samedi 13 mai - par Taverne

L’Assemblée - las ! - semblait lasse

François Bayrou avait refusé de donner son « assentiment » à la liste de 428 noms dévoilée jeudi par La République En Marche, estimant que son mouvement avait été lésé en n’obtenant qu’une quarantaine d’investitures alors qu’il en réclamait une centaine. L'affaire semble finalement en voie de se régler mais il ne faudrait pas que le mouvement En Marche rate cette première marche.

L’Assemblée lasse semblait là
Se résoudre à des entre soi,
En des querelles d’appareils.
Et par calculs, tout pareil

A ce que l’on faisait avant,
Commença le renouvellement.
On nomma des apparatchiks,
Aux noms d’« En Marche » - ça fait chic !

Un étroit comité s’en vint


Réserver des sièges aux vaincus.
On lui avait promis cent-vingt ?
Le MoDem n’aura que vingt culs !

On mettrait aux bans des Assis
Des compères de trente ans, illustres,
Rompus à la démocratie,
Aussi rusés que don Salluste !

Ainsi par ces petites listes,
En Marche ferait marche arrière
Donnant raison aux populistes !
« Citoyens, citoyennes : arrière ! »

L’Assemblée lasse semblait là
Tomber de Charybde en Scylla.
Quand un accord pour samedi
Fit dire à Bayrou « ça me dit ! »

 

François Bayrou a annoncé vendredi 12 mai dans la soirée avoir trouvé un projet d’accord « solide et équilibré » avec la République en marche (LRM) sur les investitures aux législatives.

Les responsables du MoDem on négocié avec des responsables d’En Marche pendant quatre heures vendredi soir pour aboutir finalement à une liste d’investitures. Cette liste doit encore être avalisée par le parti d’Emmanuel Macron samedi matin. On espère que En Marche ne va pas rater cette marche.

Devant les caméras, François Bayrou avait affirmé qu'il n'avait procédé à aucune tractation en échange de son soutien actif. Mais, on sait comment cela se trame : on nie toujours certaines choses pour préserver les apparences et la réalité est bien souvent tout autre. C'est ainsi qu'est la politique, la démocratie n'est pas parfaite. Si Bayrou a effectivement obtenu pendant la campagne, en retour de son soutien actif, une promesse de la part d'Emmanuel Macron, il ne serait pas honnête que cette promesse ne soit pas tenue.

Il semblerait que l'ami de Macron et conseiller communication de François Hollande, Gaspard Gantzer, ne soit plus parachuté à Rennes. Il aurait renoncé à se présenter en Ille et Vilaine, le MoDem présentant son propre candidat.

 



11 réactions


  • Ca sent quand même formidablement le baissage de froc de bay..bay..bayrou smiley

    « On n’a rien changé mais nous sommes parvenus à un accord »

  • Christian Labrune Christian Labrune 13 mai 12:57

    Comme Houellebecq (voir son roman ’Soumission’), j’ai la plus grande admiration pour notre génial Bayrou, et je souffre grandement de le voir ainsi humilié, après Valls, par notre nouveau Sultan désormais presque installé en son sérail.

    Bayrou me fait penser à Féthulla Gülen. Lui aussi aura soutenu son Sultan, au début.
    Je crains donc, prochainement, un coup d’état fomenté par Bayrou. Quand on le voit, on pourrait douter que ce centriste de l’extrême centre en soit jamais capable, mais il n’y a pire eau que l’eau qui dort, dit la sagesse des nations. Et c’est tout le centre de l’hémicycle qui ne devrait plus tarder à se retrouver à Fleury-Mérogis. On construira pour l’occasion d’autres appartements ad hoc.

    Les couloirs de l’Elysée devraient bientôt se remplir d’une foule d’officieux eunuques, ces « muets », pour parler comme Racine, munis de leurs lacets qui permettent d’étrangler discrètement tous ceux qui auraient quelque chose à redire aux décisions du Prince.

    L’Elysée ne tardera pas à devenir un peu trop exigu pour les grands desseins de sa Hautesse, mais du côté de Champ de Mars, ou devant l’Ecole militaire il reste Dieu, merci d’immenses pelouses où un gigantesque palais devrait pouvoir s’élever, en tous points comparable au Cumhurbaşkanlığı Sarayı sis à Ankara.

    Faut bien vivre avec son temps !


  • pallas 13 mai 14:53
    Taverne

    Le journal viens de faire un article interessant au sujet de Monsieur Macron, votre candidat, c’est une bombe.

    Sa n’est que le début des révélations, vous n’allez pas le vénérer longtemps.

    voici le liens :

    http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/05/11/comment-en-marche-a-resolu-sa-question-de-fonds_1568975

    salut


    • pallas 13 mai 14:53

      @pallas

      La journal Libération.


    • Christian Labrune Christian Labrune 13 mai 15:59

      @pallas
      Je n’ai pas eu le courage de lire jusqu’au bout. C’est long, et comme il est posé dès le début que rien d’illégal n’a été décelé dans le montage financier pour les élections, ça dissuade de continuer.
      De surcroît, ma banque (La BNP) étant dans le coup, que j’ai choisie il y a plus de quarante ans à cause de son honnêteté, probablement (à vrai dire je ne sais plus) il est tout à fait exclu qu’elle ait pu prêter la main à des opérations contestables.

      J’ai cru remarquer quand même que parmi les généreux donateurs autorisés à lâcher jusqu’à sept mille euros pour un candidat, il n’y a pas un très grand nombre de chômeurs.C’est un peu dommage. Ceux-là, apparemment, sont très près de leurs sous. Ah, les « sans-dents » ! Il n’y a décidément pas plus avare que les pauvres, et pour qu’ils changent un peu, ceux-là, il faudrait vraiment qu’ils soient devenus des riches.


    • pallas 13 mai 16:16

      @Christian Labrune

      Votre banque que vous citez délocalise une partie de ses activités (son secteur informatique) à l’étranger.

      Et donc plein de nouveaux chômeurs en plus.

      Bon Week End

      Salut


    • Taverne Taverne 13 mai 16:33

      @pallas

      J’ai lu l’article jusqu’au bout. Il montre que cette collecte légale et transparente de dons s’est avérée très efficace et que les riches donnent plus que les pauvres. C’est là la seule déduction qu’on peut en tirer.


    • pallas 13 mai 16:54

      @Taverne

      Vous êtes un personnage interessant, réellement.

      Salut


  • Bernie 2 Bernie 2 13 mai 15:15

    Bayrou, hahahaha, le polymorphe de la gamelle.

    En septembre 2016, il fustige Macron et les forces de l’argent.

    En février 2017, le ralliement, la soumission à la gamelle à venir.

    En mai 2017, tu n’es rien sans moi

    En juin, espérons que la France du dégagisme remettra Bayrou à son niveau. C’est à dire le zéro absolu.


  • Le Panda Le Panda 13 mai 21:36

     Il y avait donc un accord. En février, lorsque François Bayrou

    avait annoncé

    son ralliement à Emmanuel Macron, le président du MoDem

    l’avait pourtant juré

    haut et fort : il ne demandait rien et il n’y avait derrière sa décision

    aucun accord.

    C’était de façon tout à fait désintéressée qu’il avait renoncé à être,

    une 4e fois,

    candidat à l’Elysée pour soutenir celui qui allait finalement réaliser

    son vieux rêve :

    dépasser le clivage droite-gauche pour faire gagner le centre.

    Bien sûr, on se doutait bien que les choses n’étaient pas si simples,

    que le leader centriste n’allait pas apporter sans contrepartie

    son expérience et son poids politique.

    La liste des 428 premières investitures

    (qui accorde au MoDem une petite quarantaine de places) a fait sortir

    de ses gonds un Bayrou qui a dû reconnaître qu’il y avait bien eu

    un accord.

    « foulé au pied », dit-il. Car le patron du MoDem, qui dénonce une

    « opération recyclage du PS », escomptait une centaine de sièges

    (dont une soixantaine éligibles) pour son mouvement.

    Le renouvellement apparaît bien dans les investitures d’En Marche

     qui font la part belle aux candidats de la société civile.

    Mais côté coulisses, les vieilles pratiques, le marchandage,

    et le poker menteur ont la vie dure. 



Réagir