lundi 8 mai - par Aimé FAY

Nombre de chômeurs OU taux de chômage : il faut choisir !

Cela fait des années que les politiques, de gauche comme de droite, nous serinent avec le nombre de chômeurs.

Quand il diminue, le gouvernement y voit une victoire et l'opposition, une manipulation des chiffres. Quand il augmente, les excuses du gouvernement sont recherchées et l'opposition demande la démission du ou de la ministre en charge de l'emploi.

Alors, pour essayer de régler ce sujet récurrent, prenons un exemple1 bien connu (source OIT (Organisation internationale du travail) novembre 2016) :

vaut-il mieux avoir quelque 2,971 millions de chômeurs comme en France,

OU

- 7,998 millions comme aux États-Unis d'Amérique ?

Préférer la situation française à l'américaine serait une grosse erreur d'analyse, de jeunesse, d'incompétence et/ou de calcul politicien. Espérons qu'aucun politique digne, femme ou homme, ne le fait ?

En effet, l'important en termes de chômage, c'est le rapport entre le nombre de chômeurs ET la population du pays, plus précisément avec la population active. Celle-ci "regroupe la population active occupée (appelée aussi « population active ayant un emploi ») et les chômeurs" (source INSEE).

Le rapport entre le nombre de chômeurs et la population active se nomme : taux de chômage.

Avec les chiffres internationaux de l'OIT, en novembre 2016 :

la France avait un taux de chômage1 de 10%,

les États-Unis d'Amérique n'avaient qu'un taux de chômage de 4,9%, malgré ses quelque 8 millions de chômeurs, c'est-à-dire 5 millions de plus que chez nous !

Alors, en termes de chômage, vaut-il mieux être les États-Unis que la France ? Les États-Unis, bien sûr !

Comprenons alors que le nombre de chômeurs est un indicateur qui n'est pas le bon, quand on veut suivre l'évolution du chômage dans un pays.

Mais, beaucoup de politiques, politiciens avant d'être économistes préfèrent, semble-t-il, un indicateur mensuel tel le nombre de chômeurs, que celui trimestriel, du taux de chômage. Cela leur permet d'intervenir plus souvent, c'est-à-dire tous les mois, quitte à se planter magistralement, comme l'a fait notre désormais ex-président (il ne le sera plus, effectivement, que le 14 mai), François Hollande, sur la courbe du chômage. S'il (ses conseillers) avait pris l'indicateur international de l'OIT, son pari d'inverser la courbe du chômage aurait réussi, car la population de notre pays a progressé très légèrement plus vite que le nombre de chômeurs.

Même Emmanuel Macron, notre Président (il le sera, effectivement, le 14 mai), s'est trompé lors du débat, du 3 mai 2017, avec l'agressive représentante du Front national, en prétendant que le nombre de chômeurs était plus important dans les années 1990, qu'aujourd'hui. Faux ! il était heureusement inférieur, en nombre. MAIS, le chômage était sensiblement plus important qu'aujourd'hui, car le taux de chômage était, en 1994 et aussi en 1997, de 10,4% de la population active (source INSEE).

Espérons que le message soit, in fine, entendu par toutes et tous. Politiques comme citoyennes et citoyens lambda.

Ce qui compte, en termes d'évolution du chômage : c'est bien, et uniquement, le taux de chômage !

Espérons qu'il sera la cible du président Macron − comme il nous l'a promis − et, qu'en l'espèce, il évitera le piège, fatal, que François Hollande s'était lui-même fabriqué, de ses propres mains maladroites.

 

1. Qu'importe si vous n'êtes pas d'accord avec les chiffres de l'OIT. L'essentiel, de notre sujet, n'est pas de polémiquer une énième fois de plus, MAIS, c'est de montrer que le nombre de chômeurs n'est pas un indicateur pertinent.

Crédit photo : Le Figaro.

 



42 réactions


  • Onecinikiou 8 mai 11:11

    S’attaquer au chômage M. FAY sans s’attaquer à ses causes structurelles fondamentales en France, que sont l’euro monnaie commune et l’indépendance de la BCE, le libre-échange dérégulé, et l’invasion migratoire, est assurément une gageure. 


    Sans sortie de l’euro et dépréciation du nouveau franc et sans monétisation partielle de notre endettement, sans mesures protectionnistes raisonnables, sans arrêt de l’immigration de peuplement (qui pèse sur nos comptes publics en même temps qu’elle participe de la contraction de la masse salariale), aucune perspective de baisse de chômage n’est envisageable. 

    Macron pourrait mettre en oeuvre toutes les solutions néolibérales que vous appelez de vos voeux, le chômage ne baissera pas, les comptes publics ne se rétabliront pas, nos indicateurs macro-économiques (solde de notre balance commerciale, PIB/hab, taux de croissance) ne s’amélioreront pas.

    Vous prenez les paris ? Rendez-vous dans quelques mois, et au pire dans cinq ans pour faire le bilan. 

  • Zolko Zolko 8 mai 11:15

    Mais, ma parole, vous êtes nul en math !!!
     
    Et en économie aussi : vous ne parlez même-pas du taux d’occupation, qui est le rapport entre ceux qui travaillent (sont occupés) et la population active, indicateur bien plus fiable puisqu’il inclut aussi ceux qui ne cherchent pas de travail.


    • Aimé FAY Aimé FAY 8 mai 12:43

      @Zolko
      Voir mon livre : la Crise en quelques mots...

      Pour vos conseils, vous devriez voir l’OIT. Je pense que vous y trouverez un bon accueil. La modestie des Français et toujours bien accueillie.



    • Aimé FAY Aimé FAY 8 mai 12:45

      @Aimé FAY
      Mille excuses : ET devient EST !


    • Zolko Zolko 8 mai 20:05

      @Aimé FAY :
       
      1) je ne suis pas Français
       
      2) la définition de « taux » est que c’est une division. DIVISION, une fraction avec un numérateur et un dénominateur !!! Dans le cas de cet article, au numérateur il y a le nombre de chômeurs, et au dénominateur il y a le nombre d’actifs. Donc, si le nombre d’actifs est différent (comme entre la France et les USA) le dénominateur n’est pas le même et donc comparer les numérateurs n’a pas de sens. Dans ce cas, on ne peut que comparer les taux. Mais si le dénominateur est le même (comme dans le cas de la France sur différents mois) alors l’évolution du nombre de chômeurs et du taux de chômage est absolument le même.
       
      C’est au programme de math de l’école primaire. Et vous faites un article là dessus ?


    • abcd 9 mai 13:24

      @Aimé FAY
      Puisque vous aimez l’Insee, ce serait peut-être bien de le lire plutôt de faire du charlatanisme entre réforme et chômage, alors qu’il faudrait scientifiquement dire : démographie et chômage :
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/1407994?sommaire=1407999


  • Remosra 8 mai 11:15

    Bien entendu ne pas oublier de dire qu’aux USA il y a environ 97 million de personnes sous le seuil de pauvreté !


  • Sozenz 8 mai 11:57

    Le chomage ne baissera pas significativement temps qu’ il y aura encore des droits sociaux pour que l esclavage ne soit pas en place .. ;
     Le Nairu nous le fait bien comprendre ....
    Quest ce que le Nairu . c est de créer un taux de chômage, pour qu il y ait tension .
    quand il y a tension il y a conccurence entre les demandeurs qui sont capables d accepter n importe qu’ elle conditions .
    Quand il y a encore le choix entre survire correctement et etre en esclavage . le choix est vie fait .
     Nous allons dans les semaines qui viennet comprendre et voir parfaitement ce que cela va etre que de glisser progressivement vers le non choix . un peut comme ces élections ont ete dirigées .

    le non choix en france est deja present .. quand un jeune de moins de 25 ans pour survivre doit prendre un treavail à 450 euro pour 35 heures de trvail oon s approche de l esclavage .
    car meme s il est paye , et bien contrairement aux esclaves ? il a des charges a payer.. on paye sa cage ,
    c est la servitude volontaire .
    les hommes au quotidiens ne se rendent pas . du fonctionnement de cet ensemble .

    c est la raison pour laquelle il n ont pas capté . ni les fonctionnement politques , ni les fonctionnement de l olligarchie , ni des banques , ni leur propre fonctionnement et leur malheur .
    Ils sont aveugles et aveuglés , ils ne veulent pas voir pour croire encore à des illusins qui n ont pas lieu d etre . ils choisissent la mondialisatin au lieu de choisir la voie spirituelle qui est de sortir de leurs propres chaîne .
    Ils se defendent de la mort ... mais ils y courent tout droit .

    Je me suis un peu « egarée » mais il y a une vision très large a avoir pour comprendre ce que nous vivons et passer ce que nous allons devoir passer . 


  • foufouille foufouille 8 mai 12:03

    6 millions environ depuis les années 90.
    andouille.
    ce qui compte est le chômage de longue durée.
    bourgeois.
    et juste pour parler un peu des USA, 20% de la population est bénéficiaire de food stamps équivalent à une aide alimentaire.
    tes enfants ont deux boulots pour survivre comme en zunie ?
    je parlerais pas de la retraite, tu risquerais de jouir.


  • Aimé FAY Aimé FAY 8 mai 12:38

    Sachons LIRE à défaut d’être economists.

    Cet article titre :« Nb de chômeurs OU tx de chômage  ». C’est tout !

    Pour tout ou presque sur le chômage voir mon livre : La Crise en quelques mots...


    • foufouille foufouille 8 mai 14:30

      @Aimé FAY
      si il est pas utilisable comme papier WC ou essuie tout, ce serait de l"argent jeté par la fenêtre.
      tu aimes Hartz IV ?


    • Aimé FAY Aimé FAY 8 mai 15:19

      @foufouille

      Vu le nombre de vos articles (0+0) qu’est-ce que vous utilisez ? Vos doigts ! Vous avez raison... ils sont réutilisables.


      Que de culture !!!


    • Tribidule Tribidule 8 mai 15:32

      @Aimé FAY

        Donc selon vous publier serait la condition pour exprimer un avis.

       Avez-vous conscience de la profondeur de la cour des miracles qui vous autorise un tel avis ?

       

    • foufouille foufouille 8 mai 15:49

      @Aimé FAY
      un doigt, andouille.
      le reste est peu fonctionnel.
      pour écrire des inepties, tu es balèze ou tu fais de la propagande car tout à fait capable de comprendre que les chiffres se manipulent facilement.


    • Aimé FAY Aimé FAY 8 mai 15:51

      @Tribidule

      NON ! NON !... mais dire que les livres servent de papier toilette fait penser à certains régimes qui prônaient que la populace les brûle !


      Que dire du niveau intellectuel d’une personne qui se sert des livres comme papier toilette ?


      Vous-même, qu’en pensez-vous ?


    • Tribidule Tribidule 8 mai 16:10

      @Aimé FAY


       Ce que j’en pense n’est qu’une question de point de vue.

       Ceci étant je considère qu’utiliser le coran comme papier cul est un signe de bonne santé mentale...

      J’ajoute qu’en cas de pénurie la bible fait parfaitement l’affaire.*

       Prétendre qu’un texte, quel qu’il soit, mérite de vivre revient à accepter l’idée qu’écrire n’importe est légitime.




    • Aimé FAY Aimé FAY 8 mai 16:17

      @Tribidule

      Il ne faut pas conforme les livres techniques, écrits par des techniciens (dont je suis) et ceux de propagande religieuse, écrits par des humains érigés au rang de dieu(x).


    • Tribidule Tribidule 8 mai 16:29

      @Aimé FAY


      Il ne faut pas conforme ?

      Gnéééé ?

    • Aimé FAY Aimé FAY 8 mai 16:32

      @Tribidule
      Lire confondre. La nuit au Carrousel a été longue. Mille excuses.


    • Tribidule Tribidule 8 mai 16:47

      @Aimé FAY


       Vraiment ?

       N’importe quel « technicien » peut écrire écrire l’homme n’est jamais allé sur la lune, que le 911 est un inside job du gouvernement US, que la shoa n’a jamais existé.

       Mais mon propos n’est pas là ; il semblerait selon vous que quiconque n’a jamais rien écrit ne mérite pas de donner son point de vue.

       

       

    • Aimé FAY Aimé FAY 8 mai 16:55

      @Tribidule

      NON !

       

      Exemple : si vous avez écrit un livre, ou plusieurs, et que je vous dis que je les utilise comme papier toilette, que diriez-vous ?

       

      Après réflexion, je n’aurais pas dû répondre cette ânerie, digne d’une cour d’école.

       

      Bonsoir !


    • Tribidule Tribidule 8 mai 17:06

      @Aimé FAY


      Ce que j’en dirais ?

       Que je n’ai pas écrit pour qu’on se prosterne devant moi.

      Et qu’in fine le pognon que vous avez dépensé à mon profit vaut bien de finir là où vous estimer qu’il doit finir.


       Ensuite, que ce que j’ai écrit fasse sens ou pas quelle importance, du moment que des couillons ont voulu y croire.


    • foufouille foufouille 8 mai 20:36

      @Aimé FAY

      c’est juste pour ton livre qui devrait être en PQ .........


  • abcd 8 mai 13:47

    « MAIS, le chômage était sensiblement plus important qu’aujourd’hui, car le taux de chômage était, en 1994 et aussi en 1997, de 10,4% de la population active (source INSEE). »
    Je sais pas si quelqu’un ce souvient mais sous Jospin on a modifié la base de calcul du chômage, si on avait gardé le même calcul on aurait bien plus de chômeurs, quand aux états-unies quand on a le droit à rien est-ce qu’on s’inscrit au pole emploi de l’état ou on vit ?


    • abcd 8 mai 13:54

      @abcd
      Enfin, la stratégie de l’auteur, l’euro si cela coince c’est pas ma faute, c’est la votre :) semble bien assumé (à ce demander si vous avez pas bénéficié des positions à nues sur les CDS de la dette Grecs il y a un peu moins de 10 ans). Cela ne sert à rien d’argumenter face au lâche.
      Pour vous changez les idées, une vidéo sur l’avenir contraint que vous allez nous laisser, au niveau énergétique :
      https://www.youtube.com/watch?v=1-FiOnSnsPs&t=3001s
      (6 fois moins de potentiel de modifier l’environnement)


  • Alain 8 mai 13:48

    C’est bien joli de faire des livres ailleurs et des articles sur ce site, encore faudrait-il savoir de quoi on parle.
    On parle de 10,1% et de 2,9 millions de chomeurs. Mais comme ces chiffres officiels sont faux (puisqu’ils exclus tout un tas de personnes afin de faire baisser le nombre et le pourcentage), autant parler pour rien dire et surtout rien prouver.
    A moins que le but ne soit de transformer le mensonge en vérité, et de disserter longuement sur cette fausse vérité afin de nous inciter à ne pas réfléchir sur le mensonge.

    Mr FAY : à vous de choisir. La vérité ou le mensonge ?


    • Remosra 8 mai 21:39

      @Alain

      Ah ben là il va vous dire que LUI il a fait des articles, LUI il a fait des livres !
      Alors même s’ils sont à chiés, IL DETIENT LA FORCE DE TOUTE PUISSANCE, qui lui permet de mieux savoir que vous tout ce qui peut ce savoir, sans même que vous vous rendiez compte du savoir qu’il peut avoir par rapport au fait que le votre est dérisoire !
      Enfin bref, je me suis compris !


  • laertes laertes 8 mai 14:11

    Désolé mais le taux REEL de chômage aux USA est plus proche des 20% que des 5 %. Il y a une majorité de gens qui sont sortis des statistiques.


    • Zolko Zolko 8 mai 20:08

      @laertes : « Il y a une majorité de gens qui sont sortis des statistiques. »
       
      c’est pour cela qu’il vaut mieux parler du taux d’occupation : c’est le ratio entre le nombre de travailleurs (« occupés ») et la population en âge de travailler.


  • Spartacus Spartacus 8 mai 15:33

    « Ce qui compte, en termes d’évolution du chômage : c’est bien, et uniquement, le taux de chômage ».

    Non ! c’est le taux d’emploi des actifs du secteur privé.

    Compter un taux de chômage en incluant 21% de la population active statutaire qui ne craint pas le chômage c’est con ! 
    Il faut exclure du taux de chômage les fonctionnaires.


    • Onecinikiou 8 mai 19:03

      @Spartacus


      Et il faut aussi privatiser les trottoirs tel que le recommande l’innénarable Pascal Salin !

    • samuel 9 mai 09:59

      @Spartacus

      « Compter un taux de chômage en incluant 21% de la population active statutaire qui ne craint pas le chômage c’est con ! 
      Il faut exclure du taux de chômage les fonctionnaires. »

      tout à fait d’accord. C’est donc bien normal que les fonctionnaires ne paient pas les cotisation d’assurance chômage. 

      Il va donc falloir faire preuve de cohérence et arrêter de se plaindre du fait que la fonction publique ne paient pas l’assurance chômage !!!

    • Spartacus Spartacus 9 mai 12:38

      @samuel

      Non, parce qu’un fonctionnaire peut passer au secteur privé et que cette assurance est contrainte et obligatoire.
      Une assurance sociale se calcule sur la totalité d’une vie d’un citoyen.
      Quand un retraité de 55 ans fonctionnaire bénéficie en changeant de profession dans le privé du chômage, il bénéficient des indemnités de la totalité de vie de cotisations des autres.

    • samuel 9 mai 16:18

      @Spartacus

      oh.... vous seriez prêt à embaucher un fonctionnaire smiley 

      blague mise à part, est-ce que vous payez une assurance automobile quand vous n’avez pas de voiture ? Si oui, vous êtes très bête !

      donc le fonctionnaire n’a pas a payer la cotisation chômage tant qu’il ne va pas dans le secteur privé (si on suit votre idéologie générale i.e. client roi, je paye pour un service et balbalbal)

    • samuel 9 mai 16:21

      @Spartacus

      « Quand un retraité de 55 ans fonctionnaire bénéficie en changeant de profession dans le privé du chômage, il bénéficient des indemnités de la totalité de vie de cotisations des autres. »

      ba c’est un peu le principe de l’assurance/mutuelle, nan ?

      Si je commence à bosser/cotiser et que je dois aller chez le dentiste et l’optcien je profite des années de cotisations des autres mutualistes. Ce ne sont pas mes 2 mois de cotisation qui payent la note !

  • gaijin gaijin 9 mai 10:51

    le taux de chomage ne signifie rien non plus si on ne définit pas la notion de chômeur
    un travailleur en dessous du seuil de pauvreté vit il mieux qu’un chomeur en dessus ?
    un sdf est il chomeur ? un travailleur esclave est il travailleur ?
    personnes en dessous du seuil en france : env 7 millions ( selon les calculs )
    aucun indicatif seul n’a de sens ............


  • abcd 9 mai 11:24

    Le gros problème avec la plupart des économistes, c’est qu’il ce croit scientifique. Mais si un scientifique pose comme hypothèse que pour diminuer la dette/PIB, il faut faire des réformes, il applique son hypothèse et valide (ou invalide, si il est intègre, les scientifiques restent des hommes) par l’observation.
    Bien l’hypothèse appliqué à la Grèce (et d’autres https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_pays_par_dette_publique) ne marche pas, alors que font les économistes, ils nient la réalité, ce sont des charlatans, la négation d’un esprit scientifique.
    Bon en soit les charlatans ce n’est pas des monstres, sauf quand ils connaissent les conséquences (http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150203trib4aeb2b0cc/grece-les-suicides-ont-augmente-fortement-avec-l-austerite.html), vous avez du sang sur les mains et pas seulement celui de jeunes Grecs, Mr Aimé Fay,, votre place est en prison, pas sur agora.
    Sinon pour l’Euro, en cas de crise la plan reste celui de Chypre ?
    On viole tout les traités (pourtant sacré le reste du temps), on fait un bail in (spoliation des épargnants et des liquidités, par exemple vous faite un emprunt sur une maison, vous avez 100 000 euros crédités sur votre compte pour acheter la maison, un bail arrive, l’état prend les 100 000 euros, vous ne pouvez plus acheter la maison et vous 100 000 euros à votre banque, c’est sympa le bail in !), un contrôle des capitaux et on détruit ce qui reste de l’économie (parce que celui qui vous a fait la maison n’a pas pût toucher les 100 000 euros par conséquent il ne peut pas payer les maçons, les fournitures et il coule avec ses fournisseurs).


  • pierrot pierrot 10 mai 09:13

    Bonjour, il existe plusieurs indicateurs du taux de chômage dont le plus usuellement utilisé est celui du BIC. Mais il me semble que le plus pertinent serait plutôt de suivre le nombre de personnes au travail.
    Imaginons que demain un bouleversement fasse que tous travailleront 20 H/semaine avait un salaire de 5000 euros ... Immédiatement de nombreuses personnes ayant renoncé à un emploi, de nombreuses femmes au foyer, de nombreux handicapés etc... s’inscriront au pole emploi et les médias annonceront donc que le chômage augmente... Idiot n’est-ce-pas ?


  • epicure 10 mai 18:52

    il faut tenir compte :
    du taux de chômage officiel, mais aussi comme ce qui est nommé au dessus « taux d’occupation », c’est à dire tenir compte ceux qui sont exclus des statistiques, et pouvoir comparer par pays.
    Mais parler du chiffre du chômage de façon abstraite ne sert pas à grand chose, si on ne parle pas de ce qu’il y a de l’autre côté : la qualité du travail avec les heures travaillées, le salaire final, etc...

    SI un faible chiffre du chômage cache un fort taux de personnes travaillant peu d’heures avec un salaire mensuel ridicule, valoriser le bas chômage ne sert à rien, sauf pour les partisans de l’exploitation économique, et le maintient des prolétaires au sens marxiste ( ceux qui n’ont que leur travail comme source de revenu ) , dans la pauvreté, le besoin, la misère.

    Des chiffres déconnectés de toutes description du réel, pouvant cacher des réalités très disparates  , ne veulent pas dire grand chose.

    C’est comme le salaire moyen, sans tenir compte du salaire médian, cela peut cacher certaines réalités peu réjouissantes.


    • abcd 14 mai 11:18

      @epicure
      Malheureusement il ne sert à rien d’être rationnel avec un économiste (à quelques exceptions prés), aux états-unis si on veut l’équivalent du taux de chômage Français c’est le taux d’emploi sur la population active en âge de travaillé (moins les étudiants et les handicaps lourds), parce que les états unis ne sont pas colbertistes y à pas un état central qui contrôle tout (enfin si mais c’est pour les données personnelles, mais pas pour le chômage) et faite le calcul c’est monstrueux (et ils le savent Trump n’est pas le fruit du hasard), par conséquent il faut le nier.
      Et vous savez quoi, ils le savent très bien, ils mentent à dessein, Artus il y l’époque des réformes Cherudeur, ce demandait si l’Allemagne ce rendait compte qu’elle allait déstabiliser la zone Euro, aujourd’hui il culpabilisera la France, mais il sait, il a toujours su que si le plus productif devenait le plus compétitif, il faudrait perpétuellement sauvé la zone par des sacrifices (des jeunes Grecs, Létons, Italiens, Irlandais), mais il niera son savoir, par corporatisme (et les lecteurs d’Adam Smith apprécieront, le libéralisme c’est aujourd’hui le corporatisme par conséquent une négation de la liberté).
      On est dans la négation du réel, tout les économistes ayant fait de la macro savent que « la terre est ronde », mais tous devant un micro diront que « la terre est plate » et tous dézingueront comme un seul homme le premier Galilé qui remettra en cause le dogme (l’économie n’est plus une science c’est une religion, comme l’union).
      Les taux d’intérêts sont censés compenser un risque, mais c’est auto-réalisateur, car plus vous êtes pauvre, plus vous avez un risque, donc plus vous avez à payer d’intérêt, donc plus vous êtes pauvres (et les taux d’intérêt était beaucoup plus faible pendant les 30 glorieuses, parce qu’il faut soustraite l’inflation du taux), normalement Attali la compris (avec ses micro-crédits à 15%), mais c’est une mauvaise définition du risque, chez les peuples pas encore moderne (pas encore gavé de pub), la pression sociale fait que la ruine c’est le déshonneur, par conséquent il devrait bénéficié d’un taux plus bas (car il y a un meilleur taux de recouvrement de la dette) et non le « self made man » qui prendra trop de risques (comme Tapie qui lui a pût négocié). Bah aucun économiste ne l’assumera, pas plus que la finitude du monde et ses conséquences sur l’énergie.
      Les UPR ont eût dernièrement une preuve supplémentaire de la novlangue (les réformes ne sont pas courageuses pour celui qui les réalise, le libéralisme c’est le corporatisme, le progrès c’est la féodalité, l’union Européenne c’est la désunion des peuples, le replis c’est l’ouverture aux cultures et pas aux marchandisent, etc..), ce nouveau mot de la novlangue c’est équitable, ce mot voulait dire on donne plus à ceux qui ont moins, aujourd’hui un temps de parole équitable c’est donner plus de temps à ceux qui ont le plus de temps de parole...
      Pour leurs propres sécurités (il y a de vrais risques économiques et financiers au niveau mondial notamment la zone Euro) et pour la sécurité des sociétés, il vaudrait mieux enfermer les économistes dans des chambres capitonnés et leurs faire porter un pyjama qui ferme dans le dos.


Réagir