jeudi 13 avril - par Sayed Hasan

Peter Ford, ex-ambassadeur UK en Syrie : Trump a donné 1000 raisons à Daech de lancer des attaques chimiques

Interview de Peter Ford, ancien ambassadeur britannique en Syrie

BBC Breakfast, 7 avril 2017

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

 

 

Transcription : 

Journaliste  : C'était la première déclaration du Président Trump immédiatement après ce lancement de missiles. L'ancien ambassadeur britannique en Syrie Peter Ford est maintenant avec moi. Bonjour à vous !

Peter Ford  : Bonjour.

Journaliste  : Puis-je d'abord seulement attirer votre attention. Voici le début de ce discours du Président Trump : « Mes chers concitoyens. Mardi, le dictateur syrien Bachar al-Assad a lancé une horrible attaque chimique contre des civils innocents. » C'est un fait (n'est-ce pas) ?

Peter Ford : C'est une déclaration... une fausse déclaration sur un fait non avéré. Nous ne savons pas. Ce qui est nécessaire, c'est une enquête, car il y a deux possibilités pour ce qui s'est passé. L'une est la version américaine, qu'Assad a lancé des armes chimiques sur cette ville. L'autre version est qu'une bombe ordinaire a été lâchée et qu'elle a frappé un dépôt de munitions où les djihadistes entreposaient des armes chimiques. Nous ne savons pas laquelle de ces deux possibilités est la bonne.

Souvenez-vous des événements qui ont précédé (la guerre en) Irak : les experts, les services de renseignement, les politiciens étaient convaincus que Saddam avait des armes de destruction massive.

Ils ont présenté des tombereaux de preuves : des photographies, des diagrammes, etc. Tout était faux.

Tout était faux. Il est possible qu'ils se trompent (encore) cette fois-ci également, mais ils ne recherchent qu'un prétexte pour attaquer la Syrie.

Et ne nous racontons pas d'histoires. Ce qui s'est passé rend l'usage des armes chimiques plus probable, et non pas moins.

Journaliste  : Eh bien, l'impression que vous évoquez se rapproche surtout, parmi la réaction internationale aux attaques chimiques, de la position de la Russie. Vous vous accordez largement avec eux. Nous avons entendu Michael Fallon, le Secrétaire d'Etat à la Défense [britannique], qu'il est convaincu par les preuves et soutient les frappes. Pourquoi êtes-vous donc, en quelque sorte, une voix assez isolée ?

Peter Ford  : Je ne laisse pas mon cerveau à la porte lorsque j'examine une situation de manière analytique. J'essaie d'être objectif et me base sur les expériences précédentes, notamment l'Irak. Nous voyons que nous ne pouvons pas prendre pour argent comptant ce que les soi-disant "experts du renseignement" nous disent, [surtout] pas lorsqu'ils ont un agenda.

Mais je reviens au point principal : ça ne va pas s'arrêter ici, et nous sommes probablement destinés à y être entraînés, car Trump vient de donner aux djihadistes 1000 raisons d'organiser des opérations sous faux drapeau, voyant à quel point il est efficace et facile, avec des médias crédules, de pousser l'Occident à des réactions outrancières. En toute probabilité, ils vont mettre en scène une opération semblable à celle qu'ils ont montée, et cela a été prouvé par l'ONU en août dernier, ils ont monté une attaque au gaz de chlorine contre des civils et ont essayé de faire en sorte qu'elle ait l'air d'une opération du régime.

Souvenez-vous bien de ce que je vous dis ici, car cela se produira (infailliblement), et on aura tous les va-t-en guerre qui viendront nous dire qu'Assad nous défie et que nous devons intervenir encore plus lourdement en Syrie. Ce sera des attaques sous faux drapeau.

Journaliste  : Si je peux juste vous demander d'après votre expertise, vous êtes l'ancien ambassadeur britannique en Syrie, avec votre connaissance de Bachar al-Assad et de son régime, de ce pays, comment pensez-vous qu'il réagira à cela ?

Peter Ford : Il est peut-être cruel et brutal, mais il n'est pas fou. La perspective qu'il s'expose à une confrontation directe [par une riposte contre les USA] sans objectif militaire dépasse l'entendement. Le site qui a été frappé n'avait pas d'importance militaire [majeure]. Cette frappe n'avait absolument aucun sens [d'un point de vue militaire]. Et il aurait fâché les Russes [en ripostant]. 

Ma question portait sur ce qui va se passer maintenant.

Peter Ford : Sans aucune raison, c'est tout simplement invraisemblable. Mais en quoi son attitude va-t-elle changer ? Maintenant, il sait que Trump est prêt à lancer des attaques avec des missiles de croisière. Mais il est probablement innocent [de l'attaque chimique] de toute façon. Ca ne peut donc pas changer son attitude si il n'a pas commis [cette attaque chimique] avant les frappes. Mais nous en paierons tous les conséquences.

La situation [le prix à payer] va se corser. En toute probabilité, il y aura plus de recours, et non pas moins, aux armes chimiques en conséquence. Et, ce qui est également important, les Russes et les Syriens vont moins coopérer [avec les USA] dans la lutte contre Daech. 

Journaliste  : Ok. Peter Ford, merci beaucoup d'être venu pour nous ce matin.

Peter Ford : Merci à vous.

Journaliste  : Peter Ford est l'ancien ambassadeur britannique en Syrie.

 



17 réactions


  • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 13 avril 09:21

    @Leonard
    Une contre-expertise du professeur Postol du MIT (Massachusetts Institute of Technology ) accuse les renseignements américains d’avoir publié un rapport ’’manifestement faux, trompeur et amateur’’ pour faire porter à l’armée syrienne la responsabilité de l’attaque chimique du 4 avril 2017.
    D’après l’analyse des images fournies par les renseignements US eux-même, Postol en arrive à la conclusion que le dispositif à partir duquel le gaz neurotoxique s’est répandu n’a pas pu être largué d’un avion mais a été posé au sol.


    • Gogonda Gogonda 13 avril 19:48

      @riff_r@ff.93

      « le MIT accuse les renseignements américains d’avoir publié un rapport ’’manifestement faux, trompeur et amateur’’ pour faire porter à l’armée syrienne la responsabilité de l’attaque chimique du 4 avril 2017. »

      Quelle surprise ! pour ne rien cacher on le savait tous déjà que cette histoire d’attaque chimique c’est du flanc, les seuls qui y croit sont les moutons et les impérialistes obsessionnelle.




  • JL JL 13 avril 09:23

    Merci pour cette vidéo et sa retranscription.

     
     Quelqu’un hier sur ce site demandait des précisions concernant le Veto de Poutine concernant la résolution de l’ONU d’enquêter sur ces attaques chimiques.
     
    Pour ma part, je pense que Poutine a refusé avec raison de voter cette résolution qui mettait cette résolution mettait la charrue avant les bœufs. En effet, en accusant a priori Bachar Al Assad, le but évident était d’enquêter seulement à charge contre le Régime syrien, ce que ne pouvait évidemment pas admettre Poutine.
     
     Maintenant les Occidentaux ont beau jeu de se goberger de ce refus qui vaudrait selon eux, des aveux : Quelle perversité !

  • agent ananas agent ananas 13 avril 09:23

    Cela recoupe cet excellent article de Scott Ritter ... (cela mérite une traduction, peut être ?)


  • Parrhesia Parrhesia 13 avril 09:25
    Très bon article !
    Comme quoi l’élection de Donald Trump contre le parti Clinton and C° aura au moins permis l’émergence de voix indépendantes et réfléchies que nous n’entendions jamais précédemment !!!
    Ceci étant, il est de plus en plus clair que les néo-conservateurs ont toujours le pouvoir aux U.S.A. alors que l’incertitude grandit quant à la personnalité réelle de Donald Trump !!!
    De Washington à Athènes, c’est maintenant tout l’Occident qui se trouve en de drôles de mains !!!

  • leypanou 13 avril 09:53

    Pour compléter cet article, lisez la conclusion -si vous êtes pressé- de cet autre article.

    La conclusion est que cette action est une raison possible pour demander la destitution du président par ses adversaires si nécessaire.


  • Massada Massada 13 avril 10:08

    Encore un article de la propagande iranienne !
     
    Ce que l’on sait de l’attaque de Khan Cheikhoun du 4 avril, au-delà des manipulations diffusées notamment par le gouvernement russe et le régime syrien.

     
    http://mobile.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/04/12/bombardement-chimique-de-khan-cheikhoun-en-syrie-les-intox-a-l-epreuve-des-faits_5110175_4355770.html?xtref=http%3A%2F%2Fm.facebook.com%2F


    • Pimpin 13 avril 10:23

      @Massada
      Compilation bien faite d’affirmations gratuites, de témoignages contestables, de photos d’origines non confirmées, etc. ...

      Les US avaient aussi présenté un dossier bien fait prouvant que Saddam avait des armes de destruction massive.
      La Syrie et la Russie demandent une enquête impartiale qui est refusée depuis le début, c’est un signe ! 

    • Layly Victor Layly Victor 13 avril 12:07

      @Massada

      Vous citez, bien entendu, le journal l’Immonde qui est totalement dans les mains des capitaux sionistes et franc-maçons.

      Ceci dit, nous avons compris que le but de toutes vos interventions, c’est de démontrer l’alliance entre Israël, les monarchies du Golfe, les frères musulmans, et les djihadistes.
      Nous le savions depuis longtemps. Il suffisait d’observer l’attitude constante des sionistes et des média sur tous les points.
      Mais vous mettez un point d’honneur à nous le montrer noir sur blanc. Ce que vous voulez faire pénétrer dans notre conscience : « Israël n’a pas à se soucier du droit international ».
      Comme dit votre cher Fabius, vous faites du bon boulot.

      Ceci dit, soit votre journal l’Immonde a des représentants dans cette zone contrôlée par les djihadistes, ce qui en dit long, soit il se contente d’entériner les « preuves » enregistrées et diffusées par les djihadistes (et le Mossad).

    • DACH 13 avril 23:10

      @Pimpin

      «  »« La Syrie et la Russie demandent une enquête impartiale qui est refusée depuis le début, c’est un signe ! »«  »" Oui refusée par Russie et Syrie !!!!


  • MagicBuster 13 avril 11:58

    A l’évidence ce sont les musulmans qui buttent le plus de musulmans — C’est un signe ?!

    Les musulmans ne disent pas que des conneries - Ils en écrivent aussi.

    Probable qu’en arrêtant de chercher des réponses dans le moyen age (et chez nous) on trouverait des solutions.


  • roman_garev 13 avril 16:56

    Selon la déclaration du commandement militaire syrien, hier le 12 avril de 17h30 à 17h50 (heure de Damas) la soi-disant « coalition internationale » a porté plusieurs frappes sur les positions de Daech à Djalta, à l’est du province Deir ez-Zor, en faisant exploser le dépôt d’armes chimiques des terroristes, ce qui a causé la mort aux centaines de gens, des terroristes comme des civils

    Un grand nuage blanc est monté, devenu ensuite jaune. L’incendie durait jusqu’à 22h30, plusieurs sont morts d’étouffement.
    Le ministère russe de la défense vient d’annoncer l’envoi sur place des drones de renseignement pour estimer les dégâts.


  • roman_garev 13 avril 17:09

    Sur ces entrefaites Trump vient de tweeter ceci :


    Things will work out fine between the U.S.A. and Russia. At the right time everyone will come to their senses & there will be lasting peace !

    (Tout ira bien entre les USA et la Russie ! Au moment propice les choses s’arrangeront, et ce sera la paix durable !)

    Naïveté, idiotie ou les deux ? Écrire cela après avoir vainement essayé signifier un ultimatum à la Russie via Rex Tillerson !



  • DACH 13 avril 23:04

    «  »«  »"Est-ce que l’administration Obama savait que ces dépôts existaient encore après son accord « historique » qui était censé éliminer toutes les armes chimiques de la Syrie ?

    Les signes indiquent que-OUI. Dans le témoignage de Février dernier au Congrès, le directeur du renseignement national d’Obama - James Clapper a reconnu « les lacunes et les incohérences dans la déclaration de la Syrie, » la validation des rapports que la Syrie cachait encore des produits chimiques interdits dans des lieux inconnus.

    En 2016 Business Insider a couvert le témoignage de Clapper au Sénat .

    «  Nous éstimons que la Syrie n’a pas déclaré tous les éléments de son programme d’armes chimiques à la Convention sur les armes chimiques (CWC) ... Malgré la création d’une équipe spécialisée et des mois de travail de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) à combler les lacunes et les incohérences de la déclaration de la Syrie, de nombreuses questions restent en suspens. » 
    Il a dit : la Syrie a mené des attaques d’armes chimiques, même après la mise en œuvre de l’accord de Septembre 2013.
    «  Nous continuons à juger que le régime syrien a utilisé des produits chimiques comme moyen de guerre depuis l’adhésion à la CIAC en 2013 », a déclaré Clapper.
    Il a noté la conclusion des enquêteurs de l’OIAC que « le chlore a été utilisé sur les forces de l’opposition syrienne dans plusieurs incidents en 2014 et 2015. » Le régime lançait encore des bombes de chlore.«  »«  »


  • DACH 13 avril 23:06
    «  »«  »"Les attaques de chlore ont été documentées en Syrie tout au long de 2014 et 2015 , tandis qu’un groupe de médecins syriens a découvert au moins 31 attaques de chlore dans le pays au cours d’ une seule période de 10 semaines en 2015 .
    Et il est clair depuis longtemps qu’au moins une partie des infrastructures-armes chimiques de la Syrie sont restées en place après la mi-2014. Selon un rapport de Juillet 2015 au Wall Street Journal, les agences de renseignements des États - Unis « ont conclu que le régime n’a pas renoncé à toutes les armes chimiques qu’il était censé détruire » tandis que Assad « continu d’exploiter des installations armes recherche ». 
    Par conséquent , alors que le président Obama, le secrétaire d’Etat Kerry, et bien sûr la menteuse Susan Rice désignée par l’ administration Obama ont dit à l’Amérique que leurs négociations merveilleuses ont fonctionné et toutes les armes chimiques de la Syrie étaient détruites- James Clapper sur les attaques au chlore documentées ont prouvé qu’il mentait. Mais six mois après le témoignage de Clapper, en Août 2016 question de l’Atlantic, porteur d’eau de la politique étrangère d’Obama Jeffrey Goldberg, a fait son devoir et a écrit un article faisant l’ éloge de la décision d’Obama d’ignorer sa « ligne rouge » pour punir le régime Assad si jamais armes chimiques étaient utilisées.
     
    Même le Politifact libéral a renoncé à sa demande plus tôt sur cette déclaration de Kerry en 2014 ancien secrétaire d’État. John Kerry a déclaré dans une interview télévisée « nous avons obtenu la destruction de 100 pour cent des armes chimiques de la Syrie. »«  »«  »«  »

  • antiireac 13 avril 23:12

    Les russes sont responsables de cette attaque au gaz sarin 

    Le régime fantoche de damas prend ses ordres auprès de ces derniers
    C’était sans doute pour tester les nerfs de Trump.....

Réagir