jeudi 23 février - par salem alketbi

Implications de la Démission de Flynn

Après seulement 24 jours qu'il a passés comme conseiller de sécurité nationale des États-Unis, Michael Flynn a démissionné en raison des connexions entre lui et la Russie avant que le président Trump ait assumé la présidence. Il est devenu le conseiller en sécurité qui a passé la plus courte période de l'histoire des États-Unis. L'importance de cette démission est que Flynn est l'un des responsables les plus proches du président américainet même les plus enthousiastes. Il a été un conseiller influent pendant la campagne électorale présidentielle.

Flynn est l'un des faucons de l'administration américaine, notamment en ce qui concerne sa position face au terrorisme. Il croit que les États-Unis perdent la guerre mondiale contre « l'extrémisme islamique », et sa carrière est très intéressante. Il a déjà été retiré de son poste à l’agence du Renseignement de la Défense en 2014 pour une raison inconnue. Il a dit qu'il s'agissait de son franc parler de « l'extrémisme islamique ». Certains ont dit que la raison était qu'il a refusé les changements structurels effectués au sein de l'agence. Quant à ses positions politiques, il a quitté le Parti démocrate dans lequel il a passé la plus grande partie de sa carrière pour rejoindre la campagne du président Trump, et s’est même allié avec lui politiquement après qu’il l'a vu comme modèle du président américain. Cela explique son extrême enthousiasme pour lui. Après la victoire de Trump aux élections présidentielles, Flynn a déclaré : « Nous avons commencé une révolution, la plus grande élection dans l'histoire de notre nation depuis que George Washington a décidé de ne pas être roi. »

L'ancien conseiller à la sécurité nationale a fait des commentaires controversés sur le président Trump. Il a également été contraint de s'excuser pour ce qu'il avait dit, comme ce qu'il a dit lors de sa présidence de l’Agence du Renseignement de la Défense sur le maquillage et comment il rend les femmes plus attrayantes. En février, il a tweeté que la peur des musulmans est logique. Avant cela en juillet, il a dit au New York Post que le monde islamique représente un échec complet. En août, il a prononcé un discours à un groupe anti-musulman à Dallas, décrivant la religion islamique comme une « idéologie politique [...] qui se cache clairement derrière cette notion que c’est une religion ».

Flynn a une expertise dans le monde du renseignement grâce à son travail dans l'armée américaine pendant près de trois décennies continues, mais il semble que cette expérience ne l'a pas empêché d'ouvrir des canaux de dialogue suspects avec les responsables russes, comme les rapports des médias suggèrent qu'il a démissionné à la demande de Président Trump après le déclin de sa confiance en lui, comme il a discuté de la question des sanctions américaines vis-à-vis la Russie, avec un diplomate russe, avant que Trump n'ait pris ses fonctions à la Maison Blanche.

Flynn a démissionné avant d'impliquer toute l'équipe présidentielle. Le vice-président Mike Pence le défendit il y a quelques jours, niant les accusations à son sujet, mais Flynn a reconnu avoir trompé par inadvertance le vice-président et d'autres personnes, en leur fournissant peu d'informations sur ses appels téléphoniques avec le diplomate russe. Le problème fondamental était que Flynn a violé la loi Logan qui interdit aux citoyens d'accomplir des tâches diplomatiques. Il avait discuté d'une question diplomatique avec des tiers avant son entrée officielle au pouvoir.

Le Parti démocrate essaie d'utiliser l'événement pour discréditer Trump lui-même. John McCain a déclaré au Sénat et au président du Comité des forces armées que cette démission était une preuve inquiétante du déséquilibre qui prévaut actuellement au sein de l'Administration de la sécurité nationale. Le sénateur Roy Blount a demandé une enquête sur les relations de Trump avec les mêmes responsables russes. Le chef des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a estimé que le peuple américain méritait d'avoir une connaissance complète des relations financières, personnelles et politiques entre la Russie et le président Trump et ses implications sur la sécurité nationale.

Il ne fait aucun doute que la démission représente une perte pour le président Trump, parce que son conseiller en sécurité nationale avait partagé son point de vue sur des dossiers essentiels comme l'Iran. Ils sont convenus de la nécessité de renégocier leur programme nucléaire. La démission ne signifie pas un déclin de la politique américaine stricte envers l'Iran, parce que cela a été spécifiquement un sujet d'accord dans l'administration. Celui qui succèdera à Flynn sera sur la même ligne, sans parler du fait que le président Trump lui-même a ordonné à l'administration de traiter strictement avec les mollahs.

La démission peut avoir un impact négatif sur l'administration du président Trump, mais il est plus probable qu'avec cette démission, l'administration se soit débarrassée d'un lourd fardeau qui l'a toujours placée sur la défensive, sans parler du fait que les relations de Flynn avec les hauts fonctionnaires dans l’administration n'étaient pas si bonnes que cela. Flynn n'a pas maintenu une bonne relation avec le secrétaire de la Défense James Mattis et d'autres dirigeants de l'administration. En outre, la démission a été dans l’intérêt du président Trump, pas contre lui, comme ses conseillers les plus proches ont demandé de prendre cette mesure en raison de la perte de confiance en lui. Cela a donné à l'opinion publique américaine une bonne impression que le président n'est pas flatteur et ne favorise personne mais prend des décisions en conformité avec les intérêts du pays, indépendamment de toute autre considération.

Le dossier de communication avec la Russie sera-t-il fermé suite à la démission de Flynn ? Les allégations de l'intervention de la Russie dans la campagne électorale présidentielle américaine cesseront-elles ? Ou la démission n'est que le début de plus de charges, avec peut-être d'autres conséquences ?



4 réactions


Réagir