samedi 17 décembre 2016 - par ddacoudre

L’énergie de la paresse

 

Le coude et la tête.

L'homme est un étrange animal, il n'est pas attiré par ce qui est abondant, car cela ne le distingue pas des autres qui ont accès à la même chose. Alors, il fait montre d'innovations et de créativités pour séduire. L'homme est d'un naturel paresseux. Quand il peut tendre la main pour se nourrir il n'ira pas chercher celle qui est la plus éloignée de lui, sauf quand celle à portée de main deviendra rare. Donc, si votre enfant est paresseux et fainéant c'est qu'il est normal. C'est par la raréfaction de la nourriture que nous nous sommes contraint à l'effort du travail pour la produire. D'abord, en y mettant les autres, quand l'un était le plus fort. La souffrance que le travail requiert n'était pas faite pour les chefs. Eux ils la consentaient dans l'art de la guerre pour s'auréoler de gloire et de conquêtes. Puis vint les animaux au travail comme à la guerre, puis les machines et aujourd'hui les robots. Mais tout cela a un coût, oh pas en monnaie, je n'ai jamais vu un billet ou une pièce de monnaie travailler. Le coût c'est une dépense d'énergie en huile de coude et matière grise, mais toujours avec derrière la tête cet atavisme naturel, si je pouvais l'avoir à portée de main. Aujourd'hui cela devient possible par la robotique, en ce qui concerne l'huile de coude, pour produire des biens et services. Nous sommes perpétuellement dans cette démarche inconsciente.Pour la réorganisation de la matière grise, il en est tout autrement. Il faut quelle soit stimulée pour se focaliser sur des observations ou des apprentissages dont elle tirera un usage pour se mettre à portée de main les choses qu'elle désire. La démarche est donc individuelle et nous avons dû apprendre à la réaliser en tenant compte de tout ce que nous pouvons mettre en commun, nous répartir des tâches afin d'avoir les choses à portée de main de chacun. Que peut-on retirer de cela, un paradoxe. Quand un bien est abondant l'on s'en détourne, c'est la gratuité. Quand il est rare l'on voudrait l'avoir gratuit, parce qu'il donne de la peine pour S'obtenir. Face à cela nous disons que nous ne savons pas ce que nous voulons. Si, nous voulons avoir les choses gratuitement pourvu que ce ne soit pas tout le monde, car alors elles ne nous singularisent pas. Voilà, c'est aussi simple et nous vivons comme cela. Nous pourrions en douter.

Une évidente banalité.

Côté politique : les citoyens veulent que les hommes politiques les écoutent, ils ne disent pas je vais leur dire ce que je pense. Pour cela il faut adhérer à un parti ou aller voir ces hommes politiques l'un et l'autre demande une dépense d'énergie. Le parti par la cotisation qui représente un temps de travail et se déplacer pour voir l'homme politique c'est consacré de l'énergie autre qu'à son intérêt immédiat. Conséquence de tout cela, ex, les primaires. Les primaires sont donc faites pour tous les paresseux et les fainéants qui désirent que leurs opinions soient connues sans l'effort soit d'une adhésion soit d'une explication politique. C'est plus simple l'on verse un ou deux € et l'on choisit après avoir écouté les uns les autres, détendu en position repos face à son écran. C'est quoi, le progrès ou le moyen de pouvoir obtenir ce que l'on désire par le moindre effort. C'est l'illusion que votre opinion est prise en compte. Le prix de la fainéantise dans une société culturalisée où tout ce que nous faisons coûte une dépense d'énergie et elle une consommation. L'effort consomme de l'énergie et l'énergie se fabrique en se nourrissant. C'est d'une évidente banalité quand l'on est dans une société occidentale de gens repus, qui jettent leur surproduction pour maintenir le revenu de la rareté. Nous le disons sous une autre forme : je veux pouvoir vivre de mon travail, particulièrement en agriculture.

Vous avez dit gratuit.

Un autre exemple. L'impôt et les taxes sont des attributs féodaux. C'est l'état de servilité infantile maintenu au XXI siècle. La modernité et la responsabilité d'adultes citoyens consisterait à régler à l'état ou aux collectivités les services dont nous les avons mandatés. Qu'en est-il : à toutes les élections nous avons des promesses de services et dans le même temps d'autres de réduction des impôts et taxes. Nous savons tous qu'il s'agit d'un moyen de gestions des gouvernants universellement utilisé. Si nous avons des cultures différentes, la paresse humaine est universelle, elle dépend de l'espèce et de la structure planétaire qui privilégie les évolutions les moins énergivores. Nous pouvons dire que les citoyens désirent recevoir gratuitement les services de l'état qu'ils ont "diligentés". Cela ne nous gène pas. Pire nous sommes d'accord pour ne plus payer d'impôts et de taxes, d'accord pour faire exécuter les mêmes services par des citoyens particuliers (ce que nous appelons la privatisation au nom du libéralisme du temps monarchique) pour lesquels nous trouvons normal de régler la facture qu'ils présenteront et finir par régler en sus les dividendes de ceux qui viendront prêter leurs argents dans l'espoir de faire fructifier leurs placements financiers. Clairement nous sommes prêts à payer plus cher pour ne pas avoir d'impôts et de taxe à payer. Curieusement nous sommes prêts à financer les mêmes services à un particulier et nous rechignons de les financer sous forme de taxes ou d'impôts quand la décision est collective. Alors, il faut supprimer tous les impôts et les taxes et présenter la facture à chaque citoyen au prorata de ses ressources. Soyons précis cela, ne changera rien sur le fond, mais ce sera plus clair et plus simple. Cela mettra chacun en face de ses responsabilités de citoyens et non de quémandeurs de gratuité pour être servi sans payer. La panoplie de taxes brouille le paysage, par exemple les citoyens pensent que l'impôt sur les bénéfices ce ne sont pas eux qui les paient. Ce n'est certainement pas l'entreprise qui les refacture aux clients, c'est comme tous les accès gratuits financés par la pub, qui d'autres que le client les payent. Mais voilà, gratuit est le sésame, notre atavisme génétique est là, à ce mot notre cerveau ne fonctionne plus, la main prend ce qui est à sa portée sans effort. Ne demandons pas au cerveau de trouver un synonyme à gratuit il ne trouvera pas, eu, roulé, baisé, abusé, enflé, il ne trouvera que l'illusion d'une bonne affaire, comme l'illusion de donner son avis politique.

Penser.

Je ne prends que ces deux exemples, mais si nous examinions nos actions sous l'aspect de la paresse qui nous habite, nous nous rendions compte combien cette tendance inconsciente, partie intégrante de notre inné, à rechercher la moindre consommation d'énergie est bien plus créatrice que tous les capitalismes que nous voudrions alléguer. Pourquoi donc désirons nous être riche si ce n'est pas pour glander. Si c'est l'effort que nous recherchons dans notre société, alors il faut devenir pauvre. Notre société culturelle c'est construite sur l'effort permanent pour obtenir les moyens de glander, de faire tout avec le moins d'efforts et vite. Ceux qui n'ont jamais bossé dans leur vie expliquent les vertus du travail, les vertus de l'huile de coude, un mythe comme un autre. Il en a certainement fallu au premier homme qui a taillé un silex, mais d'abord il a fallu qu'il pense cette utilisation. Il y a donc d'abord la pensée utilitaire et la pensée philosophique qui réorganise cette pensée utilitaire. Penser est donc primordial, c'est ce qui demande le plus d'efforts et de consommation d'énergie pour accumuler les savoirs, parce que c'est lent, ce n'est pas à portée de main. Le savoir s'extrait de l'observation quand l'on est animé d'une désidérabilité, même si c'est le plaisir d'observer sans utilitarisme immédiatement percevable. Il semble donc que dans notre société la vitesse d'avoir tout à portée de main au moindre coût (avec l'illusion du gratuit si possible) soit un frein au développement de la pensée critique et favorise l'intolérance.

A part vivre.

Nous retrouvons cela en politique avec ce qui est à portée de main, son quotidien loin du monde qui demande un lent apprentissage des savoirs et cultures du monde. Cela fait des hommes incapables de comprendre de part et d'autre que la diversité n'est pas un handicap si on ne la fossilise pas. Car la paresse est là, la vérité est économique, il n'y a pas tous les jours à consommer de l'énergie pour s'interroger, même si l'on en dépense beaucoup pour l'imposer aux autres par les guerres que l'on se livre.

C'est ainsi que dans notre monde, ce qui était abondant et s'obtenait sans effort, la création monétaire par la banque de France, nous l'avons raréfié en la confiant aux banques. Dorénavant et il faut verser des intérêts, c'est-à-dire payer pour en recevoir, afin que ceux qui vont s'enrichir avec puissent prendre tout ce qui est à portée de main (de leur sous). Pourquoi : en fait pour une chose simple, disposer de la création monétaire demande de la distribuer à bon escient, de faire des choix économiques et politiques. C'est ce qui effraie le plus les citoyens, imaginer que certains en recevraient sans travailler (que l'on payera des fainéants). Etrangement les citoyens acceptent cela des riches (rentiers), car ils espèrent un jour le devenir, mais il leur est insupportable d'envisager qu'un pauvre en reçoive pour ne rien faire, à part vivre.

 



9 réactions


  • Jeekes Jeekes 17 décembre 2016 17:25

    Nous, nous, nous...

    Qui, nous ?

    Pas moi.
    Moi j’ai rien fait , j’ai rien voulu de tout ça.
    J’ai subi, je subis encore et toujours ! 

    Bizarre cette habitude de s’auto-flageller... 

    • ddacoudre ddacoudre 17 décembre 2016 19:02

      @Jeekes
      bonjour tu as de la chance de n’avoir participé en rien à tout cela, c’est justement peut-être que c’est pour cela que ça a eu lieu.
      ne confond pas la flagellation avec l’observation de nos existences, les choses n’arrivent pas toutes seules, et avant elle passent à l’auto contrôle de l’inné.
      cordialement


  • arthes arthes 17 décembre 2016 18:56
    S il s agit du revenu universel, apres reflexion car d un prime abord j y etais opposee, cela s averera sans doute necessaire a cause de la robotisation et pourrait etre moins couteux a la societe dans la mesure ou seraient supprimees toutes les autres aides allocataires.

    Ensuite les beneficiaires de revenu pourront eventuellement le completer en...Trouvant une activite renumeratrice ou ils pourraient se plaire, et de toute maniere l argent comme tout le monde consommera ca en enrichira toujours d autres (rentiers ou autre), et comme de toute maniere ceux qui auront moins jalouseront ceux qui auront plus par leur travail et qui pourront se payer des trucs que les premiers pourront que rever avoir, la lutte des classes continuera, ou alors on se dirigera vers un systeme collectiviste impos e ou tout le monde il est pauvre, il est beau et il est gentil et il se contente de peu parce que on est tous freres et que c est boooo...




    • ddacoudre ddacoudre 17 décembre 2016 19:11

      @arthes

      bonjour arthes. la question est si demain l’on peut faire fonctionner l’économie avec 10 millions de personne d’où les autres retirerons un revenu. le principe de base du revenu universel préconisé par l’économiste Marseille vise à le financer avec les intérêts des placements financier d’un capital de base. c’est à dire que ces 10 millions de citoyens travailleront pour dégager les intérêts nécessaires à ce financement. ce n’est pas envisageable. j’ai posé cette problématique en 1980 et j’y ai apporté une réponse en 1999. je propose de rémunérer les hommes pour apprendre car c’est de leur intelligence qu’ils trouveront les réponses, comme l’homme qui a coupé le premier silex l’a pensé avant de le réaliser.
      http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Remunerer-les-hommes-pour-apprendre-7538257.html.
      https://www.youtube.com/watch?v=yUMGHeLoLbA .
      cordialement.


  • alinea alinea 17 décembre 2016 21:16

    Tous les animaux sont paresseux ( ou tous les mammifères ?), c’est pourquoi on a pu les domestiquer.
    La sagesse orientale dit : agir sur la ligne de moindre résistance. Ainsi, on est dans le vrai.
    Mais cela est perverti par l’homme.
    personnellement je n’ai pas l’impression que l’homme s’éloigne de l’abondance, au contraire, il la choie jusqu’au gaspillage. Il ne rechigne pas à la répétition perpétuelle. Et il n’en a jamais assez.
    Pour ma part, je verrais bien un grand analyste transactionnel, car, tout ça, c’est de l’infantilisme. Et nous avons en tête le schéma : parents/pouvoir ; enfants/ soumission.
    Énormément de gens sont élevés comme ça, qui répètent inlassablement le modèle ! la jalousie à l’intérieur de la fratrie et ce plaisir, apparemment inextinguible, de désirer être le seul enfant, ou l’enfant préféré. Voire toutes les corporations, et toutes les politiques qui affirment vouloir plaire ou satisfaire, les uns, ou les autres ! les uns, contre les autres.


    • ddacoudre ddacoudre 18 décembre 2016 12:27

      @alinea
      bonjour vaste sujet de discussion. notre organisation familiale est culturelle et nous nous assujettissons a ce modèle. actuellement il subit quelques assauts avec le développement de familles mono parentales. il faut donc s’attendre à ce que si cette organisation devient la règle sociétale à des changements des comportements politiques, car l’un a une incidence sur
      ’autre. mais bon nous en avons encore pour un bon moment et il n’est pas dit que cela se généralise.. nous nous entretenons dans l’égoïsme de la compétition par le maintient via la culture d’un comportement grégaire, Alors que tout absolument tout n’est obtenu que par la collaboration effective des uns et des autres. s’épanouir en communauté est vraiment le plus difficile quand l’on explique à longueur de journée que c’est au détriment de l’autre, alors que c’est l’autre qui nous permet d’exister.
      cordialement.


    • alinea alinea 18 décembre 2016 12:41

      @ddacoudre
      Non contents de ça, je suis absolument sûre que tout le monde préfère la coopération, l’entraide, plutôt que le service, l’appartenance plutôt que la domination... tout simplement parce que cela est naturel, et sain. Mais il y a un voile de mort chez beaucoup, -ose- névrose, psychose... il y a des conflits sains et incontournables, partout et tout le temps, dans la nature ; mais il y a une multitude de manières de les contourner, les dépasser, les régler. mais nous vivons dans un monde malade....


  • Victor 19 décembre 2016 07:45

    Les guerres ont sélectionné les lopettes lâches (bobo)
     
    grand remplacés tels un troupeau de chiures finales de leur histoire.
     
    Les courageux sont morts au combat. Maintenant les lopettes se branlent à la charité ... mais en réalité elles savent au fond d’elle mêmes qu’elles sont juste lopettes sous le joug de leurs maîtres multiethniqueurs, l’oligarchie capitaliste
     
     


    • ddacoudre ddacoudre 19 décembre 2016 11:25

      @Victor

      bonjour je ne crois pas que le courage soit dans les guerres il me semble plutôt que cela relèverai pus d’un crime contre l’humanité. il est toujours facile d’être le plus fort quand l’on s’offre des mercenaires pour assurer sa sécurité. l’armée, la ^police ect.
      cordialement.


Réagir