jeudi 9 février - par oscar fortin

La bagarre est-elle devenue inévitable ?

 

 

On se souviendra de ces propos tenus par Vladimir Poutine à la Conférence internationale de Valdaï, en octobre 2015 : « Il y a 50 ans déjà, à Leningrad, la rue m’a appris une règle : si la bagarre s’avère inévitable, il faut frapper le premier. » Déjà, à la Conférence de 2014, il avait mis cartes sur table et identifié les pas à franchir pour surmonter les obstacles et œuvrer dans le sens d’une paix respectueuse du droit des peuples à leur propre développement. Il a appelé « à mettre en place un "système explicite d'engagements et d'accords mutuels" afin de prévenir l'anarchie mondiale. » Depuis ce temps que s’est-il passé ? 

D’abord en Syrie

On peut relever le fait que la volonté des États-Unis et de ses alliés à collaborer avec le gouvernement syrien et la Russie dans la lutte contre le terrorisme n’aura été qu’une diversion pour renforcer leur soutien aux forces terroristes opposées au président Bachar Al Assad. Tout au long de ces deux dernières années, la Russie a fait le constat à plusieurs reprises que les interlocuteurs, sous la gouvernance d’Obama, ne tenaient pas parole et n’étaient tout simplement pas fiables. Ce fut le cas, lors de l’accord visant l’élimination des armes de destruction massive, motif invoqué pour mener cette guerre contre le gouvernement de Syrie. Une fois ces armes de destruction massive éliminée, les États-Unis et la coalition internationale n’en continuèrent pas moins à chasser du pouvoir, le Président légitime. 

Pour le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, ses interlocuteurs ne tinrent pas parole, en ce sens qu’ils poursuivirent la guerre contre Bachar al Assad même si ce dernier ne disposait d’aucune arme de destruction massive. 

Ce fut, également le cas, tout récent, de la trêve convenue de cessez-le-feu, en septembre dernier. L’armée américaine aurait bombardé, soi-disant par erreur, un contingent de l’armée syrienne. Il y eut des morts et des blessés. Un comportement que les interlocuteurs russes considérèrent comme une tricherie froidement calculée. Cette guerre contre le terrorisme nous révèle les dessous d’un jeu dangereux de l’Occident avec les terroristes pour atteindre leur objectif du renversement du Gouvernement. Ce jeu dangereux s’est révélé au grand jour lors des évènements qui ont conduit à la libération d’Alep. On a pu y constater que les terroristes agissaient en lien étroit avec les États-Unis et la coalition, dite internationale. Voir à ce sujet ce bref article.

Puis l’Ukraine

Si nous regardons maintenant ce qui s’est passé du côté de l’Ukraine, le constat en est tout aussi désolant. Les bonnes volontés, exprimées à travers les accords de Minsk, n’ont donné suite à aucune des mesures fondamentales de nature à résoudre les problèmes entre le gouvernement central de Kiev et les républiques du Donbass, particulièrement de Donetsk et de Lougansk. Le panorama est des plus tristes et les populations de ces républiques sont soumises à des bombardements qui vont à l’encontre des ententes de Minsk 1 et de Minsk 2. Vladimir Poutine a beau interpeller les membres participants à ces ententes, mais rien n’y fait. Il y a six jours, le président de Russie qualifiait ces attaques de barbares

Kief reconnaît ouvertement qu’elle mène une guerre contre le Donbass. Ses partenaires occidentaux, parties aux ententes de Minsk ne semblent pas pressés pour exiger que les accords prévus dans celles-ci soient respectés. Une véritable crise humanitaire secoue cette région depuis le coup d’État réalisé sous la direction des États-Unis et de ses alliés de l’Europe. Rien pour convaincre Poutine de la bonne foi de ses interlocuteurs. À lire également .

Enfin les forces de l’OTAN aux frontières de la Russie

Tout le monde sait maintenant que lors de l’entente entre Gorbatchev et Reagan, au moment de l’écroulement de l’ex-URSS, que l’Occident se garderait d’étendre les forces de l’OTAN aux frontières de la Russie.

« Le cœur de ce débat se situe autour de l’échange qui a lieu au Kremlin le 9 février 1990 entre le secrétaire d’État américain, James Baker, et le dirigeant soviétique, Mikhaïl Gorbatchev. Après une large discussion sur le futur statut d’une Allemagne unifiée, Gorbatchev promet de « réfléchir à tout ça » en ajoutant : « Il est entendu, c’est clair que l’élargissement de la zone de l’OTAN est inacceptable. » Et Baker de conclure : « Nous sommes d’accord avec cela. »

Force est de reconnaître que tout au long de ces dernières années, la présence des forces de l’OTAN s’est accélérée aux frontières de la Russie. Ce genre de déploiement n’est pas de nature à semer la confiance. Bien au contraire, Poutine ne la trouve pas drôle du tout. L’OTAN n’en démord toujours pas.

TRUMP PEUT-IL FAIRE LA DIFFÉRENCE

Il ne fait aucun doute que le président Poutine a attendu l’arrivée de ce nouveau Président dont les intentions laissaient entrevoir de nouvelles approches dans la manière de concevoir les relations internationales entre les États et de façon particulière avec la Russie, la Chine, l’Iran, la Syrie, l’Ukraine. À écouter les déclarations de son Secrétaire d’État, les perspectives d’un changement dans le sens du respect des peuples à décider de leur destin ne semblent pas très prometteuses.  

POUTINE AURAIT-IL PRIS UNE DÉCISION SUR L’UKRAINE ?

Ce n’est pas d’aujourd’hui que la Russie se prépare à toutes les éventualités d’une guerre toujours possible. Dans le cas présent, l’ordre de se préparer à un temps de guerre laisse sous-entendre que Poutine va agir et qu’il faudra être alerte pour contrer toutes les attaques provenant de l’extérieur. Voici ce qu’il demande à toutes ses forces armées  :

 « Une attention particulière devra être accordée à la prise en charge des alertes, au déploiement des systèmes de défense aérienne pour des temps de guerre ainsi qu’à la capacité des groupes aériens à repousser les agressions »,

Ce qui se passe en Ukraine est devenu intolérable. Les pays signataires des accords de Minsk ne semblent pas préoccupés par les attaques du gouvernement central de Kiev contre les Républiques populaires de Desk et Lougansk. Le nouveau président Trump ne semble pas se positionner autrement qu’Obama.

Que conclure ?

Les espoirs placés en ce nouveau Président des États-Unis, surtout en matière internationale, ne semblent pas trouver écho profond dans la nouvelle administration. Je crois que Vladimir Poutine en a déjà tiré ses conclusions. S’il agit le premier en territoire ukrainien, Trump devra se positionner par rapport aux ententes de Minsk et au respect des peuples.

Oscar Fortin

Le 8 février, 2017 

http://humanisme.blogspont.com



64 réactions


  • Pseudonyme Pseudonyme 9 février 09:34

    Je suis d’accord, Poutine ne règlera pas son pas sur celui de Trump dans l’espoir de le voir changer de politique. Il a affaire aux USA d’abord à sa frontière ouest. Soit Trump est sincère mais impuissant, soit il laisse courir la cavalerie. Pour Poutine c’est pareil.


  • kalachnikov lermontov 9 février 11:35

    Ben, dis donc, il est déjà fini le ’printemps des peuples’ ? Jésus Trump est déjà tombé de sa croix ?


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 février 12:23

    Et donc ?

    Je me demande juste c’est quoi « le droit des peuples » dans un pays où les gens se tirent dessus, où deux provinces ont fait sécession après un coup d’Etat ?

    On peut bien gloser sur tout ce qu’on veut et voir des choses invisibles, l’affaire ukrainienne est une grosse bouse qui embête tout le monde.

    Que faudrait-il faire selon vous ? Les Occidentaux peuvent-ils imposer la fin des hostilités ? Je pose juste la question.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 février 12:27

      @Olivier Perriet

      Mêmes questions en Syrie.

      C’est amusant de voir les kremlinophiles parler des grandes victoires de Poutine, alors qu’il est pris dans des conflits merdeux et inextinguibles.

      Comme s’il avait un plan clair alors que visiblement personne n’en a.


    • oscar fortin oscar fortin 9 février 12:31

      @Olivier Perriet : L’Ukraine d’aujourd’hui est le produit, comme vous savez déjà. d’un coup d’État orchestré par les États-Unis et ses alliés européens. Le gouvernement qui est là est le produit de leur choix. Les armes dont il disposent sont les leurs,. Pour compléter votre information je vous réfère à ’autopsie de ce coup d’État



    • izarn izarn 9 février 13:12

      @Olivier Perriet
      Oui, on peut : On les débranche !
      L’Ukraine est en faillite. Ils ne peuvent plus payer leur armée ni leurs munitions. Ils ont en réalité perdu. Mais Le FMI, l’UE et les USA leurs refilent du frics et des armes.
      Ensuite ce type, Porochenko est attaqué en justice chez lui, pour des malversations, qui sont mille fois pires que celles de Fillon par exemple...
      Il en est de meme pour Daesh : S’ils n’ont plus d’argent et plus d’armes ; ils sont morts...Or Daesh ne produit rien, ce n’est pas un état productif, ce sont des voleurs, des pilleurs. Ils sont entretenus par l’Occident et certains émirats du Golfe, en passant par la Turquie, et pourquoi pas, aidés par Israel.
      Donc ces conflits ne sont pas des « isolats », des problèmes internes à ces pays. Ca c’est de la foutaise pour les gogos. Alimentée par les BHL, Onfray et Zemmour par exemple.
      Ce sont des guerres interposées entre grandes puissances. Comme toujours.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 février 15:18

      @izarn

      pour le pouvoir ukrainien, « on les débranche et ça tombe de suite », franchement j’en sais rien.

      Mon avis est qu’effectivement l’Occident a encouragé les pires alors qu’on aurait pu (et dû) les freiner, mais j’ai des doutes sur le fait que ça soit aussi simple. Après 3 ans à se taper dessus, la situation n’en plus nécessairement sous contrôle.

      Pour Daesh là je n’y crois pas, pour la bonne raison que c’est la déliquescence globale en Syrie, et que le pouvoir de Damas est le premier à faire du business avec eux car il a perdu le contrôle d’une partie du pays. Si on regarde une carte, il y a, depuis le début, plein d’enclaves partout qui auraient dû, si un siège réel était en vigueur, disparaître depuis longtemps.

      La question ne se résume pas aux grands méchants marionnetistes occidentaux, même si, bien évidemment, Daesh ne tiendrait pas 2 semaines devant toutes les armées coalisées.


    • Alren Alren 9 février 15:25

      @Olivier Perriet

      Les Occidentaux peuvent-ils imposer la fin des hostilités ? Je pose juste la question.

      Quelle naïveté !
      Comme ce sont les occidentaux qui ont porté au pouvoir par une « révolution » les nazis qui détruisent l’Ukraine actuellement, comme ce pays n’a survécu que par des prêts dont on est sûr qu’il ne seront jamais remboursés, il suffit que les fauteurs de trouble cessent de soutenir financièrement les assassins de Kiev pour que le régime s’écroule.
      Mais cela, Trump qui est le décideur pour l’Occident et l’OTAN ne le peut pas face au groupe qui dirige en réalité les USA.


    • sokom 9 février 16:15

      @Olivier Perriet

      « La guerre menée par l’Otan a engagé jusqu’à 600 avions de 13 pays ... »
      lien complet :

      Donc pour écraser la petite Serbie dans sa lutte contre les terroristes de l’UCK, l’OTAN a engagé jusqu’à 600 avions. J’aimerais savoir combien sont engagé contre Daech et Al Quaida en Syrie, juste pour rire, pour voir à quelle point on veux lutter contre eux. Contre les serbes, ils y ont mis les moyens, donc les serbes étaient ils plus dangereux que Daech à leurs yeux ?

      Pour rappel, le Kosovo c’est 10000 morts, dont une bonne partie causé par l’OTAN. En Syrie on serait quand même à 300000 ou 400000...

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 février 17:00

      @sokom

      présentement je m’en fous, on ne refera pas le passé


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 février 17:02

      @Alren

      je n’ai pas bien saisi l’intérêt de votre commentaire ?

      vous voulez rejouer à la guerre 39-45 avec 70 ans de retard ?


    • velosolex velosolex 10 février 16:40

      @oscar fortin
      Comme saint Poutine vous éclaire mon frère. Encore une ode au nouveau petit père des peuples contre « la dictature imperialiste de l’otan et de ses alliés, j’espère que je n’ai rien oubilé ;

        »Kief reconnaît ouvertement qu’elle mène une guerre contre le Donbass"....
      Tu m’étonnes, le dombass étant en Ukraine...Un détail, sans doute, mais à relever....Un peu comme si on avait reproché aux français d’avoir défendu l’Alsace lorraine, à l’époque où ça n’allait pas fort avec les allemands ...Et tiens qu’est ce vous pensez des camps d’extermination syriens de Bachar, que n’a jamais condamné le camarade Vladimir ?...
      Une telle horreur que les geôles de Pinochet à coté apparaîtraient presque pour de l’amateurisme.

    • velosolex velosolex 10 février 16:44

      @sokom
      C’est extraordinaire de soutenir les bouchers de Sarayevo et de Mostar..Ne parlons pas de Srebenica....Milosevic avait attrapé la rage nationaliste, et a contaminé tout son peuple dans cette guerre aberrante.

       Il faut vraiment venir ici pour voir de telles fadaises révisionnistes. l’un aboie, l’autre répond, le troisième se lache, la meutre prend de l’assurance. Une logique qu’on trouve à l’oeuvre chez les soudards, et dans ce genre de forum

    • jjwaDal jjwaDal 12 février 19:48

      @velosolex

      Parlez-nous donc des « camps d’extermination » de Bachar. Vous les avez visités personnellement ? Quelqu’un au dessus de tout soupçon l’a fait ? Liens please...
      Incidemment je rappelle qu’en temps de guerre (et au diable la guerre civile qui ne l’est plus depuis longtemps si même il y en eu un embryon) des prisonniers on en fait en masse et que les tribunaux militaires statuent assez vite concernant des terroristes n’appartenant à aucune armée régulière d’aucun pays. J’imagine que Bachar vient violer quelques femmes chaque matin et trancher quelques carotides de gamin pour se mettre en forme. Avec l’abondance de témoignages montrant que quasiment tout sur la Syrie relevait du pipeau depuis le début, on reste pantois devant la naïveté des gens. Evidement quand ça viens d’un OSDH unijambiste ou d’un « intermittent du spectacle » au casque blanc c’est du solide mais le témoignage concordant de ceux allés sur place ou qui y vivait (religieuses par ex) sujet à caution. Moi j’ai un doute.
      Concernant la Russie, une simple comparaison de leurs bases militaires dans le monde comparée aux bases US est une indication. L’absence de toute troupe russe aux frontières des USA (ou du Pacte de Varsovie) vous semble un parallèle à l’avancée de l’OTAN directement sur la frontière russe ? Moi pas.
      Donc le bordel en Irak, en Lybie, en Syrie c’est du 50/50 ? Encore une fois on parle de nuances de gris, point de Blanche neige à l’horizon. Mais la où je vois du gris clair et du gris foncé , vous semblez voir la même couleur ? Vu un ophtalmo récemment ?


  • Marignan Marignan 9 février 12:35

    Imaginez dans une cour de récréation, un élève plutôt costaud dont il faudrait craindre les coups si l’on est normalement constitué intellectuellement, souffrant de constantes provocations physiques en plus des insultes de la part d’une bande de gringalets aboyeurs, lesquels imaginent pouvoir compter sur l’intervention d’un autre costaud de l’école pour venir à leur secours, au cas où. Imaginez que cela dure des années et que pendant ce temps, le costaud faisant l’objet de harcèlement grandit encore, forcit et affine ses techniques de bagarre. Vous avez là la situation dans laquelle la Russie est poussée. Combien aurait déjà renvoyé les coups aux avortons ! Nous semblons approcher en Ukraine du moment à partir duquel le coup de poing va partir et le gringalet va déguster. Et tous le savent à l’école, mais personne ne souhaite l’empêcher. Il s’agit maintenant de choisir son camp parce que quand ça va démarrer, ça va faire mal en effet. Chez nous, les gouvernants sont malheureusement positionnés dans le mauvais camp, à rebours des intérêts vitaux de la population. Ils ont simplement oublié que dans cette école particulière, il n’y a ni parent, ni enseignant qui leur viendra en aide lorsqu’arrivera pour eux le moment de payer pour leurs erreurs.


  • izarn izarn 9 février 12:58

    Il me semble qu’on ne peut pas dire grand chose sur la situation, étant donné que Trump est en train de nommer son administration, avec grandes difficultés.
    En effet on ne peut voir que l’ex fameux « président prix Nobel de la paix », a organisé des embuches à Trump. Envoi de troupes volontaires en Europe, etc....C’est bien Obama, bien entendu qui a organisé la confrontation avec la Russie, ce qui ne doit faire aucun doute !
    Croc en jambes les plus divers sur la Syrie avec livraison d’armes...
    Donc il ne s’agit pas de l’action de Trump. Il est difficile de juger aprés seulement 20 jours de présidence !!!!
    Ensuite j’ai aimé la colossale hypocrisie de ceux qui parlent avec Trump.
    Il apparaitrait selon l’opposante à Porochenko, Ioulia machin, que Trump n’arreterait pas les sanctions contre la Russie, si cette dernière ne rétablit pas la paix dans l’Est de l’Ukraine.
    Sans blague ? Poutine va laisser ces républiques autoproclamées se faire écrabouiller par les néo nazis de Kiev ? Cette pauvre femme est une folle. Et Trump, lui n’est pas fou !
    Bien entendu, le rapport de la conversation par Trump, ne dit nullement cela ! Néamoins, on n’entends plus du tout parler de « l’annexion » prétendue de la Crimée. Déja un point positif.
    Donc, si vous voulez, peut-on avoir confiance sur les rapports de ces gens, qui sont par évidence opposés à Trump ?
    Vaut mieux écouter Trump lui meme, et ne pas trop de soucier des autres qui font les porte paroles assez peu crédibles...


  • soi même 9 février 13:39

    Vous devrez consultez les vidéo de Pierre Hillard, il a une théorie crédible sur la pince du crabe.


    • oscar fortin oscar fortin 9 février 13:49

      @soi même : Vous avez manqué une belle occasion de nous en donner le lien.


      Merci

    • soi même 9 février 20:40

      @oscar fortin, vous êtes assez grand pour le trouvé, quand l’on écrit un article l’on s’informe plus que le contenue de son article.
      .
       


  • Alter 9 février 14:33

    Il me semble que la nouvelle administration de la Maison Blanche a envoyé ses nouvelles positions à l’Ukraine :

    https://fr.sputniknews.com/presse/201702081029993701-trump-porochenko-messages-usa-ukraine/

    Après les informations sont à vérifier. Je crois pas qu’il faille attendre de D.Trump un miracle.

    Si il y a intervention de la Russie, mais j’émets un doute parce que je pense qu’elle aurait pu intervenir avant, elle ne le fera pas sans que cela soit ouvertement une agression contre elle. C’est cette phrase repris de l’article qui me fais dire cela :

     « Une attention particulière devra être accordée à la prise en charge des alertes, au déploiement des systèmes de défense aérienne pour des temps de guerre ainsi qu’à la capacité des groupes aériens à repousser les agressions  »,

    Il y a aussi une précision à apporter, la Russie n’est jamais intervenue en Ukraine malgré toute les accusations qu’on a pu lui mettre sur dos et elle n’a jamais changé sa position face au gouvernement Ukrainien actuel. Elle n’est pas prise dans le conflit contrairement à ce qu’on pense et ce garde bien d’intervenir.

    En ce qui concerne l’UE. L’U.E aujourd’hui qu’elle s’oppose ou non à ce qui se fait en Ukraine ne sert à rien. L’U.E en matière d’intervention armée ne sert à rien non plus car toute les forces armées de l’UE sont dans l’OTAN. L’armée européenne c’est une utopie à mes yeux et elle ne verra pas le jour. L’UE n’a pas les moyens aujourd’hui d’intervenir même économiquement pour soutenir d’Ukraine ou pour la sauver du désastre qui la guette. On peut fermer les yeux, faire semblant de rien voir mais je vais citer quelques exemples de son impuissance : Grèce, Itale et aller pour la citer : Deutsche Bank (alors que l’Allemagne est censée être le pays le plus fort économiquement de la zone euros). Ensuite, contrairement aux aspirations utopique de certaines personnes qui auraient encore voulu voir l’aire de l’influence amé.. euh européenne s’aggrandir : l’Ukraine ne fera jamais partie de l’UE.

    Si Kiev gagne la guerre, ce sera au prix du sang des ukrainiens. Et si j’en juge la situation actuelle, ce pays n’a plus d’avenir. Sauf si il y a un miracle... et il faudrait un miracle. Je dis pas ça pour le gouvernement de Kiev, je dis ça pour les ukrainiens.


    • oscar fortin oscar fortin 9 février 14:59

      @Alter : Je pense que la situation en Ukraine est plutôt explosive et que les populations du sud-est, populations de culture russe, en sont les principales victimes. Comme en a l’habitude, l’Occident, en pareil cas, n’est pas pressé à intervenir, ne serait-ce que pour faire respecter les ententes de MINSK. Les menaces ne sont que de paroles, et les ventes d’armes et le soutien militaire se poursuivent au même rythme. En Syrie, on demandait des cessez-feu pour permettre aux opposants terroristes de refaire leurs forces, en Ukraine, rien n’est fait pour qu’il y ait un véritable cessez-feu pour sauver les populations du sud-est. Porochenko a la voie libre, en dépit des propos de ses mentors étasuniens et européens.

      https://philippehua.com/2017/02/08/le-maidan-3-0-et-loffensive-ukrainienne-contre-le-donbass-dans-les-starting-blocks-lukraine-court-vers-sa-desintegration/
      https://philippehua.com/2017/02/06/le-gouvernement-ukrainien-a-entame-un-nouveau-cycle-de-conflit-en-violant-laccord-de-minsk/


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 février 18:29

      @oscar fortin
      Bonsoir Oscar, il semble pourtant que Trump et le Pentagone ne soutiennent pas Kiev.
       « Les trois messages de Trump à Porochenko »

      ... (...) Le Pentagone a noté également que, selon lui, le conflit dans l’est de l’Ukraine pouvait et devait être réglé uniquement par la voie pacifique. "Les Accords de Minsk sont l’unique moyen de régler le conflit pacifiquement", a souligné Jeff Davis.

      Cela faisait longtemps que Kiev n’avait pas reçu autant de nouveaux messages de la part de Washington. Premièrement, la nouvelle administration de Trump a clairement suggéré aux autorités ukrainiennes de faire attention à ce qu’elles disent. Autrement dit, si l’équipe de Petro Porochenko a l’intention d’accuser qui que ce soit : qu’elle fournisse des preuves. Deuxièmement, le Pentagone a expliqué calmement qu’il suivait de près les activités des belligérants dans l’est de l’Ukraine — armée ukrainienne y compris. Et enfin, troisièmement, Washington a clairement fait comprendre à Kiev qu’il n’avait plus besoin d’une guerre civile dans le Donbass. Il ne reste plus qu’à savoir deux choses : Kiev feindra-t-il ne pas comprendre les messages des USA, et que dira Trump aux « moins réceptifs » ?



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 février 18:45

      @oscar fortin
      Il faut être très méfiant dès qu’il s’agit de sujets sensibles, Trump, la Russie, on trouve désormais des avis très contradictoires sur Internet...
      La mafia Soros -Obama- Killary publie aussi sur Internet...
      Voilà des exemples de propagandes anti Trump démontées par Meyssan.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 février 19:37

      @oscar fortin
      Vous avez lu l’article sur le Donbass et le journaliste français qui fait de une propagande hystérique pour Kiev ? Les anti Trump, anti Poutine sont devenus fous furieux et font n’importe quoi.


    • oscar fortin oscar fortin 9 février 19:39

      @Fifi Brind_acier : Vous avez tout à fait raison à l’effet d’être très prudent sur les informations qui circulent et qui sont souvent contradictoires. Pour le moment, je m’en tiens aux gestes concrets qui seront posés pour forcer le changement désiré de la part de Kiev. De plus, lorsque les messages sont véhicules par des proches de Trump et qu’ils ne sont pas contredit par Trump lui-même, il faut, là aussi, en tenir compte. C’est le cas de la représentante de Trump aux Naitons Unies, que je mentionne dans mon texte. Il y a également des propos du secrétaire d’État.http://www.leparisien.fr/international/ukraine-les-etats-unis-soufflent-le-chaud-et-le-froid-sur-la-russie-02-02-2017-6650403.php




    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 février 19:41

      @oscar fortin

      Je ne crois pas a un conflit armè entre la Russie et l’Ukraine. Je m’attends a un coup d’État militaire qui ramenera au pouvoir à Kiev un regime pro-russe. On. attend un OK de Trump.... Paix avec le Donetsk et discretion sur la Crimée : on laisse la temps passer et justifier l’annexion à la Russie qui correspond a la volonté populaire.

      Le fin du fin, serait que le nouveau pouvoir ukrainien decrète des referendums regionaux et permette « genereusement » une scission de l’Est du pays - farouchemnet anti-Russe, mais sans valeur economique - devenant un pays independant,,,, et vivant de la charité de l’U.E. Les USA de Trump seraient morts de rire...

      PJCA

       -

    • oscar fortin oscar fortin 9 février 19:43

      @Fifi Brind_acier : Merci pour le lien, je vais m’y rendre dès maintenant.



    • oscar fortin oscar fortin 9 février 19:48

      @Pierre JC Allard : C’est un plaisir de vous lire et j’en profite pour vous saluer. Votre hypothèse serait sans nul doute la meilleure solution et la moins couteuse en vie humaine. Je vois que vous êtes bien connecté avec l’environnement de Trump, le fait de savoir qu’on y attend qu’un OK de sa part pour passer à l’action. J’espère qu’il en sera ainsi.


      Bonne fin de journée

      Oscar

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 février 20:21

      @oscar fortin
      Et bien, je n’irais pas chercher mes sources dans les journaux français, ni au Parisien, encore moins à Libération, pour des sujets aussi sensibles... A fuir comme la peste. On voit qu’au Canada, vous n’avez pas d’élection sur le feu... Ici, c’est la guerre de l’information à coups de missiles éditoriaux !


      Le Monde a inventé un machin qui s’appelle DECODEX, censé indiquer aux débiles que nous sommes, les sources fiables... Ils présentent tous nos médias presstitués comme des sources fiables, déjà on sent l’arnaque ! La suite n’est pas triste...
      « Le Mediagueddon fait trembler le système ! »

      Voilà un article auquel je ferai confiance :
      "Suite à la conversation entre Poroshenko et Trump, dans un avenir proche l’Ukraine cessera de recevoir un soutien financier et militaire pour son opération terroriste dans le Donbass. Dans ce contexte, le président ukrainien est tombé dans un profond désespoir et s’apprête à s’engager dans l’action la plus téméraire qui est de déclencher une guerre sanglante, à grande échelle en Europe de l’Est“.

      "Ceci est nécessaire pour attribuer la responsabilité de leurs crimes aux Républiques non reconnues et à la Fédération de Russie et d’escroquer à l’Occident de nouveaux fonds afin de développer leurs affaires construites sur le sang du peuple ordinaire ukrainien", a poursuivi Basurin.


    • oscar fortin oscar fortin 9 février 20:32

      @Fifi Brind_acier : Mais, alors, si Trump le laisse aller, qui l’arrêtera ? C’est peut-être à cela que pense Poutine, sachant que Trump ne s’aurait s’y opposer. Comme vous dites, il faut prendre les informations avec prudence, c’est comme marcher sur des oeufs. Personnellement, je crois que Poutine a mesuré ce à quoi il peut s’attendre de Trump, sachant bien que l’état profond du système et non du peuple, continue à dominer les politiques fondamentales de l’Empire.Seule une rupture permettra d’en sortir et je doute que Trump, avec son équipe de ministres et de secrétaires d’État y parviennent. Il est évidemment trop tôt pour en mesurer toute la réalité.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 février 08:49

      @oscar fortin
      Je ne sais pas où nous allons..., en France, nous sommes toujours en état d’urgence jusqu’en Juillet, il n’est même pas certain que les élections aient lieu.
      En attendant, il se passe de drôles de choses.
      Voici un exemple concret .


    • oscar fortin oscar fortin 10 février 09:07

      @Fifi Brind_acier : merci pour le lien, dire que j’y ai tout compris ce serais mentir. Ça me semble effectivement passablement compliqué. Je vous fais confiance pour y jeter un peu de lumière.


      Je vous laisse avec cet article tout récent sur RI 


    • oscar fortin oscar fortin 10 février 11:05

      @Fifi Brind_acier ; De toute dernière heure sur RI, Trump confirmerait les propos de sa représentante aux Nations Unies sur l’Ukraine. 



    • oscar fortin oscar fortin 10 février 11:24

      @Pierre JC Allard : Cette dernière nouvelle ne va pas tout à fait dans le sens que vous suggérez




      Bonne journée

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 10 février 15:01

      @oscar fortin



      En effet, Mais n’est-il pas chaque jour plus évident que que l’on ne se donne même plus la peine de tenter de concilier ce que l’on dit et ce que l’on fait ? iI arrivera en Ukraine ce dont « On » aura décidé et l’on ne nous en aura annoncé que ce qu’il aura été opportun de nous en dire. « 1984 » est arrivé. Voyons ce qui arrivera à Kiev...

      Et la même reconstruction quotidienne de la « réalité » n’est-elle pas a l’oeuvre dans cette Présidentielle en France, qui semble vouloir tester ( « à la Trump » ? ) la capacité des médias de convaincre Quidam Lambda de N’IMPORTE QUOI ? Comme si l’on voulait donner à l’actualité le glamour et le suspense d’une telé-réalité.. pendant que les vraies décisions à Bruxelles ne suscitent meme plus d’intéret... l

      Pierre JC







    • oscar fortin oscar fortin 10 février 16:21

      @Pierre JC Allard : Merci pour votre commentaire et bonne fin de séjour à Cuba, supposant que vous y êtes toujours.


      Oscar fortin

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 février 19:20

      @oscar fortin
      Sur Sputnik, l’article est plus nuancé... wait and see !


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 février 19:23

      @Pierre JC Allard. De l’Ouest du pays, la Galicie.


    • oscar fortin oscar fortin 10 février 19:38

      @Fifi Brind_acier : j’ai lu cet article et je me suis demandé si l’ambassadeur russe avait lu l’intervention de l’attaché de presse de la Maison Blanche.


      Il est évident que les deux versions ne concordent pas.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 février 19:02

      @oscar fortin
      J’ignore ce qu’il adviendra des projets de Trump, mais pour l’instant, il semble qu’il n’ait pas les coudées franches...

      - « La CIA décore le Prince saoudien pour sa lutte contre le terrorisme »


      - ’L’Etat profond de la CIA, Trump et le terrorisme"

  • UnLorrain 9 février 16:38

    @ Marignan

    Cela a ete imaginer il y a fort longtemps et meme vu,par Flaubert dans le recit la derniere heure qui est une nouvelle particulierement sombre,extrait : A onze ans on me place au college,la j’y vis les vices du monde en miniature,ses petites coteries etc,j’y vis des enfants qui deviendraient plus tard des hommes.

    Nouvelle inachevee.


  • roman_garev 9 février 17:00

    « Que conclure ? Les espoirs placés en ce nouveau Président des États-Unis, surtout en matière internationale, ne semblent pas trouver écho profond dans la nouvelle administration. »


    Avec tout mon respect, je tiens à préciser : d’espoirs de QUI parlez-vous ici ?
    Quant à la Russie, son seul espoir de voir les USA se débrancher de l’Ukraine semble se réaliser. L’UE va s’en débrancher inévitablement à son tour. C’est justement ce qui était voulu (et prévu) par la Russie : que le régime nazi reste seul face à la fermeté du Donbass, à la misère et au désespor croissants de son peuple et à la force militaire inflexible russe qui n’intervient pas, mais veille.
    Si une bagarre a lieu, elle ne sera pas entre l’Ukraine et la Russie, mais entre l’Ukraine et le Donbass. Et ce sera la fin de la junte. Et Kiev le sait bien.
    Il ne faut pas précipiter les évènements. La situation se développera selon sa propre logique inexorable d’un fruit (ou d’un abcès, si vous voulez) mûrissant...

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 février 17:05

      @roman_garev
      « un fruit (ou d’un abcès, si vous voulez) mûrissant... »

      C’est pas génial ça, la politique de l’abcès infecté.

      Et que croyez vous qu’il adviendra lorsque ce sera complètement pourri ?

      Que des fleurs vont s’épanouir dans la merde ?


    • roman_garev 9 février 17:15

      @Olivier Perriet
      Je demande pardon, mais je n’ai aucune envie à discuter avec vous.

      Je crois que tous les autres ont compris ma pensée et n’ont pas besoin de la « mâcher » davantage.

  • gorio 10 février 08:37

    Dites moi M.Oscar Fortin, comment conciliez-vous votre libre pensée affirmée avec ce suivisme total et absolue que vous manifestez article après article envers tout ce que dit et fait M.Poutine ?

    Ne voyez-vous pas, comme moi, de conflit dans votre méthode de raisonnement en énumérant les arguments de Sputnik et RT comme des vérités établies ?
    M. Oscar Fortin, êtes-vous bien familier avec la notion de libre pensée que vous affichez bien haut dans votre portfolio ?

    • oscar fortin oscar fortin 10 février 08:53

      @gorio : Je vous laisse le soin de faire cette analyse en les argumentant avec des faits qui contredisent le bien fondé des contenus que je véhicule. Je vis dans un milieu où prédomine une presse mainstream qui se répercute à tous les niveaux avec les mêmes messages et les mêmes manipulations. Sans l’ignorer complètement, les faits me conduisent à m’en distancier. Je le fais en apportant autant faire se peut des faits et la cohérence dans mes analyses.Je puis me permettre cette liberté de pensée. Je n’ai à répondre de mes écrits à personne d’autre qu’à moi-même et à ce que m’inspirent les évènements que je scrute à travers les divers réseaux d’information alternative. Je ne travaille ni pour M. Soros, ni pour l’Empire du Nouvel ordre mondial. En cela, j’ai mes propres convictions.


      Avec tout mon respect

    • gorio 10 février 09:43

      @oscar fortin
       argumentons alors.


      Premier argument la Syrie. selon vous et M.Lavrov :
      « la Russie a fait le constat à plusieurs reprises que les interlocuteurs, sous la gouvernance d’Obama, ne tenaient pas parole et n’étaient tout simplement pas fiables. Ce fut le cas, lors de l’accord visant l’élimination des armes de destruction massive, motif invoqué pour mener cette guerre contre le gouvernement de Syrie. Une fois ces armes de destruction massive éliminée, les États-Unis et la coalition internationale n’en continuèrent pas moins à chasser du pouvoir, le Président légitime. »

      Donc première erreur, cette résolution 2118 à l’ONU n’a jamais fait mention d’un accord pour laisser l’autocrate El Assad en place( vous voyez les mots ont un sens, pour vous El Assad est un président légitime, pour moi, c’est un dictateur autoritaire) si les armes de destruction massive étaient détruites mais cette résolution aurait légitimé une attaque contre la Syrie en cas de non respect de la destruction de ces armes.
      Premier argument, vous répétez un propos de M.Lavrov et une simple vérification de la résolution 2118 vous aurez prouvé que rien ne confirme le propos de M.Lavrov à moins bien sûr d’accorder un blanc seing intégral à des propos invérifiable de M.Lavrov et donc peut conforme à la méthode communément admise par le libre penseur cher à Victor Hugo...

    • Charly83 10 février 11:23

      @gorio
      Il est amusant de constater que vous n’appliquez pas à vous-même la rigueur démonstrative, s’appuyant sur des faits, dont vous vous targuez. La résolution 2118 ne mentionne nulle part que le président Assad n’est pas légitime. Le fait qu’elle préconise une résolution politique et pacifique du conflit sous-entend qu’Assad doit faire partie de cette résolution politique et pacifique. Et elle précise, à plusieurs endroits, que c’est au peuple syrien de décider de son avenir. Donc, effectivement, elle ne dit pas qu’Assad doit être laissé en place, mais elle ne dit pas non plus qu’il doit être combattu, et encore moins destitué. 

      L’élimination des armes chimiques a coupé l’herbe sous le pied d’Obama, qui n’attendait qu’un prétexte spectaculaire pour déclencher une opération militaire de grande envergure et sans fard de manière à reproduire le scénario lybien en toute impunité. La ficelle était un peu grosse, apparemment pas pour vous. La coalition a poursuivi son agenda, mais avec sa guerre par proxy utilisant des groupes terroristes soi-disant modérés, s’invitant en Syrie de manière illégale avec le prétexte fallacieux de lutter contre DAECH. Donc oui, le moins que puisse dire Lavrov c’est que les américains ne sont pas fiables. Certes, c’est du langage diplomatique : il fallait bien qu’il fasse semblant de croire que les américains étaient sincères dans leur volonté de lutter contre le terrorisme islamiste, sachant pertinemment qu’ils ne faisaient que l’instrumentaliser, ne poursuivant en réalité qu’un seul but : détruire la Syrie et son président avec, pour installer sur ses ruines un califat islamique qui serve ses intérêts.

    • gorio 10 février 11:38

      @Charly83
      ce n’est pas moi qui prétend que, par cette résolution, l’ONU et donc les USA légitime le maintient au pouvoir de Bashar El Assad et donc prouve la non fiabilité des USA. Je constate juste que cet argument énoncé par M. Lavrov est erroné et que M. Fortin a eu tort de croire M.Lavrov sans le vérifier. 

      Je n’ai pas à justifier la fiabilité de la parole des USA, je n’y crois pas plus que je crois en la fiabilité de la parole de la Russie mais en la matière les USA n’ont pas menti sur le sort qu’ils comptaient réserver à Bashar El Assad parce que clairement ils ne l’affirment pas dans cette résolution.


    • gorio 10 février 12:17

      @Charly83
      Mais allez, je suis beau joueur, je me place dans la position du défenseur du diable Onuesque et étasunien.

      Vous demandez une justification dans cette résolution de la volonté de l’ONU et donc des USA de renverser le pouvoir actuel.
      Lisez bien attentivement les points 15 et 16 de cette résolution :

      15. Se déclare fermement convaincu que les personnes responsables de l’emploi d’armes chimiques en République arabe syrienne doivent répondre de leurs actes ;

      A rapprocher du rapport conclu par L’ONU et l’OIAC le 26 aout 2016 reconnaissant l’utilisation des armes chimiques contre sa population par le gouvernement Syrien et sous les ordres de son chef des armées...Bashar El Assad.

      16. Souscrit pleinement au Communiqué de Genève du 30juin 2012 (annexe II), qui énonce des mesures clefs, à commencer par la mise en place d’une autorité dotée des pleins pouvoirs exécutifs qui pourrait comprendre des membres de l’actuel Gouvernement, de l’opposition ou d’autres groupes et sera formé sur la base du consentement mutuel ; 

      « autorité dotée des pleins pouvoirs exécutifs. » Assez clair il me semble sur la volonté de l’ONU de voir un changement au sein de la gouvernance en Syrie en 2013


    • Charly83 10 février 17:22

      @gorio

      Soit, sur la forme, vous avez peut-être raison, je n’avais pas tout lu. Mais vous savez très bien, puisque vous dites vous-même « l’ONU et donc les USA », que l’ONU n’est que le porte-voix de l’Empire. Que l’ONU continue de croire au gazage par El Assad de son peuple alors qu’il a été démontré qu’il n’en était rien, en dit long sur la soi-disant neutralité de cette institution. Surtout quand on voit que la déclaration qui en fait état date de fin 2016, alors que plus aucun expert sérieux ne croit en la thèse du gazage par l’armée arabe syrienne. Sur ce sujet, et sur la nature du gaz employé, je n’ai pas le temps de chercher les références, faites vos propres recherches.

      De toutes façons le problème n’est pas là. Vous ergotez sur des questions de pure forme, en évitant le fond. Je ne vais pas répéter ce que j’ai dit dans mon précédent message. Votre position repose entièrement sur la croyance selon laquelle Bachar El Assad serait un dictateur sanguinaire, sans vous rendre compte que vous êtes manipulés par la propagande de guerre, pourtant grossière, que nous martèlent les médias mainstream. Le régime a peut-être usé de méthodes brutales envers ses opposants, mais il n’a pas martyrisé ni massacré son peuple, bien au contraire il l’a défendu contre les barbares djihadistes infiltrés afin de semer le chaos. Interrogez les gens en Syrie ; ils vous diront qu’ils ont subi une agression, et que l’Etat les protège. Vous en avez une preuve éclatante à Alep, qui n’est pas tombée comme le prétendaient nos médias, mais qui a été libérée, et qui a fêté sa libération. Qu’on organise des élections sous la surveillance d’observateurs internationaux. Vous verrez qu’Assad sera élu. Alors, Assad bourreau de son peuple ? Cette thèse ne tient pas la route ; il est très populaire...

      Pour revenir aux paroles de Lavrov, il a parfaitement raison de dire que les américains ne sont pas fiables. Les cessez-le-feu et les trêves n’ont servi qu’à gagner du temps, à réarmer les « rebelles » et à leur permettre de se refaire la cerise. Cette duplicité ne trompe plus personne. L’attaque de Deir Ez Zor et la reprise de Palmyre ne laissent planer aucun doute sur l’intention des USA : faire tomber Assad coûte que coûte et faire de la Syrie, au pire, un Etat failli et en état de guerre permanente.


    • gorio 10 février 20:47

      @Charly83
       Je vous parle de droit, je vous donne les textes ratifiés par tous les camps et vous me répondez morale. Je ne vous suivrez pas sur ce chemin car en matière de relation internationale seule la forme compte pas la parole donnée, elle dépend trop de la subjectivité et qui on croit dire la vérité.

       Or soyez assuré que tout le monde ment et fait sa propagande pour enrhumer des gogos. Pour moi la bonne attitude en matière de géostratégie c’est de se méfier de tous, de ne prendre partie pour aucun camp et dans le chaos international entre états, seul compte les coutumes et les écrits du droit international. Celui qui ment plus que les autres c’est celui qui renie sa signature. Les Russes font semblant de ne pas comprendre ce qu’ils ont signé avec les USA, je vous l’ai montré mais vous continuez à les croire et c’est moi qui suit soumis à la propagande d’un camp.

      Je crois que vous courrez au devant de terribles désillusions mais peu importe ce n’est que mon avis. Cordialement.

    • Charly83 14 février 22:33

      @gorio
      Je vois que vous niez la morale, mais cela ne m’étonne pas, car notre époque trouve ça ringard, la morale : relativisme, confusionnisme, inversion des valeurs. Je vous ai exposé la duplicité des américains, vous me répondez « légalité d’une signature ». Mais vous vous rendez compte de ce que vous dites ? Donc, si je vous suis, si une loi est immorale, du moment qu’elle est légale elle est légitime ? Je vous ai exposé des données factuelles montrant la duplicité des américains, et vous vous continuez d’ergoter sur des détails, à savoir « oui, mais non ils ont dit qu’ils étaient d’accord, ils ont signé, et l’ONU l’a confirmé ». Mais est-ce que vous lisez ce que j’écris ??? Je vous ai dit que les Etats-Unis, et par extension la coalition « internationale » (on devrait dire « atlantiste ») cherchaient par tous les moyens à renverser Assad en faisant passer leur intervention pour une lutte contre DAECH, et vous restez silencieux à ce sujet, en vous retranchant derrière des dispositions légales des Nations Unies !!! Décidément, vous êtes indécrottable, et votre refuge derrière la légalité est un aveu : votre cause n’est pas légitime, et donc vous essayez de la justifier par des circonvolutions légalistes. La moralité, dans l’histoire, vous importe peu. Vous prenez vraiment les gens pour des imbéciles.

      Après, vous nous ressortez la stratégie rhétorique consistant à mettre dos à dos les belligérants : tous coupables. Eh non, voyez-vous, il y a un agresseur et un agressé. Si quelqu’un entre chez vous par effraction et vous menace ainsi que vos enfants, direz-vous que les torts sont partagés ???
      Et puis, je vais faire ce que je ne m’autorise que rarement, je vais parler de votre orthographe. Pourquoi ? Parce que votre mauvaise foi est si répugnante qu’elle mérite un tel traitement. Vous écrivez : « Je ne vous suivrez pas sur ce chemin » alors qu’il aurait fallu écrire « Je ne vous suivrai pas sur ce chemin » : ce n’est pas « vous » qui est le sujet c’est « je ». Vous dites « elle dépend trop de la subjectivité et qui dit la vérité » ce n’est pas français. Ensuite, un « état » c’est un état de santé, par exemple, sinon c’est un Etat. On dit « prendre parti » et non « prendre partie ». On n’écrit pas « seul compte les coutumes » mais « seules comptent les coutumes » : même placé après le sujet, le groupe verbal s’accorde avec le sujet. Avec une orthographe aussi lamentable, vous espérez que l’on prenne au sérieux ce que vous dites ? Allons allons, un peu d’humilité vous ferait du bien.
      Cordialement.

  • grangeoisi 10 février 11:50

    Mr Fortin pour être crédible il  faudrait ne pas donner en références des ambassades ou des médias russes. Et pour la bonne forme ne pas vous citer  comme référence.

     

    Dire que Bachar al Assad est le président légitime de la Syrie…heu vous êtes bien sûr ? Si vous voulez refaisons une analyse à ce sujet…

     

    J’adore la fin de votre article, comme quoi Poutine aurait déjà tiré ses conclusions, bref qu’il ferait entrer, si j’ai bien compris ses troupes en Ukraine, lesquelles cela va de soi n’y ont jamais mis les pieds.

     

    Bien joli de vouloir jouer « la voix de son maître » à Moscou, mais des précautions ne nuiraient pas à votre « authentique impartialité » de libre penseur, ceci étant dit par un libre lecteur.


    • Charly83 10 février 19:35

      @grangeoisi
      Heu, vous êtes sérieux ? Vous préférez ces médias https://www.youtube.com/watch?v=ae4ubTb_bnc ? Ceux qui nous ont si bien expliqué le massacre d’Odessa ? Ceux qui ont crié haro sur Poutine juste après la destruction de l’avion MH17, sans le début du commencement d’une preuve ? Ceux qui relaient sans vérification les déclarations de Kiev concernant les multiples supposées invasions des chars russes ? Allez, une bonne cure de désintoxication s’impose. Pas de merdias pendant, minimum, quinze jours. Et, pour renforcer le traitement, lisez Chomsky.

      Assad n’est pas un président légitime ? Pourquoi, a-t-il truqué les élections ? Et ne me sortez pas les lieux communs de la propagande de guerre consistant à le diaboliser, genre Assad le tyran, Assad le boucher. Je sais qu’avec vous il suffit de le répéter comme un mantra, mais avec moi ça ne prend pas.

    • grangeoisi 11 février 10:51

      @Charly83

      Je préfère me faire ma propre opinion par l’analyse et non point par la consultation de sites ou références orientées dont on trouve tellement de liens ici.

       

      Donc pour juger des allégations des uns et des autres je laisse ce soin aux fourches caudines de l’analyse historique ce qui nous renvoie à des délais autres que l’immédiateté péremptoire  si pratiquée ici.

       

      Bachar Al Assad n’a fait qu’appliquer la méthode du référendum chère à son défunt de père. L’avantage d’un tel procédé c’est qu’il se passe de toute campagne électorale en bonne et due forme animée par tous les partis.

       

      Poutine ex-officier du KGB, ex-directeur du FSB, alternativement Président de la Russie unie, Président du gouvernement et enfin Président de la Fédération de la Russie ne m’apparaît pas comme un délicat et profond démocrate et encore moins  respectueux des opposants. S’appuyant sur le nationalisme du peuple russe il emprunte le chemin tellement suivi par tant de dictateurs. Quand il aura démissionné il prendra quelque valeur pour moi.


    • Charly83 14 février 21:33

      @grangeoisi
      Cher Grangeoisi (je ne sais pas pourquoi mais votre pseudo me fait penser à « Grandgousier ») vous dites : « Je préfère me faire ma propre opinion par l’analyse et non point par la consultation de sites ou références orientées dont on trouve tellement de liens ici. »

      Puis, on continue à lire et, oh surprise (à vrai dire ce n’est pas une surprise) on tombe sur la fin de votre message, qui n’est qu’un résumé des poncifs les plus éculés sur Poutine. Peut-être que, dans un souci de vraisemblance, vous vous êtes abstenu de dire qu’il était le grand Satan, le nouvel Hitler, et qu’il mangeait des enfants au petit déjeuner ? 
      Parce que vos références à vous ne sont pas orientées ? C’est l’hôpital qui se fout de la charité... Vous me faites penser à cette histoire des moines qui font une retraite de silence :
      Quatre moines avaient décidé de méditer en silence pendant deux semaines. Le premier jour, à la tombée de la nuit, leur chandelle commença à vaciller puis s’éteignit. Au bout d’un certain temps, le premier moine dit : « La chandelle s’est éteinte ». Quelques minutes plus tard, n’y tenant plus, le deuxième moine dit : « Il est interdit de parler. » Le troisième dit alors : « Pourquoi faut-il que vous deux, vous brisiez le vœu de silence ? » Alors, le quatrième moine, solennellement dit : « Vous êtes tous des imbéciles. Je suis le seul qui n’ait pas parlé. »
      Tartufferie de votre part ? Je ne le crois pas, je vous crois sincère, comme je crois sincère ce quatrième moine qui pense qu’il est exempt de tout reproche . A en juger par vos dernières lignes, il est patent que vous vous abreuvez aux médias mainstream et, armé de la confiance inébranlable de celui qui se croit dans le vrai, vous ne vous rendez même pas compte que vos propos vous trahissent... Et vous poussez la naïveté jusqu’à vous croire à l’abri de la désinformation et de la propagande, allant même jusqu’à vous abriter derrière la légitimité et l’objectivité de l’histoire... Ici, pour le coup, il s’agit d’une tartufferie caractérisée : car si vous étiez conséquent avec vous-même, vous ne porteriez pas de jugement aussi péremptoire, superficiel, et pour le dire franchement, vulgaire, sur Poutine, sans attendre le recul historique nécessaire à une analyse réellement historique, et non idéologique, de la Russie, dont Poutine n’est qu’un des éléments. « Des délais autres que l’immédiateté péremptoire pratiquée ici »  ? Il est évident que ceci n’est qu’un moyen de masquer votre paresse intellectuelle et de ne pas perturber votre confort idéologique, car vous ne pratiquez pas pour vous-même ce recul historique salutaire auquel, pourtant, vous prétendez. Vous ne cherchez pas à vous informer, vous écartez comme fausses les sources qui vous imposent une dissonance cognitive trop forte. Il est plus facile, en effet, de les balayer d’un revers de main plutôt que de se remettre en question, de remettre en question ses propres préjugés...
      Je vous souhaite sincèrement de vous libérer de l’emprise de la pensée dominante, dont vous ne faites que répéter, tel un perroquet, les affirmations péremptoires, sans voir plus loin que le bout de vos croyances.

  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 10 février 14:12

    Il faut juste appeler les choses par leur nom pour se rendre compte que rien n’est n’a changé depuis la fin de la grande guerre occidentale qui non seulement n’avait pas consacré un seul « Empire mondial » mais avait au contraire compliqué la situation mondiale en créant la carcasse onusienne de toutes les perfidies où se sont joué les les jeux les plus hypocrites sous le poids de l’infâme veto : On est donc toujours à la case ZÉRO et si les grands pétards ne parlent pas encore c’est juste parce que chaque « bloc » continue son « évaluation »...  ! 


    La mondialitude de ces dernières décennie a permis la destruction massive et définitive des pays zzzzzarabes mais aussi la Renaissance de la Grande Russie et l’émergence (ou la résurrection) irréversible de la Chine « impériale » ! 

    Concernant les personnes : Poutine est dans le « bain des intrigues » quand TRUMP est dans les vapeurs !

Réagir