ar zen 30 juin 2016 18:34

      @Fergus

      Et si vous preniez la peine de vous ancrer dans la réalité ? Vous parlez de fantasme, certes.

      La fusion est bien réelle ou pas ?

      La fusion était-elle possible dans le cadre des traités ou pas ?

      Pourquoi avoir annoncé cette fusion LES + DB en février 2016 alors qu’en 2015 le tribunal de l’Union Européenne venait de confirmer le refus de fusion Euronext + DB ? Les avocats de DB seraient-ils bêtes à manger du foin ? Ils essuient un premier refus de fusion de la part de la Commission, après arbitrage du tribunal, et, sans réflexion, tels des zombies, proposent une fusion encore plus importante ? La naissance d’une entité proprement monstrueuse qui va rivaliser avec les plus grosses bourses mondiales et américaines, et qui, probablement, ne laisse pas les donneurs d’ordres d’Obama indifférents. C’est le milieu des grosses zaffaires ! Ni vous ni moi ne sommes dans ce milieu.

      Fergus, et si vous mettiez vous intelligence à votre service. Comment pouvez vous expliquer cette annonce de fusion, alors que la GB était toujours dans l’UE ? Vous ne trouvez pas surprenant que DB, qui va être majoritaire à 54%, ne voit pas d’inconvénient à ce que le siège de la nouvelle entité prenne place à Londres ? Pourquoi à Londres et pas à Francfort, puisque DB est majoritaire ? Des réponses à apporter Fergus, au delà des fantasmes ?

      Remarquez que si la fusion va effectivement à son terme, nous serons dans une situation bien cocasse. La première économie de la zone euro aura sa bourse au Royaume Uni, hors UE. Il se prépare quelque chose, mais je ne peux l’identifier pour le moment.


    • tf1Groupie 30 juin 2016 18:40

      @Ar zen

      Pour avoir cette « certitude » il faudrait que vous soyez un specialiste du droit Européen.

      Et il y a plein de raisons à cette tentative de fusion : la première étant que les dirigeants aient parié sur un Brexit.

      Bref cet article ne résiste pas à une analyse rationnelle.

      Comme l’indique un commentateur, beaucoup ont parié sur le Bremain, d’autres sur le Brexit et donc quelle que soit l’issue du réferendum vous aviez un nombre importants de comploteurs potentiels.

      « Aki profite lecrim » est dans doute la phrase la plus stupide qu’il ait été donné de véhiculer sur Internet.


    • Ar zen Ar zen 30 juin 2016 18:57

      @tf1Groupie

      Veuillez accepter l’idée que la fusion LES et DB était impossible dans le cadre de l’Union Européenne. 

      A partir de ce constat vous pouvez bien sûr échaffauder toutes sortes d’hypothèses, dont la mienne. Mais les vôtres résistent-elles à l’analyse ? Vous parlez d’un « pari » sur le Brexit. Vous pensez qu’à ce niveau d’échange, nous parlons ici en milliards uniquement, ce genre de fusion se joue à pile ou face ? Vous touchez ici le top de l’élite financière. Les gros sous-sous se font ici et moins ailleurs. 

      Par ailleurs, s’il s’agissait d’un « pari » sur une décision incertaine, pourquoi avoir fait cette annonce en février 2016 ? Il suffisait d’attendre paisiblement le 23 juin. Le fait d’annoncer la fusion avant le résultat du référendum mettait les opérateurs financiers face à leur responsabilité et donnait un signe fort de la volonté de cette fusion et une vraie lisibilité sur la nouvelle entité et sur une force de frappe probablement jamais atteinte. Un vrai succès d’avenir, pas pour vous ni moi d’ailleurs. 

    • gaijin gaijin 30 juin 2016 19:15

      @Ar zen
      je ne sais pas ce qu’ils avaient prévu peut être d’arroser les bonnes personnes ?
      je ne dit pas qu’il ne faut pas prendre en compte cette question mais que a mon sens ça ne suffit pas a démontrer un complot
      de manière générale je trouve qu’il a trop d’agitation dans le marigo il faudra du temps pour que la vase retombe


    • Ar zen Ar zen 30 juin 2016 19:24

      @gaijin

      Absolument d’accord avec votre prudence. La suite nous éclairera. Restons patients mais gardons bien à l’esprit la chronologie des faits qui se sont déroulés et qui restent, malgré tout, des faits.

    • kader kader 30 juin 2016 19:45

      @tf1Groupie
      et toi, c’est en tant que spécialiste de quoi que tu réponds ?
       « cet article ne résiste pas à une analyse rationnelle. »
      Très bien quelle analyse ? Tu as le pseudo de la télé, mais aussi tu parles comme la télé. tu dis des choses mais tu ne prouves rien.

      il faut se poser des questions...et après tout je me dis pourquoi pas ? perso je ne me peux pas me prononcer, mais je vais faire attention .. à voir si une super entité financière (qui va nous presser comme des citrons) n’est pas en train de naitre en Europe à la faveur du brexit.


    • tf1Groupie 30 juin 2016 19:55

      @kader

      Moi je réponds en tant que spécialiste du bon sens, un truc que tu n’as apparemment jamais rencontré.

      Moi je pense que tu es un terroriste infiltré sur Avox ... mais je ne peux pas me prononcer.

      En attendant je transmets ta fiche à la NSA.


    • Ar zen Ar zen 30 juin 2016 20:54

      @tf1Groupie

      Jusqu’à cette étape d’avoir la certitude de comprendre le contenu et la portée de l’article 102 du TFUE, je peux dire, qu’ effectivement, je suis un expert du droit européen. Ce n’est pas un article bien difficile à décortiquer. Et vous, qu’en pensez-vous ? 

      Pour le reste, effectivement, je n’émets qu’une hypothèse. L’intérêt pour moi étant de voir apparâitre des infirmations ou des confirmations de celle-ci. 

    • izarn izarn 30 juin 2016 21:53

      @Ar zen
      Il y a un truc curieux ; c’est que Londres c’est en Livre sterling et Francfort en euro....
      Des capitaux européens chercheraient plutot à trouver une porte de sortie à travers le RU, la City pour continuer à commercer avec la Russie et surtout la Chine, et des pays du Moyen-Orient (Iran ,Egypte, Syrie...)
      On connait les mesures de rétorsions américaines si une banque veut trafiquer avec l’Iran...Et s’ils utilisaient la Livre comme jadis, avant 1918 ?
      En fait il y aurait une politique de l’UE, controlée par les USA, mais réprouvée par les investisseurs européens. On connait les énormes réticences des secteurs industriels vis à vis des mesures de sanctions diverses et interdictions commerciales (Mistral, avions de combat, etc...)
      Le fait de passer par Londres, seraient donc bien plus facile.
      On comprends ainsi la réaction hostile d’Obama et de Goldam Sachs au Brexit.
      Si on veut faire du complotisme, il faudrait dire que la Russie et la Chine sont en train de faire main basse sur la City. Caricatural, mais c’est un peu ça. De fait le premier empire eurasiatique était bien le RU : Ca créé des liens...
      Voir Meyssan sur le sujet...Les USA ne seraient plus la puissance dominante...
      Le Brexit serait aussi lié à cela.


    • Ar zen Ar zen 1er juillet 2016 07:12

      @izarn

      Je ne suis vraiment pas un spécialiste de la bourse. La seule chose que je sais être vraie c’est que les entreprises boursières sont des sociétés de droit privé comme les autres, soumis aux même règles. Elles sont elles même côtées en bourse.

      Une société lambda est introduite en bourse dans une certaine monnaie : dollar, livre sterling, euro. Les ventes et les achats se font donc dans la monnaie d’introduction. Le marché des changes entre monnaies intervient au moment des règlements.

      Si des lecteurs ont des connaissances étendues ils peuvent faire preuve de pédagogie en nous donnant quelques explications.


    • Fergus Fergus 1er juillet 2016 11:42

      Bonjour, Ar zen

      D’une part, cette fusion n’est pas définitivement actée, et le Brexit lui donne évidemment un coup fatal.

      D’autre part, elle n’a manifestement rien à voir avec le processus du Brexit qui a été engagé pour servir les intérêts personnels de Cameron et ses alliés chez les Tories.

      « La première économie de la zone euro aura sa bourse au Royaume Uni, hors UE. »

      Précisément, cela n’a aucun sens dans le cadre d’un Brexit. A contrario, c’est la City qui va se trouver de facto pénalisée par l’abandon du « passeport financier », synonyme de rapatriement au sein de l’UE des 27 - et même de la Zone euro - de sièges de sociétés financières qui ne pourront plus avoir accès au marché des 27 et moins encore traiter des transactions en euros, ce qui était le cas jusque-là de 40 % d’entre elles.


    • Ar zen Ar zen 1er juillet 2016 12:14

      @Fergus

      Vous avez raison, cette fusion LES + DB n’est pas encore actée. Attendez quelques jours et cela sera fait. Je crois ques les dirigeants ont parlé de la date du 4 juillet.

      Vous n’avez pas bien compris la portée de l’article 102 du TFUE. Il s’applique pour toutes les entreprises ayant leur siège social dans l’UE. Hors de l’Union les sociétés sont libres de s’associer et de former des cartels extrêmement puissants. Dans l’Union Européenne cela est interdit.

      Mais je veux bien le concéder, peut être que le Brexit n’était pas en lien avec cette future fusion. Ce n’était qu’une hypothèse. Il n’empêche que cette fusion permet de mettre l’accent sur la manière qu’utilise les multinationales pour contourner facilement, très facilement, les règles européennes. Il suffit d’installer le siège social dans un pays hors UE et les règles de l’Union ne s’appliquent plus.

      J’ajoute qu’une entreprises boursière est une société de droit privé, comme n’importe quelle autre. Après une petite vérification supplémentaire (voir l’un de mes autres posts) il appert que NYSE-Euronext (les bourses d’Amsterdam, de Paris, de Lisbonne, de Bruxelles et New York Stock Exchange) ont fusionné avec un géant américain ICE « IntercontinentalExchange » dont le siège est aux USA à ATLANTA. Les anciennes bourses européennes sont désormais sous contrôle d’une société américaine. Mais ceci est de l’ordre du détail puisque, je le répète, une entreprise boursière n’est qu’une entreprise, avec des dirigeants et des actionnaires, qui sont totalement libres de gérer celle-ci comme bon leur semble, de transférer son siège social où ils le veulent. Dans l’UE l’article 63 du TFUE le permet en tout temps.

      En revanche, dans l’Union Européenne, il ne faut surtout pas avoir une position dominante, c’est interdit par les traités et l’article 102. Vous aurez donc compris que la position dominante est « réservée » aux entreprises domiciliées hors UE. Elles peuvent dominer le monde. L’Union Européenne est satisfaite puisque celles-ci ne sont pas implantées dans l’UE.

      Ensemble nous sommes plus forts. C’est le « slogan » et la ritournelle de la propagande européiste. Bien sûr ensemble nous sommes plus fort mais l’article 102 interdit formellement d’être « trop » fort. Ceci est réservé aux entreprises qui n’appartiennent pas à l’UE. Voilà, voilà. C’est ballot quand même.

      Au fait, avez vous prêté attention à la bourse de Londres ? Elle est à son plus haut niveau de l’année 2016.


    • kader kader 1er juillet 2016 12:33

      @tf1Groupie
      très bien ta fiche est arrivée sur mon bureau. et je transmet ta fiche à la cotorep...


    • baron 1er juillet 2016 13:17

      @Fergus
      vous évoquez sans cesse cette suppression du passeport financier de la city. Avez vous des éléments factuels ?
      Parceq ue es concernés disent
      "Il n’y aura pas d’exode massif des banques et des institutions financières hors de la City", a dit Mark Boleat, l’un des dirigeants de la City of London Corporation, dans un communiqué.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 juillet 2016 14:44

      @Ar zen

      Je ne crois pas que le Brexit ait eu cette transaction LES-DB pour motif, mais il l’a indéniablement rendu possible.... comme il facilitera les rapprochements UK-USA et le choix définitif (?) de Allemagne pour le camp atlantiste contre une alternative « continentale ».

      PJCA

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 juillet 2016 14:51

      @baron


      Ce sera amusant de voir la City comme un énorme paradis fiscal... smiley.


      PJCA



  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 30 juin 2016 17:24

    Moi j’aime bien ce genre d’hypothèse !

    Dans 50 ans, on apprendra qu’en fait, la magouille était encore bien pire que ce que vous supposez.

    Qu’en pensent George Soros, David Rockfeller, Edward Balls, Fritz Bolkenstein, Henry Kissinger, et Pascal Lamy ?

    • Ar zen Ar zen 30 juin 2016 17:43

      @Jeussey de Sourcesûre

      Merci pour cette relance (pleine d’à propos, à mon sens. Mais je suis un éternel complotiste, évidemment, et vous filez un très mauvais coton de votre côté). L’addition des fortunes amène à quel chiffre selon vous ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 juin 2016 18:52

      @Ar zen
      John Kerry explique qu’il y a moyen de bidouiller quelque chose pour annuler le Brexit....


      Soros annonce que l’ UE va éclater, et qu’il faut la reconstruire totalement ... .
      Lui aussi veut sortir des Traités... pour en mettre d’autres, une manie, décidément ! Pour la remplacer par une vraie bonne dictature, d’autant plus aisée que l’ OTAN est une armée d’occupation en temps de paix .... ? What else ?

    • gimo 30 juin 2016 18:58

      @Ar zen
       Un autre complot au menu il faudra le digèrer non ??

      Qui dirige alors ou plutôt qui paie pour le fonctionnement du site AGORAVOX ?
      - Qui est derrière AGORAVOX ?


      On peut lire sur le site : Le mécénat de la Fondation Free permet à la Fondation Agoravox d’être son propre hébergeur en contribuant à sa pérennité.

      Le PDG de FREE est Xavier NIEL qui possède aussi Atlantico, Causeur et le Huffington Post (dans lequel travaille Anne Sinclair). Il fait aussi partie du triumvirat Pierre Bergé - Xavier NIEL - Mathieu Pigasse qui possède LE MONDE - L’OBS - Télérama et Courrier International

      Par ailleurs si vous allez sur AGORAVOX, vous noterez la présence d’une vidéo de BFM TV en bas de tous les articles.

      BFM TV a pour propriétaire Patrick DRAHI qui possède aussi SFR - Numéricable -Libération - L’Express - L’Expansion - RMC ainsi que la chaine internationale israélienne i24news

      Par conséquent le site agoravox média citoyen indépendant (sic) est en fait totalement contrôlé par des milliardaires tout-puissants dans le monde de la communication (presse, radio, télé, connectique internet)

      Pour vous faire une toute petite idée de ce monde regardez cette vidéo :


      J

    • Le Sudiste Le Sudiste 30 juin 2016 19:27

      @gimo
      Il n’y a que les cons comme toi qui voient des pubs sur Agoravox.


    • tf1Groupie 30 juin 2016 19:38

      @gimo

      "le site agoravox média citoyen indépendant (sic) est en fait totalement contrôlé par des milliardaires tout-puissants dans le monde de la communication"

      Ce n’est même plus un scoop aujourd’hui.
      Il n’y a que les imbéciles et les laquais qui le savent pas.


    • gimo 30 juin 2016 20:00

      @tf1Groupie et la blondasse
       On reconnait l’arbre à ses fruits bande de vendu  !!! ! minables que vous etes
       a votre place j irai me pendre a un arbre le plus solide
       


    • izarn izarn 30 juin 2016 21:56

      @Jeussey de Sourcesûre
      Justement, ceux que vous citez on l’air de l’avoir mauvaise...
      On dirait que certains trucs leur échappent smiley


    • kader kader 1er juillet 2016 12:35

      @tf1Groupie
      arrete d’insulter les gens, ou de les menacer, apprend la vie en société. Tu verras c’est très agréable aussi.


  • leypanou 30 juin 2016 17:52

    Au moment où j’écris, il y a 5 prétendants pour remplacer David Cameron au parti conservateur : 2 partisans du IN (la Secrétaire d’Etat à l’Intérieur Theresa May et Stephen Crabb, secrétaire d’état au Travail et aux Pensions), et 3 du OUT (dont le Secrétaire d’état à la justice Michael Gove ainsi que l’ancien secrétaire d’état à la défense Liam Fox).

    Comment des personnes qui ont défendu le IN peuvent-elles éventuellement diriger le RU qui a voté en majorité pour le OUT, avec T May disant même qu’elle est la meilleure personne pour diriger le RU après D Cameron ?

    J’ai cru aussi comprendre que pour déclencher l’article 50, il faut un vote majoritaire de la Chambre des Communes, qui a voté en majorité pour le IN.

    Les Européistes doivent être bien contents avec ce genre d’imbroglio.

    PS A Tsipras dirige bien la Grèce alors qu’il prétendait mettre fin à l’austérité, et il applique les recommandations de l’UE pour mettre en place l’austérité et démanteler complètement la Grèce qui n’a plus d’état indépendant que le nom.


    • izarn izarn 30 juin 2016 22:02

      @leypanou
      Notre république est monarchique, et nos présidents se foutent du peuple.
      Eux ont une monarchie, mais démocratique.
      La Chambre des Communes ne peut pas aller contre le peuple.
      A moins que ce soient des enc...Comme chez nous.


    • franc 1er juillet 2016 13:16

      @leypanou

      Mme T.May même si elle a prêché pour le bremain tout en étant eurosceptique dit qu’elle respecte la volonté du peuple et qu’il n’ y aura pas retour en arrière ,et donc qu’elle va travailler à opérer le départ de la G.B de l’U.E. Les députés britanniques m^me s’ils ont voté pour le bremain vont aussi en principe respecter la volonté du peuple car ils respectent le principe démocratique qui n’est pas un vain mot en Grande Bretagne.


  • Raoul-Henri Raoul-Henri 30 juin 2016 17:59

    Merci pour cette hypothèse et surtout pour la vigilance qui précède.
    Je me disais aussi...
    Trop GROS le coup du référendum « citoyen », « démocratique »... qui plus est respecté au premier des pays à l’origine d’une dictature unique et mondialisée : celle d’encore davantage de profits. La city est déjà la première place mondiale concernant les « changes » (du bébé cacateu) entre monnaies mortes  ;)
    Cela dit, et pour assurer la contradiction interne, pour l’avènement d’un projet de trèèès longue date (genre 2k ans) ne serait-ce là un pas de plus vers l’établissement d’une monnaie commune (et non unique) mondiale à laquelle seraient rattachées toutes les monnaies nationales ?
    Entre espoir et désespoir, tout est permis aux simples diables.


    • HELIOS HELIOS 30 juin 2016 23:37

      @Raoul-Henri
       ***** ne serait-ce là un pas de plus vers l’établissement d’une monnaie commune (et non unique) mondiale à laquelle seraient rattachées toutes les monnaies nationales ? ****


      ça existait il y a peu : cette monnaie s’appelait « OR » !!!

    • Raoul-Henri Raoul-Henri 1er juillet 2016 19:33

      @HELIOS
      Oui, merci du rappel ; j’aurais dû préciser : scripturale et uniquement scripturale, le gage de confiance ultime.

      Sinon çà spire Helios ? ;)


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 juin 2016 18:39

    C’est bien possible, mais au risque de l’éclatement de l’ UE, ce que les banskters ne souhaitent pas, on l’a vu en Grèce....
    Le capital de la dette ne sera jamais remboursé, mais les banksters s’en moquent, ils créent de la monnaie chaque fois qu’ils ouvrent une ligne de crédit.
    Par contre, ce qui les intéresse, ce sont les intérêts de la dette. Or, les intérêts de la dette ne tiennent qu’au fil de l’article 123 qui impose aux Etats d’emprunter au marché avec intérêts, et non plus à leur Banque Centrale à taux 0%.


    De plus, le Brexit est une pédagogie grandeur nature et un camouflet aux médias presstitués :
    - Les citoyens ont compris qu’il était possible de sortir légalement de ce machin. Ce que tous les euro-atlantistes se gardaient bien de leur expliquer.

    - Que « l’ Europe, contrepoids aux USA » était une légende urbaine, vu le nombre de Mamamouchis US venus faire la leçon aux Anglais, pour leur expliquer combien ils tenaient à ce qu’ils restent dans leur système colonial européen.

    - Que seuls les soucis des riches et des « mondialisés » préoccupaient les médias, les politiques et autres Quatremer, depuis une semaine. Le sort des sans dents anglais qui, de puis Tchatcher, survivent dans les régions désindustrialisées par la mondialisation, ne les intéresse pas plus que chez nous, en Espagne, en Grèce, au Portugal ou ailleurs...

    - Que tout cela était bien sûr la faute « du populisme » et de l’ extrême-droite, et pas du tout du ras le bol des sans dents....
    Bref l’hypothèse est intéressante, mais à quel prix  !

    • Ar zen Ar zen 30 juin 2016 19:08

      @Fifi Brind_acier

      Je vous rejoins lorsque vous dîtes que les « banksters » ne souhaitent pas l’éclatement de l’UE. C’est bien pour cette raison qu’il fallait être discret. Il ne s’agissait pas de claironner que l’UE c’est nul. Il faut qu’il y ait des lieux paisibles hors UE, des lieux bien gardés, comme la City par exemple. 

      Il suffit maintenant de dire, et nous voyons bien que les médias ne s’en privent pas, que le peuple britannique est bête, idiot, qu’il ne comprend rien, que se sont les « élites » qui apportent la meilleure réponse c’est à dire celle du maintien. Faisons donc passer le peuple britannique pour un gros crétin de manière à ne pas discréditer l’UE qui possède des dirigeants remarquables, bien meilleurs que ceux que l’on peut trouver en France. Un Jean Claude Juncker, par exemple, qui rejoint le camp de Cheminade en parlant des habitants des autres planètes qui observent l’UE. 

  • robert 30 juin 2016 19:56

    Merci de votre réflexion, moi je commence à me demander si cela n’a pas à voir avec tafta/ceca en échec aujourd’hui...


  • JMBerniolles 30 juin 2016 20:45
    Mais c’est très bien vu. Ne vous laissez pas impressionner par des commentaires sans arguments.

    On peut effectivement s’interroger sur le fait que des hommes politiques qui se prononcent en façade pour le maintien dans l’UE, David Cameron en tête, organisent un référendum qui a des chances importantes de conduire au résultat inverse.

    Il y avait certainement une demande populaire, mais je pense qu’elle a juste servi de prétexte pour une opération plus vaste où la finance et la politique jouent un rôle majeur.

    Les attaques contre Jeremy Corbyn, montre qu’il n’est question de laisser le mouvement populaire récupérer cette nouvelle indépendance.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 juin 2016 21:10

      @JMBerniolles
      Jeremy Corbyn est plébiscité par Tsipras et Podemos.
      Il est anti Brexit. Il est aussi de Gauche que je suis moine tibétain...


    • JMBerniolles 30 juin 2016 23:25
      @Fifi Brind_acier

      Je pense qu’il ressemble plutôt à des frondeurs socialistes qui iraient au bout de leur démarche.

      Il est clair qu’il est mieux que Blair et d’ailleurs à ce propos pour les blairistes (on se demande comment cela peut encore exister) il s’agit de débarquer Corbyn avant la sortie du rapport de la commission Chilcot.

      Il a la réputation d’être honnête. Enfin un pourrait-on dire.....

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er juillet 2016 07:54

      @JMBerniolles
      Remplacer Hollande par Tsipras ou Mélenchon ou Corbyn, on reste toujours entre européistes. C’est échanger un borgne pour un aveugle... « Corbyn, nouvel espoir de la Gauche européenne ? ».


      Par contre les Communistes anglais ont appelé clairement au Brexit.

    • JMBerniolles 1er juillet 2016 08:45
      @Fifi Brind_acier

      Je suis d’accord avec cela.... 

      Le fond intéressant est qu’il y a un mouvement de fond qui se dessine pour contester l’UE et bloquer de fait le développement rampant vers le fédéralisme.

      La prochaine étape est l’approfondissement de la crise économique dans les pays des traités européens. Cela viendra s’ajouter à la crise politique qui s’installe en France et dans d’autres pays européens....



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er juillet 2016 18:28

      @JMBerniolles
      Bloquer le mouvement fédéral, je ne sais pas, mais il y a un rejet de l’ UE.
      Les Partis qui ont appliqué les décisions européennes se sont carbonisés.
      On voit surgir des tas de propositions et de Partis politiques « pour sortir des Traités, pour rentrer dans d’autres ». C’est à dire, pour rester dans la construction européenne, en faisant croire qu’elle peut devenir autre chose qu’une pompe à finance réactionnaire.


      Le dernier exemple en date, c’est Chevènement. Le billet commence bien, et finit en eau de boudin : rester dans la construction européenne et transformer l’euro, en euro-franc, ce qu’il est déjà.
      L’euro a juste consisté à mettre un signe = entre la valeur des toutes les monnaies de la zone euro.
      On va donc voir fleurir des solutions de toutes sortes, sauf la sortie définitive de l’ UE, censurée.

  • lloreen 30 juin 2016 21:03

    Vous pouvez supprimer le conditionnel dans votre question.
    Le brexit est effectivement une belle manipulation des escrocs à la tête de la haute finance internationale,Rockefeller et Rothschild en tête.
    Grâce aux brexit les Rockefeller ont pu refaire leur coup de Waterloo et engrangeant des milliards.
    Il s’ agit simplement pour ce syndicat du crime de canaliser la fureur de la masse laborieuse de Grande-Bretagne en lui faisant croire à une pseudo victoire de la « démocratie ».

    Les britanniques vont vite déchanter lorsqu’ ils s’ apercevront que leur niveau de vie va aller en décroissant, non pas parce qu’ ils ont voté pour le brexit mais parce que l’ entreprise « union européenne » est en faillite depuis bien longtemps. Les budgets vont continuer à décroître et la masse laborieuse continuera à faire les frais de ce système en crise perpétuelle permettant à quelques-uns d’ engranger des milliards de milliards pour leur ordre malsain.

    Les escrocs auront donc la parade toute trouvée : c’ est la faute au peuple qui ne comprend rien et qui voulait « sortir de l’ UE ». Ce brexit servira à masquer la faillite systémique et servira de repoussoir pour dissuader les autres qui auraient envie de suivre l’ exemple britannique...et auxquels les médias aux ordres ne manqueront pas de répéter à longueur de temps tous les « désavantages » à « sortir de l’ UE ».

    Comme toujours , qui s’ en étonne encore... c ’ est la haute finance qui est à l’ origine de la manipulation en faisant artificiellement monter les cours avant le brexit pour les faire dégringoler le jour du résultat...en enrichissant au passage les Rothschild qui sont toujours les grands gagnants dans toutes les crises.

    Durant les deux ans (!) que durera le processus, les britanniques en verront encore de toutes les couleurs, brexit ou pas brexit, tout simplement parce que les masses laborieuses, où qu’ elles soient n’ ont toujours rien compris aux manipulations de ce syndicat du crime à la tête duquel se trouvent les quelques familles satanistes qui font et ont fait le malheur de ce monde.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 juin 2016 21:16

      @lloreen
      Et les preuves de ce que vous avancez, elles sont où ? Allez, au boulot, sortez vos chiffres !


      « UPR : Où est passée l’apocalypse annoncée ? »

      "La Livre s’effondre ? Où ça ?

    • izarn izarn 30 juin 2016 22:09

      @lloreen
      Une seule réponse :
      Pourquoi le président de la Goldman Sachs veut faire revoter les britanniques, à votre avis.
      Comme s’il avait perdu le controle de quelque chose ?
      Donc vous pouver éliminer Rockefeller ou Soros comme manipulateur pro Brexit....
      Alors que la City ne soit pas sympa, c’est un autre problème.


    • lloreen 1er juillet 2016 07:51

      @izarn
      « Pourquoi le président de la Goldman Sachs veut faire revoter les britanniques, à votre avis. »

      Vous ne vous posez pas plutôt la question de savoir en quoi un directeur de banque est légitime pour décider de ce qu’ ont à faire ou à ne pas faire les britanniques, ou les autres ?
      On sait que ces gens ne sont que les marionnettes des quelques familles de la noblesse noire qui dirige réellement les événements en coulisses se mêlent de tout ce qui ne les regarde pas ; qu’ ils se contentent de s’ occuper de leur arnaque, leur unique raison de vivre. Mais c ’ est trop leur demander. Leur esprit littéralement tordu ne le supporte pas, il leur faut leur contrôle absolu sur tout.
      Cet individu devrait peut-être changer de veste et proposer sa candidature à ses maîtres pour devenir président d’ une de leurs républiques où il déciderait qui vote et ce qu’ il y a à voter.
      On a bien vu ce quoi la pitrerie du referendum français de 2005 a débouché.

      Tout le monde sait bien que le système des élections est fait pour donner l’ illusion que les gens ont leur mot à dire. Si les élections servaient à changer les choses cela fait longtemps que cela se saurait.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er juillet 2016 07:58

      @lloreen
      Que la finance intervienne selon ses intérêts, tout le monde le sait.
      Ce qui importe, c’est comment on la neutralise pour défendre nos intérêts à nous ?


      C’est l’ Islande qui a montré ce qu’il fallait faire :
      Souveraineté + laisser les banques faire faillite + dévaluer la monnaie + remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux etc...

    • lloreen 1er juillet 2016 07:59

      @Fifi Brind_acier
      A défaut d ’une longue explication que vous zappez systématiquement je vous envoie une jolie image.Peut-être comprendrez vous mieux.
      http://www.politico.eu/article/brexit-pushes-us-closer-to-germany/


    • lloreen 1er juillet 2016 14:11

      @Fifi Brind_acier
      Je ne sais pas de quel apocalypse vous parlez quant aux chiffres ne je n’ y arrête pas tellement ils sont manipulables et manipulés.
      Il ne vous a certainement pas échappé que depuis 1945 les Etats-Unis ont fini par coloniser toute l’ Europe en commençant par créer leur entité d’ occupation sur le sol allemand sous la forme de la RFA, devenue depuis cette date et conformément aux plans de la haute finance internationale planquée à la City de Londres, leur 51ème état de fait.
      Il ne vous a certainement pas échappé non plus que leur caniche madame Merkel, toute frétillante d’ aise dès qu’ il s’ agit de saigner un peu plus le peuple allemand, leur sert de larbin pour tout ce qui peut favoriser les intérêts de Washington qui disposent du territoire allemand comme base arrière pour organiser leurs opérations terroristes.

      Il ne vous a sûrement pas non plus échappé que le grand allié de madame Merkel, monsieur Hollande a gracieusement offert aux mêmes terroristes de l’ OTAN de disposer du territoire français pour s’ étendre encore plus.

      Alors le brexit a été une superbe affaire pour tous ces escrocs et leurs larbins aux ordres permettant aux anglais de voir leurs alliés tout proche de chez eux sans aucun désagrément financier.
      Une belle aubaine pour les anglais avec l’ aide gracieuse du peuple anglais qui n’ y a vu que du feu.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er juillet 2016 18:41

  • lloreen 30 juin 2016 21:04

    pardon:les Rothschild ont pu refaire le coup de Waterloo.
    Pendant que les Rothschild s’ occupent des finances, les Rockefeller font et défont la politique.


  • Fripounet (---.---.78.88) 30 juin 2016 21:12

    Article intéressant à rapprocher de ceci :
    https://www.youtube.com/watch?v=jnm9W5V0gHA
    Vidéo de 5mn35. C’est pas long et c’est expliqué clairement.
    Les bourses de Paris, Lisbonne, Bruxelles, Amsterdam et Luxembourg sont dans un hangar gigantesque et ultra sécurisé dans la banlieue de Londres. Inutile de préciser que ce hangar est rempli de machines qui vendent et qui achètent des chiffres virtuels.
    Si l’Angleterre ne fait plus partie de l’Europe, ces bourses peuvent fusionner ; c’est plus interdit youpi !


  • Ar zen Ar zen 30 juin 2016 21:18

    J’aime bien votre manière d’anticiper les évènements. Cette réflexion sur le fond doit nous permettre de rester attentifs. Si ce que vous dîtes est juste, l’avenir nous dira très prochainement que votre vision était la bonne. Pour les masses laborieuse, je partage votre avis, elles sont totalement abandonnées de celles et ceux qui sont supposés défendre leurs intérêts. 

    Il est évident que si la naissance de la nouvelle entité boursière se confirme, NYSE-Euronext aura bien du souci à se faire. C’est d’ailleurs ce que craignait Deutsche Börse en restant isolée. Ceci veut dire que les bourses de l’UE n’auront plus aucun poids dans le concert mondial. 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er juillet 2016 08:06

      @Ar zen
      Ou bien Londres deviendra Singapour ...
      « Le pragmatisme britannique pourrait reprendre le dessus »

      Une fois passée les turbulences, le pragmatisme britannique pourrait assez vite reprendre le dessus. « Des financiers rêvent que Londres devienne un Singapour mondial, une zone totalement libre de toute contrainte réglementaire européenne, où toutes les puissances économiques et financières émergentes pourraient librement faire leurs affaires, propres et un peu moins propres  », estime le banquier d’affaires et ancien trader, Marc Fiorentino.


  • pierre60 pierre60 1er juillet 2016 07:30
    LSE and Deutsche Börse say Brexit will not derail merger

    Both exchanges warn a vote to leave EU could affect volume of trade in London and Frankfurt

    FEBRUARY 26, 2016 

    by : Arash Massoudi in London

    Europe’s hopes of building a unified capital market would be jeopardised by a so-called Brexit, but it would not derail a potential tie-up between Deutsche Börse and the London Stock Exchange.

    The continent’s two biggest exchange operators revealed further details about the putative deal that would value the combined group at more than £20bn.

    “This transaction would be expected to fully optimise and benefit from the potential of the Capital Markets Union project. It is recognised that a decision by the United Kingdom electorate to leave the European Union (a ‘Leave Decision’) would put that project at risk,” the two companies said in a statement on Friday.

    They have created a Referendum Committee to consider and make non-binding recommendation in the event of a June 23 vote for the UK to exit the EU.

    Both exchanges said that if the UK did vote to leave the EU the volume of trade in London and Frankfurt could be affected. However they stressed “the outcome of the referendum would not be a condition of the potential merger”.

    The FT reported on Thursday that Deutsche Börse deliberately launched its bid for the London Stock Exchange Group amid the political uncertainty surrounding Britain’s “Brexit” vote to steal a march on US rivals, the CME Group and Intercontinental Exchange.

    The two companies also confirmed that Xavier Rolet, chief executive of the LSE, would step down from his role after a seven-year run turning around the bourse’s fortunes. The new group would be run by Carsten Kengeter, the former banker who has headed up Deutsche Börse since June, who would also be a member of an equal-weighted board.

    Donald Brydon, the LSE chairman, would hold the same role in a combined company, while Deutsche Börse’s chairman Joachim Faber would become deputy chairman. David Warren, the LSE chief financial officer, would keep the same role and receive a board seat.

    “Xavier has been the architect of LSE’s considerable value creation and has offered to retire in order to ensure the successful creation of the new group,” Mr Brydon said, adding that the board had accepted his offer.

    The two bourses said the new company would be domiciled in the UK and established as a PLC, boosting the City’s roleas Europe’s dominant financial centre. The new group would have operational headquarters in London and Frankfurt, and be dual-listed on the main stock market in both cities.

    LSE and Deutsche Börse also made their first statements about potentially “substantial” cost cuts, which they said would come mainly from removing duplication of technology and operations. The two said they could see additional benefits from cross-selling products.

    The companies stressed the balanced nature of an all-share “merger of equals”, that underscored the political sensitivities and regulatory scrutiny any deal would face.

    Under the terms being discussed, Deutsche Börse would emerge with 54.4 per cent of the new entity and LSE investors would own the remainder.

    https://next.ft.com/content/6060bc96-dc73-11e5-98fd-06d75973fe09?siteedition=uk&_i_location=http%3A%2F%2Fwww.ft.com%2Fcms%2Fs%2F0%2F6060bc96-dc73-11e5-98fd-06d75973fe09.html%3Fsiteedition%3Duk&_i_referer=http%3A%2F%2Fr.search.yahoo.com%2Ffeedf3354e297f58c1cf813cf2dd94ad&classification=conditional_standard&iab=barrier-app

    • JMBerniolles 1er juillet 2016 08:54
      @pierre60

      Les traités transatlantiques sont faits pour que la finance centrée sur les USA mettent la main sur les échanges commerciaux internationaux.....

      Visiblement Obama n’arrive pas à faire passer ces traités et il se met logiquement en place à Londres un instrument financier et boursier pour prendre sa part du commerce international ;
      Avec une ouverture vers la Chine et la nouvelle route de la soie.

      Visiblement les USA n’ont plus les moyens politiques et militaires pour imposer leur mainmise sur le monde.... Cela rend d’autant plus dangereux le virage vers un monde plutôt multipolaire que nous vivons.


    • Ar zen Ar zen 1er juillet 2016 10:11

      @JMBerniolles

      En gratant un peu, il est possible de se rendre compte que l’entreprise NYSE-Euronext a été avalée par le géant ICE, IntercontinalExchange dont le siège est à..... Atlanta aux USA. C’est une société états-unienne.

      Et, effectivement, votre commentaire fait référence à une lutte de pouvoir entre sociétés boursières pour prendre le contrôle sur le commerce international. C’est du très très gros business. Les chefs d’Etats et de gouvernements concernés tentent de peser sur les différentes prises de contrôles en fonction des intérets qu’ils protègent.

      Rien d’étonnant, par conséquent, en fonction de leurs intérets propres, que le président de Goldmansachs et Georges Soros aient des vues divergentes concernant le Brexit. Chacun son jouet boursier. Primauté d’un groupe US ou d’un groupe britannique, c’est la lutte que se livrent les élites financières. Chacun défend sa paroisse.

      "Le 20 décembre 2012 est annoncé le rachat de NYSE Euronext par l’ICE pour 8,2 milliards de dollars, ce qui doit donner naissance au premier opérateur boursier mondial[2]. Le 12 novembre 2013, la fusion-acquisition est réalisée[3].

      En novembre 2013, ICE rachète pour 150 millions de dollars Singapore Mercantile Exchange[4].

      Le 27 mai 2014 InterContinentalExchange lance un processus d’introduction en Bourse de ses activités en Europe qui sont regroupées dans la société Euronext, qui gère les Bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne [5].

      En octobre 2015, ICE acquiert Interactive Data, une entreprise américaine spécialisée dans la création de données financières en temps réel, pour 5,2 milliards de dollars, dont 3,65 milliards en liquides et 1,55 milliards en actions ICE[6]. En novembre 2015, ICE acquiert pour 650 millions de dollars Trayport à BGC Partners[7]."


    • JMBerniolles 1er juillet 2016 16:51
      @Ar zen

      Merci pour ces précisions.

      La tendance que l’on va pouvoir vérifier rapidement est donc que l’Angleterre ne signera pas les traités transatlantiques.....

      Peut-être seront-ils suivis par les pays de l’UE .... ? 


  • robin 1er juillet 2016 09:15

    Je ne sais pas si le Brexit est un complot ou pas et à la limite je m’en fous : A force de complots imbriqués les uns dans les autres je ne sais pas comment les manipulateurs comme Soros et consorts n’arrivent pas régulièrement à se tirer une balle dans le pied.

    la seule chose que je sais c’est qu’au final on jugera l’arbre à ses fruits et qu’à mon avis ils seront particulièrement pourris.......comme d’habitude.


  • julius 1ER 1er juillet 2016 09:51

    Sans sortie de l’Union Européenne, pas de fusion possible. Mais comment faire passer cette affaire inaperçue ? En manipulant l’opinion publique à travers les médias de grande diffusion. Le curseur « out » a, depuis le mois de février, moment de l’annonce du référendum, toujours été tenu au-dessus des 50%.


    @l’auteur,
    c’est vrai qu’en matière de manipulation vous êtes des spécialistes à l’UPR !!!
    cela fait bientôt 4 mois que vous êtes plusieurs à vous relayer pour « l’exit »....
    donc si je suis votre raisonnement l’UPR travaille pour les actionnaires et les lobbys boursiers.. enfin vous tombez le masque !!!!!!!!!!!!!!

    • Ar zen Ar zen 1er juillet 2016 10:22

      @julius 1ER

      Vous êtes trop fort. Sherlock Holmes, Colombo et Maigret ne vous arrivent pas à la cheville. J’aimerais être votre ami pour approcher une puissance de déduction de cette nature.

      Merci pour votre commentaire.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er juillet 2016 18:55

      @julius 1ER
      Quand on soutient comme vous l’Europe des banksters, en la confondant avec de l’Internationalisme, votre remarque ne manque pas de sel ...
      « L’internationalisme des imbéciles »


      Et puis sans doute, les Communistes anglais sont à mettre dans le même sac que l’ UPR, ils ont appelé à voter pour le Brexit... ??

    • tf1Groupie 2 juillet 2016 21:49

      @julius 1ER

      Assez bien vu : le Brexit profite à l’UPR, c’est un fait.

      Donc l’UPR est derrière la manipulation Brexit, CQFD.


    • Ar zen Ar zen 2 juillet 2016 23:07

      @tf1Groupie

      Feriez vous équipe avec Julius 1er ? Il me semble que vous vous tirez la bourre pour savoir qui fera la meilleure déduction foireuse. Savez vous que Sherlock Holmes, Colombo et Maigret étaient des personnages de fiction ?

      On ne peut pas dire, vous avez vraiment de la suite dans les idées, ou alors, vous vous trouvez drôle ? Dégainez nous une petite histoire de toto pour finir en beauté. Elle sera au moins aussi désopilante que votre saillie à l’humour presque irrésistible.


    • julius 1ER 3 juillet 2016 14:25

      @Ar zen


      c’est vrai que çà fait des mois que vous nous vantez les mérites de l’EXIT .... et maintenant vous nous affirmez droit dans vos bottes ... qu’il s’agit«  »d’un complot«  ???????

      c’est vrai qu’en ce moment vous faites du »sous-marine le pen " un jour une chose et le lendemain son contraire et vice-et -versa et réciproquement .... n’est ce pas à ce genre de chose que l’on reconnait les Populistes et les Démagos ??????

    • Ar zen Ar zen 3 juillet 2016 18:02

      @julius 1ER

      Avez vous lu le titre du billet ?

      Ne confondez pas hypothèse et affirmation. Je n’ai jamais rien affirmé du tout.

      Pouvez m’expliquer ce que vous entendez par « un jour une chose et le lendemain son contraire et vice-et-verra et réciproquement ». Hormis la recherche d’un effet de style vous ne dites rien.

      Hypothèse : Proposition visant à fournir une explication vraisemblable d’un ensemble de faits, et qui doit être soumise au contrôle de l’expérience ou vérifiée dans ses conséquences. Supposition, conjecture portant sur l’explication de faits passés ou présents ou sur la possibilité de survenue d’événements futurs : Une hypothèse peu fondée. Dans la logique traditionnelle, proposition particulière, comprise comme implicite à la thèse, ou incluse à celle-ci ; dans la logique moderne, formule figurant en tête d’une déduction et qui, à la différence d’un axiome, n’a qu’un caractère transitoire.

      Affirmation : Action d’affirmer, énoncé par lequel on affirme ; allégation, déclaration : De telles affirmations sont invraisemblables. Action de rendre manifeste, éclatant : L’affirmation de l’indépendance nationale. Statut de la phrase (déclarative, interrogative ou impérative) qui présente le prédicat comme vrai, possible, probable, contingent ou nécessaire

      Si vous tenez compte de la définition d’un« complot », il n’y a, dans mon hypothèse, aucune référence à un complot. En effet, je n’évoque jamais :

      1°) une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation.

      2°) Une résolution concertée de commettre un attentat.

      3°) Un projet « répréhensible » ......

      Vous avez une idée très personnelle du complot bien au delà de sa définition officielle.

      Vous vous trompez tout simplement.

      Complot : Atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation. Résolution concertée de commettre un attentat et matérialisée par un ou plusieurs actes. Par extension, projet plus ou moins répréhensible d’une action menée en commun et secrètement.


  • Anthrax 1er juillet 2016 10:16

    @Ar Zen

    Je suis d’accord avec la première partie de ton titre, je ne te suis pas sur la 2eme qui me semble plus aléatoire et difficile à démontrer.
    Je crois en effet que les 52 % de gens qui ont voté « out » ses sont fait avoir en beauté par les forces du grand capital comme disait le camarade Georges Marchais.
    Je m’explique :
    Le SUN, cette pourriture de tabloïd qui a écrit n’importe quoi pour faire voter brexit, est la propriété du milliardaire Murdoch, 32 eme fortune mondiale. Son groupe de presse est le premier au monde, il détient quasiment tous les journaux anglo-saxons de poids, plus des grands medias audio-visuel, https://fr.wikipedia.org/wiki/Rupert_Murdoch
    Murdoch n’est pas anglais, il est australien et vit à New York. La campagne brexit, entamée depuis 3 ans, a fait monter en flèche les ventes de ses canards et le prix de la pub. S’il y en a un à qui le brexit a déjà rapporté gros, c’est lui. Quant aux couillons qui ont suivi les conseils de ses papiers culs imprimés, ils vont se retrouver bernés et plus pauvres qu’avant.

  • njama njama 1er juillet 2016 11:22

    « Brexit », une manipulation ?

    Jean-Claude Juncker s’emmêle les pinceaux : « J’ai vu les dirigeants d’autres planètes sont inquiets pour la construction européenne... » (VIDÉO 0’44)
    https://www.youtube.com/watch?v=4e8grEVGMLA

    2016 Bilderberg Meeting - Dresden, Germany 9-12 June,
    Final list of Participants : http://www.bilderbergmeetings.org/participants.html

    Bilderberg : escapade de l’autre côté du miroir

    [...]Bilderberg obéit à une très stricte « règle de Chatham House » ; si vous êtes un participant, vous pouvez utiliser toute information que vous recevez de vos collègues invités, aussi longtemps que vous ne révélez pas votre source. Voilà à peu près comment l’axe Washington/Wall Street fonctionne.

    [...]Comme ma taupe – un diplomate européen – me l’a dit, cette année, certains éléments clés de l’agenda du Nouvel Ordre Mondial (NWO) ont été impérieusement discutés, comme la façon de bloquer Donald Trump aux États-Unis et le Brexit au Royaume-Uni, par tous les moyens nécessaires, ainsi que la façon de pousser le traité pour le partenariat commercial et l’investissement transatlantique (TTIP) dans la gorge de l’opinion publique européenne, là aussi par tous les moyens nécessaires.

    Mais d’autres impératifs globalistes étaient aussi pertinents, tels que la création d’un passeport virtuel en ligne – un Identifiant Internet – sans lequel personne ne sera en mesure de dire, ou d’acheter, quoi que ce soit. L’excuse pour cela est – devinez quoi ? – la promotion de la cybersécurité. L’idée, sans surprise, est sortie de la Commission européenne orwellienne.
    [...]


  • Hermes Hermes 1er juillet 2016 15:16

    Tout cela n’est sans doute pas prémédité, mais il y a toujours moyen d’en exploiter les conséquences dans le sens qui intéresse la tête de l’EU, et ça, ils ne s’en priveront sans doute pas. La GB leur fournit une occasion en or de griller une étape et d’aller directement vers la régionalisation totale et la disparition d’un etat.

    A craindre aussi, un durcissement et une accélération des mesures allant dans ce sens dans les autres pays Européens, par peur de FRexit, SPexit, ITexit etc

    A suivre, car je n’ai pas de boule de cristal ! smiley


  • Odin Odin 2 juillet 2016 13:47

    Les 6 derniers chandeliers sur ce graphique montrent bien que « certains » se sont bien gavés avec ce Brexit et ce n’est pas terminé ;-


  • Ar zen Ar zen 4 juillet 2016 23:20

    Voilà, comme prévu, la date annoncée du 4 juillet a été respectée. La fusion LES et DB aura bien lieu. Malgré toutes les opinions contraire après le Brexit, le mariage des 2 bourses va être effectif.

    http://www.bilan.ch/argent-finances/fusion-bourses-de-francfort-londres-approuvee-actionnaires


Réagir