samedi 11 mars - par rosemar

Les défis du monde moderne ?

Sur Facebook, de nouveaux jeux sont apparus, jeux dangereux où les adolescents se lancent des défis souvent liés à l'alcool : c'est à celui qui boira, le plus vite, une pinte de bière ou plusieurs verres d'alcool fort.
 
Défis absurdes, on le voit et, qui plus est, dangereux pouvant entraîner la mort de ceux qui les mettent en pratique.
 
Compétition vers la destruction, paris stupides qui peuvent conduire au pire : certes, tout le monde a dû tenter l'expérience, un jour, de s'enivrer, durant l'adolescence, pour voir les effets produits : cela m'est arrivé et je n'ai plus eu envie de recommencer.
 
Mais, quand les adolescents en viennent à se lancer des défis répétés sous forme de jeux, qu'un site internet leur offre, même, l'opportunité de se mettre en scène au cours de ces beuveries, on peut s'inquiéter de toutes les dérives possibles.
 
Les dérives existent déjà : harcèlements, injures, humiliations et voilà que de nouveaux jeux se mettent en place.
Et quels défis propose-t-on aux jeunes ? La défonce, l'alcoolisme ?
 
Où sont les idéaux d'autrefois ? Les jeunes sont-ils voués à la drogue, à l'alcool ?
Quelle perspective leur offre-t-on dans la société actuelle ?
Des perspectives de chômage, de désillusion, de peurs, d'angoisses... Il faut donc se réfugier derrière l'alcool pour survivre ?
 
L'avenir paraît, à certains, si sombre qu'ils se laissent aller à des activités et des penchants délétères qui peuvent les acculer au pire.
 


Il faut redonner du sens à notre monde qui sombre dans une apathie, un désespoir, des attitudes extrêmes.
 
Internet ne doit pas devenir une vaste entreprise de destruction, d'abêtissement, d'avilissement. Et c'est ce qu'il devient trop souvent à travers Facebook ou d'autres sites interactifs : nulle place pour la créativité, c'est le règne du paraître qui l'emporte.
Nos sociétés doivent régler impérativement le problème du chômage pour offrir un avenir à tous : il faut imaginer un partage des tâches et du travail, repenser le monde autrement, refuser les délocalisations permanentes, les régressions dans le droit du travail.

 
Il faut que les jeunes puissent espérer en un monde meilleur, toute société est fondée sur une envie de progresser, d'aller de l'avant et c'est, désormais, l'inverse qui se produit : alors que les progrès technologiques sont considérables, les perspectives d'avenir sont inquiétantes pour beaucoup de jeunes qui ne trouvent pas de travail.
Et même les jeunes qui mènent à bien leurs études se retrouvent, parfois, au chômage et sont obligés d'accepter un travail qui les transforme en esclaves du monde moderne.
 
Nos sociétés se doivent de réserver une place aux jeunes qui ont le droit de travailler dans des conditions décentes et humaines.
 
Nos sociétés se doivent d'apporter de l'espoir à la jeunesse, de leur ouvrir des portes sur l'avenir...
 
Qui aurait pu croire que le défi du monde moderne serait simplement de donner du travail aux jeunes générations ?
 
 
 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-les-defis-du-monde-moderne-122496720.html

 



8 réactions


  • foufouille foufouille 11 mars 14:17

    https://www.stop-alcool.ch/la-consommation-d-alcool/le-binge-drinking
    épisode suivant : rosemar découvre l’eau chaude.


  • Harry Stotte Harry Stotte 11 mars 14:19

    « Il faut redonner du sens à notre monde... »


    Je ne crois pas que celui puisse être le produit d’une démarche intellectuelle. Ce sont des choses qui se constituent toutes seules, spontanément ou pas à pas, et qui ne se préméditent pas.


    Qui dit « démarche intellectuelle » dit obligatoirement discussion, affrontement et conflit. 


    Personne ne dit un jour, vers le XIII-XIVe siècle : - Il faudrait donner un sens nouveau au monde, " En étudiant le passé, on constate simplement qu’à un moment donné, une nouvelle période historique a commencé, la pré-Renaissance, et qu’elle s’est développé, et que cela s’est produit, en tant que mouvement historique, à l’insu du plein gré de tous ses acteurs.

    • rosemar rosemar 11 mars 18:14

      @Harry Stotte

      Il me paraît important , par exemple, de retrouver le contact avec la nature, dans un monde qui est hyper connecté...

  • Etbendidon 11 mars 15:27

    Tout ça C de la faute des enseignants madame rosemar
    Dans le temps c’étaient des hussards de la république
    l’instituteur il enseignait en costume cravate et l’institutrice en tailleur strict et chaussures de ville à talons plats
    Maintenant le professeur des écoles (et oui la sucepitibité) il enseigne en short et en tongues et porte des dreadlocks crasseux
    Il fume un joint à la récré
    Quant à la professeure elle est gaucho tendance LGBT
    Alors forcément les jeunes faut qu’ils décompressent à la récré
     smiley


  • Jeekes Jeekes 11 mars 15:30

    Pourquoi « adolescents » ?

    Et des « adultes » aussi cons, vous n’en connaissez pas ?
    Moi si, plein !
    Et ils sont largement aussi nombreux que leur marmaille à aller se ridiculiser en étalant leurs états d’âme et leur vie de merde sur les réseaux sociaux... 


    • foufouille foufouille 11 mars 16:04

      @Jeekes
      elle doit avoir soixante ans ou quarante et sans enfants vu que ce truc a commencé en 2000 minimum et partout en 2006.
      et certainement célibataire.
      les étudiants sont aussi concerné comme les moins de trente ans.
      je me souviens que certains le faisait en 94 car l’alcool était cher en boîte.


  • sls0 sls0 12 mars 07:01

    On parle de surpopulation, il me semble que c’est les plus cons qui dérouillent, à la limite c’est de la sélection naturelle.
    Lors de ma jeunesse il n’y avait pas face de bouc ce qui ne m’a pas empêché de faire des conneries.
    On apprend de ses erreurs et de ses conneries (si on survit)


Réagir