jeudi 23 février - par PRCF

« Pour le Frexit progressiste, pour une France Franchement Insoumise à l’UE brisant l’étau des manigances et de la fascisation »

entretien avec Georges Gastaud secrétaire national du PRCF.

Alors que l’on est désormais à moins de 70 jours du premier tour de la , , porte-parole national du PRCF décode la situation politique actuelle, et appelle les travailleurs à l’action auprès du PRCF, dans un qu’il a accordé à la rédaction d’Initiative Communiste.

Initiative Communiste : Comment le PRCF regarde-t-il les dynamiques politiques que dessine l’actuelle campagne électorale ?

Georges Gastaud : Tout d’abord, la vigilance antifasciste et antiraciste doit s’exercer en permanence. Le ressentiment que suscitent le bilan honteux de Hollande et la nauséeuse affaire Fillon ne peut que nourrir la démagogie du FN. Des millions de Français de milieu populaire (47% selon certains sondages) ne « savent pas encore pour qui voter » et nous ne sommes pas à l’abri d’une énorme surprise, y compris au 1er tour. Attention, amis et camarades, car de plus en plus la nature fascisante du projet FN s’affiche crûment comme l’annonce le glacial slogan « la France en ordre » brandi par le « rassemblement bleu marine ». D’autant que MLP tend ouvertement la main aux députés LR en les invitant, sur ce thème menaçant pour le mouvement ouvrier et pour la jeunesse populaire, à former une majorité de gouvernement. Or Fillon réagit à la concurrence FN en soutenant aveuglément « la police », alors que de vrais républicains devraient condamner sans appel les actes barbares commis contre Théo et Aminata.

Et pour cause, tous ces faux patriotes ne rêvent que de mater la CGT, que de quadriller militairement les quartiers populaires, que de « gouverner par ordonnances » pour dézinguer les libertés syndicales, couper court aux « parlotes » parlementaires, brider les quelques médias indépendants qui subsistent tant bien que mal (comme l’a fait Bolloré), museler l’internet, et j’en passe.Les progressistes qui, ici ou là, mégotent sur la candidature Mélenchon au lieu d’ouvrir les yeux sur la galopante fascisation en cours, doivent ouvrir A TEMPS les yeux sur les dérives, non seulement de certains états-majors politiques, mais d’une bonne partie de l’opinion, y compris de l’opinion ouvrière déboussolée : rien d’étonnant à cela alors que depuis près de trente années, l’appareil du PCF se fait gloire d’avoir abandonné l’idée, et plus encore, la pratique du « parti d’avant-garde » éclairant les consciences et l’action populaire sur la base du marxisme-léninisme !

D’autant que la fascisation ne concerne pas que le FN, qui en constitue la pointe émergente. Sans épiloguer sur les pratiques liberticides de Valls/Cazeneuve (1000 procès politiques en cours contre les manifestants CGT du printemps 2016, état d’urgence à perpète, tentative d’interdire des manifs inter-confédérales, 49-3 à répétitions…), il faut regarder de près le programme des « LR » : Fillon est si « thatchérien », si revanchard par rapport aux conquêtes du CNR et de la Révolution française, qu’il ne pourra jamais se déployer sans le renforcement sans précédent de l’Etat policier. Quand on enverra en taule les gosses de seize ans (puis de quatorze ans ? puis de dix, comme dans les sacro-saints « Pays anglo-saxons »…), quand un citoyen sur 100 en âge d’être incarcéré croupira en taule chez nous comme c’est déjà le cas dans la « libre » Amérique d’Obama et de Trump, qu’aurons-nous obtenu d’autre qu’un mixte détonant de dictature policière et de poudrière sociétale ?

Il faudrait aussi parler de Macron. Il est incroyable de voir tant d’intellectuels effrayés par Le Pen et Fillon se jeter aveuglément dans les bras de cet enfant gâté des banques, des médias et de l’oligarchie mondiale. Cet individu a ouvertement déclaré le cursus électoral indispensable jusqu’ici pour briguer la présidence ; comme Fillon il veut sabrer les dépenses publiques hormis celle de la police et de l’OTAN ; comme Le Pen, il cultive le slogan « ni droite ni gauche » cher aux fascistes de toutes les époques ; comme eux, il dissimule son programme de casse sociale (une loi Travail puissance 10 !) ; s’asseyant par avance sur les obligations de la fonction présidentielles, il court à Berlin s’adresser en anglais à l’élite européenne dans le cadre d’une élection française, et il prétend rassembler le peuple sur le charisme dégagé par son avantageuse personne : en quoi Macron serait-il « moins pire » que Fillon ? En quoi d’ailleurs cet ex-ministre des finances de Hollande, ex-commis de Rothschild, qui a donné des milliards d’euros publics au MEDEF, est-il plus « moral » qu’un candidat LR qui, certes, a minablement gavé ses proches d’argent public, mais en dilapidant des sommes bien plus modestes que celles du « pacte de responsabilité » cher au MEDEF ?

Attention, car à notre époque la fascisation n’emprunte plus seulement les habits usurpés de la Nation (« front national »), de la République (les « LR ») ou de la « laïcité » (Valls), elle peut prendre aussi le visage, non moins violent, d’une euro-mondialisation néolibérale cachant une énorme violence antipopulaire derrière des envolées « christiques » et des gadgets sociétaux d’apparence « libérale-libertaire » : en clair, Macron est l’homme d’un gigantesque plan d’ajustement structurel, celui qu’exige l’UE atlantique pour dissoudre définitivement la France de 1789, de 1905, de 36 et de 45 dans les « eaux glacées du calcul égoïste » dont parlait Marx !

Initiative Communiste : comment la campagne électorale française s’inscrit-elle dans les enjeux internationaux actuels ?

Georges Gastaud : Un énorme danger est sciemment occulté dans cette campagne électorale : d’Obama à Trump, la politique de guerre du bloc euro-atlantique contre la Russie ne cesse de se durcir. Des armes et des soldats américains affluent en Pologne et dans les très russophobes Etats baltes. En Ukraine les hostilités appuyées par l’UE-OTAN ont repris contre le Donbass. Or, à l’iniverse de Mélenchon, les Fillon, Macron et autre Hamon soutiennent l’OTAN. Hamon, que des plaisantins présentent comme un nouveau Jaurès, est d’accord à la fois pour un gouvernement de la zone euro (donc pour un pas supplémentaire dans la dissolution de la France dans l’Europe allemande) et pour accorder 2% du PIB français aux dépenses d’armement dans le cadre d’une « défense » européenne intégrée au sein de l’OTAN. En clair, pour remettre à Berlin et à Washington les clés de la force nucléaire française dans le cadre d’une confrontation hyper-dangereuse avec la Russie. Il est inimaginable que donc, la question de la guerre et de la paix ne soit pas plus centrale dans la campagne européenne. Savoir si Valls ou El Khomri seront ou non soutenus par Hamon aux législatives est certes une question importante, mais clamer haut et fort qu’aucun rapprochement avec un parti, le PS, qui est engagé jusqu’au cou dans la marche à la guerre continentale, est encore plus décisif pour que se développe le soutien populaire à une France franchement insoumise à l’UE/OTAN. Comment d’ailleurs sortir de l’OTAN sans sortir en même temps de l’UE, voilà une question que nous posons très fraternellement aux « Insoumis » qui sont pour négocier avec la première alors qu’ils veulent sortir d’emblée de la seconde ? Or l’UE a signé un « partenariat stratégique » avec l’OTAN, si bien qu’il serait illogique de sortir de l’une sans sortir aussitôt de l’autre ! Les dirigeants du PCF qui font campagne en sous-main pour rabattre la candidature Mélenchon vers Hamon et le PS (au nom d’une « union de la gauche » sans contenu) doivent d’autant plus être questionnés sur cette question : comment un parti qui se réclame de Jaurès et de la Colombe de la paix, à défaut de se reconnaître encore dans Lénine, peut-il chercher désespérément l’alliance avec un parti « socialiste » qui affiche fièrement sa double allégeance à l’UE et à l’OTAN ? Le PCF-PGE actuel a bel et bien tourné le dos à la campagne que mena Jacques Duclos en 1953 contre la C.E.D. pour stopper le réarmement de l’impérialisme allemand dans le cadre de l’OTAN !

Les communistes qui, pour cause de divergences électorales, refuseraient de faire campagne ensemble contre la guerre impérialiste qui vient à l’occasion de cette présidentielle hors-sol, porteraient aussi une lourde responsabilité, d’autant plus que politique de guerre et euro-austérité sont directement liées. Des crédits pour l’emploi public, la protection sociale, le logement, la santé, l’éducation, pas pour provoquer le peuple russe ! Souvenons-nous de la dette que nous avons tous, communistes, non-communistes et même anticommunistes, à l’égard du peuple russe. C’est le Général De Gaulle qui, en 1966, déclarait lors de son voyage historique à Moscou : « les Français savent que la Russie soviétique a joué le rôle principal dans leur libération ».

Initiative Communiste : Quelle appréciation le PRCF porte-t-il sur la campagne de Jean-Luc Mélenchon ?

Georges Gastaud : Le PRCF maintient sans frilosité son soutien « critique, mais dynamique et constructif » à la candidature Mélenchon. Tout en diffusant prioritairement aux entreprises son propre programme de « Frexit progressiste », de nationalisations démocratiques et de rupture révolutionnaire avec le capitalisme, le PRCF appelle les vrais communistes à s’y mettre tous ensemble et en même temps : il faut contrer les manigances conjointes du PS et de l’appareil du PCF-PGE pour « prendre en sandwich » la candidature Mélenchon, faire place nette au PS, sauver l’ « union de la gauche » en faillite, fermer l’espace euro-critique à gauche (qu’ouvre la position de J.-L. M., « l’UE, on la change ou on la quitte ! »), rejeter au second plan la question de la guerre et de l’OTAN, tout cela dans le but de sauver à la fois le PS et le Parti de la gauche européenne dont P. Laurent est le vice-président. Pour ces deux appareils vassalisés par l’UE, l’objectif est de sauver les députés sortants PCF et du PS – y compris cette majorité de députés PS qui ont tout voté : Traité de Lisbonne, Loi El Khomri, CISE et Pacte de responsabilité, contre-réforme hospitalière, contre-réforme du collège, et qui comme Hamon, persistent dans la politique néocoloniale et social-impérialiste caractérisée de Hollande-Fabius-Ayrault en Libye, en Ukraine, au Mali ou en Syrie.

En tant que marxistes, nous voyons et nous disons depuis le début les limites de la candidature Mélenchon. Quand il le faut, nous disons haut et fort nos critiques léninistes sur le « mouvementisme » de Mélenchon, sur la question de l’électronucléaire, sur la nécessité absolue de reconstruire un parti communiste de combat dans notre pays ; et nous ne cessons d’enfoncer le clou : la classe sociale décisive à laquelle il faut s’adresser, sans bien entendu sacrifier les classes moyennes, c’est la classe ouvrière  : la question centrale est en effet celle du rapport capital-travail, du produire en France, de la lutte contre l’euro-austérité, des services publics, des retraites et de la Sécu ; et pour cela, il faut ouvrir sans frilosité le débat sur le Frexit progressiste et sur la défense de la paix. C’est ainsi que Mélenchon se démarquera décisivement de Hamon qui est un chantre de l’UE et de l’OTAN et qui préfère à la ré-industrialisation du pays une sorte d’assistanat généralisé que paieraient en définitive, non pas les capitalistes, mais les travailleurs déjà surexploités. Quel mépris pour la jeunesse que de lui proposer, en réalité, une situation analogue à celle de la plèbe romaine : du pain et des jeux disait-on à l’époque, « revenu de base pour tous et légalisation du cannabis », lui propose aujourd’hui le « novateur » Hamon alors que, pour prouver ce qu’ils savent faire, s’accomplir dans la Cité, devenir des acteurs de l’histoire, les jeunes aspirent dans leur masse à travailler pour changer le monde et la société : ils en ont grand besoin tous deux !

C’est sur cela que nous intervenons à la porte des usines et c’est à cela que devraient s’appliquer des militants communistes dont le rôle ne peut pas être de ruminer ad vitam aeternam sur l’absence de candidature PCF. D’abord parce que jamais dans cette campagne une candidature authentiquement communiste n’a clairement été sur la table, celle de Chassaigne n’ayant jamais eu d’autre but que, selon ses propres termes, de « faciliter le rassemblement de toute la gauche ». Ensuite parce qu’aujourd’hui, l’inaction et la rumination ne conduisent à rien d’autre qu’à faciliter par omission, non pas une candidature PCF qui n’a jamais été autre chose qu’un élément transitoire de pression sur le PG et le PS, mais une candidature PS qui torpillerait l’une des rares choses positives qui puisse sortir de cette élection biaisée : que le PS soit dépassé sur sa gauche par une force euro-critique, même inconséquente ; le pire étant qu’au final, avec l’aide de l’appareil du PCF-PGE – qu’il est de plus en plus surréaliste de prétendre « remettre sur les rails du combat de classe » – l’aile Macron et l’aile Hamon de la social-démocratie aidées par Laurent réussissent leur mission au service du capital : écraser la gauche insoumise, parachever le discrédit du mot « communiste » en classe ouvrière, préserver le primat de la social-démocratie provisoirement divisée sur le camp populaire, enterrer la problématique euro-critique à gauche… tout en abandonnant à l’extrême droite, qui le dévoie, le thème de l’indépendance nationale !

Dire tout cela ne nous rend pas une seconde irresponsable à l’égard des législatives. Dans notre lettre ouverte à JLM, nous avons proposé haut et fort que la France insoumise retire ses candidatures face aux PCF sortants. Non pas parce que, sauf quelques exceptions, comme celle du successeur de Georges Hage dans le Nord, ces députés se seraient comportés en révolutionnaires (ils ont voté comme un seul homme l’état d’urgence liberticide, qui a ensuite servi à museler notre peuple), mais parce que mettre des « insoumis » face aux sortants PCF ne peut que faire élire… le PS ou la réaction déclarée.

Pourquoi diable, et nous le répèterons jusqu’à ce que certains soient obligés de répondre, ne pourrions-nous dire tout cela ensemble et en même temps à la porte des usines ? La « concurrence libre et non faussée » entre groupes communistes doit-elle empêcher une campagne communiste commune sur un programme communiste commun ? Doit-elle empêcher d’appeler les travailleurs à mettre la pression sur cette élection bourgeoise délétère pour les appeler à engager sans retard le combat de classe pour l’emploi, les salaires et les services publics ? En 2017, alors que nous allons fêter le 100ème anniversaire de la Révolution prolétarienne d’Octobre, comment se réclamer de Lénine et ne pas s’unir dans l’action, sans s’enfermer dans le PCF socialo-dépendant, pour aller ensemble aux usines et créer la dynamique nécessaire pour reconstruire un véritable parti de classe  ? Cela nous devons le faire PAR NOUS-MEMES, nous autres militants franchement communistes, sans nous défausser de notre responsabilité (et de notre attentisme !) sur les insuffisances de la « France insoumise » dont les limites de classes sont objectives. C’est au contraire si nous, les « rouges », passons devant avec notre programme, si nous intervenons ensemble sur le lieu décisif : non pas tweeter et les hologrammes (si indispensable que soit l’utilisation des technologies nouvelles), mais l’usine et l’entreprise, que nous pourrons transformer la France insoumise en France Franchement Insoumise (FFI !) à l’UE, à l’OTAN et au capitalisme ! Donc, ne pleurnichons pas sur ce qui n’est pas, agissons sur ce qui peut advenir si, tous ensemble et en même temps, nous « montons au paquet » comme on dit en Ovalie !

http://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/pour-le-frexit-progressiste-pour-une-france-franchement-insoumise-a-lue/



34 réactions


  • Pseudonyme Pseudonyme 23 février 10:23

    « Pour le Frexit progressiste, pour une France Franchement Insoumise à l’UE brisant l’étau des manigances et de la fascisation »

    VOTEZ LEPEN !


    • Michel Maugis Michel Maugis 23 février 16:49

      @Pseudonyme


      Mais toujours soumise au Grand Capital !!!
      c’est ce qui vous intéresse !!!

  • Alpo47 Alpo47 23 février 10:33

    Ce n’est strictement jamais en insultant « fascistes ... racistes » ses adversaires politiques que l’on convainc de quoi que ce soit.
    Le fascisme, il est déjà très largement en place. Quand au crédo de l’extrème gauche « les frontières ouvertes, tout le monde peut venir... », c’est un repoussoir pour la plupart des Français.
    Le communisme qu’il soit marxiste, trotskiste, ou autre, ne convainc plus que quelques instits barbus réunis au bistrot du coin.

    Alors ? Les éléments qui constituent le problème ne peuvent pas faire partie de la solution.


    • Michel Maugis Michel Maugis 23 février 17:04

      @Alpo47


      Je ne vois pas en quoi le marxisme qui explique totalement la situation actuelle ferait parti du problème ?

      Ah oui, c’est vrai, le thermomètre fait toujours parti du problème de la hausse de la température !

      que suis je bête,

  •  
     
     
     
    « PLUS DE TRAITE NÉGRIÈRE, POUR PLUS DE RUistes, qui financeront les RSAistes ! »
     
     
    Ben Mamon, bobo costume dans un café islamiste ouvrier
     
     
     
     
     


  • Tall Tall 23 février 10:53

    Toujours pas un mot sur l’immigration chez les cocos ... 

     
    Normal ... allez donc expliquer l’utilité de quitter l’UE si c’est pour garder les frontières ouvertes
    Problème ...

    • Pseudonyme Pseudonyme 23 février 12:36

      @Tall
      Un peu comme mettre un bouchon sur une bouteille qui fuie ... une rustine sur la selle d’un vélo ... un cataplasme sur une jambe de bois ... bref comme être communiste au XXI éme siècle.... ca sert à rien ... comme l’UE, l’ONU, Macron ...


    • Michel Maugis Michel Maugis 23 février 16:55

      @Tall


      et toujours pas un mot du Tallisme pour essayer de réfuter les propos du PRCF

      Le gaullisme on sait ce que sait !!! pourvu que ça dure, le principal est de faire croire que l’on a une culture politique.

    • Michel Maugis Michel Maugis 23 février 16:56

      @Michel Maugis


      Le Tallisme on sait ce que c’est, bien sûr.

      la correction automatique joue des tours.

    • Viriato 23 février 17:18

      @Tall
      Comment cela ?

      Je suis immigré depuis 38 ans.
      Sortir de l’UE ? Pour quoi faire ?
      Le problème ce ne sont pas les institutions bourgeoises internationales mais la politique bourgeoise nationale, celle du patronat par le biais de ses relais politiques.
      En tout cas, Mélenchon ne gagnera pas, probablement Marine le Pen non plus, et Macron je ne pense pas.
      Autrement, soit MLP, Macron ou Fillon, il faudra manifester contre le programme Fillon qui appliqueront ces trois là. C’est cela l’avenir, pas les élections.
       Marine jettera un peu plus de poudre aux yeux et s’attaquant (à la Trump) aux immigrés au tout début, mais elle appliquera le plan Fillon contre tous les salariés, vous compris.
      Macron pareil, Fillon, n’en parlons pas.
      Vous n’avez pas pigé cela ?
      Alors, pour se compter, pour se regrouper, pour donner un sens politique (même insuffisant) au mouvement de rue qui va déclencher le plan des capitalistes, mieux voter Mélenchon.
      Qu’il n’est pas bon ? que ce n’est pas exactement ce qu’il faut ? Il n’y a rien d’autre....pour nous les travailleurs (immigrés ou ’de souche’ ou de demi souche ou quart de souche ou huitième de souche ou naturalisés ou sans papiers, bref, les travailleurs qui produisent la richesse des capitalistes français).
      Parce que vous pensez que Marine ? Philippot voulez-vous dire ? C’est encore la droite, c’est encore le capitalisme, ce sera fondamentalement le plan Fillon.

    • Tall Tall 23 février 17:35
      Aucune gauche n’est applicable dans l’UE des lobbys.
      Et là je suis d’accord avec les communistes > Frexit, et vite !

      Mélenchon va perdre son temps en espérant « socialiser » Merckel, mais bon, si ça ne dure que quelques mois, ce n’est pas grave.
       
      Marine a bien un programme de centre-gauche, pourquoi le nier ?
      On peut dire de tout le monde qu’il va mentir, c’est trop facile

      Par contre, pour ceux qui ont déjà eu le pouvoir, là on a évidemment déjà une référence

      Mais Mélenchon et Marine ne l’ont pas encore eu
       
       
      Perso, j’aimerais bien une finale Mélenchon - Marine
       
      L’ennemi, c’est Fillon ( européïste zélé ) ... je crois que Macron va se déballonner
       
      Je suis sceptique sur le « plafond de verre », l’adversité est faible


    • Viriato 23 février 17:52

      @Tall
      Centre-gauche ? C’est quoi ça ?

      Elle, qui vient, comme son père d’une très vieille tradition de droite, mieux, d’extrême-droite, deviendrait de ...quelque chose d’indéfinissable (style Hollande, Bayrou, Macron), de « centre-gauche » de ceux qui ont toujours appliqué non seulement le programme des capitaliste mais aussi des américains à l(international ?
      Vous vous faites des illusions... c’est votre droit, remarque, mais il faut dépasser l’âge mental d’un enfant. La réalité est qu’elle a un « programme » pour gagner les élections et après...ce sera le programme Fillon.
      Regardez avec qui elle s’entoure, qui sont ses ’conseillers’ (il y a quelques uns très récemment arrivés et ils viennent tous...de la droite, naturellement) qu’elle est sa traditions (non seulement sa tradition catholique intégriste) mais sa tradition politique tout le long de l’histoire française : de droite, avant monarchiste, pétainniste, poujadiste.
      Ces gens-là...étaient de centre gauche (quoi que puisse signifier ce ’concept’ fourre-tout qui ne veut plus rient dire) ?
      Soyez sérieux, regardez la réalité en face : Marine fera comme les autres, elle suivra, avec des nuances le programme « nécessaire au redressement de la France » c’est à dire, le programme des capitalistes, le programme Fillon, pour nous les immigrés qui avons fait la richesse de la ’France’ capitaliste il y aura un remerciement brutal peut-être et peut-etre avec quelques inflexions à l’international, mais cela Fillon le promet aussi.
      Marine c’est le capitalisme à la dure, Fillon aussi, Macron aussi.
      Pourquoi ? Parce c’est une Nécessité pour la bourgeoisie.
      Devant cela nous devons nous positionner, réagir, le contrer. Tout le reste est littérature.
      Ah ! J’oublié, nous tous, les salariés de souche et immigrés ensemble.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 07:12

      @Tall
      Ce qui est prévu, c’est une finale des mondialistes avec Macron, et le FN qui servira comme d’habitude d’épouvantail à moineaux, pour faire élire Macron la finance...

      - Caseneuve : « Avec le FN, les dégâts seront irréparables »

      - Challenges : le vrai coût d’une sortie de l’euro"


    • Louve Louve 24 février 07:20

      @Fifi Brind_acier


      Si Cazeneuve le dit c’est que c’est vrai ! smiley 

      Marine vient de marquer 10 points de plus avec ça. 

      Au fait, Nigel Farage, après avoir refusé un groupe parlementaire avec le FN, a dit que dorénavant il supportait Marine Le Pen dans sa future victoire à la présidentielle. 

      Sans rancune Nigel !

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 10:35

      @Louve
      Nigel Farage ou Trump n’ont pas la même histoire que le FN en France ! Le FN prend racines dans l’antisémitisme du 19e siècle, la collaboration avec les nazis et l’OAS ! L’extrême -droite n’a amené en France, que des divisions, du sang, des larmes et des emmerdements.


  • Bartneski bartneski 23 février 10:59

    Qu’ils dégagent tous ! https://youtu.be/H2Z9vDBlfrg


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 février 11:41

    Je n’arrive pas à comprendre pourquoi le PRCF lie systématiquement le Frexit avec un programme communiste ? La sortie de l’ UE concerne les Français bien au delà des Communistes. 55% ont voté NON au Traité de Lisbonne en 2005, ils n’étaient pas tous communistes, ou ça se saurait...


    Le Frexit est un acte législatif, qui relève du Droit International. Depuis 1969, tous les Traités internationaux doivent prévoir une clause de sortie. Pour sortir de l’ UE c’est l’article 50. C’est le droit de chaque peuple à sortir de Traités qu’il juge nocifs.
    Il n’y a pas de sortie de droite ou de gauche de l’ UE, il y a une sortie législative de l’ UE. Point.

    C’est la suite qui peut varier, selon ce que décideront les Français.
    Si les Français veulent ensuite une société communiste, ils voteront massivement pour le PRCF aux législatives qui suivront la sortie de l’ UE. Où est le problème ?

    • Michel Maugis Michel Maugis 23 février 16:08

      @Fifi Brind_acier


      SI les français veulent une société communiste ?


      C’est quoi ? C’est comme si vous posiez la question aux esclaves de l’antiquité s’ils voulaient une société capitaliste ?

      Au sens de Karl Marx, vous êtes Fifi un communiste.

      J’apprécie beaucoup tous vos commentaires.

      En ce qui me concerne j’ai décidé de voter comme le dit le PRCF, quoique j’ai de la sympathie pour François Asselineau, Mais il ne pourra hélas être candidat, car il est impossible de penser qu’il recevra les 500 signatures indispensables. A moins que la droite le lui donne, juste pour nuire à une victoire de Mélenchon. Dans ce cas, tout est possible pour une victoire de l’un ou de l’autre par un ralliement de l’un à l’autre...et son désistement conséquent.

      Un programme communiste, est un programme qui prend en compte la réalité et les circonstances pour réussir dans le bon sens, celui de l’histoire.

      comme le fit le PCF avec de Gaule. Pourquoi pas avec Asselineau ?

      L’heure est à un programme franchement communiste c’est à dire franchement ANTI OTAN.




    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 février 18:54

      @Michel Maugis
      Qui vous dit qu’ Asselineau n’aura pas les 500 signatures ?
      Un programme franchement communiste peut faire 55% des voix aujourd’hui ?
      Le PCF faisait 30% des voix à la Libération, au sommet de sa gloire.


      Petit retour en arrière : Programme du Conseil National de la Résistance.
      C’est un programme de consensus.

      Signataires du programme : du PCF et de la CGT à la Droite la plus conservatrice.
      Le programme ne contenait aucune proposition communistes : pas de référence à la dictature du prolétariat, ni à la propriété collective des moyens de production.
      Sinon, seuls le PCF & la CGT l’aurait signé.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 février 19:31

      @Michel Maugis
      Vous n’avez pas compris l’histoire des parrainages...
      C’est une obligation inscrite dans la Constitution, pour éviter les candidatures farfelues.
      Et pour assurer une semblant de démocratie pluraliste.


      On ne demande pas aux Maires qui les accordent, d’être d’accord avec le programme du candidat, mais de dire s’ils pensent, au vu de son CV, s’il est capable de diriger le pays. Ce qui n’est en aucun cas une approbation de leur programme.

      Beaucoup de Maires ruraux n’ont pas d’étiquette politique, ou s’ils en ont, ils ont parfaitement compris que la mort des communes et des départements était programmée, au profit des euro-régions. Et que l’austérité imposée par l’ UE, diminuait sans cesse leur dotation budgétaire.

      Ce qui pose problème c’est la publication des noms des Maires, les chantages et les pressions faites sur eux par les Partis dominants.


    • Michel Maugis Michel Maugis 23 février 20:32

      @Fifi Brind_acier


      Je souhaite qu’il les ait, ces parrainages.

      Car la chose deviendrait très très intéressante, dans le sens d’un possible accord entre ceux que l’ai nommés. 

      François Asselineau au Quai d’Orssay ? ça serait pas mal.

    • doctorix doctorix 23 février 21:23

      @Michel Maugis

      En premier Ministre ce serait parfait.
      Mais Mélenchon doit encore faire un petit effort pour atteindre le programme UPR, qui est parfait.
      Je pense qu’il va s’en rapprocher encore.

    • Michel Maugis Michel Maugis 24 février 01:14

      @doctorix


      Premier ministre ? Pourquoi pas.

       Mais je le vois mieux en ministre des affaires étrangères,

      Il faut avouer que s’il recueille les parrainages alors cela serait une catastrophe pour la bien pensance Otanesque, 

      Il serait imposible pour Mélenchon ou Asselineau d’être présent au 2ième tour et impliquerait donc le désistement de l’un en faveur de l’autre pour la victoire certaine de l’un d’eux.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 07:16

      @Michel Maugis
      Ils pourraient aussi s’allier avant ! Mais Mélenchon ne cite jamais le nom d’Asselineau tout en siphonnant une partie de son programme !


  • alinea alinea 23 février 12:39

    Bien d’accord avec tout ça.
    Bon, Mélenchon est bien au courant des « divergences » entre la FI et le PS ; sortir de l’OTAN, principalement.
    J’ai lu récemment un article qui disait combien Trump était contre l’UE, combien Bruxelles avait le trouillomètre à zéro ; si cela s’avère, non seulement vrai mais actif, sortir de l’UE sera une partie de rigolade !
    En ce qui concerne les candidats FI contre les PC pour la députation, je ne saurais me prononcer ! Le PC ne s’est pas conformé jusqu’ici à une politique qui puisse laisser penser qu’eux élus, ils ne feront pas corps avec le PS !
    En tout cas j’espère qu’il n’y a pas que votre groupe déterminé et actif au sein de la FI ; la démocratie ne peut fonctionner que de cette manière ; le consensus ramolli en est la mort, le suivisme, la négation !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 février 19:09

      @alinea
      C’est quand les europathes ont le trouillomètre à zéro qu’ils sont les plus dangereux, ils jouent leur survie ! Ce n’est pas en 2 mois qu’ils vont lâcher le morceau, la preuve avec Macron, baudruche de la finance gonflée à l’hélium... 


      C’est l’ UPR qui a le programme économique et social le plus proche de celui de Mélenchon.
      L’UPR est favorable à des alliances sous certaines conditions :
      - Un programme social conséquent.
      - Priorité à la sortie unilatérale de l’ UE & l’euro par l’article 50.
      - Pas de politique « caméléon », où chaque responsable tient des discours différents, suivant le lieu et l’auditoire.

  • andromerde95 23 février 14:24

    les gauchos du prcf défendent la racaille des banlieues (lumpenprolétariat) contre le prolétariat que la racaille agresse et fait chier... d’ailleurs la racaille casse et brûle les biens des prolos en ce moment.



    et arrêtez d’utiliser le terme « fasciste » à tout va, à force le mot perd de son sens et n’a plus aucun impact. 

    • Michel Maugis Michel Maugis 23 février 16:31

      @andromerde95


      Quel terme faut il attribué à Sarkonazy ?
      Il a fait pire que HITLER !!! Sarkonazy est un fasciste de merde, et Hollande une ordure de merde
      Ce sont des fascistes !!!!!!



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 février 19:16

      @andromerde95
      Le FN non plus ne veut pas sortir de la construction européenne !
      Programme du FN 2017.

      Au milieu de tas de mots gaullistes pour appâter le chaland, on découvre que l’ objectif est un projet européen.  


      Le même problème se pose pour le FN que pour tous ceux qui veulent changer les Traités (ils sont légion !) c’est :
      combien de pays européens sont d’accord avec les propositions de changements du FN ?
      Si vous n’en n’avez pas 100%, vous pouvez remballer vos projets ! 

    • Louve Louve 23 février 21:25

      @Michel Maugis


      Le fascisme ce n’est pas ça. En outre, Mussolini recherchait une cohésion sociale et nationale en Italie, chose que n’ont pas faite Sarko et Hollandouille. Ils sont donc bien pires que des fascistes. 

      Ils n’ont pas de figure ! 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 07:20

      @Louve
      Vous avez raison, le FN est juste un Parti leurre créé par Mitterrand, pour diviser la Droite, puis pour salir tout ce qui touche à la souveraineté par ses propos racistes, xénophobes et islamophobes !
      Le FN va être diabolisé pour faire élire Macron.
      « Le FN, l’épouvantail médiatique au service du système »


    • Louve Louve 24 février 07:25

      @Fifi Brind_acier


      Le FN n’est certainement pas xénophobe car il respecte la souveraineté de tous ses frères Européens. 

      Quant au racisme, si être contre l’immigration c’est être raciste... On a quand même le droit de dire que l’immigration est un échec d’intégration. Non ? 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 10:38

      @Louve
      On a le droit de le dire, mais pas d’en faire un fromage ! L’immigration est régie par des textes européens. Sans sortie de l’ UE, vous pouvez toujours attendre....


  • capobianco 23 février 18:36

    PRCF

    « Quand il le faut, nous disons haut et fort nos critiques léninistes sur le « mouvementisme » de Mélenchon, sur la question de l’électronucléaire, sur la nécessité absolue de reconstruire un parti communiste de combat dans notre pays ; »

    Pourriez vous préciser le sens de cette phrase ? Ex ; la critique léniniste sur le mouvementisme.

    D’autre part, vous soutenez la candidature de JLM, aussi ne pensez vous pas que par soucis d’efficacité, l’urgence à 2 mois du vote, serait de populariser le programme de la FI ou au moins les points essentiels que vous approuvez ?


Réagir