samedi 15 avril - par Alain Renaud

Pourquoi l’uniformité menace le monde

Chacun s'accorde à reconnaître que le spectacle de la diversité des hommes, des animaux et des choses nous apporte un bonheur immense

Cette diversité se manifeste partout.

 

La mer, les montagnes, les plaines, les fleuves caractérisent les pays. La diversité des animaux, des insectes aux mammifères, est stupéfiante.

La variété des couleurs, des tailles, des cultures, des traditions, des vêtements, des habitations, de l'espèce humaine constitue également une richesse inestimable de notre planète.

 

Aujourd'hui cette diversité universelle, est en danger. Elle est menacée de disparaître.

Mais cette menace est loin d'être seulement écologique. Elle est surtout politique, idéologique. Elle est due à la folie des hommes. Sans que personne ne s'en rende compte.

 

Seule la menace de destruction des espaces naturels a commencé à alerter les citoyens du monde. Face à une urbanisation mondiale et incontrôlée, à une démographie galopante des pays les plus pauvres, à un développement économique d'abord libérateur, mais devenu nocif de par les nuisances pour la santé qu'il entraîne, une réaction a commencé à voir le jour.

Mais elle se manifeste bien davantage chez ceux qui ont déjà atteint une certaine aisance. Elle n'est pas une priorité des pays pauvres ou émergents.

Tout comme la démocratie d'ailleurs.

 

Les Européens qui critiquent ces nations ont oublié les enfants qui travaillaient dans les mines de charbon en Angleterre au XIXe siècle et qu'ils ont mis des siècles avant de parvenir à une démocratie plus factuelle que réelle.

Néanmoins, même des pays aux grandes métropoles hyperpolluées commencent à s'inquiéter d'un phénomène qui pourrait devenir nocif à leur population, mais restent trop souvent indifférents aux menaces qu'ils font courir à l'étranger de par leurs propres investissements polluants, à l'image d'usines chinoises au Vietnam par exemple.

 

La diversité des animaux est elle également fragilisée par l'intrusion de l'homme dans le processus naturel de reproduction à partir du moment où, jouant à l'apprenti sorcier, il se permet de croiser des espèces ou même d'en créer de nouvelles selon son bon plaisir. Elle est encore davantage menacée par l'éradication d'espèces entières qui ne bénéficient plus d'espace naturel suffisant pour se reproduire. 

Les hommes ne se rendent plus compte qu'ils font également partie des êtres vivants et des animaux, et que leur supériorité technique ne leur donne pas le droit d'éliminer d'autres espèces qui, in fine, se ferait à leurs dépens.

 

Cette diversité des espaces naturels, des êtres vivants, des animaux, elle se manifeste aussi chez les hommes. Leurs couleurs, leurs traits, leurs traditions, leurs ethnies, leurs cultures, leurs histoires sont différents.

Cette diversité représente la richesse du monde. C'est ce qui fait que chacun espère que tous les enfants du monde sauront se donner la main.

 

Pourtant, depuis que la révolution des moyens de transport et de communication a permis aux hommes de se rapprocher, ce qui semble un phénomène heureux, cette diversité humaine est en danger.

 

La mondialisation et la globalisation apportent aussi l'uniformité et là où on pouvait penser que le monde ne serait plus qu'un village, on s'aperçoit qu'il peut devenir en réalité une poudrière, un village séparé entre bourgs où l'on s'affronte violemment d'une rue à l'autre. 

Car la mondialisation produit aussi la mixité. Et la mixité, si elle se produit à grande échelle, est l'opposé absolu de la diversité.

 

Si tous les hommes se mélangent, deviennent métis, ils se ressemblent tous et l'uniformité règne sur la terre. Fini l'arc en ciel des couleurs, des ethnies, des traditions, des cultures. Plus d'Asiatiques, d'Africains, d'Européens, d'Américains. Plus de Chinois, de Français, de Turcs, d'Arabes, d'Indiens ou de Chiliens.

Partout la même population.

Peut-être tous avec une seule religion : l'Islam, le Judaïsme, le Christianisme, le Bouddhisme, l'Hindouisme…, ou l'absence de religion : le laïcisme, le paganisme, l'épicurisme, le communisme, le libéralisme… ?

 

Le paradis enfin sur terre ?

 

Ou l'enfer ?

 

Mais n'est-ce pas, insidieusement, ce que nous propose un grand nombre de politiques aujourd'hui, en Europe essentiellement ?

Plus de Français, plus d'Européens, ou plutôt des Français ou des Européens qui n'en auraient plus que le nom.

Et cette orientation ne provoque-t-elle pas ces mouvements populistes, qu'ils soient régionaux ou nationaux, condamnés par ces mêmes politiques sans en rechercher et comprendre les causes ?

 

Défendre son moi, son être, sa culture, ses traditions, son histoire, est-ce être fermé aux autres ou est-ce, bien au contraire, le seul moyen de reconnaître, de comprendre et d'accepter l'autre, de dialoguer avec lui ?

 

La paix du monde ne se fera pas par le mélange des hommes, mais par le respect de leur identité et de leur culture.

 

La diversité du monde est sa richesse et son bonheur.

 

Elle doit être protégée, car elle est la condition de la paix.

 



8 réactions


  • Sozenz 15 avril 13:25

    je pense à mon avis que vous vous trompez en disant que la disparition de la diversité sous toutes ses formes ne met pas en alerte les humains .
    Je pense au contraire que tous les voyants de cette alerte sont dans le rouge .
    Nous sommes en train d atteindre un dépassement de la limité autorisée . une sorte d over dose
    Il y a une sorte de course vers la Mort et à la fois vers la Vie .

    En tout cas vous ne pouvez pas dire que l homme n’ est pas alerté . vous l’êtes . ce qui démonte que nous ne sommes pas tous inconscient ...
    et seconde chose . je ne sais pas si vous connaissez les grands mouvements collectifs , ou inspirations ou intuitions collectives ( on y croit ou on n y croit pas .. mais procédez a des statistiques et vous tomberez sur une certaine probabilité de ce que je dis , alors que ceci est applicable depuis des millénaires . .
     


    • Alain Renaud Alain Renaud 15 avril 18:18

      @Sozenz Pour ce qui est de l’écologie, il y a bien une prise de conscience générale. Mais, il me semble que c’est déjà nettement moins vrai pour les animaux, et très peu perceptible chez les humains, du moins chez la plupart des politiques et intellectuels de ce qu’on appelle l’Occident.


    • Sozenz 16 avril 02:12

      @Alain Renaud
      il y a possiblement une différence entre ce qui est presentée et ce qui est pensé, chacun voulant garder sa place au chaud , largant gentillement le problème aux suivants , ils savent que sils l ouvrent , soit ils auront des menaces ( s ils n en ont pas déjà eu ) soit ils se font ejectés et sont grillés partout => tout le monde ferme sa gueule et crie amen ; soit ils sont exclus et deviennent des parias .


    • Alain Renaud Alain Renaud 19 avril 11:26
      @Sozenz Votre analyse est, malheureusement, parfaitement exacte dans le cadre de ce qu’est devenue la France aujourd’hui.
      Dans une société en réalité fermée aux débats et, plus encore, à la liberté réelle, et non seulement apparente, raison de plus de choisir le camp des exclus et des parias.
      Les parias d’hier seront les libérateurs de demain.
      Les Résistants qui étaient considérés comme des terroristes durant la Seconde Guerre mondiale sont considérés aujourd’hui comme des héros.
      Ce qu’ils ont toujours été.

  • mmbbb 15 avril 13:31

    Macron est un chantre du mondialisme Desormais les centres villes ont les marques franchisées Hormis l ’architecture c est en effet une meme homogénéité Le problème n’est pas nouveaux Bela Bartok s attacha à répertorier les chants populaires de son pays avant que ceux ci ne disparaissent Chante t on encore dans nos campagnes La culture populaire a ete effacée d autant plus que le monde intellectuel francais renia nos traditions jugées quelque peu arriérées C’est pour cela que les gens voyagent , retrouver dans certains pays ce que l on a détruit chez nous mais paradoxe plus les gens voyagent plus les pays perdent de leur authencité et le touriste avide de nouveauté se comporte parfois comme ses anciens aieux par exemple au Vietnam du nord ou ces femmes portant des anneaux au cous sont l objet de curiosités malsaines comme le furent les noirs pendant les expositions universelles de 1900 Comme au Nepal ou le treck intensif a desormais detruit la fragile structure sociale du pays Par ailleurs l usage jadis intensif du bois et la polution par les déchets ont mis a mal les paysages
    Quant a la diversité biologique, ce sera l hécatombe d ici quelques années Pourquoi reprocher aux Africains ce que nous avons fait : la fragmentation des territoires qui fragilisent les ecosystèmes .


    • Alain Renaud Alain Renaud 15 avril 18:33

      @mmbbb. Bien d’accord avec vous pour Macron. Vous résumez bien la problématique. Même l’architecture des tours est plus ou moins identique partout désormais. Quant aux voyages, quel intérêt y aura-t-il a découvrir d’autres pays si on y trouve les mêmes paysages et la même population que chez soi ? C’est cette raison qui fait réagir de plus en plus de personnes, en particulier en Europe, dont la richesse repose sur la diversité et qui est aujourd’hui la plus menacée, en particulier au niveau de ses traditions, de ses cultures et de ses populations. Une espérance.


    • microf 16 avril 22:14

      @Alain Renaud
      Pourquoi les Européens réagissent-ils négativement á la question de l´immigration alors qu´il est le peuple qui a le plus immigré dans les autres continents ?.
      Il ya des Européens qui ont immigrés dans dans tous les continents et sont aujourd´hui Américains, Canadiens, Sud-Américains, Australiens, Néo-Zélandais, et mêmes Africains.
       Dans le cas de l´Europe, la nature a horreur du vide, la population d´origine Européenne est en baisse dans tous les pays Européens, comment va faire l´Europe pour se regenérer ?.


    • Alain Renaud Alain Renaud 19 avril 11:35
      @microf Sans une politique nataliste et d’abord un retour de la confiance, il n’y a pas d’ espoir.
      Pour ce qui a trait au migrations des Européens, seuls certains ont été concernés. Par ailleurs, cette immigration s’est faite au dépens des populations autochtones.
      Les Européens auraient pu apporter leur avance technologique sans pour autant exterminer les autres, comme les Français l’ont fait au Canada, contrairement aux Anglais.
      Ne répétons pas par une immigration massive de peuples étrangers l’erreur que les Européens ont faite à la suite d’explorations et de découvertes qui, elles, étaient des initiatives heureuses.

Réagir