mardi 16 août 2016 - par alinea

Notre dette

JPEG

« C’est sans doute la nouvelle qui devrait concentrer l’intérêt des producteurs de ce que l’on appelle l’actualité. Je pense à l’avancée affolante du jour à partir duquel notre société prélève davantage sur la planète que ce que celle-ci peut reconstituer. Cette année, c’est le 8 août déjà. Jusqu’à la fin de l’année nous vivons à crédit, en quelque sorte, sur l’année suivante !

En cause le fonctionnement ordinaire de notre mode de production, d’échange et de consommation. C’est-à-dire l’essentiel de ce qui fait la civilisation humaine. Cette avancée de la date est constante depuis plusieurs décennies. Cette année, la nouvelle s’ajoute à celle selon laquelle le dérèglement climatique serait en phase d’approfondissement avancé avec le constat que cette année aura battu des records de chaleur. Les gens un tant soit peu informés savent ce que cela annonceà court et moyen terme : des épisodes climatiques extrêmes et des évènements qui finiront par avoir raison des fragiles réseaux sur lesquels repose notre époque.

Inondations et sécheresses, ouragans, tout sera progressivement à des multiples de ce que nous connaissons déjà. Comme ce type de mutation est corrélé à des dizaines de facteurs en amont et impactent des milliers d’autres en aval de leur survenue, ce qui s’avance vers nous est un processus global et non une addition de conséquences strictement délimitables. De plus, le phénomène de bifurcation de l’état général de la planète n’est pas progressif, contrairement à ce que l’intuition peut suggérer. Il se déploie par paliers irréguliers et souvent très brutaux. Au total, on peut analyser ce qui vient comme un processus global de dislocation de ce qui existe et nous semble pourtant le plus solidement établi.

Un regard philosophique doit nous permettre de « relativiser » l’évènement en le situant dans le temps profond. L’humanité vit dans un modèle de civilisation qui provoque déjà une extermination massive des espèces vivantes. Peut-être parviendra-t-elle à se détruire elle-même en même temps. Sans doute détruira-t-elle toutes les conditions de sa survie sur le mode présent. On peut donc imaginer ou bien cette planète sans êtres humains ou bien avec des groupes survivants dans des conditions de dénuement et de brutalité qui jusque-là semblaient réservées aux récits de sciences fiction.

Quelle importance pour la nature ? Aucune. Elle continuera certes dans d’autres conditions et d’autres manières avec d’autres êtres vivants. La planète continuera sa course dans l’univers infini ou pullulent des mondes innombrables, selon la formule de Giordano Bruno au 16ème siècle que l’Église condamna au bûcher pour cela. On s’amusera peut-être en pensant qu’Engels, le compagnon d’écriture de Karl Marx, avait envisagé la question à sa façon en se disant que l’émergence de la conscience dans le vivant devait correspondre à une nécessité de la nature telle que si elle venait à être détruite sur la terre, elle réapparaîtrait à coup sur ailleurs dans l’univers.

Je n’évoque ces points de vue que pour mieux souligner la responsabilité des êtres humains sur leur destin. Leur élimination n’est un problème que pour eux-mêmes. Et la solution est cent pour cent politique. Il faut tout changer, aussi vite que possible avec autant d’ordre et de méthode que possible. Les problèmes le plus urgent ce n’est ni l’islam ni la dette publique mais le consumérisme et la dette écologique. Car ces deux-là tueront tout le monde, les islamistes en même temps que les créanciers, les débiteurs et les athées et ainsi de suite. Et c’est en imaginant quelles pourraient être les issues et la façon de les envisager que choisiront les êtres humains qu’a été théorisée la Révolution citoyenne.

C’est à partir de ce constat qu’a été construite la doctrine de l’éco-socialisme. Ce terme convient mal j’en suis conscient. L’adjonction des deux mots parait annoncer un oxymore. Le socialisme s’est en effet présenté dans l’histoire comme un système hautement productiviste confondant progrès humain et développement des forces productives dans l’acception la plus rude de ce mot. Dans tous les pays de l’est de l’Europe et dans maints pays ailleurs il est si chargé de controverses qu’on perd son temps a d’interminables précisions sitôt qu’on l’énonce. Pour ma part, je suis à la recherche d’un mot qui permette de situer une communauté d’intérêt général propre à toute l’humanité par-delà toutes les frontières et identités culturelles ou sociales. Je vois notre point de vue comme celui d’un nouvel humanisme radical dans le sens où il s’adresse à l’humanité en tant que telle et du point de vue de sa survie comme projet global. C’est pour cela que je place notre campagne de 2017 sous l’angle de « l’intérêt général humain » Comme expliqué dans L’Ère du peuple. »

Jean-Luc Mélenchon

 

Notre dette même plus de papier est une dérision.

Notre vie, notre survie dépendent de quelque chose de beaucoup plus simple : notre conscience.

Un homme politique se positionne de cette manière, il est le seul. On ne lui a pas encore reproché d'être payé par les Américains, c'est déjà ça et pour lui faire des reproches il faut bien inventer des mensonges, des incompréhensions volontaires ou bien qu'il ne s'est pas fait refaire les dents. Ce serait une bonne chose si ceux qui les profèrent n'en étaient intimement convaincus.

La confiance que l'on met en quelqu'un ne peut être aveugle, du reste il ne le réclame pas mais insiste, régulièrement, nous encourage à notre propre engagement. C'est trop demander, l'homme préfère s'en remettre, aveuglément.

L'intelligence ni la culture ne sont une exigence aujourd'hui, du reste c'est logique de la part de ceux qui ne la possèdent pas et qui confondent évolution et versatilité, convaincus que l'on doit naître, à l'instar des insectes, parfait.

Pour ma part, je me réjouis d'avoir lu ce texte et je souhaite bonne conscience à tous ceux qui glisseront leur bulletin de vote pour leur propre vérité en sachant qu'elle est vaine.



91 réactions


  • fred.foyn 16 août 2016 10:54

    On comprend mieux pourquoi Mélenchon reste en bas dans les sondages en lisant ce texte ?
    l’homme se veut évolué alors que c’est tout le contraire, sa recherche de reconnaissance par les autres et le fondement de sa vie..Un « EGO » qui reste bloqué dans le miroir de sa salle de bain..Aucun avenir pour lui, et c’est tant mieux pour la France, ce genre de Ouistiti foisonne dans le monde politique Français, des indécrottables qui nuisent à l’essor de votre pays, des vieux singes qui ne pensent qu’à leur retraite avec votre argent.



    • alinea alinea 16 août 2016 11:54

      @fred.foyn
      Pensez-vous que votre lecture ait un quelconque intérêt ? Car être à ce point à côté de la plaque, l’affirmer en dénigrant, me semble être une magnifique preuve de démesure égocentrée !!


    • fred.foyn 16 août 2016 11:59

      @alinea...bof si pour vous c’est Mélenchon le meilleur, continuez votre adoration pour le bouffon en question, mais j’ai le droit de dénoncer un imposteur.
      Bonnes vacances.
      « égocentrée !! ».. ? vous ne devez pas connaitre le sens du mot en soutenant votre « camarade »


    • fred.foyn 16 août 2016 12:18

      @alinea...égocentrique

      Personne qui rapporte tout à elle, qui se croit le centre du monde...genre Mélenchon ou ses adorateurs inconscients.

    • alinea alinea 16 août 2016 12:41

      @fred.foyn
      À force d’insister, on s’enfonce.


    • fred.foyn 16 août 2016 12:50

      @alinea....GAG, un étranger qui vous apprends le sens des mots.. ?

      Je m’enfonce je sais, mais ne peux résister à votre égocentrisme.

    • alinea alinea 16 août 2016 13:10

      @fred.foyn
      Vous me connaissez bien je vois, mais d’où ?


  • Hecetuye howahkan howahkan Hotah 16 août 2016 11:01

    salut je lis ceci : On peut donc imaginer ou bien cette planète sans êtres humains ou bien avec des groupes survivants dans des conditions de dénuement et de brutalité qui jusque-là semblaient réservées aux récits de sciences fiction.

    Quelle importance pour la nature ? Aucune.

    De mon point de vue, je remarque encore et toujours cette « bêtise »  humaine liée à son ignorance et à l’arrogance de son dernier programme appelé pensée qui ne se voit pas comme une partie infime mais unitaire de la dite nature

    ce qui lui reste de cerveau ne peut plus savoir cela....

    le moyen est devenu le sens à nos yeux , alors que le fait de nos vies actuelle et passées de quelques millénaires en est le « non sens »...que nous n’essayons pas de voir en profondeur et transformons par un truc intello donc qui n’existe pas en quête de sens....qui sera à la mesure de ce qui nous reste de cerveau : les objets, la valeur, la hiérarchie, l’élimination appelé pudiquement compétition etc mais surtout le fait que ce faisant nous ne sommes plus une partie de la nature....mais un corps à éliminer donc...

    plus con tu meurs smiley

     smiley


    • Fergus Fergus 16 août 2016 11:39

      Bonjour, howahkan Hotah

      Beaucoup de vrai. Cela dit, il n’est jamais trop tard pour s’amender. Hélas ! l’Homme est ainsi fait qu’il ne prendra conscience des catastrophes qu’il est en train d’engendrer pour lui-même que lorsque des dégâts irréversibles auront déjà produit leurs effets dévastateurs.

      Cela dit, la nature « continuera (...) dans d’autres conditions et d’autres manières avec d’autres êtres vivants », comme le souligne avec pertinence Alinea. Or, il faut être réaliste : l’homme - qu’il soit un décideur ou un individu lambda - ne s’en préoccupera pas tant qu’il pensera que ses enfants et petits-enfants échapperont aux cataclysmes annoncés. Au delà de deux générations, l’homme est en effet - à de rares individus près - incapable de s’investir pour des descendants qu’il ne connaîtra pas !


    • alinea alinea 16 août 2016 12:02


      Bonjour Fergus,
      C’est que nous n’en sommes plus à ménager l’avenir de nos enfants, mais bien à nous ménager nous-mêmes car c’est bien nous qui prenons de plein fouet les effets pervers et les violences de la démesure de certains. ; quand je dis « nous » il semble que non puisqu’ils sont encore nombreux, dans nos pays, à se croire à l’abri. Mais si « nous » est les humains dans leur totalité, ça ne fait pas de doute !


    • alinea alinea 16 août 2016 12:37

      @howahkan Hotah
      Cette volonté de rupture avec la Nature, réussie, me laisse perplexe ; elle n’apporte que des méfaits, et ils insistent !


    • Hecetuye howahkan howahkan Hotah 16 août 2016 13:14

      @Fergus

      Salut fergus

      tout à fait il n’est pas trop tard et loin de là.. smiley...

      ce qui se passe à l’échelle planétaire est le même processus que je vois en moi même donc en chacun, car nous sommes tous globalement identiques sauf différences superficielles mineures..par rapport à la profondeur du fait de vivre..

      tout commence et fini avec soi même, puis si c’est un fait avéré et que je commence à voyager en ce que au début j’appelle moi, je sais cela fait mystérieux, alors je rencontre les autres comme je me rencontre moi même donc non plus pour les utiliser car je suis eux et ils sont moi...mais je ne vais pas développer + ici pour le moment...
       smiley


    • Hecetuye howahkan howahkan Hotah 16 août 2016 13:22

      @alinea
      tu dis :
      Cette volonté de rupture avec la Nature, réussie, me laisse perplexe ; elle n’apporte que des méfaits, et ils insistent !

      Tout à fait, ce qui se passe n’est pas perçu donc pas compris...donc pas vu donc pas résolu..et cela avant d’être planétaire est en chacun..et s’ étends ensuite par la rencontre violente de tous .....violente car la pensée notre seul processus encore en fonction ne se regarde que elle même et ne considère que elle même et tout ce qu’elle peut utiliser pour en tirer quelqu chose classer ++++

       c’est son programme de faire ainsi sur les plans pratiques de survie uniquement mais en l’absence de nos autres programmes elle agit ainsi avec tout, nature, humain, animaux etc , elle n’a ni le sens des autres ni de la nature sauf par intérêt

      bon etc bien sur


    • Parrhesia Parrhesia 16 août 2016 18:43
      @howahkan Hotah,

      Salut, howahkan Hotah,

      >>> plus con tu meurs <<<
      Et d’ailleurs, c’est bien ce que nous faisons... Nous mourrons... Nous pouvons même déjà rédiger l’acte de décès de notre « civilisation »... D’ailleurs c’est curieux, mais en ce moment, ce mot « civilisation », je ne le sens plus !!!
      Et les responsables de cette situation, les cons qui se prennent pourtant pour le sel de la terre, ne comprennent même pas qu’ils vont dérouiller comme les autres, avec leur intelligence de tiroir-caisse et leur suffisance de mégalos !

      Bonne journée à vous, malgré tout ce qui nous attend !

    • Croa Croa 16 août 2016 19:58

      À Fergus,
      Contrairement à ce que tu crois l’homme a parfaitement conscience des catastrophes qu’il engendre. Le problème c’est qu’il s’en fout. Ou plutôt que ceux qui dirigent le monde tiennent plus à rester les maîtres qu’à la vie.
       C’est pour ça que l’histoire des hommes n’est que succession de guerres et c’est pour ça que l’humanité s’autodétruira : Pour quelques uns ! 


  • JBL1960 JBL1960 16 août 2016 11:13

    Dans ce Système là, Mélenchon ne fera rien de plus, sans vous offenser et ce n’est que mon humble avis. J’ai souvent dit qu’on pouvait aussi se choisir, Nous = https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/05/25/choisissons-nous/ Et grâce au communiqué du mouvement Zapatiste, comme du « Vox Populi » de l’auteur Zénon que je relaie tant mes mots et ma pensée ce mêlent aux leurs. D’ailleurs, cela m’a conduit à aller aussi loin que possible dans l’affirmation de cette proposition à prendre la tangente internationale et grâce à Elisée Reclus d’une nécessaire évolution à l’indispensable révolution = https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/08/15/de-la-necessaire-evolution/


    • alinea alinea 16 août 2016 11:50

      @JBL1960
      Certes Mélenchon ne fera rien, comme aucun d’entre nous ; ce qui me paraît positif c’est que ces mots viennent d’un homme politique.
      L’évolution vers l’anarchisme devrait être la lumière qui nous guide, mais bon, ce n’est encore qu’un lumignon pour quelques-uns ; au train où s’accélèrent les destructions, il (Mélenchon) semble effectivement assez dérisoire, mais, à mon humble avis aussi, plus susceptible d’effets positifs que de s’arc-bouter sur le burkini !


  • Etbendidon 16 août 2016 11:50

    AH ben ça fait plaisir de savoir que merluchon vient de découvrir l’écologie et même mieux, l’égo-socialisme

    Comme disait René Dumont en 1974 quand les gens se rendront compte de l’importance de l’écologie, il sera trop tard !

    A cette époque Merluche grenouillait à l’OCI avant d’entrer en maçonnerie (franche) et en Miterrandie (c’était le plus fayot de nous tous disait Huchon)

     smiley

     


    • alinea alinea 16 août 2016 11:51

      @Etbendidon
      Et vous ? 


    • Etbendidon 16 août 2016 11:57

      @alinea
      Et moa j’étais prolo de base juste sorti de l’armée et en 1978 j’entrais au (chuuut) PS plein d’illusions (comme godillot) pour m’en tirer trois ans plus tard (après lélection du prince)
      3 ans à distribuer des tracts et coller des affiches pendant que l’intelligentsia (style chevennement et merluchon) phosphorait dans les salons
       smiley


    • alinea alinea 16 août 2016 12:07

      @Etbendidon
      Mélenchon le dit lui-même, qu’il était resté, avec beaucoup, dans l’idée « productiviste » du bonheur par richesses partagées.
      Mais « juste » est approximatif, cela fait plus de dix ans qu’il s’est ouvert à l’écologie et comme c’est un mec qui ne branle rien, il a eu tout le temps d’approfondir, d’intégrer cette réalité ! smiley
      Quant au prolo, qu’il ait déjà une conscience de classe ! car tout est lié.


  • Robert GIL Robert GIL 16 août 2016 11:50

    Le bonheur est désormais assimilé à la consommation. Jamais au cours de l’histoire il n’a été produit autant de richesses, mais 80% des ressources de la planète sont consommées par seulement 20% de la population.
    .
    voir :
    DE QUOI AVONS-NOUS BESOIN ?


    • alinea alinea 16 août 2016 12:13

      @Robert GIL
      Merci de rappeler cette base, le fait est que nos concitoyens, tous jusqu’à il y a peu, avaient leurs besoins assez satisfaits pour ne plus conscientiser que c’était des besoins, alors, par glissement, ils se reportaient ailleurs, dans cette frénésie d’achats, cette bougeotte, jusqu’à les faire vivre sur l’écume des choses ; quand les fondamentaux nous sont retirés un à un, ils s’aperçoivent, peut-être, que l’écume ne tient pas toute seule !


  • Spartacus Spartacus 16 août 2016 12:16

    Wahahahahah ça y c’est la fin !

    Nous allons tous mourir !

    Quelle horreur, y’a plus rien dans les supermarchés nous sommes tous morts dans quelques jours !

    Nous avons tellement prélevé que nous sommes en dette.....

    Mais qui va nous prêter ????
    Les extraterrestres ? Vous en connaissez un ?

    Quelle information de qualité extraordinaire. 
    Quel scientifique mélange de surfaces, avec ressources et doigt mouillé repris en cœur par les média de la pensée unique.

    Consommer des ressources à crédit ?
    C’est con, Quelle équation mathématiques permet de passer le 8 août en dessous de zero ???? smiley smiley smiley

    Les bobos et leur journaleux gauchistes sont prêt a recevoir n’importe quelle information de patachon de jobards et pieds-nickelés pour en faire un gros titre misérabiliste.

    • alinea alinea 16 août 2016 12:29

      @Spartacus
      C’est incroyable ! J’ai pris soin pourtant de ne pas mentionner Mélenchon, ne pas introduire le texte, eh bien non ! les libéraux auraient-ils du pif pour dénicher le lieu où s’amuser ?
      par ailleurs j’ai toujours aimé qu’ils glissent nos critiques et avertissements dans « la pensée unique » ! Bon sang mais s’il s’agissait de la pensée unique comment en serions nous là où nous en sommes ?
      Ouvrez les yeux Spartacus, car si vous vous donnez le droit de vivre comme vous voulez, si vous l’avez de vous exprimer, votre devoir est de le mettre en perspective et regarder les autres, ici ou ailleurs ; les autres humains, mais animaux , végétaux, minéraux, liquides ou gazeux !


    • Le paysan hystérique Le paysan hystérique 16 août 2016 22:45

      @Spartacus

      les média de la pensée unique.

      nous donnons un sens très large au terme pensée unique, deux secteur philosophiques dominant dans le coeur des hommes. Soit la religion, Dieu unique et faire de l’argent, Dieu Pib. Tout le reste n’est que divergence dans cette pensée unique. Et bizarrement ce sont les deux qui nous mènent tout droit vers le chaos. Nous le savons tous et tout le monde reporte à demain les sacrifices à faire pour l’éviter, exemple la dette. Qui ignore que la fameuse dette n’est qu’un instrument de manipulation que les riches ont toujours utilisé contre le pouvoir, les rois à l’époque et maintenant nos sociétés par le biais du gouvernement. Et la peur de voir fondre son compte en banque et la valeur de sa retraite etc fait le reste du travail pour immobilisé le commun des mortels. Qui se pose la question sur la pertinence d’appliquer les lois économiques, libre marchés etc. Dans un secteur aussi névralgique pour l’humain que le logement ou une maison. Sur quoi repose la légitimité de cette manière de pensée, intérêts, rendements ? smiley 

    • Spartacus Spartacus 17 août 2016 00:03

      @Le paysan hystérique


      Vous avez des problèmes de gauche.....
      Quand on manipule l’économique pour faire du soi-disant social, le boomerang de la réalité revient pleine face. 
      Le social est anti-social.

    • Le paysan hystérique Le paysan hystérique 17 août 2016 01:04
      @Spartacus

      Parlons nous de la même gauche ;

      La droite, la gauche. Le centre droit du côté de la gauche légèrement plus à droite, que le centre gauche moins à gauche que le centre droit traditionnel. Des définitions loufoques utilisées par les amuseurs publics, afin de déterminer et différencier les différents mouvements idéologiques des courants politiques au sein des états-nations. La manière traditionnelle de justifier l’existence des partis politiques auprès des populations, surtout dans un modèle de bipartisme à l’américaine. Qui avec le temps n’est utilisé par l’oligarchie que pour nous faire avaler toute leur belle salade, l’électeur étant persuadé qu’il a le choix... (https://carlmonty.wordpress.com/2015/08/13/lanti-troisieme-acte/)



    • Spartacus Spartacus 17 août 2016 09:56

      @Le paysan hystérique


      Dans le dernier livre de Tirole, le Nobel d’économie
      Il sépare les gens entre hérissons et renards.
      Il y voit des renards et des hérissons à la gauche comme la droite,mais plus de hérissons à gauche et plus de renards à droite.

      Les hérissons réfractaires aux changements et les renards en doués en opportunisme.

    • alinea alinea 17 août 2016 10:52

      @Spartacus
      Quand on perd une jambe, c’est un changement ; devenir veuf ou orphelin, c’est un changement ; faire faillite, perdre ses droits, c’est un changement !
      Mais je ne vois pas les gens de gauche réfractaires à plus de Justice, ce qui serait un changement, de meilleurs soins, une meilleure instruction....
      les mots, les mots !!!!


    • Spartacus Spartacus 17 août 2016 17:20

      @alinea

      Les réflexions de Tirole expose le changement dans le sens comportement. 

      Pas sur des aléas de la vie.

      La justice ? Sa définition, ce sont les mêmes droits pour tous. 
      Les gauchistes sont pour les statuts, le clientélisme de corporation.

      Les soins ? Les soins gauchistes sont une meilleure sécu pour statutaire et corporations (CPAM, MSN), et des sécus de merde pour les autres (MSA, RSI, SMENO etc..)

      L’instruction ? Quand 12% des gamins sortent de l’école sans diplôme ni qualifications dans l’indifférence...








    • alinea alinea 17 août 2016 19:05

      @Spartacus
      Nous avons affaire à un changement de société où la gauche ne tient plus son rôle de garante des droits des peuples, ne tient plus son rôle de contre pouvoir, par la force des choses ! Mais elle n’est plus la gauche et les changements qu’elle induit ne sont que des pertes.
      Aussi, à la deuxième réflexion, votre citation, du hérisson ou du renard - qui sont tous les deux pleins de puces !!- est juste : la gauche est devenue renard, l’autre gauche est restée hérisson.
      Je n’aime pas les images animalières pour décrire les turpitudes ou les faiblesses humaines ; l’autre gauche, celle à laquelle, d’une certaine mesure, j’appartiens ne craint pas les changements : détricoter la nasse qui nous étouffe, inventer d’autres manières de vivre, une autre société où chacun aurait sa place parce qu’on aurait démoli les podiums des vainqueurs de pacotille ; où la stimulation, l’émulation, l’énergie se passeraient de concurrence et de compétitivité, revenir à la responsabilité d’un travail bien fait.
      Et ça, ça nous changerait !!
      Il est notable que le vocabulaire s’est dévoyé, de la droite conservatrice, hérisson d’après vos sources, nous passons à la gauche voulant récupérer ses acquis, ni hérisson ni renard donc.
      mais n’oublions pas que ce qui distingue, encore, la France de tous les autres pays d’occident, c’est bien ce reliquat d’acquis sociaux. Eh oui Spartacus, on y tient, tout le monde n’a pas envie de partir en guerre économique chaque matin pour quelques fifrelins.


    • Le paysan hystérique Le paysan hystérique 17 août 2016 22:23
      @Spartacus

      Soit la religion, Dieu unique et faire de l’argent, Dieu Pib. Tout le reste n’est que divergence dans cette pensée unique.

      Je ne peu être plus explicite, je vous demande votre opignon politique et vous répliquez avec un Nobel de l’économie. Sur quoi se base M. Tirole pour se clivage gauche-droite, l’économie uniquement et par ricochet la politique. Mais concrètement la politique est tellement plus vaste que simplement une base économique, les relations humaines au sein de l’état (le sociale) en est une autre partie intégrante. smiley

      Bien à vous !

    • Le paysan hystérique Le paysan hystérique 17 août 2016 22:53
      @alinea

      Nous avons affaire à un changement de société où la gauche ne tient plus son rôle de garante des droits des peuples, ne tient plus son rôle de contre pouvoir, par la force des choses ! Mais elle n’est plus la gauche et les changements qu’elle induit ne sont que des pertes.

      Vous démontrez très clairement que cette notion gauche droite ne s’applique pas à la politique, le seul but de cette prétention est d’éloigner systématiquement la notion du gros bon sens dans nos sociétés. Une politique n’est ni de gauche ni de droite, elle se détermine uniquement par les impacts concrets sur le commun des mortels. Est elle sensée ou insensée, un parti politique ne doit pas se restreindre à cette fausse idéologie et choisir uniquement en fonction du bien-être de la majorité.

      Ce à quoi nous assistons depuis belle lurette, est un avertissement de l’histoire en ce sens, que l’évolution de l’humanité se construit par phase. Le conservatisme pure est basée sur les acquis promulguer par la phase libéralisatrice précédente, lorsqu’ils sont atteints l’humanité inconsciemment les protègent. C’est ce qui se produit actuellement, mais notre mode de pensée politique est volontairement détourné de sa nature, pour définir la prochaine phase du libéralisme ni la gauche, ni la droite ne détient la vérité absolue, le gros bon sens est ce qui s’en rapproche le plus.

      Excellent texte et commentaires pertinents, merci, bien à vous ! smiley 

    • Spartacus Spartacus 18 août 2016 09:18

      Mon opinion ? 
      Je suis libéral, car je souhaite que chacun ne subisse pas le mimétisme de groupe et dispose de son libre arbitre.
      Pour le capitalisme, car si tous les systèmes sont imparfait, c’est le moins mauvais. 
      Le plus pauvre d’un pays capitaliste est toujours plus riche que 75% des habitants de la planète.
      Je suis pour l’équité des droits et contre la lutte des inégalités de revenus. L’important est que chacun puisse vivre dignement, pas que chacun gagne pareil.

      Quand je vois un riche, je ne suis pas socialiste. Je ne suis pas jaloux.
      Quand je vois Bill Gates, je ne vois pas l’homme le plus riche du monde, je vois sa contribution. Je vois le type qui a permis chaque habitant de la planète d’avoir créé un logiciel universel machine ou créé des logiciels indispensables à tous.

      Je suis anti communiste et anti socialiste, car ce sont des idéologies coercitives.


    • Le paysan hystérique Le paysan hystérique 18 août 2016 23:48
      @Spartacus

      Je suis anti communiste et anti socialiste, car ce sont des idéologies coercitives.

      Je pense que c’est ce que nous enseignent la vie, avec le débat environnemental, la démographie, etc... Indépendamment de notre volonté, nous vivons dans un monde coercitif. Une seule planète et chaque être humain à les mêmes obligations, manger, boire, etc . À la base de toute nos aspirations, nos rêves, il y a notre vie qui est conditionnel à cet état physique. Personne n’y échappe ni-vous, ni- moi c’est ainsi et c’est tout. Nous souhaitons tous que chacun vive dignement, mais la base de ce vœux est d’assuré le minimum vitale pour chaque individu ce qui est contre la nature du capitalisme.

      L’histoire de l’humanité à plus de cent milles ans, aussi bien le capitalisme, le socialisme, le communisme etc ne sont qu’une infime pustule dans notre histoire. Je pense que bien au delà des opignon divergentes sur les différents modèles, même les religions, le commun des mortels doit débattre des éléments qui l’uni. Définir un nouveau libéralisme version 2016, afin de proposé des modèles de développement des sociétés qui n’est pas basé sur le commerce. Je ne suis pas contre le commerce ou l’enrichissement personnel, mais se développement ne doit pas brimer le droit à la vie que chacun dispose, surtout pas dans les obligations qui sont propres à chacun. Une tâche difficile j’en convient, mais ce n’est surtout pas en ne si attardant pas que les solutions se présenteront d’elles mêmes. Les miracles je veux bien, mais... Merci, bien à vous ! smiley 

    • alinea alinea 19 août 2016 09:35

      @Le paysan hystérique
      Bonjour,
      Je suis tout à fait d’accord avec vous ; j’ajouterais que ce qui caractérise les êtres vivants, c’est la peur, mais cette adrénaline qui le fait la braver. Certains hommes sont comme ça, mais la plupart l’occulte et se réfugie dans des idéologies, des religions, sans parler d’une morale restrictive qui guide ses petits pas. Ceci est tellement ancré et puissant qu’il anesthésie ses sens et qu’il fait tout rentrer dans les schémas qu’il s’est imposés.
      La frustration, le mensonge, la violence en découlent ou bien la mauvaise foi, l’entêtement, l’incommunicabilité.
      C’est au nom de certaines valeurs que certains s’enrichissent à outrance et méprisent ou ignorent ceux qui ne le peuvent ou veulent pas et prennent comme alibi : mais la porte est ouverte, chacun fait ce qu’il veut !
      Il faudrait vivre sans a priori, il y a déjà de quoi faire, comme combat, comme bonheur !
      Le problème, c’est qu’il faut ressentir, savoir ne suffit pas, l’obligation morale ou la répression d’un pouvoir finissent toujours par étouffer et la liberté tant désirée, sans que jamais personne ne la définisse, mène au chaos.
      La méfiance règne et la peur, pervertie, réapparaît ! Nous en sommes là !!
      tant à dire...


    • Le paysan hystérique Le paysan hystérique 21 août 2016 21:38

      @alinea

      tant à dire...

      Effectivement, au plaisir de vous lire.

      Bien à vous ! smiley

  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 août 2016 12:17

    Bonjour Alinea.

    Excellent article.
    Le consumérisme fonce droit dans le mur.
    Mais je voudrais partager votre optimisme, même mesuré.
    La masse est telle que l’inertie est difficile à contrer !

    • alinea alinea 16 août 2016 12:34

      @Jeussey de Sourcesûre
      Ce n’est pas de l’optimisme, juste une flammèche de vie ; quand je ne l’aurai plus, je mourrai.
      Le bon sens et la simplicité sont les choses les moins partagées, malgré le dicton ! Il suffit d’ouvrir le matin un œil enfantin et le monde nous apparaît.


  • alinea alinea 16 août 2016 12:23

    Comme j’ai trouvé mon petit commentaire sec et hargneux, j’ai envie de le remplacer ! :

    "C’est quoi la conscience ? Voir derrière, voir derrière ce que l’on nous montre, tirer le fil des événements jusqu’à remonter aux causes. Or il paraît plus facile de s’arrêter à une idée, un dogme ou une croyance autour de laquelle nous construirons notre sécurité intellectuelle, et si nous sommes quelques-uns nous serons d’autant plus forts, c’est-à-dire intransigeants, je dirais butés.

    Or si la vie a toujours été en mouvement, notre capacité aujourd’hui d’en entendre les moindres frémissements accentue ce besoin de sécurité alors même qu’au contraire nous devrions nous assouplir pour nous adapter et réfléchir aux actions à mener contre les points cruciaux.

    Nous sommes en retard de quelques messes à nous laisser distraire par tous les avatars de notre erreur première : notre sentiment d’immortalité.

    Cela fait plus de quarante ans que les esprits éclairés nous avertissent que le « toujours plus » est non seulement insane, mais impossible, que la chute est fatale.

    Nous sommes au début de cette chute et plutôt que rebondir, nous nous agrippons. Plutôt qu’écarter de la main nos prétendus privilèges, nous les défendons comme des droits, dont personne ne dit qui nous les donneraient ; sinon nous-mêmes. Or des droits qui induisent un chaos mondial, une destruction totale de l’environnement essentiel à notre survie, sont pour le moins sujet à caution.

    Si nous avons une pyramide à construire, c’est bien celle des priorités et je suggère que nous devrions commencer par éliminer les couches crasse qui nous aveuglent, nous rendent insensibles, que nous évitions les influences qui nous rendent égoïstes. Cependant on peut craindre qu’il ne soit trop tard tant il est difficile d’approfondir au milieu des turbulences de la modernité, loisirs et technologie envoûtante, sans parler bien sûr des événements relatés avec force émotion chaque heure.

    La politique c’est surtout cela, voir loin, devant ou derrière, s’ancrer sur du solide pour y bâtir un avenir en harmonie avec notre monde. Nous en sommes loin et nous ne le pourrons pas mais ce peut être une direction de chemin, une énergie.

    Enfin, c’est vous qui voyez, normalement, la sagesse populaire nous dit de faire ce qu’on peut avec ce qu’on a, pas de rien faire ou de tout casser. La dette, c’est vivre au dessus de ses moyens, jouir avant l’effort, donc supprimer l’effort qui pourtant réapparaît sous la forme de souffrances inédites, non voulues, subies !!

    Mais la sagesse populaire...

     


  • sarcastelle 16 août 2016 12:23

    Merluchon est prophète et Alinéa sa croyante.

    On notera que pour le pétrole, le charbon, le gaz, tout ce qui ne se refabrique pas à l’échelle humaine ni ne se recycle, le jour où commence la dette est le 1er janvier. 
    Ce n’est pas grave, car l’énergie nucléaire est inépuisable. Le salut viendra d’elle après que des générations d’imbéciles illettrés ( = méprisant les sciences) auront fait perdre un siècle. 

    • alinea alinea 16 août 2016 12:30

      @sarcastelle
      Je ne suis pas croyante, j’apprécie juste quelques élucubrations qui nous sortent des foutaises accessoires et éphémères de l’humain occidental roi !


    • sarcastelle 16 août 2016 12:41

      @alinea

      .
      L’humain occidental aura été éphémère non parce qu’il a développé la technique et la production, mais parce qu’il a développé une morale de haut vol qui lui commande de s’effacer devant ceux qui ne la partagent pas. 

    • alinea alinea 16 août 2016 12:43

      @sarcastelle
      je ne comprends pas. Si vous aviez l’obligeance de développer...


    • covadonga*722 covadonga*722 16 août 2016 12:52

      @sarcastelle
       « une morale de haut vol qui lui commande de s’effacer devant ceux qui ne la partagent pas. »



      cette stupidité a commencée avec les fourberies d’un rabbi 

      « si on te frappe sur la joue droite , tend la joue gauche »

      quand les fondamentaux millénaires prescrivent :
      Tu ne jetteras aucun regard de pitié : œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied.
      Deutéronome 19:21

    • alinea alinea 16 août 2016 13:03

      @covadonga*722
      Ah !!
      Pour éviter cela, l’occident chrétien a frappé le premier, jamais n’a joue tendu ! or quand le frappé rétorque, il en est tout marri, se demande « mais enfin, que se passe-t-il donc, qu’à mon pouvoir donné par Dieu on désobéisse ? »


    • chantecler chantecler 16 août 2016 13:21

      @alinea
      Bonjour a linéa :
      Dis : pourquoi t’écris dieu avec un D ?
      Tu crois vraiment à toutes ces foutaises : Jésus , fils de D ou d ?, ressuscité , la vierge Marie , la tiote crèche , le saint esprit , le père noël , etc, etc ? *
      * : rayer l’intrus ....


    • alinea alinea 16 août 2016 13:40

      @chantecler
      je ne le fais jamais !!!! Mais ici, entre guillemet, ce n’était pas moi qui parlais !!!
      Bon, par ailleurs je mets souvent, pas toujours, une majuscule à mon nom, c’est une convention !!
      Mais là, non, c’est, certes imaginé, le discours d’un autre qui en met, des majuscules à dieu !!!


  • covadonga*722 covadonga*722 16 août 2016 12:59

    la conscience du frere la truelle Mélenchon s’ arrette ou commence son confort , monsieur ne voyage qu’en premiere et bussiness classe au frais de la princesse d’ailleurs .Et ne dîne avec son pote Dassaut que dans les meilleurs restaurants .Match l’an dernier poussait la connivence jusqu’à nous présenter son bottier et son tailleur !

    Ma petite fille de 4 ans s’étrangle de rire chaque fois que le tribun mussolinien profère le mot

     peueuuple !



    • alinea alinea 16 août 2016 13:08

      @covadonga*722
      Si depuis quarante ans vous aviez une bonne paye - ce qui n’est pas l’apanage des seuls sénateurs- bien sûr vous monteriez dans les troisièmes classes, ressorties exprès pour vous, iriez chercher vos bottes chez Bata et trouveriez vos frusques aux fripes.
      Je le crois, vous êtes pur, presque Saint François.


    • covadonga*722 covadonga*722 16 août 2016 16:56

      @alinea
      yep il est probable que si je percevais tout ce que touche votre cumulard rouge.sénateur , conseiller,

      retraite de l EN député européen , ancien ministre je continue ?

      je circulerait en première et fréquenterais les meilleures gargotes certes !!


      ce qui est sur par contre c’est que je ne me la jouerais pas révolutionnaire pour quelques rombières enamourées en quête de repentance et de bonne conscience !

    • alinea alinea 16 août 2016 17:07

      @covadonga*722
      Merci pour la rombière !! mais vous vous trompez d’adresse, et je n’ai rien à me repentir.
      Je ne fais aucun prosélytisme parce que j’en n’ai rien à péter et que je sais que Juppé va passer, ce qui est quand même mieux pour tout le monde. D’ailleurs Juppé avec Sarko et Marine, Hollande et Bayrou roulent en troisième ; c’est bizarrement un reproche qu’on ne leur fait pas, malgré leurs promesses !
      Je n’ai jamais vu lu entendu Mélenchon faire des promesses !
      mais enfin un prolo qui passe des vacances à New York, ce n’est pas au socialisme qu’on le doit, c’est vrai. Le capitalisme, ça a été bien, non ?


    • covadonga*722 covadonga*722 16 août 2016 17:14

      @alinea
      ma chère éleveuse de chevaux bien mesquine , 

      pas de voiture , pas de télé pas de ciné , pas de restaurant ,et des heures sup comme une bête pour les chèques vacances !

       Et connaissant les chevaux , en vous lisant je me dis que la plus rosse des carnes de votre établissement est bipède ..

    • alinea alinea 16 août 2016 18:07

      @covadonga*722
      mais si j’ai une voiture, même deux ! chacune a trente ans ! mais le reste non, c’est vrai. Qu’est-ce qui vous chagrine au juste covadonga, que je sois pauvre et lettrée ? que je pense que Mélenchon c’est mieux que Juppé ?
      Je ne vous saisis pas bien mais j’ai comme l’idée que vous vous trompez d’ennemi ; c’est vrai qu’en général c’est plus confortable !


  • tf1Groupie 16 août 2016 13:22

    Certes, avoir porté l’espérance de vie humaine à 85 ans est une insulte à la face de la Nature.

    On vit beaucoup trop vieux et cela ne peut durer car c’est intolérable.
    Vivement que l’on meure plus jeune, cela diminuera significativement le nombre de vieux ronchons qui disent « c’était mieux avant »


    • chantecler chantecler 16 août 2016 13:34

      @tf1Groupie
      Toutafé !
      L’idéal serait de ne pas naître .


    • tf1Groupie 16 août 2016 14:40

      @chantecler

      On est bien d’accord, voilà ce que devrait être la conclusion de l’article ... à moins que l’on ne regarde le Monde de manière moins catastrophiste et plus pragmatique.


    • alinea alinea 16 août 2016 14:59

      @tf1Groupie
      catastrophiste ? le catastrophisme est une théorie géologique qui attribue les transformations de l’écorce terrestre à des cataclysmes brusques.
      Pour certains de nos congénères, si on translate la géologie à l’humain, c’est le cas ; cela commence à nous advenir, cependant, rien de ces catastrophes ne peut être attribué à mère nature, mais à l’homme, un autre homme ; aussi, pensons-nous qu’un minimum de conscience semble indispensable pour stopper vite le processus et réparer les dégâts, sachant qu’on ne ressuscite pas les morts.
      Vous êtes bien à l’abri groupie, alors on ne va pas compter sur vous, mais sur les autres, qui voient, ou subissent.


    • tf1Groupie 16 août 2016 15:13

      @alinea

      - la définition de catastrophisme que vous utilisez n’est pas la plus courante ; vous me semblez faire partie d’une élite intellectuelle au-dessus des autres,

      - l’homme a été créé par mère nature, vous semblez l’oublier ; ce genre d’approche relève des individus hors-sol qui ne comprennent pas ce qu’est l’Homme,

      - je ne suis pas plus à l’abri que vous, qui n’êtes certainement pas à plaindre, mais vous vous attribuez une « hyper-lucidité » qui vous conduit à mépriser vos contradicteurs ; attitude loin de l’humaniste écolo que vous revendiquez.
      c’est le plus gros défaut des écolos-intellos : ils s’estiment faire partie d’une communauté qui aurait une conscience supérieure.


    • alinea alinea 16 août 2016 15:26

      @tf1Groupie
      ce qui me caractérise, c’est le mépris des autres.
      Je suis dans « l’élite » ? c’est pas un privilège alors !! mais j’aime, surtout à l’heure actuelle, qu’on donne leur sens aux mots.
      Je sais la signification courante de catastrophiste, mais comme il ne s’agit pas de cela vu que la catastrophe est là, je m’en tiens au plus précis.
      Comme vos interventions sont tout le temps en dehors des problèmes actuels, j’en déduis que vous êtes protégé.


    • joletaxi 16 août 2016 16:02

      @alinea
      ce qui me caractérise, c’est le mépris des autres

      ça , on l’avait compris
      vous voulez mon opinion ?


    • tf1Groupie 16 août 2016 18:19

      @alinea

      Protégé de quoi ?
      De quel mal souffrez-vous ? Malnutrition, scorbut, esclavage, oppression machiste, épidémies ... manque de papier toilette ?
      De quoi vous plaignez-vous en fait ? De pouvoir communiquer avec le monde entier sur Internet, d’avoir du mal à ne pas trop manger, d’être à la retraite pendant des décennies alors que vos ancêtres n’y avaient même pas droit ?

      L’humanité est à un niveau de population inégalé de tous les temps avec la plus grande espérance de vie de tous les temps.
      C’est cela votre catastrophe ??

      Vous savez ce que c’est une génération d’enfants gâtés qui ne connaissent pas vraiment la Nature, mais qui postulent une Nature idéalisée libérée de la prédation, la mort, ou la concurrence entre espèces ?

      Savez-vous combien d’espèces ont été détruites par la Nature elle-même depuis que la Nature terrestre existe ?
      C’est la Vie qui est compliquée, et je trouve que ne pas être conscient de cela est assez peu « naturel ».


    • alinea alinea 16 août 2016 18:42

      @tf1Groupie
      Je ne me plains pas, je vois que les choses vont mal, je les ressens, je cherche, je trouve les causes, je me dis que lorsqu’on est vivant on peut être responsable et s’organiser de manière à ce que ça aille mieux.
      Le mal-être de la plupart, n’est pas physique, cela ça vient après, non, d’abord, c’est ce qu’on appelle « moral », mais qui n’a rien de moral.
      La nature n’existe plus, je suis une enfant gâtée, dans une période gâtée, c’est tout, et je connais bien la vie naturelle, des bêtes, je n’idéalise rien mais la torture, la mort des sols des eaux me blesse surtout qu’elle est inutile, on pourrait être mieux sans.
      Mais il faut prendre conscience de tout ça, certains s’en foutent, beaucoup trop !
      Moi je n’aurai pas de retraite mais c’est une autre histoire, comme personne ne m’a jamais exploitée, c’est normal que je n’aie pas de compensation. M’avez-vous déjà entendu me plaindre de quoique ce soit pour moi ?


    • tf1Groupie 16 août 2016 19:38

      @alinea

      Donc vous allez très bien, tout va très bien chez vous et votre vision catastrophique est basée sur du ressenti, purement arbitraire, c’est plutôt maigre pour dire que tout va mal.

      Par contre je vais vous apprendre une chose : vous n’avez jamais connu la nature brute et naturelle ... et pourtant vous en êtes convaincue.
      Il y a quelques siècles il y avait des loups partout. En avez-vous croisés beaucoup depuis que vous êtes née ? Et ça fait combien de temps que vous n’avez pas « saigné le cochon » ?

      Donc vous prétendez connaitre la Nature alors que vous vivez dans une nature déjà bien aseptisée par l’homme, avec des champs, des routes, un cadastre et des animaux de compagnie.

      Ce que vous appelez la Nature est un concept : c’est celle qui correspond à votre jeunesse et que donc vous idéalisez ; c’est Votre Nature, ce n’est pas La Nature.

      Essayez déjà d’appréhender cette réalité, avant de gober les sérénades Méluchoniennes qui s’intéressent à l’affect des électeurs, aucunement à la Nature.


    • alinea alinea 16 août 2016 20:33

      @tf1Groupie
      Vous êtes hâtif, si, je connais les rudesses de la vie d’éleveuse, le manque d’eau, l’herbe sèche ou les inondations. Ma vie n’est pas un rêve et si vous me voyez souvent c’est que j’ai moins à faire dehors, mais cela aussi va changer.
      Je réponds par respect pour l’humain qui me juge, sans me connaître, mais sachez que je ne respecte pas cette manière de faire.


  • Coriosolite 16 août 2016 16:05

    Je préfère lire ce texte de JLM plutôt que ses odes à l’énergie nucléaire ou à la réindustrialisation. Bien que le côté « grande gueule » du personnage m’horripile un peu.

    Je préfèrerai une décroissance choisie à une décroissance subie.

    Mais le peuple, cette entité quasi-magique dans la bouche de JLM, ne souhaite rien d’autre que la perpétuation de la société d’hyperconsommation.

    Expliquez mille fois qu’une croissance infinie dans un monde fini est une absurdité suicidaire, vous convaincrez moins qu’un seul discours d’un expert scientifico-compétent de mes deux qui exposera la nouvelle technologie verte, durable etc. qui nous sauvera et créera des emplois (argument définitif et sans réplique).

    Alors allons-nous dans le mur ? Rien n’est joué encore, mais si l’Homme a été assez intelligent pour se donner les moyens de survivre à un monde hostile et dangereux, les acquis scientifiques ne semblent pas avoir été suivis d’acquis moraux. Le siècle qui vient de finir l’a prouvé.

    Cordialement.


    • alinea alinea 16 août 2016 16:32

      @Coriosolite
      Vous voulez dire que l’homme n’arrive pas à inventer tous les remèdes aux maux qu’il crée ?
      Je me demande s’il en a inventé un qui n’ait pas lui-même engendré d’autres maux.
      Plus l’homme est petit plus il rêve d’être grand ! et grand, bien sûr, c’est être hors nature !
      Bon, sinon, moi j’aime bien les grandes gueules !!


  • jjwaDal jjwaDal 16 août 2016 17:10

    Mélanchon a le mérite de réfléchir un peu et d’arriver à des conclusions honnêtes avec 30 ans de retard à l’allumage. C’est plutôt moins pire que tout ce qui peux émerger des 3 grandes tendances d’un mouvement politique qui globalement « voient » le monde sous le même angle.
    Il devrait oublier le réchauffement climatique, que nous majorons sans réelle conséquence catastrophiste à toute échéance réaliste.
    Je comprends son image de la vie à crédit, elle n’est pas réellement fausse, mais pas parlante. Il y a 40 ans je savais déjà que la différence en l’an 2000 entre une humanité végétarienne et carnivore valait à la louche 50 fois la surface de la France. D’un côté loups, renards, belettes et forêts et NATURE, de l’autre champs de maïs et soja, pesticides à la mégatonne, etc.. Mon choix fut vite fait, mais c’était un choix moral , un mot depuis tombé en désuétude.
    Je n’avais aucune illusion sur le fait que 99 % des autres gamins « choisiraient » les champs de maïs et donc le monde dans lequel j’ai vécu. Ni intellectuellement, ni moralement ils n’ont fait de choix. Un cas d’école sur ce qu’est ce monde, derrière la façade.
    Si Mélanchon a réellement quelques bonnes idées, il devrait les dire au lieu de ce gloubiboulga intellectuellement incorrect et moralement mal formulé. C’est « aux tripes » qu’on bouge le monde bien plus qu’au concept.
    S’il a compris que notre fonctionnement collectif est digne d’un asile, mais qu’il le dise bon sang ! Et à lui de montrer où sont les principales bretelles de sortie...
    Sinon c’est du ressors du choix individuel et on se sera tous morts avant que la majorité comprenne les enjeux.


    • alinea alinea 16 août 2016 20:40

      @jjwaDal,
      N’attendons pas le leader qui prendra les foules aux tripes, ça ne donne rien de bon.
      Trente ans bien tassés, au début des années soixante dix, il y avait déjà des Gorz, des Dumont ...et une foultitude d’anonymes qui se bougeaient les fesses. Mais ce n’est pas le problème, le problème c’est que nous sommes à neuf mois des présidentielles, et que Mélenchon est sincère. À nous de jouer et je n’arrive pas à comprendre tous ces grands forts qui critiquent tout mais attendent le messie !


    • jjwaDal jjwaDal 16 août 2016 22:26

      @alinea
      On est loin des années 1930 et la question n’est pas de savoir si Mélenchon est sincère. Le témoin de Jéhovah qui sonne à votre porte l’est tout autant. A-t’il compris la situation et sait-il être crédible et mobilisateur pour présenter un projet est la seule vraie question. Sinon ne vous tracassez pas trop pour ce changement de préfet de région (européenne) l’an prochain. Ce sera une des 3 tendances du parti unique qui l’emportera. More of the same. La démocratie, c’est ça : on pipe les dés et ensuite on se met une majorité dans la poche avec les médias de masse. On peut se faire plaisir mais aucune chance. On aura juste fait notre taf c’est tout.


    • alinea alinea 16 août 2016 22:29

      @jjwaDal
      J’en ai bien conscience !!
      La sincérité est une honnêteté tellement rare, dans ce milieu ( et même ailleurs) de nos jours, qu’elle m’importe.


  • JMBerniolles 16 août 2016 21:01

    Etant donné que la moyenne des températures à la surface du Globe.n’a évidemment pas encore été calculée, notamment par le fameux Phil Jones, parler de 2016 comme année la plus chaude n’a pas de sens. Il y a eu un El Nino dont l’effet sur cette température moyenne est d’environ +0.2 degré c. Rien à voir avec un rechauffement anthropique.

    La propagande sur l’effet CO2 empreinte les mêmes medias qui nous déversent le conditionnement par l’information manipulée.

    De plus en plus de scientifiques rejettent cette théorie (de toute manière ce n’est qu’une théorie qui n’est plus vérifiée) Ils sont qualifiés dz le climato sceptiques comme d’autres de complotistes

    Notre système dominant est écolo néo liberal. L’ecologie politique assure la façade comme l’action humanitaire couvre l’agression.

    J’ai définitivement rayé Jacques Généreux du cercle des économistes competents après l’avoir écouter présenter l’eco socialisme à un congrès du PdG. Déjà il ne veux pas comprendre que tout changement véritable implique la sortie de L’Euro.

    Et pourquoi sur ce thème occulter le grave problème de la démographie ?


    • alinea alinea 16 août 2016 21:24

      @JMBerniolles
      la démographie, on n’y peut rien, et j’en suis fort aise car enfin ras le bol de cet humain qui se croit capable et autorisé à tout gérer.
      Le réchauffement climatique, je fais plutôt partie de ceux qui ne l’impute pas à l’homme, et j’ai entendu que dérèglement il y avait mais réchauffement non ; de toutes façons je m’en fous car nous n’y pouvons rien. Il faudra juste s’organiser autrement quand des vagues d’immigrés rappliqueront.
      Nous avons déjà parlé du reste mais comme je ne suis pas en train de faire mon marché, que je n’ai aucun talent pour choisir le bon produit, je n’ai rien à en dire de plus ! la politique actuelle n’a aucun intérêt, cela est intéressant d’ailleurs de voir la proportion inverse de l’intérêt de la politique et de l’époque sur les dents ! par temps calme, l’homme a le temps de devenir intelligent, aujourd’hui, n’est qu’à lire ce fil, pour comprendre que basta !!
      Généreux essaie de vous expliquer que l’euro n’est pas la cause du problème mais l’effet. de toute façon on s’en tape, Juppé n’en parle même pas.
      Quand Juppé sera passé ( je n’arrive pas à croire à Sarkozy) nous aurons tout le loisir ici de faire des articles pour dénigrer sa politique : n’est-ce pas plus important ?


    • Vipère Vipère 16 août 2016 21:26

      @alinea



      Juppé, vraiment ?

    • alinea alinea 16 août 2016 21:39

      @Vipère
      Vous pariez sur Sarko vous ? C’est ce que dit Mélenchon !! je n’arrive pas encore à croire les Français si fourbes et cons !


    • eresse eresse 18 août 2016 01:51

      @alinea
      Vous croyez vraiment que les français vont élire un repris de justice ?

      Sarko, tout le monde sait que le ’nainculé", comme on l’appelle dans le SudOuest, est grillé sauf pour certains lobotomisés de la première heure, mais de la a élire un repris de justice !


    • alinea alinea 18 août 2016 05:32

      @eresse
      Non, je ne le crois pas, mais je ne le croyais pas en 2007 non plus. Mais de toutes façons, l’un ou l’autre ! Les électeurs n’auront peut-être que l’audace de ne pas aller voter.


    • chantecler chantecler 18 août 2016 07:14

      @eresse ,
      Chacun croit ce qu’il veut !
      ...« est grillé sauf pour certains lobotomisés de la première heure,... »
      Ca c’est l’expression de la foi du charbonnier qui croit que la raison va l’emporter .
      Comme si la politique était rationnelle .
      Dans les faits ce sont les plus tordus qui l’emportent .
      Quant aux « lobotomisés » c’est comme pour les cons : c’est bien partagé .


  • JC_Lavau JC_Lavau 16 août 2016 21:46

    La crédulité de JLM et d’alinea est sans limites : dates bidons, chiffres bidons, calculs bidons, ils gobent tout. Ni par philanthropie ni par hasard Rockefeller et l’oligarchie WWF-Bilderberg financent et dirigent les maîtres-bobardeurs qui vous dictent quoi croire, et quoi faire semblant de penser.


    • Le paysan hystérique Le paysan hystérique 16 août 2016 22:57

      @JC_Lavau

      Ni par philanthropie ni par hasard Rockefeller et l’oligarchie WWF-Bilderberg financent et dirigent les maîtres-bobardeurs qui vous dictent quoi croire, et quoi faire semblant de penser.

      Vous oubliez, quel brevet seras commercialiser et quel recherche recevras le financement nécessaire pour son étude, etc... il contrôle absolument tout ! smiley

    • chantecler chantecler 18 août 2016 06:48

      @Le paysan hystérique
      Ne vous battez pas tous les deux vous dites exactement la même chose .
      Esprit humain binaire ,comme l’informatique qu’il a inventé , dualiste , qui verse dans le manichéisme à travers entre autre le discours politicien .
      Pourtant il est relativement facile de comprendre que le bien , le mal est en nous , structurellement ...
      Et qu’une minorité très bien partagée , recherche avant tout le pouvoir sur la majorité .
      Pour en tirer profit .
      Et est prête à tout pour y arriver .
      Nous avançons vers des sociétés totalitaires .
      Le vernis et les leurres démocratiques ont sauté .
      Le mensonge et la corruption sont omniprésents .
      Qui servent à embobiner la majorité d’entre nous .
      Il existe un fascisme de gauche comme un fascisme de droite .
      C’est à dire le recours à la force ,ou à la terreur , et au pognon , comme suprême argument .


    • Le paysan hystérique Le paysan hystérique 21 août 2016 21:35

      @chantecler

      Ne vous battez pas tous les deux,
      Ce n’était pas mon intention, désolé si j’ai pu le faire croire !

      C’est à dire le recours à la force ,ou à la terreur , et au pognon , comme suprême argument .

      Comme toujours, une constance aussi fiable que le soleil se lève tous les matins.
      Merci, bien à vous ! smiley

  • bonalors 17 août 2016 07:24

    oui de tout évidence l homme étant un animale nuisible, voir très nuisible par sa nature même, il suffit de lire entre les lignes de l ancien et surtout nouveau testament pour l explication de texte,

    Alors il faudra arrêter de se reproduire comme des lapins ou sinon on va mourir en masse de la myxomatose
    Ma foi, rien que Dieu en t etat puisse faire mais regarder cette mauvaise engeance disparaître de la surface du globe, de monde extraordinaire

    Errare humanum est

    plutot Errare human est


  • eugene eugene 18 août 2016 00:55

    Je souscrit bien sûr à vos idées, ce qui n’est pas grand chose, venant de ma petite personne qui fait le gros dos, qui écoute, voit, et lit des choses épouvantables. Commente aussi avec une pointe de sarcasme et de désabusement que continue toujours pourtant à émouvoir le chant du colibri. Un couple de merle a fait son nid sur un pilier de ma pergola, caché par les plans de kiwis. Ils sont paris hier en laissant un œuf.....J’espère que les autres ont éclos....Un chose bien plus importante que Trump et autres anecdotes du bout de la planète des singes, ou des gorilles plutôt

    Sinon, moi qui déteste les crédits je n’en donne guère à cette métaphore. Pas que je rejette le constat ni ne le comprenne, mais le concept économique me semble malhabile. Car l’économie est une supercherie, des séries de chiffres qu’on peut trafiquer, faire passer d’une colonne à l’autre, éluder, faisant passer les catastrophes en pertes et profits, avant de les récrire sur la ligne bénéfices..... Remarquez c’est ce qu’il font d’une certaine façon, en parvenant à entretenir une économie de la catastrophe avec les droits de pollution au carbone, avec des dividendes échangés, et même des margoulins qui ont réussi à se faire de couilles en or comme on dit maintenant, en gardant la TVA pour leur pomme. ...
    Alors si vivre à crédit si ce n’est que ça, vivons à crédit se dit l’inconscient du consommateur, content d’ailleurs qu’un établissement bancaire lui fasse confiance, 
    Quelle heure est il à l’horloge du monde fait docteur Shwetzer ? L’apocalypse est attendue de plus en plus tôt. Je n’aime plus les heures au cadran des montres, depuis que celles ci ont été dépouillé de leur organes mécaniques, ressorts, engrenages prodigieux, qui parfois s’arrêtaient. 
    En dépit de leurs efforts, jamais à l’heure, une minute ou deux de retard ou d’avance, dans lesquels on pouvait se cacher, comme derrière les hautes herbes du jardin, à écouter rêveusement le chant joli des merles moqueurs

    • alinea alinea 18 août 2016 05:27

      @eugene
      Il faut que je retrouve ma fusion avec la nature, je m’abîme aux turpitudes de mes semblables au point de voir tous les jours leurs méfaits, le manque d’insectes butineurs, la terre labourée en août, le béton surgir partout, les bagnoles sur les routes et les sacs poubelle qui s’accumulent chaque mardi devant leurs portes.
      Les blessures de leur incompétence, de leur indifférence, de leur insensibilité que ne soignent guère le vol des hirondelles, le rassemblement des corneilles sur les branches dénudées des hauts arbres morts dans la haie,- l’absence du moyen duc-, la beauté du paysage et même le dessèchement de ce soleil blanc que chassera l’orage, la rencontre inopinée d’un blaireau,- l’absence du couple de rollier qui m’accueillait sur le chemin du jardin. Et tout cela mêlé comme une nostalgie de la belle époque qui a forgé ma vie. La beauté me déchire de sa fragilité.
      Mon incapacité à être, des leurs adaptée, et l’impossible départ vers des lieux plus cléments. Reste encore le désir insensé de ne pouvoir qu’être avec Gabi, Erevan, Taïga, Réglisse Reggaé Brume Quito Chaman Hoggar Diego MisterAl et les quelques humains si chers et beaux.
      Me fermer au monde, n’en rien comprendre ni en avoir envie. Et oui une cachette, mais ouverte, tant j’ai besoin d’espaces...
      Mais le plaisir de vous avoir lue dans ce petit matin.


  • eresse eresse 18 août 2016 01:45

    Bonsoir,


    Si en Aout, nous avons consommé toutes les ressources allouée à l’année, un constat s’impose : Nous sommes trop nombreux sur cette planète pour la quantité de ressources disponibles. Donc, nous devons nous débarrasser de 40% de la population mondiale.

    J’ai tout compris, maitresse ?

    • alinea alinea 18 août 2016 04:49

      @eresse
      Non malheureusement ; vous savez que si tout le monde vivait comme nous il nous faudrait trois planètes vous savez que nous ( occidentaux US compris) sommes une toute petite minorité en terme d’habitants, vous savez qu’il y a peu de temps que nous vivons sur ce pied, vous savez que nous gaspillons 40% de notre nourriture et que, malgré tout ça, nous nous prenons pour les rois du monde ?
      Vous le savez, alors, pensez-y.


  • rocla+ rocla+ 18 août 2016 08:01

    Si on devenait  tous juste un peu moins cons  ? 


    On ferait tous la cuisine qu’ on mangerait 

    au lieu de faire du jet-ski  on ferait de la jet-marche 

    on buverait  l’ eau du robinet   ( conjuguer le verbe robinet )

    on ach’ trait nos fruits et légumes chez de producteur à côté 

    on f’ rait des concours de pétanques tous les jours 

    et l’ dimanche on jourait d’ l’ accordéon ... smiley

  • eugene eugene 18 août 2016 13:08

    Ce midi sur france culture, j’ai entendu une très bonne émission, qui m’ a donné envie d’en savoir plus sur cet auteur, G.Oxley, un homme de bien, et dont le livre « la fleur au fusil », a l’air bigrement intéressant, et salutaire

    "La fleur au fusil, nutrition, santé, climat. Nutrition, health, climate. George Oxleyhttps://www.youtube.com/watch?v=1t2OuZAE76c

Réagir