vendredi 24 mars - par Serge-André Guay

Journée mondiale du livre... numérique gratuit

Pour un équilibre entre le commercial et l’accès libre et gratuit

Le 23 avril prochain se tiendra la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur sous l’égide de l’UNESCO. « En célébrant cette journée, l’UNESCO cherche à promouvoir la lecture, l’industrie éditoriale et la protection du droit d’auteur » précise l’organisme des Nations Unies. Malheureusement, cet appel lancé aux « auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires » à travers le monde n’encadre pas les initiatives prises par les instances internationales, nationales et locales. Ainsi, chacun y va avec sa propre perception des activités à tenir dans le cadre de la journée mondiale. Et dans le contexte où les intérêts du capitalisme dominent notre société, la Journée mondiale du livre devient de plus en plus commerciale et tenue dans le seul but de vendre davantage de livres.

Un grand nombre d’activités visent uniquement à inciter les lecteurs à visiter leurs libraires, c’est-à-dire à acheter un livre. Et au Québec, un « concours pour tous » cible uniquement les librairies indépendantes au détriment des chaînes de librairies.

Heureusement, des activités se tiennent en dehors des établissements du commerce du livre : bibliothèques, écoles, centre de la petite enfance et garderies, Maison des jeunes et de la famille, Maisons de la culture, centres de loisirs, etc. Mais l’objectif ultime des organisateurs vise une augmentation de la clientèle de ces lieux pour en assurer le financement public et/ou le renouvellement du segment de marché des lecteurs pour assurer la survie de l’industrie.

Si je ne m’oppose pas d’emblée à la commercialisation du livre lors de cette journée mondiale, je m’inquiète cependant du peu de place fait à la culture et au livre libre.

Le but demeure noble, « la promotion de la lecture », mais son amalgame quasi-automatique avec le commerce du livre me pose un sérieux problème.

Promouvoir la lecture dans le cadre de la Journée mondiale du livre nous oblige à donner libre accès au livre. Pendant que l’industrie traditionnelle du livre pilonne et détruit des millions d’invendus partout dans le monde à chaque année (voir le documentaire « On achève bien les livres » http://onachevebienleslivres.blogspot.ca/), l’accès libre et gratuit aux livres passe sous silence et nous continuons à célébrer le livre de la même façon, sans soulever les problèmes et surtout les solutions.

À titre d’éditeur libraire québécois en ligne depuis bientôt une quinzaine d’années, je considère le livre numérique gratuit en libre téléchargement comme la meilleure solution pour promouvoir la lecture partout dans le monde. À notre librairie s’ajoute une bibliothèque de livres numériques gratuits.

Pourquoi des auteurs offrent-ils gratuitement la version numérique de leurs livres ? Je peux donner une réponse personnelle à cette question puisque les intéressés peuvent télécharger gratuitement mes trois essais. Mon but, mon seul et unique but, est d’être lu et, pour ce faire, rien de mieux que d’offrir mes livres numériques en libre téléchargement. J’ai décidé que la vente de quelques centaines d’exemplaires dans les réseaux de librairies traditionnelles ne rapporterait pas suffisamment de redevances pour en priver l’ensemble des lecteurs potentiels.

La surproduction de l’industrie traditionnelle du livre a passablement réduit la durée de vie des nouveautés en librairies et la redevance dépasse à peine les 10% du prix de vente de chaque exemplaire. Est-ce que la cession de mes droits d’auteur (jusqu’à 50 ou 70 ans après mon décès) exigée par l’éditeur traditionnelle est équitable compte tenu de l’offre ? Pas pour moi. Et c’est de plus en plus le cas de nombreux auteurs partout dans le monde.

Nous recherchons davantage un succès d’estime qu’un succès commercial. Voir des milliers d’exemplaires numériques de mes livres téléchargés gratuitement de partout dans le monde comble toutes mes attentes. Après des mois voire des années d’écriture, mes œuvres en format numérique trouvent leurs lecteurs par milliers sans craindre d’être retirées du marché pour des impératifs commerciaux. C’est la beauté du livre numérique. Vendus ou offerts gratuitement, ils demandent peu d’investissements à produire et à entreposer sur un serveur, contrairement aux dépenses élevées pour des exemplaires papier.

L’offre de téléchargement libre et gratuit ajoute une touche finale à la beauté du livre numérique. Ainsi, je peux rejoindre tous ceux et celles dont les ressources financières ne peuvent pas soutenir l’achat de livres ou tous ceux et celles dont le budget pour la culture est déjà à son maximum, tous ceux et celles dont l’importation d’exemplaires papiers en leurs pays en fait grimper le prix au-delà du raisonnable et tous ceux et celles qui ont épousé la culture de gratuité sur internet et le libre accès, dont je suis.

J’invite tous les adeptes du libre accès à la culture, notamment au livre numérique, à peser de tout leur poids pour rééquilibrer la balance entre le commercial et le gratuit à l’occasion de la Journée mondiale du livre du 23 avril prochain.

 



11 réactions


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 24 mars 10:55


    De toute façon si ce n’est pas gratuit, ça sera « piraté » et on le trouvera gratuitement. C’est la contre partie d’une société de voleurs ^^


    • Serge-André Guay Serge-André Guay 24 mars 20:12

      @bouffon(s) du roi

      Merci pour votre commentaire. S’il y a assurément du piratage dans tous les domaines, y compris celui du livre, il y aussi une offre tout à fait légale de livres numériques gratuits. Affirmer que notre société en est une de voleurs est une généralisation à outrance, une erreur de pensée courante.


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 25 mars 10:07

      @Serge-André Guay

      non aucune erreur, tout repose sur l’arnaque de l’argent, et dans son ensemble (de cette société) on triche, on vole, on arnaque...


    • Serge-André Guay Serge-André Guay 25 mars 20:04

      @bouffon(s) du roi - On peut toujours prendre ses perceptions et ses interprétations pour la réalité mais cette dernière demeure différente de vos croyances. Vous ne doutez pas, Or, la lumière entre par les failles. Il n’est pas aisé de vivre dans une société où tout un chacun se donne raison.


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 26 mars 11:01

      @Serge-André Guay

      C’est un constat que je fais et si vs ne le voyez pas, je n’y peux rien.


  • Rincevent Rincevent 24 mars 17:17

    J’ai lu l’article trop vite ou il n’y a aucun lien pour pour télécharger ces livres gratuits ? C’est curieux…


    • Serge-André Guay Serge-André Guay 24 mars 20:08

      @Rincevent

      Merci pour votre commentaire. Je ne voulais pas donner l’impression d’une publicité à la lecture de ce texte. Voici donc le lien : https://livresnumeriquesgratuits.wordpress.com/

      Notez qu’il y a beaucoup d’autres bibliothèques (tout à fait légal) de livres numériques sur le web.


    • Rincevent Rincevent 25 mars 00:01

      @Serge-André Guay

      Merci pour le lien. Ça va me rappeler l’époque où je fréquentais une joyeuse bandes de québecois, venus chez nous dans le cadre des échanges franco-québecois d’enseignants. Des solides, il fallait arriver à les suivre !


  • tinga 25 mars 00:19

    Sur une mini carte sd 64 go, on peut stocker environ 300 000 livres, carte que l’on peut trouver aux environs de 20 euros, une petite liseuse, et pour le prix de 3 ou 4 livres vous disposez d’une bibliothèque dans votre poche, que vous pouvez donner (ctrl C/ctrl V) à n’importe qui, en quelques secondes, (ne parlons pas des serveurs indélicats qui proposent des collections entières de livres récents).
    Sur ma tablette 13 pouces, plus de 500 000 pages de musique, domaine public, sauvons les forets, l’industrie du papier est polluante, le fétichisme du livre papier est ridicule face à une baisse des prix sans précédents, libre accès pour tous.


  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 25 mars 08:04

    Merci pour cette intéressante réflexion sur la gratuité du livre.
    C’est sûr que le business du livre apparaît assez affligeant.
    Mais combien d’auteurs « gratuits » ont accédé à la (re)connaissance du grand public ?
    J’avoue ne rien connaître de l’actualité éditoriale mais peut-être avez-vous des éléments de réponse ?


    • Serge-André Guay Serge-André Guay 25 mars 20:24

      @Luc-Laurent Salvador

      L’auteur amateur ou l’écrivain professionnel qui offre la version numérique de son livre opte pour un succès d’estime personnel au détriment du succès commercial. Il ne recherche pas la reconnaissance du grand public mais de différents segments de lecteurs que l’on retrouve au sein la majorité silencieuse. Pourquoi ? Parce que la (re)connaissance du grand public dépend officiellement des médias et ces derniers ne parlent pas des nouveautés littéraires gratuites. Le livre numérique gratuits est découvert dans l’intimité et le demeure. Seuls le nombre de téléchargements et les commentaires des lecteurs (par courriels) donnent un indice de la popularité du livre. Il y a aussi toute la question de la découvrabilité du livre numérique. Il doit intégrer des données permettant aux moteurs de recherches de les référer aux internautes selon différents mots-clés afférant au sujet de l’œuvre. La popularité du site web où se retrouve l’offre du livre numérique gratuit joue aussi un rôle important. Personnellement, j’ai signé trois essais dont j’offre la version numérique gratuitement. Bon an mal, le nombre de téléchargements dépasse largement le nombre d’exemplaires papier que j’aurais pu espérer vendre en librairies traditionnelles.


Réagir