vendredi 10 juin 2016 - par Aimé FAY

La mondialisation financière (3/3)

Cette mondialisation peut se définir comme étant le "phénomène d'internationalisation des marchés de capitaux" (1) qui consacre, en permanence et en premier lieu, la mobilité planétaire de leur matière première : l'actif monétaire ou financier dématérialisé.

Adam Smith (1723-1790) écrivait en 1776 : "le capital… cherche naturellement l'emploi le plus avantageux." (2). À son époque, les capitaux (3) monétaires − c'est-à-dire des kilos d'or ou d'argent massifs − désertaient un endroit pour aller dans un autre, plus profitable. Pas facile en termes de transport ! Mais c'était déjà un besoin pour leurs possesseurs, capitalistes.

La fin de l'étalon or, en 1934 − commencé en 1717 −, puis la fin de l'étalon de change or, le 15 août 1971 − commencé avec les accords de Bretton Woods, en 1944 − et l'avènement des changes flottants qui en a découlé… ont signé les débuts embryonnaires de la mondialisation financière moderne, rapidement nommée : globalisation financière.

La guerre froide et l'informatisation naissance des banques occidentales avaient déjà permis, dès le milieu des années 1950, avec l'eurodollar (4), les premiers galops d'essai de la finance mondialisée, in vivo, sur de gros volumes. Les flux étaient originaires des États-Unis et leur destination, l'Europe.

Le phénomène s'est ensuite accéléré, dans les années 1980, 1990 et 2000 avec : la libéralisation des marchés des capitaux, leur décloisonnement et leur dérégulation ; la digitalisation des titres monétaires et financiers ; la fin de la guerre froide avec la disparition du bloc soviétique et donc de l'ouverture sur le monde de toutes les économies (les anciennes comme les nouvelles, anciennement communistes) aux marchés, à la finance directe, aux fonds de pensions… et autres fonds souverains. Mais aussi sous l'impulsion de l'innovation financière (produits dérivés, structurés, titritisés, etc.) où c'est l'informaticien qui crée les produits (en fait des algorithmes) que le banquier doit vendre après les avoir recouverts d'un bel emballage marketing.

Enfin, l'avènement de l'économie numérique avec le spectaculaire développement des technologies de l'information et de la communication (TIC), notamment via Internet, a permis une quasi-instantanéité des mises en relation des acteurs (investisseurs, spéculateurs… banques en tout genre, notamment celles centrales.), se jouant des frontières du temps et de l'espace. Adam Smith en resterait coi, lui qui voyait les capitaux se déplacer, à cheval, de la campagne vers la ville, pour y trouver une meilleure rentabilité !

Les actifs monétaires et financiers voyagent désormais à la vitesse de la lumière. Et, s'ils permettent − comme le prétendent de nombreux éminents économistes − une "meilleure" allocation des ressources monétaires et financières, on ne peut nier qu'ils peuvent, parfois, confondre vitesse et précipitation. En effet, il est tellement devenu facile d'investir, en un seul clic, des millions de dollars sur telle ou telle Bourse, de tel ou tel pays, qu'il est tout aussi facile de faire l'inverse d'un seul petit clic… pour envoyer ses millions à l'autre bout de la planète, toute réflexion faite !

Cela étant, les bienfaits de la mondialisation financière ne pas sont en causes. Ils existent ! Peu de pays se plaignent quand des capitaux étrangers viennent chez eux pour s'investir dans une entreprise où les fonds domestiques ne veulent pas aller, créer ex nihilo un parc d'attractions… ou financer la dette publique du pays en souscrivant à l'émission obligataire du gouvernement. C'est plutôt quand les capitaux quittent le pays, pour une raison ou une autre, que les cris d'orfraie se font entendre contre la mondialisation financière.

Non ! Ce que l'on reproche à cette mondialisation, au-delà de sa complexité, de son manque de transparence et de contrôles, c'est de faciliter, notamment :

- la spéculation financière ;

- la propagation d'une crise locale, financière ou de liquidité, en crise internationale à cause de l'effet systémique lié à l'interdépendance des marchés de capitaux et des banques de financement & d'investissement ;

- l'évasion fiscale… grâce aux nombreuses filiales que toutes les grandes banques ont, légalement, dans tous les paradis fiscaux ;

- la circulation de l'argent sale ;

- l'acquisition de biens mal acquis, financés par la prédation sans vergogne de tous les dictateurs sur les caisses de leur pays, généralement pauvre ;

- …

- mais aussi, d'accroître le fossé des inégalités entre les pays qui disposent d'infrastructures adéquates, nécessaires aux autoroutes de l'information, indispensables aux TIC, et ceux qui n'en disposent pas.

Cette mondialisation est particulière et la révolution numérique va encore l'accroître.

La banque est cœur du "phénomène d'internationalisation des marchés de capitaux". Son système d'information traite tous les flux de la mondialisation financière. Ils entrent et sortent de comptes bancaires pour rentrer dans d'autres ici ou là-bas, à l'autre bout du globe, en quelques secondes ! Il appartient donc aux autorités compétentes, généralement réunies au G7/G8 ou au G20, ou sous l'égide du Fonds monétaire international et de la Banque des règlements internationaux, de contrôler et de réguler cette mondialisation afin d'en garder la maîtrise !

1. La crise en quelques mots, du début du 19ème siècle à nos jours, p. 215 (Dictionnaire de 200 mots relatifs aux crises, y compris celle des subprimes… et celle de la Grèce. Éditions L'Harmattan, Paris, 2015).

2. Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, Livre I, Chap. 10, p. 137, lignes 28-30.

3. Voir : Le capital en quelques mots, de Platon à nos jours (Dictionnaire de 200 mots relatifs au capital et à toutes ses épithètes. Éditions L'Harmattan, Paris, 2015).

4. Terme aujourd'hui tombé en désuétude. L'eurodollar désignait, jusqu'à la fin des années 1970, tout dollar américain inscrit sur un compte tenu par une banque installée en dehors des États-Unis.

 

Crédit photo : pinterest.com



3 réactions


  • kader kader 10 juin 2016 12:24

    La mondialisation nous a été imposée. Comme dogme, idéologie ineluctable et évidente.

    La mondialisation c’est la loi du plus fort ; les américains (et uniquement eux) ont l’argent, les chinois ont la main d’oeuvre quasi gratuite.

    La mondialisation a ramener tous les travailleurs des pays « developpés » a des standards sociaux du 15e siecle (loi Macron El Komri)

    La mondialisation c’est le libre acces au paradis fiscaux pour tous les groupes geants.

    Et chaque centimes qui manque dans les caisses de l’état sera payés par les peuples.

    Et comme disait Alain Madelin les marches se regulent tous seuls.. elle est bien bonne celle la. Les financiers ne voudrait pas de loi ?

    Et puis ca nous repete un peu ce qu’on entend à la télé cet article.. Et je pense que la plupart d’entre nous avons déjà la télé.

    Je suis toujours septique quand on parle finance, marchés financiers et qu’on ne site pas
    Vanguard Group. FMR, State Street et Blackrock. Les 4 plus puissants groupes du monde qui sont les uns propriétaires des autres. C’est à dire parfaitement anonyme, et qui de fait forment un seul et mème groupe financier.

    Mais ces 4 groupes sont actionnaires principaux de la Fed, Monsanto, Apple, Google, Microsoft, IBM, Exxon, Mac Donald’s, Pepsico, Mondelez International (n*1 de l’agroalimentaire mondial), Paramount, Goldman Sachs, Bank of New York Mellon, City Group, Jp Morgan Chase, Honda, US Bancorp, Philip Morris, Imperial Tobaco, Bank of America (Et les banques Américains possèdent elles mêmes des centaines de sociétés.)

    Actionnaires aussi de : Nasdaq, Facebook, Altice (Patrick Drahi), Yahoo, Wells Fargo, Deutche Bank, Banque Lazard, Morgan Stanley, HSBC, Lockheed Martin,Alcoa Inc. Altria Group, AT&T, Boeing, Washington Post, The New York Time, E bay, Amazone, Caterpillar, Coca- Cola, Pepsi co, General Electric,  Rolls Royce, Trip Advisor, Unilever, Nestlé, Siemens, Allianz, General Motors, Ford, Renault, Daimler, Chrysler, Fiat, Bmw, V A G, Harley Davinson, Halliburton, Hewlett-Packard, BASF, Intel, Motorola, Nokia, Cisco, Xerox, 3M, Johnson & Johnson, Novatis, Merck & Co, Pfizer, Bayer, Roche, Teva, Sanofi, Procter & Gamble, Time Warner, Walt Disney, Viacom, CBS Corporation, NBC Universal,Samsung, Mitsubishi, LG, Vivendi, Nestle,Total, BP, Publicis, AirBus Eads, Axa, Bnp Paribas, Illiad, Havas, etc, et de la plupart des sociétés européennes cotés en bourse et des agences de notation. Il n’est pas possible de les dire toutes il y a en des milliers.

    Donc voila, parler des milieux financiers sans parler de cela me laisse un doute...

    Tiens la Commission européenne vient d’autorisé Général Electric a racheter Alsthom...

    Faites comme moi ... Tapez sur google actionnaire de ....
    D’après vous le TAFTA va arranger qui ?

    Je n’ai aucune compétence en finance économie.. Mais comme dirait Jésus :

    « Est ce que la finance a été crée pour servir l’homme, ou est ce que l’homme a été crée pour servir la finance »

    La finance c’est la mal bouffe les OGM le pillage des pays pauvres la fin de nos libertés la regression de nos acquis sociaux.

    Il faut le dire ca aussi.

    Oui cet article est critique mais il semble qu’une étrange mafia s’empare ainsi de la moitié de la planete et plus bientot...

    Pas pour nous rendre heureux... Pour faire de nous des employés style « mac do » ou amazone" et pour ne pas payer d’impots à nos pays.


  • Spartacus Spartacus 10 juin 2016 13:05

    Les reproches ?

    - la spéculation financière ?
    Spéculation vient du latin « spéculare » qui veut dire anticiper...Anticiper le développement d’un marché d’une industrie en quoi est ce choquant.
    Quand vous vous mariez, vous spéculez que la femme en face sera la bonne.

    - la propagation d’une crise locale, financière ou de liquidité, en crise internationale à cause de l’effet systémique lié à l’interdépendance des marchés de capitaux et des banques de financement & d’investissement ?
    Logique Keynésienne. La vraie erreur c’est d’avoir des gouvernements qui « sauvent les banques ». 

    l’évasion fiscale… grâce aux nombreuses filiales que toutes les grandes banques ont, légalement, dans tous les paradis fiscaux.
    Pour qu’il y aie évasion il faut une prison. 

    - la circulation de l’argent sale. 
    Le dernier scandale "Panama Paper a surtout montré que l’argent caché était le fait de politiciens plus que de sociétés. Comme quoi les idées préconçues.

    - l’acquisition de biens mal acquis, financés par la prédation sans vergogne de tous les dictateurs sur les caisses de leur pays, généralement pauvre.
    Pas besoin de mondialisation pour ça.

    - mais aussi, d’accroître le fossé des inégalités entre les pays qui disposent d’infrastructures adéquates, nécessaires aux autoroutes de l’information, indispensables aux TIC, et ceux qui n’en disposent pas.
    Faux argument. Bien au contraire, les autoroutes de l’information passent partout, contrairement aux autoroutes physiques....Dans toute l’Afrique il y a au moins 3 opérateurs Internet par pays. Même dans les villages reculés si vous voulez vous pouvez spéculer.

  • BA 10 juin 2016 16:09

    Une supernova est un événement cataclysmique signant la fin d’une étoile ; une supernova peut résulter de deux types d’événements très différents :

    • l’explosion thermonucléaire d’une naine blanche à la suite d’une accrétion de matière arrachée à une étoile voisine (voire une collision avec celle-ci) qui explose complètement (supernova dite thermonucléaire) ;

    • l’effondrement gravitationnel d’une étoile massive (supernova dite à effondrement de cœur).


    https://fr.wikipedia.org/wiki/Supernova


    En juin 2016, les économistes voient une bulle obligataire qui gonfle de plus en plus ; les économistes comparent cette bulle obligataire à un événement cataclysmique : une supernova.


    La bulle obligataire, c’est « une supernova qui va exploser un jour ».


    La bulle obligataire, c’est « une course folle vers l’inconnu ».


    Vendredi 10 juin 2016 :


    Le marché obligataire dans une course folle vers l’inconnu.


    Partout dans le monde, les taux d’emprunt sont au plus bas historique. Un phénomène inédit aux conséquences imprévisibles, qui trouve racine dans les politiques ultra-accommodantes des banques centrales et l’inquiétude des investisseurs avant le référendum sur le Brexit.

    Japon, Etats-Unis, Suisse, Grande-Bretagne, etc. Les rendements des obligations des grands pays riches sont presque tous au plus bas, battant des records tous les jours, sur le marché secondaire où les banques et les investisseurs s’échangent les titres déjà émis.

    Repoussant les limites, le rendement du Bund, c’est-à-dire les obligations allemandes arrivant à échéance dans dix ans, qui font référence sur le marché, pourrait même bientôt devenir... négatif.

    Son taux d’emprunt a atteint 0,020% vendredi matin. Il se situait encore au-dessus de 1% en 2014.

    "Le moment historique« où il atteindra zéro »ne semble plus être qu’une question de temps", selon les économistes de la banque allemande LBBW.

    Les investisseurs sont dans "une recherche de qualité", explique Gilles Moëc, chef économiste chez Bank of America-Merrill Lynch, qui qualifie ce réflexe de « phénomène assez courant ».

    Ils se réfugient sur le marché de la dette souveraine, considéré comme un havre de paix, faisant grimper la demande et donc les prix, ce qui se traduit mécaniquement par une baisse des taux.

    Le cap du taux négatif à 10 ans ayant déjà été franchi par le Japon (- 0,155%) et la Suisse (- 0,459 %).

    Un cas contraire à toute logique financière, puisque lorsqu’ils achètent une obligation assortie d’un taux négatif, les investisseurs s’engagent à verser une somme d’argent à l’emprunteur s’ils conservent le titre à échéance.

    Au total, plus de 10 000 milliards de dollars de dette souveraine mondiale ont été négociés à des taux négatifs à fin mai, selon l’agence d’évaluation financière Fitch.

    Mais surtout, c’est une entrée en terre inconnue. Bill Gross, le "tsar des obligations" du fonds d’investissements Janus Capital, qui a fait en son temps les beaux jours du géant Pimco, met en garde contre cette « supernova qui va exploser un jour ».


    http://www.romandie.com/news/Le-marche-obligataire-dans-une-course-folle-vers-linconnu_RP/710847.rom




Réagir