lundi 12 décembre 2016 - par ddacoudre

La Macromania

Le meeting de Macron fut un réel succès et il n'y a pas lieu de le lui contester face à un PS bien timoré avec plus de 2000 participants dans le cadre de la « Belle alliance populaire » de Cambadelis. Pour ceux qui l'ignorent la « Belle alliance populaire » est la rupture du PS et du PC consommée par rapport à leurs accords historiques. Leurs relations avaient pris l'eau avec la création du Front de Gauche, lui-même décédé en 2016, et étaient essentiellement "d'entraides locales", je vais le dire comme cela. Ceci qui fait comprendre les atermoiements et l'hésitation du PC pour décider s'il devait aller au primaire, décider d'un candidat ou soutenir le candidat de La France insoumise. Face à ces méandres politiques, qu'il faut le reconnaître, s'enroulent et se déroulent au rythme des envergures carriéristes des uns et des autres sur fond de remaniements et d'alternances qui perpétuent une même ligne politique censée apporter du travail à tous depuis trente ans. Chacun affirmant de bonne fois y parvenir en faisant la même chose que l'autre sous un label différant, avec en promo quelques actions sociales ou quelques promesses de laver plus blancs que les autres. Ils échouent les uns après les autres, car ils ne sont jamais en rupture avec l'organisation capitaliste. Celle qui fait que quoi que nous fassions notre activité sera comptabilisée par un système comptable fait pour permettre à un individu ou des individus propriétaires d'un moyen de production de s'enrichir. Etre propriétaire d'un moyen de production n'est pas un péché, n'est pas une forfaiture, c'est seulement rester propriétaire de son travail. Sauf qu'à travers cette démocratisation républicaine de la propriété s'est développé un « corporatisme » (bourgeoisie) libéral qui a perpétué dans la continuité de l’ancien régime la méthode d'exploitation en vigueur de l'emploi de ceux qui n'avaient que leurs bras à louer. D'abord, contre un casse croute et un logement pour leurs servitudes, avant que la loi ne leur reconnaisse le droit à un salaire avec le développement de l'industrialisation. Nous savons donc tous, que tout ce qui concourt à la réalisation d'un produit ou d'un service représente le coût de production et la comptabilisation consiste à le vendre avec une marge pour retirer son revenu individuel. C'est le principe de base de toutes les organisations entrepreneuriales à but lucratif ou non, excepté pour le budget de l'état et l'économie familiale.

La duperie.

Aujourd'hui plus grand monde sait faire la différence entre les trois. De fait la confusion règne et elle est même volontairement entre tenu pour faire croire que celle de l'état ou de l'entreprise c'est comme l'économie familiale. Nous avons donc eu un premier ministre Fillon qui disait l'état est en faillite puisque sa dette dépasse celle admise pour l'économie familiale ou d'entreprise. Il a réitéré cela plus discrètement dans le débat des primaires. Cette volonté d'assimiler l'état à une entreprise et l'entreprise à un budget familial consiste, non plus à faire dépendre les décisions politiques économiques du pouvoir du peuple, mais de soumettre les choix du peuple à celui de la monnaie disponible. Chacun trouvant normal que vivant avec un revenu limité il ne puisse pas faire plus que ses disponibilités financières à moins de s'endetter ou d’épargner. C’est la reconnaissance d’une normalisation économique capitaliste qui n'est pas faite pour prendre en compte l'intérêt collectif que ne peut connaitre le citoyen lambda qui fait métro boulot dodo et dont l'existence dépend de celui qui lui verse un revenu. Ainsi petit à petit la gouvernance a glissé du pouvoir du peuple à ceux qui détiennent la richesse. Ce fut explicitement dit par François Fillon, l'emploi dépend des riches. L'on ne peut pas lui reprocher d'être hypocrite. Nous écoutons donc toujours des débats qui se soldent par combien vont couter vos mesures, d'où allez-vous retirer les fonds nécessaires. Ce sont les questions qu'adore poser François Lenglet. Il atteste par là de la dépendance du pouvoir face à la disponibilité financière. D'une autre manière cela revient à dire je ne peux avoir des projets que si j'ai la monnaie nécessaire pour les réaliser. Ce qui est le cas de tout citoyen dans le cadre de l'économie familiale et l'on se sert de ce constat irréductible pour faire reporter aux citoyens la même analyse en ce qui concerne le fonctionnement de l'état ou l'entreprise. C’est d'autant plus aisé que les citoyens dans leur ensemble ignorent les différences qui existent entre ces trois types d'économie. 

La souricière.

Ainsi, nous comptons ce que nous pouvons faire avec la monnaie qui circule, mais jamais ce que nous nous privons de faire parce que nous ne voulons pas comptabiliser et financer nos besoins de manière différente. A titre d'exemple : le réseau routier secondaire et des voies nationales ne sont plus adaptées à la sécurité et la performance des véhicules. Qui empêche le peuple souverain de décider d'un projet économique de réfection du réseau routier, ou de toutes autres choses, fournissant ainsi de l'emploi, donc d'un revenu sans entrer dans la discussion du système d'exploitation capitaliste ou des matières premières disponibles. Rien, si ce n'est la disponibilité financière qui ne dépend pas du peuple, mais de quelques particuliers. Je vais le formuler de la sorte : les citoyens ne veulent pas fournir la monnaie nécessaire par les prélèvements et les collectivités ne veulent pas s'endetter au-delà d'un seuil, car ce sont les citoyens qui devront régler l'addition. Cela s'appelle une souricière.

Et dieu créa l’homme.

Si le monde n'avait dû n'exister qu'avec cette approche, l’homme n'aurait jamais vu le jour, car l'argent n'est pas une création minière ni agricole. Il faut conclure rapidement de ces quelques lignes que s'il est utile de normaliser, de compter, ce n'est pas pour nous empêcher de vivre, mais pour mieux vivre. C'est cela que nous sommes en train d'inverser. Macron en est l'exemple type. Qu'il soit candidat et ait eu l'habileté de tirer profit de cette pétaudière qu'est devenu le PS, après avoir contribué à l'enfoncer en participant à l'idéologie entrepreneuriale et non libérale ou capitaliste si on le préfère. C'est tout à fait louable. Il est jeune, compétant, belle gueule, ambitieux, il régénère la génération de politiciens et est comme les autres en droit de croire en ce qu'il défend. Mais si la monnaie avait été primordiale dieu aurait commencé par la créer pour que l’homme vive.

Le fromage est servi.

Allons donc comprendre pourquoi, du jour au lendemain celui qui, avec Valls, a contribué à l'échec de ce gouvernement dans son ambition de redresser la France et de résorber le chômage, (60% d'opposé à son action ministérielle) devient la coqueluche. Il est perçu comme un homme dynamique, moderne, courageux, sympathique, déterminé et porteur d'idées nouvelles. Je crois que je ne dois pas lire le même programme que les citoyens ou alors ils ne le lisent pas. Si je dois le résumer en une phrase c'est la France à deux vitesses une qui bénéficie de la solidarité minimale de l'état et celle qui pourra avec l'employeur négocier ses conditions d'existences. Il appelle donc révolution le "redécoupage" du fromage qu'il reste aux salariés lorsque le capitalisme s'est servi.

Retour à 1791.

Pour parler de quelque chose que je connais je vais prendre la mesure qui consiste à revisiter les allocations chômages. Quand l'UNEDIC fut créé il y avait 300 000 chômeurs et Pompidou disait qu'avec les fonds prélevés la pérennité du système était assurée. Le système dans son esprit était fait pour qu'un salarié qui perdait son emploi puisse disposer d'une ressource de manière à pouvoir continuer de vivre sans devoir réduire "drastiquement" son train de vie sur une durée suffisamment longue, afin qu'il puisse rechercher un emploi correspondant à ses qualifications sans être soumis à la pression du marché du travail. Cela a volé en éclat, puisque tous les projets de la droite visent à réduire les prestations et à forcer l'emploi. Cela avec l'aval d'une majorité des citoyens corrompus par les médias et leur égoïsme (ça m'a plu d'écrire cela), car sans cela ils n'oseraient pas de telles propositions. Si bien que les seuls remparts contre la réduction des prestations étaient la position ferme des syndicats. Nous connaissons ceux que sont devenus les syndicats dans l'opinion, des défenseurs de corporations pour justifier leurs évictions (comme du temps de Chapelier, Le décret d'Allarde, 2 et 7 mars 1791, supprime toutes les corporations de métiers de l'Ancien Régime qui s'y opposaient, ce qu'il préconise donc de faire disparaitre). Macron propose de faire disparaitre, comme Fillon, les réformes de l'ancien régime, pas celui de la monarchie, mais celui du conseil national de la résistance à qui nous devons l'essentiel du modèle social. Au motif qu'il est devenu trop cher par rapport aux disponibilités financières que veulent bien nous céder les capitalistes, sous réserve de pouvoir les récupérer sous forme d'intérêts. C'est un peu compliqué, mais en quel que mots c'est là, sa Révolution. C'est cette révolution qu'adulent ceux qui trouvent, sous tous les critères du personnage que j'ai décrit plus haut à son honneur, la France en marche vers le progrès.

L’esprit républicain du peuple dissous.

Il se pose comme l'homme du travail. Tous les salariés qui, depuis l'industrialisation, se sont battus, ont lutté pour réduire le temps de travail doivent se retourner dans leurs tombes. Je ne fais pas dans le pathos en écrivant cela, mais seulement toucher du doigt que ceux qui disposent du pouvoir, d'être le peuple, sont devenus de lamentables serviles, de la graine d'esclaves qui attendent des « riches » (pouvoir financier) leurs pitances. Depuis trente ans ils votent bon gré mal gré pour des politiques qui les aliènent à un discours comptable dont ils ne seront pas les privilégiés parce que le système n'est pas fait pour les salariés. Il n'est pas fait pour ceux qui n'ont que leurs bras ou leur cerveau comme seule richesse à vendre, alors qu'avant c'était à louer. Leur rêve de vivre mieux en travaillant moins s'inverse parce qu'ils ne sont pas capables de prendre des décisions d'envergures, d'avoir des projets économiques pour le pays autres que ceux que leur dicte le patronat. En filigrane si l'on dissèque bien les propositions économiques et sociales de la droite y compris Macron, (je ne comprends pas pourquoi on le situe à gauche) nous retrouvons les revendications du patronat et que je sache, il n'a jamais été socialiste. Le patronat à raison, il n'œuvre pas dans l'intérêt des citoyens ou du peuple ou du pays ou de la France. Ils y contribuent parce qu'un pouvoir politique les y soumet. Si c'était l'inverse il n'y aurait pas tant de niches et d'exonérations fiscales, d'évasion du même nom, de délocalisations, ils ne chercheraient pas à imposer leur gouvernance même quand elle a une belle gueule. L’évasion fiscale « coûte » 134 € mensuel aux citoyens qui ne sont attentifs qu’aux 6,95 € des abus du régime d’assurance maladie.

Au crédit de Maron l’on peut mettre la formation professionnelle tout au long de l’existence. J’aurais préféré l’éducation permanente qui n’a pas qu’une fonction utilitaire, cela leur aurait permis de faire la différence entre les trois types d’économie et de ne pas se faire duper.

Condorcet proposait d'introduire une éducation permanente " pour lutter en permanence contre les ignorances, les préjugés, les superstitions qui sont des menaces toujours naissantes pour l'esprit républicain du peuple ".



18 réactions


  • Harry Stotte Harry Stotte 12 décembre 2016 11:22

    « Condorcet proposait d’introduire une éducation permanente »



    Il fallait du génie pour anticiper, au XVIIIe siècle, la nécessité du formatage politiquement correct, à reprendre de zéro avec chaque individu en passe d’accéder à la citoyenneté.

  • Etbendidon 12 décembre 2016 11:54

    bonjour mon dédé
    Quelle tartine, il est un peu lourd ton article mon dd
    Il est jeune, compétant, belle gueule, ambitieux, il régénère la génération de politiciens et est comme les autres en droit de croire en ce qu’il défend.
    Beau comme un Macron qu’on dit dans les campagnes
    Et pi y avait 15000 personnes à son meetingue
    j’en ai meme vu qui étaient à genoux les mains jointes !
     smiley
    Et pi hier dimanche sur la UNE (y en a qu’une) à 19h00 il y avait MACRON encore
    C FOU tout cet engouement ?
    Madame Irma m’a dit que Macron c’était l’antéchrist qui enfin arrivait sur terre
    Ah ben mairde alors
     smiley


    • ddacoudre ddacoudre 12 décembre 2016 15:57

      @Etbendidon
      bonjour à force d’être simple les citoyens se font rouler en pensant qu’ils disposeront du savoir en quelques secondes d’écoute médiatique
      https://www.youtube.com/watch?v=yUMGHeLoLbA
      cordialement.


    • BOBW BOBW 13 décembre 2016 10:26

      @Etbendidon :  smiley La photo de ce hurleur délirant fait plutôt penser « al Duce » : « Popolo ignorante » !...


    • baldis30 14 décembre 2016 08:39

      @Etbendidon

      eh oui il est beau ... il est beau c’est une grande qualité

      Mais cette beauté relève-t-elle de Praxitèle ou de Jacques Brel ?

      Une qualité ou une calamité


  • Fergus Fergus 12 décembre 2016 13:24

    Bonjour, ddacoudre

    Le succès de Macron n’a rien de surprenant. Il tient à mon avis à quatre facteurs :

    1) La défiance et le rejet qu’inspirent respectivement les grands partis LR et PS, proches parents d’une pensée unique qui n’a, jusque-là, pas porté ses fruits aux yeux du peuple français.

    2) Le positionnement « ni de gauche, ni de droite » de Macron qui autorise les Français, sinon à entrevoir, du moins à espérer une autre manière de conduire la politique du pays.

    3) Le fait qu’une grande partie de l’électorat du centre au sens large est aujourd’hui orpheline de candidat. A cet égard, et compte tenu du rejet du PS et des inquiétudes que fait naître le projet de Fillon, Macron dispose là d’une marge de progression évidente.

    4) L’image jeune, moderne et dynamique d’un Macron - jugé « séduisant » par de nombreux électeurs (notamment électrices !) et observateurs - qui offre une rupture avec les politiciens de la vieille garde comme Fillon ou avec les chiens de quartier comme Valls.

    Je ne sais pas ce qu’il va advenir de la candidature de Macron, mais rien ne démontre qu’elle va faire flop dans les mois à venir. C’est même l’amorce d’une dynamique en sa faveur qui semble se mettre en place. Et si cela se confirme, ça risque de rebattre toutes les cartes pour 2017.


    • ddacoudre ddacoudre 12 décembre 2016 15:59

      @Fergus
      bonjour je suis assez d’accord avec ton point de vue, l’aspect séduction risque de l’emporter sur le fond désastreux.
      cordialement.


    • wesson wesson 13 décembre 2016 01:04

      @Fergus
      Il y a dans Macron tout ce que on a pu voir dans Monti : Jeune, belle gueule, nouvelle tête, et même politique. Résultat : Monti contraint de quitter la scène piteusement après un référendum imperdable, mais perdu !


      C’est ce qui arrivera à Macron, même si je commence à me faire à l’idée que effectivement il aura un bon score. Ce ne sera pas suffisant (surtout si un authentique centriste se lance), mais bon quand même 

      Pour l’instant, on le voit démarrer sa campagne avec une salle de 15.000 personnes, et un show qui a du coûter au bas mot 300.000 €. On sent de suite que le financement de sa campagne ne vas pas trop poser de problème.

      Toutefois, le véritable problème de Macron, c’est qu’il ne sait pas se tenir en public. dès qu’il sort quelque part, ça termine en vrille. On a eu l’épisode du costard. Et pour son dernier meeting, la fin vaut le coup d’être regardée : on spécule sur la drogue qu’il a dû prendre ...

      Au final, on a quand même un jeune très ambitieux, très richement doté, mais qui n’est pas à l’abris du pétage de plomb intégral.



    • Fergus Fergus 13 décembre 2016 09:37

      Bonjour, wesson

      Je n’ai pas de certitudes sur Macron, et une chose est sûre, du fait de son positionnement libéral qui en fait un héritier des gouvernants que nous avons subi depuis des décennies, il n’est en aucun cas une bonne solution pour notre pays à mes yeux.

      Simplement, je mets en garde les intervenants, très nombreux sur ce site, qui l’enterrent déjà. Or, en l’état de l’opinion publique et compte tenu de l’absence d’offre alternative au centre, rien ne dit que sa candidature fera pschitt.

      « surtout si un authentique centriste se lance »

      Qui ? Mis à part Bayrou, je ne vois pas qui pourrait prendre le risque d’une gamelle dans un marais où Macro a de facto réussi la 1ere partie de son OPA. Et même Bayrou risque de faire un score encore en baisse par rapport à ses précédentes candidatures.

      En réalité, et comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, l’intérêt bien compris de ces deux-là devraient logiquement les amener à signer un pacte, l’un visant la présidence, et l’autre Matignon ou un grand ministère d’Etat. A eux deux, ils totalisent environ 20 % dans les sondages. C’est seulement à 2 ou 3 points de Le Pen !

      Cela dit, je ne crois pas beaucoup à une telle éventualité, Bayrou - victime de son ego - visant le califat.

      A suivre...


    • wesson wesson 13 décembre 2016 11:57

      @Fergus
      Ah Fergus, comme j’aimerai vous dire que vous avez tort ... Oui Macron est un libéral dont la mesure phare (transfert d’une part des charges sociales sur la CSG) faisait partie du programme de Le Pen en 2007 et 2012, a été passée par Hollande et sa clique pour être finalement retoquée par le conseil constitutionnel parce que elle ne s’appliquait que au SMIG. C’est dire si on est dans les (((nouveautés))) (((de gauche))).


      Mais il faut se rendre à l’évidence : Macron a trouvé un public qui va probablement voter pour lui. 

      Sur le centre effectivement, vous avez aussi raison il n’y a plus grand monde de crédible. En fait, c’est un constat que l’on peut faire pour tous les grands parti : Les prétendants naturels ont tous été évincés : Hollande, Sarkozy, Juppé, Duflot. On voit bien que le rejet de ces élites est transpartisan. 

      La vie politique en France est sclérosée. Les députés d’aujourd’hui on un age moyen supérieur de 20 ans que les députés dans les années 90. ça veut dire qu’il n’y a eu aucun renouvellement. Dans ce constat les mêmes idées mais présentées par un jeune que l’on a vu nulle part peuvent effectivement séduire.

      Quoiqu’il en soit, Macron reste quand même très inexpérimenté politiquement (faut il rappeler qu’il n’as jamais été élu). Pour le poste auquel il prétends cela représente un danger. Espérons que les Français auront un peu plus de sagesse que les Américains dans leurs choix électoraux.


  • JL JL 12 décembre 2016 14:45

    Bonjour DD,

     
     ’’Fillon qui disait l’état est en faillite puisque sa dette dépasse celle admise pour l’économie familiale ou d’entreprise.’’
     
     Le problème n’est pas la dette - bien des ménages sont endettés à hauteur de 12 mois de revenus - mais le fait que l’Etat recourt pour l’alimenter à un crédit revolving : cette dette n’a pas vocation à être remboursée ! 
     


    • ddacoudre ddacoudre 12 décembre 2016 16:02

      @JL
      bonjour quand effectivement l’on ne peu envisager le remboursement d’une dette ou simplement ne jamais l’arrêter c’est l’équivalent de retrouver le droit d’émettre de la monnaie.
      alors je ne vois pas pourquoi ce serait inflationniste que l’état émette de la monnaie et anti inflationniste qu’il s’endette à vitae æternam.
      cordialement.


  • egos 12 décembre 2016 17:45

    Bsr 


    « tous les projets de la droite visent à réduire les prestations et à forcer l’emploi » 

    Cette profession de foi pourrait englober les intentions affichées de Valls, Macron, Fillon et la majorité des candidats RI éjectés lors des primaires.

    Dans les faits, il s’agit de favoriser l’exploitation des salariés : suppression du code du travail, priorités ux contrats d’entreprise ce qui signifie en clair faculté de porter la durée hebdomadaire du travail à 48 voire plus, disparition du smic, éradication des régimes assurrantiels, fiscalité accrue en direction des classes laborieuses.

    Macron propose de faire table rase du contrat social et de réduire la fiscalité à une flat taxe (CSG majorée de l’ordre de 8 à 10 % ?) là ou Fillon, (le fourbe) de manière plus insidieuse, planifie le relèvement de la tva de 2 points et l’amputation de l’assurance maladie.

    Le pire du pire dans l’ignominie, issue de la nursery PS Hollande, est celle affichée par Macron, 

    enfant naturel de Margareth Thatcher et de Damon Salvatore.


    • ddacoudre ddacoudre 12 décembre 2016 19:26

      @egos
      bonjour bien sur que j’inclus dans la droite Macron et vals, le PS depuis 1990 est devenu officiellement de droite car il ne lutte plus contre le capitalisme. je ne comprend toujours pas pourquoi l’opinion publique continue de le situer à gauche. le socialisme c’est la lutte contre l’exploitation de l’homme par l’homme, la spécialité du capitalisme. quand l’on cesse de croire en cela l’on n’est plus socialiste.
      cordialement.


  • Victor 12 décembre 2016 20:36

    Macron a juste fait du grand guignol
    D’ailleurs des gens à coté de lui était même gênés, ne sachant s’il fallait rigoler où pas devant son emphase surjouée.
    Mais y a 3 autres guignols qui sont allés aux frais du contribuables à la frontière turco-syrienne crâner devant les caméras.
    Pays juste ridicule et décadent.


    • ddacoudre ddacoudre 13 décembre 2016 08:49

      @Victor
      bonjour les candidats en publics jouent tous, nous savons depuis longtemps que la présence de tiers ou de caméras favorise ou amplifie le comportement de séduction.
      cordialement.


  • JL JL 13 décembre 2016 10:08

     

     Emmanuel Macron est à Nicolas Sarkozy ce que le docteur Jekyl est à mister Hyde.

Réagir