vendredi 12 août 2016 - par roman_garev

Le manichéisme suicidaire de la politique ukrainienne

La politique ukrainienne n’est pas tout à fait une politique. C’est plutôt une annexe à une conscience quasi religieuse, dans laquelle la foi en certains postulats a écrasé complètement le rationnel, l’utilité et la logique, et soumis les pensées et les actions des gens. Voilà pourquoi, dans la politique ukrainienne, tout passe à travers les filtres de postulats politico-religieux, et celui qui ne professe pas ces postulats, essayant de s’appuyer sur le bon sens, est banni de la politique ukrainienne.

Par Andréï Vadjra (Ukraine)

Il y a très longtemps, au IIIe siècle, une doctrine religieuse appelée le manichéisme est née au Moyen Orient. Au XIe siècle, elle s’est répandue de l’Afrique du Nord jusqu’à la Chine, en s’imprégnant non seulement d’éléments christiano-gnostiques, mais aussi d’emprunts au zoroastrisme et au bouddhisme.

Du point de vue manichéiste, l’univers est le siège de deux forces, la Lumière et les Ténèbres, primordialement hostiles et constamment opposées l’une à l’autre.

Et le manichéisme en soi est devenu en fait une doctrine de la lutte entre la Lumière et les Ténèbres, le Bien et le Mal.

Selon cette hérésie manichéenne, le monde de la Lumière est la demeure du calme, où règne l’unité entre l’harmonie et l’entente. Ce monde est entièrement Bien, il ne connaît pas le Mal, il est spirituel, et toutes ses créatures sont parfaites, le contenant comme le contenu. Le monde des Ténèbres, lui, est dénué de toute spiritualité, de tout Bien et de toute harmonie, ses créatures sont laides, et lui-même est agité et agressif.

Le manichéisme affirme que la Lumière et les Ténèbres se sont mélangées et enseigne à ses adeptes à épurer leur nature radieuse de la matière sombre. Le résultat final de cette épuration devrait être le triomphe de la Lumière et du Bien sur les Ténèbres et le Mal, lorsque les résidus de la matière dénuée de divinité périront dans l’incendie universel.

Ce n’est pas pour rien que j’ai consacré autant d’attention à résumer les thèses principales de l’hérésie manichéenne. C’est que sa doctrine dualiste du noir et blanc est entièrement appliquée à la conscience d’une partie considérable de la population de l’Ukraine, et non seulement la politique ukrainienne, mais toute sa société, toute son économie, toute sa science et toute sa culture sont soumises à l’idée de la lutte totale entre la Lumière et les Ténèbres.

Du point de vue de l’idéologie officielle ukrainienne, le monde contemporain est composé des forces de la Lumière et de celles des Ténèbres. Les forces de la Lumière sont concentrées en Occident, tandis que les forces des Ténèbres se sont incarnées en Russie. Et ces forces mènent une lutte implacable, une lutte à mort.

Les forces des Ténèbres seraient puissantes, omniprésentes et agressives. En s’infiltrant dans le monde de la Lumière, elles y créeraient du Mal, de ce fait elles seraient la cause de tous les malheurs, de toutes les guignes qui se produisent. Les forces des Ténèbres, incarnées par la Russie, seraient très perfides, très dangereuses et n’existeraient que pour détruire tout ce qui est bien et radieux.

Cependant, les forces de la Lumière, celles des pays d’Occident, seraient de loin plus puissantes que ne sont les forces des Ténèbres. Elles mèneraient contre les Ténèbres une guerre implacable, dans laquelle elles l’emporteraient inévitablement.

Suivant cette notion ukrainienne de l’ordre universel, tout le monde politique de l’Ukraine contemporaine ne jure que par le dieu de la Lumière et du Bien suprême, à savoir les États-Unis d’Amérique, et lutte avec abnégation contre les forces russes des Ténèbres, qui envahiraient perfidement l’Ukraine et l’Occident et dont le dieu puissant et terrible serait Vladimir Poutine.

Du point de vue de l’idéologie officielle ukrainienne, l’Ukraine est une partie du monde de la Lumière où règne l’unité de l’harmonie, de l’entente et du Bien. Qui plus est, l’Ukraine serait la ligne de défense principale qui protégerait le monde de la Lumière, contre les forces pressantes des Ténèbres. Et comme les forces du dieu tout-puissant de la Lumière (les États-Unis) se tiendraient en soutien de l’Ukraine, la victoire des combattants de la Lumière ukrainiens serait prédestinée et inévitable. Finalement, lorsque le monde des Ténèbres serait détruit de façon complète et définitive, l’Ukraine recevrait, pour sa grande contribution, des territoires, des ressources naturelles, des actifs économiques russes et des millions de tonnes d’avoirs de toute sorte, que les combattants de la Lumière ukrainiens emmèneraient avec eux comme trophées légitimes.

Malgré le caractère évidemment délirant de cette idéologie manichéenne, toute la politique intérieure et extérieure de l’Ukraine, durant ces quelques dernières années, y est soumise. En dépit de la réalité et du bon sens, le pouvoir ukrainien a jeté le pays dans l’incendie réel d’une guerre virtuelle de la Lumière contre les Ténèbres, ressemblant à un insensé se cognant la tête contre le mur, au nom de ses illusions paranoïaques.

Ce qui est étonnant, c’est que dans son plan stratégique, Kiev a misé sur l’idée d’un combat éternel, interminable de la Lumière (l’Europe et les USA) contre les Ténèbres (la Russie), dans lequel l’Ukraine occupe la place centrale.

Et encore, notre pays s’est jeté dans ce combat sans les ressources nécessaires, ni le moindre plan. On était sûr que l’Occident allait prêter ces ressources et ce plan aux combattants de la Lumière ukrainiens. Qui plus est, dans les calculs de Kiev, ces ressources devaient être sans limite et fournies durant le temps infini d’une bataille universelle permanente. Pour le compte de ces ressources, le pouvoir ukrainien planifiait d’entretenir indéfiniment l’Ukraine combattante contre les forces des Ténèbres, en racontant de temps en temps à l’Occident les terreurs de la, soi-disant, invasion terroriste russe qui menace, soi-disant, l’Europe et les USA.

Si ce schème manichéen correspondait un tant soit peu à la réalité, le plan rusé de Kiev aurait réussi, au moins partiellement. Mais comme la bataille universelle de la Lumière et des Ténèbres n’existe que dans l’imagination enflammée des politiciens et du public ukrainiens, l’Occident a refusé net de placer l’Ukraine en subsistance éternelle. Déjà, en 2015, le robinet financier a été coupé, et cet été-ci il devient définitivement clair que le financement de l’Ukraine ne sera pas repris. L’Occident n’y voit plus aucune raison. C’est pourquoi le FMI a freiné le crédit promis autrefois.

Qui plus est, pendant que l’Ukraine, en se croyant l’avant-garde des forces de la Lumière dans la bataille contre des forces des Ténèbres, coupait rageusement tous ses liens financiers, économiques et commerciaux avec la Russie, envenimant tout par une hystérie militariste, en maudissant sans cesse tout ce qui avait trait aux Ténèbres russes ; le dieu du monde de la Lumière, en la personne des USA, commerçait en toute tranquillité avec le monde des Ténèbres, tandis que l’Union européenne s’efforçait de son mieux de rétablir sa coopération avec les Ténèbres russes.

En fait, l’Ukraine, guidée par son hérésie politique manichéenne, s’est acculée elle-même dans l’isolement. D’une part, elle a perdu presque complètement le soutien occidental, et d’autre part elle a rompu presque entièrement ses relations, avantageuses pour elle, avec la Russie. Donc, à présent, un problème insoluble se dresse devant le Kiev officiel, à savoir comment le pays peut survivre dans son combat solitaire, sans perspectives, contre les forces des Ténèbres et sans aucun soutien extérieur de la part des forces de la Lumière.

Initialement, Kiev estimait qu’en se jetant dans le combat pour le Bien universel et la Lumière, l’Ukraine aurait mérité l’aide magique de la part du dieu du Bien et de la Lumière, les États-Unis d’Amérique. Mais mi-2016, il est devenu évident que même ce dieu tout-puissant s’est détourné de l’Ukraine.

Qui plus est, début juillet, on a appris que le dieu tout-puissant ne l’était en fait pas. D’après l’ambassadeur des USA en Ukraine, Geoffrey Pyatt, « parfois les Ukrainiens nous voient plus puissants que nous ne le sommes en réalité. Mais on est ici et maintenant, dans le monde réel, et les États-Unis ne peuvent pas faire tout ce qu’ils veulent de notre part ».

L’Europe envisage actuellement une levée prochaine des sanctions, en commençant à reconnaître à mi-voix qu’en fait, en Ukraine, ce n’est pas une invasion terroriste russe, mais une guerre civile, menée par des néo-nazis ukrainiens. Déjà, en 2017, on attend de la part de l’Europe cette levée de sanctions et la révision de sa position envers l’Ukraine, avec toutes les conséquences qui en découlent pour Kiev.

En fait, le processus de la convergence de la Lumière et des Ténèbres, du Bien et du Mal se déroule sous nos yeux, en ruinant de fond en comble le dogme politique manichéen noir et blanc, fondement de la politique ukrainienne, intérieure comme extérieure. Que faire dans ces conditions, Kiev l’ignore. Elle n’a aucune autre conception, sauf celle d’une bataille éternelle des forces de la Lumière contre celles des Ténèbres.

Il sera particulièrement difficile d’expliquer la ruine de l’hérésie politique manichéenne aux simples citoyens de l’Ukraine, dont une partie considérable croit profondément que tous les malheurs de leur pays sont dus à l’agression hybride des forces des Ténèbres, à laquelle l’Ukraine s’oppose vaillamment en tant que citadelle imprenable de la Lumière.

Il n’est pas exclu que la rencontre inévitable de l’Ukraine avec la réalité, après l’écroulement des illusions politiques manichéennes, aura des suites catastrophiques pour le pays comme pour le peuple.

Andréï Vadjra

Texte original russe

Traduit du russe par Roman, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone



24 réactions


  • leypanou 12 août 2016 14:46

    Mais comme la bataille universelle de la Lumière et des Ténèbres n’existe que dans l’imagination enflammée des politiciens et du public ukrainiens : je ne pense pas, pour moi, les Bush et consorts, mais pas seulement, doivent partager cette idée, avec son fameux Axe du Bien.

    Et si jamais H Clinton se fait élire, le monde entier risque de vivre des moments difficiles, dont en particulier la Syrie et l’Iran, car le « we came, we saw, he died » ne s’applique pas seulement à Khadafi.


    • doctorix doctorix 13 août 2016 18:57

      @leypanou
      Il y a bien combat du mal contre le bien.

      Mais il y a erreur : le mal est du côté des nazis ukrainiens et des USA.
      Ici, on en prend la mesure :
      Tout ça sent la fin de partie pour l’empire, avec une Europe qui va enfin tendre les bras vers la Russie.
      Ca va être dur pour nos journaleux de dire du bien de Poutine, après tout ce qu’ils ont balancé...
      Mais il va bien falloir qu’ils bouffent leur chapeau.

  • Alren Alren 12 août 2016 15:59

    Toute cette construction mythologique passe au-dessus (ou au-dessous) de mon cartsianisme !


  • alinea alinea 12 août 2016 16:05

    Pour attirer l’attention des lumières américaines, Porochenko a déclaré :
    "J’ai ordonné à toutes les unités dans les régions situées au niveau de la frontière administrative avec la Crimée et le long de la ligne de front dans le Donbass de se mettre en état d’alerte ».
    Les Russes ténébreux de leur côté, ayant déjoué plusieurs attentats en Crimée, renforce la défense des citoyens.
    Ainsi donc c’est peut-être ainsi que viendra l’étincelle finale.


    • Xenozoid Xenozoid 12 août 2016 16:25

      @alinea


      pas forcément, mais tout va s’accélérer ,ça c’est sur, je reste persuader que la turquie offrira l’excuse pour officialiser tout ça
      coup d’etat raté en turquie, raté les opérations en crimée contre les russes, c’est le win win, ,une grosse communauté turque en crimée, beaucoup d’ ukrainiens n’aiment pas les tatars

    • alinea alinea 12 août 2016 16:42

      @Xenozoid
      Le ton monte en tout cas, on dirait « qu’ils » cherchent des prétextes désespérément ; Poutine veut parler aux Français en octobre sur la Place Rouge, j’y serais bien allée ! Il doit chercher à réveiller les Européens, les Français qui ont l’œil scotché sur les bikinis.


    • tonimarus45 12 août 2016 18:48

      @alinea— bonjour—il parait que les russes viennent de deployer des « s-400 » en crimee ?????


    • alinea alinea 12 août 2016 19:37

      @tonimarus45
      On m’a dit qu’ils avaient le couteau entre les dents, mais je ne le crois pas ! smiley
      Ah tiens ! je vais le mettre ici, pour tous :

      http://www.les-crises.fr/tic-tac-tic-tac-par-noam-chomsky/


    • tonimarus45 12 août 2016 20:49

      @alinea__Et pourquoi pas c’est leur droit ,non ???????


    • alinea alinea 12 août 2016 21:53

      @tonimarus45
      Oui mais les Russes aussi ont évolué, ils vivent dans un monde qu’ils veulent efficace, un couteau entre les dents, excuse, mais c’est pas une aide ! Mais enfin, il y a peut-être comme ici des nostalgiques !


    • wesson wesson 15 août 2016 22:05

      @alinea
      Je ne sait pas comment le dire autrement qu’abruptement, mais la Russie n’as strictement rien à foutre de l’Ukraine. Ils ont eu ce qu’ils voulaient (la Crimée), le reste peut pourrir sur place si ça leur chante.


      Autrement posé, il n’y a pas eu et il n’y aura probablement pas d’invasion Russe en Ukraine, et ça n’aura pas été faute d’avoir essayé de les y entrainer.

      Mais en ce qui concerne la Crimée, c’est très clair que les Russes ne laisseront rien passer, et considèreront toute attaque directe contre ce territoire comme une déclaration de guerre en bonne et due forme. Et là ils n’envahiront pas le pays qui se sera permis cela, cf la Géorgie comme modèle historique, c’était en 2008. Là, de l’avis général, leur armée est en bien meilleure forme que alors.

    • wesson wesson 15 août 2016 23:10

      @wesson
      au passage sur l’Ukraine on en apprends de belles dans les « soros leaks » (plusieurs milliers de documents fuités de l’open society fundation de G. Soros, que l’on peut consulter ICI ), où l’on peut se rendre compte à quel point cette fondation trempe dans le tripatouillage politico-financier, tout en jouant de la guerre.


      En résumé sur l’Ukraine Soros propose que l’Europe lui refile 1 milliards par an, qui par effet de levier financier lui permettrait de lever 11 milliards chaque année. Le but affiché étant de réarmer discrètement l’Ukraine pour la préparer militairement à une confrontation militaire avec la Russie. En clair, nous sommes priés de payer les Ukrainiens pour qu’ils lèvent un contingent de tirailleurs afin qu’ils aillent à la boucherie contre les Russes.

      On peut aussi y lire que Soros se désole de l’état d’urgence en France, et est prêt à claquer 1 million d’Euros pour monter une campagne médiatique contre.

      Inutile de préciser que ces documents fuités et ces révélations qui éclairent la fondation Soros pour ce qu’elle est (un outil politique) ne fait l’objet d’aucun papier dans la presse de France. Strictement rien !

    • JC_Lavau JC_Lavau 16 août 2016 22:26

      @wesson. Tes mots sont plus brutaux que nécessaire. De façon plus mesurée, sauver l’Ukraïne de ses oligarques, des amerloques et de Soros n’est probablement plus une entreprise à l’échelle humaine. L’appareil gouvernemental russe doit administrer ses pénuries et ses priorités sans le fardeau ukraïnien.


  • soi même 12 août 2016 17:19

    Si ce schème manichéen correspondait un tant soit peu à la réalité, et bien tous que vous décrivez relève d’une méconnaissance de la réalité l’Ukraine, c’est un des pays post soviétique les plus corrompus par une bande l’oligarchie post communisme convertie à la libre entreprise sauvage qui fait la loi dans se pays.Suivez les intervenions de Xavier Moreau, au moins lui n’est pas dans émotionnel bêtifiant qui est si déplaisent à lire dans votre article.

     


    • alinea alinea 12 août 2016 18:30

      Ce texte est de Andréï Vadjra, l’auteur de ce site l’a traduit, c’est une allégorie, on va dire comme ça, soi-même !


  • JMBerniolles 12 août 2016 20:16

    L’Ukraine n’est pas dirigée par des ukrainiens et encore moins pour l’Ukraine, qui d’ailleurs n’existe sans doute plus.

    C’est directement la politique dite neo con et ce le sera encore plus avec Hillary Clinton.


  • Abou Antoun Abou Antoun 13 août 2016 11:16

    J’ai été jusqu’au bout de la lecture, mais que de répétitions. On le dirait écrit pour des débiles.
    Le tout peut tenir en quelques phrases.
    La réalité est peut-être plus simple, les nazis redressent la tête un peu partout, en Yougoslavie, dans les pays baltes et en Ukraine.


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 août 2016 13:35

    métaphore intéressante mais qui donne sans doute un rôle trop grand à l’Ukraine, excusez du peu.

    L’Ukraine, comme la Syrie, sont devenues les jouets de forces qui les dépassent.

    Le manichéisme est-il interne à l’Ukraine, ou n’est-ce pas plutôt celui des Occidentaux qui considèrent Poutine comme Satan, et estiment vivre au Paradis ?


  • arthes arthes 13 août 2016 18:05

    Dans l idée du manichéisme déjà , qu est la lumière ? 

    Celle du « faux » porteur de lumière ? Lucifer ? Et celui qui croit la voir et s envoler pour y aspirer se trompe de Dieu et se brûle les aile ou les yeux (il appelle cela le bien ) quant à l obscurité, c est toujours là froideur matérialiste combinée au plaisir des biens matériels, la suprematie de la conscience qui nie là dimension spirituelle de l humain et qui se prend elle même pour dieu...Ce serait le 
    mal ?

    Pas si simple...De dire ce qu est véritablement le manichéisme, sauf si l on s en tient à des lieux communs...Que sait t on de Zoroastre d ailleurs ? Il fut un guide de l humanite ? Comment et pourquoi ? 

    Dans l absolu le bien et le mal existent t ils ? Pouvons nous raisonnablement raisonner encore avec ce principe qui a façonné nos civilisations après JC , vieux, judéo chretien avec des préceptes écrits sur une tablette si nous voulons évoluer ? 

    En tous les cas, je suis bien d accord pour dire que cette manière de voir le manichéisme Bien contre Mal n est pas propre à l Ukraine.

    Et ça marche...Pour le moment.

  • ITman (---.---.201.70) 13 août 2016 21:00


    Bonjour.

    Auteur, voici une contestation extrêmement détaillés des intentions que tu prête a Kiev.

    Mon texte est bordélique, désolé. C’est compliqué de parler de l’avenir.

    # Postulats :

    Ce pavé est arbitraire, il ne tient pas compte de toute la fourberie en présence, toute les manipulations électorales, les violations du droit internationale, les vrais victimes... De certaines rancunes, certainement.

    En postulat explicites on trouvera « la volonté de continuité territoriales des états », « L’union pousse vers l’est », « La fédération veut une porte sur la méditerranée ». « On ne rigole pas avec Kiev ». Au moins c’est clair.

    Note, Il y a quelques mois, les turques de l’otan pouvais « taxer le détroit », et rendre la Crimée beaucoup moins stratégique, beaucoup moins rentable. Mais maintenant c’est fini. A ma connaissance il n’y a pas d’autres  puissants qui pourrais intervenir avec « légitimité ».

    Donc les russes on gagné ce bout de terre l’invasion est rentable, ils la garderons, j’utiliserai « Petite Ukraine » pour l’état théorique qu’on essaye de choper dans l’Union, « Kiev » pour l’état réel. L’Ukraine n’existe plus.

    # Du point de vue international :

    Dans le contexte du recrutement des nations par les « blocs »
    /« super-états »/ « alliances continentales », l’Ukraine s’est cru plus importante qu’elle ne l’étais. Elle a fait monter les enchères entre l’Union et la Fédération, au point qu’elle a rendu rentable les agissement militaires.

    Sous le règne de l’argent, russes et occidentaux sont partis a la guerre froide, car c’était moins cher que la diplomatie. L’occident a choisis le chaos, la « situation de guerre civile » pour justifier une prise de contrôle internationale, la Russie a choisit la sécession, le droit « des peuples a disposer d’eux même » pour justifier l’invasion. Tout le monde recherche la légalité.

    => Les occidentaux n’ont pas pu intervenir militairement car le soulèvement de certaines régions leur coupe l’herbe sous le pied. Ce n’est plus une guerre civile, c’est autre session soutenue par le droit international, donc un état vaguement légitime, pas une rébellion.

    => Les russes ne peuvent pas intervenir massivement car tout présence massive de troupe russes en crimée, fantasmons marchant sur Kiev, entrainerais le qualificatif d’occupation étrangère, et ils aurais violé le droit. Nul ne peut « rétablir l’ordre » qu’un gouvernement élu siégeant a Kiev.

    C’est pourquoi on as ces affrontement contre des faux drapeaux, de trafiquants, des bandits un peu partout et qu’il ne sont jamais des russes, jamais des occidentaux, jamais des ukrainiens, toujours des locaux radicaux ou criminel, et des « forces du régime ».

    Une situation sale mais stable depuis plusieurs mois qui semble convenir a peut prés a tout le monde, c’est un « statut quo ». On craint que le pays bascule de l’autre coté, donc on se contentera d’un bout. Un « tien » vaux mieux que deux « tu l’auras ».

    ## Du point de vue de Kiev :

    Kiev est une métropole tentaculaire, une putain de grosse ville babylonienne, une Londres, une Paris, un monstre de projets, de machines et d’infrastructures fort vieux et stratifié, ou s’empile et s’interpénètrent des institutions associations entreprises et sectes séculaires. On ne peut conquérir ce genre de choses si facilement.

    Kiev-Métropole,
    c’est 3 a 5 millons de personnes largement spécialisé dans l’exploitation du reste du pays, une ville totalement dépendante de la population de sa zone d’influence : La sécession menace jusqu’à son existence. Les pertes et les destructions ? Les plaintes des diplomates, la réputation du pays, son avenir ? N’ont aucune importance.

    Le gouvernement de Kiev est persuadé d’étre le gouvernement de l’Ukraine. La totalité du territoire dois être récupéré, même si la moitié des ukrainiens en age de combattre dois mourir pour cela. Même si l’image du pays dois en souffrir, mème si les infrastructure du pays doivent être détruite, même s’il faut pactiser avec le diable.

    Nous avons connus cela en France,
    ayant ravagé la moitié de l’Europe pour l’Alsace et la Lorraine, et nous serions très mal placé de leur reprocher leur aigreur. Malgré les apparence médiatiques, L’attitude agressive de Kiev détruit et tue bien moins qu’un conflit ouvert.

    Nous ne pouvons pas leur reprocher de chercher a envenimer le conflit, car il semble que seule une passe d’arme internationale puisse sauver l’unité de l’Ukraine, actuellement les habitant de Crimée sont content d’être plutôt bien traité en temps que russes, les régions autonomes risques d’y prendre gout si ca dure...

    Kiev ne ne permettra pas. Peut importe qu’elle sois commandé par des facho, des coco, des libéraux, peut importe le système économique, peut importe l’intégration harmonieuse ou non dans un ensemble supérieur. Question de vie ou de mort.

    # Que pourrais faire l’actuel gouvernement de Kiev (raisonnablement) ?

    => Regrouper ses forces et écraser ses ennemis dans l’ouest, en sous nombre, empêtré dans le droit international, avec la force démographique et la légitimité de la capitale.

    Vu comment il se sont débrouillé jusque la, et pourtant je suis un provincial, j’ai honte pour les autres métropole d’Europe qui on soutenu son emballement autoritaire. Mais bon c’est une population militarisé dont les grands-parents sont tous des vétérans, ils en ont les moyens.

    => Organiser une élection sur le plus de territoires possible qui place un pouvoir très légitime a Kiev.

    => OU Négocier les revendications de ses régions vitales.

    Quelqu’un d’intelligent pourrais réussir a réunifier l’ouest a grand coup de langue de bois
    et de promesses incroyables, c’est déjà arrivé. « L’unité de la petite Ukraine rétablie, Kiev sera sauvé ». Si Kiev a sa zone d’influence naturelle/historique, son existence n’est plus menacé, le plus gros du fanatisme prendra fin.

    Cela peut être une voie fédérale confédérale parlementaire ceci concerne les ukrainien je n’ai pas d’avis sur la question. Cela peut être en présence des étrangers fédération union onu, comme intermédiaire ou témoins, ou pas.

    => Accepter de négocier avec les russes.

    Dans un premier temps pour un cessez-le-feu et pour que le soutiens aux rebelles dans l’ouest cesse, pour faciliter la récupération des régions vitales.

     Il est alors éventuellement envisageable qu’une promesse de « réunification de l’Ukraine en temps que république de la fédération de Russie » sois faite un jour, mais j’y croirais pas une seconde.

    La meilleure issue pour Kiev coté russe me semble de perdre le statut de capital pour gratter le « ville d’importance fédérale » qui a été collé a Sébastopol pour jouir de privilèges économiques et de droits étendus d’exploiter les environs.

    Mais ca reste une offre possible de la part de la fédération, acceptable par un gouvernement pro russe ou pion russe dans le futur.

    # Note sur la Grande Ukraine :

    L’Ukraine fait parti de ces pays, comme l’Angleterre ou la France qui est parfaitement capable de mobilier un millions de conscrit contre dix fois plus gros que lui demain matin. Qui est capable d’exterminer tout les hommes et le bétail, de saler les terres agricoles et de couper tout les arbres des régions qui sont déloyales envers la métropole-capitale.

    Si le vrai pouvoir Ukrainien reprend la main, se sera pour purger le pays des traitres, en particulier contre ses ingrats de russophones qui ont été toléré depuis la chute de l’URSS au lieu de les opprimer culturellement comme le prévoit le manuel nationaliste. Si ca arrive, attendez vous a du fascisme académique, sans discriminations entres influence étrangères.

    Vous savez c’est pas loin, la Turquie.

    # Ceci établi :

    Ce que fait Kiev n’est en rien suicidaire, Au contraire, faire venir une coalition internationale c’est un peu son dernier espoir de récupérer la Crimée, voir de récupérer sa zone d’influence, si elle est faible a ce point ce que je ne crois pas.

    Dans ce statut quo très défavorable, aggraver la situation, foutre la merde, radicaliser la population, refuser de négocier, ne pas respecter les trêves, ne pas discriminer les comdef des séparatistes... est très fortement dans son intérêt.

    J’en ai mare d’améliorer ce texte, ca ira.

    ++

     


Réagir