mardi 7 février - par Verdi

La femme n’est pas l’avenir de l’homme… le mariage non plus

« La femme est l’avenir de l’homme », chantait Ferrat. Cette parole, d’une inspiration quasi prophétique, a pénétré les consciences. Qui ne se réfère pas à cette « vérité », révélée à ce poète communiste, s’inspirant d’Aragon. Sauf que, aujourd’hui, la femme émancipée ne se comporte pas mieux que l’homme. En témoigne, entre autres, la chute vertigineuse du nombre des mariages.

Au-delà de la beauté du vers, tel un verset de la Bible, du Coran ou de la Torah, il est aujourd’hui mal séant d’oser remettre en cause la profondeur de sa portée. Eh oui ! Messieurs, vous n’avez aucun avenir, sauf à vous en remettre aux femmes. La messe a été dite par Aragon, puis par Ferrat, il y a un demi-siècle (1).

Une affirmation, aussi transcendante soit-elle, qui a de quoi donner du grain à moudre au plus timoré des misogynes, si l’on s’en tient au rôle respectivement tenu par l’un et l’autre des deux uniques exemplaires de l’espèce humaine, dans tous les domaines de l’existence. Pourquoi, en vertu de quelle démonstration scientifique étayée, la femme serait-elle meilleure que l’homme, pour leur avenir et pour le devenir de l’humanité ?

Considérons deux espaces. L’espace relationnel (intime), quelle que soit sa forme ou sa nature, dans sa dimension affective, sentimentale et/ou sexuelle. Et l’espace sociétal (ouvert), dans sa dimension politique, sociale et économique.

Oui aux droits de la femme, non à sa prépondérance

En quoi, dans sa relation directe à l’homme, la femme peut-elle être le marqueur prépondérant du chemin de vie commun (ou de la rencontre éphémère) ? Une réponse s’impose : parce qu’elle a, par nature, du fait de sa programmation génétique qui la contraint à procréer, le pouvoir d’attraction sur le mâle. Mais, lui ne possède-t-il pas la précieuse semence qui donne la vie et le rend tout aussi indispensable ?

Ne serait-il pas plus juste d’accorder la même importance à chacun, conformément à la dualité parfaite, qui est censée établir leurs rapports ? 

L’histoire des sociétés humaines a montré la femme en perpétuelle conquête de droits, absolument légitimes. Droits arrachés à l’égoïsme des hommes, comme le droit de vote, la capacité citoyenne, le droit à disposer librement de son corps, etc. Des avancées qui ont réhabilité la « femme » dans sa dignité d’être humain. Le combat n’est pas terminé pour que, enfin, l’égalité des droits, ne soit pas qu’une trace d’encre effacée, sur un parchemin usé.

Des femmes de plus en plus infidèles : le mariage n’est plus l’avenir de personne

Evoquer l’avenir, impose de préciser lequel. Car sous-entendre, implicitement, que l’homme n’est pas l’avenir de la femme, suppose que le mâle a failli dans sa mission, qu’il a été en-dessous des attentes dans le couple ou sexuellement. L’heure serait donc venue de confier à la femelle des humains le pouvoir, tous les pouvoirs, intimes et sociétaux ?

Deux repères incitent à la réflexion. Sur le plan strict des relations hommes/femmes, l’émancipation de ces dernières se traduit pas une infidélité croissante de leur part, au point que, bien que les plus empressées pour se marier, elles sont aussi les plus empressées pour divorcer : 75% des divorces sont demandés par les femmes, principalement pour cause d’insatisfaction sexuelle.

Les femmes sont pourtant celles qui idéalisent le mariage, alors 45% finiront en divorce. Une évolution qui traduit le trouble des femmes, dans la quête d’un bonheur, souvent illusoire, tant nombre d’entre elles assimilent celui-ci à la possession matérielle et à la jouissance immédiate. Poussant leur « épousé » dans des dettes inconsidérées, comme dépenser 15000 € pour passer devant Monsieur le Maire et porter la robe blanche de princesse d’un jour ! Sachant que cette union ne tiendra, dans le meilleur des cas, pas plus de 5 à 9 ans, pour la moitié d’entre eux ! Bref !

Madame Thatcher incarnait-elle l’avenir de l’homme ?

Le second repère, c’est l’influence des femmes en politique, notamment lorsqu’elles accèdent au pouvoir. Au début du 20ème siècle, les suffragettes misaient sur l’avènement des femmes pour changer, en bien, la face du monde. Depuis, certaines ont occupé le pouvoir. Qu’ont-elles fait de mieux que les hommes ? Un modèle de femme a refroidi l’espoir : la tristement célèbre Margaret Thatcher, au Royaume-Uni, dans les années 80. Cette mégère a infligé aux féministes un cinglant démenti sur la soi-disant vertu et la dimension humaniste des femmes, en appliquant une politique antisociale d’une extrême violence.

Plus généralement, les femmes au pouvoir -dans les entreprises, les médias, les partis politiques, etc.- n’ont rien de spécifique par rapport aux hommes, dont elles reproduisent les mêmes comportements, en bien ou en mal.

Alors non, la femme n’est pas l’avenir de l’homme, pas plus que l’homme n’est l’avenir de la femme. Pas davantage que le mariage n’est l’avenir des deux, qui a chuté à 235 000 en 2016, contre 305 000, en 2000 (malgré l’apport de 10 500 mariages homosexuels en 2014). Les marchands d’illusion ont du souci à se faire.

 

(1) « L'avenir de l'homme est la femme », célèbre vers, devenu une maxime du poète Louis Aragon, dans Le Fou d’Elsa (1963), dont l'ordre des mots a été ensuite inversé par Jean Ferrat dans une chanson (1975) : « La femme est l’avenir de l’homme ».

 

Verdi

Mardi 7 février 2017

 



23 réactions


  • rogal 7 février 15:17

    Le robot à peau douce mettra-t-il tout le monde d’accord ?


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 7 février 15:28

    « L’homme est une femme comme les autres »...

    En tous cas, génétiquement, il n’est qu’un cas particulier, comme tous les mâles mammifères chez qui les femelles constituent le prototype de base et le mâle une adaptation destinée à permettre une reproduction sexuée.
    Pour ce qui est des relations sociales entre l’un et l’autre, il semblerait que les sociétés matriarcales aient été des exceptions depuis l’apparition d’homo sapiens qui a une tendance marquée à se comporter comme le chimpanzé plutôt que comme le bonobo, ses deux cousins les plus proches.
    Le chimpanzé est machiste, le bonobo se laisse manipuler par les femelles.
    L’un vit dans la forêt, l’autre dans la savane.
    Le sexisme est-il une question de sexisme ou d’environnement ?
    Le citadin est-il moins macho que le rural ?
    En tous cas, souvenez-vous, Verdi : « La femme est capable de tous les exercices de l’homme, sauf de faire pipi debout contre un mur. » (Colette)

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 7 février 15:43

      @Jeussey de Sourcesûre

      erratum 

      lire : « le sexisme est-il une question de génétique ou d’environnement »

    • JC_Lavau JC_Lavau 7 février 23:32

      @Jeussey de Sourcesûre. Bin non, si tu te reportes au sources autorisées dans les media aux ordres, tu n’as pas le choix : L’homme est une sous-femme, une erreur de la nature, à éradiquer dans les plus brefs délais.


      Quant à ce qui empêche m’Amour de pisser debout contre un arbre, c’est juste la bêtise, car moi à chaque rando je lui porte son urinal féminin, mais elle a bien trop peur de s’en servir. Çte carafon s’est aussi mise en hypothermie et en rhume, par refus total de porter le moindre bonnet chaud ni le moindre capuchon, de peur d’aplatir sa coiffure recherchée. Tandis que la propagande aux ordres nous serine que la femme est par nature pleine de bon sens, tandis que l’homme est immature par essence, et doit être sévèrement dressé.

  • Etbendidon 7 février 15:32

    Bravo pour cet article courageux Verdi
    C’est exactement ce que dit ZEMMOUR en parlant de la féminisation de la société
    Elles sont partout et en nombre
    Par ex, 3 magistrats sur 4 sont des femmes, en cas de divorce le mâle est mal barré
     smiley
    Que faire pour éviter la dictature prochaine des femelles ?
    - Devenir GAY et rejoindre le lobby LGBT (ce que font plein de bobos) ?
    Voter pour le petit asticot HAMON quoi !
    ou
    - S’en remettre aux musulmans comme Houellebecq et son livre soumission
    ça vient doucement
    ou
    - SE reviriliser en appelant POUTINE à la rescousse avec TRUMP
    BIG QUESTIONS
     smiley


  • MagicBuster 7 février 15:46

    Vivement la fin de l’erre BOBO !!!!
    Cela devrait mettre un terme à toute cette faune de sauvages.

    Si les migrants étaient cannibales, les bobos auraient légaliser le cannibalisme !!!

    Maintenant nous entrons dans l’erre des BOUBOURS
    Les boubours, bobos à rebours ....

    La chasse au BOBOS ouvre en mai.


  • JC_Lavau JC_Lavau 7 février 16:56

    En tout cas la dictature de l’émotion est l’avenir de la bêtise, et est couramment employée par quelques honorables dictatures sous télécommande des oligarques, dont la JUSTE dictature du Femellariat.

    Ça vaut aussi le coup d’admirer leur politique familiale par Agnès Echène :
    http://ladivecie.free.fr/article.php3?id_article=68
    http://sisyphe.org/imprimer.php3?id_article=1324
    http://www.gatago.com/fr/soc/feminisme/10365313.html
    Auteur : Agnès Echène.
    En bref : tout domicile fixe, toute famille fixe, toute paternité fixe sont interdits aux mâles. Tous les pouvoirs, toute vie familiale, toute propriété sont réservées aux matriarques. Le mâle n’est toléré que le temps d’un don de sperme, et de corvées journalières, le temps qu’il plaît à la matriarque..
    Du reste, c’est exactement cela la doctrine mise en pratique par nos magistrates féminazies, au quotidien, en violation de la loi.

    On peut aussi regarder le projet d’impôt sur le délit de masculinité, soumis au Risksdag (parlement suédois) en octobre 2004 par Gudrun Schyman :
    http://deonto-famille.info/index.php?topic=26.0


  • philippe baron-abrioux 7 février 17:30


     Bonjour Verdi ,

     « par nature ,du fait de sa programmation génétique qui la contraint à procréer , elle a un pouvoir d’attraction sur le mâle » , écrivez vous .

     j’avais toujours pensé et espéré que- par nature ,du fait de sa programmation génétique , cela lui permettait au cas où elle rencontrait un mâle et qu’elle en acceptait la semence , elle pouvait parfois (et pas toutes celles qui le désirent ) procréer .

     d’autre part , elle n’a aucune obligation de « rencontrer » un mâle , ni d’en accepter la semence , que ce soit avec acceptation ou pas mais en aucun cas sous la contrainte .

    quant à son pouvoir d’attraction sur le mâle , il semble qu’il soit au moins aussi fragile que celui du mâle sur la femme et que les avantages physiques (ou capacités ) des uns et des autres dans le « bel âge » soient l’objet de magnifiques campagnes de divers chirurgiens esthétiques et de laboratoires pharmaceutiques promettant l’éternelle jeunesse , mythe aussi juteux financièrement qu’illusoire et dangereux .

     les femmes deviennent infidèles, (si vous le dites) mais les hommes, eux, l’ont presque toujours été , à très peu de choses près .
     
     dans les familles bourgeoises , on a longtemps encouragé les puceaux à « jeter leur gourme » avant de se marier tout en obligeant les jeunes filles à « se préserver » jusqu’au mariage .

     certaines amies de« Maman » acceptaient d’ailleurs parfois de jouer ce rôle d « ’initiatrices » : ni vu ,ni connu et aucun risque sanitaire a priori ,les amies de Maman étant mariées et donc aucun besoin d’aller dans ces divers lieux de débauche , maisons de passe et bordels clandestins , où des « maladies honteuses » (avec des taux de mortalité importants)se rencontraient encore parfois .

     peut être Aragon voulait il aussi ajouter à sa poésie une parole pour dénoncer les violences découlant de toutes ces hypocrisies ?

     quelles belles poésies pour Elsa !

     bonne fin de journée !

     P.B.A

     

     

     

     

     


    • arthes arthes 7 février 18:24

      @philippe baron-abrioux

      Je rajouterai que « la precieuse semence du male » ne donne pas la vie , contrairement a ce qui est est avance dans ce billet, mais feconde, comme les petites abeilles qui butinent bzzz bzzzz ( je rajoute un peu de poesie quand meme , sinon ca fait clinique, nous sommes des etres humains quand meme, merde, quoaaa !!!)

    • philippe baron-abrioux 8 février 11:16

      @arthes

       Bonjour Arthes ,
       
       « nous sommes des etres humains quand meme, » selon ce que vous écrivez .

      quand même et malgré tout ce dont chacun de nous est capable et qui nous éloignerait du genre Humain .
       
      chacun est l’avenir de l’autre , Humain ou plus proche de ce qui ne l’est parfois plus ou trop éloigné pour qu’on lui accorde cette qualité qui le définit comme tel .

       dans votre profil , vous vous présentez comme en quête de la vérité (avec majuscule ?) .

       sans doute est ce là ce qui nous différencie du reste du vivant .

       nous avons tous , femmes ou hommes , mille trois cents grammes de matière grise , cinq sens pour nous permettre d’appréhender ce qui nous entoure , vivant ou inerte , parfois en grande proximité d’animaux qui ont pu un temps être nos cousins dont , par évolution, nous nous sommes éloignés et différenciés .

       nous appartenons bien au règne du vivant et de l’animal, en fusion parfois , en compétition souvent , mais avons ces quelques grammes si complexes et si peu connus en fait qui nous autorisent à prendre conscience de notre existence propre , individuelle , et du déroulement du temps jusqu’à notre fin .

       mais prendre conscience de notre existence ne peut être ce qui nous fait Humain que par et grâce au regard de l’Autre , différent de nous , de vous et de chacun qui lui ou elle aussi cherche peut être une Vérité , la sienne , proche de la votre ou de la mienne .

       de l’échange possible avec l’Autre naît parfois ce sentiment qu’il peut y avoir entre nous un avenir qui nous relierait et s’appellerait l’amour .

       Aragon aimait Elsa pour avoir eu ce projet fou d’un avenir qui relie deux entités distinctes , dans un face à face où les mots de chaque jour volé l’a poussé à lui écrire qu’elle était et devenait sa seule référence au temps , celui qui ne se compte pas , qui ne se prend pas , qui ne se perd pas mais qui se vit seulement , simplement .

       MERCI POUR VOTRE COMMENTAIRE et pardonnez moi la longueur du mien !

       bonne journée et bonne chance pour votre quête !

       P.B.A

       

       

       

       


  • gégène 7 février 17:51

    @Mr Jeussey Tout
    Ah, vous vous êtes fait griller, cette fois ci, dans la course au premier commentaire......


  • Clocel Clocel 7 février 19:34

    Une curieuse pathologie, le mariage...

    « Le mariage est une institution fabuleuse. Il résout des problèmes que l’on aurait pas eu si l’on ne s’était pas marié »...


    • Louve Louve 7 février 23:41

      @Clocel


      Les liens cimentés entre les humains sont un véritable foyer de résistance face aux desideratas de la consommation et du zapping. Le mariage, ou la relation qui perdure, entre un homme et une femme est lien ancestral. Biblique ! La résistance ce n’est pas changer de partenaires tous les quatre matins avec un un caoutchouc au bout de la bite.


      En faisant cela vous ne faites que participer a la marchandisation des corps et des âmes. 

    • Clocel Clocel 8 février 07:55

      @Louve

      Hâââ, si c’est biblique, forcément...

      Si en plus, Marx et Debord s’en mêlent...

      Sérieux ??? smiley


  • cétacose2 7 février 20:05

    On a beau fanfaronner ,l’homme est une femme à moitié faite......


  • cétacose2 7 février 20:08

    ......Quand à l’avenir politique de notre pauvre pays ,c’est quand même...Marine...


  • Louve Louve 7 février 23:11

    Moui ! Enfin... Quand on fait un article sur les femmes on évite de mettre une photo de Thatcher. Je la soupçonne d’avoir eu des couilles dans son string ! 


    D’autres femmes se sont brillamment illustrées dans notre histoire, belles et pures, comme Jeanne d’Arc. Ou Eloise...

  • bonalors 8 février 05:30

    La femme est programmee pour progreer et jouir l homme pour jouir seulement
    La femme mettra tjrs devant la morale la protection de sa progeniture, peut on le lui reprocher ? heuresement sinon l’homme plus idealiste se ferait plumer ...
    Le male est juste l’accessoire, ou le tuyau d ’ensemencement et son role se resume a celui de banquier, l’ homme qui ne comprend pas ca est perdu, pauvre de lui ....
    Les femmes en politique et affaire sont sans pitie, car la pitie ne fait pas partie du tout de leur programme, ou univers.
    Aussi la femme est beaucoup plus egocentrique que l’ homme, le monde peut s effondre au tour d’elle, du moment que sont rouge a ongle demeure intact tout est sauf smiley


  • sweach 8 février 11:04

    C’est l’une des causes principal du mal être de nos sociétés moderne.


    Durant des millénaires nous avons constitué des « rôles » autour des hommes et des femmes et depuis moins d’un demi siècles on détruit tout.

    Je ne dis pas qu’il n’y a pas du bon, les femmes subissaient beaucoup d’injustice, mais je pense qu’on sous estime grandement le fait de détruire un model sociétal sans vérifier que le nouveau model est meilleur que l’ancien.

    Les nouvelles générations dont je fais parti, sont aujourd’hui en quête de repère, car nos rôles d’homme, de père et de partenaire sont complètement bouleversé

    L’absence de guerre ou de situation violente rend inutile plusieurs facette de l’homme.
    Le divorce détruit grandement le rôle du père, qui par cette séparation sera beaucoup moins en clin a jouer un rôle autoritaire dans l’éducation.
    Les hommes sont mit en concurrence entre eux et culpabilisé par les femmes.

    Les nouvelles générations d’homme sont accusés par les femmes de meurs qu’ils n’ont pas vraiment, infidèle, lâche, violent, macho, ...
    Elles ne remettent nullement en question leur propre comportement et le fait que les hommes sont aujourd’hui déboussolé.

    Le pire c’est qu’elles ne sont pas forcement plus heureuse qu’avant, elles recherchent de nombreux aspect chez les hommes qu’elles rejettent en même temps ou par la suite. 

    Le coté plutôt lunatique des femmes n’est plus canalisé comme par le passé, nul doute que nos sociétés n’ont pas fini d’évolué et que des solutions pour que nous soyons tous plus heureux doivent être trouvé.

     

    • JC_Lavau JC_Lavau 9 février 19:19

      @sweach. Ce qui intéresse les trafiquants de drogues (C.I.A. incluse) est que nos enfants soient déboussolés au maximum.

      Dame ! Il faut savoir ce que l’on veut ! On ne fait pas d’omelettes de pères sans casser des enfants, autant d’enfants que nécessaire !

    • sweach 16 février 13:19

      @JC_Lavau
      Alors je n’avais jamais vu les choses sous cet angle.


      Vous pensez que l’affaiblissement du pouvoir des hommes en tant que père et maris, seraient mit en place par des lobbyings (trafiquants, CIA, états, autres) afin que les jeunes générations soient plus déboussolés donc plus malléable.

      Mise à part le coté trafiquant, ça peut se tenir quand on voit l’historique du lobbying de la pilule. 


      Pour ma part ma génération est victime du féminisme à outrance, ainsi tout humour ou ambiance pseudo machiste sans le moindre « actes », provoque des révulsions de la part des femmes qui induit des représailles bien concrète.
      (ex :J’ai failli rompre avec ma copine parce que homme et femme furent séparés 2H pendant un repas de famille, c’est pour dire la folie qui leur traverse l’esprit, sans parler des galères pour les repas futur.)

      Pourtant dans les faits aujourd’hui les femmes ont énormément de pouvoirs sur les hommes
      - celui de leur faire l’amour ou non
      - celui de procréer ou non
      - celui de faire de son compagnon un père ou juste un géniteur
      - etc ...

Réagir