vendredi 14 juillet - par ricoxy

Portrait en miroir

Ne t'en prends pas au miroir si tu as la gueule de travers
(Не пенись на зеркало если крива рожа ; proverbe russe)

 

Le Français type, vu par les hommes politiques

 

On a beaucoup glosé sur les récentes déclarations d'Emmanuel Macron à propos des « gens qui ne sont rien » : « […] une gare, c'est un lieu où l'on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien » (inauguration de la Station F à la Halle Freyssinet pour la "start-up nation" [sic] le 29 juin 2017). Cette déclaration a été perçue comme un signe de mépris envers une grande partie de la population – ceux qui justement ne réussissent pas.

 

Mais Emmanuel Macron ne constitue pas un exemple unique, et le dédain envers le citoyen électeur est devenu une solide tradition chez les hommes politiques français. De Gaulle traitait déjà les Français de « veaux » (depuis, ils sont devenus des vaches à lait). Cela donne une idée du tranquille mépris dans lequel De Gaulle tenait les citoyens.

 

Petit florilège des insultes et injures de la part de la classe politique :

 

1. Les Français sont des cons

 

Georges Frêche : « La politique c’est une affaire de tripes, c’est pas une affaire de tête, c’est pour ça que moi quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents. Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 %, il y en a 3 % avec moi et 3 % contre, je change rien du tout. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse » (cité par The Huffington Post – et autres media, 09.03.2009). Conclusion : il y a environ 95 % de cons en France. Pas étonnant qu'on élise des incapables.

 

Daniel Cohn-Bendit, interviewé par un journaliste. Le journaliste : « Vous avez dit que Sarkozy prend les Français pour des imbéciles ». Cohn-Bendit : « Je n'ai pas dit ça ; j'ai dit que Sarkozy prend les Français pour des cons  » (A2, 18.08.2010, 07 h 50). De l'avis de l'auteur, Daniel Cohn-Bendit n'est pas loin de prendre lui aussi les Français pour des cons (Bendit ?)

 

Hervé Morin interviewé par Oumma . com le 23.10.2010 : Pour ce qui est de l'armée française, je peux vous garantir que les prescriptions, les ordres qui sont donnés, c'est de faire en sorte qu'on évite les dégâts collatéraux.

Oumma : Vous savez que, selon les sondages, les Français sont majoritairement défavorables à l'intervention militaire en Afghanistan.

Hervé Morin : Oui, je sais bien parce que, parce que c'est difficile d'expliquer à des cons...à des...à des...à des hommes et des femmes qui...euh... quune partie de leur sécurité se joue à 7 000 kilomètres de chez eux  !

Des cons ? Des contribuables (qui financent par leurs impôts une guerre stupide et inutile) ? Ou des consommateurs, des concitoyens, des conchyliculteurs ? Va savoir !

 

1 bis. ce sont même des pov'cons

 

Nicolas Sarkozy, en visite officielle au Salon de l'agriculture le 23 février 2008, lança « Alors casse-toi, pov'con ! » à une personne qui avait refusé sa poignée de main en déclarant : « Ah non, touche-moi pas ! Tu me salis ! » Une façon de suggérer que les hommes politiques ont les mains sales ? Il faut en tout cas reconnaître que l'ancien président maîtrisait totalement le langage de la rue.

 

2. Les Français sont des connards

 

Daniel Delomez, maire de la commune d'Annezin (Pas-de-Calais), dépité que Marine Le Pen recueille 38 % des voix pour le premier tour de la présidentielle en avril 2017, avait déclaré « Il est possible que je démissionne car je ne veux pas consacrer ma vie à des connards ». Georges Frêche estimait qu'il y avait 94 ou 95 % de cons ; Daniel Delomez estime qu'il y a 38 % de connards. On progresse, on progresse.

 

Georges Frêche, encore lui, parlant des dons qu'il faisait en tant que président de région : « Je donne des livres gratuits dans les lycées. Vous croyez que les connards me disent merci, ils disent non ils arrivent en retard, comme si c’était ma faute parce que l’appel d’offres n’avait pas marché et que donc il y avait quinze jours de retard dans la livraison » (propos enregistrés en 2008). Mais là, comme il s'agit de jeunes connards, il n'y a que demi-mal.

 

3. Les Français sont des imbéciles

 

Bernard Tapie déclarait en avril 1986 : « La limite des démocraties est que la politique est contrainte d'agir toujours dans le sens de la majorité, alors que la majorité des gens sont des imbéciles ». C'est clair : la majorité des citoyens qui composent la démocratie sont des imbéciles. Pas étonnant, encore une fois, qu'ils élisent des incapables. Vivement le rétablissement de la royauté !

 

4. Les Français sont des ploucs

 

Quant à l'A.F.P., elle attribue au président Sarkozy cette déclaration : « Selon vous, "Mon électorat est populaire, ce sont des ploucs". » (Nouvel-Obs . com, 21.10.2016) [propos démentis par la suite]. Qui, de l'A.F.P. ou du président Sarkozy, pense que les électeurs de Sarkozy sont des ploucs ?

 

L'aspect « plouc » a été rendu par le « gesticule » – pour employer le langage de Coluche – dépassant du slip de l'homme-portrait, rappelant ainsi le « gros dégueulasse » de Reiser. Il est vrai en tout cas que la tenue vestimentaire de certains élus (ceux de La France insoumise, par exemple) rappelle celle des ploucs.

 

5. Les Français ont le sang pourri

 

Témoignage direct  : … habituée à être le centre du motif, l’épouse [Carla Bruni] du président [Sarkozy] crut devoir enrichir sa contribution au débat : si les Français en général manifestaient une déplorable et fâcheuse tendance à l’entre-soi et au repliement frileux, c’était le huis clos de l’endogamie qu’il fallait, d’après elle, incriminer, ce « vieux sang pourri » qui ne se renouvelait pas et, pis encore, refusait de se renouveler. La régénération viendrait de l’apport de sang neuf des populations immigrées, évidence dont il ne fallait pas douter et que l’on devait acclimater, à toute force, dans la tête du retardé global qu’était le prolétaire hexagonal. [...] La diversité n’était plus un processus d’acculturation à la marge librement consenti de part et d’autre, mais une obligation, c’est-à-dire un facteur de déculturation ou, si l’on préfère, d’insécurité culturelle imposé d’en haut à une population de souche à laquelle, à aucun moment, on ne demandait son avis. Etait-ce donc là le prix à payer pour se débarrasser du « vieux sang pourri » qui répugnait tant à la Première dame de France ? (Patrick Buisson, La Cause du peuple). (On a rendu le côté « sang pourri » sur le dessin par une peau d'apparence malsaine).

 

Il y a actuellement à la télévision française une campagne pour recueillir du sang frais pour les transfusions sanguines afin de faire face aux fortes demandes dues aux accidents de la route. Il est donc formellement déconseillé aux Français qui ont un « vieux sang pourri » (les Français de souche) de faire don de leur sang.

 

6. Les Français sont à vomir

 

Henri Guaino, éliminé dès le premier tour dans la 2e circonscription de Paris pour les législatives de 2017, a manifesté son écœurement en déclarant que « l'électorat qui a voté dans ma circonscription à Paris est à vomir ». Il a traité au passage les électeurs de « bobos égoïstes » et de « pétainistes ». Peut-être qu'Henri Guaino a pensé que les électeurs en question avaient trempé leur bulletin de vote dans une solution d'ipéca ? Ou a-t-il la luette délicate ? En tout cas, vous voilà avertis : tous ceux qui ne votent pas pour lui sont des bobos et des fachos. Ils le font gerber.

 

7. Les Français sont des sans-dents

 

« Il [François Hollande] s'est présenté comme l'homme qui n'aime pas les riches. En réalité, le président n'aime pas les pauvres. Lui, l'homme de gauche, dit en privé : 'les sans-dents', très fier de son trait d'humour », avait lâché Valérie Trierweiler. […] « Je lui ai dit [à Valérie Trierweiler] : 'je vois les gens qui viennent vers moi dans les manifestations, ce sont des pauvres, ils sont sans dents'. » (Le Nouvel-Obs . com, 12.10.2016, d'après le livre de V .T. Merci pour ce moment). Voilà qui ne manque pas de mordant de la part d'un soi-disant socialiste.

 

8. Les Français sont des alcooliques et sont victimes du tabagisme

 

Emmanuel Macron, lors d'une visite à Hénin-Beaumont dans le nord de la France le 13 janvier 2017, avait affirmé que «  l'alcoolisme et le tabagisme se sont installés dans le bassin minier ». Les Français sont-ils, d'une part, condamnés à boire du Caca cool, dont on ne saurait que chanter les vertus et les bienfaits, nocifs pour la santé ? Et, d'autre part, E. M. a-t-il fumé la moquette pour affirmer que le tabagisme sévit dans le nord de la France ?

 

9. Les Français sont des illettrés

 

Emmanuel Macron – encore lui – en septembre 2014 avait déclaré qu'« il y a dans cette société (les abattoirs Gad) une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrées  ». Sympa, le mec, pas macho pour un rond ! Ces femmes font sans doute partie des 12 ou 15 % de Français(es) qui n'ont pas eu leur bac.

 

Richard Ferrand a lui aussi été épinglé pour avoir employé son fils quelques mois comme assistant parlementaire en 2014. L’entourage du ministre de la Cohésion des Territoires [sic] a avancé comme argument pour justifier cette embauche suspecte qu’« il n’était pas simple de trouver en Centre-Bretagne un jeune qui sache lire et écrire correctement  ». Madame Belkassem et monsieur Peillon, anciens ministres de l'Éducation dite nationale, ont dû apprécier.

 

10. Les Français sont des fainéants

 

Le 27 mai 2016, alors qu'il était ministre de l'Économie, Emmanuel Macron – encore et toujours lui – à Lunel a vertement critiqué un ouvrier en lui balançant que « le meilleur moyen de se payer un costard, c'est de travailler », le traitant ainsi implicitement de fainéant. Ce à quoi l'homme apostrophé répondit  : « Ça fait quarante ans que je travaille » – soit beaucoup plus que l'âge d'E. M. qui n'avait pas encore quarante ans à l'époque des faits.

 

11. Les Français sont des pauvres et des gens de rien

 

Le 15 octobre 2014, Emmanuel Macron – décidément omniprésent dans ce petit compendium – a avancé que le transport en autocar pouvait «  bénéficier aux pauvres qui voyageront plus facilement ». La France, une nation de pauvres ? Ou veut-on nous déconseiller de posséder un véhicule individuel ?

 

On a signalé plus haut ces paroles du même Emmanuel Macron : « […] une gare, c'est un lieu où l'on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien ». Hé oui, monsieur le Président, tout le monde ne peut pas être né de la cuisse de Jupiter, ou plutôt de la cuisse d'un président « jupitérien ». En tout cas, le lecteur conviendra aisément qu'E. M. est l'homme le plus important du monde, après le pape et Donald Trump.

 

Alain Juppé, lui, envoie balader les Français  : candidat à la primaire de la droite, il a dit sur France 3 (octobre 2016) emmerder ceux qui le jugent trop ennuyeux et conventionnel. C'est agréable de constater qu'un homme politique confond élections et déjections.

 

Quant à la députée Michèle Obono (La France insoumise), elle a signé une pétition en 2012 pour défendre le groupe rap Z.E.P. et sa chanson polémique « Nique la France » au nom de la « liberté d'expression » [sic]. Nous voilà fixés quant aux valeurs qu'elle défend. Français(es), vous êtes niqab-les.

 

Certains hommes politiques ont d'autre part une curieuse conception de la démocratie  : « La démocratie, en soi, reconnaissez que c'est quand même un peu gazeux comme concept » (Pierre Moscovici, entretien avec Natacha Polony). La démocratie réduite à des flatulences ? P.M. a-t-il pété… les plombs ?

 

Lors du référendum de 2005, malgré les 55 % de NON de la France au traité pour la Constitution européenne, une révision de la Constitution française a permis la ratification du traité par la voie parlementaire. En trahissant ainsi la confiance des Français, la classe politique apparaît sans foi ni loi.

Alors quelle solution ? Ne pas voter, ou alors voter blanc ou nul ? Malgré ce, avec 15 ou 16 % des suffrages – un maigre pourcentage – Emmanuel Macron a été élu et s'impose à l'Assemblée ; on pourrait dire qu'il fait figure d'usurpateur. On observe ainsi une constante chez nombre d'hommes politiques : le mépris de l'électeur et du citoyen. Mais on ne s'attire jamais la sympathie des autres en les méprisant car, comme le disait Talleyrand : « Le mépris devrait être le plus secret de nos sentiments  ».

 

Mais, que l'on ne s'y trompe pas. Le portrait dressé plus haut, somme des différentes insultes adressées par les représentants de la classe politique envers les citoyens, apparaît comme un portrait en miroir. La psychanalyse nous a appris que les injures et insultes ne sont en fait que la projection de ce qu'on ne veut pas ou qu'on ne peut pas voir en soi-même. Ce Français con, moche, à vomir, méprisable, C'EST VOUS, hommes politiques, c'est vous – ne vous en déplaise ; c'est sur vous que vous crachez quand vous nous insultez.

 

R. Rongier

 



16 réactions


  • RougePomme RougePomme 14 juillet 12:17

    Micron en a sous le pied au niveau machiavélisme et théorie politique contrairement au Flanby gominé à 9k€/mois qui rêvait d’être pute médaitique
     
    Il essaie à la fois le césarisme et l’industrialisme saint-simonien
     
    c.a.d l’incarnation symbolique de la nation simulâcre (qu’il dépèce en même tps) et le pragmatisme managérial (la révolution de l’efficacité)
     
    « Nous supposons que la France perde subitement ses cinquante premiers physiciens, ses cinquante premiers chimistes, ses cinquante premiers physiologistes… et les cents autres personnes de divers états non désignés, les plus capables dans les sciences, dans les beaux-arts et dans les arts et métiers, la nation deviendrait un corps sans âme, à l’instant où elle les perdrait [...] Mais si la France perdait le même jour officiers, ministres, conseillers d’États, nobles et autres parasites, il n’en résulterait aucun mal politique pour l’État » Saint Simon
     
    L’état ne doit servir que d’opium du peuple (la pensée complexe de Micron). La hiérarchie sociale (citoyenne, politique) doit laisser place à la hiérarchie civile (privée apolitique)
    C’est en qq sorte retour à la féodalité (mais qui avait les corporation), le CSP+ est la petite noblesse, Rothschild la haute noblesse. C’est de l’anti-hégélianisme. Et la fonction privée fait office de fonction politique (social)


    • RougePomme RougePomme 14 juillet 12:35

      Saint-Simon voulait dire qu’il y a une nation productive et une nation improductive (la parabole des abeilles et des frelons).
      Micron ne voit plus une nation, mais un gau de L’UE, un « territoire » du mondialisme, un « hub financier »
       
      De même le saint-simonisme est contre tout misérabilisme, d’où les « illettrés de GAD », Ne peuvent être « sauvés » de la misère que ceux qui peuvent être « formés » (à la production, suivant la théorie de l’industrialisme)
       
      Seulement Saint-Simon aurait surtout parlé des fonds spéculatifs... de Rothschild, de Soros le négrier préféré de La Baudruche qui a volé 1 milliard de livres au anglais souchiens pour en donner la moitié aux colons du mondialisme
       
       
      « Dans le « Crédit d’Etat », Hume résume l’hypocrisie DroitDelHommiste : Il n’y a que dans l’époque moderne, avec sa continuité juridique de la propriété (2 articles) que les capitaux financiers augmentent à l’infini par intérêt et spéculation, ceci sur une période infinie. Le denier placé à la naissance du Christ n’existe plus, éradiqué par les vicissitudes de l’Histoire. En revanche il existe multiplié par 1000, le pfennig placé par le vieux Rothschild, et il grossira pour l’éternité des gogochons internationalistes, sous la gouvernance des Seigneurs du Global State. » Gottfried Feder
       
      « En dernier recourt, mieux vaut succomber avec le bolchevisme qu’être réduit en esclavage avec le capitalisme. » Goebbels
       


    • ricoxy ricoxy 14 juillet 12:57

       
      ► RougePomme
       
      Ça me rappelle un peu ces mots de Frédéric le Grand à propos d’un éventuel enlèvement d’un roi par des banquiers : « Je vois très bien ce que peut faire un roi d’un banquier, mais je ne vois pas du tout ce que peut faire un banquier d’un roi ».
       


    • RougePomme RougePomme 14 juillet 15:30

      @ricoxy
       
      Oui, citation à propos
       
      Mais ce que fait le banquier du roi, c’est un masque !

       
      C’est un grand classique marxiste, la réification du citoyen en branleur du Caddie... et les « fleurs » cachant la lutte des classes. Aussi le Roi sert de potiche dans le décor de la banque, à contempler en HD par le souchien passéiste. Là où Micron est fort, c’est qu’il veut cet affichage (pas normal) , opium de l’ancien peuple, et Hulot est là pour l’opium du people ... le nouveau peuple CSP+ vegan biobio. Et puis y aura peut être au un calife pour le peuple barbu halal etc...
       
      « Car ce n’est que comme catégorie universelle de l’être social total que la marchandise peut être comprise dans son essence authentique. Ce n’est que dans ce contexte que la réification surgie du rapport marchand acquiert une signification décisive, tant pour l’évolution objective de la société que pour l’attitude des hommes à son égard, pour la soumission de leur conscience aux formes dans lesquelles cette réification s’exprime... Cette soumission s’accroît encore du fait que plus la rationalisation et la mécanisation du processus de travail augmentent, plus l’activité du travailleur perd son caractère d’activité pour devenir une attitude contemplative »
       
      Lukàcs, Histoire et conscience de classe


  • roman_garev 14 juillet 14:52

    « Не пеняй », et pas « Не пенись ».


    Le texte exact du proverbe est : « На зеркало неча пенять, коли рожа крива ».

    Mais en fait je ne vois pas de miroir ici, rien que des politichiens qui méprisent et insultent leur propre peuple.
    En Russie ce mépris envers le peuple est exprimé chaque jour du matin au soir par les soi-disant libéraux. Ils sont très, très mécontents du peuple parmi lequel ils sont obligés à vivre et lui souhaitent du péril...


  • ricoxy ricoxy 14 juillet 16:24

     
    J’ai cherché dans ma vieille édition des Мёртвые души ; j’ai été très étonné de ne pas voir ce proverbe. Encore une fois, vous avez raison : c’est bien dans le Révizor, et ma mémoire commence à me jouer des tours.
     


  • Abou Antoun Abou Antoun 14 juillet 16:29

    Bonjour ricoxy,
    Jusqu’à présent je pensais que les Français étaient strictement dans la moyenne pour ce qui concerne les qualités et les travers des populations, je les trouvais ’raisonnablement cons’ (je ne me suis jamais exclu du lot ...).
    Mais les choses ont changé depuis les dernières élections présidentielles et législatives. Pour la première fois, je crois, sur ce forum, je les ai traités d’abrutis. Je ne décolère pas et ne change pas d’avis, même s’ils ne sont certainement pas génétiquement crétins 70 ans de société de consommation leur ont affaibli les neurones.
    J’ai voté pour votre article qui est une excellente compilation mais ma conclusion va peut-être vous surprendre :
    Ils nous prennent pour des cons, et bien ils ont raison, nous en sommes.
    Bien à vous.


    • ricoxy ricoxy 14 juillet 16:42

       
      ► Abou Antoun
       
      Merci pour votre vote positif.
       
      « Ils nous prennent pour des cons, et bien ils ont raison, nous en sommes. »
       
      D’où mon appel à l’abstention ou au vote blanc ou nul. Mais tant que ceux-ci ne sont pas comptabilisés, aucune chance pour nous de manifester notre légitime mépris envers ce dont se gargarisent nozélites : la démocratie ou cratie des mots.
       


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 juillet 21:08

      @ricoxy
      Les Français sont majoritairement des cons, car ils trouvent à juste titre, que depuis 40 ans, leur classe politique est nulle, remplie de faux culs et de dangereux charlatans. C’est pas bien de penser cela de si valeureux serviteurs de la démocratie au service du peuple... !


      Et en plus, ces cons le font savoir massivement sur Internet et les réseaux sociaux, puisque les sans dents n’ont pas voix au chapitre dans les médias presstitués....

      Ils l’ont fait savoir aussi aux élections, en votant pour 9 candidats qui exprimaient diversement leur ras le bol : Mélenchon, Hamon, le Pen, Arthaud, Poutou, Cheminade, Asselineau, Lassalle et Dupont Aignan.

      Et les scores ajoutés, cela fait : 55, 9% des votes exprimés ! Une horreur ! En plus de critiquer leur classe politique qui le mérite amplement, voilà que ces cons sont majoritaires !

    • ricoxy ricoxy 15 juillet 11:28

       
      ►Fifi Brind_acier
       
      Après le semblant de démocratie des votes (blancs, nuls, abstentions, votes de protestation), il semble que la seule alternative valable soit la révolution. Mais d’ici à ce qu’on prenne les armes... il coulera beaucoup d’eau sous les ponts.
       


  • UnLorrain 14 juillet 23:12

    « j’ai voté Mitterrand je suis un con » : écrit sur une pancarte a l’occasion de l’élection,ou réélection ma mémoire vacille,de F. Mitterrand,un mec vu a la TV.

    CAD qu’une molécule,un globule,de socialisme,et de la vous versez immanquablement dans la connerie.


    • ricoxy ricoxy 15 juillet 11:24

       
      ►UnLorrain
       
      « j’ai voté Mitterrand je suis un con »
       
      Je crois, hélas, que cela s’applique à tous les électeurs, quel que soit le candidat pour qui il a voté.
       


  • ELAA 15 juillet 22:45

    Personnellement, c’est surtout l’esprit de collaboration et de conformisme qui m’étonne dans notre pays... Et ça date pas d’hier ! Nous sommes un pays qui se préoccupe d’être « à la mode »... cela me rappelle cette anecdote sur l’uniforme des soldats français pendant la guerre de 1870 avec son pantalon rouge si... visible, mais bon, pas grave puisque c’est la classe ! Et son casque design dernier cri, quand les Prussiens faisaient appel à des médecins pour concevoir les leurs.

    Et comme la mode est au néo-libéralisme pur et dur... Mais bon, la mode fatalement se démode (non ?)

    il suffit d’acheter quelques sondages et pouf pouf, le troupeau suit ce qui semble être le choix du plus grand nombre. Même pas la peine de faire appel à Bernays ou autre ingénirie sociale, c’est franchement trop facile... même pas drôle !

    Alors du respect de la part des affreux ? Pour quoi faire, franchement ?


  • FreeDemocracy 20 juillet 16:12
    bonjour,

    effectivement votre article tend à confirmer ce que vous prétendez dénoncer.

    il est tout à fait évident que vous n’avez procédé à aucune vérification...

    toutes ces citations ont un CONTEXTE et le verbiage utilisé est méprisant c’est certain mais sans le contexte ça ne sert strictement à rien... aucun effort de votre part.... 

    concernant les illettrés de GAD pourquoi MACRON a dit cela ? cela faisait référence au permis de conduire et à l’une de ses réformes....

    Idem concernant la remarque sur l’alcoolisme, avez vous cherché quelle région de France était effectivement la plus consommatrice d’alcool ? non même pas alors sachez que c’était le Languedoc Roussillon en 2010...

    et rien que de lire daniel cohn bendit j’ai eu une éruption cutanée.........

    bref... ni fait ni à faire 


Réagir