vendredi 24 février - par REMY Ronald

Prêts toxiques escroquant les communes : Un candidat pourra-t-il mettre fin au plus grand scandale financier de l’histoire ?

Le débat électoral a été squatté par la honteuse affaire Fillon. Des sujets sensibles sont scandaleusement censurés par les partis. Notamment les énormes scandales au sein du système bancaire. Un immense degré de corruption pourrait être la cause de ce silence. La censure du débat sur ce grave sujet peut entraîner une perte de légitimité des résultats électoraux, voire entraîner une révolte violente des citoyens. Pourquoi les contribuables français doivent-ils continuer à payer avec leurs impôts jusqu’à 360 milliards d’intérêts abusifs, pendant que la classe dirigeante maintien les banques voyous dans l’impunité totale ? Y compris en se goinfrant parfois sur les fonds publics ?

Pour faire gagner du temps aux lecteurs, je rermplace mon habituel bla-bla rédactionnel en soumettant à la discussion ce communiqué de presse ayant l'avantage de clarifier la position électorale de votre serviteur. Certes, ce communiqué va indisposer certain "patriotes" ayant un choix électoral complètement différent, je le comprend et je respecte. D'autant que "l'extrême centre" que nous sommes censés représenter a toujours indisposé les divers courants éclatés de ce que certains appellent le "centrisme mou". Mais il permettra enfin le débat citoyen sur ce dossier. Il brisera peut-être l'omerta imposé par notre classe politique largement déconsidérée.

VLC (Vaincre Le Chômage, collectif électoral des chômeurs, des précaires et des victimes de l’administration) félicite les équipes de François Bayrou, François de Rugy et d’Emmanuel Macron de s’être alliés à l’occasion des élections de 2017. VLC invite d’autres écologistes, centristes, gaullistes-sociaux et républicains de progrès à faire de même.

VLC attire l’attention sur la nécessité

1°) d’améliorer le mode d’élaboration des futurs textes et communiqués de l’alliance.

2°) de compléter l’ébauche de programme commun en cours d’élaboration, notamment

==> avec la représentation des usagers dans les conseils d’administration des services publics (pour permettre moins de gaspillages ou d’injustices)

==> avec l’encadrement des banques pour limiter les activités spéculatives, interdire les prêts à taux variables abusifs et faciliter la création d’emplois.

 

VLC tient à informer les actuels et futurs membres de l’alliance que des maires de communes escroquées par les taux variables toxiques de 20 à 40% vont choisir un candidat s’engageant à restaurer le remboursement bancaire des intérêts abusifs (premier remboursement de 18 milliards d’Euros ordonné par deux décisions jurisprudentielles (8 février 2013 et mars 2014) et par le Conseil Constitutionnel (29 décembre 2013). remboursement bloqué par le gouvernement Hollande avec la complicité du Parlement (vote du Sénat le 23 avril 2013 et de l’Assemblée Nationale le 24 août 2014). A défaut de trouver un candidat moralement crédible soutenant le remboursement des collectivités territoriales spoliées (via multiples crédits sur 20 ans au profit des banques condamnées), ces élus de droite et de gauche désigneront leur propre candidat à la présidentielle.

 

Si vous connaissez des élus soutenant vraiment cette mise aux pas éthique des banques, contactez-les, contactez leur entourage, afin qu'ils rajoutent enfin dans leur programme officiel quelques engagements (ou au minimum quelques promesses mensongères...) là dessus. Quant aux élus et candidats partisans de l'omerta, de la censure sur cet immense scandale, dénoncez-les vivement. Pas de quartier ! Tous virés !

 

NB / Un extrait de quelques sources que je vous invite à compléter, à réactualiser, pendant cette web-discussion :

Le Monde du 8 Mai 2012 et du 11 janvier 2014.

Le Canard Enchaîné du 27 août 2014.

Libération du 5 janvier 2014.

Etc.

(utilisez également les liens, plus pratiques)

Je vous invite aussi à voir l'excellent documentaire "INSIDE JOB"

Un film hélas trop partiel concernant les contrats de prêts arnaques eux-mêmes (jusqu'à 5.000 dollars d'intérêts pour un emprunt de 950 dollars !). Mais cette vidéo très bien faite démontre l'incroyable degré de corruption bancaire aux etats Unis et en Europe. Les Clinton et Obama n'en sortent vraiment pas grandis.

 



32 réactions


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 24 février 09:47

    C’est le même « scandale financier » que celui des dettes d’état qui ne servent qu’à rémunérer des fonds privés, banques et fonds de pension américains.


    Ces endettement s sont organisés pour faire perdurer un système qui se mord la queue et serait déjà mort s’il n’avait reporté sur d’autre l’insolvabilité des investisseurs qui prêtent de l’argent qu’ils n’ont pas pour percevoir des intérêts immédiats.

    C’est de la cavalerie à l’échelle de la planète.

    Ceci n’est pas une découverte pour vous, j’espère ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 11:35

      @Jeussey de Sourcesûre
      C’est le Trésor américain ( Timothee Geithner) et 5 ou 6 grosses banques qui ont dérégulé la finance .
       « Le Trésor US accusé d’avoir vendu le monde aux banquiers »

      « A la fin des années 1990, les hauts fonctionnaires du Trésor américain ont conspiré en secret avec une petite cabale de gros bonnets du secteur bancaire pour tailler en pièces la régulation financière dans le monde entier.  »

      Il s’agit de Bank of America, City Bank, Chasse Manhattan, Goldman Sachs et Merril Lynch


  • baldis30 24 février 09:51

    Excellent article mais je ne crois pas un seul instant en l’existence d’un grand nombre d’élus se lançant dans l’affrontement avec les banques et leurs actionnaires.

    Trop d’arrangements sont plausibles et la seule solution possible est la nationalisation des banques. 
    Que bruxelles le veuille ou ne le veuille pas, que merkel le veuille ou ne le veuille pas, que lagarde le veuille ou ne le veuille pas par légèreté coutumière ... ! Que draghi, ancien de goldman-sachs le veuille ou ne le veuille pas !

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 11:28

      @baldis30
      Ben si, l’ UPR ! C’est l’article 123 du TFUE qui impose aux Etats et aux Collectivités locales d’emprunter au marché et aux banques, avec intérêts .


      En sortant unilatéralement de l’ UE & de l’euro, il est possible d’arrêter la spirale de la dette. Il faut pour cela remettre en place le rôle de la Banque de France, et ses prêts à taux 0%.
      Michel Rocard dévoile le pot aux roses !

    • baldis30 24 février 18:30

      @Fifi Brind_acier
      bonsoir,

      Rocard dévoile quelque chose ...

      Pour moi Rocard, Giscard , Nanard ... tous des tocards au vu des résultats ...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 19:58

      @baldis30
      Ecoutez ses explications quand même, il parle de la Banque de France. Si vous voulez comprendre pourquoi Rocard et les autres ont trouvé « moderne » d’emprunter aux banques, il faut lire une petit livre bien instructif : « Les Evangélistes du Marché » de Keith Dixon. Comment les économistes de l’école de Chicago ont manipulé les leaders d’opinion pour qu’ils vantent les mérites de TINA.

      "Les « think tanks » sont des organisations politiques se donnant comme but de propager les vues néo-libérales auprès des « opinions » gouvernementales et « populaires ». A savoir :

      1/ Lutter contre les idées keynésiennes de gestion tripartite de l’économie (Etat, entreprises, syndicats) ; lutter contre toute prétention de l’Etat à intervenir dans l’organisation du marché économique. L’« interventionnisme » y est dénoncé comme la source des tous les maux que ce soit du chômage ou de l’inflation. L’Etat est, selon eux, par essence, « totalitaire ».

      2/ Défendre l’idée d’un marché économique libérale s’auto-régulant. C’est la réactualisation de la « main invisible » d’Adam Smith.

      Ces « Instituts » et autres « Offices » ont pour origine commune la volonté de sortir du « consensus keynésien » de l’après-guerre (von Hayek est l’un des « pères » de ce « mouvement »).(...)


  • Alpo47 Alpo47 24 février 10:02

    Pour répondre à la question de l’auteur : Encore faudrait-il trouver un candidat que le veuille.


    • rogal 24 février 10:41

      @Alpo47
      Un candidat qui le veuille ? Pas de problème, ça se trouve aisément. Un président qui le fasse une fois élu ? Encore une histoire de cocus. Ah ! les ennemis de la Phynance...


  • rugueux 24 février 11:38

    Le scandale c’est surtout que des élus, supposés gérer la chose publique en bon père de famille, principalement de gôche comme l’inénarable bartolonne aient cru bon de souscrire des prêts à taux variable non capé, en francs suisses avec une indexation sur le cours du blé à Chicago et de la température à Vladivostok...

    Après ces ânes crient au voleur contre les banques...C’est trop facile, ce n’est pas les banquiers qu’il faut mettre en prison dans ce cas mais les élus incompétents et ignorants...Quand on aspire à diriger une commune , ou une région un minimum de savoir, de compétence, de bon sens et de mesure sont nécessaire...Toute chose faisant défaut à ces élus qui ont ruiné leur administrés...C’est même à se demander s’ils n’ont pas été récompensés pour avoir souscrit de tels prêts...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 11:43

      @rugueux
      C’est même à se demander s’ils n’ont pas été récompensés pour avoir souscrit de tels prêts...

      On peut se poser effectivement la question ?? Qu’ils soient au PS ou à l’ UMP, ils sont tous pour l’Europe des banksters, alors quoi d’étonnant ?
      « Le complot de Goldman Sachs »


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 11:39

    La finance et les néo cons va- t- en guerre sont en panique et ont décidé de faire la peau à Trump.
    Cela aiderait bien la France, si elle retrouvait sa souveraineté, que ce soit Trump qui gagne sur le « marais », qui est plutôt un marigot...


  • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 24 février 11:52
    Le scandale c’est avant tout que des élus corrompus ou incompétents aient signé plus ou moins en connaissance de cause ces contrats de prêts destinés à financer leurs gabegies ...

    Trop facile de s’en prendre aux seuls banquiers ...

    QUELLES SANCTIONS POUR LES ELUS ?

    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 24 février 12:04
      La formidable gestion de la région Poitou-Charentes  smiley



    • REMY Ronald REMY Ronald 24 février 12:42

      @Sharpshooter - Snoopy86
      Merci pour votre lien sur l’exemple de la Poitou Charente. Bien que ce ne soit pas le pire exemple (d’autres collectivités locales comme l’Ain ont vu leurs taux grimper en folie furieuse jusqu’à 40%), il démontre que ces crédits arnaque à la racine de la fameuse crise des « subprime » aux USA, a envahis toute l’Europe. Pour les internautes et montrer la complexité vicieuse du système d’arnaque qui a grugé des milliers d’élus de bonne foi, majoritairement intelligents et non corrompus, je cite un extrait de votre texte :
      "...un prêt de 15 millions souscrit en 2007 auprès de la Deutsche Bank, présenté comme étant à taux fixe et classé A1 dans la charte Gissler. Sauf qu’après effet de l’instrument de couverture, il devient... F6 ! En 2012, son taux a atteint 18,64%".


    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 24 février 17:11
      @REMY Ronald

      Ce qui signifie simplement que l’emprunteur n’a pas lu son contrat .

      Quand on est de bonne foi et compétent on ne s’arrête pas à la simple présentation verbale.

      Si dans une entreprise le dirigeant ou le directeur financier signe ce genre de truc, il est viré sans préavis ni indemnités

      Combien d’élus ont-ils été virés ? Combien de ponctionnaires territoriaux ?

      En Poitou-Charentes le vice-président PS en charges des finances n’a démissionné ( tout en gardant son siège de conseiller régional ) qu’après que ses camarades lui aient trouvé une autre sinécure.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 19:59

      @Sharpshooter - Snoopy86
      Les clauses sont certainement formulées de telles manière que même des gens avertis n’y comprennent que couic...


    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 24 février 22:34
      @Fifi Brind_acier

      Si un directeur financier ne sait pas lire un contrat de prêt, ce n’est pas un directeur financier :->

      Osons dire les choses, le problème tient essentiellement à la médiocrité non seulement des élus locaux, mais aussi à celle des cadres qu’ils embauchent par connivence idéologique ou clientélisme

  • Kanok Kanok 24 février 14:45

    Il est où le système de management de la qualité dans l’état français ? Pourquoi personne n’envoie des directives, des modes opératoires ... ? 

    Pourquoi un maire ne reçoit-il pas une formation par un économiste lorsqu’il est élu (vu la complexité des marchés) ?
    Existe-t-il a Bercy une entité spéciale chargée d’emprunter sur les marchés sans spéculer et en raisonnant de manière intelligente ? 
    Existe-t-il une « Hotline » dédiée par l’état pour aiguiller les maires ? 
    Je pense que la plupart des hommes politique cherche à bien faire mais qu’ils sont embourbés dans des prises de décision trop complexes. C’est le problème de la verticalité j’en conviens mais ils suffiraient qu’un groupe d’économiste du CNRS passe 1 année à établir des modes opératoires pour que les choses aillent dans le bon sens.

    Merde ils savent pourtant qu’emprunter à cofidis pour aller manger au restaurant c’est complètement stupide alors pourquoi ils dépensent notre argent sans se soucier de tout ça ... 
     

    • REMY Ronald REMY Ronald 24 février 19:57

      @Kanok
      et @Titi
      Bonjour.
      « Conseils familiaux, directives administratives, modes opératoires, formation spécialisée, entité spéciale, Hotline dédiée, groupe d’économistes du CNRS, etc. », peuvent effectivement aider à éviter de tomber dans des pièges contractuels.
      .
      Mais le plus simple,
      ne serait-il pas d’interdire certains type de prêts ?
      D’interdire très précisemment les prêts à taux variable ?
      Le plus simple ne serait-il pas de condamner tout contrat léonin ne respectant la loi française prévoyant expressément le fameux TEG ?
      .
      Les 270 communes ayant gagné leur procès ont utilisé cette fameuse loi sur le TEG (absent des contrats à taux variables, car incalculables au moment de la signature).
      .
      Le gouvernement de Hollande a du faire modifier la BONNE loi française du TEG (via mobilisation de la majorité de gauche à l’époque au Sénat puis à l’Assemblée Nationale) pour casser rétroactivement la décision des Tribunaux, donner tort aux communes spoliées et donner raison aux banques spoliatrices. Incroyable.
      .
      Aujourd’hui cette BONNE loi française a été remplacée par l’esprit de la loi américaine qui stipule « en gros » qu’un contrat signé doit être appliqué quoiqu’il arrive, quelqu’en soit le contenu crapuleux.

      Demain, il ne faudra voter que pour des candidats s’engageant à recadrer sérieusement les banques. Même si NewYork n’est pas d’accord.
      A+
      Cordialement.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 20:05

      @Kanok
      Parce que l’ Europe a été construite spécifiquement pour le bonheur des banques et des multinationales, et que les Gouvernements que nous avons eu après de Gaulle, trouvaient ça vachement bien ! C’est Pompidou qui a fait voter en 1973 la loi Giscard qui permettait d’emprunter au marché et plus à la Banque de France.

      C’est devenu l’article 104 dans le Traité de Maastricht, et l’article 123 dans le TFUE.


  • lloreen 24 février 15:48

    Pour votre information.
    Le 26 janvier 2015, un collectif canadien (COMER) a obtenu l’annulation de la loi Rothschild (1973) dans le silence assourdissant des médias.
    http://actualiteevarsistons.eklablog.com/la-loi-rothschild-a-ete-annulee-au-canada-a-quand-la-france-a114893644


  • lloreen 24 février 16:04

    L’escroquerie de la dette remonte à 1930 après la crise financière qui a vu la faillite des Etats-Unis.
    La solution trouvée par les escrocs de la haute finance internationale, propriétaire de la FED dès 1913 a été de gager les salaires et la productivité future du peuple américain au profit des escrocs de la haute finance.s citoyens américains en garantie.Ils ont prêté de l’argent au gouvernement américain en comme paiement de la dette. C’est la véritable source du capitalisme et c’est la raison pour laquelle les gens sont obligés (obligation) de travailler pour rembourser l’argent que les banques prêtent aux gouvernements. C’est le New Deal de Roosevelt en 1933.
    C’est Mandell House qui a exposé l’arnaque dans des documents privés du président W. Wilson.

    « Très vite, chaque américain aura l’obligation d’enregistrer sa propriété biologique dans un système national conçu pour surveiller les gens et qui opérera selon l’ancien système de gage.

    « Avec une telle méthodologie, nous pouvons obliger les gens à se soumettre à notre agenda, ce qui aura un effet pour notre sécurité comme remboursement de notre monnaie de singe fiduciaire. Chaque Américain aura l’obligation de s’enregistrer ou de souffrir de ne pas pouvoir travailler pour gagner sa vie.

    « Les américains seront nos biens meubles et nous posséderons l’intérêt garanti sur eux à jamais au moyen du droit des affaires dans la combine des transactions garanties. Les Américains, en nous livrant les connaissements à leur insu et sans le vouloir seront réduits à la faillite et à l’insolvabilité pour rester à jamais des esclaves de l’imposition garantie par leur gage. »



    • REMY Ronald REMY Ronald 24 février 18:15

      @lloreen
      Bonjour.
      Mon humble niveau d’expertise financière et d’histoire économique m’incite à plutôt évoquer, pour une meilleure compréhension) 1933 et le Glass-Steagall Act (ou Banking Act de 1933 ) aux États-Unis signé par le président Franklin D. Roosevelt, par lequel sont instaurés notamment :

      1°) l’incompatibilité entre les métiers de banque de dépôt et de banque d’investissement (dans l’objectif évident ---mais aujourd’hui complètement disparu--- de limiter les nuisibles conséquences des débordements spéculatifs)

      2°) le système fédéral d’assurance des dépôts bancaires (incroyablement remis en cause par nos banques en 2017 sans que les partis en campagne n’en dise un seul mot ! )

      3°) le plafonnement des taux d’intérêt
      On n’arrive même plus à obtenir aujourd’hui la sécurité des dépôts au delà de 10.000 € en cas de faillite d’une banque, comme on n’est pas arrivé à limiter les taux variables abusifs)

      .
      Ces innovantes, indispensables et incomplètes protections des usagers a grandement agacé les milieux bancaires. Au milieu des années 70 les banques les ont largement contournées. La loi est finalement abrogée sous l’administration Clinton, le 12 novembre 1999 par le Financial Services Modernization Act.

      .
      Le film documentaire « INSIDE JOB » démontre brillament le mécanisme de corruption gouvernementale par les grandes banques sous Bush, Clinton puis Obama.

      .
      Après la crise dite « des subprimes » (terme inadapté inventé par les Goebels de la haute finance coupable), une organisation incroyable a été mise en place : on peut l’imager en disant que tous les renards coupables (et enrichis par cette crise) sont nommés à la tête du poulailler bancaire américain. Cauchemardesque.

      .
      Résultat, le système spéculatif est relancé à une échelle encore supérieure via les fameux... CDO. Le montant des seuls CDO spéculatifs émis de manière exponentielle correspondait en mars 2016 à 12 fois le PIB mondial (899.940 milliards $). Si l’un de vous a le montant de janvier 2017, il doit surement être Dantesque.

      .
      Avec cet immense système de Ponzi légallisé par la Fed, une catastrophe encore plus grande (annoncée par le FMI) est mathématiquement assurée dans quelques années. Et aucun parti n’en parle pendant cette campagne. Désespérant.

      .

      Comment botter le cul à certains de nos politiciens aveugles (ou corrompus) et recadrer une bonne foi pour toute le système bancaire international ?
      D’autant que la division éventuelle de l’Europe en 28 Etats « patriotes » vulnérables arrangera la haute finance qui pourra spéculer encore plus sur chacune des monnaies « patriotes » nationales et affaiblir encore plus chacun des pays isolés, avec ou sans nationalisation (DEXIA et le Crédit Lyonnais sont déjà nationalisées. Des banques européennes et américaines l’ont été aussi à la suite de la crise des subprimes (via notre brillant système des profits privatisés et des pertes nationalisées). Je parle donc d’un projet de réglementation consensuelle avec systême solide de contrôle, d’un nouveau Glass-Steagall Act amélioré, européen puis international, votable par les Macron et Mélenchon de tous les pays soucieux d’ordre bancaire.

      .
      Ce site permettra t-il un grand débat inter-sites avec la mise en place d’un web-atelier public sur ce sujet pour palier la bizarre et scandaleuse omerta des partis ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 20:09

      @lloreen
      En France, ce qu vous dites est faux, depuis 1801 l’Etat empruntait à la Banque de France à taux 0%.

      Voici l’évolution de la dette publique (Etat + Collectivités locales) avec et sans le Traité de Maastricht.
      Si nous n’étions pas dans l’ UE, la dette serait anecdotique.


    • lloreen 24 février 20:14

      @REMY Ronald
      Ce dont vous parlez est le vernis de façade et vous ne remettez nullement la dette en question alors que c’est la plus gigantesque arnaque planétaire et qu’elle a pris corps en 1933 aux Etats-Unis en gageant les américains. Depuis ce temps, le système s’est étendu à tous pays du monde par la mise en place des banques centrales et on peut compter sur les doigts de la main les quelques pays qui ont échappé à la règle. Surprise, la fédération de Russie est comprise dans le lot ainsi que l’Islande depuis leur révolution pacifique de 2009.
      http://www.alterinfo.net/Souverainete-monetaire-l-Islande-va-creer-son-propre-argent_a122390.html

      Depuis ce temps, la une partie de la dette hypothécaire des ménages islandais a été annulée par deux fois.
      http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/11/30/l-islande-va-annuler-jusqu-a-24-000-euros-de-dettes-par-menage_3523345_3234.html
      https://fr.express.live/2014/11/20/lislande-annule-encore-une-fois-une-partie-des-emprunts-immobiliers-des-menages-exp-209361/

      La recette islandaise est simple et applicable partout, sauf bien entendu dans les pays qui placent les (ex ?) employés de la banque Rothschild dans les gouvernements (messieurs Pompidou et Macron) : Contrairement aux pays de la zone euro, l’Islande n’a pas porté secours à ses banques en difficulté, mais elle les a laissées faire faillite. Ce sont donc les créanciers de ces banques, et non les contribuables, qui ont subi les pertes correspondantes.

      Quant au Canada, un collectif (COMER) a annulé la loi Rothschild (1973) le 26 janvier 2015 pour inconstitutionnalité dans le silence assourdissant des médias dont les propriétaires sont les alliés des escrocs de la haute finance internationale à la tête de leur état indépendant de la City de Londres.
      https://www.youtube.com/watch?v=wTjMGK_Gkoo


    • lloreen 24 février 20:26

      @Fifi Brind_acier

      Depuis 1800, la banque centrale de la France (la banque de France) est dans les mains privées.Elle appartient donc à des actionnaires dont Napoléon à l’époque.
      https://www.youtube.com/watch?v=JQdyj7Ev8qk

      Voici les noms de quelques actionnaires aux alentours de 1936.

      En 1936, la BDF était sous l’autorité de seuls actionnaires : 
      Francis Delaisi recensait alors « les 200 familles » détentrices (source) :

      "L’usure est la principale responsable des souffrances (emploi, famille, éducation, santé,…) et les usuriers sont les premiers esclavagistes. De tout temps, elle a été considérée comme le premier mal des civilisations.Elle a été interdite par la Bible et le Coran.

      Tout leader, tout citoyen qui prétend vouloir faire de la politique sans s’être plongé dans le concept de l’usure (création monétaire, endettement, …), gagnerait à préférer faire du jardinage…"

       


    • REMY Ronald REMY Ronald 24 février 22:47

      @lloreen
      Bonjour.
      Merci pour vos précisions bien documentées.
      .
      La crise des subprimes concernait les ménages et des emprunts immobiliers dont les contrats étaient spoliateurs. Cette crise s’est ensuite aggravée avec tout un système spéculatif parfois de type « Ponzi », le tout reposant sur une immense bulle spéculative immobilière qui s’est effondrée. Rien à voir avec 1930 ou 1933.
      .
      Le scandale français repose sur les mêmes racines contractuelles spoliatrices que pour la crise des subprimes, avec des prêts immobiliers arnaque aux taux variables abusifs. 8.000 communes spoliées. Là encore, rien à voir avec 1930 et 1933.
      .
      L’Islande a été capable d’effacer une partie des dettes hypothécaires des ménages à deux reprises. Preuve que l’Etat peut agir s’il le veut.
      .
      Mais ce que nous avions demandé à Obama, ce n’était même pas d’effacer les dettes, mais d’effacer uniquement le surplus de taux d’intérêts variables spoliateurs. EIl était vital de laisser les millions de famille dans leur maison, dans la mesure où 95% pouvaient continuer à rembourser le capital emprunté avec un taux fixe « légitime ». Obama, Mme Clinton et le parti démocrate n’ont pas levé le petit doigt. Une partie des sept millions de familles américaines jetées à la rue se sont vengées bien plus tard en votant « tout sauf Clinton ».
      .

      Le fait que nous réclamions l’interdiction des prêts à taux variables et un TEG réglementé clairement indiqué pour les communes et les particuliers n’a rien à voir avec 1930, 1933 ou 1801. Ce que les communes française réclamaient et réclament encore, c’est uniquement l’effacement de l’excès de taux d’intérêt. Soit 18 milliards pour le premier groupe de 270 plaignants sur décision de justice appuyé par le Conseil Constitutionnel.
      .
      Le gouvernement Hollande a eu peur des conséquences en cascade de ce précédent et d’avoir à payer ensuite 150 à 174 milliards de remboursement d’intérêts arnaque pour la seule banque DEXIA (parce que nationalisée). D’où la création de cette loi scélérate rétroactive qui a tant surpris les plaignants.
      .
      A titre de comparaison, le plan de relance économique national du candidat Macron (que nous trouvons d’ailleurs largement insuffisant) est de 60 milliards sur 5 ans.
      .
      Un remboursement immédiat des communes spoliées était possible, en étalant le coût sur 20 ans, via un crédit Banque de France spécial. Le budget de l’Etat n’aurait guère beaucoup souffert. Et les collectivités teritoriales auraient pu investir 300 milliards dans plus de places de crêches, d’écoles, d’ateliers de formation, de réinsertion, d’hôpitaux, de maisons de retraites, etc., avec des centaines de milliers d’emplois à la clé.
      .
      Ce dossier est éminament politique et hyper délicat pour notre élite nationale plus ou moins complice, car le gouvernement Hollande a perdu son combat anti-chômage le jour où il a interféré dans une décision de justice afin que des communes continuent d’être financièrement étranglées par des banques voyous.
      .
      C’est la raison pour laquelle des maires de communes spoliées envisagent sérieusement de présenter un candidat de témoignage à la présidentielle si les « grands candidats » n’incluent pas rapidement dans leurs programmes respectifs ce plan de remboursement bancaire.
      .
      Cordialement.


    • REMY Ronald REMY Ronald 24 février 22:53

      @REMY Ronald
      Correctif : #non immobiliers#
      Le scandale français repose sur les mêmes racines contractuelles spoliatrices que pour la crise des subprimes, avec des prêts arnaque aux taux variables abusifs qui ont spolié 8.000 communes. Là encore, rien à voir avec 1930 et 1933.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 février 08:18

      @lloreen
      Histoire de la Banque de France.
      1936 : l’ Etat intervient dans les décisions de la Banque de France.
      1945 : la Banque de France est nationalisée.


  • lloreen 24 février 16:51

    pardon:ils ont pris les citoyens américains en garantie.


  • titi 24 février 19:21
    @L’auteur

    Lorsque j’ai souscris mon premier prêt pour acheter mon premier appart, mon grand père illettré, et ma grand mère qui écrivait et lisait avec beaucoup de difficultés, m’ont choppé et mon dit « ne prend pas de prêt à taux variables »

    Si les élus sont trop cons, ce n’est pas la faute des banques.


Réagir