mercredi 1er mars - par Jeussey de Sourcesûre

La grenouille ne savait pas qu’elle était cuite

Une grenouille nageait dans une marmite remplie d'eau sous laquelle un feu avait été allumé. L'amphibien nageait comme si de rien n’était. Quand l'eau est devenue tiède, la grenouille s'est agitée moins mais sans s’affoler, et quand l'eau est devenue vraiment chaude, elle s'est affaiblie jusqu'à ce qu’elle finisse par cuire et mourir. Si elle avait été plongée directement dans de l'eau à 50 degrés, la même grenouille aurait donné le coup de patte qui l'aurait éjectée de la marmite.

Comme pour la « liberté », concept aux contours flous, difficile à cerner et générateur de débats interminables, c’est quand on est privé de « démocratie » que l’on comprend ce qu’on a perdu. Or, il existe d’autres de moyens pour détruire une « démocratie » que de défiler dans les rues en scandant des slogans, investir les stations de radio et/ou arrêter des politiciens. C’est ce qu’Adolf Hitler avait compris après l'échec de son putsch en 1923. Dix ans plus tard, le 30 janvier 1933, quand il a été nommé chancelier, il était déjà devenu le chef du parti national-socialiste, le plus grand parti politique du pays. Pourtant, cinq ans plus tôt, en mai 1928, les nazis avaient récolté moins de 3% des suffrages aux élections nationales. Mais en juillet 1932, ils remportaient 37 % des voix … et six mois plus tard, Hitler était au pouvoir.

Même s’il n'avait pas été élu, sa nomination à la tête du gouvernement était légale et constitutionnelle, le résultat d’une intrigue politique auprès du président Hindenburg. Beaucoup de gens pensaient qu’il serait un dirigeant comme un autre. Le conservateur Franz von Papen et les dirigeants du Parti Populaire National Allemand pensaient qu'ils seraient capables de le contrôler, parce qu'ils étaient plus expérimentés et constituaient la majorité dans le gouvernement de coalition qu’Hitler dirigeait. D'autres pensaient que les responsabilités de la charge le calmeraient et l'orienteraient vers des méthodes conventionnelles. Ils avaient tort.

C’est entre 1928 et 1930 sur fond d’une crise économique majeure qui avait entraîné l'Allemagne dans une dépression profonde, qu’Hitler a gagné l'appui des masses : il offrait aux électeurs la vision d'un avenir meilleur qui contrastait avec les rengaines des partis qui étaient accusés d’avoir plongé le pays dans la crise. Les plus pauvres continuaient à voter pour le Parti communiste et les sociaux-démocrates, mais les « classes moyennes », la bourgeoisie, les ouvriers non organisés, les masses rurales et les retraités qui attendaient une « restauration morale » de la nation avaient transféré leurs voix depuis les principaux partis centristes et de droite sur la parti nazi.

Alors que les autres politiciens semblaient se limiter à gérer le quotidien, Hitler proposait un objectif et insufflait du dynamisme. Il s'est révélé être un expert pour manipuler les médias en leur faisant publier un flux incessant de slogans pour gagner de nouveaux partisans : « il rendrait à l'Allemagne sa beauté, il donnerait aux Allemands du travail, il mettrait l'Allemagne au dessus de tout (über alles), il ranimerait les industries abandonnées, dévastées par la dépression économique, il écraserait les idéologies d’origines étrangères - socialisme, libéralisme, communisme - qui « sapaient le moral de la nation et détruisait ses valeurs fondamentales ».

Ses discours étaient soigneusement préparés. Sous une apparence de spontanéité, ils étaient en fait calculés. Remplis de lieux communs et de clichés et faisant appel à l’émotion plus qu’à la raison, ils étaient conçus pour obtenir l'attention maximale des médias et la réaction maximale de la foule à laquelle ils s’adressaient.

Peu de gens pensaient qu'il mettrait à exécution ses menaces contre la minorité juive du pays, les féministes, les politiciens de gauche, les homosexuels, les pacifistes et les éditeurs de journaux libéraux. Or, quelques mois après son entrée en fonction, c’est ce qu’il a fait, et bien plus encore.

Rapidement, les exécutions de condamnés à mort ont commencé, atteignant un total de plus de 16 000 en 12 ans de pouvoir, et la population carcérale est passée de 50 000 en 1930 à plus de 100 000 à la veille de la guerre. Les associations féministes ont toutes été interdites, la loi condamnant les actes homosexuels entre hommes a été renforcée, les vagabonds ont été emprisonnés, les immigrants polonais illégaux ont été expulsés. L'histoire de la politique allemande entre le 30 janvier et le 30 juillet 1933 est essentiellement celle de la destruction des institutions démocratiques du pays, de la liberté de la presse et des médias et de la mise en place d’un état à parti unique dans lequel l'opposition condamnée à l'emprisonnement, à l’exil ou à la mort. Après les « cent premiers jours » d'Hitler, les changements radicaux ont continué. Rien n’était caché : les dirigeants nazis avaient annoncé clairement ce qu'ils avaient l'intention de faire, mais peu de gens les considéraient comme une menace réelle avant qu'ils n'arrivent au pouvoir.

Le régime nazi était une « kleptocratie » ; Il reposait sur le clientélisme. Les anciennes procédures de nominations et les règles de conduite pour les hauts fonctionnaires ont été remplacées par un népotisme généralisé. La confiscation et le rachat forcé d'entreprises appartenant à des opposants privés ou institutionnels (syndicats et partis) ont alimenté les fortunes des dirigeants du parti qui ont également profité de la saisie des biens des populations proscrites.

Comment tout cela a-t-il pu se produire avec si peu d'opposition ? Qu'est-ce qui a poussé la « démocratie » allemande à une telle sidération et à un effondrement si rapide ? L'état allemand, reconstitué après la guerre, possédait de solides structures constitutionnelles et juridiques. Les juges étaient indépendants, tout comme la police et les procureurs. En fait, c’est après la destruction du Reichstag les 27 et 28 février 1933 que le gouvernement hitlérien a été en mesure de gouverner par décrets. Les nazis ont présenté cet incendie comme un acte terroriste du Parti communiste pour prendre le pouvoir. Le gouvernement a alors déclaré l'état d'urgence, et Hitler a exploité une disposition de la Constitution de la République de Weimar qui lui a permis de diriger par mesures d’exception. La confiscation du pouvoir a été menée étape par étape, chaque étape ayant les apparences de la légalité. Le 7 avril 1933, le gouvernement a émis un ordre exécutif interdisant aux juifs et aux opposants politiques du régime les emplois de fonctionnaires. De nombreuses dispositions semblables pour aboutir à la fin de l'été 34 à une loi déclarant Hitler dictateur à vie. Après l’arrestation des députés communistes, le parlement a voté ces lois qui avaient l'apparence de la légitimité. Beaucoup d'Allemands désapprouvaient ces mesures : Hitler n’est pas arrivé au pouvoir suprême sous les acclamations populaires. Au contraire, lors des dernières élections libres de la République de Weimar, les partis de gauche - les communistes et les sociaux-démocrates - ont obtenu plus de voix et de sièges au parlement que les nazis. Mais ils étaient profondément divisés, et n’ont pas su constituer une force cohérente.

Avant tout, Hitler était un personnage médiatique qui a gagné en popularité et contrôlé son pays par des discours et de la publicité. Loin d'être un homme politique crédible, il était capricieux, changeant, instable, allergique à la critique et souvent indécis, mais son parcours est un avertissement de l’histoire.

Toute ressemblance avec des faits ou des personnes ici ou là dans le monde aujourd’hui devrait nous alerter.



94 réactions


  • Tall Tall 1er mars 15:15

    Effectivement, Hitler ressemble bien à Macron dans la frénésie de ses discours


    Macron qui roule pour le 4e Reich ( l’UE ) dont la nature anti-démocratique est bien connue depuis 2005 déjà.
     
    C’est bien conforme à l’époque ... 
     
    Reste à savoir si l’énorme propagande qui le soutient va encore réussir à berner le peuple

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er mars 15:34

      @Tall

      Moi, ça fait un moment que j’ai sauté de la marmite, mais il reste pas mal de monde dedans !

    • Tall Tall 1er mars 16:04

      @Jeussey de Sourcesûre


      Quitte à faire des analogies avec cette époque, je verrais plutôt

      Marine = De Gaulle
      Mélenchon = Daladier
      Fillon = Pétain
      Macron = Laval

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er mars 16:26

      @Tall

      Ces analogies ne correspondent pas à ma propre répartition mais peu importe, ce qui est préoccupant c’est que des rapprochements soient possibles entre cette période historique et la situation actuelle.

    • Tall Tall 1er mars 16:33

      @Jeussey de Sourcesûre

       
      Sauf pour la grande guerre ... avec la bombe A, c’est fini ça

    • Louve Louve 1er mars 20:11

      @Tall


      Je crois que le Troisième Reich était plus démocratique que notre système actuel smiley

    • Tall Tall 1er mars 20:25

      @Louve
       

      Moins hypocrite en tout cas ...
      Le 4e reich n’emploie plus des panzers avec des types en uniforme
      Aujourd’hui, c’est : costards cravates avec attachés-cases, et berlines à vitres fumées précédées par des motards

    • PommesFrites PommesFrites 2 mars 11:17

      @Jeussey de Sourcesûre
      Bonjour,
      Comment serait-il possible de renverser une telle marmite ET de trouver une marre accueillante ?


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 mars 11:39

      @PommesFrites

      si je le savais, je serais dans la mare en question

      mon propos n’était pas de situer géographiquement le paradis et de fournir l’itinéraire, la durée du trajet et le montant du péage...

      mon propos était seulement d’attirer l’attention sur la nécessité d’une vigilance pour éviter de plonger dans une marmité, déjà, mais, si c’est fait veiller à ce que personne n’allume de feu dessous, et surtout sauter de lamarmite avant que l’eau atteigne 37° et neutraliser les bouteurs de feu.

      c’est le minimum syndical

      après, vous pouvez imaginer la mare idéale come vous voulez : ça mange pas de pain et ça peut procurer du plaisir

    • Alren Alren 2 mars 11:54

      @Tall

      Ce qu’il y a de commun entre Hitler et les Le Pen, père et fille, c’est la haine pour qui n’est pas de leur ethnie au sens étroit du terme.

      La différence entre Hitler et la Le Pen est que celle-ci n’accédera pas au pouvoir.

      Si cependant nous faisons de la politique-fiction et qu’on l’imagine présidente, elle ne pourrait pas prendre les mesures anti-immigrés qui sont le cœur de sa politique, la raison d’être de son parti.

      Même avec le soutien de la minorité de policiers fascisants comme « Barbe rousse » le violeur, se poserait le problème de leur arrestation (arbitraire) et de leur confinement dans des camps de concentration avant leur expulsion, laquelle coûterait des centaines de millions d’euros et provoquerait le tollé des patrons qui employaient à bon compte ces immigrés ainsi qu’une crise diplomatique envers les pays où ils seraient renvoyés.
      Ceux-ci pourraient ainsi interdire l’atterrissage des charters d’expulsés et les compagnies aériennes soucieuses de leur image refuseraient vite d’affréter leurs avions pour cette tâche honteuse d’autant plus que les équipages refuseraient de les piloter.

      Donc les immigrés resteraient. Voilà une première promesse, essentielle, de la candidate F haine qui ne serait pas tenue.

      Les enseignants refuseraient d’appliquer la directive privant d’école, de collège, de lycée et d’université (?) les enfants de ces immigrés. Ils auraient le soutien des élus non-FN et de parents. L’administration EN serait bien embarrassée et devant le nombre regarderait ailleurs.
      Un deuxième engagement non tenu.

      Les hôpitaux avec leur obligation de prodiguer des soins à toute personne devant en recevoir, selon le serment d’Hippocrate que prête solennellement tout médecin, continueraient évidemment d’accepter les malades les plus gravement atteints, « bons Français de race » ou immigrés.
      Un troisième engagement non tenu.

      La sortie de l’euro et le retour au franc sans plan d’investissement dans l’appareil productif et ses retombées positives susceptible d’inspirer confiance à nos partenaires commerciaux amènerait une dévaluation de celui-ci allant au-delà de ce qui est bon pour stimuler les exportations et se traduiraient par une hausse des importations notamment d’énergie impossible à compenser.
      Le retour au franc tel que le propose le F haine est une aberration économique et il est vraisemblable que devant les analyses d’experts, Le Pen y renonce « provisoirement ».
      Un quatrième engagement non tenu.

      L’hostilité aux syndicats ouvriers (mais pas aux syndicats patronaux, au MEDEF) et aux « fonctionnaires » se traduirait rapidement en troubles sociaux et en manifestations gigantesques qui déstabiliseraient totalement le pays et lui ferait perdre encore plus de PIB.


    • Tall Tall 2 mars 12:35

      @Alren

       
      Vous avez oublié un truc : elle fait pipi au lit aussi

    • Tall Tall 2 mars 12:43

      Toutes vos histoires pourraient être démontées pièce par pièce .. mais c’est trop long

      Alors je la fais courte : c’est qui votre génie à vous ?
      Un européïste qui va nous la mettre encore + profond ? > Macron, Fillon, Hamon ...
      Un gars qui voit la Cia derrière chaque réverbère ? > Asselineau
      Un gars qui veut transformer Merckel en socialiste, et faire du gauchisme open-door avec un ferry spécial entre Marseille et Tanger ? > Mélenchon
       
      Allez-y ... j’écoute ...

    • Tall Tall 2 mars 13:08

      Ok j’ai vu ... c’est Mélenchon.


      Le mec qui zappe l’islamisme et l’immigration après Charlie, le Bataclan et Nice : c’est mort.

    • gotjy gotjy 2 mars 14:03

      @PommesFrites
      Vous avez raison,là est la question,QUE FAIRE ?


    • LE CHAT LE CHAT 2 mars 14:21

      @Tall

      et Asselineau c’est qui alors ! smiley

      encore victime de l’exclusion !


    • Ouallonsnous ? 2 mars 15:21

      @Jeussey de Sourcesûre

      Même si vous avez sauté de la marmite dans laquelle la propagande merdiatique s’efforce de nous maintenir en nous donnant en spectacle une brochette de « pantins » politiques qui n’existent que parce qu’ils font, en boucle, la une des JT et de la presse aux ordres dont les ficelles sont tirées par l’oligarchie financière dont la façade est l’UE/OTAN, il est à craindre que le système ayant compris malgré ses sondages « bidonnés », son état d’urgence à rallonge, ses plans Vigipirate et ses patrouilles Sentinelles de protection des implantations du lobby judéo-sioniste en France, qu’ il ne puisse faire passer son « candidat », autrement dit que ces élections sont malvenues !

      L’alinéa 6 de l’article 7 de notre constitution qui prévoit les conditions de l’élection présidentielle stipule que .la date du dépôt des candidatures est le 17 mars donc la date limite en question (7 jours avant) est le vendredi 10 mars.

      Or si dans les jours prochains, Fillon abandonne de lui-même ou qu’il soit contraint de le faire par les juges ou par une autre cause, quelle qu’elle soit, il sera considéré qu’il est « empêché » au sens de la disposition constitutionnelle et le Conseil reportera donc sans aucun doute les élections même si le texte de la constitution stipule le verbe « pouvoir » et non « devoir » .

      Fillon étant le représentant d’un des partis  politiques de France, courroie de transmission des oukases de l’UE/OTAN, n’ayez aucun doute sur le sujet pour le CC , le report sera décidé.

      Et c’est là que la candidature Fillon prend toute son utilité, car elle va permettre, pour le moins, de reporter les élections jusqu’à ce que la conjoncture soit favorable.

      Le système siono-hollandiste veut provoquer le clash avec le peuple de France, à l’instar de ce qui se passe aux USA avec leur président nouvellement élu !

      Il convient donc que les candidats progressistes « sérieux » ajoutent à leur programme les dispositions propres à neutraliser les tentatives de « clash » du système dans son agonie !

      Je termine ce billet par la conclusion de votre article ;

      « Toute ressemblance avec des faits ou des personnes ici ou là dans le monde aujourd’hui devrait nous alerter. »


    • Ouallonsnous ? 2 mars 15:29

      @Ouallonsnous ?

      ERRATA

      L’alinéa 6 de l’article 7 de notre constitution qui prévoit les conditions de l’élection présidentielle stipule que si, dans les sept jours précédant la date limite du dépôt des présentations de candidatures, une des personnes ayant, moins de trente jours avant cette date, ayant annoncé publiquement sa décision d’être candidate décède ou se trouve empêchée, le Conseil constitutionnel peut décider de reporter l’élection.


  • Harry Stotte Harry Stotte 1er mars 15:53

    « Au contraire, lors des dernières élections libres de la République de Weimar, les partis de gauche - les communistes et les sociaux-démocrates - ont obtenu plus de voix et de sièges au parlement que les nazis. »



    Certes, mais avec 121 sièges pour les socialistes et 100 pour les communistes, la gauche restait très loin de la majorité absolue au Reichstag, à savoir 293 sièges. Même si - chose impensable - les 70 élus du Centre s’étaient joints à la gauche, le compte n’y aurait pas été avec 291 élus.

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er mars 16:21

      @Harry Stotte


      Vous avez raison. 
      Il n’en reste pas moins qu’aux élections législatives de 1933, en dépit de leur forte progression par rapport aux élections de novembre 1932, les nazis, avec 43,9 % des suffrages, n’ont pas atteint les 50 % sur lesquels comptait Hitler qui a été contraint de maintenir sa coalition avec le Parti national du peuple allemand pour conserver la majorité au parlement. 
      Mais Hitler avait besoin d’une majorité des deux tiers pour obtenir le vote de l’Acte générateur (une loi qui lui permettrait d’en promulguer d’autres sans consulter le Reichstag), qu’il a acquise après avoir persuadé le Parti du centre de voter en sa faveur. 
      Le projet de loi a été voté le 23 mars. Seuls les sociaux-démocrates se sont opposés à la mesure, qui est entrée en vigueur le 27 mars.
      En fait, certains députés sociaux-démocrates avaient été empêchés de siéger par les SA et leses députés communistes (représentant 17 % des effectifs du Reichstag), ont été arrêtés avant le vote pour leur « rôle suspect » dans l’incendie du Reichstag. Le SPD et le KPD ont rapidement été déclarés hors-la-loi, et la dictature s’est établie.

    • Rincevent Rincevent 2 mars 00:17

      @Jeussey de Sourcesûre

      Hitler qui a été contraint de maintenir sa coalition avec le Parti national du peuple allemand pour conserver la majorité au parlement. Oui, et son chef, Hugenberg, sera le cocu de l’histoire : ministre dans le premier cabinet de Hitler il sera jeté au bout de six mois, Adolf a maintenant le pouvoir et il n’a plus besoin de lui.

      Moi, je dis ça comme ça, en passant. Je ne vise personne dans les alliances qui se préparent pour la présidentielle, hein…


  • Christian Labrune Christian Labrune 1er mars 16:22

    @Jeussey de Sourcesûre

    Quand les négociations sur le nucléaire iranien ont abouti à ce que l’on sait, j’ai proposé sur ce site un article dans lequel je faisais un parallèle avec la conférence de Münich. Cela n’avait rien de très original : l’Iran, avec ses prétentions génocidaires concernant Israël et ses méthodes fascisantes à l’ntérieur, il n’est pas très difficile de voir que c’est bien l’ultime avatar du nazisme. L’article, qui défrisait un islamo-gauchisme prolifèrant sur ce site comme la vérole sur le bas-clergé breton, n’aura jamais été publié.

    S’il l’avait été, je n’ai aucun mal à imaginer ce qu’auraient été les premières critiques : nous ne sommes plus en 38, l’histoire ne se répète jamais, si ce n’est en bégayant, etc. On pourrait dire cela aussi après la fable de la grenouille que vous nous proposez. Je ne le ferai cependant pas : il faut toujours être attentif à ce que l’historien Jeanneney appelle, sur France culture, la « concordance des temps ».

    Vous voulez probablement parler du nouveau président américain, mais je ne pense pas du tout qu’il ressemble à Hitler. En tout cas, à la différence d’un Obama-Chamberlain suppliant les Iraniens de feindre au moins des intentions pacifiques le temps de rédiger l’accord, il n’aurait assurément pas accepté, faisant confiance à un Rohani, de devenir son copain ou son complice.

     Tall, dans la première intervention après l’article, feint de croire qu’il s’agit de Macron. Je pourrais tout aussi bien dire que vous parlez de la politique des socialistes depuis 81 : abrutissement progressif des populations par l’imposition d’une idéologie bien-pensante (votre fameuse casserole !), remise en selle d’un petit parti fasciste sur le déclin, lequel sortira du PS agonisant (on y est) comme le monstre sort du ventre de ses victimes dans le film « Alien ». Ajoutons à cela l’antisémitisme crapuleux du PS qu’on vient encore de voir à l’oeuvre à l’assemblée, pour complaire à l’électorat palestinomane des banlieues, et le tableau sera assez complet et cohérent.

    Du point de vue de la méthode, je ne pense pas que celle de l’insinuation, qui est ici la vôtre, soit très défendable. Votre rappel de l’histoire du nazisme est fort bien construit, agréable à lire, mais l’essentiel n’apparaît pas. SI vous vous avez une thèse du genre Trump=Hitler, il conviendrait de nous donner au moins quelques arguments si vous ne voulez pas que cela ressemble au flou artistique du complotisme. Je sais bien que les encyclopédistes aimaient beaucoup le procédé de l’insinuation parce qu’il permettait de tout dire sans rien dire, mais on n’est plus au siècle de Louis XV et vous ne risquiez guère, en explicitant, de vous retrouver demain dans le donjon de Vincennes !


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er mars 16:48

      @Christian Labrune

      « Vous voulez probablement parler du nouveau président américain »


      Mon propos ne porte pas sur la ressemblance des personnes, que ce soit Trump ou d’autres, mais sur des situations, des événement et une dégradation insensible du fonctionnement des institutions par glissement.

      Une tel phénomène existe aux Etats-Unis et en Europe. Le lobby mondialiste Soros-Clinton a été mis en échec par le monde du business américain qui n’est pas élu mais entend avoir les coudées franches pour mener à bien ses opérations par des tractations bilatérales et non plus dans le cadre de traités globaux.
       
      Cette politique passe par l’affaiblissement de l’état fédéral, la déréglementation des flux financiers, la privatisation des services publics, la remise en cause de règles établies et le creusement des inégalités sociales. Le même phénomène se produit en Europe avec le conseil européen et la commission européenne qui ne sont pas élus mais ont des prérogatives plus fortes que les dirigeant des pays membres dont les appareils d’états se souvent affaiblis.

      Si l’avènement d’une dictature doit être dénoncé en Europe, c’es celui de l’UE et non de tel ou tel candidat à l’élection présidentielle française qui prend une tournure de plus en plus dérisoire.

    • Christian Labrune Christian Labrune 1er mars 17:22

      Si l’avènement d’une dictature doit être dénoncé en Europe, c’est celui de l’UE
      -----------------------------------------------------------------
      @Jeussey de Sourcesûre

      Si c’est l’UE que vous dénoncez, ce n’est assurément pas moi qui la défendrai. J’ai toujours exécré l’Europe et même l’idéologie de ses « pères fondateurs ». Et tout autant l’OCDE dont les recommandations, très suivies n’ont pas été pour rien dans la destruction des cultures européennes. De fait, nous sommes bien les victimes d’une espèce de tyrannie, même si elle paraît encore assez molle, mais les Grecs ne seraient peut-être pas d’accord avec cet adjectif. Quand je vois aujourd’hui la collusion entre la Chancelière et le Mussolini des Turcs après le rapprochement - pour vendre des bagnoles ou des avions -, avec l’islamo-nazisme iranien, je suis effondré et j’admire le courage des Britanniques.

      Il n’y a pas de discussion d’article sur AgoraVox, en ce moment, qui ne fasse apparaître à un moment ou à un autre le nom de Soros, et j’y vois une manière d’hybris complotiste dont l’origine m’échappe. Le personnage est des plus répugnants, mais je ne sais pas s’il mérite vraiment d’incarner d’une manière si constante la figure du diable : l n’est pas le seul. Pour cette raison, je ne suis pas sûr d’avoir très bien compris le paragraphe où vous opposez le lobby Soros-Clinton aux ambitions dérégulatrices du business américain. Est-ce que ce lobby serait donc encore un moindre mal ?


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er mars 17:41

      @Christian Labrune

      Ce lobby est la dernière carte que tentent de jouer les financiers et les spéculateurs américains qui ont compris que leur racket mondial fondé sur le pétro-dollar avait vécu, même si son agonie avait été reculée avec les assassinats de Sadam Hussein et de Kadhafi, mais qui ne peut plus tenir longtemps face à la puissance économique de la Chine qui est leur principal créancier. 

      Ils jouent leur propre jeu, chacun pour soi en utilisant au mieux les fortunes qu’ils ont amassées pour corrompre tous les régimes et les hommes susceptibles de l’être... et ils sont pléthore !

    • rogal 1er mars 17:47

      @Jeussey de Sourcesûre
      Vision intéressante des choses, mais sur quoi l’appuyez-vous ?


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er mars 18:01

      @rogal

      - sur la confrontation de sources d’informations contradictoires
      - sur l’étude de l’histoire (récente ou ancienne) : si l’histoire ne fait pas repasser les plats, les mêmes causes produisent cependant les mêmes effets.
      - sur l’observation des évolutions géostratégiques, la réflexion personnelle, l’analyse des rapports de force entre les acteurs majeurs
      - sur l’examen d’hypothéses pour expliquer les paradoxes et contractions qui transpirent des versions officielles et la construction d’une intime conviction...

      en bref, sur une méthode de type policier, une sorte d’enquête.

    • jadevo 1er mars 19:12

      @Jeussey de Sourcesûre

      Cette affirmation appelle un développement. J’aimerais qu’on m’explique. La construction européenne autant que je sache a suivi la voie démocratique. Ce qu’on appelle l’Europe et qu’on dénonce si souvent parce que c’est pratique n’est pas une instance indépendante. C’est seulement le résultat d’un rapport de force, dans le cadre européen, entre des gouvernements démocratiquement élus. Juncker n’a aucun pouvoir, l’Allemagne en a.
      On va dire : Et le TCE ?
      Je l’admets volontiers, cette histoire du TCE, en France, est un cas d’école de déni de démocratie. Mais la question, en l’occurrence, n’est pas de savoir si l’Europe est une démocratie, c’est de savoir si la France en est une. L’adoption post-référendaire du TCE (on a changé le nom) est un cas flagrant de non-démocratie. L’Europe ne l’a pas imposé, c’est messieurs Sarkozy et Fillon.
      Mais je vois qu’aujourd’hui bien des « souverainistes » qui n’osent pas voter Le Pen se tournent vers Fillon qui certes était contre Maastricht mais a par la suite avec son copain Sarkozy perpétré un coup d’Etat au nom de l’Europe. Le même, aujourd’hui, est à deux doigts d’en appeler au peuple pour qu’il manifeste contre le pouvoir judiciaire, ce qui s’il saute le pas fera de lui un factieux de la pire espèce.
      Certaines personnes ont vraiment la mémoire courte ou de la merde dans les yeux, c’est selon.


    • jadevo 1er mars 19:29

      @Christian Labrune

      J’aimerais savoir ce qu’est une tyrannie molle, le propre d’une tyrannie n’est-il pas de ne pas être molle mais dure ?
      ... alors que j’écrivais ceci j’apprends que la manifestation de soutien à Fillon est confirmée par Pécresse. Ses propos sont ahurissants. Je cite ce que rapporte Le Figaro : « C’est un rassemblement de soutien à François Fillon qui permettra de voir si le peuple est derrière lui. » Comme elle est idiote on peut penser qu’elle ne comprend pas ce qu’elle dit... ou l’espérer du moins. On en est au point, désormais, où un candidat à la présidence de la République demande au peuple de le soutenir dans la rue contre l’un au moins des pouvoirs constitués (les trois en fait, puisque, derrière le procureur, il désigne à demi mot la gauche qui tient les deux autres pouvoir). La légitimité ne serait plus dans l’élection, elle ne serait même plus dans la primaire d’un parti, elle serait dans la rue.
      Ce fil est consacré à la répétition en histoire : le dimanche 5 mars 2017 pourrait avoir un petit parfum de 6 février 1934.


    • rogal 1er mars 20:25

      @Jeussey de Sourcesûre
      « Le lobby mondialiste Soros-Clinton a été mis en échec par le monde du business américain qui n’est pas élu »
      Hé bien, pas un seul nom (hormis Trump) au bout de l’enquête ?


    • Christian Labrune Christian Labrune 2 mars 00:46

      J’aimerais savoir ce qu’est une tyrannie molle,
      ---------------------------------------------------------------
      @jadevo
      J’entends par cet oxymore que le citoyen ne risque pas, parce que son orientation politique est notoirement opposée à celle du parti qui gouverne, de se retrouver demain matin couché dans le caniveau avec une balle dans la tête, comme il arrive en Russie, en Turquie, et dans beaucoup d’endroits du même genre.

      Il n’empêche que les décisions qui conditionnent la vie quotidienne sont prises de plus en plus souvent par des individus incompétents, de parfaits imbéciles, et que la masse des citoyens, du fait de l’effondrement du niveau de culture, n’est même plus en état de s’en rendre compte et subit des situations tout à fait inacceptables. Il n’y a plus de choix possible. On le voit bien aux prochaines élections présidentielles où ceux qui voteront voteront pour un crétin, comme la dernière fois, et donc contre eux-mêmes.

      La tyrannie molle, c’est la tyrannie de la Bêtise triomphante. Il n’y a pas de tyran, on ne peut même pas incriminer des responsables, comme le font très naïvement les conspirationnistes. Ce système infect s’appuie sur une propension à la servitude volontaire qui semble être la chose du monde la mieux partagée : rien n’a changé sur ce plan-là depuis La Boétie. Tout ça ne finira qu’avec l’espèce humaine, dans la deuxième moitié de ce siècle. J’attends impatiemment le post-humanisme, même si je suis trop vieux pour espérer voir la transition.

       


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 mars 09:21

      « @rogal


       »Hé bien, pas un seul nom (hormis Trump) au bout de l’enquête ?"

      si vous lisez l’anglais, voilà quelques informations :
      The Deep State : The Fall of the Constitution and the Rise of a Shadow ...

    • jadevo 2 mars 09:38

      @Christian Labrune

      Alors le terme ne convient pas, il est en tout cas très malheureux. Quiconque a vécu sous la botte d’une vraie tyrannie ne peut que trouver que la France et l’Europe en général sont des contrées plutôt agréables. C’est sans doute un de leurs charmes d’ailleurs.
      Je n’ai pas l’impression que les gens qui prennent des décisions sont tous incompétents. Les fameux technocrates de Bruxelles sont extrêmement compétents par exemple. Je ne partage pas leur vision du monde et leurs orientations mais c’est une autre histoire. Pour ce qui est de voter sinon pour un crétin du moins pour une girouette pathétique, je pense au sinistre personnage qui sert de candidat à la droite, c’est vraiment mal parti. Heureusement. Tout indique dès lors que c’est Macron qui sera élu. Il ne me semble pas du tout incompétent. Je crois même qu’il est qualifié pour l’emploi.
      Quand vous prétendez que les gens vont voter contre eux-mêmes vous voulez dire en fait qu’ils voteront (ce qui paraît probable) contre vous et les quelques principes auxquels vous êtes attachés. Les gens évidemment ne vont pas voter contre l’islam (une de vos préoccupations, je crois), parce qu’ils ne sont pas contre l’islam. Si vous voulez tout savoir, ils ne voteront pas non plus conformément à mes convictions ni à mes intérêts. Je n’en déduis pas qu’ils voteront « contre eux-mêmes ». Je note d’ailleurs que dans cette élection, si on met de côté les candidatures de témoignage ou de défoulement, les deux candidats qui se sont détachés (puis un des deux s’est sabordé) ont des programmes qui se ressemblent beaucoup. Je sais bien que dans la fachosphère on veut souligner que Macron=Hollande=la pire des formes du gauchisme et ainsi de suite, ce genre d’affirmation ne résiste pas à l’analyse. Fillon et Macron sont tous les deux libéraux. Macron a au moins le mérite de l’honnêteté et de la cohérence, il n’a jamais menti sur ses convictions. Fillon au contraire est un menteur patenté.
      On verra sans doute un post-humanisme (l’humanisme étant une idéologie) ou même on est dedans depuis un bon moment. Pour ce qui est du post-humain, fermez vos romans de science-fiction et promenez-vous un peu dans la réalité.


  • V_Parlier V_Parlier 1er mars 16:31

    C’est bien mignon tout ça, mais si je le prenais pour une prédiction sûre, ça signifierait alors que les partis européistes, libre-échangistes et excitateurs de tensions (car ils le sont bien) poussent consciemment au pouvoir les affreux fascistes en continuant de dégoûter les électeurs... Alors qu’attend-t-on pour les enfermer eux aussi ?


  • rogal 1er mars 16:57

    Bon rappel, quelque usage qu’on en fasse à ce jour.
    Un souhait d’éclaircissement : apparence de légalité, apparence de légitimité, ce n’est pas tout à fait la même chose. Pourriez-vous développer un tout petit peu chacun de ces deux jugements ?


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er mars 17:34

      @rogal

      J’ai bien écrit :

      « Après l’arrestation des députés communistes, le parlement a voté ces lois qui avaient l’apparence de la légitimité. « 

      Une loi est toujours légale, par définition, puisque c’est la loi. Ele peut n’avoir due l’apparence de la légalité quand elle est conforme à la constitution tout en préentant des aspects discutables dans lesquels le avocats vont s’engouffrer pour plaider en jouant sur les vices de forme.

      Mais elle peut être illégitime ou même scélérate quand elle présente des caractéristiques flagrantes de protection de certaines catégories de citoyens par rapport à d’autres. La loi sécuritaire votée par le parlement allemand en 1933 était légale et pouvait paraitre légitime si l’on admettait les justifications fournies à propos de l’incendie du Reichstag suivi par la proclamation de cette « Reichstagsbrandverordnung » qui suspendait sine die les libertés individuelles et par une campagne de répression dirigée contre les communistes allemands. Cette loi était « illégitme » car elle n’a pas été promulguée dans l’intérêt général, mais dans celui d’une faction activiste.


  • rogal 1er mars 17:51

    Ça d’accord. Et pour les apparences de la légalité (paragraphe de l’état d’urgence) ?


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er mars 18:09

      @rogal

      j’ai répondu : l’apparence de légalité se traduit par une conformité à la constitution tout en restant discutable sur le fond. Tout comme le décret promulgué par Trump a été rejeté non pas parce qu’illégal mais parce qu’il ne répondait pas au caractère de « mise en danger de la nation » que la constitution américaine prévoit pour ce genre de décision (le juge ayant estimé que l’immigration ne mettait pas la nation en danger), l’état d’urgence qui s’éternise en France a les apparences de la légalité, mais on peut douter de sa justification sur le fond dès que l’on observe quelles actions il permet dans la limitation des libertés, et son manque d’efficacité en ce qui concerne l’objectif affiché : l’état d’urgence n’a pas évité l’attentat de Nice mais il permet d’interdire manifestations et rassemblements quand ça gène le pouvoir.

    • rogal 1er mars 18:41

      @Jeussey de Sourcesûre
      Merci pour ces développements satisfaisants.


    • Christian Labrune Christian Labrune 2 mars 01:04

      l’état d’urgence n’a pas évité l’attentat de Nice mais il permet d’interdire manifestations et rassemblements quand ça gène le pouvoir.
      ---------------------------------------------------------------------------

      @Jeussey de Sourcesûre

      J’aimerais bien que vous nous citiez un certain nombre de manifestations interdites depuis la proclamation de l’état d’urgence ! Les crétins insomniaques de la place de la République auront pu tout l’été casser les pieds des riverains, défoncer des vitrines ou incendier des bagnoles de flics dans l’espoir d’avoir du « poulet rôti », personne n’aura songé, du côté du pouvoir, à leur interdire fermement ces sortes de manifestations et d’exactions au nom même de l’état d’urgence.

      Un certain nombre d’individus suspects sont arrêtés chaque semaine. Les dispositions prévues par l’état d’urgence facilitent évidemment le travail de la police. Il était question hier encore de jeunes gens qu’on venait de mettre en cabane. Je ne saurais trop préciser : c’est presque quotidien et quand le projet terroriste a avorté, c’est exactement comme s’il ne s’était rien passé.

      Je me rappelle qu’avant l’été dernier, cela vous faisait rire qu’on voulût multiplier les policiers pour surveiller les plages. Pourquoi ne pas y mettre des blocs de béton, ou y construire des bunkers, disiez-vous. Eh bien, si on l’avait fait, les morts de Nice pourraient très bien encore se dégourdir les jambes, de temps à autre, sur la promenade.


    • jadevo 2 mars 09:24

      @Christian Labrune

      Les plages ne peuvent pas être sécurisées, elles sont trop vastes. Poster quelques policiers ne va pas dissuader qui que ce soit de quoi que ce soit, ils seraient plus utiles ailleurs. Prétendre qu’on va assurer la sécurité des gens c’est leur mentir.


    • Christian Labrune Christian Labrune 2 mars 13:01

      Les plages ne peuvent pas être sécurisées

      @jadevo

      Il est difficile, effectivement, d’empêcher les attentats, et les policiers en faction devant certains bâtiments sont beaucoup moins efficaces que des services du renseignement bien organisés. Mais si les accès à la promenade des Anglais avaient été momentanément interdits par des blocs de béton, l’homme au camion aurait dû trouver autre chose. En Israël, il y a des blocs de béton aux abribus, pour empêcher l’action des voitures-bélier et à Berlin, immédiatement après l’attaque du marché de noël, il a fallu se résoudre aussi à recourir à ces solutions, lesquelles ont quand même fait leurs preuves. Les scanners à rayons X à l’entrée du Louvre ou des aéroports et les vigiles à l’entrée des grands magasins ont aussi, évidemment, une fonction assez dissuasive : supprimez-les, et vous ne tarderez pas à voir les attentats se multiplier. N’oubliez pas qu’il y aurait quand même en France une quinzaine de milliers de crétins radicalisés et prêts à tout.

      Il y a toujours quelque chose à faire, et rien n’est pire que le « inch Allah » du défaitisme.


    • jadevo 2 mars 13:21

      @Christian Labrune

      Je ne suis pas un expert de la chose mais je crois quand même que la situation d’Israël et celle de la France ne peuvent pas être comparées. Israël est entouré (entourée ? comment dit-on ?) d’états qui veulent tous plus ou moins lui faire la peau. La situation est donc forcément plus tendue. A quoi s’ajoute qu’en Israël les citoyens non-juifs ont sans doute quelques raisons de ne pas être satisfaits de leur sort. La situation est donc aussi plus explosive.
      Je ne crois pas une seconde qu’il existe en France 15000 personnes capables de se lancer pour de bon dans une opération suicidaire. Je ne crois même pas qu’on les trouverait dans les rangs de Daesh en Syrie ou en Irak.


    • jadevo 2 mars 14:03

      @Christian Labrune

      Il y en a une manifestation qu’il faudrait interdire et fissa, c’est celle de dimanche au Trocadéro qu’organisent les nostalgiques du 6 février 1934.


    • Christian Labrune Christian Labrune 2 mars 14:46

      je crois quand même que la situation d’Israël et celle de la France ne peuvent pas être comparées.

      @jadevo
      Les naïfs qui n’ont aucune idée de ce que fut l’histoire récente dans cet ancien diverticule de l’Empire ottoman où l’on a vu renaître en 48 l’état d’Israël ont longtemps cru que c’était la question des territoires disputés qui était la cause de tant de violences. Il était très clair que de pareils événements ne sauraient se produire en France, et les gouvernements successifs en Israël étaient donc totalement responsables de tant de guerres successives qu’ils n’ont pourtant jamais voulues et qui leur ont toutes été imposées, même celle de 48.

      Mais il y a aura eu plus de morts en France depuis trois ans à cause du terrorisme qu’il n’y en aura eu en Israël dans le même temps. Pourquoi ? Si les mêmes causes produisent partout les mêmes effets, il faudrait peut-être se demander de quels territoires l’administration française a pu s’emparer au mépris du droit international, et où sont nos « implantations » et nos « colonies ».

      L’ennemi en France et en Israël est exactement le même. Les Frères musulmans et les salafistes de Gaza qui font pleuvoir des roquettes sur les Kibboutzim du sud d’Israël sont les mêmes qui pourrissent l’existence des citoyens dans nos banlieues. C’est exactement la même idéologie, laquelle exècre les Juifs (voir le 7e article de la charte du Hamas) et rêve de les foutre à la mer, mais n’est presque pas moins tendre avec les koufar que nous sommes.

      L’objectif de l’islam le plus authentique (celui des salaf, celui de l’Etat coranique), c’est dans un premier temps d’exterminer les Juifs, mais de faire subir ensuite le même sort à tous les mécréants. La seule chose que les Frères musulmans reprocheraient à la politique du nouveau Califat, c’est d’avoir voulu aller trop vite en besogne. Ces excités en payent désormais les conséquences à Mossoul et bientôt à Raqqa, mais sur le fond, c’est la même idéologie. Les théories d’Hassan al-Banna et plus encore celles d’un Sayied Qotb ne sont en rien incompatibles avec les entreprises de l’islam radical qu’on voit à l’oeuvre depuis déjà des années. Quand on fait sauter à la dynamite les grands bouddhas de Bamiyan, les mausolées de Tombouctou, les ruines de Ninive ou de Palmyre, quand on massacre des mécréants aux terrasses des bistrots parisiens, on applique le programme de Qotb : faire disparaître tout ce qui pourrait subsister de la jahiliya, c’est-à-dire d’un monde corrompu antérieur à la révélation coranique.

      La question des territoires n’entre pour rien dans ce processus. La terre, de toute façon, appartient de plein droit et de toute éternité à un islam qui s’étendait déjà, aux alentours du XIe siècle, de l’Espagne aux rives de l’Indus, en passant par tout le nord de l’Afrique. Les Juifs, de Haïfa à Eilat, doivent disparaître, et le pays des céfrans, des « faces de craie » que nous sommes, c’est aux musulmans qu’il doit appartenir. Voyez les positions du Parti des Indigènes de la République (PIR), et vous serez très vite édifié.
      Allah akbar !

       


    • julius 1ER 2 mars 15:06
      . Pourquoi ne pas y mettre des blocs de béton, ou y construire des bunkers, disiez-vous. Eh bien, si on l’avait fait, les morts de Nice pourraient très bien encore se dégourdir les jambes, de temps à autre, sur la promenade.

      @Christian Labrune

      ach so gut Herr Labrune !!!!

      c’est bien la vision de la clique d’extrème -droite qui pollue ce site en permanence ....faire de ce pays un immense camp de concentration mettre des vigies et des miradors partout faire quadriller le pays par l’armée ....

       tout çà bien sûr au nom de la défense des libertés, un plan vigie -pirate puissance 100 pour notre sécurité bien sûr quitte à aller aider les pseudos islamistes pour justifier bien sûr cet état d’urgence
      que les Labrune et consorts rêvent de transformer en état de siège !!

      au moins on y arrive, les loups commencent à montrer ce qu’ils sont vraiment des assassins liberticide !!!

    • jadevo 2 mars 16:23

      @Christian Labrune

      C’est un discours de propagande qui ne tient pas.

      Les mêmes causes dites-vous produisent les mêmes effets. Il se peut aussi que des phénomènes en apparence similaires aient des causes distinctes. L’histoire de la France et celle d’Israël sont distinctes. La violence des banlieues est un phénomène complexe, aux causes complexes. C’est sûrement très confortable intellectuellement de poser qu’il est identique à ce qui se produit en Israël mais c’est une vue de l’esprit. La France n’est pas entourée par des armées ennemies. Aucun groupe constitué dont la capitale serait La Courneuve ou Saint-Denis ne demande que la France soit rayée de la carte. Etc., etc. La liste des différences serait très longue.

      Certains je le sais cherchent pourtant à imposer la thèse d’une identité qui leur permet croient-ils d’exonérer l’état d’Israël de certaines de ses responsabilités. Grand bien leur en fasse.

      Poser que le salafisme ou Daesh seraient « l’islam le plus authentique » est complètement absurde. Ça n’appelle même pas l’argumentation, juste une analogie : le christianisme des héritiers de MGR. Lefebvre est-il le catholicisme « le plus authentique » ? C’est ce qu’il dit et dans son domaine le salafisme dit à peu près la même chose. Et puis quoi ? Il faudrait voir à se méfier des généralisations. Ou alors en France on a 5 millions de terroristes potentiels et si c’est le cas autant poser les armes, parce que c’est foutu.


    • Christian Labrune Christian Labrune 2 mars 16:28

      c’est bien la vision de la clique d’extrème -droite qui pollue ce site en permanence

      @julius 1ER
      Je n’ai rien à voir avec l’extrême droite et vos injures glissent sur moi comme l’eau sur les plumes du canard. Elles m’autorisent en revanche à vous dire très franchement ce que je pense : pour écrire ce que vous m’écrivez, il faut vraiment que vous soyez un con de première grandeur.
      Au plaisir de ne plus jamais vous lire.


    • Christian Labrune Christian Labrune 2 mars 17:02

      La France n’est pas entourée par des armées ennemies. Aucun groupe constitué dont la capitale serait La Courneuve ou Saint-Denis ne demande que la France soit rayée de la carte. Etc., etc. La liste des différences serait très longue.

      @jadevo
      Vous paraissez ne pas vous rendre compte que ce que vous écrivez-là est la meilleure preuve que le point de vue que vous prétendez défendre est complètement erroné. Il n’y aurait effectivement aucune espèce de raison d’attaquer la France par le terrorisme : l’islam ne peut revendiquer aucune partie du territoire. Et pourtant, le Califat a attaqué la France. Les petits soldats du Califat, du moins ceux qui sont à l’origine du processus ne sont même pas tous issus de nos banlieues et ne peuvent donc même pas se plaindre d’une situation « d’apartheid » (pour reprendre une expression malheureuse et ridicule de Valls) qui leur aurait été faite. Dès lors, pourquoi attaquent-ils la France ? Parce qu’ils sont musulmans et que cela plaît à Dieu qu’on massacre des Juifs mais aussi des mécréants. Cela leur suffit, à Paris comme en Israël.

      Quand vous dites que les islamistes ne représentent pas plus l’islam « authentique » que les paroissiens de Saint-Nicolas du Chardonnet ne représentent un christianisme authentique, je suis désolé de devoir vous le dire, mais vous écrivez une énorme sottise. La plupart des « chrétiens », aujourd’hui, font baptiser leurs enfants (ça ne mange pas de pain), se marient et se font enterrer à l’Eglise, mais le reste du temps se soucient aussi peu de la théologie chrétienne que moi qui suis athée. Ils sont, comme dit Marcel Gauchet, « sortis du religieux », et je suis bien le premier à m’en réjouir : ce christianisme-là, je l’accepte volontiers. Il y a ce que leur religion leur imposerait, mais ils n’en font qu’à leur tête. Les chrétiens intégristes, au contraire, vont à la messe régulièrement, et font au moins semblant de respecter le mode de vie chrétien.

      Les « chrétiens » ordinaires sont donc d’aussi mauvais chrétiens qu’étaient de mauvais musulmans ceux que je voyais il y a trente ans, lesquels se disaient bien musulmans mais n’auraient pour rien au monde pris au sérieux le Coran et ses interdits (halal/haram) ou rêvé de massacrer des mécréants. Ces « mauvais musulmans » selon la charia étaient en fait de très braves gens qui avaient tout à fait leur place dans la République.

      Des vrais chrétiens, comme le moine Amaury qui, selon la légende, au siège d’Albi aurait dit « Massacrez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens », il n’y en a plus - Dieu merci  ! Les religions monothéistes, prises au sérieux, conduisent toutes au fanatisme. J’appelle « vraie religion » celle qui prend au sérieux les textes de sa révélation. Il vaut donc bien mieux, dans une république, avoir affaire à la plus faussée et à la plus abâtardie des religions monothéistes, c’est moins dangereux pour tout le monde.


    • Christian Labrune Christian Labrune 2 mars 17:22

      Parce qu’ils sont musulmans et que cela plaît à Dieu qu’on massacre des Juifs mais aussi des mécréants. Cela leur suffit, à Paris comme en Israël.

      COMPLEMENT

      Je suis passé à autre chose sans aller jusqu’au bout de mon idée. Pourquoi le terrorisme en Israël, depuis tant d’années ? Vous l’expliquez très bien vous-même : Israël est entouré de pays musulmans tout à fait hostiles, qui se seront ligués ensemble dès 48 mais encore en 67 pour des guerres qui devaient être d’extermination. Les ambitions du Hamas comme celles du Hezbollah, aujourd’hui encore, sont très explicitement génocidaires. La pression de l’islam a donc été toujours plus forte sur Israël que sur la France, et ça commence bien avant 48. « Tuez les Juifs, cela plaît à Dieu ! » c’était le slogan qu’aimait répéter durant la guerre Mohammed Amin el-Husseini, le mufti de Jérusalem, au micro des radios de propagande contrôlées par l’Allemagne nazie.

      La pression islamique en France se développe beaucoup plus tardivement, conséquence d’une immigration massive, du regroupement familial qu’elle entraîne, et surtout de la propagande salafiste reçue partout dans les banlieues par l’intermédiaire des paraboles tournées vers al-Jazeera, mais c’est exactement le même phénomène, et qui n’a pas fini, assurément, de produire les mêmes effets ici qu’en Israël. Au reste, c’est là-bas que, par la force des choses, les pouvoirs publics sont bien obligés d’aller chercher maintenant des solutions techniques qui ne s’improvisent pas, pour tâcher d’endiguer le phénomène.


    • Massada Massada 2 mars 17:35

      @Christian Labrune
       
      « Au reste, c’est là-bas que, par la force des choses, les pouvoirs publics sont bien obligés d’aller chercher maintenant des solutions techniques qui ne s’improvisent pas, pour tâcher d’endiguer le phénomène. »

       
      Impossible de mettre des policiers partout
      La solution ? des citoyens armés, formés et responsables.
      Pour rappel : Au armes citoyens, Formez vos bataillons.........c’est français non ?

    • Rincevent Rincevent 2 mars 19:37

      @jadevo

      Surtout pas ! Il tente déjà de se faire passer pour victime, alors qu’il est délinquant plus que présumé. Ce serait lui rendre un grand service. Au contraire, si dimanche la manif fait un flop, ce sera un clou de plus pour le cercueil…


    • jadevo 2 mars 19:54

      @Christian Labrune

      Il semble vous échapper qu’en 1948, en 1967, en 1973, les armées des pays frontaliers ont attaqué Israël. Qui attaque la France ? Les attentats sont la cinquième colonne ou la tête de pont de quelle offensive ? Quels sont les signes tangibles que l’islam le plus extrémiste c’est-à-dire selon vous le seul islam est en train de conquérir le territoire national ?
      Je ne comprends pas votre baratin sur « la plupart des chrétiens ». Je ne vous parlais pas de « la plupart des chrétiens », je vous parlais au contraire d’une infime minorité constituée par les partisans de MGR. Lefebvre. La plupart des musulmans ne mitraillent pas, ne posent pas de bombes et n’approuvent ni les mitrailleurs, ni les poseurs de bombe.


    • jadevo 2 mars 19:56

      @Christian Labrune

      Je n’avais pas compris que ce message m’était adressé.
      Vous croyez vraiment (VRAIMENT) que les musulmans veulent conquérir la France et l’Europe ?


    • jadevo 2 mars 20:04

      @Christian Labrune

      « Je n’ai à voir avec l’extrême-droite », écrivez-vous.

      Il m’a pourtant semblé le mois dernier sauf erreur que vous affichiez votre soutien à François Fillon (parce qu’un de ses assistants parlementaires lui avait écrit deux cents pages sur l’islam). Ce même François Fillon adopte aujourd’hui le comportement d’un factieux et les précédents sont à chercher dans les années 30 en particulier le 6 février 1934 : toute la classe politique est pourrie, un complot vise à « assassiner » la candidature de la vérité et du courage, les juges sont aux mains d’une clique, et le peuple doit imposer dans la rue sa volonté à l’institution judiciaire. Et encore j’en passe. Le think tank de droite 5 ANS POUR DES IDEES vient d’ailleurs lui aussi de dire la même chose : cette manifestation du Trocadéro a je cite « des relents des années 30 ».

      Je suis curieux de savoir comment vous vous positionnez vis-à-vis de cet individu dont le comportement depuis hier est caractéristique de la vieille extrême-droite française.


    • jadevo 2 mars 20:08

      @jadevo

      Il va sans dire que la sinistre fachosphère applaudit le père courage. Je pense à Sens commun (qui organise la manifestation), Valeurs actuelles, Riposte Laïque, Boulevard Voltaire, Dreuz, Europe Israël, etc. On applaudit à tout rompre de ce côté de l’échiquier.


    • Christian Labrune Christian Labrune 2 mars 22:43

      @Massada
      « Aux armes citoyens », c’était l’époque où la France était une nation, comme Israël aujourd’hui est une nation, où des gens venus de partout et fort différents se trouvent quand même soudés du seul fait qu’ils se seront promis durant des années et même des siècles d’être l’an prochain à Jérusalem. Les nations européennes, elles, sont en train de se dissoudre, de ressembler, pour parler comme Tertullien évoquant le devenir du cadavre, à « un je ne sais quoi qui n’a plus de nom dans aucune langue ». Finalement, tout ce qui restera bientôt de la grande civilisation européenne, ce sera un lointain israël pourtant salement et continument trahi par l’Europe.

      je suis un peu réticent par rapport à la solution que vous proposez. A lire ce qu’on peut lire sur AgoraVox on pourrait craindre, si des citoyens étaient armés dans notre beau pays, qu’il s’en trouvât un certain nombre bien capables de prendre fait et cause pour les terroristes dans le feu de l’action et tirer avec eux sur les policiers. Sans cela ils risqueraient d’avoir le sentiment, comme on le voit bien à la lecture de cet article et des commentaires qui lui font suite, de devenir vraiment des nazis.
      Si les Iraniens agissent comme ils le font, si les gentils membres de l’Etat coranique sont si cruels, ce n’est pas du tout de leur faute et il faut faire l’effort de les comprendre : c’est nous autres, parfaits salauds de colonialistes, et depuis la nuit des temps historiques, qui sommes entièrement responsables de leur méchanceté et la méritons bien par conséquent.
       Avec une pareille mentalité, qui ressemble un peu à celle de ces crétins du « Camp de la paix » qui nuisent tant aussi chez vous, on n’est pas sorti de l’auberge !


    • Christian Labrune Christian Labrune 2 mars 23:03

      @jadevo

      Vous devez avoir raison : peut-être bien que je suis mal informé. J’avais lu quelque part que le nombre des citoyens assassinés au nom de l’islam en France (Allah akbar !) depuis deux ou trois ans devait approcher les 240. Mais il ne faut pas se laisser impressionner par les chiffres : quand ce serait dix fois plus voire cent fois plus, sur une population de plus de soixante millions d’habitants, cela reste tout à fait négligeable aussi longtemps que ce n’est pas moi ou l’un de mes proches.

      Sur une autre page d’AgoraVox, j’ai relevé cette phrase incarnant la connerie absolue dans ce qu’elle peut avoir de plus obscène :
      « dénonçons tout de suite cet état d’exception ou plus militairement parlant cet état d’urgence que ce pays nous impose depuis que deux trois pétards ont explosé au nez de nos concitoyens pour leur rappeler que ce pays est un pays qui ferait mieux de s’occuper de ses pauvres. »

      Ozar Hatorah, Charlie Hebdo, la porte de Vincennes, le Bataclan ou la promenade des Anglais, et tant d’autre événements du même genre, c’était quoi ? « deux ou trois pétards ». Pas grand chose donc, ou plutôt, comme le dit ce crétin, une petite leçon que nous n’avions certes jamais réclamée, mais que nous avons probablement bien méritée.

      Cela dit, vous ne comprenez pas grand chose à ce qu’on vous explique, probablement pas plus à ce que vous écrivez, et ce n’est pas la première fois que je m’en rends compte, Je renonce par conséquent à me fatiguer pour rien. Adieu.


    • jadevo 2 mars 23:32

      @Christian Labrune

      Je ne comprends pas ce que vous voulez dire par « au nom de l’Islam ». Staline a fait mourir... un peu plus de 240 personnes au nom du communisme. Pour autant le communisme ne se réduit pas à Staline et je ne crois pas quoique n’étant pas communiste que la famine organisée en Ukraine ou le goulag disent la vérité dernière du communisme. Je ne vois pas plus dans Daesh la vérité dernière de l’islam. Il s’agit plutôt d’une régression et vous l’admettez à demi-mot puisque vous vous souvenez de musulmans que vous avez connus dans le passé qui ne ressemblaient pas du tout à ces malades. J’entends par régression le fait d’appliquer à la lettre un texte qui contient des prescriptions contradictoires en les sortant de leur historicité. Vouloir vivre comme au VIIE siècle en l’occurrence.

      Il existe des dingues qui posent des bombes et qui font de tragiques dégâts. Il existe aussi des idiots qui les approuvent ou leur trouvent des excuses. Il ne s’agit pas pour autant d’une guerre civile. La guerre civile en Syrie vient de faire 4 à 500 000 morts. Ça, c’est une guerre civile. Les morts du Bataclan ne sont pas les victimes d’une guerre civile, c’est une évidence et je ne vois pas en quoi dire une pareille évidence serait leur manquer de respect ou minimiser la tragédie qui les a emportés.

      Ce que j’aimerais savoir puisque vous en appelez sans cesse à la fermeté (je viens de parcourir un grand nombre de vos interventions) ce que vous entendez par fermeté. A quelles mesures précisément vous pensez.

      Quant à la citation dont le commentaire constitue les deux tiers de votre message je ne vois rien à en dire. C’est une idiotie. Je ne l’ai pas écrite. Je ne vois pas en quoi elle me concerne.


    • julius 1ER 3 mars 09:39

      @Christian Labrune


       Pourquoi ne pas y mettre des blocs de béton, ou y construire des bunkers, disiez-vous. Eh bien, si on l’avait fait, les morts de Nice pourraient très bien encore se dégourdir les jambes, de temps à autre, sur la promenade.

      qui c’est le « con » ??? c’est bien toi Labrune qui vient d’écrire cela !!!
      les lecteurs peuvent juger ... tu écris des trucs que tu renies quelques lignes plus loin 
      c’est grave Docteur c’est quoi de la schizophrénie, de la duplicité , ???

      en plus tu réécris l’histoire il faut avoir un sacré aplomb pour dire çà « 
       »bétonner la promenade des anglais " pour éviter les attentats ??? 
      on se demande ce qu’il branle Estrosi !!!
      en tous cas menteur, désinformateur çà tu connais Labrune !!


    • Massada Massada 3 mars 10:19

      @Christian Labrune

       
      « je suis un peu réticent par rapport à la solution que vous proposez. »
       
      Je comprends vos réticences.
      Juste pour information la république Tchèque (avec qui nous avons de nombreux contacts) envisage sérieusement de permettre un acces plus facile au port d’arme de leurs citoyens notamment pour lutter contre le terrorisme.



    • Christian Labrune Christian Labrune 3 mars 11:27

      @Massada
      Une armée de conscription, ça coûtait cher, mais sa disparition en France aura eu des effets particulièrement funestes : elle contribuait d’une manière qui n’est pas du tout négligeable à l’intégration de ceux qui ont eu un jour le fantasme de devenir des Français, et les obligeait à voir clairement ce que cela voulait dire.
      On a aujourd’hui une population complètement désarmée, qui attend tout d’un état providentiel spécialiste désormais des proclamations lénifiantes bourrées de bons sentiments et qui n’est donc même plus compris lorsqu’il prend quelques mesures drastiques (état d’urgence) pour faire face à une menace qui n’a vraiment rien d’imaginaire.
      Tout ce que sait faire désormais le citoyen français, c’est porter quelques fleurs ou des babioles après les massacres, allumer des bougies autour de la statue de la République et y apposer des petites déclarations idiotes : « tous les hommes sont frères », ou « les terroristes n’ont rien à voir avec l’islam ». La tragédie devient presque comique.
       L’hypothèse d’une guerre civile n’est pas du tout exclue, surtout quand on voit ce qui risque de sortir des élections présidentielles. On passera alors de l’état d’urgence à l’état de siège voire à un état de guerre où ce sera l’armée qui prendra les commandes, comme en Egypte . Tout cela n’est pas bien exaltant.


  • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 1er mars 18:39
    « Toute ressemblance avec des faits ou des personnes ici ou là dans le monde aujourd’hui devrait nous alerter »

    Oui , il faut se souvenir que la montée du nazisme s’est surtout opérée par réaction aux mouvements spartakistes et révolutionnaires qui s’étaient manifestés dans l’Allemagne de 1919.

    Oui, il faut relire Ernst Nolte

    Avant même de participer au mouvement nazi, la plupart des leaders avaient participé avec les corps-francs et les socialistes de Noske à la lutte contre les révolutionnaires surréalistes de la République des Conseils de Bavière et de son ministre Frantz Lipp ( qui envoyait des messages à Lénine quand il ne retrouvait pas la clé des toilettes smiley )

    Alors pour éviter Marine, commençons par éliminer Hamon et Mélenchon smiley




    • julius 1ER 2 mars 10:30

      @Sharpshooter - Snoopy86


      toujours à défendre l’indéfendable, tu es vrai facho çà c’est sûr !!!

    • julius 1ER 2 mars 14:52

      Oui , il faut se souvenir que la montée du nazisme s’est surtout opérée par réaction aux mouvements spartakistes et révolutionnaires qui s’étaient manifestés dans l’Allemagne de 1919.


      @Sharpshooter - Snoopy86

      tu vas chercher tes références chez les Nazis ... on pourrait te condamner pour apologie du Nazisme !!!
      ce que tu dis est faux les théories de Hitler étaient avant tout sa vision du devenir de l’Allemagne
      mais apparemment tu vas puiser tes idées dans ses élucubrations !!!

  • baldis30 1er mars 20:59

    Excellent article et excellentissimes commentaires de l’auteur


  • Le Panda Le Panda 1er mars 21:42

    @ l’autteur,

    Bonsoir

    Je vous rends visite, mais je ne trolle pas, en vous souhaitant une bonne soirée, car je ne mange jamais de grenouille

    Bien à vous


  • fcpgismo fcpgismo 2 mars 09:50

    La disparition,l’anéantissement de la biodiversité, la surpopulation humaine la raréfaction des matières premières, nous conduit inévitablement vers la décroissance. deux possibilités une douce la décroissance choisie, l’autre plus violente passe par des systèmes autoritaires donc extrêmement violents pour une partie de la population. nous avons choisi la plus violente la guerre après l’effondrement un embryon de démocratie verra peut être le jour.


  • julius 1ER 2 mars 10:26

    Mais en juillet 1932, ils remportaient 37 % des voix … et six mois plus tard, Hitler était au pouvoir.


    @ l’auteur, 
    il manque une dimension dans ton récit et cette dimension on peut la trouver dans le film « le Dictateur » de Chaplin lorsque celui a une histoire de pot de peinture avec la milice la SA et celle-ci est complètement occultée je ne sais pas pourquoi dans bcp de récits car elle est la clef de la mise en place de la dictature de Hitler .
    sans la SA pas de Dictature ... et pourquoi ???

    la SA était numériquement importante à son plus haut niveau plus de 400 000 hommes tous des militants aguerris puisque recrutés parmi les 6 millions de chômeurs ex-soldats de la 1iere guerre mondiale et ces gens -là pouvaient agir n’importe où en toute impunité et ils devaient complète obéissance aux chefs ce qui en fait une force considérable .....de plus ils étaient armés !!! 

    car ils tenaient la rue .... ce qui veut dire qu’ils y faisaient la pluie et le beau temps beaucoup de gens ont disparu et ont été assassinés par la SA bien avant 1932 .. mais pour cela point d’archives .....

    de même que l’on peut aussi remettre en cause les résultats des élections étant donné que ces gens pouvaient mettre la pression sur les électeurs dans les quartiers et pouvaient bourrer les urnes !!!
    les racines de la montée en puissance des Nazis sont à chercher dans la collusion entre ceux-ci et la Droite allemande courtevuiste qui pensait utiliser les Nazis pour leur propre usage contre l’ennemi communiste !!!
    ils ont oublié un détail c’est que les Nazis avaient leur propre vision du devenir de l’Allemagne !!


    • V_Parlier V_Parlier 2 mars 10:44

      @julius 1ER
      "...de plus ils étaient armés !!! car ils tenaient la rue .... ce qui veut dire qu’ils y faisaient la pluie et le beau temps beaucoup de gens ont disparu et ont été assassinés par la SA bien avant 1932 .. mais pour cela point d’archives ..... de même que l’on peut aussi remettre en cause les résultats des élections étant donné que ces gens pouvaient mettre la pression sur les électeurs dans les quartiers et pouvaient bourrer les urnes !!!« 

      Tiens, ça me rappelle bien la France d’aujourd’hui mais... les faits nous montrent que dans ce rôle ce ne sont pas ceux conventionnellement désignés comme »l’extrême droite« qui s’illustrent mais une toute autre catégorie constituée de diverses »minorités" officiellement déclarées comme en danger...


    • julius 1ER 2 mars 14:42

      @V_Parlier


      oui mais il ne faut pas dénaturer mes propos !!!

      les gens dont tu parles ne sont pas une force organisée et n’ont pas comme objectif la conquête du pouvoir et cela fait une énorme différence le Coran n’est pas Mein Kampf !!!

  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 mars 10:37

    merci pour cette contribution que j’approuve totalement


    j’ai aussi omis de parler du financement du parti nazi par certains industriels allemands et américains qui explique aussi les moyens financiers et matériels qui ont assuré la logistisque de cette montée en puissance

    mais un article exhaustif sur ce sujet crucial ne pourrait pas se limiter au calibre que je me suis imposé pour être lu. L’eobjet de cet article était simplement de rappeler par des réalités tragiques le danger que représente l’endormissement devant la dégradation d’un système socio-économique.

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 mars 10:37

      @Jeussey de Sourcesûre

      ce commentaire s’adressait à Julius1er

    • Odin Odin 2 mars 15:23

      @Jeussey de Sourcesûre

      « des rapprochements soient possibles entre cette période historique et la situation actuelle. »

      J’allais justement vous parler du financement pour améliorer ce comparatif avec la situation actuelle, vous m’avez devancé.

      En effet, peu de personnes se penchent sur le financement d’Hitler pour le parti nazi, de même que pour le financement du BUND pour le bolchevisme et Trotski.

      Cette prise de connaissance des financements serait salutaire pour une vision plus réaliste de l’histoire et des réels enjeux électoraux à venir pour beaucoup de « veautants ».

      La majeure partie des moyens financiers du parti nazi était d’origine étrangère et ceci est occulté.

      Ce ne furent pas que les indusriels comme General Motors , Ford et IBM qui participèrent mais aussi et surtout des puissances financières de la City et Washington, On peut citer :

      Montagu Norman, le gérant en personne de le Banque d’Angleterre.

      Wimhelm Gustloff, financier suisse

      Chase Bank (JP Morgan), Rockefeller

      Max Warburg, chef de l’IG Farben – frère du directeur de la Federal Reserve Bank de New York Paul Warburg.

       

      Pour ceux qui souhaiteraient avoir plus d’informations :
      http://reseauinternational.net/qui-a-finance-hitler-la-liberte-en-echange-du-silence-des-noms-et-des-faits/

       

      Toute ressemblance avec un candidat à la présidence serait purement fortuite J)

       


  • ddacoudre ddacoudre 2 mars 12:29

    bonjour jesaisdesourcesure

    la comparaison avec cette période est effectivement acceptable du fait des réactions humaines dont la pire est la recherche d’une moralisation de l’existence qui est à différencier de la morale ou de l’éthique. Macron sur cet aspect est bien plus inquiétant que le Pen, car il ne roule pas pour lui, mais pour tout ces grands groupe qui ne rêve que de disposer d’un pouvoir arbitral sur les nations en remettant en cause les souverainetés par des accords commerciaux.
     cordialement.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 mars 12:57

      @ddacoudre

      Ces accords « commerciaux » supranationaux faisant intervenir des tribunaux dont la compétence juridique serait discutable pour trancher des conflits entre états et sociétés privées dès que celles-ci considèrent que les règles d’un pays sont une entrave à la réalisation de leurs profits (qu’elles nomment « libre-concurrence) sont en effet le ferment le plus dangereux de la confiscation des droits républicains pour les remplacer par la défense d’intérêts privés. Comme en 1933 en Allemagne, il s’agit bien d’une »kleptocratie".

  • Christian Labrune Christian Labrune 2 mars 13:52
    @Jeussey de Sourcesûre

    Je viens de parcourir rapidement la discussion et il y a quand même un certain nombre de développements qui me paraissent plutôt bizarres et tristement comiques. Si on veut trouver dans le monde actuel quelque chose qui puisse ressembler assez exactement au nazisme dans ses méthodes et ses objectifs, rien n’est moins difficile. L’Iran persécute ses opposants, multiplie les exécutions sommaires, prétend étendre son hégémonie sur tout le Lebensraum de son croissant vert et répète à l’envi son projet de « rayer Israël de la carte du temps ». Ca, c’est exactement le même objectif, en plus explicite, que celui de l’Allemagne nazie après Wannsee. Quand on voit les postures de bravache à la Mussolini d’un Erdogan, on peut à bon droit se demander si la situation de son pays diffère beaucoup de ce que fut l’Italie fasciste. Et je ne parle pas de ce que fut l’Etat coranique engagé dans une entreprise génocidaire atroce dont les Yézidis et les chrétiens d’Orient furent les victimes.

    Eh bien non, c’est nous qui serions en passe de devenir des nazis, et à partir de votre fable de la grenouille, on peut à perte de vue donner à la mauvaise conscience qui ronge l’Occident tous les développements fantasmatiques qu’on pourra souhaiter. Pour l’un, c’est Macron qui est un nazi ; pour vous, c’est l’Europe ; pour moi, si je consens à entrer dans ce petit jeu, ce sera la politique des socialistes. Pour d’autres encore (il suffit de lire la presse) ce sera le nouveau président américain.

    Il me semble qu’il serait urgent de regarder les choses en face, et s’il faut parler de nazisme, de considérer que la position des pays occidentaux après les accords sur le nucléaire iranien fait plutôt penser à ce que fut la collaboration, en France, avec le IIIe Reich. Quand je vois la manière dont les socialistes ont pu, pour flatter leur électorat musulman supposé antisémite, COLLABORER à l’UNESCO avec le très réel fascisme que constitue la palestinomanie délirante (voir le 7e article de la charte du Hamas), je dis qu’on a affaire à des collabos, les mêmes qui, en juillet 40 accordaient les pleins pouvoirs à la vieille ganache. Quand l’Europe accepte d’être dupe, dans le cadre d’un nouveau Münich, en signant des accords avec l’islamo-nazisme iranien, quand la Chancelière accepte d’aller serrer la main à une crapule comme Erdogan, je dis : COLLABORATION, et non pas nazisme.

    Les choses, avec le temps, ne vont pas s’arranger. Il est bien possible que la guerre ne soit plus très loin, avec son cortège d’exactions sanglantes, mais il se trouvera bien ici d’éternels égarés pour considérer que face au type d’attaque auquel nos pays ont désormais à faire face, toute riposte est illégitime et qu’il vaut donc infiniment mieux continuer à collaborer : mieux vaut subir un totalitarisme abject dont on n’est pas responsable et, en s’y pliant, le pérenniser, que devenir soi-même un peu violent en y résistant. Si on avait continué de collaborer avec l’Allemagne nazie, il n’y aurait pas eu le terrible bombardement de Dresde, ni Hiroshima. Ce sont des horreurs dont les salauds que nous sommes demeureront responsables ! Bref, on est dans la logique complètement pervertie d’un monde à l’envers. Notre mauvaise conscience pathologique est telle désormais que ce qu’on peu souhaiter de mieux, c’est qu’on nous extermine de toute urgence. Viva la muerte !


  • LE CHAT LE CHAT 2 mars 14:27

    je suis d’accord avec Tall , ça ressemble à la montée de Macron , le pion du NWO

    médiatique , hystérique et manipulateur , tout y est !

    la mondialisation à marche forcée nous est promise !


  • kako 2 mars 14:52

    AgoraVox serait-il devenu le site anti Macron de référence ? Tous les jours sur cinq articles mis en avant, il y en a trois anti Macron ... ! Çà m’interpelle, car jusque là, j’ai toujours pensé, que c’était un espace de libre discussion et non de propagande.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 mars 15:01

      @kako

      j’ai cru remarquer qu’un bon paquet d’articles concernait Fillon et qu’ils n’étaient pas particulièrement tendres !

      Par contre, sur Mélenchon et MLP, pas grand chose !

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 mars 15:02

      @Jeussey de Sourcesûre

      en tous cas, cet article ne visait pas Macron, mais tous les candidats pro-UE

    • LE CHAT LE CHAT 2 mars 15:10

      @Jeussey de Sourcesûre

      Cabanel nous en pond un presque quotidiennement pour dézinguer Marine !

      des article à la gloire de Méluche il y en a aussi pas mal

      et il y aussi plein d’articles sur Asselineau pour lequel Agoravox est le site de référence ! smiley

      en revanche sont disparus les socialos , personne pour glorifier Hamon

      disparu aussi le Modem , il n’y a plus de fans ici non plus ( Taverne , Imhotep ils sont où ils sont où ) , Bayrou était vraiment seul !


    • Christian Labrune Christian Labrune 2 mars 16:14

      @Jeussey de Sourcesûre
      Est-ce à dire que toute ressemblance avec la candidate de la famille Le Pen, qu’on ne saurait assurément croire favorable à l’UE, serait totalement exclue ?
      Je remarque effectivement que beaucoup auront été suspectés de tendances fascisantes, même l’insignifiante baudruche Macron, mais pas la Walkyrie du FN. Dans une autre intervention je disais que c’était le monde renversé. Ben oui, c’est exactement ça.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 mars 16:52

      @Christian Labrune

      il semblerait que la walkirie que vous évoquez ait quelques soucis avec son immunité parlementaire qui vient d’être levée pour publication de photos de DAESH : elle pourra bientôt figurer dans le crépuscule des dieux !

      ça lui fait une deuxième gamelle après le détournement de fonds, et ça va certainement s’accélérer


      il est vrai que jusqu’ici, la maison Le Pen and C° était utilisée comme l’épouvantail évoquant les « zeuléplusombredenotristoire », mais il semblerait que les marionnettistes aient soudain envie de renouveler les scénarios et proposer à un public avide de sensations des scènes plus actuelles, plus modernes en quelque sorte

      la nouvelle mode, c’est kalachnikov à tous les épisodes : on flingue et on affiche les scores, 

    • Christian Labrune Christian Labrune 2 mars 23:28

      @Jeussey de Sourcesûre
      Il reste que le FN est un parti authentiquement fasciste, créé par des nostalgiques de la collaboration. Les Le Pen, quel que soit leur âge ou leur sexe, ressemblent plus à Adolf Hitler que la baudruche Macron, la grosse chancelière ou même le fromage élyséen. Vous parvenez, avec votre article, à faire que la plupart des lecteurs regardent le doigt qui montre le nazisme, et que la plupart soient incapables de voir ce qu’il en reste dans le monde tel qu’il est. Le doigt, il faut bien le dire, présente un peu les caractéristiques topologiques de l’involution, et ne pointe au fond que sur lui-même. Ou sur toutes choses si on préfère, mais ce qui est partout n’est un peu nulle part. Vous devez donc être un de ces amateurs heideggeriens des Holzwege.


    • jadevo 2 mars 23:40

      @Christian Labrune

      Il serait utile pour commencer distinguer fascisme et nazisme. L’antisémitisme n’a pas une place aussi importante dans le fascisme qui n’a jamais planifié l’extermination des juifs d’Europe.

      Cette nuance étant posée, je me permets de vous faire remarquer qu’un homme politique de premier plan qui vous a inspiré (voir votre historique) une certaine indulgence est en train de se comporter depuis hier exactement à la manière des fascistes. Exactement.

      Je ne le vois évidemment pas comme un nazi.


    • Christian Labrune Christian Labrune 3 mars 10:45

      Je ne le vois évidemment pas comme un nazi.
      @jadevo
      C’est bien ce qui fait que je n’ai pas répondu à un certain nombre de vos assertions d’hier qui, s’inspirant du récit de Jeussey, nous présentaient la manifestation prévue au Trocadéro comme l’irrésistible ascension d’un nouveau Führer. Si l’association Europe-Israël, dont je suis membre depuis des années, appellait à un rassemblement fascisant, ce serait vraiment bizarre !

      Il y a un an, j’avais écrit à un ami qu’il serait hors de question que je votasse pour un Juppé ou un Fillon. On avait vu Fillon à l’oeuvre, ça n’était pas glorieux.
      Son bouquin« Vaincre le totalitarisme islamique », en comparaison des positions d’un Juppé qui avait fait accrocher la légion d’honneur au pourpoint d’un Oubrou, Frère musulman notoire et antisémite, m’avait paru quelque chose de positif qu’il fallait prendre en compte, et j’avais donc voté deux fois pour Fillon aux récentes élections. Mais j’avais écrit quand même à ce copain que si le candidat ne précisait pas ses positions sur la Russie alliée de l’Iran, je préfèrerais m’abstenir aux présidentielles. Qu’il faille renouer avec la Russie et cesser de lui chercher des poux dans la tête en toute circonstance, c’est un fait, mais il y a l’Iran et le Hezbollah. S’il y a un nazisme dans le monde d’aujourd’hui, c’est là qu’il se trouve. Or, Fillon est soutenu par un président du Sénat dont j’avais entendu un certain nombre de déclarations tout à fait confuses et inconsistantes après son voyage en Israël. Ca n’était pas très engageant.

      L’affaire Fillon, disait dimanche passé Finkielkraut, « ça n’est pas très reluisant ». C’est bien le moins qu’on puisse dire, et une si énorme tartufferie me dégoûte singulièrement. J’ai développé ce point à la suite du récent article de Gruni, et je ne vais pas me répéter.
      Je n’irai pas au Trocadéro, et si, comme il semble, Fillon est obligé de se retirer pour laisser la place au maire de Bordeaux, je ne voterai pas aux présidentielles.

      Fillon n’a évidemment rien d’un fasciste. Il ressemble, malgré les airs qu’il a voulu se donner, à la plupart de nos politicards qui se battent pour le bout de gras. Cela se fait, au Sénat et à l’Assemblée, d’engraisser ses proches - et soi-même par la même occasion - en leur attribuant des fonctions purement imaginaires. Si ça se fait, pourquoi être soi-même plus royaliste que le roi ? Cela dit, il devient particulièrement malséant en pareille circonstance et quand on en est là, de s’identifier à un De Gaulle qui, selon une légende jamais démentie, n’aurait pour rien au monde affranchi sa correspondance privée avec les timbres du bureau présidentiel.

      Il reste que les socialistes ont évidemment profité de l’occasion pour l’abattre, avec la complicité empressée de la magistrature. Le député socialiste qui est chargé des questions au gouvernement avait proposé ses bons offices au Qatar : il pouvait bloquer toute question embarrassante devant l’assemblée, « mais il n’avait pas à le faire gratuitement » (cité dans « Nos très chers émirs »). A la concussion s’ajoute ici l’intelligence avec une puissance objectivement ennemie. C’est très grave. La justice s’est-elle saisie de l’affaire ? je n’en ai pas l’impression.

      Etant donné le danger que représente la montée en France d’un FN fabriqué de toutes pièces par l’homme à la francisque au milieu des années 80, la RAISON D’ETAT eût imposé aux socialistes d’étouffer dans l’oeuf l’affaire Fillon dans la mesure où sa candidature était la seule qui pût durablement ratatiner le parti d’extrême droite. La plupart des Français qui votent pour le parti Le Pen -parti authentiquement fasciste- ne sont pas eux-mêmes des nostalgiques du nazisme. ce sont des crétins incultes et dépourvus de clairvoyance. Un certain nombre de leurs exigences sont tout à fait légitimes et la politique simplement conservatrice dessinée par un Fillon aurait pu les réconcilier durablement avec la République.

      Voilà où j’en suis. La France est vraiment au plus bas, et tout cela est bien inquiétant. Mais je le redis encore une fois : ce qu’on peut voir en France et en Europe actuellement, contrairement à la thèse de Jeussey, ce n’est pas le nazisme, c’est la COLLABORATION avec un totalitarisme islamique dernier avatar du nazisme. La nuance est des plus essentielles.


    • jadevo 3 mars 13:11

      @Christian Labrune

      Voter pour un homme politique sur la base d’un bouquin écrit par ses assistants… puis venir donner des leçons de lucidité.... c’est désarmant. Ces gens sont des menteurs et les mots qu’ils les disent ou les couchent sur le papier ne les engagent pas. On peut dans une certaine mesure croire en la sincérité d’un Macron : il se dit social-libéral et propose un programme social-libéral dans la continuité de Blair ou Schröder. On peut ne pas apprécier ce programme, estimer qu’il est dangereux mais on ne peut pas dire que son auteur prend les électeurs en traître…

      Alors que Fillon… S’il est UN homme politique, depuis 30 ans, qui s’est fait une spécialité du louvoiement, des coups de couteau dans le dos et de la veste biface, c’est bien lui. Je ne sais pas pourquoi on a attendu une sale histoire, celle de sa TPE familiale quand même bien médiocre, pour souligner la profonde malhonnêteté de cet individu. La plus grande de ses malhonnêtetés n’a-t-elle pas été le Traité de Lisbonne ? Il peut bien parler de « coup d’état des juges », maintenant.

      Je maintiens et je pèse très soigneusement mes mots que la manifestation annoncée dimanche au Trocédaro est non seulement l’œuvre de factieux de la pire espèce, mais qu’il s’agit d’une manifestation fasciste, organisée par des fascistes désespérés de voir que leur Bonaparte à la petite semaine va sombrer. Même pas des fascistes mous ou des ersatz de fascistes, non de bons vieux fascistes à l’ancienne.

      Vous êtes de la mouvance Europe-Israël/Dreuz ? Une petite question : que pensez-vous des articles du dénommé Gomez, ce nostalgique de l’OAS ? Quand on adhère à une association il est bon de prendre quelques heures pour lire sa prose.

      Fillon n’a rien d’un nazi mais ne pas être nazi ne donne pas un brevet de moralité ni même de non-fascisme. Il a tout du proto-fasciste. Appeler au plébiscite, à une légitimité que lui donnerait la rue, avant l’élection, bientôt peut-être contre l’élection qui sait ?, contre les pouvoir constitués, etc., c’est bien du proto-fascisme. Vous aurez noté que plusieurs de ses soutiens qui n’en sont plus ont claqué la porte en faisant référence aux années 30, et je ne crois pas qu’ils pensaient au Front populaire.

      Le fascisme n’accède en général pas au pouvoir par les urnes ni par les armes mais par le biais d’une coalition avec un ou plusieurs partis conservateurs radicalisés. Fillon est très précisément ce conservateur radicalisé pour lequel les voix n’a pas plus d’odeur que l’argent et je ne dis rien de son électorat. Une alliance avec Marine Le Pen est peu probable mais un échec de celle-ci permettrait que se mette en place une recomposition qui verrait une alliance entre les vrais fascistes du FN (la tendance Maréchal-Le Pen) et la frange radicalisée des Républicains, celle qu’incarne Fillon.

      Fillon n’est sans doute pas Mussolini, il n’a pas le courage pour cela même si c’est un mot dont il se gargarise mais il est peut-être celui qui pourrait consentir.

      Je ne suis vraiment pas un admirateur de Juppé mais je vois que vous êtes de ceux qui ont eu tellement d’ « Ali Juppé » comme si, c’est bien connu, Juppé était l’otage de je ne sais quel imam et n’était que cela. Il faut arrêter tout de suite de croire que la réalité se réduit à vos petites préoccupations. Pour ma part quand je vois Juppé je ne pense pas « islam », je pense « plan Juppé ».


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 mars 15:49

    Le Modem a déteint et aucune lessiveuse ne peut lui rendre son éclat orange aussi beau que les maillots de l’équipe de foot de Hollande (le pays). Du coup, Bayrou a été dissout dans du maqueron super détergent et il a fondu !


    Pour Hamon, c’est autre chose : il a un haleine tellement pestilentielle que même ses copains de récré ne veulent plus jouer avec lui et préfèrent aussi le maqueron super détergent qui sent la rose. Du coup, il n’ouvre plus la bouche de peur de chasser Cambadélis et Vallaud-Belkacem alors, forcément, on ne l’entend plus. Mais en fait, le projet c’est de nettoyer le PS rose avec du maqueron super-détergent pour qu’il devienne plus blanc que blanc.

    La politique, c’est pas plus compliqué que la lessive : il faut choisir les bons produits et les bonnes marques. 

  • Hervé Hum Hervé Hum 2 mars 22:42

    le titre était alléchant, mais finalement, sans saveur.

    Un article de plus insipide qui laisse à penser à la grenouille que, finalement, elle n’a pas d’autre choix que de se laisser cuire.

    Juste une chose, personne ne demande du travail pour travailler !

    Les gens demandent du travail pour faire bouillir sa marmite avec quelque chose à manger dedans.

    Désolé de vous le dire, mais à vous lire, vous êtes une de ces grenouilles qui croit avoir sauté de la marmite, mais qui en fait, n’a fait que sauter dans une autre. Le fait qu’elle soit plus tiède ne change rien à l’affaire. En fait, sautant d’une marmite à une autre, vous continuez à chauffer et au bout d’un moment, ben, vous serez incapable de continuer à sauter et serez cuite pareil que si vous étiez resté dans la même.

    Maintenant, si je vous dis comment éviter de sauter d’une marmite à l’autre, c’est à dire, d’en sortir, pas sûr que vous vous préfériez cela, m’est avis que vous préfèrerez rester dans la marmite encore tiède, espérant sans cesse que la prochaine sera encore tiède. A ma connaissance, la majorité des gens préfèrent se laisser cuire à feu doux ou comme vous, se donner l’illusion d’en être sorti, mais surtout pas d’en sortir.

    M"enfin, comment peut on encore se prêter au jeu politique alors que ce sont tous des marionnettes uniquement là pour vous distraire et vous faire oublier que vous êtes toujours dans une marmite ?

    Pour terminer, la liberté exige une grande discipline intérieure, la servitude un minimum et l’esclavage aucune, car la discipline est imposée de l’extérieur.

    Autrement dit, tant que les gens ont besoin de la crainte du bâton du gendarme pour se discipliner, ben, ils resteront soit des serviteurs, soit des esclaves, mais refuseront toujours la liberté. Et c’est bien pour cela que tout est fait pour infantiliser les gens avec des jeux pour débiles profonds et dans le même temps, maintenir une société dans l’esprit de l’état d’urgence permanent.

    L’état d’urgence permanent, cher Jeussey, n’est pas que celui de la guerre militaire, mais aussi celui de la guerre économique, qui rend nécessaire les chefs économiques, ces mêmes kleptocrates. Quand l’un faiblit (économique ou nationalisme), on active l’autre, les grenouilles sautant de l’une à l’autre marmite.

    Autrement dit, si vous êtes de ceux qui militez pour sortir de l’UE pour revenir aux frontières nationales, ben, vous ne faites que prouver sauter d’une marmite pour une autre. Et ce sont les mêmes qui cuisinent et mangent les grenouilles. C’est à dire, que Soros et Trump, partagent le même repas, mais chacun fait bouillir une marmite différente, l’important étant que les grenouilles ne s’échappent pas, mais passent d’une marmite à l’autre et continuent de cuirent !


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 3 mars 07:36

      Eh bien d^tes-le ou taisez-vous @Hervé Hum

      Et vous, vous militez pour quoi ?

      Je n’ai jamais préconisé de sauter dans une autre marmite, mais seulement alerté sur le fait que, dès lors que l’on se trouve dans une marmite, par choix ou par obligatio, il faut veiller à ce que personne n’allume un feu dessous.Le choix n’est pas entre Trump et Soros, la peste ou le choléra,

      Vous écrivez :

      « si je vous dis comment éviter de sauter d’une marmite à l’autre, c’est à dire, d’en sortir, pas sûr que vous vous préfériez cela »

      Eh bien dîtes-le et gardez vos leçons et votre ironie pour vous ou ceux qui apprécient (s’il y en a).

    • Hervé Hum Hervé Hum 3 mars 11:14

      @Jeussey de Sourcesûre

      Eh bien dîtes-le et gardez vos leçons et votre ironie pour vous ou ceux qui apprécient (s’il y en a).

      J’ai écris 14 articles en parlant soit directement, soit indirectement et le nombre de personne ayant percuté se comptent sur les doigts d’une main.

      Je vais vous le résumer en une seul mot... Responsabilité ! Avec comme définition, la capacité de répondre de ses droits ET devoirs envers autrui. Les droits ne posent pas de problèmes, ce sont les devoirs qui en posent ! C’est qu’on peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière de manière honnête. Enfin, si, on peut, à la condition d’être déjà malhonnête !

      Sinon, comment expliquez vous qu’ayant conscience d’être face à un cirque ou spectacle de marionnettes où tous les candidats sans exception en font partie, vous continuez à faire comme s’il s’agissait pas d’un spectacle et donc, de croire que ces marionnettes n’en sont pas ?

      Un enfant de trois ans, voir 6 ans, d’accord, mais un adulte ?

      Pour finir, vous n’avez pas répondu au fait que vouloir revenir aux frontières nationales, consiste à sauter d’une marmite à une autre.

      Pour finir par une ironie, dont vous êtes l’auteur involontaire, dites moi donc à quoi sert une marmite pour cuisiner sans y mettre le feu en dessous ou si vous préférez, croyez vous que vous en sortirez une soupe ou une crudité ?


Réagir