vendredi 5 mai - par Alain Renaud

Les Français sont en colère parce qu’on ne veut pas les écouter

La place publique est pleine de bruyants bouffons - et le peuple se vante de ses grands hommes ! Ils sont pour lui les maîtres du moment.

Mais le moment les presse : ainsi ils te pressent aussi. Ils veulent de toi un oui ou un non. Malheur à toi, veux-tu placer ta chaise entre un pour et un contre ?

Tout ce qui est grand se passe loin de la place publique et de la gloire : loin de la place publique et de la gloire demeurèrent de tout temps les inventeurs de valeurs nouvelles.

Frédéric Nietzsche

 

Ce qui caractérise ces élections présidentielles de 2017, c'est l'ambiance malsaine qui la pollue et c'est le non-choix qui est offert à la majorité de la population.

Est-on encore en démocratie lorsque les électeurs ont théoriquement le choix entre deux candidats, mais que les médias, les politiciens et les intellectuels leur expliquent qu'ils ne peuvent choisir moralement qu'un seul ?

Ce n'est pas certain.

La majorité de la population n'a pas voté pour Emmanuel Macron.

Il y a eu quatre candidats qui se sont partagé principalement les votes : Emmanuel Macron, Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon.

Parmi ces quatre candidats, les Français en avaient choisi deux soi-disant extrémistes, Jean-Luc Mélanchon à "l'extrême gauche" et Marine Le Pen à "l'extrême droite".

Mais si ces deux partis sont extrêmes pourquoi sont-ils tolérés ? Pourquoi ne sont-ils pas dissous l'un comme l'autre ?

Peut-être parce qu'ils servent aux politiciens à durer ?

Ces candidats représentent tous un message principal.

Il en reste deux aujourd'hui.

Les voix portées par François Fillon et Jean-Luc Mélanchon n'existent plus.

François Fillon avait axé sa campagne sur le redressement du pays, mais aussi un retour à des valeurs traditionnelles qui protégeaient la France des excès de la mondialisation, en insistant sur l'indépendance nationale, la régulation des flux migratoires et la lutte acharnée contre l'Islamisme totalitaire.

Jean-Luc Mélanchon, dans un autre registre, avait insisté sur les excès financiers et économiques de cette mondialisation en dénonçant le poids démesuré qu'a pris l'argent dans notre société et les inégalités abyssales qui séparent désormais en France les très riches, qui vivent dans leurs cocons, des très pauvres.

François Fillon a été éliminé pour des affirmations non encore prouvées sur sa personne et non pas pour le contenu de son programme.

Jean-Luc Mélenchon a effrayé les Français par ses appels à "la révolution bolivarienne" et autres références bien éloignées des préoccupations populaires.

Les représentants de "l'extrême gauche" et de la droite ayant été éliminés, il reste Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Emmanuel Macron, conseiller et ministre de François Hollande, explique doctement qu'il n'est l'héritier ni le fils de personne. Il n'a pas de passé. Il est entièrement neuf. Il vient de nulle part. Sauf qu'il rassemble l'immense majorité de ceux qui étaient au gouvernement de Hollande.

Il ne veut reprendre aucun des messages et valeurs des électeurs de François Fillon ou de Jean-Luc Mélenchon, ni sur les thématiques migratoires et sociétales ni sur les excès de la mondialisation financière.

Marine Le Pen, elle, au contraire, est la fille de son père. Elle est une héritière. Elle est donc fasciste. Ses électeurs n'existent pas. Ils ne disent rien. Ils n'ont pas de message à faire passer. Ils sont des parias. Tout ce qu'ils peuvent dire est irrecevable par nature, et par conséquent elle aussi.

Elle dit que les camps de la mort étaient une abomination, elle rompt avec son père et exclut les vieux néo-fascistes, elle s'incline devant un monument aux déportés. Elle peut dire et faire n'importe quoi, elle est la fille de son père. Son programme ne doit pas être lu et surtout pas débattu.

Elle est comme Vladimir Poutine qui, quoi qu'il fasse, reste un Soviétique et un Bolchevik et donc un héritier de l'Union soviétique. Même s'il n'y a plus d'Union soviétique ni de parti communiste depuis longtemps.

Mais il y a toujours les Etats-Unis…

Elle partage avec François Fillon l'objectif de la lutte contre l'islamisme radical et d'une société qui ne soit pas minée par le communitarisme et l'immigration de masse, qui ne peuvent que développer des réactions xénophobes dans n'importe quel pays du monde.

François Fillon peut le dire. Pas Marine Le Pen.

Jean-Luc Mélenchon, c'est Joseph Staline et Marie Le Pen, c'est Adolf Hitler. D'ailleurs Bertrand Delanoë l'a dit. Donc c'est vrai.

Les Français ont le choix entre le mal et le bien. Entre la lumière et la nuit. Entre la vie et la mort.

Charles de Gaulle, qui avait tant d'ennemis de son vivant, n'a plus que des admirateurs. La gauche qui l'a combattu avec acharnement sous la houlette de François Mitterrand lui dresse des couronnes.

Il avait su prôner l'union nationale avec tous les Français sans aucune exclusive, y compris les communistes qui étaient les staliniens de l'époque.

Qui prône aujourd'hui l'union nationale ?

Les querelles gauloises, la division, les exclusives, l'absence de dialogue et de débats, l'anathème, les excommunications, ne nous promettent pas des jours heureux.

Pensez printemps a dit le grand poète Emmanuel Macron au cours d'un de ses colloques, en s'inspirant du philosophe Alain qui l'avait écrit sans référence à une quelconque situation politique.

C'est un beau texte. Mais c'est surtout rassurant en politique. C'est la France heureuse. C'est éviter les prophètes de malheur. C'est ce qu'il faut vous répéter tous les soirs avant de vous coucher.

Pourtant, c'est ce que les Français veulent entendre.

En 1939 aussi, ils ne voulaient entendre que Léon Blum et Daladier pour des lendemains qui chantent.

On pense printemps, mais on rejette, on clive, on n'écoute pas, on condamne, on culpabilise, on divise.

Pourvu qu'on continue à penser printemps dans les années qui viennent !

Regarder le monde avec les yeux d'hier est un confort et une illusion qui se paie cher.

Les Français peuvent-ils encore être des esprits libres ?

Mais pour être libre, il faut aussi vivre dans le réel et voir où est et d’où vient le mal.

En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin écrivait déjà Nicolas de Chamfort au 18e siècle.

Il nous reste l'espérance.

Un jour la France sera redressée par le génie du renouveau.



12 réactions


  • Sozenz 5 mai 11:46

    les elections et les programmes sont des insultes à l humain .
    tout rejette la complexité de l etre humain . ses nuances , et meme ses contradictions qui sont pourtant importantes pour s affiner et trouver le juste milieu .

    cette élection est extreme dans les choix elle ne laisse plus la place à une approche en douceur et au modelage progressif et intuitif de nos vies et de notre société . on nous demande de choisir entre deux voies violentes .

    Il n y a jamais eu autant de malaise que pendant cette élection .
    Il n y a qu ’un seul point positif dans ceci . c est qu’ il y a une évidence maintenant pour ceux qui n en etaient pas encore convaincu . que les élections ne sont pas le moyen démocratique de donner les grandes lignes pour un pays ...


  • Leonard Leonard 5 mai 11:58

    L’art est publique, beaucoup de bouffons sont sur la place.


    Comme depuis longtemps !

  • Durand Durand 5 mai 12:43



     La seule stratégie pour sortir de la résignation...

     

     La seule...


  • Taverne Taverne 5 mai 14:31

    Bon papier.

    On ne peut pas, en effet, être libre dans l’ignorance. Il faut en particulier connaître son passé mais sans en faire un fardeau. Notre identité, nous la construirons dans l’action et non dans le ressassement d’un passé mille fois revisité pour compenser nos aigreurs. Ce sera une identité choisie et non subie. Nous en serons les acteurs.

    Mais je reviens aussi un instant sur le titre qui a attiré mon attention. Le futur président devra garder en tête que le peuple est désespéré et prêt à tout et qu’il faut rapidement voler à son secours. Macron prévoit certes une augmentation du pouvoir d’achat des salariés en 2018 et l’exonération de 80 % des contribuables assujettis à la taxe d’habitation en 2018 aussi (programmation budgétaire oblige, cela ne peut se faire avant). Ainsi que quelques autres choses (augmentation de l’allocation pour handicapés...).

    Mais je ne suis pas sûr que cela suffise. Il faudra peut-être un coup de pouce exceptionnel en attendant les effets cette politique. En tous les cas, moi c’est ce que j’aurais fait.


    • Sozenz 5 mai 16:33

      @Taverne
      Macron prévoit certes une augmentation du pouvoir d’achat des salariés en 2018

      vous pensez que c est réaliste , quand on prevoit d uberiser , de faire eclater le code du travail . de prevoir des licenciements car il y en aura puisque on continue sur la ligne de lUE .

      s’il vous plait arretez vous deux minutes et pensez au principales ligne de Macron . et calculez les conséquences que cela va avoir ...
      OU pensez vous que les exonération vont être récupéré ?
      Soir macron va avoir ses petits copains qui vont faire des grands cadeaux pour les humbles sujets de leur chouchou . soit il y a une couille dans le potage ...


    • mmbbb 6 mai 08:31

      @Taverne j admire votre naivete Macron a ete populaire pour des rasions circonstancielles Il alla a Nanterre « la c’est la France ’ voyez les commentaires du FIG la je me marre sur la France une et indivisible , donc pas de CRS devant la camera cela aurait fait tache pour ce message papal d ’amour de son prochain, il alla voir les agriculteurs la un oeuf dont le paysan a du fait des faire etudes en balistique, salit son costard, il fut chahute par les ouvriers, qui sentirent le felon Quoi qu il en soit elu, il retombera dans la politique politicienne et sa Grand mere Merkel le rappellera a l ordre sur la rigueur budgetaire . Il s’appliquera à retanscrire les GOPE ( ASSELINEAU l a dit ) et uberisera les professions liberales etc Cette election aura disloqué les partis et fait renaitre une france de castes sociales. L ineffable Houllebecq a eut l honnête de reconnaitre dans ce media ( video ) son ignorance crasse de la france contemporaine Les les » bo bo «  qui ont plus d’empathie pour le peuple de l autre bout de la terre que le peuple de France qu ils exècrent comme Macron . De multiples bouts de France qui s ignorent desramais une france disloquée une france de classe (’ allez jeter un coup d’ oeil sur certains canards de droite de gauche ) . Les plaies sont a vif desormais. Et MAcron a dit » la france n’a pas de culture « il l a exprime sciemment, puisqu il veut fondre la nation france dans le moule mondialiste Il n ’y a que les intellos qui fustigent Marine en particulier les cineates qui oublient qu ils beneficent d une protection » exception culturelle francaise " alors que le cinema francais aurai ete lamine comme l industrie sans ce protectionniste Mais ces tetes pensantes ont du mepris pour cette france recroquevillée frileuse, le comble de la malhonnête intellectuelle comme tous ces canards liberaux ( le Monde le Point ect ) qui ne doivent leur survie qu aux subvention de l etat. 


  • Jeekes Jeekes 5 mai 14:32

    "Ce qui caractérise ces élections présidentielles de 2017, c’est l’ambiance malsaine qui la pollue et c’est le non-choix qui est offert à la majorité de la population."
     
    Tiens en v’la une découverte !
    Tu parles d’une nouveauté !

    Un peu de mémoire siouplait :

    - 2002 le mec qui tape sur le cul des vaches / le borgne
    tu parles d’un choix, en ce qui me concerne : vote blanc

    - 2007 la cinglée du poitou / l’agité du bocal
    tu parles d’un choix, en ce qui me concerne : vote nul
     
    - 2012 talonnettes 1er / gélatine 1er
    tu parles d’un choix, en ce qui me concerne : abstention

    Bon je remonterai pas plus loin, mais de mémoire, je n’ai jamais eu le choix entre autre chose qu’une enflure et un arnaqueur.
    Pourquoi 2017 serait-il différent ?
    Parce qu’on n’aura pas le choix entre le voleur / le camelot ?
    Ou n’importe quel autre couple improbable ?

    Et une finale Poutou / Arthaud ça aurait pas eu de la gueule ça ?
    Ha ben on me dit que non.
    Bon, tant pis...


  • pallas 5 mai 20:48
    Alain Renaud

    C’est malheureux,.

    Je n’est pas mot dire, j’en suis désolé.

    Notre nation est fini, terminé.

    Comment dire chose, penser, réfléchir et dire, je ne sais pas.

    De solution j’en est pas, sinon, je le dirai, je suis sur le même bateau que vous.

    Monsieur, vivons en buvant la vie sur le temps présent, au jour le jour, c’est un précieux cadeau

    Salut


  • cétacose2 6 mai 09:31

    Oh la la !Les merdias vont donc continuer à nous faire « chier » et le président qu’ils nous auront imposé va nous faire vomir....Mais on va se vider !


  • Sozenz 7 mai 14:10

    Comment devrait être un Homme ( ou femme ) politique à très haute fonction .
    il doit avoir les plus grandes valeurs en lui ; comme celles qui sont présentées par confucius .
    L’ homme politique ne doit avoir sur lui aucun « sujet » de pression ( femme , enfants, cadavre dans le placard) il doit être ; libre de toute contrainte ,et ne retirer aucun avantage de sa position .
    L homme digne d occuper de hautes fonctions doit être comme un Prêtre.
    Temps qu ’un être vivant n aura pas ces caractéristiques , il ne pourra pas être un bon guide et représentant parce qu ’ à chaque instant , il pourra facilement basculer . 


Réagir