mardi 7 mars - par Robert Bibeau

Le déclin de l’impérialisme contemporain

 La plus récente résurgence de la crise économique systémique du capitalisme date de 2008. Depuis, la crise s’approfondit, se généralise, se mondialise, et étend ses métastases dans tous les domaines de la vie économique...

politique, idéologique, sociale, culturelle, diplomatique et militaire, dans toutes les sphères et sur toute la Terre. Ces exactions prennent la forme de famines, de guerres génocidaires, de révoltes populaires, vite réprimées. C’est ce que les analystes, économistes et politiciens, ces thuriféraires à la solde du capital appellent la « mondialisation néolibérale », qui n’a pourtant rien de « Libéral » et que la classe prolétarienne appelle LE DÉCLIN DE L’IMPÉRIALISME CONTEMPORAIN.

 

Quelles sont les sources profondes de cette crise systémique ? Quels en sont les protagonistes, les forces dynamiques, les tenants sous-jacents et les aboutissants évidents ? Qui tirent les ficelles en coulisses, quelles sont les rôles respectifs des banquiers, des financiers, des grandes corporations multinationales, des gouvernements, des consommateurs et des travailleurs au milieu de ce salmigondis, de cette anarchie ? Comment les marchés – la concurrence – les monopoles et les lois inexorables de l’économie politique agissent-ils au sein de cet appareil cataclysmique ? Les capitalistes des pays pauvres, que l’on disait néo-colonisés et que l’on dit aujourd’hui « émergents » et les populations paupérisées de ces contrées ont-elles une opportunité d’émerger à la lumière de l’équité ? Équité pour qui dans ces pays, pour les paysans prolétarisés ou équités pour les bourgeoisies compradores stipendiées ? 

 

Enfin, les gouvernements nationaux, ainsi que les organismes de contrôle et de gouvernance mondiale (FMI, BM, OCDE, OMC, ONU, OTAN, etc.) parviendront-ils à réformer les lois de l’économie politique impérialiste afin de remettre le navire amiral mondial sur les rails et lui donner un nouveau souffle de croissance afin de rétablir les prérogatives de l’État providence dont se gargarisent les petits-bourgeois en voie de paupérisation accélérée ? Voilà quelques-unes des questions qu’aborde LE DÉCLIN DE L’IMPÉRIALISME CONTEMPORAIN. Éditeur : www.Les7duquebec.com. Canada. Numéro ISBN : 978-2-9813297-1-4. 

 

Gratuit par téléchargement PDF.

 

CLIQUEZ : Version française www.robertbibeau.ca/crise2014.pdf

CLIQUEZ : Version anglaise. THE DECLINE OF CONTEMPORARY IMPERIALISM http://www.les7duquebec.com/wp-content/uploads/2017/03/THE-DECLINE-OF-CONTEMPORARY-IMPERIALISM.pdf

CLIQUEZ : Version italienne www.robertbibeau.ca/declinoimperialismo2014.pdf

 



5 réactions


  •  
     
     
     
    « De Flanby Le Gominé, élu ennemi de la finance ...
    à ....
    Ma Cromtesse de Rothschild, ami venu de la finance ... »

     
    Du-gai gogocho
     


    • lautrecote 7 mars 21:25

      @La Baudruche négrière patronale verdie
      ah ouais, quand il n’y a pas beaucoup de mots, je comprends presque tout smiley


    •  
      Plus de vomi alors, mais facile pour la divination :
       
       
      Au nord de l’Empire de Goldman-Sachs, vit le crétinisme absolu de la marchandise universitaire, celle des massacreurs de souchiens américains névrosés. La pensée vraie est la pensée du mouvement réel de l’Histoire, non la masturbation de la clique prébendière de l’Université Caribou gavé au biberon du pétrole de schistes bitumineux fumeux.
      Le gang des 7 léninistes, stalinistes où maoistes finiront par étrangler leur femmes, s’ils en ont, dans la grande tradition du bas clergé capitaliste.
      Ces hystérico dépressifs du Saint Laurent, sont le rouleau compresseur de la diarrhée la moins subtile, cristallisée en excrément apologétique branlettique de la non-pensée convenue.
       
      Pourquoi Riazanov, exhumant les Grundiss a-t-il fini au goulag de Staline ?

       

       


    • Réponse : dur à bideauner...
       


    • lautrecote 8 mars 12:22

      @La Baudruche négrière patronale verdie
      Et voilà, ça y est, plus de 25 mots, et je suis perdu, je ne comprends plus rien....


Réagir