lundi 3 avril - par Verdi

La sauce serait-elle en train de prendre pour Mélenchon ?

Sur le point de dépasser Fillon, Mélenchon fait salle comble à chacune de ses réunions publiques et continue d’élargir son audience. Le « gaullien » de gauche fascine. Il impose le respect. Il suscite la joie. Il attire de plus en plus largement, par sa volonté de passer à autre chose, qui est l’aspiration majoritaire chez les Français.

Qui pourra arrêter Mélenchon ? Le grand chambardement, que le chef de file de la France Insoumise préconise, nombre de Français, toutes sensibilités politiques confondues, désabusés, désorientés, le souhaitent. Consciemment ou inconsciemment. Plus ou moins ardemment, selon le camp auquel on appartient. Mélenchon assagi a lissé les quelques aspérités qui l’éloignaient de gens pourtant bien disposés à son égard. Résultat : que ce soit à Rennes (10000 personnes), à Châteauroux (5000 personnes) ou ailleurs, le candidat de la vraie gauche interpelle et séduit.

Un engouement qui se traduit, à vingt jours du scrutin, par une progression nette des intentions de vote en sa faveur : 16% pour Odoxa, 16,80% pour Filteris, alors qu’il était en perte de vitesse, il y a un mois, après l’arrivée de Hamon. Un attrait dont témoigne une perception de plus en plus positive de sa personne et de sa démarche, comme en attestent sa cote de popularité, en très forte hausse, la joie de vivre et la confiance en l’homme honnête qu’il inspire. On le croit, on le respecte, même si on ne partage pas ses convictions, dixit Bayrou !

Cette aspiration à tourner la page, Mélenchon l’incarne vraiment. Les gens le ressentent avec davantage d’acuité, au fil des jours. Une aspiration, -également présente en filigrane chez les plus conservateurs, eux aussi révulsés par deux derniers septennats calamiteux-, qui obsède beaucoup de consciences, scandalisées par l’amoralité de la caste des politiciens. Un besoin pressant, quasi irrépressible, de passer à autre chose, constamment manifesté par les gens de toute génération. Une aspiration, qui reflète un ras-le-bol généralisé, pour des raisons parfois diamétralement opposées, selon le bord politique de chacun, mais très perceptible. 

Vers qui pencheront les 40% d’indécis ?

Alors, à qui s’en remettre pour opérer ce virage historique ? Telle est la question que se posent, sinon la totalité des électeurs, au moins 40% d’entre eux qui, ce qui est énorme, à trois semaines du premier tour, restent indécis.

C’est là où la réflexion de chacun se corse. L’étiquette politique des candidats, leur programme, leur personnalité, leur parcours présent et passé, la confiance qu’ils inspirent ou non, sont, théoriquement, les principaux déterminants, dans une campagne « traditionnelle ». Sauf que, le temps politique a suspendu son vol au-dessus de l’hexagone ! Une force invisible, qu’a capté Mélenchon, semble vouloir contraindre le peuple de France à une pause forcée, histoire de remettre la maison en ordre.

Mais de quel nouvel ordre s’agit-il ? Pour les uns, c’est celui qui arrange les affaires des possédants, petits et grands. Ces chantres ont noms : Fillon, Macron, Le Pen, Dupont-Aignan, pour lesquels il importe de resserrer la vis contre la piétaille, avant qu’elle ne s’enflamme et n’emporte le pays dans une vraie révolution, synonyme de perte de leurs privilèges.

Pour les autres, Mélenchon en particulier, mais aussi pour Benoît Hamon, il est plus que de temps de redonner à la gouvernance l’humanité et la générosité dont elle a été dépouillée par quarante ans d’un libéralisme débridé, sinistrement incarné, au cours de la dernière décennie, par un affairiste, empêtré dans les affaires judiciaires, aujourd’hui, heureusement écarté : Sarkozy ! Sauf que son zélé collaborateur Fillon, qui a mis la France en coupes réglées quand il était Premier ministre, veut faire pire encore que le désastreux bilan du quinquennat de son maître !

Un électorat encore volatile pour Macron et Hamon

Il se passe manifestement quelque chose, quand 74% des Français, interrogés par Odoxa, se disent certains d’aller voter et que, dans le même temps, 43% d’entre eux se disent indécis. L’électorat potentiel le plus volatile est celui de Macron. Selon Ipsos, la moitié (47%) ne sont pas encore certains de leur choix. Pour Hamon, c’est pire, ils sont 52% à hésiter.

Reste à Mélenchon, dont 40% de son électorat demeure également fluctuant, à transformer son capital sympathie en intentions de vote fermes et définitives. Un objectif, si l’on s’en réfère à sa popularité grandissante, qui est raisonnablement à la portée de ce tribun hors pair, porteur d’un projet solide, longuement pensé.

La sauce est-elle en train de prendre pour Mélenchon ? En tout cas, il inspire de plus en plus respect et confiance, y compris à droite ! N’adopte pas une démarche gaullienne qui veut, mais qui peut !

 

Verdi

 

Lundi 3 avril 2017

 



100 réactions


  • Montdragon Montdragon 3 avril 18:22

    Le « gaullien » de gauche fascine. Il impose le respect. Il suscite la joie.

    Dans les rizières thaïlandaises, les femmes prépubères se frottent avec une photo de JLM en espérant une progéniture féconde...ses discours seront gravés sur un disque en partance pour Alpha du Centaure, répandant la joie cosmique de cet être de lumière, Amen.

    Sinon la sauce tient-elle le Bon Cap, genre harissa ? smiley


    • aliante 4 avril 06:40

      @Montdragon

       JLMelenchon est dans la séduction avec des slogans creux
      d’Abord il faudrait qu’il explique aux Français A qui il est insoumis dans tous les détails
      l’Europe de la paix ,du progrès social,de la santé du pleine emploi la nourriture saine,l’empire pharmaceutique Son projet n’a pas de réalité
       et n’en aura pas parce que c’est inscrit dans le marbre du Tue
      il y a 28 pays ,et pour serait ce faire avancé une seule règle du Tue il faut avoir 27 pays d’accord
      un seul dit non et c’est non pour J L Melenchon
      Merkel se fiche éperdument de qui prendra le pouvoir en France surtout si il est béat devant l’Ue
      J L ne peut pas désobéir aux traités que la France a signé Le President est garant du respect des traités ça signifie qu’il se met en porte à faux avec ses obligations de chef d’état et pourra être destitué auquel cas
      en sachant bien que Jl Melenchon comme son acolyte Tsipras qui lui aussi avait promis la lune aux Grecs appliquera de gré ou de force comme un Macron les directives de l’Ue
      parce que pour appartenir à l’Ue il faut en accepter les règles
      et les règles s’appelle la Tue ,le Ceta et cela est valable pour Marine Lepen aussi
      qui est pro Ue aussi ,son referendum d’après son élection c’est du vent surtout pour Quelqu’un qui a conscience
      que l’Ue ne peut survivre qu’avec ses propres règles Marine Lepen essaie de gagner du temps ou est carrément dans la manipulation


    • jorie 4 avril 17:33

      @aliante vous vous trompez. JLMelenchon dont j’ai lu le programme et vu les interventions au sujet de l’UE propose d’abord une renégociation en s’appuyant sur la force de la France enEurope, je vous rappelle que notre pays est le 2e contributeur, sans lui, pas d’Europe.

      Effectivement nous avons signé des traités, Mélenchon propose donc une discussion sérieuse,parce que notre pays est en train de mourir de ces traités. Il va falloir les changer sur des points essentiels : le rôle de la BCE, la règle d’or, et la partie 3 du TCE qui consacre « la concurrence libre et non faussée » .
      1) La BCE doit prêter directement aux états et non plus aux banques privées qui re-prêtent ensuite aux états à des taux différenciés selon les pays.
      2) La règle d’or soutenue par l’Allemagne (3%de déficit max) est inapplicable par l’ensemble des pays sauf ceux du Nord. Inapplicable,parce que nous ne fonctionnons pas de la même manière, notre pays fait beaucoup d’enfants, il faut donc de gros investissements pour tenir le choc. Ce modèle n’est as celui de l’Allemagne, pays vieillissant qui a moins besoin d’investissements et plus besoin de rentes par capitalisation, d’où cette rigidité monétaire. 
      3) Enfin, la « concurrence libre et non faussée » assure à notre détriment les « progrès » des 10 nouveaux pays intégrés à l’Europe, parce que l’UE n’a pas augmenté son budget dérisoire de fonctionnement. Le dumping fiscal et social a donc été « institutionnalisé » dans le TCE. 
      Comme vous le dîtes, la règle de l’unanimité nous empêche de changer ça. Alors quoi ?
      Si personne n’accepte nos propositions, NOUS DESOBEISSONS DIRECTEMENT AUX TRAITES QUI NOUS ETOUFFENT, afin de faire la politique économique et sociale dont le pays a besoin.

      La désobéissance n’implique pas l’exclusion de la France. Mais en cas de rétorsion, nous sortirons. Est-ce que c’est clair ? Maintenant, ce processus démocratique est nécessaire, parce que nous ne voulons pas briser l’idée même de l’union européenne. Si l’on nous y contraint, nous aurons évidemment d’autres alliances, parce que les autres pays de l’Europe du Sud, tétanisés par la souffrance imposée aux Grecs, seront d’autant plus motivés à nous suivre.

      Nous avons affaire à une caste dans cette ectoplasme supranational. De gros lobbies financiers chapeautent cette Europe du fric. Il faudra bien en sortir par la grande porte, si nécessaire, après avoir fait ce que nous pouvions pour mettre un terme à leurs arrangements stupides.

       


    • Onecinikiou 4 avril 18:15

      @Montdragon


      Excellent !

      Verdi cherche en fait à battre le record du monde d’article apologétique sur un court laps de temps en faveur d’un maître à penser. Il n’est pas loin d’atteindre son but. 

      Il est vrai que la modération l’aide bien dans son projet : il en sera bientôt à deux articles publiés par jour pour soutenir notre ancien Maastrichien-mitterandôlâtre !

      En serait-il d’Agoravox comme des écoles de journalisme ou de sciences politiques... ? Peuchère mais c’est bien sûr :




  • Arcane Arcane 3 avril 19:02

    Bonjour,

    Je me sens proche des idées et du programme de la FI mais j’ai un problème.
    Je constate que le FHAINE se focalise sur Macron pour le descendre, car il est présenté par les médias présent au second tour avec Marine Lepen.
    Si Melenchon passe devant Macron et se retrouve au second tour, je crains que le report des voix de droite, contrairement à ce que vous insinuez dans votre papier, se fasse essentiellement vers Marine et non vers Mélenchon et que Marine malheureusement l’emporte.
    En fait pour moi Macron ou Fillon contre Marine et elle perd car l’un comme l’autre recupereront les centristes et une grande partie de la droite.
    La seule opportunité pour Marine de passer c’est Melenchon et c’est pourquoi elle l’attaque très, trop, mollement.
    Qu’en pensez-vous ?


    • PiXels PiXels 3 avril 19:23

      @Arcane
      .

      « Qu’en pensez-vous ? »

      Que « la peur n’évite pas le danger » !

    • biquet biquet 3 avril 22:35

      @Arcane
      En fait la seule véritable chance de Marine Le Pen est qu’elle tombe contre Macron, car elle fera des déclarations fracassantes contre lui.


    • Dom66 Dom66 3 avril 23:14

      @Arcane
      Perso je pense que toutes les voix des HamonC..tiste iront vers JLM et MLP n’aura pas toute les voix de droite.

      JLM et MLP au 2ème tour

      Donc JLM va gagner....vive lui.


    • Croa Croa 4 avril 12:24

      À Arcane,
      Dans les deux cas les votes plutôt à droite sont effectivement la clé de la finale.
      Mais,
      Tu oublie que la VIe République constitue l’essentiel du programme de la Ø. Cette réforme profonde des institution n’est pas spécialement de gauche donc tout le monde peut y adhérer.
      *
      Tu oublie aussi que les votes droitiers sont surtout faits de petits patrons, professions libérales, etc. que de gros banquiers. Incontestablement ces gens se retrouvent plus chez M Le Pen qu’en Macron. En cas de second tour En-Marche/FN les électeurs de gauche iront se promener car voter Macron c’est assurer une continuité dont plus personne ne veut. Suite à quoi Le FN pourrait bien se retrouver au pouvoir (relativement car il est quasiment impossible que ça se confirme aux législatives.)
      *
       Il me semble au contraire qu’un second tour FN-Ø verra la victoire de JL Mélenchon.


    • jorie 4 avril 17:44

      @Arcane
      Si on ne vote pas pour ses convictions à l’entrée de l’isoloir, il ne faut pas s’étonner de ne jamais les retrouver ....à la sortie ! bon, je blague. A force d’avoir peur (comme en 2012) on recule pour mieux sauter et on se fait bouffer en route.
      Effectivement, 20% de la droite Filloniste rejoindra le Front national. Pour le reste, je ne serais pas aussi catégorique que vous. Une bonne partie de la gauche, même celle qui déteste FI préfèrera soutenir Mélenchon que de voter Le Pen. On peut au moins leur faire confiance là dessus, sinon pour le reste !.
      Cela ne sera pas une partie de plaisir si on arrive à cette confrontation Mélenchon/Le Pen, parce que les forces vives de ce pays devront trancher une fois pour toutes entre 2 alternatives et non godiller en jouant avec le Chien de garde pour préserver leurs prérogatives. Ce temps là est révolu. Les gens trancheront. On ne leur a jamais demandé de le faire. Le consensus mou permet de tricher d’un bord et de l’autre. Là, on sera tous au pied du mur. Rappelez-vous. Lorsque Mélenchon s’est présenté à Hénin Beaumont contre le FN, PERSONNE ne l’a soutenu. Même les socialistes se sont présentés contre lui pour l’empêcher d’être député ! lui, pourtant en finale, après avoir perdu contre MLP, a soutenu la gauche plutôt que de favoriser la candidature de MLP à la députation. Ce genre de jeu est terminé. Tout fait l’objet désormais d’une clarification indispensable sur l’Europe, sur la question SOCIALE, et sur l’organisation DEMOCRATIQUE. Un mouvement de fond dans le pays traduit cette demande et cette énorme lassitude politique. Macron propose le durcissement de la loi du marché, celle qui nous fait crever à petit feu, Le Pen propose un sauve qui peut « ethnique » et brutal, dangereux pour la paix civile, Mélenchon propose le « vivre ensemble » dans une nouvelle vision, toutes les questions étant chapeautées par la nécessité d’une transition écologique. Les Français doivent se bouger les méninges, c’est une période historique.


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 3 avril 19:11

    Un peu de lecture ^^


    • Le résultat des élections est presque toujours déterminé par les choix d’une minorité incertaine et incompétente, qu’il est facile de diriger. De là, et de l’empirique vérité connue de tous les chroniqueurs que le fait ne se distingue pas de la nouvelle, naît la théorie des perspectives développée par Kahneman et Tversky, et que ceux-ci ont appliquée dans le domaine financier, ce qui leur a valu le prix Nobel d’économie en 2002.
    • Les facteurs irrationnels, identitaires, affectifs, d’appartenance – l’appartenance à un parti « filtre » la perception et l’élaboration des autres informations – orientent les choix politiques des citoyens, tandis que les situations générales objectivement importantes (cadre et déroulement macroéconomique, sociodémographique) ne deviennent importantes pour leurs choix politiques que lorsque celles-ci ont des conséquences sur leur vie personnelle.
    • Déjà en 1795, le marquis de Condorcet avait identifié le paradoxe du vote qui démontre l’impossibilité de produire des décisions rationnelles majoritaires : « Prétendre représenter la “volonté générale”(en d’autres termes, savoir déterminer la fonction du bien-être social) à partir d’une préférence individuelle est logiquement impossible ; la démocratie est faite d’équilibres instables dans lesquels se succèdent des majorités qui se forment et se défont sur des sujets spécifiques ; l’importance du contrôle de l’ordre du jour politique (c’est-à-dire les questions à débattre, les décisions à prendre, les points passés sous silence dans les médias et les institutions) stimule l’activation de stratégies manipulatrices… : si le président, le gouvernement, la majorité ne dispose pas du pouvoir de fixer l’ordre du jour (au parlement ou dans d’autres sièges représentatifs), le système tombe dans le chaos et devient ingouvernable, mais s’il en dispose, le système devient une autocratie. »
    • Kenneth Arrow a identifié l’ensemble des conditions qui sont à la base d’une décision démocratique majoritaire à travers le vote, et il démontre que celle-ci est irréalisable. Du reste, l’action même de voter, pivot de ladite démocratie, est en soi totalement irrationnelle, inexplicable en termes de choix logique, étant donné que le vote de chaque électeur a une probabilité insignifiante d’influencer un résultat qui est déterminé par des millions de votes. D’ailleurs, le sachant, un décideur rationnel s’abstiendrait de perdre son temps pour voter comme pour s’informer sur le programme politique. Il s’ensuit qu’une société de personnes rationnelles ne peut constituer une démocratie. Dans les élections, le vote individuel n’acquiert une signification objective que lorsqu’il produit une utilité appréciable au votant ; c’est le cas du vote clientéliste qui est un vote d’échange, lorsque toute une famille négocie une compensation avec un candidat local (ses votes de préférence contre un emploi pour l’un de ses membres dans l’administration publique). Dans ce cas-là, l’utilité du vote pour l’électeur est appréciable, aller voter est rationnel. Mais il est justement appréciable car particulier, réservé au groupe familial intéressé, et réalisé (à travers ce pacte) aux dépens de l’intérêt collectif, au nom duquel les élections ont lieu !
    • En réalité, les comportements des individus, dans des contextes de vote où des sociétés entières sont appelées à coopérer, résultent guidés par une logique « magique », c’est-à-dire par une implicite croyance et attente, comme sous influence « télépathique ». Dans les situations d’incertitude, les personnes agissent souvent comme mues par des croyances magiques, que toutefois elles nient. En fait, elles sont guidées par la conviction inconsciente de pouvoir influencer par leur propre choix celui des autres, même si elles déclarent être conscientes que ceci n’est pas possible. Chaque électeur pense inconsciemment que voter ou ne pas voter influencera le comportement électoral des autres. Il prend la valeur diagnostique de son vote pour un facteur causal du vote d’autrui, c’est-à-dire qu’il sent que, pour lui, son vote ou son abstention ne constituent pas un diagnostic, ou une indication sur ce que les autres vont faire (surtout si les autres appartiennent à sa faction idéologique), mais qu’il est causal, qu’il influence la décision des autres de voter ou de s’abstenir. C’est encore une autre importante démonstration de méconnaissance des processus motivationnels d’actions supposées conscientes, libres, volontaires.
    • Nombreuses et faciles à comprendre sont les raisons objectives pour lesquelles une démocratie ne peut exister, au sens de gouvernement populaire participatif, basé sur le consentement de la majorité, sur la représentation parlementaire, sur une participation consciente de la base. Elles sont, en partie, liées aux raisons pour lesquelles, dans le monde réel, l’autre pilier de la légitimation du pouvoir, le marché libre, n’existe pas à notre époque. L’impossible existence, aussi bien logique que pratique et juridique, d’une démocratie est démontrée au-delà de tout doute. On sait très bien que c’est une chimère, pourtant elle continue à être invoquée comme principe, comme but, comme valeur, comme légitimation du pouvoir. On continue à y croire et à l’enseigner, tout au moins en tant que possibilité. Mais c’est comme si on établissait une politique d’éducation nationale sur l’écoute durant le sommeil de leçons enregistrées, même si l’on sait que ça ne marche pas. Ou encore, comme si on se basait sur l’astrologie ou l’aruspicine pour mener la politique étrangère.
    • Et alors pourquoi invoque-t-on la démocratie ? C’est évident : parce que cette foi, cette croyance en la démocratie fonctionne, parce qu’elle produit du consentement, donc du pouvoir. Ce qui fonctionne, ce n’est pas la démocratie, mais la croyance en la démocratie, et en fonctionnant elle permet le fonctionnement et le camouflage d’un pouvoir évidemment non démocratique.

    « Neuro-esclave » (Chapitre : la remarquable illusion de la démocratie) de Marco Della Luna et Paolo Cioni.


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 3 avril 19:13

      @bouffon(s) du roi

      Désolé pour ce pavé, j’avais fait des sauts de ligne mais ça n’a pas pris ; enfin vous avez les références ^^


    • alinea alinea 3 avril 19:38

      @bouffon(s) du roi
      Je pense que ceci est vrai pour ceux qui pensent faire un vote utile, en deux mots : contrer l’autre.
      Il en est tout autrement si les électeurs ont la conscience du commun, alors ils votent par conviction, disons, juste pour pouvoir se regarder encore dans une glace !
      par exemple : ne pas voter Chirac quand on est de gauche, ou Macron parce qu’on nous dit que lui seul empêchera Le Pen !!
      Il y a encore beaucoup d’éducation populaire à faire, et commencer par virer nos médias pourris jusqu’à la moelle, qui ne font que de la propagande !


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 3 avril 19:45

      @alinea

      Les facteurs irrationnels, identitaires, affectifs, d’appartenance – l’appartenance à un parti « filtre » la perception et l’élaboration des autres informations – orientent les choix politiques des citoyens, tandis que les situations générales objectivement importantes (cadre et déroulement macroéconomique, sociodémographique) ne deviennent importantes pour leurs choix politiques que lorsque celles-ci ont des conséquences sur leur vie personnelle.

      On pourrait dire que vos « convictions » s’apparentent à l’idéologie et donc à l’appartenance (si ce n’est au parti, c’est au même mode de pensée).


    • alinea alinea 3 avril 20:25

      @bouffon(s) du roi
      mais ce n’est pas un facteur irrationnel ! smiley


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 3 avril 20:33

      @alinea

      ça je ne sais pas, c’est vous qui le dites ^^ smiley

      A mon sens, le fait de « penser la société » est en soi soumis à des facteurs irrationnels (celui de la projection par exemple), - et bien malgré nous parfois, je serais tenté de dire-.


    • alinea alinea 3 avril 23:23

      @bouffon(s) du roi
      personnellement je pense que les huit neuvièmes de nos vies sont irrationnels ! mais comme je sais que la plupart des humains se croient rationnels, je prenais ici l’usage courant du mot !
      Ceci dit, la conscience du bien commun, c’est-à-dire savoir se placer dans un tout et ne pas être (se croire) ce tout, ce n’est pas irrationnel, même de mon point de vue !


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 4 avril 09:18

      @alinea

      si vous voulez, ça ne change rien de toute façon, on a encore droit à cette mascarade du vote.


  • Tall Tall 3 avril 19:51

    Ce n’est pas la sauce qui prend pour Mélenchon, ce sont les sondages qui ont menti en sa défaveur pour avantager Hamon l’européiste. Et maintenant, ils commencent à redresser le tir.

     
    Tous les anti-UE ont le vent en poupe, et les sondages soufflent contre
    Marine est à 30, Macron à 15 ... Mélenchon est devant Macron
    Reste Fillon à 20 ...c’est mon prono au pif

    • Dom66 Dom66 3 avril 23:16

      @Tall
      Je pense comme vous..


    • Fergus Fergus 4 avril 13:36

      Bonjour, Tall

      En réalité, les sondages n’ont pas menti : ils ont été provisoirement faussés à l’avantage de Hamon par l’effet primaire qui a engendré un sursaut de sympathie en faveur du vainqueur de cette consultation. Il s’était passé la même chose à droite avec Fillon. Dans les deux cas, 2 semaines plus tard, les enquêtes en étaient revenues au véritable poids des candidats.


    • Tall Tall 4 avril 15:21

      @Fergus

       
      Te fatigue pas ... il n’y aura que les débiles profonds qui voteront « utile » au 1er tour. C’est-à-dire ceux qui sont assez cons que pour abandonner leur favori sur base de « sondages ».

    • wesson wesson 4 avril 15:52

      @Tall
      ça c’est spécial pour toi Tall, me remercie pas, c’est cadeau !




      Bon, t’as compris ? Une fois élu, on attends avant de sortir ... les élections des autres. Puis entre temps, tu vas avoir quelque chose de bien plus urgent à faire.



    • Tall Tall 4 avril 15:59

      @wesson

       
      Mais je savais ça ... et les élections allemandes c’est en septembre, on est bien dans les 6 mois.
      Elle n’attendra pas les italiennes pour entamer les débats.
       
      Et tu crois que Mélenchon fera différemment ?
      Lui aussi espère une poussée de la gauche allemande, et il n’aime pas Merkel


    • Sparker Sparker 4 avril 16:46

      @Tall
      Mélenchon fera pareil peut-être mais pas sur, attaquer direct avec Merkel est possible, à cette heure la stratégie n’est pas dévoilée, mais il y a la désobéissance qui permet de mettre le programme en oeuvre de suite.
      Si le FN ne va pas au clash, c’est 36 mois de négos, c’est risquer l’enlisement avant de pouvoir mettre son programme en place, et laisser un temps longs pour préparer les contre-coups des européistes.


    • wesson wesson 4 avril 16:54

      @Tall
      Je vais peut-être en étonner quelques uns : j’admet tout à fait que le discours de Mélenchon et de la FI sur la sortie de l’UE est à minima ambigu. Je donnerai même raison à « Trouble Fait » qui est la critique argumenté la plus convaincante contre la FI, et qui cible spécifiquement ce sujet (même si pour arriver à ses fins, il y vas quand même avec quelques arguments très malhonnêtes).


      Bref le discours sur la sortie de l’UE est ambigu, et la possibilité de se faire avoir une fois de plus est non négligeable. Mais ce n’est pas du tout ce qui est le plus important.

      A mes yeux, ce qui est absolument primordial, c’est justement l’existence d’un plan B, c’est à dire prévoir par avance ce que l’on va faire en cas de refus de tout accord. 

      Ce plan B, je peut en témoigner il existe bel et bien, et c’est effectivement une sortie unilatérale de l’UE telle qu’elle est aujourd’hui.

      Sans l’existence de cette solution alternative, de repli, effectivement le procès d’intention pourrait être mené, et c’est très exactement le reproche principal que l’on peut faire au programme de Le Pen. 

      Il faudrait que je le retrouve, mais de mémoire j’avais lu un truc comme ça sur le site du FN :

      « Nous nous retirerons de l’Euro et reviendrons au Franc car les Allemands eux-même veulent en majorité revenir au Mark [...] », et strictement rien à la case « ils ont dit non ». Ce n’est pas sérieux. 

      Voilà où j’en suis : constatant que aucun n’as réellement un discours clair sur le sujet *, je m’en remets d’abord au projet qui me parait le plus incompatible avec l’UE actuelle, et surtout qui prévoit que on va tout faire pour les en empêcher. 

      (*) - Merci aux pom pom girls de l’UPR d’éviter de venir me faire la retape pour votre formation, où il n’y a rien d’autre que ce sujet là qui est votre obsession.

    • Sparker Sparker 4 avril 17:22

      @wesson
      Ce que tu appelles l’ambiguité, je ne l’appelerai pas comme ça.
      Il est difficile de prévoir les réactions à cette sortie. Certains préfère une méthode « claire » qui repose sur le droit absolu mais il peuvent faire durer cette affaire sans maitrise du temps. Il me semble avoir bien lu que la sortie ou du moins la fin des négociations devra être validée par les 27 que ce soit la fin ou l’allongement des négociations, non pas la sortie mais la fin des négociations ce qui là aussi relève de l’ambigu.
      Je ne suis pas calé pour savoir si ça conditionne la durée des deux ans si c’était le cas ça veut presque dire qu’il faut l’accord des 27 pour sortir car il faudra d’abord cloturer les débats.

      La méthode FI je la vois comme, on lance le boulet et on voit comment ça retombe, on a fourbi nos armes qu’on croit invincible mais l’ennemi est retord et on ne sait pas comment il va OSER répliquer.
      Donc dans la certitude d’un bordel annoncé et de rétorsion quelle que soit les situations vaut mieux faire comme on veut et tenter de prendre la main.
      Alors certs cette « posture » est difficile à définir à l’avance comme toute issue de combat, ce qui peut donner l’impression d’une ambiguité.
      Je pense que la FI ne veut pas trop en parler ou du moins pas en dehors ce certains clous. Ne pas gâcher l’effet de surprise.
      Enfin, j’espère que c’est comme ça et seulement « ambigu ». et que ça ne fera pas flop, l’avenir nous le dira.


    • Tall Tall 4 avril 17:25

      @wesson

       

    • Sonya V... Sonya V... 4 avril 17:28

      @wesson
      Après avoir taquiné un petit groupe de lepenistes, pour savoir ce que ferait le FN - s’il était au pouvoir - à propos de l’UE, ils m’ont renvoyée vers cette vidéo : « Le Pen chez Bourdin ».
      Le Pen dit que la France ne sortirait de l’UE que par un référendum dont le résultat validerait cette sortie. Le Pen dit aussi que si le référendum confirmait la France dans l’UE, c’est elle qui s’en irait...
       
      Le processus d’après ce qu’elle dit dans ses réponses :

       - la priorité est donc de rester dans l’UE et de négocier une « UE des nations souveraines »
       - si la négociation aboutit, alors ils font un référendum pour valider ou refuser ce qui a été négocié
       - si refus, alors ils font un référendum sur la sortie de l’UE
       - si accepté, alors FREXIT
       - sinon, Le Pen s’en va
       
      Donc, sur la question de l’UE (qui conditionne toutes les décisions politiques du pouvoir en place) on ne peut pas prévoir ce qui va se passer si le FN était au pouvoir :
      soit on reste dans une UE remaniée (UE de nations souveraines),
      soit on sort de l’UE,
      soit on reste dans l’UE et Le Pen s’en va
      ...


    • Tall Tall 4 avril 17:30

      @Sparker

       
      Si j’ai bien compris, dans le cadre du 50, la sortie est effective après 2 ans quelque soit le résultat des négociations.

    • Tall Tall 4 avril 17:34

      @Sonya V...

       
      L’UE des nations souveraines, c’est celle des années 80.
      L’UE existe depuis la fin des années 50 en fait ... au début ça s’appelait : CECA, et plus tard : Marché commun

    • jorie 4 avril 17:52

      @wesson Tu as tout compris. Le plan A n’a aucun sens sans le Plan B !! Nous désobéirons de toute manière aux traités qui nous empêchent de concrétiser la politique que nous souhaitons faire en France. C’est une obligation vitale pour le pays. Et si les Européens refusent nos propositions raisonables, alors nous partirons.


    • Sparker Sparker 6 avril 15:44

      @Tall
      Ben non ce n’est pâs ce que j’ai compris, mais peut-être ai-je mal compris.

      La validation de la « fin des négociations » doit être validée par les 27, ce qui apparait normal que chaque pays négocie les contentieux avec le pays sortant.
      Ce qui veut dire que les 27, à l’unanimité, peuvent avncer ou repousser la date de fin des négos selon leur bon vouloir, a l’unanimité quand même.
      Dans le courant des deux ans, si la france répond favorablement aux demandes et inquiétudes des pays de l’union la sortie peut-être décidée à l’unanimité des 27, dans le sens que plus personne n’a de griefs et de compte à régler donc la sortie c’est ok pour tous donc les 27 valident.
      Si 1 pays estime que le compte n’y est pas il peut, moyennant l’adhésion des 27 refuser la sortie avnat les deux ans mais peut aussi repousser au delà des deux ans.
      Il me semble comprendre que d’une manière ou d’une autre c’est l’UE qui reste maitre de l’agenda. Et ça ça craint.
      Si j’ai bien compris.


    • Leonard Leonard 6 avril 16:00

      @Sparker

      Regarde je suis gentil...

      L’article 50 dispose :

      « 1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union. (donc on peut unilatéralement décider de partir)

      2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. (art 218 paragraphe 3 : En général, le Conseil a le pouvoir d’ouvrir les négociations, d’arrêter les directives de négociation, de signer et de conclure les accords). Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen. (Vote à la majorité qualifiée)

      3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai. (Donc au bout de 2 ans après la notification, le TUE ne sera plus applicable, sauf si le Conseil Européen contrevient à cet article en prorogeant le délai des 2 ans à l’unanimité)

      4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent.(le sortant ne participe pas au vote de la délibération, normal il se barre...)

      La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 238, paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE ici) Cette article dispose :

      A partir du 1 novembre 2014, et sous réserve des dispositions fixées par le protocole sur les dispositions transitoires, dans les cas où, en application des traités, tous les membres du Conseil ne prennent pas part au vote, la majorité qualifiée se définit comme suit :

      a) La majorité qualifiée se définit comme étant égale à au moins 55 % des membres du Conseil représentant les États membres participants, réunissant au moins 65 % de la population de ces États. Une minorité de blocage doit inclure au moins le nombre minimum de membres du Conseil représentant plus de 35 % de la population des États membres participants, plus un membre, faute de quoi la majorité qualifiée est réputée acquise.

      b) par dérogation au point a), lorsque le Conseil ne statue pas sur proposition de la Commission ou du haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, la majorité qualifiée se définit comme étant égale à au moins 72 % des membres du Conseil représentant les États membres participants, réunissant au moins 65 % de la population de ces États.

      5. Si l’État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49. »

      Voilà ! Je suis un méchant de l’UPR... Qui écoute le Gourou Asselineau parce que c’est un homme de Raison... de Raison... Qui fait des démonstrations cohérentes...

      Voila pourquoi je le suis... Parce qu’il faut savoir de quoi on parle !

      ET DE RIEN POUR CES PRECISIONS (je t’espère juste qu’à l’avenir tu trouveras les gens adhérents aux idées de l’UPR moins stupides et manipulés... Parce qu’on fait un sacré travail pour faire comprendre aux gens ce que la société et l’UE ne veut pas qu’ils comprennent ce genre de chose... Et on le fait gratuitement, sur notre temps et pourtant on s’en prend tout le temps plein la gueule... Et ça prouve bien l’état de décrépitude intellectuelle des composantes de notre société MALADE)


    • Tall Tall 6 avril 16:09

      @Sparker

       
      Dans le texte officiel ( voir Léonard ci-dessus ), je vois justement que les 2 ans pourraient être prolongés par le Conseil ... alors bon ... je vais la faire courte > si la France décide de claper la porte et basta, qu’est-ce tu veux qu’elle fasse l’UE ?
       
      La France donne + d’argent à l’UE qu’elle n’en reçoit : 9 milliards de différence.

    • kalachnikov lermontov 6 avril 16:12

      @ Leonard

      La maladie, c’est la lâcheté. J’ai déjà expliqué ça à Sparker, il y a deux ou trois jours. Ce genre de personnage me fait marrer ; parce qu’il a peur de lutter contre la Bête et de fait en vient à devenir son complice en répercutant des choses fausses. Et sitôt l’élection passée, il va se mettre à pleurer parce que la Bête le rudoie. et comme ça pour les cinq années qui viennent.


    • Leonard Leonard 6 avril 16:13

      @Tall

      Non ça se passe pas comme ça chez McDonald..
      Qui dit claquer la porte dit sanction au niveau internationale.

      Oui il peut proroger le délai de 2 ans automatique (déjà ce n’est pas la règle c’est l’exception à la règle).

      3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.

      Donc il faut l’unanimité des Etats membres pour proroger le délai le 2 ans et le dépasser...

      Comprendro ?

      PS : putain... pourquoi j’ai faut du droit moi :(


    • Tall Tall 6 avril 16:23

      @Leonard


      en accord avec l’État membre concerné, 

      Ok, j’avais sauté ça ... donc on sort bien d’office 2 ans après la notif, même sans aucun accord


    • Leonard Leonard 6 avril 16:24

      @Tall

      Je rajouterais même que ce délai de 2 ans peut être proroger en accord avec l’état sortant justement...
      Donc il suffit à la France de ne pas donner une prorogation de délai... (pas la peine de claquer la porte justement)


    • Tall Tall 6 avril 16:25

      on peut sortir d’office ..


    • Leonard Leonard 6 avril 16:25

      @Tall

      Oui en accord avec l’Etat concerné (donc nous) et l’unanimité des 27...

      Donc la prorogation de délai ne se fera que pour des modalités de forme et d’écriture de la sortie.
      Le fond sera tranché avant.


    • Leonard Leonard 6 avril 16:27

      @Tall

      Ben oui...
      Avec FA on sort d’office... Avec Marine on vote, si c’est oui article 50 et on sort d’office... Voilà

      Y’a pas de négociation genre, non mais vous aller rester parce que... C’est pas du tout ça... C’est tu sors et après on négocie deux trois trucs (genre deux trois préjudices à la con et basta)...

      Bon après tu te retrouves tout seul en slip au milieu de l’Europe... mais on a fait ça pendant 1 millénaire ! Et nous resterons liés à tous les états de l’Union par des traités bilatéraux.


    • Tall Tall 6 avril 16:29

      @Leonard

       
      ok c’est clair ... et caricaturalement donc, on pourrait même ne rien négocier du tout pendant 2 ans et puis voilà ...mais bon, dans la pratique, ce n’est pas évidemment comme ça que ça se fera
       
      en tout cas, personne ne peut nous empêcher de sortir moyennant ce respect des 2 ans pour organiser le « déménagement » ... là est l’essentiel

    • Leonard Leonard 6 avril 16:39

      @Tall

      On sera obligé de négocier sur les contentieux, sinon c’est une cour européenne qui les tranchera et on prendra lourd en dommage et intérêt pour non respect des clauses du contrat qu’est le TUE.

      Mais non personne ne peut nous empêcher...

      FA le crie a TLM mais on croirait que c’est pas vrai...

      Grosso modo t’envoies une LRAR au conseil de l’Europe (une notification) comme quoi tu ne veux plus en faire parti... (pareil pour l’OTAN...)

      Si.. Il y a quelqu’un qui peut nous empêcher de sortir : La partie du peuple totalement décérébrée qui ne fera jamais l’effort de comprendre quoi que ce soit et qui se contente de la médiocrité du passage de son existence.... Et... J’ai bien peur... Qu’ils soient largement majoritaires...


    • Tall Tall 6 avril 16:45

      @Leonard


      Et... J’ai bien peur... Qu’ils soient largement majoritaires...
       
      Pas sûr, pas sûr ...elle est maligne la Marine smiley

    • Sparker Sparker 6 avril 16:49

      @Leonard
      « Donc la prorogation de délai ne se fera que pour des modalités de forme et d’écriture de la sortie.
      Le fond sera tranché avant. »

      Où as-tu lu ça ?


    • Leonard Leonard 6 avril 16:49

      @Tall

      Let’s see


    • Xenozoid Xenozoid 6 avril 16:51

      @Tall

      ben elle aura pas le choix, contrairement a toi qui te fait oublier après, pour voté marine belgique,ne fais pas de gosses avec la louve...(trop tard)
      je vous ai reconnu
      pas mal l’histoire de ragnana,bouffon

    • Leonard Leonard 6 avril 16:52

      @Sparker

      Euh... De la pratique juridique que tu ne connais pas peut être ?

      Bref tu vas pas venir tergiverser encore j’espère, j’ai été très clair sur l’explication de l’article 50 du TUE...

      LE PROROGATION DU DÉLAI AUTOMATIQUE DE 2 ANS ne peut se faire qu’à l’unanimité des États membres, avec l’accord de l’État Sortant....

      Donc ça n’arrivera probablement pas...


    • Sparker Sparker 6 avril 16:52

      @Tall
      « ok c’est clair ... et caricaturalement donc, on pourrait même ne rien négocier du tout pendant 2 ans et puis voilà ... »

      Heu, ça, je sais pas ce que tu as compris, c’est l’interprétation de Léonard. Comme si on pouvait sortir sans rien négocier si on le voulait...
      Il faut l’unanimité des 27, donc c’est EUX qui décident quand tu sors, avant ou après les deux ans.


    • Leonard Leonard 6 avril 16:55

      @Sparker

      Pitié arrête de travestir mes propos....
      Tu dis n’importes quoi.. Je t’ai expliqué plus haut, en détail l’article 50 (dans un langage non juridique pour que tu puisses le comprendre....)

      Alors arrête STP...


    • Leonard Leonard 6 avril 16:57

      @Sparker

      Et le pire c’est que tu me sors que j’interprète le droit...

      MAIS PUTAIN ! IL EST ÉCRIT LE DROIT ! C’EST PAS POUR RIEN !

      Y’a des termes précis dans les écris juridiques.... C’EST PAS POUR ÊTRE INTERPRÉTÉ


    • Tall Tall 6 avril 17:04

      @Sparker
       

      Non non, j’interprète le texte de la même façon que Léonard.

      Dit autrement > on notifie le 50 et à partir de cette date, les 2 ans courent.
      Exemple : le 50 est notifié en juin 2017 ... ça court jusqu’en juin 2019
      Pendant ces 2 ans on discute sur tout ce qu’on veut
      Et quelque soit le résultat des discussions, c’est fini en juin 2019
      Sauf ... si tout le monde, y compris le pays sortant dit > ok dac, on va encore un peu discuter

      Voilà ...

    • Tall Tall 6 avril 17:05

      @Leonard
       

      T’énerves pas ... c’est juste de la pédago ... smiley

    • Sparker Sparker 6 avril 17:29

      @Tall

      « si tout le monde, y compris le pays sortant dit »

      Donc toi tu comprends que si le pays sortant, la france notamment, ne veut pas proroger, l’UE alors ne peut pas proroger (nous faisons donc partie de l’unanimité), alors que nous ne participons plus de fait au débat interne à l’UE.
      Ca veut dire qu’on peut quitter l’UE sans avoir tout négocié, arrivé à deux ans donc.
      Comme tu dis, on pourrai ne rien négocier, attendre deux ans et claquer la porte alors que, pendant ces deux ans, les traités continuent d’être appliqués ou que nous sommes exclus des délibérations de l’UE.

      Si Léonard, sans insulter à tout va, peut éclairer une cervelle de prolo comme la mienne, par ce que c’est là que j’y vois de l’interprétation.

      Léonard à soif de nous dire qu’il n’y a aucun problème que tout se fera en douceur et je ne peux croire une minute à ça et j’essaie de voir ce qui fera le blocage.
      On est intéressé à ce sujet à la FI, on va peut-être avoir besoin de sortir, donc faut déblayer le sujet.

      « 
       »Nous sommes prêts à utiliser notre droit de veto si les conditions posées dans la résolution ne sont pas respectées. Notre priorité est aujourd’hui de protéger les droits acquis des citoyens européens qui sont menacés par le Brexit", a menacé le chef des sociaux-démocrates au Parlement, Gianni Pittella.« 
      Plusieurs eurodéputés ont aussi tenu à avertir les Britanniques qu’une  »approche à la carte" était inenvisageable et l’appartenance au marché unique possible seulement en échange de la libre circulation des biens, des capitaux, des services et des personnes.


    • Leonard Leonard 6 avril 17:38

      @Sparker

      Je te ferais un topo dans la semaine sur l’article 50...

      Parce que je crois par que tu comprennes vraiment une procédure de sortie d’un traité...

      Et c’est dommage parce que tu crois que je veux te faire croire des trucs, alors que je ne fais que te décrire de la procédure...

      (La procédure de sortie c’est un LRAR... et ensuite négociation pendant 2 ans maximum sauf prorogation de délai... qui s’obtient a l’unanimité et avec la validation de l’état sortant... c’est pas compliqué quand même ? )


    • Leonard Leonard 6 avril 17:39

      @Tall

      Expliques lui que ce n’est pas une interprétation du droit STP...

      Parce que là moi, j’en peux plus avec lui... Sa mauvaise foi (ou son ignorance) transpire...


    • Leonard Leonard 6 avril 17:42

      @Sparker

      « Plusieurs eurodéputés ont aussi tenu à avertir les Britanniques qu’une   »approche à la carte" était inenvisageable et l’appartenance au marché unique possible seulement en échange de la libre circulation des biens, des capitaux, des services et des personnes."

      Et ben j’espère qu’ils vont dire non et rétablir leur barrière douanière... (ce qui serait la suite logique de la procédure de Brexit)

      Parce que la libre circulation des biens, des capitaux, des services et des personnes :
      C’EST LE TRAITE SUR L’UNION EUROPEENNE et c’est ça qui fou la merde !


    • foufouille foufouille 6 avril 17:46

      @Leonard
      si le droit est toujours interprété, sinon les lois ne changeraient pas sans cesse.
      c’est aussi au bon vouloir de ceux ou celui qui juge.
      la loi n’est pas non plus précise du tout.


    • Tall Tall 6 avril 17:48

      @Sparker


      Donc toi tu comprends que si le pays sortant, la france notamment, ne veut pas proroger, l’UE alors ne peut pas proroger (nous faisons donc partie de l’unanimité), alors que nous ne participons plus de fait au débat interne à l’UE.
      Ca veut dire qu’on peut quitter l’UE sans avoir tout négocié, arrivé à deux ans donc. 
      Comme tu dis, on pourrai ne rien négocier, attendre deux ans et claquer la porte alors que, pendant ces deux ans, les traités continuent d’être appliqués ou que nous sommes exclus des délibérations de l’UE.

       
      Oui, c’est bien ça ... il n’y a pas d’erreur ... relis à ton aise, tu verras

    • Leonard Leonard 6 avril 17:50

      @foufouille

      Oui c’est vrai surtout quand c’est une la loi de procédure qui ne fait que te décrire une procédure....
      Y’a pleins d’interprétations possibles..

      Rendors toi...

      « si le droit est toujours interprété, sinon les lois ne changeraient pas sans cesse »... Je te laisse sur cette phrase que tous les juristes apprécieront par sa grande valeur... (d’ailleurs les lois changent tous les jours non ?)


    • foufouille foufouille 6 avril 17:55

      @Leonard
      la preuve que ta procédure est interprètable est visible avec le brexit.
      tu as légifrance en ligne comme moi pour constater les changements.
      tu es mytho ou autiste ?


    • Sparker Sparker 6 avril 17:56

      @Leonard
      Là je pense que la GB veut garder ces prérogatives et que le chantage, la pression, va se trouver là, le buiseness, la GB instaurer un contrôle des capiatux aux frontières et donc ne serait plus dans la finance mondiale ?? Je crois qu’a l’UKIP ils vont avoir la raie qui chauffe ...


    • Leonard Leonard 6 avril 18:05

      @foufouille

      Oui oui c’est interprétable foufouille, tu as raison...
      (c’est pas moi l’handicapé ici...)


    • Leonard Leonard 6 avril 18:07

      @Tall

      On a pas forcément dit un contrôle de capital (surtout pas les anglais... ils ont les iles vierges...), mais un contrôle avec un tarif douanière de tout bien physique... par exemple non ?

      En fait vous mélangez énormément de sujet qui n’ont rien à voir :/

      Le contrôle des capitaux est quasi impossible... alors que le contrôle des biens physiques taxés oui...


    • foufouille foufouille 7 avril 10:36

      @Leonard
      une dernière comme tu es un gros mytho :
      http://sosconso.blog.lemonde.fr/
      j’ai aussi le site internet des archives de la cour de cassation, situ veut le gros mythototo.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 9 avril 11:06

      @ Tall,

      Bonjour,

      Sauf que... depuis 1980, une foultitude de dispositions ou de normes ou règles a été imposée aux pays membres, par les deux instances qui font force de loi, le Conseil de l’UE, et la Commission Européenne. Elles adoptent des lois obligatoires auxquelles il est impossible de changer ne serait-ce qu’une virgule. 700 règlements en 2012.

      Et savez-vous qu’il existe un Journal Officiel Européen ? : il suffit d’aller sur le lien pour se rendre compte que l’UE est vraiment une grosse poule pondeuse.

      http://eur-lex.europa.eu/oj/direct-access.html?locale=fr

      Je vous laisse le plaisir d’une lecture plus que passionnante et éclairante.

      Je précise que les grands domaines de la vie économique, écologique, sociale passe évidemment par ces lois draconiennes.


  • Gavroche Gavroche 3 avril 20:13

    Bonsoir


    Ceux qui on vu le reportage (une parodie mais basée sur des faits) sur le Frexit sur I.Télé hier soir vont être dégoûtés à jamais de vouloir quitter l’Euro.

    Avec la dévaluation de notre monnaie, ceux qui ont des assurances vie, des livrets A et autres épargnes auront vite intérêt à acheter de l’or avec car la chute sera vertigineuse. Gare à nos économies.

     1 Euro vaudra 1 franc ? oui mais déprécié de 20% sur les marchés ! 1 euro vaudra 0.80 francs.

    Si d’hors et déjà les anglais ont vu le prix des carburants grimper de 25% les nôtres seront encore plus chers, tous les achats à l’étranger, les matières premières....

    Récession et 1 millions d’emplois perdus prévus.. une paille ! Ce sera ça le Frexit.

    Laissons les anglais essuyer les plâtres, et demandons aux belges de sortir de l’Euro.pourquoi devrions nous leur servir de cobayes smiley

    • alinea alinea 3 avril 20:28

      @Gavroche
      Je pense que la sortie de l’euro ne se décrétera pas, par idéologie, elle sera nécessaire, ou pas ! Mais si elle devient nécessaire c’est que ses inconvénients seront compensés par ses bienfaits !
      L’entrée dans l’euro s’est décrétée par idéologie, on voit le résultat !!


    • Gavroche Gavroche 3 avril 21:11

      Bonsoir @alinea


      Le problème est que les bienfaits et les inconvénients ne sont jamais universels.

      Ainsi 
      A) les bienfaits pour les riches sont toujours des inconvénients pour les pauvres et 
      B) les inconvénients pour les riches sont des bienfaits pour les pauvres.

      Mais jusqu’à présent c’est toujours le A qui domine. Ça ne devrait pas changer. smiley

      Bonne soirée 

    • Croa Croa 4 avril 12:38

      À Gavroche,
      Tu fais une erreur fondamentale en laissant les autres « essuyer les plâtres ».
      *
      Les premiers sortis seront les gagnants tout simplement parce que la facture sera présentée aux derniers utilisateurs de l’euro.
      En plus seuls les prix des produits importés monteront. Par contre le chômage ne peut que diminuer donc à terme nous sommes gagnants.


    • Croa Croa 4 avril 13:35

      À Gavroche & Alinea,
      *
      Il y a eu des périodes où ton A ne dominait plus tout à fait, par exemple à la libération.
      *
      Ils ne sont forts que de notre degré de servitude.


    • ecophilopat 4 avril 14:34

      @Gavroche

      ben c’est sur que si ils l’ont dit a la TV le débat est clos.

      Mais au fait c’est pas la même TV qui nous avait promis monts et merveilles avec l’UE.
      .
      Vous qui nous parlez toujours de connaitre les avantages et les inconvénients vous devez êtres impatients de voir un reportage vantant les avantages de la sortie j’imagine, et bien quelque chose me dit que vous n’êtes pas prêt de le voir.


  • Papybom Papybom 3 avril 20:27

    Bonsoir Monsieur Verdi.

    La sauce serait-elle en train de prendre pour Mélenchon ? pourquoi pas, avec les sondages vos espoirs ne sont plus fantaisistes.

    Cazeneuve rejette la demande « irréaliste » d’un plan de 2,5 milliards d’euros pour la Guyane. Le gouvernement propose déjà plus d’un milliard d’euros, mais ce n’est pas suffisant pour la prise d’otage d’Ariane. Qu’en pense Monsieur Mélenchon ?

    Je vous rappel également : « Les peuples du Maghreb sont nos frères et nos sœurs. Il n’y a pas d’avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb » Ce ne sont que les propos de cette vidéo : En vidéo

    Le 7 mai la Première Dame de France sera-elle Madame Saïda Jawad ?

    Bien cordialement.


    • alinea alinea 3 avril 20:31

      @Papybom
      Encore ?!!
      Les Arabes et Berbère du Maghreb au Maghreb : un bout d’Histoire commune, langue commune, et intérêts complémentaires.
      Sinon Mélenchon a dit que s’il était élu il continuerait d’habiter chez lui, et que, comme il est célibataire, il serait le dernier président de la cinquième, et celui qui coûtera le moins cher !!


    • Croa Croa 4 avril 13:40

      À Papybom,
      C’est un pied noir. Il est donc bien placé pour en juger et à priori il sait ce qu’il dit.


  • Papybom Papybom 3 avril 22:05

    Bonsoir Alinéa

    (Les Arabes et Berbère du Maghreb au Maghreb : un bout d’Histoire commune, langue commune, et intérêts complémentaires). Et Couverture Maladie Universelle commune ?

    Le président qui coûtera le moins cher, comme Donald Trump. J’adore vos plaisanteries !

    Cordialement.


    • alinea alinea 3 avril 23:24

      @Papybom
      Excusez moi de ne pouvoir prendre au sérieux votre réponse !


  • biquet biquet 3 avril 22:32

    3 semaines avant le premier tour des primaires de la gauche, les sondages donnaient Hamon à 8 % ! toutefois il y a des gens qui continuent à y croire, plus dure sera la chute !


  • BA 3 avril 23:05

    Quoi qu’il arrive, Jean-Luc Mélenchon veut rester dans la zone euro.

    Dans son programme, Jean-Luc Mélenchon propose un plan A :

    « Dans cette refondation européenne, nous voulons notamment :

    • Mettre fin à l’indépendance de la Banque centrale européenne, modifier ses missions et status, autoriser le rachat de la dette publique directement aux États, interdire à la BCE de couper les liquidités à un État membre. Sans attendre, la Banque de France sera mise au service de ces objectifs

    • Dévaluer l’euro pour revenir à la parité initiale avec le dollar »

    https://laec.fr/section/51/plan-a-proposer-une-refondation-democratique-sociale-et-ecologique-des-traites-europeens-par-la-renegociation

    En cas d’échec du plan A, Jean-Luc Mélenchon propose un plan B :

    « Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

    • Stopper la contribution de la France au budget de l’Union européenne (22 milliards d’euros par an dont 7 milliards d’euros de contribution nette)

    • Réquisitionner la Banque de France pour reprendre le contrôle de la politique du crédit et de la régulation bancaire, et pour envisager un système monétaire alternatif avec ceux de nos partenaires qui, dans la phase A, auraient manifesté leur désir de transformer l’euro en monnaie commune et non plus unique »

    https://laec.fr/section/52/appliquer-un-plan-b-en-cas-d-echec-des-negociations

    Conclusion :

    Même en cas de plan B, Mélenchon veut simplement « transformer l’euro en monnaie commune et non plus unique. »

    Ce programme est nul.

    Il faut sortir de l’euro le plus vite possible.

    Votez Asselineau.


    • Leonard Leonard 4 avril 08:17

      @BA

      Ben quoi il veut mettre fin à l’indépendance de la BCE puis apres passer l’Atlantique et faire pareil avec le CFR et la FED...

      Un doux rêveur qui vend du rêve a des blaireaux qui en plus y croient...

    • Hachka Hachka 4 avril 16:00

      @Leonard

      Cest plus simple de croire a la soumission et a tout ce qui existe deja, cest sur ! La realite, cest la force quon veut bien lui donner ! Mais a cause de gens comme vous qui vous etes resigne avec la vie et qui protegez vos maitres allegrement, ce monde est en train de viree a laigre et les gens comme moi, nallons plus vous laissez faire. Assez de votre fanatisme avec une dette illusoire, sa fait longtemp que le papier toilette euros, dollar ne vaut plus rien du tout ! La seule valeur, cest la confiance quon se donne en tant que peuple, en tant que peuple parlant le francais. Sa sa na pas de prix et cest sa la france insoumise, il me semble que jlm le comprend bien mieu quen 2012 quand il croyez encore au parti avec le front de gauche ! Maintenant il comprend limportance du tirage au sort


  • Dom66 Dom66 3 avril 23:18

    Merci pour l’article.

    Je suis « bleffé » par le nombre de spectateurs supporters a chaque réunion, beaucoup de jeunes donc espoir, je pense et j’espère qu’il va créer la surprise, les journaleux commence a s’en apercevoir.


    • Verdi Verdi 4 avril 13:16

      @Dom66

      Merci ! 

      Oui, les journaleux essaient de prendre le train en marche. 

  • wesson wesson 3 avril 23:20

    Toujours dans les sondages « atypiques », en voici un ou c’est fait : Mélenchon a plié Fillon.


    Il le placent à 19.5%, en 3ème position.


    C’est un sondage d’une pme d’analyse de terrain, non reconnu par « les grands médias », mais la méthodologie as l’air sérieuse et le sondage est très détaillé. 

    Après il y a un bruit de fond médiatique qui semble confirmer une réelle percée, jusqu’au figaro qui livre même des articles aussi étonnants sur Mélenchon que le sont également les commentaires.

    A suivre ...

    • Verdi Verdi 4 avril 09:42

      @wesson

      Effectivement, deux liens qui renvoient à la réalité du moment, en espérant que cette réalité s’amplifie pendant les semaines à venir, et que traduit parfaitement Jérôme Sainte-Marie : « Tout l’enjeu est de savoir si l’aventure de la France insoumise ressemblera au triomphe du « non » au Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005, ou bien au résultat en demi-teinte du premier tour de l’élection présidentielle de 2012. »

    • Croa Croa 4 avril 13:53

      À wesson,
      Et comme la bulle Macron va finir par éclater !  smiley (Ça se voit trop à quel point il est bidon.)


    • wesson wesson 4 avril 15:25

      @Croa
      Ne vous bercez pas d’illusion non plus. 

      Macron c’est d’abord et avant tout une opération marketing sur une clientèle qui existe bel et bien, et qui est pratiquement insensible à ce qui se passe sur Internet. 

      Cette masse ne s’informe que auprès des grands médias, télés en tête. 

      Le journal de 20H sur TF1 c’est 8 millions de personnes qui regarde, 5 pour France 2. 

      A tous ces Français, qu’est-ce que on leur dit ? « Si vous êtes de gauche votez Macron, si vous êtes de droite, votez Fillon ».

      Voilà comment on obtient 5 millions de voix sur du vent.

      J’aimerai bien me tromper, mais je ne voit pas comment Macron pourrait faire moins de 15%. Si il est en dessous de cela, ça voudra effectivement dire que l’influence des médias n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut. Je ne croit pas que on y soit encore en France tout du moins. 




  • Pierre 3 avril 23:50

    Qu’est-ce qui peut l’arrêter ? Lire le programme de l’admirateur de Chavez !


    • Croa Croa 4 avril 13:57

      À Pierre,
      Il y a de quoi. Tu devrais te renseigner sur Chavez, un des rares responsables politiques sachant servir son peuple. (Et certainement raison pour laquelle tant de médisances règnent sur nos médias !)


    • jorie 4 avril 17:57

      @Pierre
      La transition écologique, l’abandon des énergies carbonées, la remise en cause de la croissance à tout prix au mépris de l’écosystème, le retour de l’agriculture de proximité, la re-localisation de nos industries, l’économie de la Mer (abandonnée depuis De Gaulle), quel rapport avec Chavez ? enfin, la 6e république et les mandats révocables pour éviter clientélisme, corruption et pantouflage, la charte Anticor. en plus, nous n’avons pas de pétrole nous. Nous avons juste des idées et surtout des jeunes qualifiés, des chercheurs capables de mettre tout ça en place. Le gros problème de Chavez était justement la reprise en main de l’économie, il a juste fait 1 re-distribution et réalphabétisé son pays. Bon, le Venezuela, c’est pas la France. Je suppose qu’il a fait ce qu’il a pu, avec les gens dont il disposait.


    • Pierre 4 avril 22:23

      @jorie
      De l’intox !


  • Ken_le_sous-vivant Ken_le_sous-vivant 4 avril 06:54

    << N’adopte pas une démarche gaullienne qui veut, mais qui peut ! >>

    Mais oui bien sûr, et après la marmotte emballe la plaque de chocolat dans le papier d’alu.

    Sérieusement, quel gaulliste peut y croire ? Déjà Chevènement c’est limite mais alors là, le pote à Tsipras trotskiste franc-maçon eurolâtre, c’est du grand n’importe quoi ! Et pourquoi pas Macron ou Mimi Mathy voire même les schtroumpfs tant qu’on y est !

    Quel crédit peut-on accorder à cette démarche soi-disant gaullienne après avoir proposé une mesure concernant les repas des cantines ?

    Ici Londres, les français parlent aux français ! Aujourd’hui à la cantoche, céleri rémoulade et pâtes au beurre bio. Le programme présidentiel d’inspiration gaullienne maintenant dans votre assiette.

    Tous gaullistes avant les élections, plus personne après quand il s’agit de poser ses couilles sur la table devant les euro-ricains pour défendre les intérêts de la France. Pathétique spectacle !


  • fred fred 4 avril 07:04

    Pour les simples d’esprit surement !


  • Leonard Leonard 4 avril 08:13

    Dormez braves gens fait vous fi de ce que je dis.


    Dormez braves gens, nous allons combattre les chimères !

    Dormez braves gens, je ne sortierais pas de l’Europe.

    Dormez braves gens, et vous avez besoin de rêve pendant votre sommeil !

  • Leonard Leonard 4 avril 08:16

    En fait ils veulent redonner de l’humanité en politique... parce que la société État Français n’est plus une entreprise mais une œuvre de charité qui n’a plus de donateur...


  • cétacose2 4 avril 08:50

    La sauce ? j’sais pas ..mais l’assoce de malfaiteurs...c’est certain....


  • moderatus moderatus 4 avril 09:20

    Bonjour VERDI

    Votre article est celui d’un journaliste engagé , vous le revendiquez , et on y retrouve les arguments habituels.
    J’en partage une partie lais emet des réserves sur d’autres.

    Trois raisons à la hausse de Mélenchon, l’effondrement de HAMON dont une partie des voix se reporte sur lui

    Ses qualités de tribun qui attirent les foules , c’est le meilleur des candidats sur ce point.

    le fait qu’il ait revu sa position sur l’immigration, son ancienne position bloquait les intentions de vote.

    Qu’il dépasse Fillon n’a aucune importance, Il faut qu’il dépasse MACRON qui a un électorat friable pour avoir une chance d’être au second tour.
    Vous voyez ,on peut se dire beaucoup de choses en toute correction et sans agressivité.

    Je vous ai laissé un mot sur l’article de MERIVAC suite à votre intervention que je n’ai pas apprécié je vous le transmets ci dessous ne sachant pas si vous retourneriez sur l’article.

    suite à l’article de Gilles Mérivac

    en deux lignes vous avez employé comme arguments contre l’auteur de cet article. les mots
    abject mensonges haine.

    Étonnant pour quelqu’un qui écrit des articles, une telle agressivité et une telle intolérance envers les autres rédacteurs.

    Vous êtes en plus modérateur, et n’avez aucune modération dans vos propos, alors que vous devriez être un exemple.

    J’espère vous voir revenir dans vos propos à plus de mesure, pour ne pas nuire la crédibilité globale des intervenants d’Agoravox.

    Un journaliste engagé n’est pas forcément un ayatollah de la pensée unique.
    le fond ne me gêne pas, j’ai lu beaucoup de vos articles, mais la forme est « inquiétante »


    • Louve de France Louve de France 4 avril 10:51

      Bonjour Moderatus, 


      En 2016 Mélanchon vantait encore l’immigration et célébrait la France métissée. Je crois qu’il a justement compris que c’était son point faible car le socle de son électorat se déplaçait vers le Front National. 

      Il n’y a pas si longtemps, Merluche considérait donc la France comme une vulgaire multi-nationale ou l’immigré jouait le rôle du nouveau prolétaire. Pourquoi ce changement si soudain dans l’ADN de son parti ? Peut-on croire sérieusement a sa sincérité lorsqu’il bifurque « A Droite toute » en ce qui concerne l’immigration ? 

      N’oublions pas non plus les propos ultra-racialistes de Mélanchon sur les « Blonds aux yeux bleus » : 


    • Croa Croa 4 avril 14:06

      À moderatus,
      « Il faut qu’il dépasse MACRON »
      *
      Alors c’est GAGNÉ d’AVANCE !  Car Monsieur Macron va décrocher c’est sûr. Ce type est tellement bidon que tout le monde va finir par s’en apercevoir. Non seulement JLM lui passera devant mais d’autres candidats aussi. (Ou alors les français sont d’indécrottables crétins... Je ne saurais y croire !)


Réagir