mercredi 23 janvier 2013 - par R-sistons

Les travailleurs-pions de demain

NOM-jeu-images.jpg

 

Les pions

du Nouvel Ordre Mondial

Par eva R-sistons

 

Je regarde régulièrement le Journal le plus communautariste et mondialiste de France : FR2 (avec l'inénarrable Pujadas, titulaire de la Laisse d'Or du journaliste le plus servile) pour voir jusqu'où il désinformera, enfumera, manipulera, conditionnera. Et je suis servie ! Ainsi, tout est quotidiennement fait pour diaboliser les Musulmans, Bachar-el-Assad ou l'Iran, la Russie de Poutine ou la Chine, la Gauche aussi peu socialiste soit-elle , les mesures de protection ou de justice sociale, etc - et pour glorifier l'Europe, le rêve américain (ne riez pas ! L'expression est régulièrement employée), les guerres contre le terrorisme, l'Europe de super Mario, la gouvernance mondiale (Le Nouvel Ordre mondial), le gaz de schiste, le libéralisme le plus dur, le moins-disant social, l'austérité la plus radicale, la flexibilité, etc, etc.

La flexibilité, justement, au menu de FR2 le soir du 22.1.13. Je rappelle que la flexisécurité est une imposture, le travailleur est lésé (CDI devenant l'exception, Droit du travail amputé..), et les miettes proposées en échange seront applicables à partir de 2016 (ou pas, avec un gouvernement de Droite). Et qu'elle est censée permettre une meilleure compétitivité - ce mot fétiche pour les grands profiteurs de Système, synonyme de sacrifices pour les travailleurs.

Nos prédécesseurs n'avaient pas le boulet de l'euro : Ils pouvaient dévaluer la monnaie.

On nous présente donc un reportage intitulé "Mon gîte près de l'usine". Tout un programme ! Pour être toujours plus à la disposition de son usine, le travailleur-pion est déplacé au gré des "besoins". Le logis est assuré près du travail (les cadres, aujourd'hui, dorment de plus en plus dans leur bureau, jolie société !), pas en dortoir, svp ; le Système a encore la bienséance, pour le moment, de proposer des chambres à 2 lits. Les familles ? Au loin ! Madame ne voit plus Monsieur, et les enfants sont séparés du père. Le Nouvel Ordre Mondial se met en place : Tous producteurs, consommateurs, chair à canons, esclaves... au diable les vieux, les trop jeunes, les handicapés, les chômeurs, les étrangers, les Musulmans, les contestataires ! L'individu sera utile tant qu'il pourra servir sans être trop exigeant sur les conditions de travail, de vie, de rémunération... D'ailleurs, à quoi bon les familles ? Dans le Nouvel Ordre Mondial kafkaïen, il n'y aura plus de père, de mère, de couple, de procréation (elle sera assistée techniquement, pour favoriser les êtres supérieurs), de dimanche, de loisirs, de projets, de sécurité, rien, rien... Vous n'êtes pas d'accord ? Vous serez "micro-ondés" (expression que je forge : Allusion aux techniques futures pour brûler les manifestants). Le paradis made in Occident !

Entendu dans ce Journal : "Un nouveau modèle social s'installe : Il faut consentir des sacrifices (NB : Les ouvriers, pas les grands patrons dont les revenus explosent) pour améliorer la compétitivité, bref en échange du maintien du travail. Et dans ces nouveaux contrats, les OUVRIERS eux-mêmes améliorent la compétitivité" ! Eh oui, les sacrifices sont demandés seulement aux travailleurs, comme s'ils étaient responsables de la crise - provoquée par la Mafia internationale de financiers pour justifier l'austérité, la casse sociale comme du Droit du Travail et des services publics, ou le racket des patrimoines mondiaux, communes, Etats, édifices, îles, monuments etc. La ploutocratie est vorace !

Et l'avenir sera de plus en plus rose ! Le Journal de Pujadas donne des pistes : Obligation d'être à la disposition de l'entreprise (aujourd'hui, "les gîtes près de l'usine" sont réservés aux volontaires), diminution imposée des indemnités de séjour, etc.

Et lorsque les "bienheureux" travailleurs (ceux qui disposeront encore d'un travail) auront accepté la flexibilité, les blocages puis les baisses de salaires, le chômage non indemnisé, la rupture des liens familiaux, etc, etc, pour éviter les délocalisations, lorsqu'ils n'auront plus rien à sacrifier, plus rien à consentir, eh bien... les entreprises seront délocalisées en Roumaine, en Chine, là où le travail sera le plus rentable !

A noter d'ailleurs que c'est en permanence la politique des petits pas : Un pas après l'autre ! Aujourd'hui, on nous demande un peu de flexibilité et de sacrifices, demain on exigera tout ! Vous connaissez l'histoire de la grenouille cuite ? Heureuse dans l'eau, encore heureuse dans l'eau chaude, jusqu'au jour où elle est brûlée vive !

Un ouvrier déclare : "On a le couteau sous la gorge, on n'a pas le choix". Résignation, donc ? Résignation à renoncer peu à peu à tous les droits acquis au cours des siècles de luttes par nos parents ? Eh bien si, on a le choix ! On doit refuser cette société qui grignote peu à peu les dernières protections, les derniers Droits du Travail ! Comment ? Au moins 2 solutions :

- Le refus de tous, en s'opposant frontalement aux mondialistes (Révolution ?). Après tout, le peuple a pour lui le nombre...

- En sortant du Système ; C'est la solution que je préconise. Contre le chômage imposé ou l'asservissement, retour à la terre pour tous, et autonomie (+ solidarité entre voisins). 

 

Il y a certainement d'autres solutions, à chacun de les inventer...

eva R-sistons, sur mon blog officiel :

http://chantaldupille.over-blog.com

.

Vidéo (cuisson de la grenouille) :

http://www.dailymotion.com/video/xle0ov_r-sistons-video-2-la-grenouille-sarkozy-qui-voulait-etre-aussi-grosse-que-le-boeuf_news#.UP8asvLeEa8

.



16 réactions


  • cevennevive cevennevive 23 janvier 2013 12:14

    Bonjour Eva,

    Jolie colère, joli coup de gueule !

    Il n’y aura bientôt plus que les militaires de carrière qui auront du travail...

    Résistons. Oui, mais à quoi, à qui ?

    Aujourd’hui, nous ne pouvons résister que seuls, à titre individuel. C’est déjà bien, mais que pouvons-nous pour faire tomber les oeillères de ceux qui ne voient rien, qui se laissent amuser par des faux-semblant, qui boivent les paroles de ces turlupins, genre Pujadas et autres, et qui regardent les stupidités qu’on leur sert tous les jours au moment de leur repas ?

    Tout de même, nous sommes plus intelligents et sensés que la grenouille de l’histoire !

    Eva, nous sommes quelques-uns à avoir l’impression de nous battre contre des moulins à vent. C’est usant...

    Cordialement.


  • jymb 23 janvier 2013 13:07

    Votre lecture de l’économie reste fragmentaire, car, par ailleurs, le nombre de pauvres ou « limites » augmentant en flèche, il faut multiplier les dépenses pour assurer logements social et allocations diverses...ce qui amène à une explosion fiscale et un essorage / étrillage généralisé : ceux qui le peuvent fuient, les autres deviennent dépendants des aides et donc asservis .


    • cevennevive cevennevive 23 janvier 2013 13:30

      ’Votre lecture de l’économie reste fragmentaire« 

      La vôtre aussi Jymb.

      S’il y avait du travail pour tous, honnètement rémunéré et constant, il n’y aurait plus besoin d’allocations de toutes sortes, et il n’y aurait pas d’explosion fiscale, non ?

      S’il n’y avait pas ce »dumping" financier qui fait que le travail est moins rémunéré que le capital, il y aurait certainement des besoins de main d’oeuvre plus importants, non ?

      Si les revenus colossaux de certaines sociétés étaient partiellement redistribués, non pas vers les actionnaires, mais vers ceux qui produisent réellement, il n’y aurait plus ce dégoût qu’inspire la finance, cette démobilisation de la main d’oeuvre, non ? 

      Seulement, les usines ferment pour aller vers un ailleurs plus économique, de plus en plus de produits sont importés et la crise du logement à prix raisonnable est cuisante.

      L’argent, le capital, sont des moteurs de l’économie, mais c’est loin d’être les seuls et surtout, ce ne sont pas les plus importants.


    • Ecométa Ecométa 24 janvier 2013 10:05

      @cevennevive

      « Seulement, les usines ferment pour aller vers un ailleurs plus économique, de plus en plus de produits sont importés et la crise du logement à prix raisonnable est cuisante »

      Il ne s’agit pas d’un ailleurs plus économique mais plus « profitable ».


  • R-sistons R-sistons 23 janvier 2013 14:21

    Bonjour à tous et à toutes

    Ceevennevive
    , tu es des Cévennes, cette région si préservée, sauvage et belle ? Olé !

    Les lendemains qui chantent ici aussi :

    http://chantaldupille.over-blog.com/article-a-l-horizon-l-horreur-du-nouvel-ordre-mondial-se-debarraser-des-retraites-114578844.html

    publié il y a 3-4 jours sur mon site, bien amicalement eva-chantal


  • robert 23 janvier 2013 17:27

    Le peuple n’a plus qu’une seule option quand il se réveillera (c’est pas maintenant...) le manche de pîoche et la pioche... jardiland a un bel avenir et les magasins de motards


  • Montagnais Montagnais 23 janvier 2013 19:04

    Là, on s’y retrouve .. Dame A pas, mais là Da.


  • 65beve 65beve 23 janvier 2013 19:35

    Après le Grand Soir, et dès le petit matin ; le goudron et les plumes pour les carpettes de l’information.


  • R-sistons R-sistons 23 janvier 2013 19:49

    La GRANDE colère des militaires, maintenant, contre la France VENDUE  ! eva-chantal

    http://chantaldupille.over-blog.com/article-la-colere-des-militaires-contre-la-france-vendue-a-l-ue-aux-usa-a-israel-114672433.html


  • Zangao Zangao 23 janvier 2013 20:23

    L’avenir est tout, sauf radieux. La misère dégueule de partout, c’est sale, triste, démoralisant...... les gens tentent encore de s’échapper en s’abrutissant devant les jeux télévisés, variétés, matchs de foot, rugby, sauf ceux qui se suicident en famille.
    La « gauche » est revenue faire le sale boulot, adieu les reliefs des « droits », nous nous en rongeront les doigts, et les os .


  • Irina leroyer Irina leroyer 23 janvier 2013 21:49

    on a trop tiré sur la ficelle, maintenant il va falloir payer.


    la paupérisation est inévitable pour obtenir le nivellement par le bas...

    trop tard, le mal est fait ...

    Irina

  • Frep Frep 23 janvier 2013 22:00

    Bien d’accord avec la teneur de cet article ! Une ploutocratie ou plutot une bancocratie nous ramène  jour apès jour à l’ouvrier du XIX siècle ! 



  • mario mario 24 janvier 2013 00:54

    bonsoir eva,

    la seule résistance éficace aujourd’hui c’est de créer un journal ou un blog (ou les deux)

    60 MILLIONS DE BOYCOTEURS !

    et vous allez voir que le sieur pujadas s’abstiendra entre autre

    de dire a valls ; vous etes beau.... !

     

     

     


  • Montagnais Montagnais 24 janvier 2013 01:40

    Ce dont a besoin le pouvoir totalitaire du Nouvel Ordre Mondial pour guider la conduite de ses troupeaux, c’est d’une préparation qui rende chacun d’entre nous apte à jouer aussi bien le rôle de dominant que celui de dominé, de bourreau que celui de victime ..


    Cette préparation à deux visages occupe à plein temps les industries de la réclame, de l’amusement public, des média, de « l’information ».

    Dialectique effroyable qui rend caduque les considérations de détails sur des catégories déjà historiquement invalidées .. « France » .. « USA » .. « Israël » .. « Russie » .. « démocratie » .. « économie » ..

    désertons. La simple désertion d’1 petit pourcent du troupeaux accélérera le basculement. Kehre.

    De toutes les façons, capitalisme et NOM sont condamnés sans rémission. Tout le monde sait.

    Enivrant parfum d’aventure nouvelle, rien ne va plus ..

    Www.adbusters.org / .. Contre les robots ..

  • ricoxy ricoxy 24 janvier 2013 09:14

    Un seul mot d’ordre : anarchie, au sens noble du terme, c-à-d le refus de toute contrainte sociale.


  • Ecométa Ecométa 24 janvier 2013 09:59

    @auteur

    Je partage largement votre point de vue. Pour autant vous criez « vive la neutralité », mais vous êtes tout sauf neutre… et c’est tant mieux !

    Vous écrivez : « Nos prédécesseurs n’avaient pas le boulet de l’euro : Ils pouvaient dévaluer la monnaie ». Dévaluer la monnaie était déjà l’aveu d’un véritable échec économique !

    Le problème n’est pas l’Euro, la monnaie elle-même, mais la gestion qui en est faite par les instances européennes qui en ont la charge, et bien d’autres choses comme le fait que nous ne faisons pas réellement de l’économie au sens complexe du terme, si tant est que le genre humain en ait  réellement fait un jour… de l’économie ; le problème c’est que nous faisons exclusivement du capitalisme, et qui plus est, véritable cercle vicieux : essentiellement financier ! Tout simplement le capital pour le capital et un capital qui se regarde technoscientifiquement le nombril… tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse et elle se cassera !

    Les difficultés auxquelles nous sommes confrontés, bien sûr celles économiques, mais aussi celle sociétales, politiques, comme celles écologiques, sont de nature avant tout fondamentales : fondamentalement économiques ! Le problème c’est l’économisme ; l’économie pour l’économie, le moyen pour le moyen sans aucune finalité sociétale alors que par nature l’économie est sociétale car sans société il n’y a pas d’économie possible.

    Nous devrions continuer de faire des efforts, continuer de nous saigner… car,  à les entendre, ça devrait payer dans l’avenir !

    Non ça ne paiera pas, même jamais, car il y a un précédent célèbre en matière économique,  un « théorème économique » connu sous le nom de « Théorème de Schmidt, Helmut de son prénom, ancien président de la République fédérale d’Allemagne, qui plus est, social-démocrate, ceci, dans les années 70 du siècle dernier. C’est la plus grande escroquerie économique de tous les temps, bien pire que celle dite des subprimes. Une escroquerie que tout le monde semble avoir oubliée alors qu’elle est à l’origine de toutes nos difficultés, à l’origine du retour de la mondialisation économique et de son corollaire le capitalisme financier. Une escroquerie que tout le monde a oubliée ou n’a pas vue comme telle… et pourtant ! Ce théorème est à l’origine de l’avènement du chômage récurrent dans nos modernes sociétés ; à l’origine du chômage comme seul ;mode d’ajustement d’une économie devenue exclusivement financière !

    Ce « théorème » économique sensé traduire une vérité économique de bon sens, du moins entre gens honnêtes, disait, que « les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain » : pourquoi pas ? Oui, entre gens honnêtes ! A vrai dire et au bout du compte : nous les avons en attendus et nous les attendons toujours ces emplois ! En effet, car, si les efforts ont bien été faits et les profits bien réalisés, début de la prédiction, ceci, sur le dos des travailleurs, de la masse laborieuse, de la « plèbe », avec, en France, une perte de 10 points de répartition de la « Valeur Ajouté » pour les revenus du travail ; les investissements, quand ils ont eu lieu, ne se sont pas réalisés là où les efforts avaient été consentis, mais sous de cieux bien plus cléments pour le capital investis ! Ils ont tout simplement été réalisés, capitalisme financier oblige, dans des pays émergeants à fort potentiel de croissance économique et forcément de croissance capitalistique !

    C’est, là, en Europe, avec le retour du capitalisme financier, avec le retour d’une économie de la seule rente financière, pourtant déjà tristement expérimentée, le tout début de la mondialisation financière de l’économie et, qu’après ce que nous avons appelé les « trente glorieuses »… nous vivons les « trente piteuses », voire même plus, car dans le genre capitalisme financier, l’argent pour l’argent, ou celui du capital qui se regarde le nombril : nous sommes assez bien partis !


Réagir