vendredi 28 avril - par Aimé FAY

Politiques sans bagage économique : attention danger !

Le pire des dangers pour une personne politique dont les connaissances en économie sont limitées, voire nulles, c'est que, quand ses experts en la matière disent de grosses inepties… elle est dans l'incapacité de les corriger. Et c'est le peuple qui, in fine, en paie l'ardoise, l'addition !

Notre maxime s'adresse surtout aux avocats de métier qui, sans une once économique, font de la politique dans le dur, tels : Marine Le Pen et consorts.

Arrêtons-nous aujourd'hui sur Le Pen, elle aussi avocate de métier, car son cas est à notre sens extraordinairement exemplaire. Une vraie symbolique du sujet traité ici !

En effet, quand Marine Le Pen − sans aucun bagage économique, bien que disposant d'éléments de langage bien supérieurs à ceux de son père… − prône une relance du pays grâce notamment au retour victorieux du "franc Marine Le Pen" suivi d'une dévaluation… elle croit ses experts qui prétendent que cela créera massivement de l'emploi et réduira le chômage. Pour crédibiliser idées et choix devant leur chef politique, les mêmes experts lui disent s'être appuyés sur les écrits et les dires d'un prestigieux prix Nobel, celui de 1988, notre illustre compatriote Maurice Allais (1911-2010) !

Mensonge, incompétence et sophisme ? Les trois mêlés d'esprit spécieux et démagogique !

Apportons ici les preuves formelles des contre-vérités avancées par les experts de Marine Le Pen. Et démontrons que l'étoile montante de la droite nationale extrême continue ainsi de s'enfoncer dans l'incrédibilité mêlée d'ignorances profondes en matière économique, sociale et monétaire.

Les faits ?

Marine Le Pen nous dit : après la sortie de l'Euro, la dévaluation du franc créera des emplois !

Cela est FAUX !

Le Pen ment à son électorat. La preuve de cette ineptie nous est donnée par Maurice Allais lui-même.

Ainsi, comme le montre le tableau ci-dessous du Nobel d'économie, aucune des 5 dernières dévaluations faites par la France, et analysées par lui, n'a créé des emplois. Au contraire, elles ont chacune fait augmenter le chômage :

Année

Chômage BIT

(en milliers)

Sous-emploi total

(en milliers)

Dévaluation

(*)

Taux de chômage BIT

 

 

 

 

1958

209

209

29.1% (décembre 58)

1.05%

1959

299

299

 

1.50%

 

 

 

 

1969

484

484

11.1% (octobre 69)

2.29%

1970

530

530

 

2.47%

 

 

 

 

1981

1 761

2 596

3% (octobre 81)

7.44%

1982

1 929

2 934

5.75% (janvier 82)

8.07%

1983

2 019

3 154

2.5% (mars 83)

8.42%

1984

2 357

3 533

 

9.77%

Extrait des tableaux pages 338 et 339 de l'ouvrage du Nobel 88 : "La mondialisation…" (Ed : Clément Juglar, juin 2007). (*) Source Banque de France.

Ce tableau montre de manière totalement irréfragable que, alors que les contextes sont pourtant très différents (années 50, 60 et 80), les dévaluations n'ont jamais fait baisser le chômage. Bien au contraire, toutes l'ont fait progresser sensiblement (celle de 58 l'a même augmenté de presque 50 %) comme le montrent les tableaux du Nobel d'économie, Maurice Allais :

- de 1.05 % à 1.50 % entre 1958 et 1959 ;

- de 2.29% à 2.47% entre 1969 et 1970  ;

- de 7.44% à 9.77% entre 1981 et 1984.

No comment ! Cela serait superflu, les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Pourquoi les dévaluations ne créent pas d'emploi ?

Le premier élément, c'est que la dévaluation n'est pas un instrument de la politique de l'emploi !

La dévaluation est un outil de politique monétaire et plus spécialement de politique de change. Cette dernière vise, dans un système de taux de change fixes ou concertés, à arrêter ou à éviter à la Banque centrale de vider ses réserves de devises fortes pour soutenir obligatoirement le cours de sa monnaie qui fuit, car elle est vendue, attaquée sur les marchés des capitaux…

Nous voulons aussi rappeler aux experts de Marine Le Pen, que dans un système de taux de change flottants, le terme de dévaluation n'existe pas, par construction. Le bon terme, pour un vrai économiste, est en l'espèce celui de dépréciation. Bref, c'est un point de détail, bien que cela confirme encore l'absence de rigueur du programme frontiste pour 2017 et de sa patronne, Marine Le Pen.

De fait, Marine Le Pen aura beau décider − durant une nuit comme c'est l'usage dans de telles circonstances − de "fixer" le cours du franc à – 25 % par rapport à l'Euro − ou même beaucoup plus ou même beaucoup moinsqu'importela véritable valeur du franc-le-pen (Cf. notre expression du 20 janvier 2011 (ici)) s'établira sur le marché des changes dès la connaissance de sa création réelle. Sa vraie valeur dépendra, comme toujours, de la qualité − bonne ou mauvaise − de l'économie française et de ses perspectives − bonnes ou mauvaises −, et, de la confiance qu'aura su ou que n'aura pas su inspirer les nouveaux dirigeants du pays, aux investisseurs nationaux et internationaux.

Le deuxième élément, c'est qu'une dévaluation booste rarement les exportations, car les effets de la courbe en "J" sont quasiment nuls dans la réalité pour une dévaluation inférieure à 40 %, comme cela a été le cas des 5 dernières dévaluations françaises. CQFD ! Les entreprises exportatrices profitant toujours de la modification du taux de change pour augmenter leurs prix et refaire leurs marges… après des années de vaches maigres.

Quant à l'augmentation du prix des importations, elle, elle est malheureusement immédiate − et pèse sur tous les coûts, in fine sur les facteurs de production, sur la demande, sur l'emploi, etc. −, comme le montrent, là encore, les chiffres des tableaux de Allais (op. cit. , page 347 et 348. "I = Importations extracommunautaires de produits manufacturés (en millions de francs)") :

Année de la dévaluation

Année suivante

Coût des Importations

Variation (*)

1958

 

144.6

 

 

1959

165.9

+ 14.73 %

 

 

 

 

1969

 

1 624

 

 

1970

1 896

+ 16.75 %

 

 

 

 

1981

 

20 844

 

1982

1982

24 945

+ 19.67 %

1983

1983

27 398

+ 9.83 %

 

1984

30 782

+ 12.35 %

(*) Calculs rajoutés par nos soins.

Marine Le Pen prétend que l'Euro est la source de la plupart des maux de la France !

Cela est encore FAUX ! Et là, c'est encore Maurice Allais lui-même qui nous dit : "… oui l'Euro est un facteur de développement pour l'Europe…".

Le Nobel n'a jamais proposé de quitter la monnaie unique. Aucun de ses propos ou écrits n'a été contre l'Euro. Bien au contraire ! Le 18 mars 2009, il disait : "[...] maintenant que l’Euro a été créé entre douze Etats membres de l’Union Européenne dans des conditions justifiées je ne vois que des avantages à ce qu’il soit maintenu et la politique de la Banque Centrale Européenne de réaliser une croissance annuelle moyenne des prix de 2 % me paraît entièrement fondée. [...] Les difficultés que nous rencontrons ne proviennent pas de la politique monétaire de la Banque Centrale Européenne [...]". (voir ici).

Jugement ?

Les chiffres et les faits historiques parlent d'eux-mêmes. Ils consacrent notre nouvelle maxime : "Sans bagage économique un(e) politique est malheureusement dans l'incapacité de s'opposer aux inepties de ses experts en économie !".

Si Marine Le Pen ne change pas d'équipe en remportant la présidentielle, le 7 mai 2017, la sortie de l'Euro sera une catastrophe pour notre pays et déclenchera effectivement une "dévaluation" du franc − du montant que les marchés des capitaux auront calculé en termes de dépréciation −, mais aussi une hausse du chômage… et non le contraire (Cf. : tableau de Maurice Allais ci-dessus).

Alors, maintenir que l'Euro est la cause des maux de notre pays, c'est proprement scandaleux. Et, utiliser Maurice Allais pour valider cela est un acte quasi délictueux, voire une insulte à l'intelligence humaine.

Bref, le FN montre encore, via sa présidente, son incrédibilité dans beaucoup de domaines, notamment et surtout en matière économique, sociale et monétaire. Et cela est irrécupérable !

Paraphrasons François Rabelais (1483-1553) : "L'ignorance est fille de la croyance et mère de tous les maux".

In fine, nous pensons : qu'amateurisme, incompétence... et sophisme sont au cœur des équipes économiques de Marine Le Pen. Pourtant, 7,7 millions de personnes 1 ont pensé, ce 23 avril 2017, que cette dame est l'avenir de notre pays !

Heureusement que 39,3 millions de Françaises et de Français pensent apparemment le contraire. Cela devra être quand même confirmé en votant massivement Macron, le 7 mai prochain !

 

1. Rappelons Proudhon quand il écrivait : "Le peuple, incapable encore de juger sainement ce qui lui convient, applaudit également aux idées les plus opposées, dès qu'il entrevoit qu'on le flatte : il en est pour lui des lois de la pensée comme des bornes du possible ; il ne distingue pas mieux aujourd'hui un savant d'un sophiste, qu'il ne séparait autrefois un physicien d'un sorcier." (Proudhon : Lettre à Messieurs les Membres de l'Académie de Besançon. Paris, le 30 juin 1840).

Quelques autres articles de l'auteur sur le sujet :

Marine Le Pen et l'euro : amateurisme et/ou incompétence 1 / 2 (lien)

Marine Le Pen et l'euro : amateurisme et/ou incompétence 2 / 2 (lien)

L'électeur est-il pris pour un gogo ? (lien)

Quid de la compétitivité hors-prix de la France ? (lien)

L'État-providence un enjeu discret de l'élection présidentielle (lien)

Du protectionnisme, de celui du Front national en particulier (lien)

La mondialisation 1, 2 et 3 (lien 1) (lien 2) (lien 3)

De la valeur d'une monnaie (lien)

Crédits photos : Maurice Allais (Sipa), Le Pen (Wikipédia)



60 réactions


    • Aimé FAY Aimé FAY 28 avril 09:32

      @Jean-Pierre Llabrés
      Voir ce que disait K. Marx lui-même (ici).


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 avril 09:38

      @Aimé FAY

      Quelle conclusion en tirez-vous par rapport à votre présent article et au mien ?


    • Aimé FAY Aimé FAY 28 avril 09:43

      @Jean-Pierre Llabrés
      Je ne prends pas position. J’éclaire juste l’ignorance de certains, comme disait Rabelais (ignorance mère de tous les maux).


    • Vipère Vipère 28 avril 09:55

      @Aimé FAY


      Vous êtes un fat doublé d’un prétentieux, la plupart de vos articles prouvent que vous n’avez aucune liberté de pensée, quand à vos analyses, mieux vaut ne pas s’y penche... la seule qualité que l’on peut vous reconnaître est que vous un bon vecteur de la doxa ambiante ! smiley





    • Aimé FAY Aimé FAY 28 avril 10:00

      @Vipère
      Vos nombreux articles (zero + zero) montrent que vous avez vraiment besoin d’être informé.

      Songez à Rabelais qui disait : ... l’ignorance est mère de tous les maux !


    • Ben Schott 28 avril 10:06

      @Aimé FAY
       
      On vous a offert un livre de Rabelais récemment ?
       


    • doctorix doctorix 28 avril 10:26

      @Aimé FAY
      Que répondez-vous à ce calcul simple (même simpliste, si ça vous convient) ?

      Une Renault vendue 10% de moins se vent mieux en Allemagne.
      Une Mercedes vendue 10% de plus se vend moins bien en France.
      A partir de là, tous vos calculs se noient dans le marécage des économistes qui se plantent depuis 40 ans.
      On peut ajouter qu’une main d’oeuvre moins chère en France rend inutiles les délocalisations et attire les investisseurs. Encore plus si on contrôle le mouvement des capitaux, ce qui de fait les interdit.
      C’est en fait ce qui se passe en GB, où les investisseurs affluent depuis le Brexit..

    • Aimé FAY Aimé FAY 28 avril 10:37

      @Fifi Brind_acier
      Le dollar (50 Etats) n’a pas encore explosé (rappel : avant 1865, il y avait autant de dollars que d’Etats).


    • non667 28 avril 14:25

      @Aimé FAY

      In fine, nous pensons : qu’amateurisme, incompétence... et sophisme sont au cœur des équipes économiques de Marine Le Pen. Pourtant, 7,7 millions de personnes 1 ont pensé, ce 23 avril 2017, que cette dame est l’avenir de notre pays !

       je ne sais pas si cette dame est l’avenir de notre pays !

      mais je sais, je suis sure aux vues des 47 ans passées (depuis le départ de degaulle ) que l’avenir de notre pays n’est pas dans le mondialisme judéo-américain totalitaire qui n’est qu’un combat économique sans catégories, open, ou à l’évidence (pas besoins d’être économiste )les plus gros mangeront les petits

      Heureusement que 39,3 millions de Françaises et de Français pensent apparemment le contraire. Cela devra être quand même confirmé en votant massivement Macron, le 7 mai prochain !

      47 ans de propagande mondialiste ont eu raison du cerveau des français !

      mais la réalité leur le rend




    • Aimé FAY Aimé FAY 28 avril 21:04

      @Ben Schott
      Non, plusieurs que j’ai d’ailleurs achetés !


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 avril 09:57

    Les 10 pays de l’ UE qui ont gardé leur monnaie nationale ont 4 points de moins de chômage que les pays de la zone euro.


    Un euro trop fort/$ plombe les exportations françaises.
    « Commerce extérieur, France , la Bérézina !

    L’euro trop faible /$ permet à l’ Allemagne d’avoir un excédent commercial de 252 milliards d’euros.

    L’euro / $ est donc trop fort pour les économies du sud de l’ Europe et trop faible pour l’Allemagne.
     »UPR- Les divergences de compétitivité intra zone euro et la folie d’un taux de change unique "

    Mais le retour au Franc n’est pas la seule condition du retour de l’emploi, il doit s’accompagner de la sortie définitive de l’ UE par le Frexit et l’article 50. Seul un Etat souverain peut remettre l’économie en marche.

    Or, le FN ne veut pas sortir de la construction européenne.
    Donc l’article est nul et non avenu.


  • Tall Tall 28 avril 10:28

    Pour les compétences économiques de Macron, nul besoin d’analyse, le quinquennat de Hollande en atteste.


    Macron a été 2 ans conseiller économique de Hollande (2012-14 ), puis 2 ans ministre de l’Economie ( 2014-16 ) en remplaçant l’ex-mlinistre frondeur Montebourg

    L’économiste agréé du quinquennat Hollande, c’est Macron

    • Ben Schott 28 avril 10:41

      @Tall
       
      Eh oui, « les chiffres et les faits historiques parlent d’eux-mêmes », comme dirait... Aimé Fay. !
       


    • Aimé FAY Aimé FAY 28 avril 10:42

      @Tall
      Premiers elements de reflexion sur le bilan de F. Hollande compare à 2007-2012 (lien).


    • Tall Tall 28 avril 10:54

      @Aimé FAY

       
      Il aurait dû se représenter avec un si bon bilan

    • Tall Tall 28 avril 10:57

      2008 est passé par là...

      Je ne vous demanderai pas si vous prenez les gens pour des cons ... c’est assez clair

    • Aimé FAY Aimé FAY 28 avril 10:57

      @Tall
      Les 5 ans ne sont pas terminés. Je ferai un article, en avril 2018, sur la période 2012-2017.


    • Milieu défensif au Red Star Blondinette 42 28 avril 11:00

      @Tall

      2008 affaire Coupat :
      https://lundi.am/Julien-Coupat-et-Mathieu-Burnel-sont-poursuivis-depuis-plus-de-8-ans-dans-ce

      ___________________________

      Attention ce Tall est un dangereux révolutionnaire national de Belgique hyper droito-gôchisant ^^ smiley smiley smiley


    • mac 28 avril 11:47

      @Aimé FAY
      Annoncer le taux de chômage au sens du BIT reste largement sujet à analyse même cela fait consensus évidemment dans nos médias dominants et chez nos dirigeants.
      Votre bilan me semble à pleurer...


    • Aimé FAY Aimé FAY 28 avril 15:02

      @mac
      C’est alors votre taux qui serait la reference ??? Vous devez le publier !


    • mac 28 avril 18:01

      @Aimé FAY

      Arrêtez de prendre les gens pour des imbéciles , pour qui vous prenez-vous  ?
      Etre économiste ne signifie pas être forcément intelligent, de quel postulat cela tendrait ?

      Vous savez très bien que les chiffres du chômage tels qu’ils sont annoncés ne recouvrent qu’une partie des personnes à la recherche d’un emploi et qu’il faut les multiplier par 1,5 voir 2.

      Les radiations, les stages parking et les emplois aidés au moment des élections, les employés à temps très partiel ça ne vous dit rien ?


    • Harry Stotte Harry Stotte 28 avril 18:17

      @Tall

      « Pour les compétences économiques de Macron.. »



      J’ai l’impression - excusez-moi, désolé, pardon - que vous n’avez pas bien compris. Fay, il écrit . « ...quand ses experts en la matière disent de grosses inepties… elle est dans l’incapacité de les corriger.*

      Faisons un petit détour... Imaginons que vous ayez des copains - ce n’est pas extravagant, tout le monde a des copains, ou presque. Maintenant, imaginons que vous soyez propriétaire d’une villa, même modeste. Avec un jardin... Vous me suivez, jusqu’ici ? 

      Je pars du principe que oui. Imaginons encore, que vous invitiez deux de vos copains, pour un barbecue, que pendant que la viande rôtit gentiment et que vous buvez l’apéritif, l’un de vos copains sorte. un bison d’essence dans l’idée d’activer le feu - un genre, comme dirait comme Fay, de grosse ineptie.

      Vous-même ou le troisième copain, plus vraisemblablement tous les deux en même temps, vous allez hurler : 

      Fais pas ça, Nom de Dieu !!!

      Normalement, chez les gens normaux, ça se passe comme ça. Et bien, grâce à Fay, maintenant, on sait que les (bien plus que trois) économistes du FN ne sont pas des gens normaux. Oui, je vous vois venir, vous allez me dire »Pour être du FHaine, faut pas être normal«  On pourrait être d’accord, mais quand même. 

      Je suis allé le voir, moi, le documentaire de Devaux, Delvau, Devos, Bedos... - j’ai la mémoire qui flanche - *Chez nous », et bien j’en avais retiré l’impression que les cadres étaient moins cinglés, que les autres... Mais, c’est vrai aussi que j’ai roupillé pendant vingt bonnes minutes, alors...

       C’est quand ils se sont mis à brailler « On est chez nous  ! » que ça m’a réveillé en sursaut. J’ai cru que les Feldgrau étaient revenus... C’était bien la dernière fois que j’allais voir ce film.

      Vous en pensez quoi, vous-même ?

    • Tall Tall 28 avril 18:23

      @Harry Stotte
       

      Ben, moi je suis pour Marine ...

    • Harry Stotte Harry Stotte 28 avril 19:03

      @Tall
       


      Tant mieux, On est au moins deux.


      La question était : est-ce que trois copains, qui font un barbecue sont vraiment plus intelligents que tous les économistes du FN réunis ?

    • Tall Tall 28 avril 19:23

      @Harry Stotte

       
      Je pense que même si on jette un bidon d’essence sur un barbecue, il enfumera toujours moins qu’Aimé Fay smiley

    • Aimé FAY Aimé FAY 28 avril 21:06

      @Ben Schott
      Ces chiffres sont ceux du Nobel Allais, la reference de Le Pen !


    • Ben Schott 29 avril 08:34

      @Aimé FAY
       
      L’une de ses référence, parmi beaucoup d’autres. Tiens, au fait, vous en pensez quoi de la nécessité du protectionnisme selon le Nobel... Allais ?
       
      Est-ce qu’un inconditionnel soutien de Macron est d’accord avec le Nobel Allais quand ce dernier dit : « la politique de libre-échange mondialiste poursuivie par l’Organisation de Bruxelles a entraîné à partir de 1974 la destruction des emplois, la destruction de l’industrie, et la destruction de la croissance » ?
       


    • Aimé FAY Aimé FAY 29 avril 09:29

      @Ben Schott

      J’ai le livre (La mondialisation...(1999 Ed. C. Juglar)) de M. Allais sous les yeux (p. 40). La phrase n’est pas exactement celle-ci, mais votre propos ne déforme pas l’idée.

      Oui, à 88,5 ans, Allais était devenu un pur protectionniste, « ami » des thèses nationalistes. Il n’est pas, avec Hayek (son contraire ultralibéral) ma tasse de thé. Mais, les chiffres qu’il donne (mis dans mon article avec les pages en réf) montrent clairement qu’une monnaie faible n’est pas créatrice d’emplois...

      Bon WE.

      NB : dans les Nobel, il y a toutes les couleurs politiques. Leurs chiffres sont bons. Leurs analyses sont personnelles.



  • sirocco sirocco 28 avril 10:39

    Marine Le Pen propose aussi :
    - de taxer les importations qui entrent en concurrence directe avec ce qui est produit en France (préférence nationale) ;
    - de taxer les importations en provenance d’entreprises françaises délocalisées à l’étranger (pour lutter contre plus de délocalisations et encourager les relocalisations).

     
    Mais de cela vous ne parlez pas.


    • Aimé FAY Aimé FAY 28 avril 10:46

      @sirocco
      Si, j’en parle (ici )

      3% + 25% = 28% de pouvoir d’achat mangé par le franc national !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 avril 11:43

      @sirocco
      Pour cela, il faut sortir de l’ UE, ce que le FN proposera à la St Glinglin, quand la Convention des 27 pays, dans 5 ans ou 10 ans, rejettera les propositions du FN.


      En attendant, ce que propose le FN est interdit par les Traités européens.
      Et pour sortir de l’euro, il faut sortir de l’ UE d’abord, il n’y a pas de clause de sortie à l’euro !

      Donc le FN se mord la queue et n’arrivera à rien.
      Vous vous êtes trompé de Parti, il fallait aller à l’ UPR.


    • Onecinikiou 28 avril 18:22

      @Aimé FAY


      14,5% de ce que les ménages français consomment est importé M. FAY (Insee, Enquête budget des ménages, calculs OFCE), revoyez par conséquent vos arguties fallacieuses. 

      Une dévaluation, ou une dépréciation si vous préférez, de 10% environ d’un Franc nouvellement réintroduit correspondant à la compétitivité de l’appareil productif français (écart de compétitivité par rapport au court pivot de l’€, tel que l’OCDE l’évalue dans son rapport d’août 2016), s’appliquerait ainsi sur seulement moins d’un 1/6 de ce que les Français consomment quotidiennement. 

      Il n’y a rien là de catastrophique ou d’intolérable, surtout en contre-partie des gains escomptés en terme d’augmentation de nos exportations et conséquemment de rééquilibrage de notre balance commerciale, en déficit chronique depuis l’avènement de la monnaie unique. 

      Il ne peut y avoir d’ailleurs d’amélioration substantielle et durable de nos comptes publics, de résorption de nos déficit et endettement souverains, SANS rééquilibrage de ladite balance courante (relation de causalité entre les déficits jumeaux). 

      Concernant plus spécifiquement l’euro, la seule condition de viabilité d’une monnaie commune chapeautant des économies disparates de pays dont la compétitivité diverge dans le temps (cas de la zone euro) est un transfert massif de fond consenti par les pays à haut niveau de compétitivité et qui engrange des excédents de leur balance courante, vers les pays à moindre compétitivité et qui cumulent les déficits. Sapir valu ces transfert typiquement de l’Allemagne vers les pays du sud de l’Europe à 10% du PIB Allemand, soit plus de 300 milliards d’€. 

      C’est la condition sine qua non permettant à toute zone monétaire de correspondre aux critères (encore une fois de viabilité) d’une zone monétaire optimale telle que théorisée par Mundell.

      Cet effort ne sera jamais consenti par le peuple allemand pour la simple et bonne raison, et ici l’économisme des crânes d’oeufs dans votre genre (sans vision politique aucune) rejoignant la grande politique et sinon l’anthropologie des éminents hommes d’Etat, qu’une monnaie c’est avant toute chose une nation et un peuple. C’est un principe de solidarité, c’est un sentiment d’appartenance. Or il n’y a pas de peuple européen, mais des peuples en Europe ! La nuance est ici fondamentale.

      Ainsi les Américains ou les Allemands trouvent tout à fait normal que le budget de leur Etat fédéral redistribue l’argent collecté par les impôts entre les zones (Etat/Lander) en croissance vers celles en crise. Mais ils ne le toléreraient certainement pas si cela devait concerner des zones situées au-delà de leurs frontières géographiques respectives, au bénéfice de ce qu’ils estimeraient être des étrangers. 

      Ainsi, ces transferts étant purement illusoires puisque la condition d’une intégration politique infiniment plus avancée n’est pas réunie pour les raisons évoquées (essentiellement politiques, et en rien économiques), la zone monétaire européenne demeure non optimale, et ne pourra qu’imploser à terme. C’est parfaitement inéluctable, malgré toutes vos dénégations et vos artifices rhétoriques. 

    • Onecinikiou 28 avril 18:24

      désolé pour les nombreuses coquilles, je ne me relis pas...


    • Aimé FAY Aimé FAY 28 avril 20:59

      @Onecinikiou

      En 2016 la valeur des nos importations a été d’environ 600 mds. 75% étaient libellées en euros. 18% en $. 5% en £ et le reste en divers : yen, etc.

      Si le franc est dévalué par rapport à toutes ces devises de combien augmenteront nos 600 mds ? Question à 1 centime.

       Bonsoir !



    • sirocco sirocco 28 avril 22:53

      @Fifi Brind_acier

      « Vous vous êtes trompé de Parti, il fallait aller à l’ UPR. »

       
      Je ne suis affilié à aucun parti. Le fait de poster un commentaire sur un article critiquant le programme du FN ne signifie pas que j’adhère au FN.

       
      Je connais votre rhétorique sur la sortie de l’UE et de l’euro (qui ne la connaît pas ici ?!), laquelle me paraît d’ailleurs tout-à-fait pertinente.


    • Onecinikiou 29 avril 01:50

      @Aimé FAY


      Vous éludez sur le fond de la problématique soulevée par la monnaie commune européenne, problématique éminemment politique qui est structurelle et donc durable, en même temps qu’incontournable. 

      Dans ces conditions peu importe les conséquences de court terme d’une sortie : elles seront toujours préférables à un maintien forcé et contraint (et pourquoi sinon pour des questions purement idéologiques, bien loin d’un principe de réalité qui doit prévaloir en économie) puisqu’en toute hypothèse, quoi qu’il arrive, l’euro explosera tôt ou tard. Et le plus tôt sera le mieux. 

      D’autre part vous postulez que l’euro survivrait à une sortie unilatérale de la France, mais c’est une illusion : il est bien évident que l’euro imposant encore plus de contrainte socio-économique aux pays constituant le sud de l’Europe (Espagne, Italie, Portugal, Grèce entre autre), si la France venait à décider d’en sortir, il ne faudrait pas plusieurs semaines avant que tous ceux-là décident de faire de même. 

      Ce faisant la difficulté que vous soulevez se dissout très largement, puisque si le coût de nos importations avec l’Allemagne augmentait effectivement du fait d’une dépréciation du nouveau F par rapport à la monnaie allemande (ancien € ou nouveau Mark), ce coût diminuerait avec les pays précités puisque leur monnaie nouvellement recrée se déprécierait un peu plus que la nôtre, égalisant par conséquent les inconvénients transitoires d’une sortie de l’eurozone. 

      Sans compter que les gains sur le long terme deviennent incontestables et bien supérieurs, dans la mesure où nos productions locales deviennent immédiatement compétitives vis à vis de notre premier partenaire commercial, qui est aussi celui avec lequel nous partageons le plus gros déficit de notre solde commercial : l’Allemagne. Tout est question de rééquilibrage encore une fois. 

      Il suffit pour se convaincre de la bénéficié d’une sortie, de constater que tous les indicateurs macro-économiques étaient meilleurs du temps où la France jouissait de sa souveraineté politique, monétaire, et économique. 

      Quant à nos importations libellés en $, je suis désolé, mais la dépréciation de l’€ de plus de 25% vis à vis du $ ces derniers années n’a pas eu plus d’effets dramatiques sur nos comptes publics que les années immédiatement précédentes. Donc vous soulevez un faux problème. 

  • Remosra 28 avril 10:53

    SORBONNICOLE  !!!


  • Alex Alex 28 avril 11:12

    Depuis que j’observe la vie économique et politique, j’ai constaté cela :

    1. Les « économistes » sont en général assez bons pour gérer leurs propres économies, et – éventuellement – celles des actionnaires pour lesquels ils travaillent ;
    2. Sur les 40 dernières années, aucun des « meilleurs » d’entre aux n’a été capable de faire baisser le chômage et la casse de notre industrie.
    En revanche, publier une abondante littérature est de mise.

    • Phalanx Phalanx 28 avril 16:26

      @Alex

      Le but de l’économie n’est pas de faire baisser le chômage mais de maximiser le profit des actionnaires.

      Donc un Etat fort qui incite les entreprises a se tenir à carreaux n’est pas forcement une mauvaise chose.

  • mac 28 avril 11:25

    Bof

    Nous faire un lien entre les dévaluations et l’augmentation du chômage qui les suivraient que peut-on en conclure vraiment ?
    Il est tout même rare que l’on procède à une dévaluation quand l’économie d’un pays se porte bien et donc rien d’étonnant de voir le chômage augmenter suite à une dévaluation. La question judicieuse serait de se demander ce qui se serait passé si nous n’avions pas procédé à une dévaluation en 58 ,par exemple.

    Quand aux économistes certains d’entre-eux devraient se montrer un peu humbles tellement ils n’ont pas vu arriver la crise de 2008 ou ils ont feint de la voir arriver par dogmatisme ou peut-être malhonnêteté.

    L’économie n’est pas la physique et si l’un des symboles souvent pris en exemple pour représenter le génie humain s’appelle Albert Einstein et il s’agit beaucoup moins souvent de Milton Friedman et consorts...


  • Lem Civa 28 avril 14:08

    On an bien vu à quel point Hollande, qui pourtant a fait HEC, a été brillant en économie pendant son quinquennat... Les discours sur des variations des « 7 plaies d’Egypte », ça ne prend plus....




  • Taverne Taverne 28 avril 14:51

    Mentir au peuple est une seconde nature chez Marine Le Pen. Le journal Libération relève ses énormes mensonges proférés hier sur TF1.


    • Phalanx Phalanx 28 avril 16:23

      @Taverne

      Libération ? pourquoi pas Pif Gadget ou Piong Yang matin ?



    • mac 28 avril 18:04

      @Taverne
      Parce que les autres ne disent que la vérité, rien que la vérité ?
      Si Libé voit que ce qu’il veut c’est son affaire...Ses propriétaires c’est qui déjà ?


  • Phalanx Phalanx 28 avril 16:21

    Si l’économie était une sciences exacte, nous serions tous riches.


    Pas plus les politiques que les journalistes ne comprennent l’économie, et les experts ne sont pas d’accord.

    On peut vaguement prévoir les effets de courts termes mais pas ceux de longs termes.

    Donc MLP n’a pas plus tord que Macron dans ce domaine, la difference est politique, elle prone la nationalisation et il prone la mondialisation (actionariat étranger)


    L’économie, ca va, ca vient, votre nation, une fois perdue elle l’est pour toujours.

    Le choix est vite fait.

    • mac 28 avril 18:20

      @Phalanx

      Et encore en août 2007, des « experts » nous parlaient de crise derrière nous, on connaît la suite...

      Pour en récompenser certains de leur « clairvoyance », ne les a-t-on pas propulsés à la tête d’une grande institution internationale dont je tairais le nom ?

      Heurseusement que je n’écoutais pas trop certains économistes patentés des médias sinon je n’aurais pas liquidié mes rares actions d’entreprise avant que tout ne plonge. Ils sont parfois carrément là pour nous enfumer...


  • kako 28 avril 23:49

    Je suis surpris que Agoravox n’ait pas censuré cet article ! Depuis quelque temps pour être publié et en bonne place sur Agoravox, il faut faire dans l’anti Macron. Comme Verdi, Fergus etc ... 

    D’ailleurs, pour trouver votre article, il a été nécessaire de descendre assez bas sur la page d’accueil. 
    Mais bon ... Cet excellent article sera surement vilipendé par tous ceux qui espèrent ouvertement ou secrètement, l’élection de la candidate (« du peuple » ...) FN ! Déjà que certains traitent l’auteur de « fat, prétentieux » pour tenter de masquer leur ignorance et leur incompétence sur le sujet. Comme si insulter l’auteur, pouvait gommer les faits ! Or, ils sont là, vérifiables et incontestables. Mais l’auteur est, disent-ils, un dogmatique ; il est économiste mais pas intelligent, car les économistes ne sont pas intelligents (sauf ceux du FN, bien sûr !) et tant d’autres choses. Sauf que ceux qui disent de lui pis que pendre, n’ont aucune compétence dans le domaine ! Cherchez l’erreur ... 

    • Aimé FAY Aimé FAY 29 avril 00:09

      @kako

      "... l’ignorance est mère de tous les maux !" (F. Rabelais (1483-1553)).

      Venir sur Agoravox est un vrai plaisir, bien réel. Quand on veut progresser, il faut savoir se nourrir de tout.

      Rappelons Proudhon quand il écrivait : "Le peuple, incapable encore de juger sainement ce qui lui convient, applaudit également aux idées les plus opposées, dès qu’il entrevoit qu’on le flatte : il en est pour lui des lois de la pensée comme des bornes du possible ; il ne distingue pas mieux aujourd’hui un savant d’un sophiste, qu’il ne séparait autrefois un physicien d’un sorcier." (Proudhon : Lettre à Messieurs les Membres de l’Académie de Besançon. Paris, le 30 juin 1840).


    • mac 29 avril 09:00

      @Aimé FAY
      Votre argumentation me semble assez légère et vos invectives prouvent plutôt que vous êtes à cours d’arguments. Bien sûr des gens comme Jacques Sapir plus ignorants que vous ?


    • mac 29 avril 09:06

      @kako

      Si le nombre d’articles anti- Macron sont plus nombreux ici, c’est probablement parce qu’une grande partie des rédacteurs et des lecteurs de ce site voient clair dans le jeu de Macron et lui sont farouchement hostiles.
      Maintenant si vous voulez du pro-Macron, allumez votre télé, votre radio ou achetez la plupart de quotidiens, ils sont souvent aux mains de ses amis.


    • mac 29 avril 09:11

      @kako
      Les chiffres ne sont pas contestables mais ce que l’on peut en conclure si. Ne mélangez pas tout !
      Quand aux insultes, on commence mal en traitant les gens d’ignorants et ça n’est pas forcément une preuve d’intelligence.


    • Aimé FAY Aimé FAY 29 avril 09:34

      @mac
      Sapir n’a jamais mis les mains dans la graisse. Moi, si ! Durant 30 ans. Je suis un praticien de l’économie monétaire !

      Bon WE. A mardi !


    • mac 29 avril 12:29

      @Aimé FAY

      Justement après avoir mis les mains dans la graisse, prenez un peu de hauteur.
      Praticien de l’économie monétaire c’est un métier ça  ?
      Vos avis sont tellement percutants que vos publications doivent se vendre par millions ?

      Allez Bon WE !


  • izarn izarn 29 avril 09:30

    Utilisation des chiffres n’importe comment :
    -Les importations sans les exportations ne veulent rien dire ! L’augmentation des importations assortie de l’augmentation des exportations, pour une balance commerciale positive indique au contraire un développement de la France, et son insertion dans le commerce mondial des échanges....Ainsi l’Allemagne à augmenté ses importations aussi !

    -Dévaluation corrélée avec chomage, mais cela n’indique rien : Il se pourrait tout au contraire que les dévaluations ont empeché une progression supérieure du chomage. Tout le monde sait trés bien que la dévaluation n’a rien à voir avec le chomage en France, qui c’est surtout développé dans les années 70 avec la politique du franc fort, pour s’accrocher au mark allemand, dans l’optique justement de l’euro ! Cela a entrainé la baisse de compétitivité de nos industries, et par de la le chomage. Sans compter l’immigration massive pour compenser cette abération, déja dénoncée par le PCF de l’époque, non par xénophobie, mais par augmentation du chomage chez les français.

    -Allais a surtout indiqué le délire de la création monétaire par les banques « ex nihilo », fonction réfutée encore par des économistes completement crétins. Cette création monétaire est basée sur le crédit à outrance, qui bien entendu devient nécessaire face à la stagnation du pouvoir d’achat des classes moyennes, et les couts élevés du à un franc fort, un euro fort, calamiteux pour les exportations de certains pays.
    Pour simplifier, la création monétaire« ex nihilo » par le crédit est le répondant d’un euro bien trop fort. Il en est de meme pour le dollar. Le dollar étant fort grace à sa situation de monnaie d’échange, demandé par d’autres puissances, par exemple la Chine....Le dollar fort ne correspondant plus à l’état de l’industrie américaine. Ainsi les USA sont dans la meme situation que la zone euro, c’est à dire en désindustrialisation accélérée !

    CQFD.


  • Zolko Zolko 29 avril 18:34

    @ l’auteur : vos statistiques ne remontent pas assez loin dans l’histoire : 1958 ? pfffff, c’est pour les jeunôts.
     
    En effet, en 1737, le roi Aleksandr de Grêce a dévalué le Drachme de 13% ce qui a fait baisser le chômage de 14% à 3%. Pourquoi ne le mentionnez-vous pas ?
     
    De même, en 1421, le prince Franz-Joseph de Bavière a dévalué le Boarich de 25% (carrément) de qui a fait baisser le chômage de 50% à 1% (ou, carrément aussi, fallait bien ça)
     
    Ou encore, en 878, Oleg le Fol, roi Viking de Norvège, a dévalué le Borzeg de 4% ce qui a fait baisser le chômage de 8% à 7%. Bien que là, je vous l’accorde, la condamnation à la peine de mort de tous les fainéants a peut-être aidé aussi.
     
    Voilà voilà, je ne crois que les statistiques que j’ai inventé moi-même.


  • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 3 mai 21:16

    Je ne sais pas ce qu’à écrit M. Allais, j’espère que la démonstration était plus fournie que la votre. Ici vous ne prouvez rien du tout.
    Vous ne montrez pas de diminution de chômage suite aux dévaluation, ça ne veut pas dire que le dévaluation n’a pas d’effet. Il est tout à fait possible que le chômage aurait augmenté plus vite sans dévaluation. Si vous voulez être un minimum honnête, regardez la vitesse de progression du chômage et non pas le chiffre brut.

    L’augmentation du prix des importations est immédiate.... Ben oui, c’est le principe d’une dévaluation mais on s’en fiche puisqu’on a créé plein de monnaie !!!! Il faudrait à minima vérifier que c’est en taux de change constant mais en plus regarder le niveau des exportations puisqu’on est devenu plus compétitif...

    Paraphrasons François Rabelais (1483-1553) : « L’ignorance est fille de la croyance et mère de tous les maux ».

    On ne saurait trouver plus juste en effet... Il convient se l’appliquer à soi avant de le balancer aux autres.


Réagir