mercredi 3 mai - par Serge ULESKI

Quand Edwy Plenel et Médiapart appellent à voter Macron

 On ne se refait pas, jamais ! Plenel - ce BHL de gauche -, en appelant à voter Macron, endosse une fois de plus le meilleur des rôles : le beau rôle, sa marque de fabrique et celle de son journal ; journal de groupies (journalistes et abonnés confondus) au gourou moustachu.

Mais alors... années après années, éditoriaux les uns après les autres, interventions télés et radios... en définitive, qui Plenel est-il véritablement disposé à incommoder ? Plus précisément : qu'est-ce que Plenel est capable de risquer ? Et puis aussi : qu'est-ce que Plenel est prêt à perdre ?

La réponse, on la connaît : rien, nada ; ou bien si peu en comparaison avec ce qu’il faudrait être disposé à abandonner aujourd’hui pour mieux gagner plus, beaucoup plus demain. Et vous savez quoi ? Gagner une confiance et une force aussi rares que nécessaires…

Mais… on y reviendra.

 

 En attendant, que l’on ne s’y trompe pas : la position prévisible de Plenel n’a rien d’un choix raisonné fruit d’une prise de conscience à la racine de laquelle on trouverait une capacité d’analyse bien supérieure à la moyenne. Non, dans ce choix de Plenel d’appeler à voter Macron, on retrouve le comportement typique d'une classe : celle qui se distingue toujours quand il y a péril en la demeure, par un retrait pur et simple ou bien par un pas de côté quand pointe à l’horizon le risque d’un combat pour lequel on ne se sent pas suffisamment armé mentalement faute d’une conviction ferme, une conviction encrée au plus profond de soi, après avoir pourtant tenu et longtemps, des discours sur « la réforme », voire même « la révolution à venir et tellement nécessaire ! »

Révolution, mon cul ! Et puis parce que.... finalement, tout ne va pas si mal que ça. Mais pour qui ? Pour Plenel ?

Le chômage, la pauvreté croissante, le déclassement, une 5è République qui n'est à la hauteur d'aucun des enjeux démocratiques majeurs des 30 prochaines années ? La lutte contre une organisation de l'Europe et du monde dans laquelle la France se fourvoie avant de se noyer ?

Ca peut encore attendre ? Un quinquennat ? Deux ? Avec Macron et/ou le suivant ?

 

 Plenel les mains propres, Plénel tranquille et pénard, un Plenel adepte d’une dissidence ronronnante… un Plenel routinier, prévisible, Plenel gère sa petite entreprise qui porte le nom de Médiapart.

Plenel appartient à cette classe incapable de risquer son confort matériel et moins encore, son confort moral ; Plenel le "Ne comptez pas sur moi pour secouer la table !" … - alors, la renverser cette table... vous pensez bien ! - c’est cette appartenance de classe d’une classe qui fera toujours le choix de la sécurité ; comportement que l'on retrouve à toutes les périodes de l'histoire de France depuis la chute de l'ancien régime : « Sauvons les meubles ! Nos meubles ! Les vraies réformes peuvent bien attendre ! Quant à l’avènement de cette 6è République... »

Et pourtant… le face-à-face Le Pen/Macron… c’est bel et bien une occasion unique de poser la question suivante et d’y répondre : qu’est-ce que vous avez, qu'est-ce qu'il vous reste dans le ventre ?

Pour sûr, en appelant à voter Macron, Plenel nous remet une information qui n’est pas un scoop cependant car nous tous savons encore lire et qui plus est, nous savons aussi garder en mémoire ce qui a été écrit : Plenel n’a rien dans le ventre ; ni ventre ni tripes donc ; simplement le doux confort moral d’une moraline à toute épreuve et en toutes circonstances.

Attitude défaitiste, symptomatique d'un manque de confiance et de courage que cet appel de Plenel comparé à un Mélenchon qui aura su tenir tête vent debout face à des médias impitoyables avec ceux qui refusent de se soumettre... et contre les dissidents... dissidents de taille !

A ce sujet, côté rupture, côté prise de risque, indépendamment de ce que l’on peut en penser, il nous vient à l’esprit ces Britanniques qui ont voté dans une large majorité en faveur du Brexit ; car ce vote-là porte en lui la marque d’une formidable confiance en soi. Et pourtant, ici en France, à l’occasion de ce vote et de son résultat, on a pu entendre des "Pétain" prétendre faire la leçon à Churchill, puis des journalistes distribuer des mauvais points à la BBC, et enfin, des intellectuels de pacotilles - les seuls autorisés à s’exprimer dans les médias - faire la leçon à Shakespeare.

La bonne blague ! La mauvaise blague !

Sermonnant ses abonnés avec un billet-fleuve dont Plenel est coutumier, aujourd’hui, c’est Plenel qui s’en prend à Mélenchon (1) : et là, c’est toutes les fables de La Fontaine qui nous viennent à l’esprit : une histoire de grenouille et de bœuf en particulier.

 Cette confiance, cette force mentale, si nécessaire aujourd’hui, à l’heure où il est encore et toujours question du sort de millions de salariés, parmi les plus fragiles d’entre eux, livrés à un ordre économique dans lequel ils ont tout à perdre, ayant déjà pas mal perdu, ce n’est certainement pas chez les Plenel du journalisme et de l’engagement politique qu’on la trouvera ; ce qui le disqualifie car aujourd’hui, seul le courage devrait avoir droit de cité ; or, cela ne demande aucun courage d’appeler à voter Macron même et surtout quand on se dit de gauche et que… ce faisant, on s’achète une bonne conscience sur le dos de tous ceux qui ne peuvent faire qu’un choix : celui de la cohérence et du respect de soi dans la dignité ; d'où leur refus de reporter leur vote du premier tour sur Macron car c'est là le seul geste de résistance qu'il leur reste dans le cadre de cette élection présidentielle.

Oui ! Une bonne conscience avec cet appel du pied sans bourse délier, sans coup férir, puisqu'on n’a rien à perdre et tout à gagner. On en ressort tout auréolé du prestige d'un positionnement moral qui ne pourra jamais être pris en faute, et les autres moralement laminés. Tant pis pour eux !

 Dans le cadre de cette élection présidentielle de 2017, le courage, c’est le risque derrière lequel on trouvera une certitude chevillée au corps : la certitude d’être capable de faire face, de tenir tête et de sortir vainqueur alors qu’un score électoral vous classe parmi les perdants puisque seul le nombre sanctifie.

Oui ! Mille fois oui ! Attitude défaitiste que cet appel de Plenel à voter Macron ; une attitude qui laisserait entendre qu'en cas de victoire du FN, la société française serait incapable de réagir, qu'elle serait vaincue. Qu’est-ce à dire ?

Et c’est bien ce courage-là, cette confiance inébranlable qui nous manquent depuis quarante ans ; d’où le grignotage de notre héritage par les mondialistes et la réaction-FN car soit on se bat, soit on se soumet.

 Chez Médiapart, on retrouve le couple Bonnet-Plenel, anciens salariés du quotidien Le Monde : manque de sang-froid, une trouille de classe, une lâcheté dont il ne restera pas trois lignes dans l’Histoire de la presse… d’où la tranquillité d’esprit des deux protagonistes.

Cependant, lorsque ces gens-là prendront leur retraite, n’en doutons pas un seul instant, ils auront droit aux éloges de toute la profession - de BFM-TV aux rédactions du service public en passant par Lobs et RTL ; télés, radios, presse ! Sans doute la pire des insultes ces éloges à venir car ces éloges-là seront leur dernière demeure pour une postérité d'une humiliation bien méritée : car enfin, que ceux qui se ressemblent s’assemblent, même à leur corps défendant !

 Soyons clairs : le courage, aujourd’hui, il est dans le refus de Macron - abstention ou vote blanc -, et la force de ce courage, dans la prise de risque d’une victoire FN et le sursaut gigantesque d’un pays qui, contrairement à ce qu’un Plenel semble penser, tient encore debout sur ses deux jambes.

 

1 - Le tort de Plenel c'est de refuser de comprendre le positionnement de Mélenchon et la justesse de son refus d'appeler à voter Macron tout en précisant qu'un vote-FN n'est pas une option. Plenel s'appuie sur le "système" pour contrer une fois élu, Macron ; or, ce système a fait depuis 20 ans la preuve de son incapacité à permettre à une force politique et à une mobilisation quelles qu'elles soient, de contrer les réformes demandées par la commission européenne au service d'une mondialisation-saccage de l'être humain, et en Europe, cause de la destruction de notre modèle social. La position de Plenel c'est un parti pris ; un parti pris de confort, un parti pris qui n'a rien à perdre... parti pris classique propre à cette classe sociale auquelle Plenel appartient en particulier et qui ne fait face à aucune menace avec en prime la satisfaction que procure une bonne conscience.

En revanche, on se souviendra de ceci : quand son journal Médiapart a été en danger après un rappel de TVA, Plenel n'a pas hésité à remettre en cause la loi et ce fameux "système" dont il serait soi-disant possible de contrer les abus et les injustices.

La motivation réelle de Plenel : s'attribuer le beau rôle et se donner une bonne conscience puis continuer de briller : sur le dos de qui ? Mon billet ne cesse d'y répondre. C'est plus fort que lui ! Il ne peut pas s'en empêcher... en toute occasion même si dans les faits, ce positionnement médiatique de Plenel est loin d'être glorieux quand on se penche sur la réalité sociale des conditions de vie qui se cache derrière le refus d'un vote et d'une présidence Macron.

 

***

  Soit Vichy. Soit le Vercors, et là… il semblerait que Médiapart ait quelque réticence envers cette région montagneuse ; c’est l’âge de ses fondateurs sans doute.

 

 Aussi...

 Plenel et son appel à voter Macron ?

 Qui croyait prendre est pris... en flagrant délit de démission.

 

 
 
_______________
 
Pour prolonger, cliquez : Médiapart, un abonné témoigne


34 réactions


  • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 3 mai 14:06

    Salut, respect et robustesse

    5 000 collectivités publiques sont abonnées à Mediapart pour un montant total proche de 450 000 euros et que au titre de 2011, Médiapart a touché 240 000 euros du fond d’aide au développement des services de presse en ligne non liés à un titre de presse classique. Au total donc, un minimum de près de 700 000 euros d’argent public a été versé à Mediapart, soit près de 10 euros par abonné ! Pas mal, non ? Je ne ferais pas l’affront à Plenel de lui signaler qu’entre autres avantages « publics », Mediapart, comme ses confrères, ne paye que 2,1% de TVA et que lui aussi ainsi que tous ses journalistes bénéficient d’un abattement fiscal automatique et non soumis à quelque justificatif que ce soit de 7 650 euros .


    Alors Plenel et Médiapart, totalement indépendant... Faut voir...

    http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/subvention-de-la-presse-en-ligne-67693


    La Cour des Comptes vient de publier un rapport dans lequel il émet l’idée que cet abattement ne se justifie plus. Sera-t-il supprimé ? Non.

    Bon sinon mon petit doigt me dit qu’il ne serait pas impossible que la zone France passe en mode Maidan lent..

    on a déjà les attentats, le langage ordurier, le mensonge, le conflit permanent, la violence etc..manque un détonateur.....

    des suggestions ??

    Mon petit doigt m’avait déjà dit de ne pas rester en France....il avait raison....

    A voir.....sous peu ou pas sur vos écrans..solaires....


  • rogal 3 mai 14:19

    « Soyons clairs : le courage, aujourd’hui, il est dans le refus de Macron - abstention ou vote blanc -, et la force de ce courage, dans la prise de risque d’une victoire FN et le sursaut gigantesque d’un pays qui, contrairement à ce qu’un Plenel semble penser, tient encore debout sur ses deux jambes. »
    Position intéressante et bien trop rarement exprimée. Sans compter que voter Le Pen n’est pas tout à fait voter FN (ça ne donne pas l’Assemblée) et qu’aux législatives l’obtention de la majorité absolue serait difficile.


    • leypanou 3 mai 15:34

      @rogal
      et qu’aux législatives l’obtention de la majorité absolue serait difficile : personne n’est maître de l’avenir.


    • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 3 mai 19:34

      @leypanou

      Salut normal cela n’existe pas, l’avenir, c’est un truc du maître et de la pensée elle même aussi pour paralyser notre cerveau sur le programme de ....la pensée.. il n’y a que un présent modifié que ce qui nous reste de capacité n’est plus apte à percevoir sauf moments d’exceptions etc etc

       smiley


  • scorpion scorpion 3 mai 15:00

    Plenel c’est l’idiot utile du système, un semblant de contestation, une pincée de petite révolte bourgeoise. C’est qu’elle s’offusque bien la Plenel en radio et en télé, on y croirait presque ! Pauvre petit toutou journalistique, ils te jettent un os à ronger et pendant ce temps, ils dévalisent tranquillement la boucherie et tu es tellement idiot que c’est toi qui surveille la porte afin qu’ils ne soient pas dérangés pendant leurs coupables activités. Rien de pire qu’un con persuadé d’avoir raison.


  • Dany romantique 3 mai 15:12

    On pouvait attendre autre chose de la gauche de la gauche de la part de Plenel. Il est s est discrédité. Des intellectuels comme Emmanuel Todd ou même Onfray n ont pas céder face au chantage ad hitlerum qui existe pour faire peur et reconduire les élites bourgeoises à l infini ;

    J ai rompu très tôt mon abonnement à Médiapart lorsque j ai vu la ligne atlantico-sioniste qu il véhicule en toute bonne foi (reconnaissons qu il était pourtant le seul média à dénoncer « plomb durci » à l époque).
    mais il est suspicieux sans cesse sur Poutine, Assadl, Son logiciel est bloqué, sans nuance aucune ; Dans les voix des médias français, les chaînes tv c est une catastrophe, il n’y a guère que Polony sur sa propre chaîne qui résiste à la simplification FN= fasciste. C est nul de dire cela aujourd’hui.
    Il faut lire JC Michéa . Polony malgré son talent et son discernement est bien seule, 
    TOUS les médias font une campagne sans aucune nuance anti-FN, refusant de considérer que Mme Lepen n est pas son père (poujadiste/OAS) et refuse de voir la ligne Philippot (qui est bien esseulé au sein du FN canal historique) à résister à la bande d’Alliot et consorts, par son prisme social:souverainiste gaullien anti Loi El Komeri, anti Bruxelles,.sans ambiguité ;
    Pourtant si cela doit pêter cela ne se peut se faire que par l’ADDITION reconstituée des classes populaires du vote « Non » de 2005. Mais je n’y crois pas.
    Ni Mélenchon ni la CGT n y sont prêts. On parle à longueur de colonne du CNR de 1945 qui regroupait la diversité des patriotes émanant de la résistance, contre les US, la CIA, la City -déjà la finance- de Giscard le « Libéral Européen » préfigurant Macron..
    Il n’y a pas d’autre passage, faire un nouveau front populaire des exclus, qui lui seul est majoritaire ; 
    Sinon ce sera une soustraction pour un jeu à somme nulle. 

    • leypanou 3 mai 15:42

      @Dany romantique
      Mme Lepen n est pas son père (poujadiste/OAS) et refuse de voir la ligne Philippot (qui est bien esseulé au sein du FN canal historique) à résister à la bande d’Alliot et consorts, par son prisme social:souverainiste gaullien anti Loi El Komeri, anti Bruxelles,.sans ambiguité : parfaitement juste mais si vous cherchez à connaître les candidats FN aux différentes élections dans le sud de la France, vous risquez d’avoir quelques surprises.
      Et puis il y a aussi çà.


    • Osis Osis 4 mai 05:37

      @Dany romantique

      J ai rompu très tôt mon abonnement à Médiapart lorsque j ai vu la ligne atlantico-sioniste qu il véhicule

      Même constat.
      Abonné de la première heure à Médiapart j’ai aussi rompu mon abonnement pour les mêmes raisons que vous, trop atlantiste à mon gout.

      Quand aux forums, l’on avait l’impression d’être dans une secte.
      Curieux ce besoin,qui se répand, dans tous les domaines, d’avoir un gourou...

       


    • Lugsama 4 mai 10:46

      @Dany romantique

      Je n’aime pas Plénel mais ce n’est pas un con, s’il n’était pas suspicieux sur Poutine et Assad il n’aurait pas fait cette carrière.

  • franc 3 mai 15:32
    cela ne m’étonne pas de Plénel ,ne dit on pas qu’il est une taupe d e la CIA 


    mais le masque est tombé


    rappelez vous lorsqu’il était à la t^te de l’Immonde et sa face cachée


    Et la face cachée de Plénel est la même que la face cachée du Monde (Péan),hideuse.

  • Etbendidon 3 mai 15:45

    ça vous étonne que le moustachu aux petits yeux vicelards appelle à voter Macron ?
    Et les subventions publiques alors ?
     smiley


  • BA 3 mai 16:01

    Le 5 mai 2002 (très beau poème).

    Le 5 mai 2002, à la présidentielle :

    Chirac contre Le Pen ! Odeur pestilentielle.

    Tout le monde disait : « Votez tous pour Chirac ! »

    Les médias, le show-biz, les syndicats, le CAC.

    J’ai donc voté Chirac : j’ai fait comme on m’a dit ...

    … Et cela m’a coûté cinq ans de sodomie.

    2002 - 2007, nous eûmes la Géhenne :

    Le chômage, la constitution européenne,

    La Bourse qui s’envole, les riches qui s’enrichissent,

    Les banquiers qui se goinfrent, les pauvres qui s’appauvrissent,

    La régression sociale, Jean-Pierre Raffarin,

    Dominique François Galouzeau de Villepin.

    Je détestais Chirac, mais j’ai voté pour lui.

    Quelle erreur. Mon anus saigne encore aujourd’hui.

    Quinze ans plus tard, tintin ! Ils n’auront plus mon fion.

    7 mai 2017 : ni Le Pen, ni Macron.


  • bernard29 bernard29 3 mai 17:03
    Vous avez oublié de signé « un Insoumis » . On les reconnaît a chaque coup, les articles des Insoumis faits de haine recuite, d’insultes sous n’importe quel prétexte. Ce n’est qu’une élection, cher Monsieur.

    Il n’a pas le droit Plénel, d’appeler à voter Macron ? c’est comme les insoumis qui, évidemment peuvent faire ce qu’ils veulent pour ce deuxième tour, c’est de leur responsabilité. Et même tenez, Je trouve aussi très bien que le leader de la FI ne donne pas de consigne de vote, mais ce qui est inadmissible pour un élu de la République c’est de refuser de donner son vote personnel. Ne s’agit t’ il pas de la transparence démocratique, du devoir d’un élu de rendre compte de son mandat qui doit être une obligation démocratique d’autant que l’on se dit prêt à promouvoir un référendum révocatoire dans une sixième République promise. Un élu doit assumer ses positions.

  • Crab2 3 mai 17:30

    Pour certains de faire observer que Marine le Pen à 40 % c’est le racisme, le sexisme ou l’homophobie acceptable, c’est gonflé de dire cela quand c’est ceux là même qui la font grimper dans les sondages en refusant de nommer les réalités de notre société

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/05/memorial-de-la-shoah.html


  • Taverne Taverne 3 mai 17:44

    Mélenchon n’est rien, il n’est que celui qui aura allumé la mèche des désordres. Mais quand les choses graves arriveront, il sera piétiné par les ultras et des plus « vertueux » que lui qui le traiteront de « vieux réac » et de « tiède », de « vendu ». Il fera face à une vague de « bruit et de fureur » qu’il ne contrôlera plus. Et alors, on ne l’écoutera même plus : les tueurs de policiers seront partout dans les villes.

    Vous êtes très jaloux de Plénel, cela s’entend, vous ruminez la défaite de Mélenchon, cela se comprend. Mais est-ce une raison pour laisser faire, pour laisser passer n’importe quoi ?


  • Taverne Taverne 3 mai 18:32

    Au fond, ce que je reproche à France Insoumise, ce n’est pas tant de s’abstenir, c’est de ne pas faire campagne contre le FN. Moi, je ne fais pas la publicité du programme de Macron mais je lutte contre le FN. Et, pour ceux qui n’ont pas le temps de lutter tous les jours, ils peuvent glisser un bulletin Macron. A défaut de mieux, pour le moment, le droit de vote peut être une arme contre le FN.


    • JP 4 mai 09:22

      @Taverne
      visiblement, vous n’avez pas lu l’article ou n’avez strictement rien compris.


    • Djam Djam 4 mai 09:33

      @Taverne
      Donc, vous n’aimez pas la France et assumez qu’elle soit diluée de force dans le grand merdier de l’UE ? Vous n’avez pas lu le programme du FN (même si les programmes n’engagent que ceux qui les entendent) sinon vous auriez compris que, curieusement ce parti tant abominé, qualifié de « nazi, fasciste » et on en passe, à un programme largement plus social (de gauche, quoi) que celui du garçonnet agité Macron qui, lui, on l’a tous compris, roule à la fois pour lui-même (ahhhh l’égo !) et pour les marchés, les banques et son maître Rothschild.

      Quand j’entends, « je ne voterai jamais FN », je me dis qu’effectivement il n’y a bien que les imbéciles qui ne changent jamais...


    • Taverne Taverne 4 mai 09:38

      @Djam

      Oui, on a compris hier soir quel programme avait Madame Le Pen, elle ne le maîtrise pas elle-même. Elle ignore ce qu’il y a dedans et même ses dossiers de couleurs ne lui ont servi à rien. Un galimatias incompréhensible sur la sortie de l’euro, aucun financement des mesures promises.

      Le Pen n’a aucun programme du moins visible, parce que, comme l’a fait justement remarquer Macron, il y a certainement un programme et donc il est « caché ».


    • Taverne Taverne 4 mai 09:39

      L’oreillette de Papa n’a pas fonctionné ?


  • kader kader 3 mai 19:32

    vu le cv de plenel on s’attendait pas à autre chose...

    on a plus le choix, il faut faire sauter la banque VOTER MARINE..

    c’est pas une choix c’est une stratégie. Faut arreter de jouer aux dames quand les dirigeants du monde jouent aux échecs


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 3 mai 20:09

    «  »Quand Edwy Plenel et Médiapart appellent à voter Macron«  »


    J’ai toujours dit que ce bonhomme puait l’hypocrisie !

  • Paco 3 mai 21:59

    Très bon article ! Me suis cassé de mediapart il y a quelques années et sans regret quand je vois qu’ils continuent à faire de la merde au service du système.


    • troletbuse troletbuse 3 mai 22:15

      @Paco
      Moi également. Quand j’ai vu qu’il lançait des affaires dont il savait très bien qu’elles n’aboutiraient Jamais, juste pour faire le buzz.


  • Pierre29 Pierre29 4 mai 00:12

    Quelle justesse et clairvoyance dans cet article !

    Quelle tristesse que Mediapart, ce journal censé donné espoir qui est au fond si désespérant !

    Quel discernement de la part de la France Insoumise et de son porte-parole d’avoir tenté de créer des outils innovants pour se dégager de la dictature des medias dont il n’y a décidément rien à attendre.

    La prise de parole de J.-Luc Mélenchon ce terrible dimanche soir du 23 avril reste et demeure un appel à toujours renouveler : Soyons insoumis pour toujours !

    • JP 4 mai 09:26

      @Pierre29
      absolument. Très belle analyse
      je ne pense pas que Serge Uleski sera l’invité d’une émission radio/tv dans la semaine à venir


  • Byblos 4 mai 00:30

    @ l’auteur,


    J’ai noté cette petite phrase qui donne tout son sens à votre texte, et à la quelle on ne peut que souscrire tant elle décrit parfaitement l’actualité politique en France depuis X années :

    « ce système a fait depuis 20 ans la preuve de son incapacité à permettre à une force politique et à une mobilisation quelles qu’elles soient, de contrer les réformes demandées par la commission européenne au service d’une mondialisation-saccage de l’être humain, et en Europe, cause de la destruction de notre modèle social. »

    Je dirais même que ce système a paralysé toute mobilisation contre les mesures de démantèlement des modèles sociaux, et même de la destruction du simple sentiment patriotique d’appartenance à un peuple.

  • belzebu by lucyfer 4 mai 01:13

    T’as eu tort, Plenel, 


    Une erreur de débutant. On vous apprend quoi, maintenant, au cours de stage ?

    Tu savais que tu pouvais faire mumuse avec les « politicards/pointbarre » ?


    Mais les cimentiers, pas touche, c’est de la folie ton histoire Lafarge, du suicie !!! 

    Personne t’as averti, dans ta rédaction : les cimentiers pas touche !

    C’EST DU BETON !

  • Djam Djam 4 mai 09:26

    A bien observer partout autour de soi, l’on constate dans quel véritable régime nous baignons en France : une dictature molle mais agissante. Les signes :
    - toute la presse écrite et audio visuelle est 100 % pour Macron, rien, nada pour un quelconque autre courant politique,
    - le monde « culturel » s’est aligné sur le macronisme à quelques exceptions près et même bon nombre de librairies installées dans des quartiers branchés ou chics ont carrément affiché la tronche du garçonnet sur leur vitrine... faillait oser, ils le font !
    - la liberté de culte, d’expression et d’opinion est absente de ce pays, on pense « bien » ou on est attaqué par, tenez-vous bien, les juges officiels du pouvoir,
    - les contrôles systématiques et surveillance des opinions est devenu le jeu principal de nos petits gouvernements de nains soumis au grand frère yankee,
    - le diktat européen est l’unique feuille de route des gouvernements successifs qui trahissent systématiquement le peuple,
    - les animateurs starlettes des émissions télévisuelles, qui s’auto proclament « journalistes » (oui, les c.... ça osent tout) sont tous potes avec les candidats aux places de privilégiés-au-dessus-des-lois,
    - le sociétal a pris la place de la Politique parce que nos élus ne sont pas élus par nous mais par les officines stratégiques de manipulation idéologique (think tank) qui cooptent celles et ceux qui les serviront quoi que veule le peuple.

    Et dans quel régime subit-on ce genre de conditions ?

    Réponse : dans les régimes totalitaires. Nous sommes en dictature feutrée mais opérante. Plenel fait partie de ce système, il sévit sur le net avec son Médiapart qui signifie en réalité Parti des Médias officiels, même s’il s’entête à s’afficher comme « opposant » aux autres médias. Voyez d’où vient ce petit monsieur et vous comprendrez pourquoi il est là. Ce monsieur vend le système comme les autres : maintenir à tout prix toute l’architecture qui pourrie depuis 30 ans la France parce qu’ils sont tous mondialistes.


  • Lambert 4 mai 10:44

    Mediapart est depuis longtemps l’adversaire déterminé de Mélenchon. Ses sbires se relaient les uns après les autres pour écrire des articles qui lui attribuent tous les défauts. Ils ont le droit de dire, à défaut de penser, tout ce qu’ils veulent, mais on n’est pas obligé de payer pour les écouter.

    Et puis, après tout, même si je suis d’accord avec votre jugement sur Plenel, est-il différent de tous ces faiseurs d’articles de journaux aux mains des financiers ? Ils portent tous le même message en serviteurs zélés de leurs maîtres, même s’ils s’en défendent. Il faut bien sauvegarder les apparences !
    Il y a sur internet des sites gratuits qui nous permettent de respirer un air moins vicié.

  • Serge ULESKI Serge ULESKI 4 mai 20:53

    Une annonce de Médiapart :

    « Battre le Front national et sa candidate, Marine Le Pen, dimanche 7 mai : comment et pour faire quoi ? Emmanuel Macron sera notre invité pour une émission spéciale d’« En direct de Mediapart », vendredi 5 mai dès 19 h 30, retransmise en direct et en accès libre sur notre site, sur YouTube et Facebook. Il sera interrogé par la rédaction. »

    Plenel signe et persiste. Il confirme...

    On attend la réaction des abonnés... 


Réagir