samedi 14 janvier - par Robert Bibeau

L’Histoire génocidaire des États-Unis d’Amérique

Les États-Unis d’Amérique ont été créés au XVIIIe siècle suite à l'expansion de l’Empire britannique, première puissance mondiale de l’époque, sur lequel le soleil ne se couchait jamais.

En tant qu’extension du sanglant impérialisme britannique, leur destinée ne pouvait dévier d’une agressive expansion multinationale comme je le soulignais dans un texte récent : « Depuis sa création, en 1776, la République des États-Unis d’Amérique a été en guerre 220 de ses 240 années d’existence. Chaque Président yankee a promis la paix et a semé la guerre. Donald Trump promet la paix et la prospérité, il fera la guerre et il sèmera la pauvreté, ni plus ni moins que la prétendante Clinton ne l’aurait fait si elle avait été élue ». Ajoutons que depuis 1945 les USA ont prémédité ou arrangé – 200 conflits armés (1).

Les États-Unis sont nés dans et par la guerre ; d'abord contre l’empire français et sa Nouvelle-France qui deviendra le Canada au nord (vallée du St-Laurent) et à l’ouest (vallée du Mississippi), contre l'Espagne au sud et contre la Hollande au centre. New Amsterdam sera renommé New York après cette première conquête (1664), puis ce furent les « natives », les Amérindiens, qui furent confrontés à l’expansion de cette nation née dans l’adversité.

Dans leur guerre contre les Amérindiens, ce ne fut pas un désir morbide de massacre génocidaire qui poussa le gouvernement, la bourgeoisie américaine et la cavalerie de Custer vers les prairies, ce fut simplement deux modes de production incompatibles qui se confrontèrent, le mode de production communiste primitif, fondé sur la chasse et la cueillette, opposé au capitalisme commercial, puis industriel et enfin financier, le plus expansionniste du monde moderne, avec Wall Street comme centre névralgique mondiale (2). N’en déplaise aux écologistes il était facile de savoir quel mode de production allait survivre en éliminant son concurrent.

Les États-Unis furent poussés inexorablement contre la France (dont ils acquirent la Louisiane en 1803), contre le Canada (guerre de 1812), contre les restes de l’Empire espagnole (1819), contre le Mexique (1845-1853), puis deux factions du capital se tournèrent l’une contre l’autre, la Confédération esclavagiste du Sud, contre l’Union capitaliste du Nord (1861-1865). Plus de 620 000 travailleurs-soldats y laissèrent la vie, puis la marche sanguinaire vers l’Ouest repris. Plus tard, ils s’attaquèrent à l'Empire britannique et au Second Empire français qu'ils désintégrèrent afin d'imposer l'impérialisme moderne – financier – en lieu et place de l'impérialisme colonial-commercial, ancien, qui ne pouvait survivre puisqu’il provoquait l’ire et les soulèvements constants des bourgeoisies nationales coloniales souhaitant s’affranchir des métropoles oppressives, pour se poser en intermédiaires nationaux de l'exploitation de la force de travail locale, livrant eux-mêmes la plus-value à l’impérialisme mondialisé – globalisé. Toutes les guerres de soi-disant « libération nationale » portèrent exclusivement sur ce point crucial, quelle part de l’exploitation du travail salarié locale sera accaparée par la bourgeoisie nationale et quelle part sera abandonnée aux capitalistes étrangers ? C’est ce que Théodore Roosevelt compris avant Lénine et les bolchéviques, sentiment nationaliste chauvin que les É.-U. exploitèrent pour déloger les ex-puissances coloniales commerciales concurrentes et y substituer l’impérialisme financier sur lequel Lénine a écrit brillamment en spécifiant que même opposé au capitalisme colonial-commercial l’impérialisme financier n’en exploite pas moins la classe prolétarienne, unique productrice de plus-value et ennemie jurée de la classe capitaliste mondialisée (3).

Le conflit irréconciliable dégénéra en guerre totale entre l’empire des soviets et l’empire occidental, européen d’abord, américain ensuite, quand il apparut évident que les bolchéviques n’entendaient pas partager les fruits de l’exploitation du prolétariat soviétique avec l’impérialisme occidental. La guerre à finir entra alors dans une phase qui, après moult tribulations, se conclut en 1991 avec le triste sire Boris Eltsine, indigne thuriféraire mortuaire de l’Union des Républiques Soviétiques.

Pendant un siècle les États-Unis se firent les alliées de ces bourgeoisies nationalistes tiers-mondistes (pseudo non alignées) désirant partager avec les marchands de guerres occidentaux une partie de la plus-value produite localement. Et vous avez vu Mandela se pavaner sur les estrades de l’anti-apartheid onusien (que les Sud-Africains subissent encore aujourd’hui), Ho chi Minh, Pol Pot, Ceausescu, Tito, Nasser, Gandhi, et les autres, tous heureux de collaborer avec les génocidaires É.-U., pour obtenir leur pitance nationale, plus abondante que ce que leur proposait Staline, Khrouchtchev et Brejnev, dirigeant d’un empire industriel désuet, pré-financier. Aujourd'hui, nous voyons Castro - le frère de l’autre – qui parcourt son chemin de Canossa afin d’obtenir un saufconduit des États-Unis pour son intégration au mode de production capitaliste.

Il faut en convenir, l’éviction de l’impérialisme yankee et mondial sera la tâche du prolétariat international. C’est à dessein que nous n’avons pas mentionné les « peuples », les bourgeoisies chauvines, ni les « nations », soi-disant opprimées, chères aux gauchistes déjantés. La question posée et à résoudre est de savoir si cette éradication surviendra avant ou après la guerre mondiale génocidaire que l’impérialisme prépare, et surtout si cette éviction ne sera qu’un changement de maitre impérialiste ou l’avènement d’un nouveau mode de production communiste ?

 

NOTES

 

(1) http://www.les7duquebec.com/7-au-front/trump-un-president-comme-les-autres-donald-sen-va-ten-guerre/

(2) Il y a plus de trois-cent-cinquante ans, Wall Street n'était qu'une route en terre, le long de laquelle les colons hollandais construisirent un mur fortifié, en 1653, dans le but d'empêcher les colons britanniques de passer. Bien qu'aucune bataille ne marqua l'histoire du mur mesurant plus de 3,5 mètres de hauteur et qu'il fut finalement démoli en 1699, son nom est resté (« Wall » signifie « mur », en anglais). Au cours du XVIIIe siècle, Wall Street hébergea des commerçants qui se rencontraient pour faire des échanges de produits et services, mais ce n'est pas avant 1790 que furent émis les premiers placements faisant l'objet d'une négociation publique. C'est à cette période que la Bourse de New York vit le jour. Il s'en suivit un siècle de croissance rapide pour Wall Street et pour le marché boursier. http://www.scotiabank.com/ca/fr/0,,3491,00.html 

(3) Lénine (1916) L’impérialisme stade suprême du capitalisme. Édition de Pékin.

 



91 réactions


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 14 janvier 08:45

    J’espère que vous aurez l’occasion d’expliquer en face à un ancien combattant vietnamien que « Ho chi Minh étaiy heureux de collaborer avec les génocidaires É.-U., pour obtenir (sa) pitance nationale, plus abondante que ce que leur proposait Staline, Khrouchtchev et Brejnev, dirigeant d’un empire industriel désuet, pré-financier. »

    Comment peut-on écrire des saloperies pareilles ?

    • Robert Bibeau Robert Bibeau 14 janvier 15:45
      @Jeussey de Sourcesûre

      Voyez-vous camarade - savez-vous où je devrais aller pour rencontrer cet ancien combattant vietnamien pour lui exprimer mon chagrin ???

      a) Au cimetière ou dans une fosse commune où ils les ont brulé à la chaud 
      b) Dans un sweat shop de la mort à Ho chi minh ville - juste à côté du bordel où sa fille de 12 ans se vend pas cher aux fils des GI de retour avec leurs dollars de la mort

      Je ne retire rien de ce que j’ai écrit - LES LUTTES DE LIBÉRATION NATIONALE BOURGEOISE ONT DES trappes à prolétaires que les nouveaux milliardaires vietnamiens - membres du Parti du Travail du Vietnam ont recouvert de dollars et d’agent orange

      Sorry Jeussey


    • JP94 14 janvier 19:59

      @Jeussey de Sourcesûre
      Tout à fait d’accord avec vous, c’est réellement choquant. Et écrire cela est honteux, sans doute une bassesse qui n’est qu’un règlement de compte purement idéologique .


      D’ailleurs, il suffit de rencontrer des Vietnamiens ici ( en France) et j’en ai rencontré même avant 75, pour respecter et admirer ce grand peuple, et ses héros tels que Ho Chi Minh, Giap ...

      Déjà il y a bien des siècles, le peuple Vietnamien , épris de liberté, avait su imaginé des moyens de luttes pour préserver sa culture, et son existence. C’est sa grande force. 

      Je pense que les Vietnamiens n’ont de leçons à recevoir de personne.

      Ils ont vaincu la plus grande puissance impérialiste mondiale, ils ont vaincu la France coloniale qui osé les attaquer à nouveau dès septembre 45, alors que notre pays sortait de 5 ans l’Occupation, ils ont combattu seuls l’impérialisme fasciste Japonais auxquels les avait livrés Vichy. 

      Donc honneur au peuple vietnamen ! 

      PS : et pour l’Agent orange dont sont encore victimes 1 million de Vietnamiens, ( malformations congénitales très graves, cancers ( le sol est encore contaminé ...) qu’en dit notre donneur de leçon ? jamais les USA n’ont reconnu ce crime contre l’Humanité. Lui est un agent orange ...mental.


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 14 janvier 21:36
      @JP94

      NOUS SOMMES TOTALEMENT D’ACORD MONSIEUR JP94 - PARFAITEMENT EN ACCORD TOUS LES DEUX

      C’est justement ce que je dénonce ici qu’autant de courage, d’abnégation, de sacrifices de ce peuple valeureux au-delà de l’imaginable ait été trahi, et que ces gens qui se battaient pour leur émancipation se retrouvent aujourd’hui dans un tel état de misère et d’exploitation sous le joug de nouveaux maitres...

      Tout cela pour ça voila ce que je veux dire

       

  • fred fred 14 janvier 09:00

    Article apportant un éclairage intéressant, sur cette Nation en guerre permanente... !

    Le reste du monde est donc si uniquement intéressé par le dollar, pour faire fi d’un peu de morale et d’honnêteté ?
    L’argent le mal de l’humanité...détruira notre société !

    • velosolex velosolex 14 janvier 13:52

      @fred
      La guerre permanente est au cœur du projet même des états unis. Dans ce sens il est constitutionnel à l’adn du pays, tout comme le port d’armes. Ce qui explique le reste, le culte du drapeau et le refus obstiné de voir les conséquences de ce va en guerre chez beaucoup d’américains. 

      Aux states, le cœur du pays n’est pas dans la capitale, il se trouve sur « la frontière », qui a un sens tout autre que dans nos pays, une marge chez les européens qu’il faut défendre, les yeux « sur la ligne bleue des Vosges » ....La bas, les frontières ont été pendant longtemps les limites d’un ballon en expansion constante , des vastes territoires gagnées sur la vie sauvage, ou supposée telle, et ceci par le fait des pionniers, des hommes forcément courageux, parés de toutes les qualités mythologiques. Tel ce Davy Crokett, qui reste un des héros de « Fort Alamo »...Fort alamo qui n’est absolument pas la légende que beaucoup pensent, celle d’une partie du territoire menacée par des hordes de bandits mexicains, , car c’est au contraire l’avancée d’un groupe de mercenaires pour s’accaparer une partie du mexique, au terme d’une partie de poker menteur. Lisez Cormak Mac Carthy par exemple, « Méridien de sang » qui se trouve en poche, pour se déniaiser et plonger dans cette violence constitutionnel de l’amérique. 

    • Robert Bibeau Robert Bibeau 14 janvier 15:55
      @velosolex


      1) Pour Fort ALAMO, vous avez totalement raison - votre présentation de Dave le criquet est véridique - un tueur de grand chemin héroifier pour les besoins de lancer d’autres misérables sur ses traces assassines.

      2) MAIS pour  LE RESTE vous vous trompez complètement.

      3) Les Etats-Unis d’Amérique n’ont pas un itinéraire historique différent des autres pays capitalistes PAS DU TOUT. Vous souhaitez que je vous décrive l’histoire de la France à ses FRONTIÈRES depuis Napoléon l’un des plus grand criminel de guerre de tous les temps puis Napoléon III et ses expéditions au Mexique justement, Puis vos troupes Liautay je crois au Maroc et vos tueurs en Algérie qui faisaient griller les arabes dans les cavernes et on passe vite sur l’Afrique d’ébène dont les capitalistes français n’auront jamais assez de larme pour laver leurs crimes...

      4) USA ne sont qu’un exemple que j’ai choisit au hasard suite à l’élection de Donald Trump

      5) Je m’occupe de la France si tôt FILLON élu ( smiley

       

    • velosolex velosolex 14 janvier 16:50

      Robert Bibeau 

      Il y a toujours des choses qu’il reste à découvrir en histoire, mais je doute que vous m’appreniez grand chose de fondamental sur l’histoire de France....Peut être pourrais je vous en apprendre sur le sort des provinces françaises qui furent elles même colonisés, et niés, par le pouvoir central, comme la bretagne que j’habite. On trouve les mêmes phénomènes de mépris, par exemple au niveau de la culture et de la langue, qui continuent d’ailleurs à ne pas être reconnu à sa place entière....Du reste, je ne crois même pas être en désaccord avec vous. Je ne prétend aucunement que les states sont des martiens. Comme je le disais dans un autre post « Rien d’exceptionnel ; César bidonne déjà la guerre des gaules »...L’empire a changé de continent, c’est tout, et c’est un fait les guerres de colonisation ont toujours existé.
       A partir des grandes découvertes, faites par les navigateurs, c’est toute l’Amérique, l’Afrique, l’Australie, et une grande partie de l’asie qui vont être colonisés par les nations européennes, en particulier quatre, que je m’abstiendrais de nommer. La dedans , les colons américains prennent leur indépendance, mais pour exercer le même despotisme sur leur population locale, avant de l’étendre au reste du monde. La dernière tentative de colonisation, c’est l’entreprise nazie, dont les paradigmes eugéniques et territoriaux, si on les juge effrayants car nous les avons vécu, ne sont que la continuité de ce qu’on exercé sur les autres, le projet des camps étant tout de même inédit. 

    • phan 15 janvier 21:08
      @fred
      Bonjour,
      Je vous ai posé 2 questions sur ce fil

      @fred.foyn

      Les Etats Unis sont ils créés sur les Territoires Améridiens ?

      Des vétérans américains demandent pardon aux Indiens

      Clark Jr :
      « Nous sommes venus, nous vous avons combattus. Nous avons pris vos terres. Nous avons signé des traités que nous avons rompus. Nous avons volé les minéraux de vos collines sacrées. Nous avons sculpté les visages de nos présidents sur vos montagnes sacrées. Nous ne vous avons pas respectés, nous avons pollué votre Terre, nous vous avons blessés de tellement de façons que nous sommes venus vous dire combien nous étions désolés. Nous sommes à votre service et nous implorons votre pardon. »

      Leonard Crow Dog :
       « Nous étions une nation, et nous sommes toujours une nation. Nous avons une langue. Nous avons préservé notre rang. Les terres ne nous appartiennent pas. Nous appartenons à la terre. »

      Un Conseil de chefs amérindiens a offert une amnistie partielle à environ 220 millions d’immigrants illégaux vivant aux Etats-Unis.

      @fred.foyn

      Vous connaissez quand même le général Wesley Clark, qui détaille ici un plan pour détruire 7 pays en 5 ans

      Wesley Clark révèle que Daesh est un projet israélien  : « Nos amis et alliés ont financé ISIS pour détruire le Hezbollah »

      Informations confirmées par Hillary Clinton :

      Hillary Clinton admet que les États-Unis ont créé Al Qaida.
      On rappelle enfin que dans son livre « Hard Choices », qui a été publié aux Etats-Unis en mai 2014, l’ancienne chef de la diplomatie américaine et ex-première dame des Etats-Unis, Hillary Rodham Clinton, a clairement indiqué que c’est bien l’administration américaine qui a créé Daech. Mais elle a révélé qu’à l’origine, par cette organisation, il était question d’un « nouveau partage du Moyen Orient », affirmant qu’une coordination a eu lieu à ce sujet entre « Washington et les Frères musulmans égyptiens pour créer cet »Etat » dans le Sinaï ».


  • mmbbb 14 janvier 10:35

    « Il faut en convenir, l’éviction de l’impérialisme yankee et mondial sera la tâche du prolétariat international. » c est exact , c est que la Chine a fait . Il est vrai qu un ouvrier du bangladesh chante l international tout les matins et il a une pensee emue pour le job qu il a pique au travailleur occidental . Idem pour l ouvrier coreen ayant raffle la mise des chantiers navals mais la il s’agit d’ouvriers qualifies Ouvriers du monde occidental, vous vous êtes fait bercer par les chimeres de la grande lutte internationale et bien maintenant chantez« l internationale » dans vos ateliers déserts .


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 14 janvier 16:07
      @mmbbb

      1) QUELLE misère que de lire ces chimères  !!! Il y a de quoi désespérer du genre humain.

      2) Monsieur MMBBB depuis quand un ouvrier du BENGLADESH dirige-t-il une MULTINATIONALE MILLIARDAIRE et depuis quand décide-t-il de délocaliser l’usine française de Bordeaux au Bengladesh ??? 

      3) Ce sont vos milliardaires français qui eux chantent la Marseillaises avec vous qui ont pris cette décision d’aller exploité l’ouvrier coréen - qui le souligne à l’ouvrier français de St-Nazaire en lui disant par votre entremise MON GARS SI TU VEUX REVOIR TA JOB TU DEVRA ACCEPTER LE MEME TAUX D’EXPLOITATION

      4) Aucun ouvrier d’Occident ou d’Orient n’a de responsabilité dans cette affaire dont ils sont les uns et les autres les victimes



    • mmbbb 16 janvier 12:49

      @Robert Bibeau Vous ne semblez pas comprendre , le capitalisme a su se deplacer et s’adapter comme il le fit pendant la revolution industrielle lorsqu il trouva une main d’oeuvre dans les classes populaires La demographie croissante de ces classes populaires etait une aubaine comme celle du Bangladesh desormais ( un mort une information, mille morts : une statistique comme le disait le camarade Staline ) . Meme problématique Quant a l Internationale, je veux bien passer pour un idiot ( ce qui ne ma gene pas ) mais vous devriez vous replonger dans les archives des années 60 80 , et reprendre la thématique des mouvements politiques de gauche de cette epoque. Que proposaient ils si ce n’est une internationale ! Quant à nos tres tres grands inetllos de gauche Les Gluxman BHL FIellk et j’en oublie ; ils sont passes de la faucille a la moissonneuse batteuse Jon Deere Cela donne pas des cals au mains ! C’est un peu pour cela que les ouvriers vote marine en france Ces intellos des felons !


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 16 janvier 14:11
      @mmbbb

      J’ai un peu de mal à vous suivre je l’avoue... du capitalisme à la moissonneuse jusqu’aux félons.

      1) Le capitalisme ne s’est pas DÉPLACER - il a étendu son emprise sur la Terre toute entière - ce que l’on appelle la phase IMPÉRIALISTE DU CAPITALISME.

      2) Classes populaires est un héritage des intellos félons - classe moyenne également = Vous devriez éviter d’utiliser ce que vous ont légués les FÉLONS 

      3) l’iNTERNATIONALE DES INTELLOS DE LA GO-GAUCHE ET DES SECTES OPPORTUNISTES - RÉFORMISTES ET GAUCHISTES = rien à foutre. Heureusement que leur projet n’a pas fonctionné. Ca en fera une de moins à démantibuler le jour de l’insurrection venue

      4) Monsieur j’ai pas besoin de me replonger dans les archives de 60-90 J’ÉTAIS AU MILIEU DU TAS jeune (à l’époque) complètement sectarisé - dogmatisé - ignorant et lisant la littérature approuvé par ma secte et seulement celle ayant l’imprimatur de mon gourou = UNE MISÈRE DONT JE ME RAPPEL TRÈS BIEN MONSIEUR

      5) SURTOUT JAMAIS JAMAIS REPRENDRE les thématiques de ces sectes-gourous-dogmatiques de ces fous de Marx (PAS LA FAUTE DE MARX si des fous se réclament de lui - Marx disait d’ailleurs qu’il n’était pas marxiste = moi non plus)

      6) Des félons je ne vous le fait pas dire monsieur = À OUBLIER = CE FUT UNE TRISTE ÉPOQUE et on tourne la page voilà le sens de mon travail présent.


    • mmbbb 16 janvier 14:30

      @Robert Bibeau c’est une image tous ces intellos brandissaient le livre rouge sont devenus des liberaux ( la moissonneuse John Deere est une marque americaine ; symbole du capitalisme americain . la faucille est aussi le symbole de la moisson mais a la main evidemment ) Ces intellos ont trahi la classe populaire En France les patrons des syndicats ne pensent qu a leur carrière Les defunts Blondel et Cherèque, par exemple Le Paon de la CGT qui après avoir fait des depenses somptuaires a eu un job en or par Hollande Ce meme gouvernement qui promulgua au forceps la loi El Komri Le prolo est tout de meme bien baise. Ce n’est pas plus complique . 


  • devphil devphil 14 janvier 11:10

    Ca c’est pas enseigné dans les écoles.


    Au contraire il est toujours évoqué la grande Amérique , protectrice qui vient au secours des pays opprimés.

    Une fois que ce type de discours et mensonge est inséré dans l’esprit des jeunes , il est très difficile de faire revenir la majorité à une vision objective et réaliste du vraie visage des USA.

    Même aux USA , la population croit en grande majorité aux bienfaits des bombardements à outrance dans le monde depuis des décennies.

    C’est pathétique et de plus en plus dangereux 

    Philippe 

    • mmbbb 14 janvier 12:04

      @devphil l Amerique est certes critiquable mais nous européens nous le sommes d’autant plus Nous avons ete incapables de mettre fin a la guerre en Bosnie . Il est vrai que nous avions eu des grands intellos courageux comme BHL mais peu de volontaire sur le terrain Qu on fait les Americains ? bombardements intensif et la guerre cessa accord de Dayton . Par ailleurs le president Wilson fut un isolationniste et ne voulut pas faire entrer son pays dans les guerres tribales européennes . Des 1940 le président Reynaud supplia Roosevelt d’enter en guerre Celui refusa l histoire n’est pas aussi simple Il est vrai que dès que l Amerique se dota d’une industrie de guerre, et Boeing fabriqua a la chaine ses B 29 La machine etait lancée Cette nation continua la doctrine du tapis de bombes inities en 40 45 par exemple sur la ville de dresde . Lorsque l on regarde l histoire de l’ amerique nous avons en retour par réflexion l histoire de notre europe


    • velosolex velosolex 14 janvier 13:40

      @devphil
      Rien de nouveau sous les étoiles cependant. L’histoire de l’amérique n’est pas une mythologie exceptionnelle, c’est le même récit fait par les vainqueurs, depuis l’antiquité. Déjà César bidonne la guerre des gaules. Le plus drôle c’est que les colonisés reprennent souvent le mythe. Ainsi même Jaurès prône les bienfaits de la colonisation en Afrique, afin de leur profiter des lumières de la civilisation, tout comme Rome avait pu nous faire profiter de la leur. 

      L’Amérique a une arme redoutable, bien pire que le napalm, c’est sa puissance de manipulation, au travers du monde du spectacle et de cinéma, autrement dit un art consommé du mensonge, transformé en mythe. Hitler avait eu lui aussi cette intuition, et Leni Lifenstahl qui filma les défilés aryens, et les jeux olympiques de Munich préfigurent cette puissance de la volonté, envisagée par Nietzsche, au niveau d’une figure philosophique.Il y eut d’ailleurs un flirt affirmé entre USA et les autorités nazis, pas seulement entre les rapports troubles de certains, tels Henry Ford et Charles Lindberg qui obtinrent d’ailleurs la croix de fer, mais aussi au travers de voyages d’études, dans une volonté de reproduction d’un projet eugénique. Les nazis s’inspirèrent en effet des stérilisations en masse des indiens, et autres marginaux, jugés néfastes pour le pays, à travers un voyage d’études qui leur donna des idées. 

    • Robert Bibeau Robert Bibeau 14 janvier 16:17
      @devphil

      Vous ne devez pas désespérer, je vous explique pourquoi

      1) OUI vous avez raison dans les écoles et dans les médias mainstream - dominant - ropriété des milliardaires - on raconte ce que vous dites 

      2) Mais tout individu est à même d’observer de ses yeux de ses sens que tout cela n’a pas de sens et que la réalité concrète est à l’inverse de ce qu’on lui raconte

      3) Ainsi, qui ne se rend pas compte que les djihadistes de l’EI sont payés - soutenus - entrainés et alimentés en nouveaux djihadistes par les pays occidentaux et les émirats etc. ? Sans cet aide ce fumisterie n’existerait pas depuis belle lurette.

      4) Les gens le savent même si en regardant les médias mainstream vous n’avez pas l’impression que les gens le savent - car on ne donne jamais la parole aux lucides et on laisse croire que tous les français sont des crétins qui gobent la boul-shit des médias.

      5) La réalité - la vie - finit toujours par l’emporter et un jour sans trop s’en apercevoir on constate que ceux qu’on prenait pour des crétins -sont bien plus malins que les crétins d’amuseurs  publics du TJ





       

    • devphil devphil 17 janvier 13:04

      @mmbbb


      Je ne dis pas le contraire mais cessons d’encenser les USA qui n’ont fait que porter la désolation dans le monde 

  • velosolex velosolex 14 janvier 11:40

    Bon article. Personnellement, je recommanderais cette BD, d’Eward Zinn. Je crois qu’un film a été fait l’an passé aussi. Zinn est un pilote d’avion, qui a participé au bombardement totalement gratuit de Royan, en toute fin de la guerre, sans savoir que les soutes de son avion contenaient des bombes au napalm, et autres incendiaires, qui furent ainsi testées pour la première fois, avant d’être la règle au vietnam, bien plus tard. 


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 14 janvier 12:00

      @velosolex

      Les mêmes bombes qui ont été utilisées par la France en Indochine et en Algérie.


    • mmbbb 14 janvier 12:17

      @Jeussey de Sourcesûre exact le napalm ce sont les francais qui l ont utilse en premier C’est facile a produire et pas onéreux . napalm : palmitate de sodium chimie organique Par ailleurs cette guerre d ’algerie a debute sous la 4 eme , un certain Mittérrand etait ministre de l intérieur Quand j’etais gamin cette guerre etait limite a l OAS et a de Gaulle comme pas un heureux hasard de l’ecriture des livres scolaires. Quel grand homme ce M Mittérrand qui nous fit passer de l ombre a la lumiere en 1981 selon l ’ inénarrable Lang


    • microf 14 janvier 13:57

      @mmbbb
      Vous avez raison le napalm est une invention Francaise.
      Ce que savent très peu de personnes, c´est que les plantation de palmiers á huile dans les colonies Francaises en Afrique, ont été crées par le colon Francais pour extraire de l´huile de palme et d´en faire du napalm.


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 14 janvier 16:19
      @Jeussey de Sourcesûre

      La tu me fais plaisir Sourcesure 

      Yes les mêmes utilisées par le gouvernement français - as par la FRANCE ce qui englobe des gens comme toi à qui on a rien demandé avant de larguer 



       

  • microf 14 janvier 13:51

    En Aout 1999, le Président Elsine dans un Discours á la Nation Russe dit ces mots prophétiques « j´ai décidé de vous donner un homme qui va consolider notre Nation, cet homme, c´est Poutine ». Sûr et certain que Poutine avait été amené au pouvoir pour être une marionette. La marionnette se transformera en redoutable homme politique.
    D´une Nation oú l´on crevait presque de faim, il en a fait une aujourd´hui forte, si elle n´est pas respecté par l´Occident, mais au moins l´Occident la craint.
    La Russie ne cesse de se redresser et de se consolider, n´eût été les trahisons et tricheries Occidentales envers la Russie, elle se porterait encore mieux, mais ce n´est que question de temps.
    Le 28 septembre 2015 á la Tribune des Nations-Unies devant tout le monde entier, le Président Poutine parlant de l´engagement au Proche et Moyen Orient « des tenants de la force brute que sont les Usa et l´Otan » ( les mots de Poutine )« Au lieu du triomphe de la Démocratie, nous ne voyons que la violence, la pauvreté et un désastre social. je voudrais demander ici aux responsables de cette situation, vous rendez vous compte maintenant de ce que vous avez fait ?. Le drapeau de l´État Islamique fédère déja des dizaines de milliers de combattants. Parmi eux, des anciens soldats Irakiens, jétés á la rue suite á l´invasion de 2003. Maintenant, ils sont rejoins par les membres issus de » l´opposition Syrienne modéré qui a été armée, financée et soutenue par les Occidentaux. Il n´est pas question des ambitions de la Russie, mais du fait dorénavent que, NOUS NE TOLÈRERONS PLUS CETTE GESTION DES AFFAIRES DU MONDE".

    Pour ceux qui s´intérèsseraient á ce Discours, il est disponible dans le net.
    Ce Discours fut une mise en garde á l´Occident, comment désormais la Russie ce comporterait en cas d´une attaque Occidentale oú que ce soit dans le monde, á savoir, intervenir comme elle fait en ce moment en Syrie, bien sûr, sur invitation de la Syrie.
    Alors si les Usa de Trump veulent la guerre, ils l´auront, et la perdront, car le monde entier grâce au Président Poutine, part sa finesse, son calme, sa sagesse, a fini par faire découvrir au monde, le jeu Occidental, cet Occident méné par les Usa.
    Toutefois je pense quant á moi que Trump ne sera pas un va t-en guerre, et c´est l´une des rares et dernières occasion qui reste aux Usa, d´entrer dans le concert des Nations civilisées, de renoncer á sa politique belliqueuse, s´asseoir avec la Russie et de faire la Paix, car la Russie comme l´a dit, ne tolèrera plus cette gestion brutale des affaires du monde qui sème, la violence, la pauvreté, le désastre social.


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 14 janvier 16:34
      @microf

      OULALA, voici que l’impérialisme russe a ses catéchumènes en France également.

      1) Non monsieur, POUTINE n’est pas un ange de paix mais la marionette politique du capitalisme russe en cours de consolidation, constitué sous le République des soviets le temps de construire des moyens de production industriels puissant (sous Staline) puis qui a du détruire le monopolisme d’ÉTAT par la suite pour se muer en puissance du capitalisme financier - passage obligé vers l’impérialisme mondialisé.

      2) La Russie dernière arrivée dans le concert des puissances impérialistes et n’alignant que 2% du PIB mondial est tenue de jouer l’apaisement - elle n’a pas la puissance de gagner une guerre concurrentielle contre l’Occident 

      3) Poutine cherche à gagner du temps et à jouer la CHINE contre l’OCCIDENT - ce qu’il ne pourra pas faire au demeurant

      4) TRUMP a son propre plan - se gagner la Russie (je n’ai pas écrit  POUTINE mais la RUSSIE - les dirigeants sont sans importance) dans sa guerre contre la CHINE

      5) Nous ??? Nous ne sommes que des pions spectateurs de ces tractations dont nous ferons les frais - quand la première bombe nucléaire tonnera - ne le souhaitez pas monsieur 

      Relire la conclusion de mon texte 



    • microf 14 janvier 23:16

      @Robert Bibeau
      Merci de votre commentaire. Je ne suis ni une cacahuete, ni en France, ni Francais.

      1. Pourquoi le Président Poutine devrait être un ange de Paix, si l´Occident le cherche, l´Occident va le trouver, il ne cesse de le dire. C´est l´Occident qui vient lui chercher des problèmes pas le contraire, s´il vous plait ne cherchez pas á travestir ou tronquer l´histoire, elle très trop récente pour tromper.
      Nommez moi les bases militaires Russes autour des pays Occidentaux. Pendant ce temps, la Russie est entourée des bases militaires Occidentales. Il l´a dit, lorsque la guere sera inévitable, il faudra être le premier á frapper, et il le fera et faut qu´il le fasse.

      2. Ce n´est pas avec le PIB qu´on gagne la guerre sinon voila une coalition de pays á hauts PIB en Syrie depuis des années pour combattre le terrorisme et n´arrive pas á vaincre de primitifs guerriers. Arrive la Russie avec un PIB de moins de 2% comme vous dites et libère les villes de la Syrie une après l´autre, ceci en moins d´un an et demi.

      3- Le Président Poutine ne joue pas la Chine contre l´Occident, la Chine est dans le camps de la Russie, avez vous déja entendu parlez des BRICS, de l´EURASIE et autres Institutions créées oú la Chine et la Russie tiennent une place importante ?.

      4. Trump a son propre plan comment se gagner la Russie, pas gagner Poutine écrivez vous.
      Pour le faire, il faudrait que Trump attende que le Président Poutine ne soit plus lá, peut être que savez les plans qu´on sourdinent contre lui, mais même si c´était les cas, il sera très difficile de l´atteindre.
      Mais pour le moment, le Président Poutine est lá et va encore être lá pour des années, á moins que Trump ait assez de patience pour attendre que le Président Poutine quitte le pouvoir, mais vu l´âge de Trump, je crains qu´il n´ait plus assez de forces physiques pour entreprendre quoique se soit.
      Détrompez vous sur Trump c´est un Monsieur intelligent, il va travailler avec la Russie de Poutine et le dit chaque jour, il veut composer avec la Russie, il ne voit pas la Russie comme une menace pour les Usa, ce qui est déja bien, mais est ce qu´il a le choix ?.
      Le Président Poutine lui a déja son plan depuis des années pour quelqu´en soit celui ou celle qui aurait été élu ( e) Président ( e) aux Usa. Si les Usa veulent coopérer, le Président Poutine sera partant, sinon, il les attend de pieds fermes.
      Dans tous les Discours, le Président Poutine ne cesse de tendre la main á l´Occident, mais il va bientôt se fatiguer, et il l´a bien dit á la Tribune des Nations-Unies le 28 septembre 2015, « dorénavent, la Russie n´acceptera plus cette gestion des affaires du monde par la violence ». c´était un avertissement que j´espère, ceux d´en face ont compris.
      Quant á la guerre des Usa contre la Chine, elle est déja perdue d avance au cas oú Trump aurait des vélléités de la commencer. Avec quels moyens les Usa vont la mèner ? les Usa sont en faillite, mais peut être que vous qui êtes analyste pourriez donner quelques indications, ayant déja analysé la situation.

      5- Nous ne sommes pas les pions, du moins moi je ne suis pas un pion et je ne ferais l´objet des frais d´aucune transaction, si les bombes tombent nucléaires tombent un jour, l´Occident en portera la RESPONSABILITÉ. Le Président Poutine dans ses discours n´a jamais cessé de demander á l´Occident que sa gestion du monde est fausse, qu´il faut la corriger, qu´elle n´engendre que la pauvreté, la violence et le désastre social, est ce qu´il ment ?. Citez moi combien de pays la Russie a détruit, qui a détruit la Syrie, la Lybie, l´Irak, l´Afghanistan pour ne citer que ceux lá ? ce n´est pas la Russie, mais bel et bien l´Occident.
      Le Canada dans lequel vous vivez et que vous revendiquez être votre pays appartient aux Indiens qui ont éte génocidés pas par les Russes, cela au moins j´espère que vous le savez.

      6- J´ajouterais ceci, soyez heureux que le Président Poutine ne soit pas belliqueux comme certains Dirigeants Occidentaux, sinon, vous n´existerez plus aujourd´hui, et souhaitez qu´il reste tel qu´il est á savoir, un homme qui cherche et veut la PAIX.


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 14 janvier 14:35

    Mes articles expliquent mieux.


    L’histoire génocidaire de l’Amérique des Visages Pales est aussi l’Histoire macabre, génocidaire et barbare du Fragment Ouest de l’Europe c’est-à-dire de l’Occident ! 

    Il n y a pas pour moi un seul mystère dans toute l’histoire de l’humanité, histoire « naturellement » « fausse », opaque« et subjective » MAIS JE SAIS TROUVER LE FIL DE LA VÉRITÉ HISTORIQUE qui n’est ni le fil d’Ariane et surtout pas le fil de Marianne !

    Les « Américains » sont les petits fils des Occidentaux de la Vieille Europe, ils sont les OGM de l’histoire contemporaine !

    J’avais expliqué que seule l’intronisation d’un Chef Indien auréolé de ses plumes à la Washingtonia pouvait donner un gramme de légitimité aux USA ! OBAMA président noir descendant d’un noir africain n’était pas suffisant. 

    LES TERRES AMÉRICAINES APPARTIENNENT AUX INDIENS D’AMÉRIQUE !




    IL NE SUFFIT PAS DE DIRE (POLITIQUEMENT) « Dieu bénisse l’Amérique » parce que le GRAND ESPRIT peut décider de tout bannir ! 

    • Robert Bibeau Robert Bibeau 14 janvier 16:36
      @Mohammed MADJOUR

      Le grand esprit ??? C’est qui ??? Où prend-il son pernod celui-là ??


    • Harry Stotte Harry Stotte 14 janvier 20:30

      @Mohammed MADJOUR


      « LES TERRES AMÉRICAINES APPARTIENNENT AUX INDIENS D’AMÉRIQUE ! »


      Pas du tout, puisque eux-mêmes disent que la terre n’appartient à personne. Et c’est ce qui les a perdus. 


      Si leur bourgeoisie à eux, comme dirait Bibeau, leur avait ordonné de dépecer l’étranger, au fur et à mesure qu’il pointait son museau concupiscent, ils n’en seraient pas là.

    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 janvier 11:55

      @Robert Bibeau

      Tout le contraire de votre esprit étroit ! 

      hugh, j’ai dit ! …

    • Mordicul 16 janvier 10:57

      @Robert Bibeau

      Robeeeeeeeeeert....tu casse vraiment les gosses avec le ton présomptueux que tu prend.

      Le canada est au même niveau que les US, des colons qui chaque jours avilissent un peuple légitime et plus digne, et qui se meurt du pillage de son territoire. La france c’est pas mieux.

      Prend donc un fuca et nettoie toi le colon !!


    • Mordicul 17 janvier 10:47

      @Mordicul

      Pour ceux qui ne connaissent pas : https://www.onf.ca/film/peuple_invisible/


    • phan 17 janvier 12:48
      @Mordicul
      Merci pour le lien

      Le peuple invisible, de Richard Desjardins et Robert Monderie
      vu par Claude Vaillancourt
      Productrice : Colette Loumède, ONF, 2007, 93m.
      ...
      Le film reste remarquable par la délicatesse et la sensibilité avec lesquelles sont abordés ces problèmes majeurs et d’autres encore. Certes, les coupables sont pointés du doigt : l’homme blanc qui, imbu de sa supériorité, a cru parvenir à assimiler sans heurt un peuple riche d’une histoire de près de 6 000 ans ; ses représentants qui ont dépossédé les Algonquins de leurs terres sans prendre la peine d’établir de traités, et dont certains ont brisé la vie de nombreux enfants. Mais le tandem de cinéastes questionne aussi les Algonquins eux-mêmes, divisés, en partie responsables de leur misère, retournant contre eux leur violence et leurs frustrations.
      ...

    • Robert Bibeau Robert Bibeau 17 janvier 13:51
      @Mordicul

      Merci beaucoup MORD-DI-L’CUL de me fournir l’occasion de cette intervention supplémentaire qui me permettra non pas de me nettoyer le colon mais le tien et le leur

      LEUR étant ici toute la fange de petits bourgeois - bobos pédants - écologistes - humanistes larmoyants - les nouveaux curés sans soutanes - amant de la nature - tu sais ceux qui veulent le grille pain mais dénoncent l’électricité - ceux qui prennent un rouge sur la terrasse chient sur le vidangeur qui ramassent leur papier par terre et pleurent sur les jeunes chinois exploités le cul sur une chaise en rotin fabriqué dans une sweat shop en Chine.


      Lis leur littérature juste ici dans les POST en haut et en bas - Comme Desjardins un canadien que je connais bien - ils se lavent la mauvaise conscience du dimanche (pour avoir manquer la messe) en braillant sur le sort des amérindiens en ACCUSANT LES BLANCS DE PILLER LA TERRE DES PEAUX ROUGES -DE DÉTRUIRE LES TERRES ANCESTRALES... ET LE RESTE

      Mais LES BLANCS comme classe sociale ça n’existe pas MAN. Ce qui existe chez les blancs ce sont des prolétaires comme moi, sans AUCUN pouvoir = aucun = incapable d’ordonner à un buldozer de rentrer dans une réserve mais qui effectivement peut se trouver sur le buldozer en tant qu’esclave salarié à l’emploi de la compagnie KRUGER qui s’est emparé du claim et à décider de tout faire raser par ses employés en buldozer. la compagnie KRUGER propriété d’une autre classe DE BLANCS avec des parts de la compagnie amérindienne appelé NUNAVUT qui possède aussi sa ligne aérienne amérindienne où des pilotes amérindiens polluent les terres du nord ancestrales

      Ce ne sont pas LES BLANCS qui saccagent le Nord amérindien c’est le mode de production capitaliste que LES BLANCS ET LES AMÉRINDIENS CAPITALISTES dirigent et dominent

      MORD-di-le-CUL, ATTEND QU’IL EST CHIÉ DANS SON FROCK AVANT DE LUI MORDRE LE CUL STP

       

    • phan 18 janvier 07:52

      @Mordicul
      Tout çà n’est que du pipeau, chez ce cher Robert !
      Il peut consommer, il peut voter, il peut payer des impôts, rien n’empêche qu’il peut adhérer au mouvement refusnik Marcuse.

      « Indien : le mot a été créé par nous (les Blancs), pas par lui. Il n’est un indien que depuis 500 ans. Pendant 25 000 ans, il a été un Ottawa, un Dakota, un Shoshone, un Cherokee – ou un autre des centaines de peuples qui ont occupé ce continent. (Edgard S. Khan et David W. Hearne ed. Our Brother’s Keeper Indians in White America New York New American Library 1975 P. vii)

      Un prolétaire qui dort et pendant ce temps au Canada : le massacre du peuple indien passe par la destruction et l’exploitation de leurs enfants

      Un prolétaire éveillé c’est celui qui se rend compte que Génocide culturel envers les Amérindiens ? Non, le Canada a commis un véritable génocide (Toronto Star)
      On a parlé même chez AV par ceri

      Un prolétaire qui gueule (appartenant à la classe de l’opposition contrôlée) pour masquer le bruit de son gouvernement canadien qui a donné l’ordre de détruire les preuves du génocide des nations premières.

      Awoniens
      Des Innovants mis en lumière par le postmarxisme quand les mal-nommés « Amérindiens » restent les victimes de l’idéologie smitho-marxiste


    • Mordicul 18 janvier 12:32

      @Robert Bibeau

      J’adore les contorsions mentale dont vous faite preuve pour faire glisser un discours contraire à vos croyance (parce qu’il ne s’agit que de ça en faite) dans le panier avilissant de vos avis et savoirs nauséabonds. Il est certain que si je vous mordais le cul je ne me souillerais pas la bouche parce que c’est de votre esprit que sortent les excréments que vous nous chier à la figure comme intelligentsia de votre stupidité avéré d’un prof pédant du canada.

      Je vous laisse donc à votre livre de chevet : L’art d’avoir toujours raison de Shopenhauer

      http://www.philo5.com/Mes%20lectures/Schopenhauer%2C%20L’art%20d’avoir%20toujours%20raison.htm


    • phan 18 janvier 12:47

      @Mordicul

      Et pour le prolétaire qui aime tant les sweat shops en Chine

      John A. Macdonald’s Aryan Canada : Aboriginal Genocide and Chinese Exclusion by Timothy J. Stanley
      Racisms are central to the creation of Canada through European dominance over the vast territories of the First Nations, Inuit and Métis people. A case in point is provided by John Alexander Macdonald and his enactment of Asian exclusion and the genocide of the people of the southern plains.[1]
      Macdonald not only excluded the Chinese, he personally introduced biological racism as a defining characteristic of Canadianness. Biological racisms depart from older racisms by constructing allegedly natural, immutable and inescapable racial categories on the basis of supposed biological differences. Previous racisms had been based on alleged cultural characteristics that could change over time.[2] Macdonald’s fixing of difference was neither accidental nor simply the result of mere prejudice.


    • Mordicul 18 janvier 13:22

      @phan

      Pendant une année j’ai eu l’occasion de converser avec quelques canadiens sur cette situation que subissent les peuples originaire de ce pays. La plupart du temps j’ai dut me heurter à l’hypocrisie de certains canadiens qui n’apprécient pas du tout ce sujet qui les oblige à se remettre en question et dont comme ce Mr Bibeau s’extrait d’une part de responsabilité en abordant le sujet avec le mépris sous entendu qu’il a sur les peuples à qui ils ont appris à boire de l’alcool pour les diminué et les montré du doigt pour soulager leur conscience de les avoir corrompu et spolié.
      Soutenir la version officiel canadienne par un discours fallacieux et culpabilisant pour les indiens démontre que l’esprit des colons n’est pas mort en vivant encore à travers ceux qui ne sont pas responsable directement mais dont la complicité n’est plus à faire par le fait qu’ils portent encore en eux les rouages mentaux des colons christiques.
      Dans le panier à crabes des faiseurs de génocides, le canada n’a pas à rougir de la concurrence.



  • julius 1ER 14 janvier 17:10

    Dans leur guerre contre les Amérindiens, ce ne fut pas un désir morbide de massacre génocidaire qui poussa le gouvernement, la bourgeoisie américaine et la cavalerie de Custer vers les prairies,

    @l’auteur, 

    en massacrant les troupeaux de bisons par millions, vous êtes sûr Mr Bibeau qu’il n’y avait pas là d’intention génocidaire contre les amérindiens ?????
    moi je pense le contraire... en s’attaquant au mode de vie et au principal moyen de subsistance du peuple indien il y avait là « préméditattion » !!!

    • velosolex velosolex 14 janvier 17:36

      @julius 1ER
      Ca va de soi. Pour tuer quelqu’un, liquider sa culture, il faut le diaboliser, le transformer en presque animal. Un processus psychologique de défense qui est le même partout, de la colonisation aux nazis....Daesh étant dans la parfaite continuité de ce processus, mais en le poussant à l’omega, avec leurs « chiens d’infidèles », d’apostats, et autres curiosités sémantiques qu’on croyait enfermés pour jamais dans le placard aux curiosités. L’histoire de l’amérique est celle d’un génocide monstrueux. La rencontre de cultures qui ne pouvaient pas, ne voulaient pas se rencontrer. Toutes les colonisations ne se ressemblent pas toutrefois, n’en déplaise à monsieur Bideau, quelque peu dogmatique. S’en faire l’apologie d’aucune, il faut reconnaître que certaines ne cherchèrent pas à éradiquer les populations indigènes, mais à les assimiler. La puissance de Rome repose par exemple sur la capacité de faire romain les populations conquises, et de lever sans cesse de nouvelles troupes, de former les élites barbares à Rome...Le français n’est rien d’autre que cette rencontre....Assimiler, ce n’était pas le propre de la culture anglo saxone : Les anglais aux indes se distinguèrent comme partout ailleurs en levant une armée de fonctionnaires supplétifs, issus d’une caste ou deux, afin de cliver la société, fidèle en soi à la dynamique de la culture de classes.Il ne suffit pas de traverser les mers pour changer de paradigmes, bien au contraire. Pas de mariages entre anglais et indiens, aucun « pied noir » en inde, ou très peu, contrairement à ce qui se passa en Afrique du nord, ceci dit sans évidemment faire l’apologie de la colonisation française...Au canada, mais monsieur Bideau confirmera ou non, mais il me semble bien que les trappeurs français étaient davantage dans cette dynamique de rencontre mixe avec les indiens, que les anglais. 


    • velosolex velosolex 14 janvier 17:42

      @velosolex
      Tiens, cela me fait penser à un très beau livre que j’ai lu l’an passé, un roman reposant sur unes trame historique, à savoir le combat entre hurons et mohicans, instrumentalisés par les colons britanniques et anglais. Joseph Boyden un très bon écrivain, qui vous parle de l’apreté de la survie. 

      Dans le grand cercle du monde - Joseph Boyden - Babelio
      Mais j’ai lu aussi le livre magnifique de Tracy chevalier, « a l’orée du verger », qui est un formidable voyage dans l’Amérique profonde et inhospitalière. Car on l’oublie : Le pays était riche, mais tout était à faire. Avant d’obtenir une récolte, il fallait déboiser, retourner la terre, et attendre, en espérant qu’il n’y aurait pas de catastrophe ; C’est toute la dynamqiue par exemple déjà des passagers du Mayflower, débarquant à Cap cod, et dont la moitié au moins périrent la première année

    • Robert Bibeau Robert Bibeau 14 janvier 18:04
      @julius 1ER

      Ce que je tente de mettre en lumière dans cette phrase c’est qu’un mode de production qui s’implante sur un nouveau territoire n’y arrive pas pour le motif de détruire ce qui existe déjà sur place mais pour le motif que ses contradictions internes PROPRES À CE MODE DE PRODUCTION - le pousse - le force - à s’étendre - un peu comme une force qui doit trouver de nouvelles réserves de nourriture ou de carburants ou d’énergie etc...

      S’installant sur cette nouvelle contrée cette nouvelle terre (nouvelle pour elle bien entendu -pas pour ceux qui y sont déjà établi) Ce mode de production entre en confrontation avec le mode de production en vigueur sur cette terre soi-disant nouvelle - une seule solution possible - car deux modes de production ne peuvent cohabiter - l’un doit détruire l’autre dans la lutte pour les ressources -
      Alors commence toute une rationalisation dans chacun des modes de production pour expliquer - motiver - enrégimenter les acteurs afin de justifier l’éradication - le génocide - de l’autre.

      Si le mode de production communiste-primitif était parvenu à vaincre le mode d production capitaliste mercantile puis industriel - nous serions en train de pleurer le scalp des pèlerins du Mayflower plutôt que les assassinats de Siting Bull ou de Crazy Horse ou de Geronimo.

       

    • Harry Stotte Harry Stotte 14 janvier 20:38

      @Robert Bibeau


      « Si le mode de production communiste-primitif était parvenu à vaincre le mode d production capitaliste,,, »


      Il n’avait aucune chance, en raison de sa naïveté, de son imperméabilité à l’innovation et de son absence d’ambition.

    • julius 1ER 15 janvier 08:20

      @Robert Bibeau

      à l’instar de Vélosolex Mr Bibeau je vous trouve assez dogmatique voir caricatural !!!
      les premiers pionniers n’avaient rien de Capitaliste, c’étaient juste « des exclus » du système dominant... pour l’Angleterre et la France structure féodale à peine matinée de Démocratie surtout au 17 ie et 18 ie siècle et au départ les échanges avec les amérindiens étaient plutôt limités ....

      c’est vraiment au 18 ie et 19 ie siècle que les échanges sont devenus importants en volume voir le commerce des peaux ... au départ un simple troc pour se nourrir et se vêtir, puis c’est devenu une véritable monnaie d’échange, un immense commerce et là on peut parler de Capitalisme commercial !!!
      lorsque vous dîtes ;

      Si le mode de production communiste-primitif était parvenu à vaincre le mode d production capitaliste mercantile puis industriel  :

      permettez-moi de ne pas être d’accord avec vous sur la définition intrinsèque du mot Capitalisme !!!
      au départ il y a la manufacture ....première base industrielle du monde moderne la raison sociale est individuelle et là on ne peut pas parler de Capitalisme .... le Capitalisme existe par les actionnaires et la démultiplication financière qui s’ensuit..... pas par décret ou par hasard !!!

      un pionnier qui commence à creuser une mine même s’il n’est pas seul à creuser n’ a rien de Capitaliste ???? où il devient un Capitaliste c’est s’il fait travailler les autres dans la -dîte mine en multipliant les investissements et en devenant un actionnaire de cette mine .... c’est là que le Capitalisme prend son sens c’est quand le premier intervenant vit de la rente de l’action autrement la situation n’a rien de Capitaliste c’est juste l’exploitation basique de la matière !!!


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 15 janvier 12:48
      @julius 1ER

      Vous vous emmêlez entre chaque arbre et vous oubliez la forêt.

      Vous descendez au niveau des pâquerettes et même plus bas et vous suivez une fourmis à la trace pas à pas puis vous en déduisez que son comportement semble erratique et que rien ne semble organisé dans la fourmillière 

      Que 60 pèlerins du May Flower aient prier Dieu en débarquant du bateau avant de porter des couvertures couvertes de tiphus aux bons sauvages ne signifient pas que Dieu leur a donner l’absolution,

      Le fait qu’un colon pioche une terre et coupe un arbre ne signifie pas que Wall Street est opérationnel et la US Steel en fonction ÉVIDEMENT

      Si on s’élève vers le ciel et si on voyage dans le temps on perçoit que ces milliers de gars qui creusent une mine comme vous dites et qui buchent un arbre et qui construisent une route et qui débarquent d’autres pèlerins avec leurs couvertures au tiphus - tout cela forme un tout cohérent dans le temps et que ça s’appelle la colonisation d’un territoire ou vivent des autochtones qui ne pourront plus y survivre

      Cette colonisation vu sur 100 ans s’appelle construire un pays - État-nation capitaliste commercial (Même si le premier pèlerin a prier et pas du tout troquer et s’il a simplement donné les couvertures au tiphus sans retour)

      Il faut voir au-delà de son nez même s’il est très long...


       

  • Tall Tall 14 janvier 17:35

    Je tiens à rappeler aussi le sinistre génocide, encore dans toutes les mémoires, de Néandertal par Cromagnon.

     
    Néandertal était un écolo très respectueux de la nature et profondément démocrate.
    Chaque autorisation de chasse au mammouth était précédée d’un vote.
    Le mammouth était toujours anesthésié ( avec un gros gourdin ) avant d’être euthanasié.
    Néandertal s’occupait aussi de nourrir les bébés-mammouths devenus orphelins.
     
    Et ainsi coulèrent paisiblement de longs millénaires où les zoiseaux pouvaient faire cuicui dans les arbres sans se faire emmerder par les gros navions.
     
    Puis arrivèrent les affreux Cromagnons, avec leur technologie moderne d’arcs et de flèches. Et ce fut l’enfer !!
     
    Plus jamais ça !!
     
    Signez la pétition > Stop aux Cromagnons !

  • cathy cathy 14 janvier 18:34

    « le mode de production communiste primitif, fondé sur la chasse et la cueillette, opposé au capitalisme commercial » smiley


  • bob de lyon 14 janvier 18:47

    Petit discours écrit sans prétention, comme une distraction !

    L’histoire des USA vu par M. Bibeau est déconcertante pour un Gaulois traditionnel.

    C’est Voltaire qui influença Louis XV d’abandonner « ces quelques arpents de neige ! » ; l’armée américaine avant 1776 : inexistante ! et c’est Napoléon qui vendit la Louisiane par besoin d’argent pour ces guerres continentales ; à savoir, entre autre, pas d’Empire Français avant 1800 (15 ans seulement).

    Ce sont surtout les habits rouges de l’Angleterre qui nous chassa de notre Québec même si les indiens ont gardé de notre présence comme un parfum de Paradis. (texte à disposition si cela intéresse.)

    N’hésitons pas à la caricature puisque nous y sommes : du côté Anglais, une colonisation poussée par le pouvoir pour se débarrasser d’une population encombrante et de religion exotique (quakers) et non conforme ; et de l’autre, Français, quelques hommes, grandes gueules, enlevés dans des débits de boissons et forcés de s’installer sur les bords du Saint-Laurent pour la plupart du temps sans femmes. Ils trouvèrent d’ailleurs les femmes indiennes très à leur goût.

    La cause était dite. En quelques dizaines années : d’un côté plus d’un million d’individus, et de l’autre quelques centaines de milliers.

    Pour ce qui est des USA et la France j’entrevois bien quelques Lafayette, Rochambeau, un Maximilien, égaré au Mexique, mais pas de Waterloo, de Fachoda, de Mers-el-Kebir...


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 14 janvier 19:39
      @bob de lyon

      Vous aurez au moins appris qu’on vous a roulé dans la farine depuis l’école - c’est toujours ça de pris




      Faut vous méfier de l’école monsieur - elle présente l’histoire d l’humanité comme l’histoire des grands hommes VOUS AVEZ UNE PLACE DE CE NOM À PARIS alors que l’histoire de l’humanité est l’histoire de la lutte des classes 

      Voila déjà une différence



  • alinea alinea 14 janvier 21:12

    Mais qui étaient-ils donc ces nouveaux venus « devant » se battre avec tout le monde pour survivre ?!!7Article merdique, indigeste au possible ; quel prolétariat pourra faire face à un si gracieux seigneur ?


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 14 janvier 21:29
      @alinea


      OUais il me semble que je vous reconnais vous l’anarchiste ( smiley

    • Le Gaïagénaire 15 janvier 18:28

      @alinea 14 janvier 21:12


      « « Dans leur guerre contre les Amérindiens, ce ne fut pas un désir morbide de massacre génocidaire qui poussa le gouvernement, la bourgeoisie américaine et la cavalerie de Custer… » Sans vous offenser, si précisément car c’est sur ordre divin que le Cristophe Colomb part pour « …pour envahir, traquer, capturer, vaincre et subjuguer tous les Sarrasins, païens et autres ennemis du Christ où qu’ils soient et de réduire leur personnes en esclavage perpétuel… » C’est précisé dans les bulles papales remises au Colón. Steven Newcomb a transmis une énième requête au Pape François en 2016, en main propre, afin qu’il révoque la bulle Inter Caetera qui a été légitimé par le Juge Marshall dans l’affaire Johnson vs Mc Intosh en 1823. Et parce qu’il fut simplement et implicitement compris qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne devaient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche ». D’ailleurs Pratt n’a t’il pas affirmé qu’il fallait tuer l’indien pour sauver l’homme ? Et Colomb a débarqué en 1492 et lorsqu’on célèbre le Colombus Day ou de Día de la Raza ou le jour de la découverte, chaque année, on remercie Dieu d’avoir permis de tuer l’indien pour sauver l’homme, blanc et chrétien de préférence. »

       smiley

    • alinea alinea 15 janvier 19:51

      @Le Gaïagénaire
      Merci !!
      Bibeau se contente de voir l’homme économique, oublie l’âme, le cœur, l’esprit, et... la maladie mentale !!
      Comme je fais exactement le contraire, enfin presque, je ne vois que la maladie mentale ; à l’époque ça ne devait pas être triste, mais aujourd’hui, elle nous rattrape, et l’on voit que ce n’est pas triste ! ne pas comprendre que notre histoire repose sur cet irrationnel abject, c’est, me semble-t-il, passer à côté !!


    • Xenozoid Xenozoid 15 janvier 20:01

      @alinea


      on est dans une société de qui ne prend rien n’a rien

      car prendre c’est facile

      putain de nihiliste, plein de morale ...grrrr

      j’ai pas été domestiqué

      mais pour être sérieux on a basculer dans une société urbaine tout doit être domestiquer

    • Le Gaïagénaire 16 janvier 00:46

      @alinea  15 janvier 19:51

      Des anglais scandalisés par un pire qu’eux...


      "Le chiffre de 10 millions de victimes a été souvent avancé, notamment par l’écrivain américain Mark Twain.

      Voici la conclusion de Conan Doyle :

      « Beaucoup d’entre nous en Angleterre considèrent le crime qui a été commis sur les terres congolaises par le roi Léopold de Belgique et ses partisans comme le plus grand crime jamais répertorié dans les annales de l’humanité. Je suis personnellement tout à fait de cette opinion. »


    • phan 16 janvier 06:32
      @Le Gaïagénaire
      c’est une autre histoire, par contre une histoire du (passé, présent, futur) plus que parfait :

      Nicolas Agbohou, docteur en économie et enseignant à la Sorbonne, nous explique les spécificités du franc CFA qui en font un véritable instrument de soumission des pays utilisateurs de cette monnaie à la France.


      ONG Survie, « Le franc CFA, un outil de contrôle politique et économique sur les pays africains de la zone franc ».

      P.Y. SÉRAPHIN, « Le franc CFA, une monnaie coloniale qui retarde l’Afrique »,

    • Robert Bibeau Robert Bibeau 16 janvier 14:33
      @phan

      VOILÀ UN INTELLO QUI FAIT UN TRAVAIL UTILE

      Mais c’est pas qu’elle retarde l’Afrique -c’est quelle l’empoisonne et l’emprisonne

      Mais pour chasser le franc CFA faudra que le prolétariat africain chasse l’impérialisme d’Afrique y compris l’impérialisme français.


  • zozoter 14 janvier 22:01

    L’article est de qualité, pas outrancier me semble t il.

    Dans la langue de Peter Stuyvesant, Wall de Wall street veut dire Wallons. pas mur.
    faut voir...

    • captain beefheart 15 janvier 16:48

      @zozoter
      Non,non,quelques noms de rue et de quartier à New York sont d’origine néerlandaise.Wal=mur fortifié ,Brooklyn vient de la ville de Breukelen,Harlem=Haarlem,The Battery,=de batterij.

      Les Hollandais ont fait un échange Nieuw-Amsterdam contre une partie de la Guyane.Après les anglais le nomment New York.

      Le mot néerlandais pour Wallon est Waal.(pl.Walen)


  • ENZOLIGARK 15 janvier 09:12

    Grazie @ l ’ auteur ... , ... L ’ histoire PERMANENTE genocidaire des Etats Unis d ’ Amerique ... , ... non ! ? . ... АФФ ИСС . 


  • bob de lyon 15 janvier 10:09

    …Suite d’une conversation dilettante

    Re-bonjour, M. Bibeau

    Je connais le Québec, pour y avoir des amis sur les bords du lac Saint-Jean et pour y avoir effectué quelques longues et agréables promenades parmi les épinettes et les bleuets dans les Laurentides ; quant aux USA, j’entretiens de chaleureux liens familiaux avec les cousins-cousines de mon épouse, éparpillés entre Hartford et New York. Mais aussi pour avoir travaillé sur l’architecture in situ de la « Grosse Pomme », il a bien fallu que je m’imprègne de l’histoire de ce continent.

    J’ai donc consommé ad nauseum une pléthore de documents plus ou moins intéressants. J’en citerai un, fondamental et anticonformiste (lu et cité par de nombreux commentateurs de votre article) : « L’histoire populaire des États-Unis » de H. Zinn.

    Soyons lapidaire. Un argument court aux États-Unis, depuis l’élection de M.Trump : les différences des valeurs américaines et russes sont inconciliables et conflictuelles . J’aimerais savoir lesquelles ?


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 15 janvier 13:08
      @bob de lyon

      AUCUNE, absolument aucune ne sont inconciliables. Ce « sentiment » comme vous l’appelez vient exactement du même endroit que le reste des sentiments qui circulent dans tous pays capitaliste des médias mainstream - à la solde propriété ds milliardaires qui façonnent la soi-disant opinion publique = une sorte de moyenne de la merde qu’ils diffusent à la volée et dont les maisons de sondage (qui leur appartiennent - branche d’enquête de la salle de propagande) ont vocation de prendre la mesure afin de savoir jusqu’à quel point le jello a figé. 

      Il n’y a rien qui ressemble plus à un ouvrier russe sur un chantier de construction à Moscou qu’un ouvrier roumain sur un chantier de construction à New-York

      L’Impérialisme mondialisé et globalisé a inter relié et globalisé les banques - les affaires et les prolétariats.

      Les ouvriers 8 a 10heures par jour et davantage font à peu près la même chose de la même façon pour construire un building de verre et cela vaut pour Shanghai également

      Je comprends votre sentiment en pensant à la nature sauvage et bucolique du Lac St-Jean mais un bleuet ne fait pas une tarte 

       

    • bob de lyon 15 janvier 17:07

      @Robert Bibeau

      continuons et restons modeste…

      Permettez que j’insiste, j’ai l’impression de m’être mal exprimé ; je reprends donc cet argument qui, répété à l’envi par les commentateurs labellisés des médias d’outre-atlantique (vous devez le savoir mieux que nous), est repris comme une profession de foi par les nôtres : « …depuis l’élection de M.Trump : les différences des valeurs du peuple américain et celles du peuple russe sont tellement inconciliables et conflictuelles qu’elles empêcheront tout rapprochement entre ces deux nations.  dixit le Congrès. »

      Comprenez, bien sûr,que je n’ai aucune sympathie pour M. Trump.

      De quelles valeurs parle-t-on ?


  • phan 15 janvier 15:38
    Bonjour,

    C’est plus facile de parler du génocide de son voisin que d’affronter ses propres terpitudes :
    Silence de l’Histoire sur l’holocauste canadien
    Hô Chi Minh n’a jamais connu la victoire sur les Yankees, puisqu’il est mort le 2 Septembre 1969 et que Henry Kissinger a reçu le prix Nobel de la paix en 1975 !
    Raoult Castro n’est pas isolé, C’est Barack Obama qui est isolé et que l’embargo existe toujours !
    Pol Pot a collaboré avec Henry Kissinger et est tué par un moustique !
    Comment Wall Street a financé le communisme et le nazisme, par Antony C. Sutton
    Entretien exceptionnel avec le professeur américain Antony Cyril Sutton, qui a révélé dans ses livres le rôle déterminant de Wall Street derrière les grands bouleversements du XXe siècle, de la Révolution bolchévique à l’ascension d’Hitler. Le communisme et le nazisme, idéologies en apparence opposées, furent les instruments qui permirent au cartel bancaire d’accroître sa puissance dans un but supérieur : conduire le monde vers un « Nouvel ordre mondial ».

    PS : Pouvez vous me donner l’adresse du bordel à HCMVille où les GI de retour visitent, il faut beaucoup de Viagra pour bander à 80 piges !
    Donnez moi les coordonnées GPS où se trouvent les bidonvilles de la classe du prolétariat actuel vietnamien et donnez moi les noms de leurs nouveaux maîtres !
    Sinon, venez chez moi, dans le delta du Mékong patauger dans la mélasse et utiliser la nanotechnologie (Ti et Ag) pour dépolluer l’agent orange dans la mangrove.
    Il y a une émission qui passe en ce moment chez la 4ème internationale :
    Radio-Trotski ment, Radio-Troski ment, Radio-Trotski est l’OTAN !




    • Le Gaïagénaire 15 janvier 16:33

      @phan 15 janvier 15:38

      MERCI de votre rappel à la RÉALITÉ. Les Nazis ont appris de qui ?

      http://mondeautochtone.blogspot.ca/2013/01/silence-de-lhistoire-sur-lholocauste_14.html

      « Les pensionnats ont été structurées comme des camps de concentration, sur une base hiérarchique militaire sous le contrôle absolu d’un directeur nommé conjointement par l’église et de l’Etat, et qui était habituellement un membre du clergé. Ce principe a même été donné le droit de garde juridiques sur tous les élèves durant les années 1930 par le gouvernement fédéral, au moins dans les écoles résidentielles de la côte ouest. Cette action du gouvernement était très inhabituel, étant donné que les peuples autochtones étaient par la loi les pupilles de l’État, et avait été ainsi depuis le commencement de la Loi sur les Indiens. Et pourtant, un tel pouvoir absolu de la direction de l’école sur la vie des étudiants autochtones était une exigence de tout système dont le meurtre des autochtones devait être déguisé et a plus tard nié. (...)

       »En 1909, le Dr Peter Bryce du Département Santé de l’Ontario a été embauché par le ministère des Affaires indiennes à Ottawa pour visiter les pensionnats indiens de l’ouest du Canada et de la Colombie-Britannique et un rapport sur l’état de santé là-bas. Rapport de Bryce tellement scandalisé que le gouvernement et les églises qu’il a été officiellement enterré et n’est apparu en 1922 quand Bryce - qui a été chassé de la fonction publique de l’honnêteté de son rapport - a écrit un livre à ce sujet, intitulé Histoire d’un crime national (Ottawa, 1922).
      Dans son rapport, le Dr Bryce a affirmé que les enfants indiens ont été systématiquement et délibérément tués dans les pensionnats. Il a cité un taux moyen de mortalité entre 35% et 60%, et a allégué que les responsables du personnel et de l’église ont été régulièrement refuser ou de falsification de documents et d’autres preuves de décès d’enfants.
      En outre, le Dr Bryce a affirmé que le principal moyen de tuer des enfants autochtones a été délibérément les exposer à des maladies transmissibles telles que la tuberculose et leur refuser tout traitement médical ou de traitement - une pratique concrètement visés par les hauts dirigeants Église anglicane dans le Globe and Mail 29 mai 1953."

       smiley


  • phan 15 janvier 16:21

    Les Indiens d’Amérique (nord, sud et centre) ont subi un véritable génocide mais ils ne se sont pas laissés faire... Ils ont été tués, violés, brûlés, torturés, exploités, massacrés par « les plus grandes civilisations » occidentales : espagnols, portugais, hollandais, anglais, français, américains et canadiens pour permettre le lancement du monde capitaliste qui est né dans un grand bain de sang... Les Occidentaux n’ont pas seulement détruit hommes, femmes et enfants mais des centaines de civilisations différentes, une destruction de richesses humaines inestimables !

    Génocide amérindien (Côté Nord)

    • captain beefheart 15 janvier 16:55

      @phan
      Et maintenant on détruit des pays florissants,avec des sociétés bien structurés,artisanat,petites commerces,au Moyen Orient,notamment les pays laïcs,avec des scientifiques,services de santé modernes.Et les gens trouvent ça normal,par ici.C’est fait exprès,ceux qui pensent que ce sont des effets collatéraux de notre ingérence ont tort.Le but est déstructurer et détruire,et à chaque attentat dans ces pays Mephisto prend sa jauge pour mesurer le sang.


  • phan 15 janvier 19:20
    Les Vietnamiens n’ont pas besoin des conseils des 7 nains du Québec pour mettre fin à l’armée de l’empire colonniale française à la bataille de Dien Bien Phu

    Les Vietnamiens n’ont pas besoin des conseils des 7 nains du Québec pour libérer Saigon
    et dire aux Yankees « Home sweet home ! »

    Les Vietnamiens n’ont pas besoin des conseils des 7 nains du Québec pour mettre fin aux génocidaires « Kmers rouges » de Pol Pot

    Les Cubains n’ont pas besoin des conseils des 7 nains du Québec pour mettre fin à l’Apartheid à la bataille de Cuito Cuanavale

    Les 99% qui ne possèdent pas la richesse des 1% n’ont pas besoin des conseils des 7 nains du Québec pour sortir de la misère, de la maladie, de la faim, des guerres interminables ...


    Au fait, vous qui défendez la lutte des classes, êtes vous ou étiez vous prolétaire ?
    Moi, oui. j’étais Lamineur à froid, 2ème échelon, à Usinor Mardyck à GRANDE SYNTHE - 59760 près de Dunkerque en France, et je préfère lire François Maspero que de consulter le site 7duQuébec





    • covadonga*722 covadonga*722 16 janvier 07:42

      @phan
      Au fait, vous qui défendez la lutte des classes, êtes vous ou étiez vous prolétaire ?


      yep camarade c’est une spécialité de l’intelligentsia mondiale de faire la leçon au prolétariat.Comprenez vous pour eux ,abrutis par les machines et faisant des boulots
      idiots nous ne sommes pas en mesure de penser concrètement ce qui est bon pour nous.Bien mieux nous sommes nos propres ennemis quand vous écoutez l’avant garde révolutionnaire éclairée nous sommes comme du bétail qu’il faut guider.Quand ils ne sont eux que des parasites dont la fonction ne perdure que par le maintien du système .Reste que le net perturbe désormais ces beaux esprits puisque nous pouvons débouler dans leur salon propret ou ils discutaient " entre soi’ et leur foutre nos mains graisseuses dans la gueule. Tiens ici vous avez un exemple sur le mépris de classe d’un parangon de vertus citoyenne dénommé Cabanel :http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/la-fin-du-chomage-un-mirage-173486

      même parfois en désaccord avec vous
      salut et fraternité , asinus ex ouvrier qualifié


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 16 janvier 14:16
      @covadonga*722

      J’adore ce que vous écrivez covadonga

      J’applaudi des deux mains à chacune de vos phrases

      Bravo. CAMARADE GARDE NOUS DE « L’AVANT-GARDE », NOS ENNEMIS ON S’EN CHARGE



  • Electric Electric 16 janvier 19:57

    Je suis l’esprit de Lorenzo Ricci, l’homme qui a créé votre monde avec les USA comme navire amiral. Je suis le supérieur Général de la Compagnie et j’ai façonné notre nouvelle Atlantide dans l’ombre.

    En 1750, notre Compagnie était au fait de sa gloire et de sa puissance, mais les nuages s’amoncelaient. Du nouveau monde soufflait un vent de liberté qui allait emporter inexorablement l’ancien.

    Les royautés européennes, confites dans la bigoterie d’une part, nos Loges maçonniques et autres encyclopédistes d’autres part sonnaient le glas du Droit Divin, duquel nous allions faire émerger l’Homme divinisé avec la complicité souterraine des familles régnantes, la Noblesse Noire.

    Nous avons précipité l’émergence de la Nouvelle Atlantide tout autant que la chute des anciennes monarchies.

    La Perfide Albion tenait fort les rênes des 13 colonies, dont les catholiques romains étaient exclus. Nos hommes ont invité le Roi a autoriser le prélèvement des taxes indues sur le commerce pendant que dans le même temps, nos hommes agitaient les foules, les indiens et les milieux d’affaires maçonniques outre Atlantique.

    Pour que notre plan fonctionne sans accroc, il fallait que le pouvoir papal s’efface, que l’anglais se croit fort.

    Nous avons sabordé nos vaisseaux, affaibli la papauté, dissous la Compagnie avec la complicité de Clément XIV qui en est mort de chagrin. Pombal ne démérita pas au Portugal, il m’obéit fidèlement dans son combat contre nous, tout comme Benjamin Franklin, Washington ou Voltaire secrètement des nôtres.

    L’anglais ne vit rien venir, en tout cas pas le pouvoir royal, la City était déjà notre et Georges III bien faible dans les mains de Stuart. Après la guerre franco-anglaise, la dissolution de l’ordre en 1773 nous ouvrait la voie à 40 années d’ombre et de manigances sans entrave.

    Je suis mort officiellement le 22 novembre 1775, mais en février 1776, je préparais avec Washington et Franklin la future déclaration d’Indépendance qui sanctifiait la liberté religieuse et nous ouvrirait les voies officielles du pouvoir, barrées jusqu’alors.

    Je leur proposais de choisir le drapeau de la Compagnie des Indes Orientales pour égarer un peu plus l’anglois. Ils ont accepté. Avaient ils le choix ? Washington le « maçon » s’est converti sur son lit de mort auprès de son confesseur jésuite.

    La déclaration du 4 juillet est une copie quasi conforme de l’excellent texte de la théologie de la libération du Cardinal Bellarmin, bourreau de Bruno et emblème du Cardinal Bergoglio aujourd’hui.

    La famille des Caroll, jésuites propriétaires de quelques fermes à Rome au bord du Tibre, céda de bonnes grâces ses terres pour y construire notre future capitale, rebaptisée Washington au bord du Potomac. Notre ami Pierre Charles l’Enfant, maçon français, dessina le plan de notre future capitale pendant que White donnait son nom à la future demeure de notre Caesar séculier. Caroll fonda notre école phare : Georgetown University.

    Nous installâmes plus tard Perséphone sur le dôme du Capitolum, le Temple de Jupiter, dont la peintre de la coupole fut confiée au peintre Constantino Brumidi, exfiltré pour l’occasion d’Italie.

    Dès 1776, les hordes de catholiques romains déferlèrent sur les USA, bientôt rejointes par les victimes de la Révolution françaises, que nous avons pu passer en douceur, puisqu’officiellement dissous.

    Et pour une fois, personne n’y vit la main des jésuites, seulement celle d’une grotesque secte fondée par un des nôtres, les illuminatis et quelques franc-maçons. Louis XV avait heureusement scrupuleusement obéi en ordonnant notre dissolution à toutes les monarchies d’Europe issues des Bourbons. Que Grâces lui soient rendues.

    En matière d’illuminés, le match était déjà plié lors de la création de l’ordre en 1540, qui réunit dans l’ombre les descendants de l’ordre du Temple, réinstallés en Suède, Ecosse, Naples, Madrid et la Suisse. Aaahh la Suisse  ! Saint Ignacio lui même fit partie des Allembrados espagnols.

    Nous ressuscitâmes sans mal en 1814, non sans avoir au préalable confié notre trésor à gérer à de sombres petits changeurs de Francfort, les Bauer, qui deviendront bien vite par un miracle inexpliqué les grands argentiers derrière lesquels nous nous cachons encore.

    Dumas a narré le retour de la Compagnie à travers la vengeance de Monte Cristo, mais peu ont compris le parallèle. Pourtant, c’est bien grâce au rachat d’une banque que Dantes assouvit sa vengeance sous les traits du jésuite Buzzoni, la banque Thomson & French, nos bons Rothschild.

    La famine en Irlande, provoquée par une heureuse maladie de la pomme de terre nous permis d’envahir physiquement l’Amérique. Nous faisons de même aujourd’hui avec les mexicains et autres sud-américains. 

    Napoléon mena avec succès la XIIème croisade, qui vit la prise de Saint Jean d’Acre, dont le gardiennage sera plus tard confié aux juifs.

    En 1772, j’ai autorisé notre frère Amiot à dévoiler ma stratégie militaire hors pair dans un petit recueil attribué à un obscur général chinois inventé pour l’occasion : Sun Tzu.

    Vaincre sans combattre. V Poutine l’exploite aujourd’hui avec brio.

    Je pourrais vous parler du communisme, de ce que nous en avons fait et pourquoi il est votre avenir, mais cela est une autre histoire.

    Si ce soir vous regardez à la télé un western, un thriller, une fiction, ou lisez un roman, une encyclopédie, allez au théâtre, surfez sur vos iPhone, tout en pratiquant dans votre entourage la dissimulation, la rétention, la casuistique, l’équivoque, alors, nous avons gagné.

    Nous sommes presque parvenus à vous faire oublier ce que vous êtes réellement.

    Rien de ce qu’il y a dans la cervelle d’un bipède émotionnel et intellectuel depuis 500 ans ne nous est étranger, calotin, bigot de toutes obédiences, athée, coco, gaucho, libéral, nationaliste, faites votre choix, vous le valez bien.

    Et vos bourguignons ou autres bretons seront bientôt pareil aux indiens d’Amérique : du folklore.

    Pendant ce temps, nous naviguons déjà aux confins du système solaire.

    Et de grâce, laissez donc tomber ces Evangiles, nous vous avons tout offert, y compris la gnose frelatée des Medici, que leur apparente simplicité vous paraisse idiote et gnangnan, oubliez le Christ, Jésus est votre doudou.

    Cultivez votre « développement personnel », amusez vous, soyez votre propre Dieu, devenez francs-maçons ou bouddhistes, chercheur de trou noir, de matière noire, d’énergie noire, bref, continuez de croire que ce qu’on a mis dans vos cervelles (maintenant bien malades) depuis 500 ans vous suffit à passer une vie belle pour vous, sans intérêt, sans danger et lucrative pour nous.

    Ad majorem Dei Gloria.

    Lorenzo.


    • phan 16 janvier 21:55

      @Electric

      Bonjour,
      Je vous ai posé 2 questions sur ce fil :

      J’ai vu qu’Orlov a repris humoristiquement cette thèse sourcée par ailleurs.

      C’est complexe, comme chaque fois que les jésuites sont de la partie :

      http://www.arcticbeacon.com/greg/headlines/obamas-jesuit-connections-surface/

      ...

      Vietnam/Cambodge/Laos : équarrissage des bouddhistes
      ...

      @Electric

      1°) Le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. (Code Pénal - Article 521-1)
      2°)L’incitation à la haine raciale désigne les appels (écrits ou oraux) d’actes malveillant sur la caractéristique raciale supposée ou réelle, et le discours de haine (en anglais « hate speech »), désigne les appels sur les autres caractéristiques : religion, âge, sexe ou orientation sexuelle, etc. est punis par la loi
      Ces 2 points précédents, ce n’est que de l’humour !

      Lyndon Baines Johnson, celui qui a fait un false flag réussi du « Golfe du Tonkin » et son comparse Henry Kissinger n’ont pas l’air très « catholiques » du tout !

      Quelques chiffres concernant la guerre au Vietnam : Les Américains déplorent 58 000 morts (environ deux fois moins que pendant les quelques mois de leur intervention dans la Première Guerre mondiale). Les Vietnamiens, quant à eux, auraient perdu un total de 3,8 millions de civils et militaires selon Robert McNamara, soit près de 8 % de leur population. À quoi s’ajoutent les blessés, les mutilés et les victimes du napalm et de l’« agent orange ».

      @Electric

      exemple de false flag foireux de LBJ : USS Liberty et l’Opération Cyanide
      L’Egypte a évité 2 bombes nucléaires : un navire soviétique passait par là !
      Mobile de l’assassinat de JFK (premier président catholique des EU) : JFK était contre le « nucléaire » de l’entité sioniste, voir La Guerre froide Ou La stratégie du choc (Laurent Guyénot)


      Je ne vais pas utiliser la « gégène » pour vous demander de répondre !


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 16 janvier 23:10
      @phan

      Pour ce qui concerne JFK = Guyénot est dans le champ.

      1) Kenedey est celui qui a amorcé la guerre du Vietnam avant Johnson

      2) Kenedey a donné son accord pour l’invasion de Cuba BAI DES COCHONS et il a ordonné des tentatives de meurtres contre Castro (600 tentatives tout président confondus au total contre Castro parait-il ???) Ca fait beaucoup il me semble,  m’enfin  

      3) Kenedey était en faveur du nucléaire

      4) Kenedey a faillit déclencher une guerre nucléaire lors du blocus de Cuba 

      5) Kenedey était un va t’en guerre et il fut tué pour des motifs internes à l’administration américaine 




    • Electric Electric 16 janvier 23:42

      @phan

      Je suis d’accord avec vos histoires de tambouille de bas étages, mais c’est QUOI la question ?

      Sutton, Guyénot, très bien, mais élargissez vos lectures. Celles là ne franchissent pas le plafond de verre.

      Pourtant Sutton vous dit bien que les mêmes banques ont financé toutes les parties.

      Mais une banque est une banque, un gros véhicule, pas la maîtresse du jeu aussi puissante soit elle.

      Il y a encore un autre système financier international occulte derrière les banques centrales, BIS comprise.

      Même la FED c’est du théâtre.


    • phan 16 janvier 23:56

      @Electric
      La question : Johnson et Kissinger sont ils jésuites ?


    • phan 17 janvier 00:23

      @Robert Bibeau
      Pour l’assassinat de JFK, Voir les hypothèses sur ce lien


    • phan 17 janvier 08:04
      @Robert Bibeau
      1°) C’est plutôt Truman qui a amorcé la guerre au Vietnam, les colons français ont même demandé une bombe nucléaire pour éviter la défaite de Diên Biên Phu.
      En 1947, à la demande du président Harry Truman, l’analyste militaire George Kennan rédige un rapport destiné à l’état-major général de l’armée. Il note dans ce rapport : « Il faut créer une ‘école militaire spéciale d’opérations de guerre’ ainsi qu’un ‘corps spécial’ afin de combattre le communisme. »
      La guerre contre la Corée éclate en 1950. La montée des communistes convainc les hautes instances de l’armée américaine du bien-fondé de la proposition de Kennan. Il faut trouver des méthodes et des moyens de conjurer la guérilla communiste, ce qui est impossible avec des attaques armées classiques.

      Dans Final Judgment : The Missing Links in the JFK Assassination Conspiracy (1994) l’auteur Michael Collins Piper accuse Yitzhak « Shamir » (Yitzhak Yezernitzky, qui a non seulement été terroriste mais premier ministre d’Israël !) d’avoir trempé dans le complot pour assassiner JFK, alors qu’il était en fonctions à la tête de l’escouade d’assassins du Mossad. Il aurait assuré l’embauche de tireurs d’élite étrangers (grâce à un ami dans les services secrets français), pour mener ainsi à bien l’opération de camouflage de l’identité véritable des conspirateurs, qui auraient été nuls autres que : le Premier ministre israélien d’alors David « Ben-Gurion » (David Gryn), le chef de l’escouade d’assassins du Mossad Yitzhak « Shamir » (Yitzhak Yezernitsky) ainsi que leurs alliés à l’intérieur de la CIA et de la pègre chapeautée par Meyer « Lansky » (Meyer Suchowljansky).

      Leur motivation ? Le renommé Premier ministre israélien David Ben-Gourion, qui a gouverné ce pays depuis sa création en 1948 jusqu’à sa démission le 16 Juin 1963, était tellement furieux que John F. Kennedy n’ait pas permis à Israël de devenir une puissance nucléaire que dans ses derniers jours au pouvoir, affirme Piper, il a commandé le Mossad d’élaborer un complot pour assassiner le président américain


  • phan 16 janvier 23:50

    Nous ne sommes que poussières d’étoiles (Hubert Reeves), tandis qu’eux, ils ne sont que poussières de vie (Bui Doi)

    Que faire disait Lénine ! La guerre répond Le Capital !
    Et après chaque guerre, il y a des drames sociaux, Qui suis-je : la question identitaire !

    Les Enfants de la honte - Un film de Jean-Pierre Carlon
    Il est des sujets de notre passé qu’on évite soigneusement de porter au grand jour, les enfants nés en Allemagne des prisonniers français ou encore des travailleurs du STO font partie de ceux-là. C’est dans une Allemagne vidée de ses vingt millions de jeunes hommes mobilisés dans la Wehrmacht et envoyés sur tous les fronts et où il ne restait guère plus dans les foyers que des vieux et des enfants, que se retrouvèrent les prisonniers de guerre et les Français du STO. De retour chez eux, les Français ont retrouvé pour la plupart leur épouse mais ne se sont guère vantés de leurs liaisons en Allemagne. La règle fut le silence sur ce sujet devenu tabou. Aujourd’hui, malheureusement, la plupart des femmes allemandes qui ont eu des enfants avec un Français ont disparu. Les quelques survivantes se taisent tellement le traumatisme est grand. Je voudrais, dans ce film, aller à la rencontre de quelques-uns de ces enfants, ceux que les nazis qualifiaient d’impurs et qui sont encore aujourd’hui en quête de leurs racines

    « Pourquoi donc avoir honte de quelque chose qui est basé sur l’amour ? »
    Pendant longtemps ils se sont tus, murés dans le silence et souvent dans la honte, en proie au ressentiment ou à la gêne de leur entourage. Les quelque 100.000 enfants nés de mère française et de père allemand durant la guerre et l’occupation n’ont pourtant jamais été responsables de leur condition. Dans les années d’après-guerre, les préjugés et les vieilles haines ont parfois transformé leur jeunesse en calvaire. Ils étaient « les enfants de boches », les enfants de l’ennemi, ceux dont les mères avaient été tondues à la libération pour avoir pratiqué ce qu’on appelait alors la « collaboration horizontale ».

    Né sous Z - Un film de Frédérique Pollet Rouyer
    50 ans après son exil en France, Robert est rattrapé par son passé d’enfant métis d’Indochine. Il décide de remonter le fil du temps, pour tenter de comprendre pourquoi il n’a jamais connu son père français et a été séparé de sa mère vietnamienne. Au travers de sa quête, le film lève peu à peu le voile sur un épisode méconnu de l’histoire coloniale française. Ce que la République appelait alors la gestion du problème métis. Un voyage en France et au Vietnam, où se dessine peu à peu le destin tragique d’une femme vietnamienne aux temps des colonies. Un film qui parle du sang, de l’identité nationale, de la domination d’un peuple par un autre, et des blessures intimes de la colonisation. Un film de la transformation aussi, dont le héros trouve dans la confrontation avec son passé, la voie de l’apaisement.

    Dans leurs veines coule le sang de l’ennemi
    « Ta mère est une pute. Ton père, un assassin ». Ces mots, durs, terribles, insoutenables pour des gamins, on leur a craché à la figure tout au long de leur enfance. Parfois, ils les entendent encore aujourd’hui, plus de quarante ans après être nés dans l’enfer de la Guerre du Vietnam.
    Traités de traitres ou de nègres, battus en raison de leur physique atypique... Les Bui Doi, nés d’une mère vietnamienne et d’un père américain, ont raconté à nos journalistes l’abandon, la honte et le mépris qui ont marqué leur enfance dans un Vietnam saigné à blanc.

    Les Poussières de vie de la guerre du Vietnam : 50 000 métis, enfants de la honte
    AVANT HORS-LA-LOI ET INDIGÈNES, RACHID BOUCHAREB s’était penché sur le destin des enfants nés des unions entre les soldats US et les vietnamiennes en réalisant le film « Poussières de vie » en 1994.
    Quand l’occupant s’est retiré, les fruits de ces unions interdites faisaient figure de tabou suprême. Ostracisés, brutalisés et parfois liquidés, ces 50 000 bambins n’avaient pas, pour la plupart, de viabilité au Vietnam. Un accord a donc été conclu en 1986 entre le Vietnam et les USA pour rapatrier ces enfants en Amérique. A la suite de ces transferts ne subsistaient que 5 000 métis sur place, dont nombre d’afro-asiatiques pour lesquels l’existence était encore plus rude.

    Pour finir sur une note positive, Hong : Itinéraire complexe d’une « poussière de vie »
    Témoignage de Hong Dagognet, fille d’un militaire américain et d’une Vietnamienne retrace son histoire. Pièce après pièce, Hong Dagognet a rassemblé les éléments de son passé : amérasienne, fille de la guerre du Vietnam, arrachée à son pays, à sa famille et à son frère jumeau.


  • hervepasgrave hervepasgrave 17 janvier 13:55

    Bonjour,
    j’aurais une question à te poser ? t’adresses tu as tes interlocuteurs directement sur leur messagerie ? Je répondrais après ,pourquoi,merci et bonne journée.


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 17 janvier 14:09
      @hervepasgrave


      JE NE SAIS PAS SI CETTE QUESTION S’ADRESSE À MOI ROBERT BIBEAU
      MAIS JE VAIS Y RÉPONDRE 

      NON JE NE M’ADRESSE PAS À MES INTERLOCUTEURS SUR LEUR MESSAGERIE

      SAUF QUE MA MESSAGERIE A ÉTÉ HACKER ET UN BROUTEUR DE CÔTE-D’IVOIRE QUI A HACKER - JE SAIS C’EST QUI - EXPÉDIE DES MESSAGES À TOUS MES ADRESSES COURRIELS EN CE MOMENT

      JE REÇOIS DES TAS DEPLAINTES - PERSONNE ÉVIDMMENT NE DONNE DE SOUS À CE MORVEUX MAIS IL M’AGGACE 

      COMMENT LE STOPPER JE NE SAIS PAS  ???????????? jE SUIS AU CANADA IL EST EN CÔTE D’IVOIRE ????

      Le vrai Robert Bibeau avec mes tristes excuses


    • hervepasgrave hervepasgrave 19 janvier 15:41

      @Robert Bibeau
      Bonjour, vous n’avez pas a vous excuser,surtout que vous êtes au courant de la chose.C’est une pratique courante et facile a faire avec ces comptes là.Suivre la mode et les logiciels de messagerie de grande diffusion est certainement un pouvoir sur le monde ,mais certain détourne cela d’autant plus facilement que les personnes concernées ne le savent pas toujours .J’ai eu effectivement un mail qui est passé entre les mailles.C’est l’incohérence de la chose. De l’approche ! demander des nouvelles a un inconnus ,en début d’année sans la souhaiter, Si je ne suis pas bon en écrit ,je n’en lis et comprend pas moins le sens des choses.Pour ce qui est d’être de Côte d’Ivoire ,cela je n’en suis pas certain vraiment ? Mais je n’ai pas voulu me faire ch.. a chercher a remonter le routage.Le plus important c’est que vous le sachiez,combien même que l’on ne se connaisse pas et même si je ne vous appréciais pas d’ailleurs,cela devrait être comme cela que nuos devrions tous agir. Internet n’est pas libre d’un côté et pervertible a souhait de l’autre, voila,voilou monsieur l’histoire.
      Bonne journée.cestpasgrave.


  • phan 17 janvier 15:07

    Il faut rappeler que Le Canada est membre de l’OTAN depuis sa fondation en 1949 et que l’Internationale, demain c’est le drame humain !
    Que sur les cratères formés par les bombes larguées ne vont pas pousser les belles plantes de la Démocratie !
    Que si vous semez la Haine, vous ne pouvez pas vous attendre à récolter autre chose que de la Haine !
    Apprenez à être Humble pour appartenir à l’Humanité !


Réagir