jeudi 13 avril - par rosemar

Michel Onfray : une belle déclaration sur l’école....

"Oui, mon père était un pur produit de l'école républicaine. Voilà pourquoi je pense qu'à gauche on devrait défendre l'école républicaine. Et quand on la défend, on n'est ni réactionnaire ni conservateur, on a juste envie que d'autres enfants de pauvres, d'autres gens modestes, puissent avoir droit à la culture, au savoir. Voilà pourquoi j'ai créé des universités populaires, aussi pour distribuer la culture et le savoir. Oui, mon père m'a enseigné plein de choses, et notamment les étoiles. À partir de l'étoile Polaire. Il me disait qu'elle était la première arrivée et la dernière couchée, qu'elle était toujours au même endroit, qu'elle indiquait le nord. Et d'une certaine manière, c'était une leçon de vertu qu'il me proposait en me disant "Sois comme elle".

On doit cette belle déclaration à Michel Onfray : les mots qu'il prononce ici nous touchent et me touchent plus particulièrement...

Comme lui, je suis issue du peuple, mes parents étaient des gens modestes, mon père était un simple ouvrier qui travaillait sur des chantiers maritimes.

Comme lui, je défends l'école de la république, celle qui m'a apporté culture, curiosité et savoir... Cette école malmenée, vilipendée, à laquelle on a imposé tant de réformes inutiles, cette école qui a été sacrifiée, parfois, à des intérêts mercantiles, cette école qui souffre de désaffection : le métier n'attire plus les vocations et le ministère peine à trouver des candidats aux concours de recrutement de l'Education nationale.

Une école à laquelle on a imposé des modes : la méthode globale, l'apprentissage par la découverte, comme si les élèves étaient aptes à tout découvrir par eux-mêmes, l'abandon de la grammaire, de l'orthographe, disciplines pourtant essentielles.

Et les réformes s'enchaînent, continuent, sans vraiment recentrer l'enseignement sur l'essentiel, l'acquisition des connaissances, la mise en valeur de la culture, le retour aux sources, l'apprentissage du latin et du grec qui sont les parents pauvres de l'éducation nationale...

L'école doit retrouver cette vocation première la transmission des savoirs, car un savoir bien assimilé demande du temps, de la réflexion, du recul.
 
Internet, les technologies modernes peuvent compléter ce savoir et non se substituer à lui.
 


Internet, c'est la grande braderie, c'est une source incommensurable de possibilités et de savoirs, mais sans une formation de base, internet ne permet pas toujours un esprit critique.

Wikipédia : La source de tous les savoirs ! Oui, c'est un outil précieux mais qui n'est pas toujours fiable : il peut comporter des erreurs, je l'ai vérifié moi-même, on y trouve parfois des étymologies fantaisistes.

L'école n'est-elle pas l'avenir d'une nation ? N'est-ce pas l'essentiel ?

Les déclarations d'intention ne suffisent pas : il faut faire en sorte que l'école soit une priorité, et pour cela, éviter les réformes qui désorganisent le travail des écoliers, comme celle des rythmes scolaires, éviter de satisfaire l'industrie du tourisme et bricoler les vacances scolaires...

L'école n'est pas une marchandise, les lycées ne sont pas des entreprises commerciales, ce sont des lieux de savoirs et de réflexion...

Il faut redonner une vraie autorité aux enseignants, respecter leur savoir, leur expérience, leur faire confiance.

L'école, celle qui dispense la culture, doit être valorisée : la culture elle-même se doit d'être honorée...

C'est aussi l'apprentissage de la langue française qui doit être au coeur de l'école : sans une bonne maîtrise de la langue, les difficultés surgissent, la compréhension s'étiole, la pensée et le raisonnement s'évanouissent.

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/03/michel-onfray-une-belle-declaration-sur-l-ecole.html

 



50 réactions


  • rogal 13 avril 16:18

    Approuvé sans réserve.


    • rosemar rosemar 13 avril 18:57

      @rogal

      Merci pour ce message : Onfray a des défauts, sans doute, comme tout être humain, mais il assène parfois quelques vérités intéressantes.
      En ce moment, je lis Cosmos, un ouvrage que je recommande à tous...

    • La mouche du coche La mouche du coche 13 avril 19:20

      Article stupide reflétant bien à la dégénérescence de la pensée laicarde. L’école a toujours existé, bien avant celle de la « république ». Je ne vois pas pourquoi il faudrait celle-ci plutôt qu’une autre. C’est crétin. smiley


    • Pere Plexe Pere Plexe 13 avril 19:28

      @La mouche du coche
      Que vous ne fassiez pas de différence entre l’école républicaine et les madrassas est inquiétant ... 


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 13 avril 19:49

      @Pere Plexe
      Que vous ne fassiez pas la différence entre les madrassas républicaines et une véritable école est encore plus inquiétant.


    • rosemar rosemar 13 avril 21:37

      @Pere Plexe

      C’est inquiétant, en effet...

    • rosemar rosemar 13 avril 21:51

      @Robert Lavigue


      La laïcité, vous connaissez ?

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 14 avril 14:26

      @rosemar

      La laïcité, vous connaissez ?

      1) Laquelle ? La laïcité-neutralité que l’on utilise dans vos milieux quand il s’agit de justifier le multiculturalisme islamo-compatible ? La laïcité de combat que vos milieux faiblement éclairés aux Lumières utilisent pour justifier leur anti-catholicisme ?

      2) « Pour une période qui s’étend jusqu’à la Première Guerre Mondiale et même au-delà, les catholiques étaient pratiquement bannis des affaires de l’État au profit des juifs, des protestants, des francs-maçons, trois des quatre États confédérés de l’anti-France au regard de Maurras. » JULLIARD - Histoire des Gauches

      6-8% de ministres protestants entre 1871 et 1914 pour 2% de la population.
      40 à 60% de ministres francs-maçons selon les périodes entre 1877 et 1914. (chiffres cités par Julliard)
      .

      Jules Ferry était franc-maçon, Littré aussi !


    • mmbbb 15 avril 09:45

      @Robert Lavigue 

      Jules Ferry avait des propos peu amènes contre les sous hommes à qui nous devions apporter la lumiere de notre civilisation Alexandre prof dans ce media m a rétorqué qu il n’etait pas de gauche J ’ai toujours apprécié la plasticité mentale des personnes de gauche en matière d histoire A l instar « de nos ancêtres les gaulois » dont le ministre socialiste le Foll donna une lecon d histoir a la droite en omettant de dire que cette assertion fut particulièrement la cle de voute de l enseignement des hussard de la republique dès la 3 eme republique . Quant a notre epoque contemporaine cette même gauche qui a laisse s’installer le religieux dans le domaine public et défendit le burkini alors que ce vêtement n’est pas un vêtement neutre Lorsque je fus gamin la sentence était sans appel " en dehors de la laicité point de salut ", Desormais la laicité n’est plus normative et est devenu le champ du relativisme culturel Cet auteur a par ailleurs ecrit des articles sur les profs ayant la peur au ventre Je ne les plains pas et j suis indifférent , lorsque certains recoivent une beigne « l altérité cela se mérite » , La population des ecoles est désormais diverse et souvent plus violence que les ados que nous étions Mais je ne fus jamais une chance pour la France Par ailleurs Onfray appartient a la generation ou deja l education nationale employait certains profs mediocres ( j en ai eu helas ) d une part et que cette institution etait le labortaoire d abusives experimentations pedagogiques et cela continu avec le verbiage des pedago actuels. Voir ce Brighelli de gauche dure du Point ayant ete prof  dans cette institution et ne cesse desormais des pamphlet sur cette institution et ses representants J’admire le virage à 180 degré et j’ai en tête la chanson de Dutronc « l opportuniste » Qu ils assument  désormais ce merdier, La gauche s’est laisse enfermer dans ces propres contradictions Par ailleurs sa devise est " je m ’applique pas ce que je promeus si génréreusement à autrui mes grands préceptes : mixite sociale ce vouloir vivre ensemble Cette gauche est une imposture


    • mmbbb 15 avril 10:17

      @rosemar la laicite oui je connais mais vous devriez lire les propos d Elisabeth Badinter ou le livre de M Bensoussan les territoires perdus de la république Cet auteur fut honni par la gauche « droite dans ces bottes » jusqu a l attentat de Charlie Hebdo Les mêmes qui descendirent dans la rue en montrant « je suis Charlie » Nous pourrions rire de cette mascarade si il n y avait pas eu des morts. Michel Winock a ecrit un essai sur la conquête laique Cette laicite que les cathos dans leur grande majorite ne refusèrent pas. Désormais nous avons renier nos vaeurs, notre histoire . Le plus consternant dans cette affaire sont les laicards intégristes qui s’emeuvent d une crèche dans un espace public et poussent des cris d orfraie « la republique est en danger »  ; ces mêmes qui appuient l avis du conseil d etat sur l affaire du burkini, ces mêmes qui vont baiser la babouche de liman, ces mêmes qui ne vont pas manifester a la mairie de Paris lorsque cette municpalite offre un repas hallal a la fin du ramadan aux dignitaires religieux. Substituons les mots burkini par chasuble, iman par cure et imaginions que les cathos se comportent ainsi Ces mêmes gauchos petris de valeurs eternelles et d equite morale deviendraient hystériques . Oui j ai une certaine idee de la laicite mais de grace c est la gauche en particulier qui a laisse faire et le barbu rie desormais sous sa barbe La est l’essentiel puisque nous sommes devenus des ventres mous et croyez moi nous ne sommes pas respecte


  • Alren Alren 13 avril 16:24

    On sait maintenant que quatre candidats seulement peuvent encore espérer devenir Président(e) de la République.
    Par ordre de probabilité décroissante : Mélenchon, Macron, Fillon, Le Pen.

    Lequel des quatre en fera les plus pour l’école ?
    Lequel des quatre met l’école, de la maternelle (dès 3 ans et accueil des 2 ans) à l’université (avec salaire pour les études longues comme médecine) en passant par l’enseignement professionnel (réouverture de lycées pro et de filières d’avenir), au premier plan de ses priorités ?

    Tout se jouera au premier tour ... À bon entendeur ...

    Les parents et grands-parents qui n’auront pas voté aussi pour leurs enfants et petits-enfants ne devront pas se plaindre si l’Éducation Nationale continue à être dégradée pour plaire au MEDEF et à L’UE.


    • rosemar rosemar 13 avril 19:01

      @Alren


      Mélenchon fait de beau discours sur l’éducation et l’école : c’est enthousiasmant, est-ce toujours réaliste ? 

    • rosemar rosemar 13 avril 21:50

      @rosemar

      Je corrige : « de beaux discours... »

    • Alren Alren 14 avril 13:15

      @rosemar

      Mélenchon fait de beaux discours sur l’éducation et l’école : c’est enthousiasmant, est-ce toujours réaliste ? 

      Qu’est-ce qui n’est pas réaliste dans les propositions de la France Insoumise ?

      La scolarité obligatoire pour les enfants de 3 ans est parfaitement réaliste pour qu’à l’entrée au CP, l’enfant des milieux défavorisés ait autant de chance de succès dans cet apprentissage très difficile de la lecture que les enfants d’enseignants.

      Que les enfants de deux ans soient accueillis à la demande par des professionnel(le)s hautement qualifié(e)s est parfaitement adapté à un besoin social.

      Il est très réaliste de voir que si la Finlande a d’aussi bons résultats c’est que les effectifs en primaire sont de quinze élèves et que nous devons l’imiter le plus vite possible.

      Il est très réaliste de porter à la charge de l’État la totalité des dépenses d’enseignement et ne pas la faire dépendre des collectivités locales comme c’est le cas de plus en plus actuellement.

      Il est très réaliste que la cantine du midi soit gratuite pour que les enfants les plus défavorisés mangent correctement, du bio, une fois par jour. Leur santé s’en ressentira et leurs performances scolaires aussi.

      Il est très réaliste que l’enseignement soit absolument gratuit, y compris les transports, les activités périscolaires et tout le matériel y compris informatique.

      Il est très judicieux de faire appel aux enseignants bénévoles pour mettre au point des logiciels d’apprentissage et des vidéos de formation sans passer par les lourdeurs des maisons d’édition.

      Il est fondamental de revaloriser l’enseignement professionnel au lieu et place de l’apprentissage par des patrons qui confinent les apprentis à des tâches subalternes qui ne leur apprend pas le métier.

      Il est réaliste d’octroyer un présalaire aux étudiants en échange d’engagements de servir l’intérêt public.

      Il est réaliste d’assurer aux post-docs un revenu en rapport avec leur immense qualification et de créer pour eux les postes de recherche qui peuvent rapporter des fortunes à la République, au lieu qu’ils apportent leur talents à des concurrents étrangers.


    • mmbbb 15 avril 10:58

      @rosemar Melechon vit a Paris intra muros c’est son droit , il a certainement pas mis ses mioches dans le 9 - 3 pourtant à quelques stations de RER , c est aussi son droit En revanche son discours est démagogique comme celui d Hamon qui pour des raisons électorales vient faire le beau a Vaulx en Velin ( j habite en Face ce sont deux mondes ) le problème est la une scission des territoire et un langage universaliste C’est incohérent Au delà des mots ces discours sont creux et Hollande peut s époumoner en de vains discours contre le vote extrême il en est la cause mais il refusera de l admettre, Qu il se tire sur son scooter et nous affranchisse de ses discours a la con .


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 13 avril 18:10

    Internet, c’est la grande braderie,

    Vos billets internet quotidiens en sont la démonstration !
    Par exemple, citer en exemple Onfray, le BHL de la gauche des salons...

    Les prétendues universités populaires à la mode Onfray ne sont rien d’autre qu’une opération de marketing.
    Un entretien à lire entre les lignes !
    http://www.libertebonhomme.fr/2016/06/19/interview-pourquoi-michel-onfray-change-la-formule-de-l-universite-populaire-de-caen/

    ou une critique plus franche ici :
    https://blogs.mediapart.fr/enavant/blog/031015/la-petite-usine-de-michel-onfray


    • rosemar rosemar 13 avril 19:13

      @Robert Lavigue


      Merci pour ces liens : sans doute, Onfray profite de son succès, mais c’est un auteur dont j’apprécie l’écriture, le style même si parfois, il en fait trop, il rabâche...
      En tout cas, la phrase que je cite devrait vous plaire...

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 13 avril 20:18

      @rosemar

      La phrase que vous citez est à l’image d’Onfray...
      Il falsifie l’histoire de l’école et l’histoire de la transmission des savoirs.

      L’école républicaine est tout autant une école de classe et d’idéologie que ne l’étaient les écoles confessionnelles du XIXe siècle.

      J’ai lu quelques livres d’Onfray (Politique de rebelle, Antimanuel, etc), mais je n’ai approfondi que le Traité d’Athéologie. C’est l’oeuvre d’un fumiste, laïque peut-être, mais inculte.

      Sa partie sur le christianisme - sur le catholicisme serait plus exact - est une suite de sophismes, d’a-peu-près et d’anachronismes.
      L’honnêteté voudrait de citer ses sources, même s’il ne s’agit que de Prosper Alfaric !


    • rosemar rosemar 13 avril 21:30

      @Robert Lavigue

      Je n’ai pas lu le traité d’Athélogie... mais je suis en train de finir la lecture de Cosmos : malgré des erreurs, des approximations, quelques longueurs, je trouve la thèse de cet ouvrage passionnante.
      L’homme a tendance à oublier qu’il fait partie d’un tout : le cosmos, l’ordre du monde.


    • rosemar rosemar 13 avril 21:35

      @Robert Lavigue

      Je rajoute ceci : c’est cette école qui m’a enseigné la maîtrise de la langue française, la littérature, le goût des lettres...

  • Graal 13 avril 21:57

    @Rosemar
    - « Wikipédia :.... on y trouve parfois des étymologies fantaisistes »
    Pouvez-vous fournir des exemples précis, accompagnés du lien ?
    - "Oui, mon père était un pur produit de l’école républicaine. Voilà pourquoi je pense qu’à gauche on devrait défendre l’école républicaine". Élémentaire, mon cher Watson ! Quelle démonstration !
    M.Onfray a vraiment écrit ça ? Et si son père avait été scolarisé dans une école confessionnelle, qu’aurait-il écrit ?


    • rosemar rosemar 13 avril 22:19

      @Graal



      Les exemples ne sont pas nombreux, mais je peux citer cette étymologie du mot : « antilope »...« 

       »Du grec ancien ἀνθόλωψ, anthólôps, désignant un animal fabuleux, peut-être de ἄνθος, ánthos (« fleur ») et ὄψις, ópsis (« vue ») par allusion aux longs cils de ces animaux."

      C’est très joli, mais c’est complètement fantaisiste !

    • Graal 14 avril 09:35

      @rosemar
      Et donc, quelle est la bonne étymologie, selon vous ?
      D’autres exemples d’erreur ?


    • rosemar rosemar 14 avril 12:58

      @Graal

      L’étymologie de ce mot est incertaine, mais le mot grec qui est cité sur wiki n’existe pas...

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 14 avril 13:54

      @rosemar

      Bien sûr que ce mot grec existe ! Sauf à supposer qu’Eustache d’Antioche (mort vers 337) n’a pas existé ou à prétendre que la langue grecque n’a pas évoluée depuis Homère...

      La fiche wikipedia française (probablement l’oeuvre d’un enseignant inculte ?) est une traduction-adaptation approximative de la fiche anglaise

      The English word « antelope » first appeared in 1417 and is derived from the Old French antelop, itself derived from Medieval Latin ant(h)alopus, which in turn comes from the Byzantine Greek word anthólops, first attested in Eustathius of Antioch (circa 336), according to whom it was a fabulous animal "haunting the banks of the Euphrates, very savage, hard to catch and having long, saw-like horns capable of cutting down trees« .[2] It perhaps derives from Greek anthos (flower) and ops (eye), perhaps meaning »beautiful eye" or alluding to the animals’ long eyelashes. This, however, may be a later folk etymology.

      Voir :
      http://www.dictionary.com/browse/antelope pour les dictionnaires anglais.
      http://www.cnrtl.fr/lexicographie/Antilope/0 pour les dictionnaires français.


    • rosemar rosemar 14 avril 21:01

      @Robert Lavigue

      Il s’appelle Eustathe d’Antioche, et non pas Eustache...


      Le mot « antholops » n’est pas répertorié dans le Bailly, dictionnaire de Grec de référence...
      De plus, les mots dérivés du grec « anthos », la fleur ont conservé, en français, le « h » du théta grec, comme anthologie, chrysanthème etc.

      C’est donc suspect...


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 14 avril 21:38

      @rosemar

      Désolé pour la coquille dans le prénom de ce brave Eusthathe.

      Que le mot antholops ne soit pas répertorié dans le Bailly n’est pas surprenant.
      Cela laisse supposer qu’il s’agit d’un néologisme de l’époque d’Eusthate (IVème siècle après J.C.)

      Pour ce qui est de l’étymologie du nom de cet animal fabuleux, la source anglaise (la plus fiable) laisse la porte ouverte à plusieurs interprétations.
      Ce qui est certain, c’est qu’à ce jour, l’attestation la plus ancienne est celle d’Eusthathe d’Antioche.
      Entre le Bailly et le CNRTL, le bon sens recommande de choisir le second... à moins de sombrer dans le fondamentalisme.

      Si Bailly s’est bien servi de la patrologie grecque de Migne, il se limite aux Ecritures et aux principaux Pères de l’Eglise, titre auquel Eustathe d’Antioche ne peut pas prétendre.
      Je vous laisse consulter le Tome XVIII de la patrologie grecque de Migne à la recherche de cette mystérieuse antilope :
      http://www.documentacatholicaomnia.eu/20vs/103_migne_pg_g/1815-1875,_Migne,_PG_018_(00-00)_Methodii_Episcopi_Opera_Omnia,_GM.pdf


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 14 avril 22:03

      @Robert Lavigue

      Re-Correctif !

      Si j’en crois le Dictionnaire historique de la langue française, ce mot grec a été emprunté à une langue non identifiée et est attesté dans Le Commentaire sur l’Hexameron de Basille de Césarée (une oeuvre datée d’après le IVème siècle, mais longtemps attribuée à Eusthathe, d’où sa présence dans la patrologie Migne).

      Le h a bien disparu en latin entre le XIème et le XIIIème siècle !


    • rosemar rosemar 15 avril 08:39

      @Robert Lavigue


      Justement, attention au nom du « bonhomme » : « Eustathe » ! Avec un seul « h » !

      Avez-vous le lien ? Qui a écrit ce dictionnaire ?

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 15 avril 16:02

      @rosemar

      Qui a écrit ce dictionnaire ?

      Euh... A ma connaissance, il n’y a qu’un seul ouvrage paru récemment sous ce titre...
      Celui publié par Le Robert sous la direction d’Alain Rey !
      http://www.lerobert-historique.com/

      J’imaginais naïvement que tous les enseignants en avaient un exemplaire dans leur bibliothèque personnelle...

      C’est quand même la Rolls des dictionnaires pour qui s’intéresse un peu à l’histoire des mots !
      Et à 109 euros, c’est donné... A peine plus que le prix d’un abonnement annuel à Femme Actuelle ou Télérama.


  • alain_àààé 14 avril 13:39

    excellent mais parti pris par l auteur car elle ne nous parle que les parents d éléves sont des socialistes ou de leur parti comme ATTALI et bien d autres socialistes méme HAMON ne se cachent pas pour le dire a la télé ou sur les radios c est le dernier bation que nous tenons disait ATTALI .alors c est pas demain que nous petits enfants ne seront capable de voir la vrai vie n y de résonné par eux méme


  • Giordano Bruno 14 avril 14:05

    Ce n’est pas l’étoile polaire qui est la première arrivée et la dernière couchée. C’est Vénus.


    • JL JL 14 avril 14:26

      @Giordano Bruno
       

       c’est Vénus, oui, quand elle est là. Qu’on appelle d’ailleurs et improprement comme vous le savez ; l’étoile du berger.
       
       Sinon en effet, et comme dit Tall, ce n’est pas la Polaire qui, elle est toujours debout, mais l’astre le plus brillant présent dans notre ciel ; excepté la Lune et le Soleil bien entendu.

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 14 avril 14:30

      @Giordano Bruno

      Du moment qu’Onfray l’écrit et que Rosemar le recopie, c’est que ça doit être vrai...

      C’est vraiment la grande braderie, dans ces milieux peu cultivés !


    • Tall Tall 14 avril 14:36

      @JL

       
      Venus est à l’instant même au cap 243 à une hauteur de 23° avec une magnitude -4.2
      On serait le soir, on la verrait très bien 
      un petit logiciel gratuit intéressant pour identifier les étoiles ( même s’il y a sûrement mieux )

    • rosemar rosemar 14 avril 21:02

      @Giordano Bruno

      Apparemment, on a tendance à confondre l’étoile polaire et l’étoile du berger, confusion assez fréquente... le père d’Onfray se trompait....

    • rosemar rosemar 15 avril 08:47

      @Tall

      MERCI pour ce lien.

  • Tall Tall 14 avril 14:16

    À partir de l’étoile Polaire. Il me disait qu’elle était la première arrivée et la dernière couchée, qu’elle était toujours au même endroit, qu’elle indiquait le nord

     
    L’étoile polaire ne bouge jamais car elle est dans la continuation de l’axe de rotation terrestre. Et donc, elle ne se lève ni ne se couche jamais. A midi comme à minuit, elle est toujours là. On la voit ou pas, en fonction de la luminosité du ciel.
     
    Dans l’hémisphère sud, on ne la voit donc jamais.
     
    Note : il est inutile de jeter du pain à l’étoile polaire. C’est trop loin.

  • Marignan Marignan 14 avril 15:02

    A l’auteur.


    Je partage l’idée qu’ajouter républicaine à école est superflu. L’école doit être un lieu d’instruction et non pas un lieu d’éducation (tâche dévolue aux parents et à l’entourage social). L’enseignement pour tous à exister (dans chaque paroisse et dans chaque ville -non, nos aïeux avant les républiques n’étaient pas des illettrés) avant les républiques modernes des XVIIIème, XIXème et XXème siècles en produisant les meilleurs auteurs et penseurs français (et de langue française) devenus aujourd’hui nos classiques (ceux qui sont de moins en moins enseignés dans les écoles républicaines du XXIème siècle d’ailleurs et remplacés par ... rien). Les républiques successives, à coup de réformes (réforme = mis en oeuvre de la philosophie libérale anglo-saxonne) ont instrumentalisé l’école en vue de servir des buts autres que ceux de l’instruction pour elle même. L’instruction dont les vertus attendues sont l’acquisition de savoirs, de techniques et de méthodes de raisonnement, en devenant éducation nationale sert aujourd’hui un projet social (l’école républicaine est l’instrument de la reproduction social des élites républicaines par excellence -filières sélectives, classes préparatoires, concours) et politique (remplacer le savoir par le vivre ensemble, terme dénué de sens, mais pas d’arrière pensées, en vogue chez les idéologues républicains) qui est de désinstruire les populations (suppression des enseignements classiques, dilution des matières fondamentales -math, français- dans des programmes récréatifs, ...) pour mieux les soumettre.

    Par ailleurs, opposer à la critique du terme républicaine apposé à école, l’idée d’une école religieuse, c’est justement reconnaître la religiosité de l’école républicaine. Or c’est d’une école, tout court, dont notre nation a besoin pour bâtir son avenir, ni de religion républicaine, ni d’une autre.


    • rosemar rosemar 14 avril 21:05

      @Marignan

      Il faut, je pense, comprendre le mot « républicain » dans son sens étymologique : « respublica » désigne « la chose publique »... l’école pour tous... ;

  • Marignan Marignan 14 avril 15:05

    lire mise en oeuvre (et non pas mis en oeuvre) et reproduction sociale (pas social), désolé, je ne me suis pas relu.


  • Crab2 14 avril 15:44

    L’athéisme à l’école

    La mort est absence de sensation – Épicure, suites :

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/01/latheisme-lecole-chapitre-n1.html


  • Crab2 15 avril 17:37

    L’athéisme à l’école

    Il n’y a rien à craindre de la mort car la mort est absence de sensation, nous disent, depuis l’antiquité, Épicure et Lucrèce - c’est [ aussi ] la fin d’un long monologue

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/01/latheisme-lecole-chapitre-n1.html


  • smilodon smilodon 15 avril 19:43

    @ l’auteur(e) : Sur vos 3 dernières phrases : « la langue est l’âme d’un peuple ». Goethe le disait mieux que moi : « L’âme d’un peuple vit dans sa langue »...... Je pense que les « mots » nous construisent, nous définissent et nous rassemblent.......La France devient une « tour de babel ». La « mixité sociale », pour employer un terme à la mode, n’est qu’un « assemblage » de « diversités originelles » imposé aux uns par les autres. Ca ne fonde pas une Nation !....C’est même l’exact contraire..........Ca la disperse !...D’où les « problèmes ».........A force de vouloir « diluer » la « souche » par l’apport d’un trop grand nombre de nouveaux arrivants, à force de vouloir effacer l’histoire de ce pays, on finira par le tuer. Et on finira par tuer tout le monde, la souche et les « nouveaux arrivants » !..... Adishatz.


Réagir