samedi 25 février - par salem alketbi

Le Rôle Joué par Merkel

Au milieu du blocus intellectuel sur l'islam et les musulmans dans de nombreux pays occidentaux, la chancelière allemande Angela Merkel a parlé avec beaucoup d'objectivité et d'appréciation sur l'islam et des musulmans. Lors de la Conférence de Munich sur la sécurité, qui a eu lieu récemment et a rassemblé de nombreux responsables militaires et de sécurité du monde entier, Merkel a déclaré que l'islam est interprété à tort et que ce n'est pas une source de terrorisme. Au milieu d'une vague d'attaques contre la religion islamique, une telle défense mérite d'être appréciée et respectée.

La chancelière allemande est connue pour ses positions calmes et modérées envers la religion musulmane. Elle a déjà pris une position historique en accueillant des réfugiés syriens, pour lesquels elle a été vivement critiquée, mais elle a été appréciée par de nombreux médias allemands. Il semble qu'elle ait fait ce que beaucoup de musulmans hésitants ou prudents ne pouvaient pas faire.

La chancelière allemande a également une attitude objective vis-à-vis des juifs et d'autres groupes. Elle a promis de protéger les Juifs et les musulmans vivant en Allemagne contre l'intolérance, en disant que la vie juive fait partie de « nous » après elle a dit que l'islam fait partie de l'Allemagne. Dans un discours au Parlement, Mme. Merkel a déclaré que les Allemands ne laisseront rien les diviser. Ils vont combattre l'antisémitisme par tous les moyens légaux, a-t-elle ajouté, et il en va de même pour les attaques contre les mosquées, soulignant que tous les chrétiens, les juifs et les musulmans ont leur place en Allemagne.

La chancelière Merkel a fait de nombreuses remarques sur l'Islam, demandant aux musulmans de toujours confirmer qu'ils ne sont pas liés au terrorisme au nom de l'islam et que les savants musulmans doivent représenter la véritable image de l'islam et séparer l'islam du terrorisme. Lors de la conférence de Munich, Merkel a appelé les clercs musulmans à tracer des frontières claires entre l'islam pacifique et le terrorisme pratiqué au nom de l'islam.

Néanmoins, le monde arabe et musulman semble avoir perdu même l'enthousiasme pour la défense de la religion islamique. Il semble maintenant que tout ce que nous faisons au sujet des actes terroristes est la condamnation et la dénonciation.

Des années de discours, de conférences, de séminaires sur les mécanismes antiterroristes holistiques et des dizaines de recommandations et de conclusions n'ont donné aucun résultat pratique.

La séparation de la religion islamique et du terrorisme n'est pas difficile et ne nécessite pas des budgets ou des conférences ou des séminaires, mais l'effort des savants islamiques pour dénoncer les pratiques de terrorisme répandant la panique, la violence et le bain de sang au nom du djihad et qui incriminent cette grande religion.

Refuser le lien entre l'islam après chaque crime terroriste ne suffit pas ; l'autre veut des limites claires entre la perspective islamique sur le djihad et ce que font ces organisations terroristes.

Certains disent que cette question est menacée de risques et de sensibilités ou qu'elle peut exiger des décisions jurisprudentielles que les institutions concernées par l'islam pourraient juger intempestives étant donné que certaines conditions et exigences ne sont pas disponibles dans les circonstances actuelles. Cependant, le monde regarde les musulmans aujourd'hui et le temps court. Il est maintenant temps de prendre des mesures, même si cela signifie équilibrer les profits et les pertes.

Un tel débat dans une région comme le Moyen-Orient pourrait être risqué. Néanmoins, c'est la chancelière allemande qui défend l'islam, malgré tous les coûts politiques, alors que les musulmans ont des croyances limitées.

Déclarer que l'islam n'a rien à voir avec le terrorisme n’a plus d'impact à la lumière des campagnes féroces contre cette religion. Les politiciens et les savants musulmans devraient rendre les choses claires et les prouver. Nous ne pouvons pas simplement dire que les organisations terroristes ne représentent pas la religion islamique si nous ne la représentons pas nous-mêmes.

Pour montrer la frontière entre l'islam et le terrorisme, il faut d'abord la dessiner. En restant silencieux sur les pratiques de ces organisations, le monde islamique risque des conflits culturels et de civilisation qui coûteront beaucoup à des millions de musulmans.



19 réactions


  • Alren Alren 25 février 11:07

    L’islam est en déclin dans l’esprit de ceux qui sont sous sa dictature.
     
    Avec la mondialisation et la prise de conscience, grâce à l’expansion inouïe des communications par internet, du retard sur tous les plans dont il est responsable dans les États qui l’imposent de fait à tous les citoyens « islamisés » à la naissance et contraints ensuite de rester prisonnier des ses diktats, la révolte gronde chez les femmes et les jeunes qui subissent le plus sa féroce répression.

    Les fervents de cet islam, sentant le danger, réagissent par un durcissement qui utilise la violence,
    par exemple par la décapitation des athées en Arabie Saoudite, généralement après torture, ou la lapidation des femmes adultères.

    En effet, le Coran est à ma connaissance le seul livre religieux qui intime l’ordre aux croyants de tuer, tuer les apostats et les athées, tuer les infidèles qui ne veulent pas se convertir etc.
    On tue aussi dans la Bible, mais grosse différence on n’incite pas le croyant à tuer, au contraire.

    Cette incitation au meurtre et le paradis promis aux assassins fait que l’islam est une religion potentiellement terroriste.
     
    En fait les musulmans qui vivent en pays non musulman et qui ne tuent pas leurs voisins athées ou apostats sont de mauvais musulmans selon le Coran.


  • fred fred 25 février 11:21

    Elle fait « FÜHRER » le IV Reich ou viennent les collabos de l’UE...


    • kader kader 26 février 00:02

      @fred

      http://lesobservateurs.ch/2016/06/23/qui-est-vraiment-angela-merkel/

      Les origines de la chancelière. Le nom de naissance d’Angela Merkel est Angela Dorothea Kasner. Elle est le premier enfant de Horst Kasner[1], né Kazmierczak en 1926 à Berlin-Pankow et décédé en 2011 à Templin, et de Herlind Kasner, juive polonaise née Jentzsch en 1928 à Elbing, au nord de la Pologne dans la voïvodie de Varmie-Mazurie, à l’époque en Prusse-Occidentale. Angela Merkel est officiellement née à Hambourg en 1954.


  • popov 25 février 14:57

    @salem alketbi


    Bonjour 

    Combien de réfugiés syriens les Émirats ont-ils acceptés ?

    Combien de chrétiens et combien de mahométans ?

  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 25 février 17:48

    La Merkel a juste oublié de dire pourquoi et par qui les zzzzarabes ont été terrorisés au point de tout abandonner pour aller se réfugier en Europe ! Et d’ailleurs pourquoi ne parle t-elle qu’après la disparition du monde des zzzzarabes ? 




  • Pascal L 25 février 18:08

    « Au milieu du blocus intellectuel » Quel blocus intellectuel ? L’Islam ne se présente pas comme intellectuel en Europe. La multiplication des barbes et des foulards dans nos citées ne nous montre pas un Islam Intellectuel, mais plutôt un Islam intolérant et sectaire. C’est cet Islam là qui est visible, ce qui ne veut pas dire qu’il existe d’autres formes d’Islam, mais celles-ci sont naturellement discrètes.


    « Merkel a déclaré que l’islam est interprété à tort et que ce n’est pas une source de terrorisme ». On joue sur les mots. C’est pas l’Islam qui est source du terrorisme, c’est le Coran qui appelle sans arrêt au meurtre.
    «  Les statistiques sont impitoyables : on compte dans le Coran 65 fois le terme ’tuer’ et ses synonymes, 150 fois le mot ’enfer’, 50 fois ’pervers’, 376 fois le mot ’châtiment’, 3 fois le mot aimer (et pas dans le sens des Chrétiens), une fois le mot ’espérance’ et jamais le mot ’désir’. [...] Le texte coranique mobilise à l’extrême le thème du combat, la thématique de l’enfer est le fouet qui secoue les mous pour solliciter leur contribution. Le motif eschatologique et la défense de la souveraineté d’Allah (Les verbe qatala : aller jusqu’à tuer et combattre sont présents dans le Coran respectivement soixante-douze et cinquante et une fois, dont dix et douze à l’impératif) ont fourni et fourniront des troupes de réserves infinies pour tous les djihads. » (« Les 3 visages du Coran » de Leila Qadr)

    « Elle a déjà pris une position historique en accueillant des réfugiés syriens » Sur le fond, elle a raison, il ne faut pas confondre les populations qui fuient la violence avec les théoriciens de l’Islam mais elle a oublié la population allemande qui lui reproche une augmentation de la pauvreté depuis plusieurs années et cette intégration n’a absolument pas été préparée. Ce sont les collectivités locales qui doivent en faire leur affaire et l’Etat n’aide pas ou peu.

    « elle a dit que l’islam fait partie de l’Allemagne » Si elle a dit cela, elle n’a rien compris. L’Islam, c’est aussi la Charia, la loi de Dieu pour les Musulmans et rien ne peut être au-dessus de la loi de Dieu. Malheureusement, il n’est pas possible pour un Musulman de démontrer que la charia est bien la loi de Dieu et ce n’est donc pas acceptable pour un occidental. En occident, la loi, c’est l’expression du peuple.

    « que les savants musulmans doivent représenter la véritable image de l’islam et séparer l’islam du terrorisme » Savant musulman est un oxymore. Il n’existe pas d’Université scientifique digne de ce nom dans les pays musulmans (sauf en Iran) et le travail établi dans nos universités sur le Coran n’est même pas contredit sérieusement. Dieu n’est pas accessible à la mesure scientifique mais tous les livres le sont et le Coran, la sîraʰ, la Sunnaʰ et les hadîths ne font pas exception. La lecture du Coran face à la Toraʰ ou aux Evangiles est pleine d’enseignements et donne une image très différente de l’Islam que celle qui est professé par les « savants musulmans ». Si le Coran est la parole de Dieu, alors cette parole n’apporte rien de nouveau sur les écrits de l’époque et cette parole a été très profondément modifiée par les Califes.

    « tracer des frontières claires entre l’islam pacifique et le terrorisme pratiqué au nom de l’islam. » Cela sera possible que lorsque le Coran fera l’objet d’une exégèse scientifique. Il faudra donc admettre la fin du dogme de l’incréation et reconnaître qu’il été écrit par des hommes.

    « Il semble maintenant que tout ce que nous faisons au sujet des actes terroristes est la condamnation et la dénonciation » C’est vrai. Je n’ai jamais entendu citer une ligne du Coran pour condamner le terrorisme.

    « l’effort des savants islamiques pour dénoncer les pratiques de terrorisme »
    Que peuvent faire les « savants islamiques » face au Coran si ce texte ne peut être remis en question ? Comment interpréter « Dieu aime ceux qui vont jusqu’à tuer [qâtala] sur son chemin [c’est-à-dire pour Lui] en rangs serrés, pareils à un édifice renforcé » (S61, 4) « Lorsque vous rencontrez ceux qui recouvrent, coupez leur la tête[...] serrez les garrots » (s47,4) « Ce n’est pas vous qui les avez tués : mais c’est Allah qui les a tués » (s8,17) « Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. » (s9,5) « ô vous qui croyez ! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous ; et qu’ils trouvent de la dureté en vous » (s9,124) « Et tuez-les, où que vous les rencontriez ; et chassez-les d’où ils vous ont chassés : la tentation est plus grave que le meurtre » (s2, 191). « Dis à ceux qui recouvrent que, s’ils cessent, il leur sera pardonné ce qui s’est passé ; si [au contraire] ils y reviennent, eh bien, la conduite (sunnaʰ, ici déboires, expérience) des anciens est déjà passée. Combattez-les à mort jusqu’à ce que [ils ne représentent] plus de tentation (fîtnaʰ) et que le culte entier soit [rendu] à Dieu. » (s8, 38-39).

    Peut-on trouver des textes plus régressifs que ceux-là ?

    Le Coran nous projette dans l’antiquité.


    L’Islam se débat avec les questions posées par les scientifiques occidentaux que les Imams ne voudraient jamais voir poser. Malheureusement pour eux, les réponses à ces questions sont disponibles sur Internet et l’Islam est forcé d’évoluer. La violence que nous vivons n’est que le reflet de ce questionnement. Déjà, ceux qui quittent l’Islam dans les pays Musulmans se comptent en centaines de milliers malgré les risques encourus. 

  • pallas 25 février 19:14
    salem alketbi,

    Je vais me répéter, la loi est simple.

    La loi du plus fort et nul autre c’est la règle, la triche et mesquinerie ou tricherie ne prévaut pas et ne compte pas de plus le prix sera très cher payer d’user pareil méthode.

    Les règles en ce monde est celle ci, je pense que vous ne saisissez pas clairement les règles du jeu.

    L’Europe est terminé, ainsi que le bassin arabique, des nouveaux joueurs sont mis en place, qui sont La Chine, Russie, Japon ( c’est leurs dernières chances ).

    Ce monde n’est qu’un jeu de société et rien d’autre.

    Salut


  • Christian Labrune Christian Labrune 26 février 00:05

    à l’auteur,
    Votre article part d’une bonne intention, tout comme les décisions (fort imprudentes) prises ces derniers temps par la Chancelière, mais poser qu’il puisse n’y avoir pas de rapport entre l’islam et le terrorisme quand les assassins crient « Allah akbar ! » en appuyant sur la détente de leur petite pétoire, c’est quand même pousser un peu loin le bouchon.

    Je ne vais pas répéter ce que Pascal L. écrit un peu au-dessus dans son intervention. J’aurais cité comme lui les mêmes versets des mêmes sourates 8 et 9 que, désormais, tout le monde connaît par coeur. Il ne se sera pas trouvé une seule exaction commise par les jihadistes de l’Etat coranique qui n’ait été longuement justifiée par des citations très exactes du Coran qui, du reste, les autorisaient de la manière la plus explicite. On ne peut donc pas dire que ces gens-là sont hors de l’islam, ils l’appliquent de la manière la plus soumise et la plus rigoureuse. Le véritable islam conforme à la leçon des salaf et parfaitement pris au sérieux, c’est à Raqqa ou à Mossoul qu’on l’aura vu à l’oeuvre, et cela n’était assurément pas beau à voir. Au reste, les théologiens d’Al Azhar se sont bien gardés de fulminer des fatwas qui eussent retranché de l’islam de pareils excités, et ils s’en sont justifiés, ces Tartuffe, en alléguant l’horreur du takfirisme. Il y aura bien eu quelques condamnations, mais d’une discrétion telle que que cela n’aura jamais crevé l’écran des media au point d’induire le musulman ordinaire à quelques réflexions de nature à le détourner de tout fanatisme.

    Le musulman français que j’ai connu, il y a trente ans, avant la prédication salafiste et la prise en main des « Frères », ressemblait un peu aux catholique déjà en train de « sortir du religieux », pour reprendre l’expression de Marcel Gauchet. Il avait assez de raison, confronté à sa tradition religieuse, pour en prendre et en laisser, et regarder tout ce qui lui enjoignait de massacrer les mécréants comme des signes d’une époque fort éloignée et d’un état des choses complètement révolu et périmé. Les paraboles d’Al-Jazeera, depuis, auront fanatisé les masses, les auront fait rêver d’une Saint-Barthélémy à l’échelle de la planète, dont l’islam sortirait à la fin victorieux. Mais ce qui va succéder fatalement à cette ivresse jihadiste, c’est quand même la plus terrible gueule de bois. Quelle régression, et quel abominable gâchis !


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 26 février 00:18

      @Christian Labrune

      Des chrétiens ou des juifs qui obéissent pas au 10 commandements, j’en ai une liste longue comme le bras.

      En fait je dirais même que ceux que je connais et qui y obéissent, sont un peux doux-dingues. Et je suis sûr que tu les qualifiait de totalement félés.

      Comme quoi t’es pas obligé d’employer des mots alambiqués et de grandes citations pour démolir un argument.


    • Christian Labrune Christian Labrune 26 février 17:45

      t’es pas obligé d’employer des mots alambiqués et de grandes citations pour démolir un argument.
      ------------------------------------------------------------------
      @La Voix De Ton Maître
      Votre réponse est parfaitement incongrue et se détruit même très bien toute seule.
      Une phrase peut être « alambiquée », à cause d’une syntaxe trop complexe, mais un « mot » ne peut certainement pas être « alambiqué ». Cela n’a aucun sens.
      Dans l’intervention à laquelle vous répondez, il n’y a pas une seule « citation ». Celles que j’aurais pu faire étaient dans le message de Pascal L., et on ne saurait les lui reprocher : elles sont des plus pertinentes.
      Sur le fond, maintenant : pas loin de 240 citoyens exécutés en deux ou trois ans au nom d’Allah. Je ne pense pas qu’on en trouverait autant en France, et depuis des siècles, trucidés au nom du Dieu de la Torah ou de Jésus-Christ !
      Les moeurs changent, et bien des prescriptions du décalogue sont aujourd’hui complètement obsolètes. Il n’en reste qu’une qui soit des plus nécessaires : « Tu ne tueras point ». Si on s’affranchit, comme le font régulièrement nos jihadistes, de ce commandement essentiel qu’aucun philosophe, fût-il athée comme je le suis, n’aura jamais songé à renier, il n’y a plus de société possible : c’est la loin de la jungle et la barbarie, comme à Raqqa.

      Vous m’obligeriez par ailleurs en voulant bien renoncer à un tutoiement des plus malséants : je ne suis assurément pas votre copain, et nous n’avons jamais non plus gardé ensemble des cochons.
       


  • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 26 février 00:11

    Aucun des terroristes ayant frappé en France ou en Allemagne n’était un fervent musulman. Ne serait-ce qu’un musulman pratiquant comme l’on pourrait considérer un chrétien pratiquant.

    Tous issus de la petite délinquance ou de l’immigré inculte débarqué de la misère du beld profond. Donc facilement manipulés par les frères musulmans les plus illuminés, nés de la laïcité ratée imposée par des dictateurs, elle même dépendante d’autres intérêts...

    Il n’y a pas de guerre religieuse, non, l’Indonésie, pays comptant la plus grande population musulmane, ne nous menace pas de bombardements.
    Merkel a techniquement raison, et se comporte mieux que nous dans la tradition républicaine et universaliste, mais, ô dieux qu’elle s’y prend mal. Le petit momo qui ramasse les poubelles, tamponne des lettres ou emballe les plats microondés pour un salaire de Hartz II ne sera jamais une victime de la pub, tout simplement car il travaille depuis des années parmi des souchiens qui sont dans la même situation que lui.

    Vous êtes des émirats ?

    Un grand merci pour l’aide financière à la France pour qu’elle ne sombre pas dans le défaut de paiement sinon elle connaîtrait le sort de la Grèce. Néanmoins vous vous faites avoir, les chinois achètent après le krach, à vil prix. Tout comme vos gratte-ciels qui sont une ode au savoir et à la technologie, mais qui ne résultent, malgré toute la bonne volonté du monde, qu’à un marchandage sur les lumières. Or l’universalisme n’est pas négociable ! C’est dans sa définition.


    • Christian Labrune Christian Labrune 26 février 18:06

      Aucun des terroristes ayant frappé en France ou en Allemagne n’était un fervent musulman. Ne serait-ce qu’un musulman pratiquant comme l’on pourrait considérer un chrétien pratiquant.
      ----------------------------------------------------------------------------------

      @La Voix De Ton Maître
      Argument des plus absurdes : ces crétins pensent qu’en se faisant exploser avec une ceinture ad hoc ou en s’engageant dans une entreprise terroriste qui ne leur laisse aucune chance de survivre, ils se retrouveront l’instant d’après au milieu des soixante-douze vierges. C’est écrit dans le Coran, et ils le croivent (sic.), comme on dit dans nos banlieues.

      J’évoquais plus haut la position d’al-Azhar, la plus haute autorité de l’islam sunnite. Elle aurait pu poser d’emblée, dès le massacre des Yézidis sur les pentes du Sinjar, que les massacreurs s’étaient ipso facto exclus de l’islam. Une fatwa les condamnant à mort aurait pu avoir un effet dissuasif immédiat. Il y avait déjà eu bien d’autres fatwas du même genre, aussi bien du côté sunnite que du côté chiite, visant des écrivains « armés », eux, d’un simple stylo ! Mais al-Azhar n’a pas bougé : ceux qui étaient massacrés (des Yézidis) n’étaient pas des musulmans, mais d’abominables mécréants, et les massacreurs ne faisaient qu’obéir à des recommandations du Coran. Il n’y aura eu qu’une seule réaction un peu vive d’al-Azhar, c’est quand les fanatiques de l’Etat coranique auront fait brûler, atrocement, dans une cage de fer, un pilote jordanien. Ce soldat était comme eux un musulman sunnite. 

      La leçon qu’il faut nécessairement en tirer, c’est que massacrer des non-musulmans, c’est halal. Massacrer un musulman sunnite quand on est sunnite, ce n’est pas bien du tout  ; c’est même particulièrement haram.


  • Tall Tall 26 février 01:35

    Attentat à Heidelberg il y a quelques heures

    Un type écrase des passants avec sa bagnole puis s’enfuit avec un couteau
    Un mort et des blessés
     
    Où en était-on ?
    Ah oui, l’islam religion d’amour ... blablabla... blablabla

  • JC_Lavau JC_Lavau 26 février 10:49

    Salem Alketbi nous prend pour des débiles sous télécommande.

    Depuis les origines, le mahométisme a toujours été conçu et optimisé pour le terrorisme et la guerre de conquête. Voir par exemple les assassinats de Abou Afak et d’Asma Bint Marwan.

    Certes les objectifs de la guerre de conquête ont évolué au fil des âges, mais l’appât du butin en est toujours resté le mobile. Du vivant de celui qui est depuis appelé Muhammad, le but de la guerre était la reconquête de Jérusalem par les supplétifs arabes. Cette reconquête n’ayant donné aucun des avantages politiques promis, les khalifes ont fortement réécrit les lectionnaires judéo-nazaréens, et ont fondé la Mecque (années 670), pour désormais désigner les arabes comme le nouveau peuple élu.

    Des « religions » qui ne soient fondées sur l’imposture, j’attends toujours qu’on en découvre une. Mais question imposture et nocivité publique, le mahométisme tient le pompon. De très loin la pire de toutes, l’ennemi du genre humain.

    • popov 26 février 12:45

      @JC_Lavau


      Bonjour

      Entièrement d’accord avec vous. 

      Mais il faut se rendre à l’évidence : même si un mahométan est capable de tenir des propos rationnels sur divers sujets, il se montrera toujours absolument imperméable à tout argument quand il s’agit de l’islam. Vous pouvez lui mettre le nez sur toutes les horreurs de sa « religion », il continuera à vous dire que c’est la religion la plus belle du monde. C’est ce qu’on lui répète depuis le berceau.

    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 26 février 14:26

      @popov

      Tovarich Popov !!! 

    • JC_Lavau JC_Lavau 26 février 20:28

      @JC_Lavau. Comme d’hab, les débiles sous télécommande « moinssent » à tours de bras.


    • Pascal L 27 février 18:30

      @JC_Lavau
      Ce n’est pas grave. On peut considérer que c’est une forme d’hommage quand ces personnes ne sont pas capables d’argumenter. Cette forme de silence est aussi une réponse qui sera appréciée à sa juste valeur par ceux qui ne disent rien mais qui attendent des réponses de leur part. Les Musulmans sont les premières victimes de la Taqîya (dissimulation).


      Pour fonctionner, la rhétorique a besoin de l’oralité. Il ne s’agit pas de démontrer, mais d’impressionner. Internet est d’abord le lieu de l’information écrite et les arguments des uns et des autres restent aussi longtemps que la page n’est pas effacée. La rationalité des arguments (ou son absence) devient visible.

Réagir