samedi 19 octobre 2013 - par GéraldCursoux

Le début de la fin

Pouvons-nous encore vivre à crédit ?

Nous occidentaux vivons à crédit en ignorant les conséquences de la mondialisation et de la croissance démographique. Dans l'avenir, même avec une meilleure redistribution de la richesse produite, la mondialisation notre mode de vie se rapprochera d'une moyenne mondiale, et il sera bien inférieure à celui que nous avons aujourd'hui. Nous assistons impuissants à la formation d'un « cloud fiscal » mondial qui résulte des échanges, de la croissance des pays neufs, d'une uniformité des modes de vie, &c., et qui fait que le niveaux de vie occidental, résultant de plusieurs siècles de développement des sciences et des techniques, se réduira sous la pression qu'il exercera de façon aussi diffuse, générale, permanente et incontournable que la pression atmosphérique.

Ce « cloud fiscal » n'est pas le résultat d'une action technocratique conduite par des experts, mais le résultat des conflits planétaires entre les moyens de production des biens et des services (y compris agricoles) du fait de la concurrence mondiale, conflits qui engendrent des tensions au sein de chaque Etat provoquant des cycles de distorsions et ajustements, qui, agrégées par la mondialisation, ne peuvent produire cet équilibre mondial, parce qu'il est, in fine, contraire au marché. La contradiction est au cœur du système de production du fait du principe de concurrence d'où découle le marché. Il ne peut y avoir de marché sans concurrence, et sans marché il n'y a pas de système productif capable de répondre efficacement à une demande de biens et de services en évolution du fait de l'innovation résultant du développement des sciences et des techniques. Le Politique suit le mouvement sans jamais en avoir la maîtrise, à la recherche du bras au bout duquel il y a cette main invisible contre laquelle il se bat.

C'est dire que la lutte contre la sélection naturelle que le système capitaliste a permis de mener depuis deux siècles, avec notamment le développement de l'éducation et de la santé (grâce à celui de la science et des techniques) va s'effriter dans le monde développé, et que l'espérance de vie des populations occidentales va baisser, d'autres facteurs accélérant cette tendance comme les pollutions, l'épuisement des ressources naturelles, les changements climatiques... entraînant des pandémies, migrations de populations, guerres, destructions agricoles, &c.

Un nouveau système mondial est en train de naître, malgré nous, à cause de nous... mais hélas pas pour nous. Le capitalisme nourrit la démographie, mais c'est de cette dernière que viendra la sanction et sa disparition, ou tout au moins sa régression. Mais cela est du très long terme, cela dépasse notre horizon et on peut très bien vivre en continuant à penser qu'on est dans le meilleur des mondes possibles, avec pour seul horizon les prochaines élections pour tout changer afin que rien ne change...

 



7 réactions


  • BA 19 octobre 2013 15:22

    Vendredi 18 octobre 2013 :

     

    Etats-Unis : la dette publique a dépassé son précédent plafond : 17 027 milliards de dollars.

     

    La dette publique des Etats-Unis a dépassé l’ancien plafond légal que le Congrès a accepté de suspendre mercredi au terme d’une intense crise politique, selon des données publiées vendredi par le Trésor américain.

     

    La dette accumulée par l’Etat fédéral américain atteignait jeudi 17.027 milliards de dollars, alors que la limite légale était précédemment fixée à près de 16.700 milliards de dollars, selon le dernier décompte publié sur le site du ministère.

     

    http://www.boursorama.com/actualites/etats-unis-la-dette-publique-a-depasse-son-precedent-plafond-fb3f9bfa14906b96da907c0a8d569259

     

    Le FMI vient de donner ses prévisions pour l’année 2014. Nous pouvons voir quels sont les dix premiers Etats qui vont se déclarer en défaut de paiement :

     

    1- Japon : dette publique de 242,3 % du PIB.

     

    2- Grèce : dette publique de 174 % du PIB.

     

    3- Italie : dette publique de 133,1 % du PIB.

     

    4- Portugal : dette publique de 125,3 % du PIB.

     

    5- Irlande : dette publique de 121 % du PIB.

     

    6- Etats-Unis : 107,3 % du PIB.

     

    7- Espagne : 99,1 % du PIB.

     

    8- Royaume-Uni : 95,3 % du PIB.

     

    9- France : 94,8 % du PIB.

     

    Le FMI ne parle pas de la Belgique. En mars 2013, la dette publique de la Belgique était de 104,5 % du PIB.

     

    http://www.imf.org/external/pubs/ft/fm/2013/02/pdf/fm1302.pdf



  • millesime 19 octobre 2013 18:27

    il me semble qu’il est préférable de tout faire et mettre en oeuvre des solutions pour élever le niveau de vie des pays en voie de développement plutôt que de diminuer celui des pays développés (thèse du NWO)
    http://millesime.over-blog.com


    • MAF Vincent F.A. M. 2 novembre 2013 22:47

      Pourquoi choisir l’un ou l’autre, il me semble que notre niveau de vie soit dû à l’augmentation de nos consommations énergétiques essentiellement fossiles, hors nous n’avons que très peu de ressources fossiles. Les pays en voie de développement (sigle très mal choisi car un développement n’est pas durable) possède les ressources fossiles mais n’ont pas l’argent pour les exploiter. Notre modèle n’en est plus un, on a le devoir de le changer. Et c’est surement pas en faisant comme on le fait qu’il se stabilisera. Non, il faut évidemment que les pays en développement se développent mais surement pas en nous imitant. On trouve par exemple en Afrique des villes de 200000 logements pratiquement vide d’occupant, construites suivant le modèle chinois. Un modèle venant d’ailleurs n’est pas un modèle. Le modèle occidental de développement n’est plus durable.
      L’économie circulaire est maintenant actée par le gouvernement parmi l’une des 7 priorités pour 2030. Le développement des villes moyennes et leur densification devrait être la priorité, alors que le développement des mégalopoles devraient être stoppées, la qualité de vie est bien meilleure dans des moyennes villes que dans les grandes mégalopoles qui font fuir les classes moyennes en les parquant dans de l’étalement urbain.
      Non je ne sais pas ce qu’est d’élever un niveau de vie. Si je gagne 30% de plus et que je quitte ma ville moyenne pour travailler dans une mégalopole, suis-je 30% plus heureux ?
      Les gens confondent ’niveau de vie’ et ’condition de vie’.
      Si on aide un villageois à rester dans son village de son pays en voie de développement au lieu de construire des routes dans la grande mégalopole d’à coté pour lui permettre de s’installer tant bien que mal dans une ville inconnue ’occidentalisée’ et non durable, lui a-t-on retiré tout espoir d’élévation de ses conditions de vie ?
      Il faut faire attention à ne pas idéaliser un modèle qui a fait son chemin, et qui est maintenant sur le déclin si on ne s’oblige pas à organiser une transition.


  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 19 octobre 2013 22:51

    @ l’auteur.

    Bonsoir. Question intéressante. La réponse est bien entendu négative.
    Les observations de BA et de Millesime (blog très intéressant) montrent que l’arrêt cardiaque nest pas loin.

  • Laurenzola Laurenzola 20 octobre 2013 07:17

    @L’auteur

    La mise en oeuvre d’une économie circulaire, dont la croissance se mesurerais uniquement dans la minimisation de l’impact de l’activité et des produits manufacturés sur l’environnement, paraît une alternative crédible pour sortir du marasme annoncé.


  • charlotte 20 octobre 2013 09:18

    je lis cet article et j’ai l’impression de regarder la tele ou on repete toujours les memes choses jusqu’a ce qu’on les prennent pour vraies.

    Tout ce systeme de pensé est faux.
    Attribuer les progré de la santé ou de l’industrie au capitalisme est faux. Comment peut on affirmer cela ?

    la dette est une arnaque crée par les banquiers pour asservir les pays.
    Pompidou a travaill pendant 11 ans dans la banque Rotchild avant d’interdire à l’etat francais d’emprunter aupres du trésor publique taux zero..

    Il n’y a que deux problemes : La dette et les paradis fiscaux ou se trouve 90% de l’argent de la planete avec la complicité de tous les pays capitalistes.

    Petit rappel ; la BCE (l’argent des impots des européens) prete de l’argent aux banques à 0.6%
    Les banques nous repretent notre propre argent a 6% pour la france, 11% pour la grece.
    C’est le hold up du millénaire

    La BCE n’a pas le droit de preter aux pays.

    Les règles du jeux sont truquées d’ailleurs l’auteur tres habille confond le capitalisme et le probleme de la dette. Ce sont deux choses tres differentes.

    Il ne faut pas faire porter le chapeau de la dette et des impots qui vont avec au capitalisme.
    C’est malin de le faire mais c’est faux.
    Cet article protège les banques et nous fait un faux débat hors sujet sur le capitalisme.
    Personne n’est dupe.


Réagir