mercredi 19 octobre 2016 - par Verdi

La justice a-t-elle peur de Sarkozy ?

En attente du renvoi en audience correctionnelle de Sarkozy, qui a triché en 2012 (et peut-être en 2007), en dépensant 50 millions d’euros, soit plus du double du plafond autorisé, le doute, sur la volonté des juges de le juger rapidement, s’installe. Les magistrats ont-ils peur de Sarkozy ? 

S’il n’est pas jugé avant l’élection présidentielle, ce qui serait particulièrement mal perçu, et entacherait inévitablement la crédibilité de la consultation nationale majeure de la France, le seul moyen d’empêcher la victoire de Sarkozy est de lui barrer la route à la primaire de la droite, les 20 et 27 novembre prochains.

Oui, il ne faut pas craindre de dire, de crier « Tout sauf Sarkozy ». Oui, même au prix de l’élection, à la primaire de la droite, de Juppé, le chiraquien, qui ne brille pourtant pas par son programme, social notamment. De deux maux, il faut choisir le moindre. Sarkozy ne veut être élu que pour sauver sa peau. Juppé veut prendre sa revanche sur un destin prématurément contrarié. Sa chance d’y parvenir réside apparemment dans ce scrutin paradoxal où les voix de gauche pèseront peut-être autant, sinon davantage, que les voix de droite !

Inconcevable que Sarkozy puisse encore se présenter

Allons-nous assister, participer pour certains, à la plus scandaleuse des élections présidentielles ? Comment, une nation prétentieusement démocratique, qui se targue d’avoir apporté au monde l’éclairage humaniste du siècle des Lumières, peut-elle accepter qu’un tricheur, - dont la tricherie, à l’élection présidentielle de 2012, et probablement à celle de 2007, a été démontrée et fait l’objet de poursuites judiciaires -, puisse à nouveau se présenter aux suffrages des Français ?

Non seulement, celui-ci est rejeté par 80% d’entre eux, mais il l’est dans sa propre famille politique : du centre (UDI, Modem), en passant par la droite modérée (gaullistes), à la droite souverainiste (UPR, Debout la France). Il ne reste à Sarkozy qu’un quarteron d’agités, pour la plupart fous furieux du sort judiciaire qui se profile pour leur géant timonier sur talonnettes.

Sur le fond, il paraît inconcevable que le droit français ne prévoit pas l’interdiction systématique de se présenter à tout candidat ne montrant pas les garanties de probité et d’intégrité absolues. Compte-tenu de l’importance majeure que représente, pour le pays, la désignation de celui qui devra présider à ses destinées, la notion même de probité et d’intégrité ne peut souffrir d’aucun accommodement, en vertu d’une règle de droit qui trouve ici sa limite : la présomption d’innocence.

La vertu d’un homme politique ne se négocie pas

La vertu d’un homme politique ne se négocie pas quand le peuple lui délègue des pouvoirs immenses, dont celui de mettre en danger la vie de certains de ces compatriotes, en les envoyant sur le front de conflits, susceptibles de mettre en péril la sécurité du pays. Or, qu’a fait Sarkozy ?

Il y a de quoi être effaré de voir avec quelle légèreté, pour ne pas dire inconscience criminelle, le petit brigadier chef Sarkozy a envoyé des soldats français en Afghanistan, en Libye, en Côte-d’Ivoire. Des pays où la France n’avait absolument rien à faire. La déstabilisation qui a suivi, avec les conséquences dramatiques pour les Français, qui ont subi les attentats meurtriers - Charlie Hebdo, Le Bataclan, Nice - est directement imputable aux choix hasardeux de Sarkozy.

Les Français ne doivent pas non plus oublier qu’ils confient au président de la République le pouvoir de se servir de l’arme nucléaire. Imaginer donner à nouveau ce pouvoir à un homme perturbé est une perspective carrément terrifiante pour nombre de Français, demeurés sains d’esprit.

A défaut de pouvoir voter à gauche, l’alternative sera Juppé

A défaut de voir, pour l'instant, un candidat de gauche capable d’un coup de maître, en renversant la tendance droitière des intentions de vote en 2017, ce qu’espèrent les Insoumis de Mélenchon, les Français (qui iront voter), n’auront probablement pas d’autre choix que Le Pen et très certainement Juppé.

S’il est élu, le coup de barre à droite de Juppé ne sera, à l’évidence, pas une bonne chose pour ceux qui souffrent. Au moins, peut-on attendre du maire de Bordeaux, à qui l’on reconnaît une indéniable amplitude intellectuelle, qu’il ne bafoue pas la fonction présidentielle.

Au moins peut-on espérer qu’il renoue avec une certaine idée de la France, voulue par De Gaulle : indépendante et non alignée.

 

Verdi

Mercedi 19 octobre 2016

 



42 réactions


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 19 octobre 2016 17:16

    « Juppé veut prendre sa revanche sur un destin prématurément contrarié. »

    Son destin ? Il voulait être pape, en fait, alors de toute façon, ça va pas le faire !

    Et malgré vos injonctions paradoxales, je continuerai à voter pour une politique et non pour un homme. Les hommes sont versatiles, corruptibles et éphémères.

    Pour l’instant, je ne vois de programme convaincant. 


    • Verdi Verdi 19 octobre 2016 17:19

      @Jeussey de Sourcesûre

      Désolé, si vous avez perçu des injonctions, je ne fais que décrire une réalité : le seul moyen de se débarrasser du parasite, c’est, que cela plaise ou pas, Juppé. 

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 19 octobre 2016 17:40

      @Verdi

      Dire « il faut », brandir un oracle (en utilisant le futur), c’est de l’injonction :

      « Oui, il ne faut pas craindre de dire, de crier « Tout sauf Sarkozy ». ... les voix de gauche pèseront peut-être autant, sinon davantage, que les voix de droite ! »

      Jusqu’à maintenant, le « vote utile » consistait à brandir l’épouvantail FN pour faire élire un candidat du camp adverse de celui de l’électeur au second tour. Aujourd’hui, on reprend une tactique éculée en utilisant comme repoussoir un candidat du même camp que l’homme providentiel. La comédie politique devient tellement perverse que les mécanismes déclencheurs utilisés par les faiseurs d’opinions se limitent à des réflexes liés aux sentiments et aux affects. 
      Comme aux Etats-Unis, la campagne électorale va se réduire à des slogans démagogiques et à des attaques personnelles portants sur la santé ou la vie privée des gens quinze ans plus tôt. Très peu pour moi. Ça ne m’intéresse pas.

    • Verdi Verdi 19 octobre 2016 17:44

      @Jeussey de Sourcesûre

      Ce qui moi ne m’intéresse pas, c’est que la France ait un homme aussi dangereux que Sarkozy à sa tête. 

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 19 octobre 2016 17:51

      @Verdi


      Vous inquiétez pas !
      Il est grillé, le nain psychopathe.
      Il a trahi ou fait assassiner ses principaux sponsors !
      Ça s’appelle « se tirer une balle dans le pied » ou « jouer à court terme », et, comme l’a très pertinemment montré Fergus, Ducon et Durien sont un petit peu rancuniers.

    • Ouallonsnous ? 20 octobre 2016 20:00

      @Verdi

      Non Verdi, le moyen de se débarrasser des parasites tels Sarkozy ou Hollande est d’interdire aux gens de leur sorte de se présenter.

      La meilleure des solutions est évidemment de remplacer l’élection présidentielle à venir par la désignation d’une assemblée Constituante pour rebattre les cartes de notre république qui est bien mal en point après dix ans de gouvernement de fondés de pouvoirs de l’étranger UE/OTAN !


    • Verdi Verdi 20 octobre 2016 20:24

      @Ouallonsnous ?

      Je suis bien d’accord, mais qui, tant que les urnes n’ont pas rendu leur verdict, détient l’autorité pour interdire à Sarkozy et Hollande de se présenter ? La justice si elle intervient à temps pour Sarkozy, mais pour Hollande, personne ne peut l’empêcher de se présenter, sauf son parti... 
      Ce que vous préconisez, la désignation d’une constituante, est certainement souhaitable, encore faut-il, pour ceux dont c’est le projet, je pense en particulier à Mélenchon, qu’ils remportent l’élection présidentielle au préalable. 


    • pirate pirate 20 octobre 2016 22:52

      @Verdi
      Mélenchon est à la politique ce que le maraboutisme est au problème de coeur.


    • RIBES Gilbert 21 octobre 2016 11:16

      @Verdi

      Il existe un autre moyen : voter F.Fillon ou B.Le Maire,en espérant que votre voix leur permettra de devancer N.Sarkozy au 1er tour et A.Juppé au 2è tour.

      Car je rappelle-voir mon article récent sur « Les hauts faits d’Alain Juppé »-qu’A.Juppé a été condamné dans l’affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris,qu’il a été partie prenante dans les affaires des HLM de Paris et des lycées d’Ile de France et que lui-même et plusieurs membres de sa famille ont bénéficié de conditions de logement exorbitantes du droit commun.

      L’honnêteté,la probité et l’exemplarité des hommes d’Etat sont en effet des critères de choix essentiels. 

    • Traroth Traroth 21 octobre 2016 13:23

      @pirate
      Il suffirait qu’on vote pour lui pour qu’il soit élu...


    • Ouallonsnous ? 22 octobre 2016 10:59

      @Verdi

      Mais il y a tout à craindre qu’ une « gauche » déboussolée qui croit régner en maître par les médias nous organise une élection présidentielle qui faute d’avoir le courage de voir la nature du mécontentement populaire nous conduise à continuer la politique du pire dans laquelle ils ont mis le pays.

      Et c’est là que devrait se situer le changement de paradigme, il nous faudra franchir le pas d’empêcher les irresponsables et incompétents qui nous gouverne, de nous imposer leur politique à nouveau, car il ne faudra plus songer à une Constituante et remédier enfin au délabrement de notre état-nation.

      Autrement dit, il faudra passer outre l’autorité qui détient les urnes actuellement, à noter que le deal est justement de s’en débarrasser et de la remplacer par une autorité représentant le peuple et non l’oligarchie !


  • philippe baron-abrioux 19 octobre 2016 18:16

     
     Bonjour Verdi ,

    la présomption d’innocence ou le bénéfice du doute ?

    N.S, l’éternel victime d’un acharnement des juges (considérés un temps comme à la botte de la gauche ) et le même qui fustige les propos de Hollande sur la magistrature dans son dernier livre
     , il y aurait de quoi en faire une pièce de théâtre sauf que ça n’en est pas une et que d’une façon ou d’une autre c’est nous tous qui avons payé et payons encore pour ce spectacle grotesque des acteurs et qui devrait provoquer les sifflets des spectateurs .

     or , il n’en est rien et finalement tout cela est encore possible dans notre beau pays de France qui ,de monarchies en républiques, s’est toujours plus ou moins accommodé avec les turpitudes de ses représentants et a même organisé et inscrit dans la marbre de sa constitution l’immunité pour son chef suprême pendant toute la durée de son mandat .

     il est bien sûr que dès la fin de son mandat , l’ancien président , redevient un citoyen « normal » , (non zut , comprendre comme un autre , non zut, là aussi erreur puisqu’il bénéficie de services assez exceptionnels pour quelqu’un qui a échoué ) , il redevient donc un JUSTICIABLE lambda .

     OUI mais NON , il est un« justiciable particulier » du fait de son ancienne fonction .

     même si on ne peut manquer de sourire en entendant ce « justiciable particulier » affirmer avec un bel aplomb qu’il ignorait tout de tout et qu’il avait autre chose à faire que de s’occuper de ce qui pour lui n’était que contingences subalternes .

     deux figures de proue de notre république ; un président normal et le justiciable particulier .

     quelques rameurs derrière et sur les côtés qui nous proposent tous une croisière au pays de l’ignominie et du ridicule .

     aucun cartographe à l’horizon et au loin, le chant des sirènes d’un système économique devenu fou , qui déploie toutes ses ruses pour attirer les crédules que nous sommes devenus par lassitude et aussi par manque de vigilance vis à vis des charmeurs qui sévissent sur les ondes et les medias .

     primaires , primaires , oui aussi tous ces raisonnements qui désignent toujours les boucs émissaires ce qui nous évite d’exiger de nos gouvernants la probité et l’intégrité oubliées depuis bien longtemps .

     la justice a t elle peur de Sarkozy , ou d’elle même à qui on pourrait un jour demander des comptes sur ses lenteurs ou son peu d’empressement pour le moins ?

     et nous comment comprendre notre apathie , notre silence (que certains de nos enfants pourraient sans doute appeler complicité ) devant autant de mépris , et devant ce cirque grotesque qui risque par exaspération de dériver en violences civiles .

     il est temps de prendre conscience que tout se délite , que nos institutions sont « au bout du rouleau » , que l’air devient chaque jour plus irrespirable , que les segmentations sociales et professionnelles s’expriment partout, de jour comme de nuit , même au risque de sanctions lourdes , preuves s’il en est que l’ensemble de notre société ,même si elle a peur , n’est plus très loin de franchir des limites dangereuses et de façon de plus en plus imprévisible .

     il faut que cette épisode de notre vie politique cesse rapidement , d’une façon ou d’une autre et qu’un peu de clarté soit apportée dans le comportement de tous ceux qui briguent nos suffrages , faute de quoi ils recevront des crachats (et ils en méritent parfois ) .

     qu’ils aient enfin le courage indispensable , qu’ils retrouvent un peu de dignité : ils déshonorent et pénalisent gravement la France et son peuple qui méritent mieux .

     bonne fin de journée à tous !

     P.B.A

     

     

     

     


    • Verdi Verdi 19 octobre 2016 18:43

      @philippe baron-abrioux

      Bonsoir philippe baron-abrioux,

      De votre intervention, qui résume parfaitement le ressenti de nombreux Français, je retiens également ceci, qui est tout aussi inquiétant : 
      « la justice a t elle peur de Sarkozy , ou d’elle même à qui on pourrait un jour demander des comptes sur ses lenteurs ou son peu d’empressement pour le moins ? » 
      On peut effectivement se poser la question. 

      C’est ce qui m’a poussé à écrire cet article. Car, face à cette lenteur, le citoyen, justiciable lambda, qui lui, est prié de se présenter sans attendre à l’audience qui le concerne, doit éprouver plus qu’un sentiment désagréable, un sentiment de révolte. Deux poids, deux mesures. Une justice des riches, une justice des pauvres... 

      J’espère que les juges, chargés du dossier Bygmalion, comprendront que cette affaire dépasse largement le cadre strictement judiciaire, qu’il s’agit là d’équité et de morale.

    • Fergus Fergus 20 octobre 2016 11:42

      Bonjour, Verdi

      Je pense que les juges ont mis le dossier de Sarkozy en sommeil en attendant les résultats de la primaire afin de ne pas donner l’impression d’interférer dans un processus démocratique. En agissant de cette manière, ils se fient évidemment aux sondages et escomptent une défaite de Sarkozy face à Juppé. Si tel est le cas, ils pourront renvoyer Sarkozy en correctionnelle après la primaire sans avoir couru le risque d’être accusés de manipulation du scrutin.

      Le problème est qu’en agissant ainsi, ils courent un énorme risque : celui de voir Sarkozy gagner la primaire et se trouver, de ce fait, encore moins en situation d’être renvoyé en correctionnelle à quelques mois d’un scrutin présidentiel pour lequel il aurait été officiellement désigné par son camp.

      Compte tenu de la personnalité des deux juges, on aurait pu espérer un plus grand courage de la part de Tournaire et une plus grande probité de la part de Van Ruymbeke dont les réserves dans ce dossier tiennent beaucoup plus à une rivalité professionnelle interne qu’à un quelconque doute sur l’évidente responsabilité de Sarkozy dans le dossier Bygmalion.

      Ce faisant, la Justice ne se grandit pas ; elle aurait pourtant bien besoin de montrer qu’elle n’est pas à la botte des politiques comme le croient - non sans raisons - la plupart de nos compatriotes.


    • Verdi Verdi 20 octobre 2016 12:09

      @Fergus

      Bonjour Fergus,

      Comme je l’ai expliqué à un intervenant, les juges ont toute latitude pour accélérer la procédure ou la ralentir. Voilà pourquoi il est nécessaire de les interpeller. 

      Je pense que Tournaire et le parquet, qui à la charge de fixer la date et le lieu après réception de l’ordonnance de renvoi, ont envie d’en découdre. 

      Dans ce contexte, je pense que la pression médiatique ne peut que mettre fortement en exergue l’anomalie que représente cette situation d’attente, alors que le justiciable lambda ne bénéficie pas de toutes ces considérations extra-judiciaires et est bien contraint, lui, de se plier à la loi.

      En termes de morale et d’image d’impartialité de la justice, l’effet de cette interminable attente est désastreux. Les juges ne peuvent pas l’ignorer. 

  • Jeekes Jeekes 19 octobre 2016 18:37

    « La justice a-t-elle peur de Sarkozy ? »Enfin, la « justice » je sais pas, mais les juges de toute évidence ! 

  • titi 19 octobre 2016 19:28

    @Verdi

    La justice n’a pas peur de Sarkozy...

    Si je résume : Sarkozy a dépensé 50 millions dans sa campagne et a perdu.
    Hollande a dépensé 17 millions en faisant peu ou prou autant de meetings, en collant autant d’affiches et lui a obtenu un résultat.

    Admettre que les comptes de Sarkozy ne sont pas sincères, c’est admettre que ceux de Hollande ne le sont pas non plus.


  • ENZOLIGARK 20 octobre 2016 06:57

    « Je veux un vrai $tatut fi$cal et $ocial pour la Corse » [ Narkozy ] ( corsematin . com - politique - du 19/10/2016 ) ... ; ... ( presque )  : « Je veux un vrai $tatut judiciaire et immunutaire pour les parlementaires de la Versaillerie RPRUMP$ frOncaise » . ... AhAhAhAhAh ... . ... liberte EGALITE fraternite ... qui disent en coeur , la - bas chez les gOOOlois ... . ... Et pour la Bretagne , le pays Basque .... y veut quoi cette ordure toujours en liberte  ? ! . ... АФФ ИСС ...


  • fred.foyn 20 octobre 2016 07:37
    La justice a-t-elle peur de Sarkozy ?...elle est au service des puissants depuis toujours !..justice sélective pour frapper les faibles et couvrir les riches !..c’est pourtant facile de s’en rendre compte ?

  • lloreen 20 octobre 2016 10:43

    Les juges n’ ont pas peur de Sarkozy ni d’ aucun PDG de corporation gouvernementale . Ils sont installés dans le même système qu’ eux et ils appliquent le droit maritime (celui des corporations et du monde des affaires). Dans la mesure où les politiciens ont des avocats qui maîtrisent ce code commercial (CCU-code commercial uniforme) et que eux même en contrôlent le fonctionnement comment voulez-vous qu’ ils se condamnent eux-mêmes ?


  • lloreen 20 octobre 2016 11:00

    Vous ne semblez pas comprendre que ce sont les corporations gouvernementales (entreprises régies selon le code commercial uniforme) qui sont à la tête des territoires nationaux partout où il y a des républiques qui sont autant d’ entreprises gouvernementales et non pas(plus) des états de droit.
    La « république française » est une ENTREPRISE (gouvernementale).Et comme telle, elle est enregistrée auprès de la SEC américaine (security & exchange commission).C’ est clairement vérifiable pour peu que l’ on veuille bien s’ en donner les moyens.

    UPIK® Record - L LRegistered company nameREPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE
    Non-registered name or business unit
    LD-U-N-S© Number542472212 LRegistered address55 R DU FAUBOURG SAINT HONORE LPost code75008 LCityPARIS
    CountryFrance WCountry code241
    Post office box number

    Post office box town
    LTelephone number142928100
    Fax number

    Name primary executive
    WActivity (SIC)9199
    UPIK est clairement défini :
    UPIK®-Search

    Access information about 263.953.492 companies worldwide – instantly and cost-free. Thanks to the D&B D-U-N-S® Number, all companies are clearly identified and associated data are correctly classified.

    "Access information about 263.953.492 companies worldwide« 

    Il est bien question de COMPAGNIES et non pas d’ états de droit.

    Ces compagnies COMMERCIALES sont régies par le code commercial et un état de droit est régi par le DROIT CONSTITUTIONNEL.

    Par conséquent tous les présidents de républiques (française ou européenne) ne sont rien d’ autres que des CEO (chief executive operator) comme les désigne le vocabulaire anglo-saxon c’ est à dire des PDG.Ils appliquent les décisions d’ autant de CA (conseils d’ administration) ce qui se vérifie clairement pour autant aussi que l’ on veuille bien s’ en donner la peine.

    Cela se voit dans les informations concernant le traité transatlantique qui est un accord COMMERCIAL et non pas un accord INTERNATIONAL (entre nations représentées par un gouvernement élu par les citoyens du pays concerné).
    En délivrant des papiers d’ identité (d’ apparence officielle), ces corporations ne font en fait qu’ établir un contrat commercial entre » vous" (votre nom) ce qui fait que vous vous soumettez (par ignorance) à leurs conditions qui sont totalement contraires à votre intérêt. Toutes ces sociétés commerciales (entreprises gouvernementales) sont sous le contrôle de la City de Londres qui n’ est rien d’ autre qu’ un état indépendant (association commerciale) qui a imposé son système financier à 80% des territoires occidentaux.


  • Laulau Laulau 20 octobre 2016 11:01

    Au moins peut-on espérer qu’il renoue avec une certaine idée de la France, voulue par De Gaulle : indépendante et non alignée.

    Non on ne peut pas l’espérer ! Pour s’en convaincre il suffit d’entendre les positions de Juppé sur la Russie, la Syrie et l’Ukraine.


  • lloreen 20 octobre 2016 11:09

    « Au moins peut-on espérer ».
    Vous semblez familier avec l’ adage « l’ espoir fait vivre ».
    Mais dans quelles conditions....pour la majeure partie des individus. Cela tient plus de la survie que de la vie.


  • lloreen 20 octobre 2016 11:15

    D’ ailleurs Sarkozy est (a été) un avocat d’ affaires. Il est donc un expert du droit commercial uniforme !Comme tous les « grands décideurs ». De même que madame Lagarde à la tête du FMI, l’ organe des banquiers d’ affaires...Il n’ y a qu’ à voir la façon dont elle a traité l’ affaire Tapie : l’ arbitrage avant l’ heure du traité transatlantlique, c’ est à dire la justice des copains et des coquins...


  • lloreen 20 octobre 2016 11:21

    Eric Fiorile, le porte parole du conseil national de transition de France décrit bien le fonctionnement des présidents de république. Ce sont clairement des chefs de clans dont les intérêts divergent mais qui sont les piliers du système qu’ ils utilisent toujours à leur plus grand avantage au détriment de la majorité des gens qui ne sont utilisés que comme masse salariale ou chair à canon.
    https://www.youtube.com/watch?v=jE5GjlRGto8

    Le conseil national de transition de France a été crée le 18 juin 2015 pour créer un rassemblement national permettant de créer une France de la transition.

    http://www.conseilnational.fr/index.php?lang=fr


  • ZenZoe ZenZoe 20 octobre 2016 11:35

    Vous posez une bonne question l’auteur.
    Personnellement, je crois que les magistrats se méfient du retour de bâton de Sarkozy s’il est élu. Sarkozy, ancien avocat, a en effet un réseau assez conséquent et influent, tous demandeurs de meilleurs postes et soucieux de ne pas se retrouver mutés loin de tout. Parce que l’indépendance de la justice, c’est vrai sur la papier, mais pas dans la vraie vie.


  • Pyrathome Pyrathome 20 octobre 2016 13:55

    Les magistrats ont-ils peur de Sarkozy ?
    .
    Bonjour Verdi,
    En posant cette question, vous posez le véritable problème ;
    Il se pourrait bien que certaines « courroies de transmission » de la magistrature soient bien « graissées » ( pour patiner ?....), il ne peut pas en être autrement....
    Si la peur s’est instigué chez certains, c’est qu’il est évident que ces gens ont quelque chose à se reprocher dont Bismuth ( et d’autres..) en connaîssent parfaitement la teneur ( et pour cause...)
    Quand Hollande parle d’une lâcheté ( comprendre Lâche-acheté ? ) chez certains magistrats, c’est probablement une accusation à mots couverts.......
    Mais où était-il donc pendant 5 ans ???? Qu’a t-il fait ???
    Qu’en déduire ?
    Qu’il fait parti du panier de crabe aussi....


    • Verdi Verdi 20 octobre 2016 14:09

      @Pyrathome

      Bonjour Pyrathome,

      « Mais où était-il donc pendant 5 ans ???? Qu’a t-il fait ??? »

      Vous posez aussi la bonne question pour Hollande.

  • goc goc 20 octobre 2016 14:21

    @ l’auteur
    Bonjour Verdi

    Sur le fond, il paraît inconcevable que le droit français ne prévoit pas l’interdiction systématique de se présenter à tout candidat ne montrant pas les garanties de probité et d’intégrité absolues.

    d’un coté on ne peut que vous donner raison, et d’un autre coté, c’est aussi important de garder le principe de la présomption d’innocence.

    Ce principe est l’un de ceux qui définissent le prix à payer pour une vraie démocratie.

    doit-on condamner quelqu’un parce qu’il nous semble être malhonnête, ou doit-on laisser libre un escroc au seul motif qu’on n’a pas pu prouver qu’il est coupable.

    le choix est simple : que faire si demain au lieu du nain, c’est vous-même qui êtes concerné, si on vous met en prison sur la simple idée que vous ne semblez pas bien « clair »

    Pour moi, la démocratie, oui mais pour tout le monde et en payant le prix


    • Verdi Verdi 20 octobre 2016 14:47

      @goc

      Bonjour goc,

      Dans mon esprit, il n’est bien entendu pas question de supprimer la présomption d’innocence dans son principe général. Il est cependant nécessaire d’éviter que certains justiciables se retranchent derrière ce principe, dans un cas bien précis : celui des élections, de l’élection présidentielle surtout. C’est ce que je viens d’expliquer dans l’article : Changer les règles de l’élection présidentielle pour élire un homme à la hauteur de la fonction.

    • goc goc 20 octobre 2016 15:08

      @Verdi
      Alors là, je suis à 100% d’accord avec vous, il faut changer les règles du jeu

      d’accord pour le comité des sages, même si pour ma part, j’interdirais aussi les maires des communes de plus de 10 000h (imaginez la Lozère avec ses 77000 h, on peut être sur que le maire de Mende sera élu)
      100% d’accord pour un contrôle du président par le comité OU par le peuple, même si cela demande à bien préciser les points qui devront être pris en compte pour la destitution du Président (remarquez, c’est facile, il suffit de prendre l’exemple du nabot, et on a une liste exhaustive de ce qu’il ne faut pas faire)

      le point qui manque dans votre article c’est celui du financement de la campagne, perso, je verrais bien un espèce de tronc commun, ou tous les partis politiques en fonction de leur importance, ainsi que les candidats libres et l’État, mettraient des tunes, et on partagerait à part égale une somme fixe entre chacun des candidats retenus


    • lloreen 20 octobre 2016 16:15

      @Verdi

      Vouloir changer les règles de l’ élection présidentielles se limite à changer les têtes au sein du même jeu et à garder un système en place qui mécontente 63 % d’ abstentionnistes parce qu’ il a clairement fait son temps.
      Elire un homme...quel programme !N’ avez-vous toujours pas compris que ce n’ est pas la solution mais le problème ?


    • Verdi Verdi 20 octobre 2016 17:01

      @lloreen

      Vous avez très mal lu mon papier. Il ne s’agit pas seulement de changer la tête. S’il faut faire avec les institutions existantes, il est nécessaire, dans un premier temps, d’en finir avec les règles qui désignent la tête. Changer la tête de la façon dont je le conçois, c’est bien évidemment, dans la foulée, changer le reste, tout le reste : suppression du bicamérisme, réduction drastique des dépenses liées aux élus, réduction de moitié du nombre des députés, etc. J’ai déjà eu l’occasion, ici, d’exposer ceci. Lisez, mais lisez bien dans le texte, et pas dans vos suppositions de texte... Merci ! 
      Je ne suis pas un chaud partisan de l’incarnation du pouvoir dans un seul homme : le chef de l’Etat. Malheureusement, la nature est ainsi faite que les êtres humains ont majoritairement besoin d’être guidés, organisés, faute de quoi c’est l’anarchie. 

    • lloreen 22 octobre 2016 15:24

      @Verdi
      Je n’ ai fait que lire votre réponse en gras à goc et y répondre.
      Guider et être guidé n’ est pas le problème en soi, ni l’ organisation. Mais il n’ y a aucune raison valable pour que ceux qui guideraient, organiseraient ou créeraient se placent au-dessus des autres.
      Il existe une déviance chez certains qui cherchent absolument à régner, décider, diriger les autres et vouloir être payés des ponts d’ or pour se démarquer des autres. A ce que je sache il n’ existe nulle part dans la nature ce travers typiquement pathologique.

      Quant aux institutions, elles sont ce qu’ elles sont et beaucoup dans le monde ont envié la France pour ses avancées et sa déclaration des droits de l’ homme d’ ailleurs reprise aussi par les Nations-Unies dans son préambule.
      Le service public à la française a souvent été cité en exemple et l’ histoire est ainsi faite que quand la majorité se défausse sur quelques-uns ou laisse quelques-uns décider en son nom, cela se passe toujours mal à un moment ou à un autre.

      Il existe depuis le 18 juin 2015 un conseil national de transition qui oeuvre justement dans le but de changer profondément la situation.
      Il n’ est sans doute pas inintéressant d’ en lire les propositions.
      http://www.conseilnational.fr/index.php?lang=fr


  • gaston gaston 20 octobre 2016 18:39

    Je ne pense pas que la justice ai peur de sarkonzy , il a tellement salit la justice que cette dernière n’a surement pas envie de lui faire de cadeaux , mais chaque fois que la justice le met justement en examen pour l’un ou l’autre de ses méfaits , il y a toute une partie ( une partie seulement ) de ses « amis » qui crient au complot politique de l’élysée !
    Donc les juges hésitent à faire leur travail et traine les pieds , éspéront seulement que quand sarkozy sera définitivement mis dehors de la vie politique ce qui devrait arriver dans pas longtemps , la justice fera enfin son travail dans des délais corrects comme elle le fait pour n’importe quel citoyens !


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 21 octobre 2016 12:01

    Un ex ambassadeur du Qatar a dit que les politiciens français sont les plus faciles à acheter .. !

    Théoriquement un tel propos devrait déclencher une réaction des services l’état français(douane, justice, budget ( trésor public ) mais rien, que dis-je... ! Les services de l’état français regardent ailleurs.

    La corruption est à tous les étages, quant aux lâchetés c’est le sport national (Justice, E.N, Police, Impôts...etc...). 

     


    • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 21 octobre 2016 12:05

      Quant aux bouffons qui surréagissent aux propos de H, franchement c’est des connards de première.

      H est un malin qui se la joue fine et un brin provocateur. .......
       


  • fcpgismo fcpgismo 22 octobre 2016 12:18

    Tout sauf sarkoracaille, oui mais indépendante et non alignée faut pas trop rêver


Réagir