jeudi 2 février - par alinea

L’ignorance nous informe... et autres balivernes

Un petit bilan

...très personnel, forcément.

J’ai lu beaucoup d’articles, écouté beaucoup de vidéos ces derniers temps ; sur les sujets qui nous préoccupent, nous, les Américains, les Russes, et la situation au Moyen-Orient. On ouvre un peu nos horizons, il n’y a pas si longtemps, on ne parlait que de nous.

Du plus récent au plus vieux : je viens d’écouter l’interview de Mariani ; dieu sait que ce type n’est pas dans ma veine politique, et que je n’y ai rien appris, mais quelque chose émanait de chacune de ses phrases, sans que jamais il le dise : l’ignorance nous informe. Il faut en avoir conscience : l’ignorance nous informe.

Donc, restons en Syrie : qui que ce soit connaît la situation, la décrit. Donc tous ceux qui disent le contraire de ce qui est, affabulent, et ceux qui affabulent, on ne sait pour quel but, nous envahissent.

La question que l’on peut se poser est : quelle morale peut bien nous faire croire que nous avons raison contre le réel ?

Quittons le Moyen-Orient, filons aux États-Unis. Un type de droite, dure, est élu ; avant même qu’il soit en poste, une meute l’acclame, une autre le conspue. Indépendamment de tout réel. Le réel étant les actes posés et leurs conséquences.

La question que l’on peut se poser est : qu’est-ce qui motive les gens à se poser, avant le réel ? Et pourquoi ces poses prennent-elles tellement d’espace ? Pourquoi l’imaginaire, l’illusion, le rêve , même si le sujet est très concret, prennent-ils le pas sur l’observation, la compréhension ?

Revenons chez nous.

Les primaires. On a beau jeu de dire : quel cirque ! Je le pense moi-même, mais cette réflexion a-t-elle un quelconque intérêt ? Aucun ; c’est. Plein de magouilles, plein d’entourloupes que nous ne saisissons pas et qui nous font délirer sans fin. Ce n’est pas une critique, je suis bien la première à entendre, comprendre, interpréter, et me faire une idée, inaudible pour les autres.

On connaît la vénalité des humains, on sait la capacité des manipulateurs à s’assurer que leurs manipulations passeront la rampe, mais on ne sait pas le réel ; alors on gamberge, on ose ses interprétations, on affirme ses convictions.

Quand j’affirme que le PS organise sa survie chez Macron, je dis que ses caciques veulent se placer là, sauf ceux qui savent, forcément, qu’ils en seront exclus. Qui en sera exclu : Hollande. Hollande n’espère pas un sous secrétariat dans le régime Macron, aussi, se rabattant sur le réel, soutient-il Hamon. C’est hallucinant ! Et cela nous convainc, du moins je l’espère, que rien n’est pensé, n’est senti, n’est honnête dans la tête de tous ceux-là. Valls. Sauf si énormément de choses m’échappent, lui non plus n’espère rien du régime Macron. C’est le perdant. Je ne le pleure pas. Il saura bien gagner sa croûte ailleurs. Avec qui voulez-vous que Macron gouverne ? Certes il prendrait des jeunes issus des Young Leaders ou de banques amies, mais on y retrouverait les caciques du PS ; il n’y aura pas de la place pour tous, c’est sûr, c’est sûrement pour cela que Royale se place assez tôt, histoire de finir sa carrière et jouir d’une bonne retraite.

Hamon ! Hamon sincère dans ses convictions ! Mais qui ne voit pas que les personnalités de gauche du PS, un jour en sont parties, Chevènement, Mélenchon ! Si on reste, c’est qu’on est un moins que rien, sans convictions, sans idéaux, sans sincérité ! Cela échappe à bon nombre de mes concitoyens, y compris des proches pas dépourvus d’intelligence ! Quand je vois la vision du monde de mes proches non dépourvus d’intelligence, je m’écroule dans le pessimisme le plus abouti.

La naïveté est immense, qui se conjugue assez bien avec l’ignorance qui nous informe.

Les trois trublions du PS, sur sa gauche, furent Mélenchon, Dray et Lienheman ; quel est est le pire ennemi de Mélenchon, heureusement sans pouvoir excessif ? Dray !

Vous voyez bien que la jalousie, l’envie, l’ambition mènent la plupart de ces gens-là ?

Pourquoi cela passe-t-il si bien dans les populations ? Peut-être par ignorance, mais plus probablement parce que ce schéma s’appliquent à tous. Et c’est là que tout stagne et se complique, car, le jour où le peuple, prolétaire, exclu, assisté, n’aura plus comme seul et unique espoir d’être ceux qui leur mentent, les manipulent, les exploitent, les oppressent, les choses changeront.

Rêver d’avoir l’espace de vivre sa vie sans passer par l’envie d’être ceux qui l’empêchent, sera le moteur d’une réelle révolution. Supprimer ça, et ne pas vouloir le remplacer en en changeant les rôles, est la condition sine qua non de la réussite !

Regardez le temps passé, la passion même, dévouée à l’histoire Fillon ! Bien sûr il est juste et jouissif de le dénoncer, mais enfin pourquoi s’y incruster ? Nous le savons, nous savons que ceux-là, ne déambulent guère dans les mêmes sphères que nous. Et n’ayant jamais eu le moindre fifrelin, j’arrive à comprendre comment des gens peuvent se sentir totalement innocents de penser qu’ils le valent bien, alors que c’est le sort que l’on vend à tous comme allant de soi !

On reproche à nos dirigeants de n’être pas supérieurs à nous alors que, dans le même temps, on affirme vouloir comme dirigeants des gens qui sont comme nous. Voyons, cherchons l’erreur ! l’erreur elle est en nous. Moi je veux bien m’en remettre, et pas me soumettre, à quelqu’un en qui j’ai confiance parce que je lui reconnais des capacités supérieures aux miennes ; mais en aucun cas à quelqu’un en qui je verrais une bassesse que je ne possède pas. Il semble que tout ce qui se passe soit exactement l’inverse ! Il semble donc que la bassesse fasse partie de notre patrimoine dorénavant, et tous les hauts cris les offuscations, voyons, sortent-elles toutes de gosiers intègres ? Ou bien, de gosiers jaloux ?

Il faut vous dire que j’ai des expériences, des observations,- j’en ai de très bonnes aussi mais bizarrement je peux toutes les nommer, sans y passer des heures, ce genre d’expériences qui aujourd’hui vous illuminent alors que naguère elles étaient monnaie courante-, donc, sans arrêt, heureusement pas toutes avec des effets délétères, mais toutes délétères ; les petites manipulations, mensonges ou évidences du moindre artisan qui , sans vouloir vous baiser consciemment mais qui a tellement intégré qu’une heure de travail, même pour aucun résultat, se paye, voudra votre pognon sans contre-partie ! Combien ?

L’élu qui pense l’avoir été pour ses intimes convictions et qui s’arrange pour s’entourer de serviles qu’il flatte, et qui fait ou veut faire ce que bon lui semble sans même en informer sa population. Combien ?

Qui, combien, ayant un tant soit peu de pouvoir sur les autres - et ils sont nombreux n’est-ce pas, du soin à l’aide en passant par l’administration, l’école, les services sociaux,etc-, l’utilise pour les autres ? Il y en a, qui font sans doute que la vie est encore vivable mais qui ne suffisent plus à la rendre sereine. Qui ne suffisent plus à nous mettre en conscience au point où l’on en voit, contents, faire la promo d’un incapable au pire, d’un banal au mieux.

Je crois qu’il faut se méfier de prendre comme exutoires les haut-placés affligeants si on ne redescend pas chaque fois en soi-même.

Chacun sait qui m’a lue, que je suis une insoumise de la FI, et que si j’en suis inconditionnelle à l’heure actuelle, je n’en ai pas pas moins les yeux ouverts, sachant bien que parmi eux, tous, très certainement, ne vivent pas ma précarité et ont, de celle-ci que de belles pensées. Cependant le futur enthousiaste à construire qui y est promu, cette humanité réelle qui y est représentée, réelle, pas idéale, sont pour moi la base minimum sur laquelle il faut s’appuyer ; les galères, les chagrins, les difficultés s’allègent au contact de ceux qui vont bien, qui les égayent, mais quand personne ne va bien, on n’unit pas nos peines, on s’enfonce dans les siennes. Faisons bien attention à ne pas creuser nos tombes en se contentant de la haine aléatoire pour des effets éphémères de causes fondamentales qu’il nous faut attaquer.

Nous voici, politiquement en France, à un tournant : on pourrait rêver d’une entente, donc forcément sur le moins disant ( ce qui déjà m’offusque mais peut, à la rigueur m’agréer face au plus disant de droite), entre les forces de gauche, ou qui se disent ou se croient telles, et unir, pour le meilleur bien entendu, Hamon, Jadot, Rivasi et d’autres, et Mélenchon. Il paraît que les premiers déjà se sont rencontrés, et, un de ces jours verront Mélenchon. Vous savez, ce type qui draine derrière lui ceux qui lui sont soumis ! Je n’ai pas cogité longtemps sur cette opportunité, qui en d’autres circonstances sans doute m’auraient ravie, parce que je suis tombée coup sur coup, sur la position des trois premiers, sur la Russie, sur la Syrie ! C’est quand même un monde que ce qui nous séparerait inéluctablement, se passe à mille lieues de notre pays ; et pourtant, notre regard sur la politique menée jusqu’à aujourd’hui, soutenue par ceux-là, est primordiale, pour comprendre de quoi il nous faut sortir d’urgence ! La position des uns et des autres sur notre politique internationale dépasse les clivages gauche/droite, et, j’en reviens au début de cet article ; dans cette situation mondiale, notre conscience, notre clairvoyance font une différence qui n’a rien d’anodin. Qui est fondamentale. En tout cas quand je vois Jadot, Hamon ou Hollande montrer du doigt Poutine et Assad, je me dis qu’heureusement que la Russie et la Syrie ne sont pas gouvernées par eux ! Ces petits médiocres ne sont pas bons pour nous non plus, pourtant, ils sont élus ! Et si l’on continue avec Macron… mais tout cela a une fin ; l’ignorance, l’inconscience, à ce stade, c’est délictueux. Je veux bien qu’on accuse les médias, les professeurs, les politiques, mais, quand même.

Je ne sais pas si nous pourrions faire majorité sur un thème : l’occident est pourri, sortons-en ; les politiques sont corrompus, virons-les ; l’avenir est bouché, ouvrons-le ; la pollution nous étouffe, attaquons la ; la consommation est un abrutissement létal, boudons la ; l’exploitation de l’homme par l’homme n’est pas une fatalité, agissons…

Mais ce qui est sûr, c’est que nous ne faisons pas majorité sur tous ces points.

Bizarre, tant ils sont liés.



22 réactions


  • kalachnikov lermontov 2 février 12:41

    C’est la foire finale.


  • Jelena Jelena 2 février 12:55

    @Alinea >> l’occident est pourri, sortons-en ; les politiques sont corrompus (...)
     
    Si il n’y avait qu’en occident ou le tableau serait sombre, ce serait merveilleux. smiley


    • alinea alinea 2 février 13:10

      @Jelena
      Vous avez raison Jelena, je vais toujours trop vite !
      Le néolibéralisme ( inventé par les géniaux occidentaux) est pourri, d’ailleurs on dit qu’il va se détacher de sa branche et tomber au sol, sortons-en !!
      Quand aux politiques corrompus, ma foi, ça ne date pas d’hier, c’est vrai mais on peut s’octroyer quelques moyens de les virer si le cœur nous en dit !!
       smiley


  • leypanou 2 février 14:44

    Je n’ai jamais entendu M Rivasi parler de politique étrangère, mais Y Jadot et B Hamon sont dans la droite ligne de la politique étrangère de la France avec F Hollande, L Fabius et JM Ayrault, en un mot c’est de l’interventionnisme impérialiste sous couvert de défense des droits de l’homme et la promotion de la démocratie.

    A Montebourg ne vaut pas mieux d’ailleurs, en se référant à ce qu’il disait lors de leurs primaires quand il a sorti l’ineptie de cour pénale internationale pour B al-Assad.

    Bref, je partage plus les idées de T Mariani ou J Myard, hommes de droite sur ce sujet.

    Quant au fond de l’article d’alinea, cet article vaut peut-être la peine d’être lu : cela fait réfléchir et mon expérience personnelle me fait partager la conclusion de l’étude.


    • alinea alinea 2 février 15:18

      @leypanou
      je ne suis pas convaincue par cet article ! je n’ai pas fait le test bien sûr, mais j’aimerais bien le faire !
      Je vois comme je fonctionne depuis longtemps si ce n’est toujours : je suis à l’écoute de quelque chose qui m’apporte, je l’admets dans un premier temps, puis le malaxe ou y réfléchis pour n’en garder que ce qui accroît.
      En revanche, ce qui m’ôte, ce qui me rabaisse, je m’en méfie puis le rejette.
      Je ne suis pas allée jusqu’au bout de ma réflexion donc je ne vais pas développer, mais ce qui me turlupine en ce moment, c’est l’obligation qui m’est faite d’avoir tel ou tel avis sur l’immigration selon le camp auquel j’appartiens ou me plaît d’appartenir.
      je n’ai pas peur d’être « hors circuit », mais j’ai besoin de plus de temps, et plus de recherches, pour me positionner, en étant dans ma réalité.
      Aussi je doute que des impulsions contradictoires puissent me déstabiliser profondément ; quand je capte une info ou un avis, pour faire simple, je me l’approprie et dois le traiter pour l’adopter, le rejeter ou l’accommoder. je n’ai aucun engouement spontané selon la mode, mais je suis réceptive à la mode ! j’ai très bien analysé la manière dont j’ai changé, en ce qui concerne la Russie et la Syrie, la Libye et l’Irak par exemple. Il m’a fallu aller aux sources, et c’est mon ressenti à l’authenticité des dires, à la véracité en leur contexte, qui m’a fait complétement changer de camp. Alors peu m’importait qu’on me taxât de complotiste ou d’extrême droite ! j’ai appris, je sais.


    • leypanou 2 février 15:54

      @alinea
      Vous êtes allée aux sources mais très souvent, les gens n’ont que des sources bien figées. Je connais des gens qui votent PS et lisent Le Monde et la seule chose que je leur dis c’est de diversifier leurs sources ; mais même çà, elles sont incapables de le faire. On dirait un genre de paresse intellectuelle (et pourtant de catégorie CSP+).

      Si les gens n’ont même pas la curiosité de s’informer d’une manière diversifiée, il ne faut pas s’étonner qu’elles font n’importe quoi, en particulier en votant contre leurs intérêts. Et sur ce point, les médias font très bien leur travail de lavage de cerveau.

      Qu’un type comme N Sarkozy ait pu avoir des milliers de votants illustre bien cette situation. Et avec E Macron, cela va être pareil.


    • alinea alinea 2 février 16:05

      @leypanou
      C’est pour ça qu’on parle de peuple et de dirigeants ! la plupart des gens, dont je suis, n’ont qu’une envie, c’est de vivre peinards leur vie, leur vie leur apportant assez comme ça de galères, de deuils, et de chagrins !
      mais le simple fait de voir que des médiocres ont pouvoir sur nos vies, nous oblige à nous réveiller, et à prendre les choses en main. Ceux qui ne le font pas sont, soit encore très protégés, tranquilles et contents, soit totalement exclus, déglingués, out !
      Reste une petite frange, dont je fais partie !! Alors, faisons avec celle-là, arrêtons de rêver que tout le monde s’y colle ; chacun le fera à son heure ! En revanche, que cette petite partie ne soit pas « corporatiste » et n’ait pas des « idéaux » de classe !!
      Comme le pain est chaque jour à remettre sur la planche, ne désespérons pas ; tout est mouvant, tout le temps. Le but n’est pas de figer un idéal pour l"éternité !! mais de déclarer aux connards qui se croient arrivés qu’ils se gourent !! smiley


    • Ouam Ouam 3 février 03:38

      @leypanou :

      « F Hollande, L Fabius et JM Ayrault, en un mot c’est de l’interventionnisme impérialiste sous couvert de défense des droits de l’homme et la promotion de la démocratie. »

      Oh comment je suis d’accord avec toi sur les différents points que tu à cité, il suffit de voir cet affreux massacre fait a nos freres humains au moyen orient, ces gens la sonts des véritables fachos, des vrais.

      Comme l’angela m., qui se drape sous un couvert humanitaire pour laisser des millers de gens se noyer, en se disant que les survivants sonts les plus vaillants pour remonter au cric le pib allemand et en etouffant par la meme occasion toute revendication sociale de son peuple, le tres grand patronnat l’acclamant avec sa presse au service de tous les éloges possibles, et les derives de noel n’etant que des risques avec des variables d’ajustement du choc de deux cultures radicalement différentes.

      Il est bien la le problème de notre occident, son incroyable nature à nier les identitées & cultures millénaires des autres peuples dans une betise crasse ou pire d’incompétence notoire d’un état de supérioritée« par rapport au »primitif" parce que ne correspondant pas au cliché de celui ci, le sien (l’occident) etant evidemment le bon et l’évolué....et celui de l’autre le primitiif à effacer/changer...

      La meme sensation de supérioritée de ces meme élites qui se reflète envers son propre peuple, les sans-dents comme hommande illustre parfaitement ce shéma de pensée profond de cette fausse gauche larmoyante, est un signe qui ne trompe pas.

      Et à quel titre cette supérioritée d’une culture par rapport à l’autre ???

      il est plus que légitime d’oser déja ne serait-ce que se poser cette question sur la veracité et le bien-fondé de la notre...non ?

      Si cela n’est pas un profond racisme larvé, c’est quoi...le racisme (je parle de l’abject...du pire)

      finalement le petit moustachu...à bien y réflechir...seule les méthodes changent...l’ideologie de fond reste.

       

      PS : pour Hamon, je ne sait pas ?, le problème c’est le reste du ps qui lui l’est plus que profondément 

      Les honnetes et pas racistes (impérialisme) au ps qui ne m’ont jamais décu sur ce plan sonts : gerard filoche et malek bouti que je n’ai jamais chopé en flag de racisme sévère et de négation des peuples, les autres ...ben.... 


  • UnLorrain 2 février 16:41

    @ Alinea Ne conseillez pas d agir malheureuse !! smiley Voyez sur gallica Zo d Axa et sa feuille. Voyez Meric de meme epoque,fin dixneuvieme,et son Coulisse et treteaux, Meric pressent l assassinat de Jaures par un certain Maurras qui lui,parle d agir lors d un congres, dans ces journaux d epoque le nom de ma reference,Mirbeau, apparait,il aura fait don d argent suite a la demande de Zo pour des vetements d enfants de prisonniers..Axa fera trois semaines de geole pour ca.. Meric s essayera a rvolution,il devra rencontrer un certain Bela Kun,son aventure close il ecrira..une belle Kunnerie le communisme ! Zo etait si anarchiste qu il n avait pas d ami,ne se sentait bien nulle part..lui aussi comme Reclus verra des continents et des hommes,il finira par redcouvrir interets dans...une rue de Paris. Chez Flaubert,peu enclin a la politique je crois,il dira que le socialisme est une monstruosite.. Reclus remarque que les acrates,peuplades peut etre,semblent fonctionner plus sereinement.. Que deduire...peut etre qu un assemblage parcimonieux de ces ideologies pourrait aller,dans la duree.


    • alinea alinea 2 février 17:27

      @UnLorrain
      C’est sûr qu’on fonctionne plus sereinement dans un clan que dans une « civilisation » !! mais, que voulez-vous, nous y sommes ! c’est dur de rester à rien faire quand tout s’écroule autour de vous ! smiley


  • Montagnais Montagnais 2 février 22:58

    « Je vois la vie en rose bonbon » dit l’icône d’Alinea .. « . ; Chérie .. Je vous possèèèèèède enfin ! » dit Gatinais ..


    Des vrais émotions enfin sur AV, des vraies .. Ah ! ... On approche d’Apollinaire et du Marquis (le Mari de la Marquise, le Divin ..), on élève, romance, et on laisse loin derrière nous tous ces petits problèmes d’élections qui nous forcent à rire en ce moment . ; 

    .. ça nous change des obsékiosités, des platitudes et des patins d’Oscar ..

    Bien à vous Alinea .. Forza ! 

  • Ouam Ouam 3 février 02:42


    « les politiques sont corrompus, virons-les »
    C’est cool ca , j’ai fait une adepte et sans prosélitisme en prime (rire)

    Parce que lorsqu’on veut bien se donner la peine d’y réfléchir 5mn aucune autre solution,
    je parles réellement « démocratique » n’est possible, que une gouvernance directe via le peuple, ou chacun participera suivant ses envies et ses moyens en temps, à l’élaboration de la société dans laquelle nous voulont TOUS évoluer, et meme si ce nombre n’est pas toujours immense,
    il sera toujours bien trop immense pour etre corrompu en masse,
    contrairement à une toute petite oligarche navigant exclusivement dans son « entre soi »

    qui bien sur etant qu’au service d’elle meme (et de ses généreux maitres pour qui bien sur elle oeuvre) voir pire d’un système idéologue empechant tout débat n’allant pas dans le sens d’une pensée dogmatique limite sectaire, qui est le principe meme d’un parti ET sa raison d’etre.

    Ce qui xplique d’ailleurs l’inévitable corruption d’un systeme représentatif, puisque contrairement à une démocratie directe, nous lui donnons le chequier en blanc et pire signé, seul le montant n’est pas fixé, alors apres se plaindre des dérives possibles est de l’ordre de la betise ou d’une naivetée profonde, enfin moi avec un chequier en blanc, je me marques 100.000€ direct voir le million comme Fion, parce que je ne suis qu’un humain et que d’autres sonts trop cons pour me petrmettre de le faire...alors qu’avec un systeme démocratique direct, c’est moi qui signe le chequier, et j’suis con...mais pas au point de me voler moi-meme smiley

    a+


    • alinea alinea 3 février 09:55

      @Ouam
      c’est la belle pensée... as-tu déjà travaillé en groupe. fait partie du CA d’une assoce ?
      Alors tu sais combien il faut faire de lois garde-fou pour empêcher la prise de pouvoir ; au début c’est celui qui s’engage le plus qui s’y colle le plus, les autres tout contents laissant faire, puis vient toujours, ou presque, le moment où ceux qui ont laissé faire étouffent !
      Il faut que personne ne laisse faire, que tous s’y collent ; donc il faut une organisation ! l’organisation ( l’ordre) est la base de l’anarchisme ! la paresse, le laisser-aller, son ennemi !


  • baldis30 3 février 08:25

    bonjour,

    à propos de Syrie voici un témoignage rapporté par l’agence russe Sputnik

    https://francais.rt.com/opinions/33365-carla-ortiz-guerre-syrie-montee-toutes-pieces

    je ne porte aucun jugement sur sa valeur, mais il doit être lu au même titre que le matraquage merdiatique sur ceux qui font « du-bon-boulot-sic ». il a le mérite de donner le point de vue de quelqu’un qui semble avoir été sur place ....


    • alinea alinea 3 février 09:47

      @baldis30
      Tous ! tous ceux qui y sont allés disent la même chose, et ceux qui n’y sont pas disent la même chose... d’où mon petit coup de gueule morale !!!


  • Jean Keim Jean Keim 3 février 09:48

    Tout le monde veut que ça change et nous scrutons le monde, nous faisons des recherches, nous étudions des sources, nous analysons, nous faisons des tris, nous jugeons les informations bonnes ou mauvaises, nous demandons aux autres ce qu’ils en pensent... mais avec quels outils faisons-nous tout ce travail ? 

    Celui qui est en face, l’autre, en fait de même, avec les mêmes outils et pourtant il n’arrive pas toujours – et souvent même – à des résultats similaires, tout cela n’est donc pas réel et/ou les outils ne sont peut-être pas les bons.

    Tout ce que nous entreprenons dans le domaine de la spéculation, car il s’agit bien de cela, irrémédiablement foire, alors avant d’aller plus loin et d’augmenter encore un peu plus le désordre, reconnaissons que nous ne savons pas quoi faire et il faut bien commencer quelque part, la Syrie c’est trop loin, en fait c’est cela, nous ne savons pas quoi faire et envoyons paître ceux qui savent, ils ne sont plus en mouvement.


    • alinea alinea 3 février 10:11

      @Jean Keim
      Qui sait ? notre seule spéculation porte sur les motifs des mensonges.
      Sinon, je ne pense pas « qu’en face » ils utilisent les mêmes outils ; ils s’abreuvent de propagande , qui doit les flatter c’est pas possible autrement, et refusent de voir le réel.L’ignorance les y aide !


  • jjwaDal jjwaDal 4 février 06:50

    « L’ignorance nous informe » est une jolie formule qui fait écho à tant de choses en moi. Quand Wes Jackson parle de notre comportement collectif en termes de « Petri dish economics », à savoir la trajectoire d’une colonie bactérienne sur boîte de Petri qui dévorent toutes les ressources sans anticiper les lendemains, il résume en une fulgurance une réalité. Mais il en est ainsi dans tellement de domaines, allez tous... La caractéristique principale de cette époque est pour moi la primauté de l’action sur la réflexion. Or plus les problèmes sont enchevêtrés, complexes, protéiformes et plus on doit prendre le temps d’y réfléchir. Cette course permanente « au mickey » est le grand anesthésique dont les peuples ont besoin pour accepter docilement leur servitude et placer à leur somment les pires crétins. Condition sine qua non.
    La plupart des êtres humains sont des symbiotes, ce qui en pratique est un handicap colossal pour prendre du recul sur nos fonctionnements les plus basiques comme les plus routiniers. D’où l’ignorance générale de l’essentiel de ce que nous devrions collectivement savoir pour être un peu moins barbares et un peu plus conscients.
    On pourrait dire que nous manquons de temps pour devenir un peu moins bêtes, mais c’est souvent faux. C’est une absence de choix qui s’impose à nous, comme une bêtise ancestrale qui nous est tellement familière qu’on se reconnaît en elle...


    • alinea alinea 4 février 10:53

      @jjwaDal
      On passe souvent du « rien » à « tout » ou du « tout » à « rien » ! sans nuances, les étapes de notre « progression ». on parle du meurtre du père, en psy !
      Vous parlez d’actions, je pense plus à des « passages à l’acte », en direct des pulsions. Mais c’est un sujet à soi tout seul !


  • jjwaDal jjwaDal 4 février 11:58

    Je pense pour connaître un peu le cerveau que ce passage du « tout » au « rien » (disons cette allergie aux nuances de gris) est dû à l’histoire de la formation du cerveau humain sur 200 millions d’années par rajout de modules dont beaucoup étaient centres de décisions qu’il a fallu ultérieurement arbitrer via le neocortex (récemment).
    Comme on ne peux à la fois fuir et rester figé devant un prédateur par ex, ce mouvement de bascule entre options est basique chez nous. Le langage du corps a été le premier à l’adopter, celui des émotions ensuite. Minsky (The Emotion Machine) a bien décrit comment le cerveau semble procéder pour nous rendre amoureux en altérant sévèrement beaucoup de nos ressources internes (critiques notamment), mais on savait déjà que percevoir les nuances de gris à travers des lunettes roses c’était un peu chaud.
    Parce que tous les « modules » de gestion corporelle et ensuite émotionnelles étaient présents bien avant l’apparition de la pensée « rationnelle », ils prévalent souvent dans nos prises de décision et nous rationalisons ensuite des choix faits dans notre dos dans notre propre cerveau.
    En fait beaucoup de « nos » décisions ne sont pas les nôtres. J’ai vu enfant un fumeur amputé d’un demi poumon continuer à se précipiter vers la mort en fumant ses gitanes, les larmes aux yeux en avouant qu’il ne comprenait pas ce qui lui arrivait, qu’il avait perdu le contrôle de sa vie. Au moins, lui, est mort en le sachant.
    Nous avons tant à apprendre, nous ignorons même si le libre arbitre existe réellement (disons le % de contrôle dont on peux espérer disposer), nous ignorons même si nous sommes ce que nous pensons être (une théorie scientifique débattue est que nous sommes dans une simulation numérique et donc le libre arbitre dans ce cadre serait assez cocasse). Ne cherchons pas trop des arguments rationnels pour expliquer un Trump ou un Macron. La vérité me semble ailleurs....


    • alinea alinea 4 février 15:27

      @jjwaDal
      je suis bien d’accord ! ça fait cent sept ans que je dis que la partie « rationnelle » de l’homme est le neuvième émergé de l’iceberg ; en réalité, tout le reste est dessous !
      mais ce dessous, on peut le connaître, et s’y réconcilier.
      C’est la leçon de Jung !
      C’est toute la base de mon évolution, et de mon maigre savoir !!


Réagir