samedi 22 octobre 2016 - par ddacoudre

La police dans la rue

Il est amusant de constater que personne ne dit la rue n’a pas à dicter sa loi. C’est juste une observation en passant, car il m’avait semblé entendre cela lors des manifestations syndicales de salariés, et le président n’avait pas cru bon recevoir les représentants.

Le scénario politico médiatique.

Nous sommes repartis pour le même scénario politico médiatique qui s’aggrave. Quand des forces de police manifestent ce n’est pas insignifiant en démocratie. En démocratie elles ne sont pas seulement répressives, elles assistent aussi, et ne tirnte pas sur tout ce qui bouge dans le respect des droits de l’homme qui s’appliquent également aux malfrats aussi odieux soient leurs crimes. Nous ne sommes pas tout à fait en dictature encore, dans lesquelles les forces de polices comme la justice servent un tyran et donnent cours à nos rancœurs, notre vengeance et nos penchants sadiques et persécuteurs d’humains. Nous retrouvons cela chez tous ceux qui disposent d’un pouvoir, tyran, armée, police, groupes ethnique et idéologie dogmatique. En France une police des polices veille à cela. Aucun groupe structuré n’échappe à des dérives comportementales quelles qu’en soient les raisons. Il n’y a que notre sottise pour stigmatiser un groupe en particulier. Nous le faisons avec les hommes politiques ou d’autres (tous corrompus, ecclésiastiques tous pédophiles etc.), heureux d’avoir craché notre venin nous ne nous intéressons pas au fond. Celui-ci implique de fait notre organisation socio économique qui stimule notre psychique et dicte nos comportements. Une réflexion sur ce sujet n’intéresse pas des hommes politiques qui préfèrent en appeler à nos émotions, quitte à organiser manifestations et commémorations pour se purifier de ce dont ils sont coupables par le choix de leur politique que nous laissons faire. Il est souvent trop facile de se décharger sur eux quelque soit leurs tords.

Ceci précisé par clarté, ceux qui suivent l’évolution des forces des de sécurité savent qu’il y a un authentique malaise dans la gendarmerie et la police. Bien des femmes de gendarmes en ont témoigné ou certains d’entre eux discrètement, les syndicats de police sonnés l’alarme. Il convient de faire quelques rappels pour être bien compris.

Un malaise réel et connu.

Le gouvernement actuel tenu par les économies budgétaires imposées par l’UE a voté un budget en hausse en 2014, 2015, 2016. Entre 2012 et 2016 9 341 postes ont été créés. Pourtant cela ne compense pas la diminution de 13 000 postes ni une baisse de 18% entre 2007 et 2012 dans une période ou le taux de criminalité avait baissé et que le gouvernement affichait la volonté de compenser les baisses de budget par une rentabilité des forces de sécurité. Mais il y a comme toujours contestation sur les chiffre c’est ainsi que de 2012, 2013, 2014, les effectifs réels avaient baissés de 143 997 à 143 050 pour la police et de 96 213 à 95 0195. C’est différences suivant les protagonistes des forces de police tiennent aux postes fantômes comme ils les qualifient. https://www.gendxxi.org/wp-content/uploads/2015/11/Les-effectifs-fant%C3%B4mes-de-la-s%C3%A9curit%C3%A9-20151116-Graph-1.jpg. https://www.gendxxi.org/wp-content/uploads/2015/11/Les-effectifs-fant%C3%B4mes-de-la-s%C3%A9curit%C3%A9-20151116-Graph-2.jpg

La surenchère à la place de la réflexion.

Nous trouvons là des raisons des événements de mécontentement (la rentabilité a touché homme et matériel) car les hausses ne compensent pas celles perdues. Je ne mentionne aucun parti au pouvoir car je pense toujours que c’est un domaine qui devrait ne pas être l’objet d’une instrumentalisation politique. Ce qui n’est pas le cas, puisque le FN en avait et en fait son cheval de bataille, entrainant tous le monde dans son sillage. Si bien que de surenchère en surenchère nous en arriverons à tuer tous le monde et dire la république reconnaitra les siens.

L’inconvénient de cette surenchère est qu’il n’est plus possible de faire d’analyse sociologique au bénéfice d’une exploitation émotionnelle qui n’a pas de raison. Nulle part nous n’entendons intervenir des sociologues, des services sociaux, des philosophes, des criminologues, tous les spécialistes qui, face aux effets pervers de toutes sociétés, avancent des solutions, parce qu'elles coutent chers, et qu’au moment où tous les partis promettent des baisses d’impôts ce n’est pas très populaire. Chacun comprend qu’il n’est pas convenable de demander aux citoyens de réfléchir posément en toute intelligence à cette ambiance « in sécuritaire » dans laquelle nous baignons (Personne n'y gagne des voix électorales). Cela qu’elle soit surfaite, comme je le soutiens statistique à l’appui, ou ressentie émotionnellement comme augmentant à chaque affaires, dont les médias nous entretiennent journellement.

Qu’en dit le ministère de l’intérieur. Le ministère de l’Intérieur à ne laisser aucun angle mort, agir dans la proximité, au plus près des citoyens dont il doit conserver la confiance, aussi bien qu’à entraver les projets de ceux qui menacent leur sécurité en mobilisant ses partenaires européens et étrangers. Aucune politique de sécurité efficace ne peut aujourd’hui éviter les deux aspects. Il a insisté sur « la volonté du gouvernement de préserver la capacité opérationnelle des forces de sécurité », et ce « dans un contexte de menaces sérieuses et multiformes », mais aussi sur « la parole honorée » pour améliorer les conditions matérielles de vie et de travail des personnels de sécurité.

Malgré les mesures annoncés par le ministre de 685 millions d’ici 2020, que je ne détaille pas, financé par des économies, seul le syndicat force ouvrière n’a pas signé l’accord estiment que le compte n’y était pas. Il avait appelé à manifesté, et naturellement sans résultat, il manqué comme dans beaucoup de situation de détonateur émotionnel (qui est survenu avec l’agression des policiers), tant nous avons perdu la capacité d’une réflexion consciente.

Les comptes avant les hommes.

Devant la grogne le président s’engage à recevoir les syndicats qui se plaignent de disposer de matériel en ruine, de manque d’effectifs sur le terrain et d’un raz le bol.

Le fait que le président reconnaisse que le malaise est profond et que les conditions de travail sont de plus en plus difficile atteste que le problème était connu et que malgré les alarmes syndicales et ses manifestations il a attendu que l’opinion publique s’empare de l’émotion suscité par l’agression et le débordement syndical pour bouger. Cela donne la mesure où nous conduit la politique de restriction budgétaire imposé par l’UE. Le pouvoir ne réagit que face à un drame tout comme les citoyens, bien qu’il parle de concertation et de dialogue sans jamais y concéder une once.

Tyrannie de l’émotion et info spectacle.

En fait l’émotion a pris le pas dans tout les domaines. A chaque drame nous nous émouvons au rythme des storystelling que montent en épingle les médias, pour le meilleur ou le pire, tant que cela leur procure de l’audience en jouant sur les émotions. Cela va bien au delà de l’information nécessaire en entrant dans l’information spectacle. Ils développent ce que l’on appelle un ressenti et tout le monde se place dans cette démarche car l’opinion n’accepterait pas une autre posture. Sauf qu’une fois l’émotion passée ou remplacée par une autre, le « jeu » continue et rien ne change, si ce ne sont des propositions qui se surenchérissent ou des propos aussi creux que ce que j’ai cité plus haut tenu par le ministre.

Toute fois ce genre d’évènement aussi dramatique et inacceptable qu’ils soient, font partie des risques mineurs. Ce ne sont pas de ces risques là que meurent la plupart des citoyens fort heureusement. Sauf que d’écrire ou de décrire cette réalité qui repose non sur l’émotion, mais sur une analyse vérifiable est indécent. Nous sommes entrés dans la tyrannie de l’émotion, et malheur à qui s’y soustrait. Il est aussitôt ostracisé, taxé de laxisme, de défendre les malfrats et j’en passe, et aucun parti politique ne s’y aventure, assuré de perdre des voix.

Dans mon article précédent j’avais écris que les liens entre chômage, consommation, revenu et délinquance offre une vision des pistes de réflexion qui peuvent être suivi, (tout comme la courbe Philip du modèle keynésien entre chômage et inflation) pour trouver d’autres solutions que la répression devenue inefficace. Quand je dis inefficace nous le constatons avec cet événement qui en est l’exemple en franchissant un cap dans la violence en remplaçant les jets de cailloux par des cocktails Molotov. Nous cela ne nous intéresse pas, ce qui nous plait c’est l’émoi dont l’on peut faire état.

Les poncifs à la rescousse.

Cela démontre l’inefficacité de nos choix, mais l’on s’en fout. Quand un ministre de l’intérieur parle de sauvageons cela laisse rêveur, idem quand l’on dit que ces énergumène sont des assassins, même si le mot est fort approprié car ce fut une action préméditée. Si le mot convient il ne faut pas s’en servir pour refuser de regarder pourquoi au-delà de la qualification, qui conduit à paralyser toute recherche de solutions autre que la répression de ceux qui ont commis ces actes. A chaque événement semblable c’est le même discourt pontifiant : Le gouvernement s’installe dans une posture verbale assure que les responsables de ces actes abominables ou barbares seront poursuivit sans relâche (« les coupables seront poursuivis sans concession et puni plus sévèrement à la hauteur de leurs actes »). Même si « seront punis plus sévèrement » est en contradiction avec la déclaration des droits de l’homme que nous avons signé qui proscrit la vengeance. La populace est satisfaite. Une fois les coupables en main, saisie, la justice appliquera la loi et la population toute à l’exagération des propos mémorisés la trouvera laxiste.

Ainsi à chaque affaire émotionnelle de ce genre nous avons besoin de ce cataplasme de communicant et rien ne change car nous ne changeons pas les conditions d‘existences de ces ghettos.



16 réactions


  • MILLA (---.---.97.178) 22 octobre 2016 13:32

    https://youtu.be/LiZ1YTvxgRM

    Comment l’état fournit les armes aux terroristes

    Regardez « La France a-t-elle été attaquée par des puissances étrangères au cours des émeutes de 2005 ? » sur YouTube https://youtu.be/jyT5WXISjao


  • MILLA (---.---.97.178) 22 octobre 2016 13:34

    • aimable 22 octobre 2016 16:04

      @MILLA
      je croyais que c’était dieu qui manipulait les jeunes banlieusards, j’avais tout faux , c’est donc Israël qui les manipulent , enfin Israël c’est comme-ci c"était dieu , vous vous rendez compte tout qu’on nous faire croire , nous sommes naïfs n’est-ce pas


  • Jeekes Jeekes 22 octobre 2016 16:07

    Bon allez, disons le tout net.

    Qu’est-ce qui se passe, ils sont pas content les flics ?
    On les aime pas, ils ont la trouille ?

    Bien, pas plus que tout un chacun, en ces temps troubles... 

    Mais quoi, les flics, allo, hein ?
    C’est quoi leur taf ? Faire les putes du pouvoir, taper sur la gueule des manifestants, coller un maximum de prunes (faut bien renflouer les caisses de l’état, pour pouvoir, entre autre, payer leurs salaires), et sinon quoi ?

    Moi je ne les aime pas, je n’ai aucun atome crochu avec eux. 
    J’ai un certain passif (oh, rien de grave, juste le sentiment qu’il chient sur la gueule du français de base et qu’ils se chient dans le froc quand il faudrait intervenir dans les quartiers « sensibles » s’ils ne sont pas à dix contre un). 
    Faut voir comme ils nous parlent, faut voir comme ils nous baisent (et mentent en toute impunité) quand il s’agit de faire du chiffre. 
    Courageux les mecs, mais pas téméraires, comme on dit.
    Et feignants comme des couleuvres au point de refuser de prendre des plaintes, les jours ou ils ne sont pas planqués derrière leurs grilles cadenassées. 

    Et maintenant ils chialent.
    Mieux que ça, ils manifestent !

    Et comment ils manifestent ?
    Avec leurs bagnoles (leurs motos) de fonctions, en uniforme.
    Ils ont le droit ?

    Essayez, vous. Allez manifester avec la caisse de votre employeur, vous allez voir... 

    Marre de ces guignols.
    S’ils ne sont pas contents, ben c’est simple, qu’ils changent de boulot ! 
    Au moins ils cesseront de nous emmerder.

    Je sens que j’vais m’faire des potes sur ce coup-là, j’en salive d’avance... 
     

    • MILLA (---.---.1.10) 22 octobre 2016 17:33

      @Jeekes

      Excellent !


    • ddacoudre ddacoudre 22 octobre 2016 18:16

      @Jeekes

      bonjour je me suis régalé de lire ton commentaire, je suis revenu 50 ans en arrière quand j’étais anti tous et surtout police et armé. sauf que s’il est vrai que la police, l’armée, la justice sont les armes des dictateurs. une société ne peut se développer dans le « cloaque », qu’elle soit totalitaire ou démocratique. j’ai utilisé un mot dont tout je te mettrais un lien pour que tu en saisisses pleinement le sens, car l’anarchie est un ordre de gens assez civilisé et développe intellectuellement pour auto-gérer la complexité de leur rapport humain avec tout ce que cela comprend, je n’ai pas non plus utilisé le mot chaos car le chaos est aussi un ordre, un ordre dans lequel nous vivons et auquel nous appartenons et que nous ne savons pas déchiffrer et comprendre dans sa totalité. de fait l’on peu ne pas être adapté pour vivre dans l’un ou dans l’autre c’est donc notre cas, et comme nous vivons concentré les uns sur les autres dans une économie conflictuelle et inégale, il faut trouver des règles acceptables par tous qui ne soient pas des carcans qui éteint toute évolution et adaptation. c’est dans cette situation que nous sommes. pour tant c’est dans cette situation que nous sommes et les forces de police veillent à ce que les lois faites par les puissants ne soient pas annihilés. mais aucune société si elle ne peut se prévaloir de l’anarchisme ou de la compréhension du chaos ne peut se passe de forces de l’ordre.c’est la manière dont l’on s’en sert sur un fond d’injustices sociales et de système répressif punitif pour ceux qui les contestent. a un moment dans l’existence il faut prendre la mesure de ce que l’on appelle la conscience politique. c’est parce que les travailleur du 19 siècles l’on acquise lentement par leur émancipation que le socialisme c’est développé leur apportant un peu plus de bien être. 
      pour l’imager c’est quel ordre je suis pour construire un véhicule qui fonctionne et dans lequel tous pourront être transportés.http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Du-rat-a-moi-7607770.html.
      cordialement.


    • covadonga*722 covadonga*722 22 octobre 2016 18:24

      @ddacoudre
      bonjour je me suis régalé de lire ton commentaire, je suis revenu 50 ans en arrière


      sauf que le monde a bien changé, d’aucun de vos commentateurs se croient anonyme sur le net alors qu’ils ne le sont pas ......

    • Jeekes Jeekes 22 octobre 2016 18:47

      @ddacoudre
       

      Il y a 50 ans en arrière, j’y étais.
      J’en ai 65 aujourd’hui et les mêmes choses me mettent toujours en colère !

       smiley 


    • ddacoudre ddacoudre 22 octobre 2016 19:05

      @covadonga*722

      bonjour suivant le commentaire il doivent être jeune les propos sont excessif ce qui me semble une bonne chose, chose que je ne sais plus faire et que je me refuse de faire car cela emporte la raison au bénéfice de l"émotion et l’on s’affronte au lieu de rechercher une solution.
      heureusement que le monde a changé et moi aussi se serait triste si j’étais resté celui de ma jeunesse cela voudrait dire que tous ce que j’ai appris lu fait pensé n’aurait servi à rien.
      l’excès est parfois un bon indicateur sous réserve que tous ne le soit pas, il présente un événement sous un jour que l’on ne peut pas forcement voir, et surtout il démontre ce que donnent les marqueurs de nos existences suivant la leur.
      leur propos sont vifs impétueux et même injurieux au moins ils ne sont pas dans le consensus mou et personne n’est obligé d’aimer la police. avec l’âge l’on se rend compte de son utilité, un peu comme la famille dont l’on veut s’émanciper qui nous castre en permanence ne comprenant pas toujours pourquoi, puis quand l’on devient un parent l’on a du mal à ne pas faire pareil.
      cordialement.


    • ddacoudre ddacoudre 22 octobre 2016 19:18

      @Jeekes

      moi qui pensais que tu étais jeune, bien la colère il ne faut pas la garder, c’est une bonne chose si elle permet de dégager le trop plein, dans ce cas il faut attendre que ça passe pas pour oublier ce qui a été dit sous le coup mais pour retrouver les ligne directrice qui faut mettre en place pour que les événement qui l’on généré ne se produisent plus car sous le coup de la colère qui est une émotions nous n’avons plus de réflexion et parfois même un excès de force. je ne absolument pas te dire quand elle devient une bonne chose car tous les hommes de quelque coté que ce soit du bien ou du mal ont des accès de colère. cordialement.


    • Jeekes Jeekes 23 octobre 2016 18:50

      @ddacoudre
       

      Je n’ai pas dit que j’étais toujours (tout le temps) en colère, mais que les mêmes choses me mettent toujours (encore) en colère.

      Bref, même cause, même effet...

  • L'Auvergnat L’Auvergnat 22 octobre 2016 20:20

    La police dans les cafés (vive le Pastis)


  • MILLA (---.---.173.245) 23 octobre 2016 03:56

    #ManifPolice : un faux policier proche du FN s’autoproclame leader du mouvement

    Depuis une semaine, il est de tous les rassemblements de policiers à Paris, ou presque, il court les caméras et les micros. Problème : ce porte-parole autoproclamé n’est même pas policier. Et cet employé de la grande distribution est proche du Front national.

    11010467.jpg

    Il s’appelle Rodolphe et depuis une semaine, il s’affiche en première ligne à tous les rassemblements de policiers à Paris. Il est même à l’origine de certains appels à manifester. Son nom apparaît dans les textos qui circulent. Il court les micros et les caméras pour tenter de s’imposer comme leader, ou au moins comme porte-parole des manifestants.

    Pourtant, cet homme n’est pas du tout policier. Il ne l’a d’ailleurs jamais été. C’est ancien adjoint de sécurité a raté les concours en 2012 et depuis, il travaille dans la grande distribution et a créé une association de défense de la police.

    Leader sans légitimité

    Deuxième élément important : l’homme serait proche de l’extrême droite. Son nom apparaît sur la liste Front national dans le 18e arrondissement de Paris, lors des élections municipales de 2014. Lui jure qu’il s’agit d’un homonyme.

    Contacté par nos soins, l’homme reconnaît qu’il n’est pas policier, affirme se sentir proche du mouvement mais annonce son intention de s’en désengager. C’est une demande qui lui a été faite :


  • MILLA (---.---.173.245) 23 octobre 2016 04:07

    les manifestations des policiers sont menées et mises en scène : ballets de policiers dans les rues en pleine nuit, en uniforme ou en civil, cagoulés pour certains ; ballets de voitures banalisées et officielles sirènes hurlantes et gyrophares allumés sur les Champs-Élysées.

    « Entre Pinochet et « The Walking Dead » »

    À la vue de ce spectacle dans les rues de Paris, ou à la télévision, certains riverains et téléspectateurs se sont dits choqués. Sur Twitter, on décrit des scènes « surréalistes », « hallucinant[es] », « entre Pinochet et The Walking Dead », de policiers défilant dans les rues en « réveillant la population » et appellant les gendarmes mobiles qui encadraient la manifestation illégale à les rejoindre dans le cortège.

    Hallucinant de voir les images de la nuit, des centaines de policiers, dont quelques uns sont cagoulés et armés se diriger vers l’Elysée

    — Mustafa Duman (@MustafaDuman_) 20 octobre 2016

    Parmi ces réactions fortes, quand certains évoquent à demi-mot des faux airs de coup d’État, d’autres font davantage référence à une forme d’« impunité » des forces de l’ordre qui ont pu se livrer à des manifestations interdites sans être inquiétés par les gendarmes mobiles qui encadraient les rassemblements. Un « deux poids/deux mesures » qui interpelle donc ceux qui ont été témoins ou au cœur des heurts parfois violents qui ont émaillé, ces derniers mois, les manifestations contre la loi travail.

    Dans deux tweets postés sur un compte Twitter (désormais passé en privé), une riveraine du canal Saint-Martin, dans le XXe arrondissement de Paris, a décrit en ces termes la scène qui se déroulait sous ses fenêtres :

    « Les flics sont en train de chanter super fort la Marseillaise dans ma rue. Et crient « La police dans la rue ». Mon sang s’est glacé ».

    Puis :

    Je tremble de partout. C’est archi-flippant

    Une riveraine

    « La police manifeste en hurlant « Résistance », « La police dans la rue », très nombreux. Je tremble de partout. C’est archi-flippant ».


  • MILLA (---.---.173.245) 23 octobre 2016 04:09

    Les policiers ont ils refusé l’accès aux élus PS et autorisé les élus FN à la manifestation https://fdebranche.com/2016/05/18/les-policiers-ont-ils-refuse-lacces-aux-elus-ps-et-autorise-les-elus-fn-a-la-manifestation-haineantiflic/


  • ddacoudre ddacoudre 23 octobre 2016 09:54

    bonjour Milla

    tu m as inondé de commentaires. je suis l’évolution de notre société et ce qui se passe dans la police ne m’échappe pas, même si je ne suis plus actif, il y a suffisamment de sites pour s’informer en faisant naturellement le trie qui s’impose. la population à glissé a droite et ce de droite vers l’extrême droite pour faire court. ce glissement a « réouvert » la porte à ce ceux qui se cachaient et se taisaient, en le justifiant par les événements. dans ton premier commentaire je te disais que l’on en n’était pas encore là, mais que l’on glissait inexorablement vers le fascisme. cela fait très longtemps que j’alerte sur ce thème car la population ne saut pas ce que c’est qu’être fasciste, les référence sont toujours celle du nazisme or ce n’est pas cela être fasciste, si bien qu’ils le deviennent sans le savoir et c’est plus sensible dans les corps de la police ou la justice qui sont traditionnellement de droite et qui ont donc glissait. certe la manifestation est spontané avec une mise en scéne dans les suivantes, il est judicieux que le pouvoir n’est pas fait d’affronté des force de l’ordre entre elles, cela fait effectivement une discriminante par rapport a celle des salariés ou de tout autre ou ces mêmes policiers, qui défilent impunément, viennent les charger.
    cordialement.


Réagir