mercredi 15 mars - par rosemar

Quand la drogue s’invite au lycée...

La drogue est bien un problème de notre temps, les trafics se multiplient, les dealers se livrent à des commerces indignes... Mais, quand on apprend que de jeunes lycéens sont touchés par ce phénomène, et qu'on voit les ravages produits par ces substances sur des adolescents, c'est terrifiant.
 
Dans une de mes classes, cette situation prend des proportions inquiétantes : les élèves arrivent en classe apathiques, sans aucune volonté de travailler, se mettant à rire, à plaisanter de tout et de rien.
 
Je suis de plus en plus inquiète de me retrouver devant ces élèves au comportement atypique, refusant la discipline, oubliant leurs affaires, leur travail : mon choix est de sanctionner, malgré tout.
 
Mais ces adolescents sont-ils même conscients de leur propre comportement ? Que faire ? L'administration est prévenue de cet état de fait mais, pour l'instant, aucune mesure concrète n'a été prise.
 
De fait, sur de tels élèves, la sanction n'a que des effets temporaires : c'est l'inconscience qui prime : j'avoue être désemparée devant de tels comportements.
La place de ces élèves est-elle dans un établissement scolaire ?
 
Leur manque de réflexion, de réactivité, leur envie de s'amuser me déconcertent : bien sûr, j'en ai discuté avec d'autres collègues qui s'inquiètent aussi de cet état de fait : "C'est triste !", disent certains.
 
Oui, c'est triste et même intolérable : que des adolescents se laissent ainsi entraîner vers tant de négligences, de mépris d'eux-mêmes, de refus du travail, c'est terrifiant.
Faut-il les blâmer, faut-il les plaindre ? J'ai envie de dire : les deux...
 
Ils ont dû se laisser influencer et entraîner sur la mauvaise pente, en même temps ces adolescents ont la chance de suivre des études et ne sont pas issus d'un milieu défavorisé, pour la plupart.


 
Comment expliquer ces dérives ? Notre monde ne perd-il pas ses repères essentiels ? Les valeurs morales s'évanouissent, s'effondrent. Les familles sont souvent dispersées, à la suite de divorces.
 
Quel est donc l'avenir de ces jeunes attirés déjà dans la spirale infernale de la drogue ? Quel est mon rôle ? Que dois-je faire ? 

 
L'ambiance de classe n'est pas bonne, j'ai parfois l'impression désagréable de me retrouver devant des élèves hors du monde, inadaptés au milieu scolaire.
Bien sûr, un petit nombre d'élèves réagissent un peu mieux mais ils sont perdus dans le groupe et se laissent étourdir par l'attitude des autres.
 
C'est la première fois que je me trouve confrontée à un tel gâchis. 
Vais-je avoir la force et l'énergie suffisantes pour faire face à cette situation délétère jusqu'à la fin de l'année ?
 
Bien sûr, ces élèves ne sont pas encore atteints par des drogues dures, ils s'adonnent probablement au cannabis mais ils en ressentent les effets et se refugient hors du monde pour oublier un mal être...
 
Que faire ? La punition est, pour l'instant, la seule solution que je puisse utiliser, une façon d'alerter les parents sur le comportement de leurs enfants. 
 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-quand-la-drogue-s-invite-au-lycee-122432448.html

 



100 réactions


  • Clocel Clocel 15 mars 09:34

    Hâââ, les chichons, un vrai problème actuel effectivement....

    Il y a quarante ans, au collège de mon bled, rares étaient ceux qui n’avaient pas tiré au moins une fois dessus sur le petit cône magique.

    On s’offrait des transgression pour pas cher.

    Une boom sans pétards disqualifiait son organisateur pour au moins deux trimestres !

    Pour ce que j’en sais, aucun de mes anciens camarades n’a fini délinquants...

    M’enfin, content d’apprendre que vous n’avez pas de vrais problèmes...


    • rosemar rosemar 15 mars 10:53

      @Clocel


      Une façon de minimiser le problème : si autrefois les ados faisaient des « expériences », dorénavant cela devient une pratique courante...

      Vous comprenez la différence...

    • Clocel Clocel 15 mars 11:13

      @rosemar

      Franchement, si je devais m’occuper des problèmes de l’école, ce n’est vraiment pas par là que je commencerai.

      Dans mon village des ados se fracassent régulièrement la tête avec des bières sur-alcoolisées en vente libre, au vu et au su de tous.

      Ça ne semble pas émouvoir grand monde, à commencer par les parents qui ne peuvent pas l’ignorer... Un bien triste spectacle pourtant...

      Les pétards, un jour ou l’autre, on tourne la page, l’alcool, c’est une autre paire de manches.


    • rosemar rosemar 15 mars 11:49

      @Clocel

      Alcool ou drogue : c’est le même problème, cela s’appelle une addiction...

    • Clocel Clocel 15 mars 12:03

      @rosemar

      Amalgame dangereux, toutes les addictions ne laissent pas les mêmes séquelles.

      Certaines sont réversibles, d’autres, non.

      Si c’est ce genre de conneries que vous servez à vos élèves, ne vous attendez pas à ce qu’ils vous respectent.

      A cet age-là, on sait encore d’instinct que les choses sont plus nuancées.

      Votre dressage en fera des adultes qui le seront beaucoup moins.


    • manu manu 15 mars 12:40

      @Clocel

      En plus ces bière forte pas chère sont chimiques et donc plus nocives, à part celles qui ont subit une double fermentation.

      Si les jeunes abusent du cannabis c’est peut être entre autre parce que les films et les émissions leurs montrent un monde très différent de la réalité donc quand ils finissent par la connaitre... mais aussi parce qu’ils aiment bien avoir une autre vision des choses, la drogue nous montre bien que tout est relatif.


    • Paul Leleu 15 mars 16:13

      @rosemar

      A chaque drogue son effet spécifique... le haschich persuade son consommateur qu’il est un extra-lucide génial, alors qu’il n’est qu’un orgueilleux les deux pieds ancrés dans sa médiocrité. 


      La plupart des « jointés heureux » viennent te cracher à la gueule que « pour eux ça s’est bien passé le H »... juste qu’il est très impoli de leur répondre la seule vérité : regarde ta tronche de con médiocre apathique consummériste, soumis, inculte et orgueilleux, et tu comprendras mieux... T’as une tête de gland blafard. 

      Le THC formate parfaitement le cerveau humain aux nécessités de la vie néolibérale moyenne... C’est pourquoi le H est un phénomène en occident depuis 40 ans... 

      Le H c’est l’apprentissage de la vie virtuelle... il est juste l’ancêtre de la réalité virtuelle : jeux-vidéos, télé, pornographie sur internet, réalité-virtuelle, facebook, i-phone, shopping, de l’UMPS et du TINA... Narcissime surdimensionné et virtuel. C’est pourquoi les enfants, les ados et les jeunes le consomment autant. (il est clair que derrière cette joie vitaminée se cache une morbidité lattente et sinistre). 

      Concernant la prohibition, la question mérite d’être posée sagement. Comme le disent Jean-Luc Mélenchon ou Nathalie Arthaud, dépénaliser ce n’est encourager (quitte à passer pour des réac’ auprès d’une certaine gauche)... On peut parfaitement imaginer de traiter le Haschich comme le tabac, l’alcool ou les jeux de hasard (avant leur libéralisation récente)... Une politique sanitaire réaliste qui n’enrichisse pas des gangs et des mafias... 

      Dans le quotidien, je partage tout à fait votre désarrois... je pense que le H reculera quand l’humain occidental reprendra son destin politique en main, et que se fermera la parenthèse bisounours quand Bob Marley a remplacé l’Internationale... 

    • Paul Leleu 15 mars 16:15

      @Paul Leleu
       dépénaliser ce n’est pas encourager


    • rosemar rosemar 15 mars 17:36

      @Clocel

      Toutes les addictions sont dangereuses quand elles sont nuisibles à la santé...
      Le problème avec l’alcool et la drogue, c’est que ces substances enlèvent conscience, raison à l’être humain....

    • mmbbb 15 mars 20:28

      @Clocel il y a quarante ans la teneur en THC etait beaucoup plus faible De surcroit le cannabis est melange a de la resine J’etais a cote d un « jeun » préparant son chichon dans le bus et utilisant ces ingredients L odeur de la resine etait acre, a l arrivée place bellecour a Lyon des l ouverture des portes il alluma son joint j’en pris une bouffée au passage j etais deja importuné. Je fume une tel petard je suis mort Donc il y a plusieurs facon de fumer et la consommation n’est pas standard comme les joints de papas et mamans Cela n a plus rien a voir d’autant plus que desormais l’alcool est aussi un complement J ai un collegue de travail qui s’est fait renverse par un chauffard. Il etait completement stone de son joint Il fut un miracule Donc la problematique n’est plus la meme non ? 


    • pirate pirate 15 mars 21:01

      @mmbbb
      vous racontez décidemment tout ce que vos répète votre télé hein.... vous avez vu un jeune qui fume un joint !!!!? Haaaan ! pour votre inculture le taux de THC entre 1960 et 2017 a augmenté de.... 3%.... « le cannabis est mélangé a de la résine ».... euh de quoi vous parlez exactement ? Le shit est de la résine de cannabis, donc ? Donc rien, avec vos deux neurones vous êtes la voiture balais d’Agoravox, mais notez que vous êtes distrayant. smiley


    • mmbbb 15 mars 21:15

      @pirate tu toujours aussi con et tu as toujours des idees fixes Ce qui est vraiment etonnant et que tu sembles toujours donner des lecons Les effets du cannabis peut etre tres différents d un utlisateur a un autre Contacte des medecins, les specialistes Quant a mon collegue ayant eu cet incident ce n’est pas de la teloche. .tu vraiment un  encule je te t enfoncerai volontiers la mataque du CRS dans ton fion Donne moi ton adresse je te foutrai bien sur ta sale gueule d’ handicape 


    • pirate pirate 15 mars 21:25

      @mmbbb
      d’une part vos n’êtes pas obligé d’étaler vos fantasmes en public, vous n’êtes pas sur chat roulette, d’autre part je sais bien que vos menaces de petit pantalon ne sont que des délires de petit garçon frustré mais je vous rappel que les menaces sont punissables par la loi. Ensuite quand à la réalité de vos fantasmes... disons que vous n’avez pas peur de vous faire ridiculiser et humilier et c’est déjà bien. smiley


    • Clocel Clocel 15 mars 22:12

      @Paul Leleu

      « je pense que le H reculera quand l’humain occidental reprendra son destin politique »

      Vaste programme... What else ?

      Arrêtez de penser, et fumez un petit joint, ça vous détendra !


    • Yanleroc Yanleroc 16 mars 00:20

      @Clocel


      Tu sembles oublier que fumer des joints c’est fumer du tabac qui plus est du tabac avec additifs + shit coupé souvent aussi, 
      alors avant de parler des effets, il faut reconnaître que ce sera déjà un problème d’addiction au tabac et d’intoxication aux produits coupés, que ces jeunes vont devoir affronter les années et souvent les décennies à venir, sans parler du fric que ça représente.

      Faut vraiment être con et irresponsable pour défendre la fumette pour les ados.

      Même Capdevieille a pas osé. Il avait déclaré à l’époque que cela devait être réservé aux adultes, ce qui est une évidence.

      Quant aux effets, il est tout aussi évident qu’ils sont incompatibles avec le milieu scolaire.

      Maintenant si le shit, c de la merde pour les ados, l’école (comme elle est devenue) ne vaut pas mieux  hélas !!

    • Clocel Clocel 16 mars 08:21

      @Yanleroc

      Je ne défends pas la fumette pour les ados comme tu dis, prend la peine de lire au lieu de gueuler avec la meute, je dis que dans la liste de leurs problèmes, ce n’est pas celui qui est prioritaire.

      Plus facile de s’attaquer aux problèmes qu’à ses causes.

      Et quand je lis vos commentaires et vos raisonnements à la hache, je comprends qu’ils aient envie de sortir du bocal les minots, pas pressés de ressembler aux veaux tordus qui prétendent leurs servir de tuteur.

      Quant au tabac, vois tes élus car il est en vente libre, c’est le moment.

      Mais gaffe, le fric perdu sur le tabac sera récupérer autre part,, et ça pourrait faire très mal à vos petits culs de centriste.

      Pour l’école, c’est comme le reste, on a ce qu’on mérite.

      Quand on voit la tronche et le niveau de vos représentants élus, on n’est pas étonné...

      Quel cancre pourrait avoir besoin de futur prix Nobel ?

      Le con vous salue Monsieur.


    • Yanleroc Yanleroc 16 mars 09:56

      @Clocel
      Toi aussi prend le temps de me relire, tu comprendra peut-être à quel point tu passes à coté !


    • Yanleroc Yanleroc 16 mars 10:07

      @Clocel


      « 
      Arrêtez de penser, et fumez un petit joint,  » le THc ne fait qu’augmenter ce tu es et ressens au moment ou tu fumes et n’a jamais rendu les cons intelligents. Certaines personnes feraient bien de s’ abstenir, car ça ne les arrange pas puisque nous ne sommes pas tous égaux devant ces molécules. 

      Il faut avoir la tête solide et bien structurée pour se défoncer sans dommages, ce qui n’est pas donné à tous le monde encore moins aux ados et personnes de moins de 25 ans.

      De plus en occident on se défonce pour le délire, pour fuir, pour la rigolade, 
      mais pas dans le rituel ni dans la spiritualité, comme on le fait en Inde notamment !

  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 15 mars 09:34

    Mis à part l’effet de mode, faudrait peut être se demander pourquoi les jeunes préfèrent se « défoncer » ?
    Quand une société ne propose pas d’avenir si ce n’est devenir un putain d’esclave à bosser pour se faire racketter, et qu’ils sacrifient leur jeunesse à apprendre un tas de conneries qui ne leur servira à rien si ce n’est à bien rentrer dans le moule, faut pas s’étonner ! Mais ce n’est pas d’aujourd’hui ....


    • bourrico 07 15 mars 09:50

      @bouffon(s) du roi

      Oui enfin les jeunes se défonçaient aussi la gueule quand la société proposait un avenir, et ça continuera encore longtemps.
      C’est plus un problème de générations que de société, faut arrêter les clichés faciles.

    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 15 mars 09:57

      @bourrico 07

      Quel avenir ? Celui de trimer pour payer les taxes, impôts, pour engrosser encore plus une caste de profiteurs ? et tout le reste ...
      Une société de dominants/dominés ??
      Tu parles d’un avenir  smiley


    • rosemar rosemar 15 mars 10:57

      @bouffon(s) du roi

      La culture est pourtant un facteur d’épanouissement... mais il est de plus en plus facile de se procurer de la drogue et certains jeunes en perte de repères se laissent aller à une forme d’addiction.

    • bourrico 07 15 mars 11:03

      @bouffon(s) du roi

      T’as du mal à comprendre, c’est les busard comme toi qui m’ont fait quitter ce site.
      Je recommence car tu m’a l’air un peu mou du bulbe.... trop de bédos sans doute. smiley

      La jeunesse s’est toujours défoncé la gueule, alors tu comprendras.... ou pas, que mettre ça sur le dos des problèmes de société est quelque peu ridicule.

      Voilà, et je n’y reviendrai plus.

    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 15 mars 11:28

      @bourrico 07

      chochotte ciao ^^


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 15 mars 11:34

      @rosemar

      Vous appelez quoi culture ?
      Vous êtes-vous posé la question de savoir ce que nous reproduisons est bon ?
      Et remarquez-vous, dans quelles atmosphères anxiogènes beaucoup de personnes évoluent ?


    • rosemar rosemar 15 mars 11:52

      @bouffon(s) du roi

      La culture, c’est la littérature, la philo, les sciences naturelles, l’histoire, la géographie, etc.
      La culture nous ouvre l’esprit et nous donne envie de découvrir toujours plus....

    • Ruut Ruut 15 mars 12:17

      @rosemar
      De quelle culture parle tu ?
      Des chansons 90 % anglophones dont 95 % des étudiants ne comprennent pas les paroles et dont personne n’arrive a chanter en famille ?
      Des films au Cinéma 90 % US et gorgés de sang et de langage ordurier avec des scénarios bidons mais blindés d’effets numériques.
      Des peintures du Louvre qui sont un cas pathologique grave ou s’enchaîne les pires crimes possibles et inimaginables en peinture.

      Il leur reste quoi aux jeunes, ah oui, les jeux vidéos a 50 % en anglais faute de traduction.......
      Quand au reste c’est a vous de leur apprendre a les apprécier.
      Sauf que ce n’est ni au programme ni possible dans le temps impartis.

      Oui les addictions sont un problème, mais notre élite ne montre pas vraiment l’exemple.
      Donnez leurs des cours qui expliquent encore et encore les effets des addictions et ce sous différents angles, il y en aura forcément un qui les fera percuter.


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 15 mars 12:20

      @rosemar

      « heu m’dame, un petard aussi ça ouvre l’esprit », dixit un des vos élèves ^^ lol


    • pirate pirate 15 mars 13:01

      @Ruut
      je voulais savoir, vous débitez toujours autant de connerie fruit d’une inculture phénoménale ou vous avez fait un effort.

      Grande nouvelle mamie Rosemar, le cannabis est une culture à lui tout seul, je peux citer, auteur, musicien, cinéaste qui ont enrichi ou se sont appuyé sur cette culture, c’est même de l’ordre du sacré en Inde, alors peut-être que vous devriez enrichir la votre de culture, ça vous aiderait à dialoguer et à prévenir au lieu de faire la mémé en panique.


    • baldis30 15 mars 14:57

      @bouffon(s) du roi
      bonjour

      « Quand une société ne propose pas d’avenir si ce n’est devenir un putain d’esclave » 

      Voilà le fond du problème c’est pas 3/3 que devrais mettre mais 20/20....

      par contre tout peut servir et je ne suis pas d’accord du tout sur :
      « apprendre un tas de conneries qui ne leur servira à rien »
      c’est oublier que l’école, le collège, le lycée sont des ouvertures vers les autres par la réflexion et les modes de raisonnement ( ceux qu’une immense partie des dirigeants voudrait voir disparaître parce qu’ils sont gênants pour leur domination, celle-là même que vous dénoncez dans le mot « esclave » ). 




    • rosemar rosemar 15 mars 18:25

      @Ruut

      la culture, c’est la littérature française qui est enseignée dans tous les lycées : Rabelais, Montaigne, Racine, Molière, La Fontaine, Voltaire, Hugo, Baudelaire etc

    • Goda Goda 15 mars 19:09

      @rosemar

      Beaucoup de gens cultivés et avides de culture sont également consommateurs de produits.
      Baudelaire, Rimbaud, Cocteau, Shakespeare, Benjamin Franklin, Van Gogh, Toulouse Lautrec, Freud, Malraux, Lou Reed, etc... Mettre dos à dos consommation versus culture me parait être totalement a coté de la plaque et terriblement caricatural, voire meme suspicieux mais bon, n’allons pas jusque là.
      Alcool, cannabis, cocaine, heroine, MDMA, LSD, crack, ether, codeine, colle, speed, etc... Tous ces produits ne sont que des « vecteurs ». Tout comme ce ne sont pas les armes a feu qui tuent les gens mais bel et bien des gens qui utilisent des armes a feu pour tuer des gens, la problématique regroupe plusieurs points d’achoppement. 

      Premièrement, le business de la plupart de ces produits est tenu par les mafias, avec tout ce que cela implique. Le noeud est là et pas ailleurs. Ces produits n’arrivent pas par hasard, et tout comme pour d’autres produits plus légaux, le besoin doit être créé chez le consommateur. Et la chimie fait le reste on dira, hélas.

      Deuxièmement, les problèmes de santé publique, de salubrité, de prévention et d’addiction liés à ce traffic doivent être considérés en prenant en compte toutes les conséquences de ce problème majeur de société qu’est la consommation de produits, c’est à dire qu’on ne peut pas traiter ce problème sans mettre les mains dans la mmm... que représente le traffic, et si on commence par là, ca peut aller loin.. ou s’arrêter très vite aussi (plouf). C’est selon le degré de nuisance que vous mettrez face aux trafiquants.

      Parellelement à tout cela, des « petits » en arrivent jusqu’à se verser des bouchons d’alcool par les yeux. Oui, par les yeux. Le concept étant que l’effet de l’alcool se ferait ressentir plus vite, car les yeux étant proches du cerveau, etc. Je vous laisse imaginer la « beauté » de la scène. 
      D’autres encore vivent dans des « no mans land » ruraux, où des situations surréalistes existent comme par exemple certains endroits en France où il y a zero traffic de cannabis, mais ou bien sûr, l’alcool coule a flots, mais où se greffe de façon étrange d’autres types de traffics, comme par exemple celui de l’heroine ou de la cocaine. Imaginez un bled, un petit village de campagne, où la jeunesse, au lieu d’être exposée comme quasiment partout à l’alcool et au cannabis se voit proposer uniquement de l’heroine en parallèle du sacro saint et culturellement correct, alcool. Imaginez un peu des jeunes en manque d’heroine qui s’injectent de l’alcool, du vin ou que sais-je, directement dans les veines, avec les effets que l’on connait. Voila où nous mène une politique hypocrite de fausse lutte contre la drogue. 
      D’autres personnes pratiquent aussi la défonce dite « légale », à grand coup de valium, de codeine, de prozac, etc. Les pratiques ne sont en effet plus à la consommation récréative et cela transcende les classes sociales. 
      Soit dit en passant, l’hypocrisie de la lutte contre le traffic de drogue est d’une profondeur sans limite. La course est biaisée et les dés sont pipés. La société fait l’apologie de l’addiction si on y refléchit un tant soit peu. L’altération de la perception est une pratique caricaturée, traitée d’une façon naive et binaire, mais est subrepticement encouragée, et quand bien meme la réalité serait toute rose, il y aurait quand meme des dealers pour vous en vendre, car le business est tellement juteux, qu’il fait partie intégrante de notre société, et des fois est lié directement au contrôle des « masses ». « Tout est bon dans la dope ». Les benefices financiers. L’implication des plus démunis dans le traffic (les petites mains corvéables et condamnables-sacrifiables) permet de tenir les quartiers, et les consommateurs lénifiés et dépendants seront plus aisément contrôlables, et de toute façon, vu qu’ils flinguent leur vie ils ne représenteront donc pas de menace pour un système aussi bien huilé.
      La drogue écoulée dans le 93 (ou ailleurs) par exemple génère beaucoup d’argent, certes, mais cet argent se voit blanchi au final par des mafieux et des nantis protégés par le pouvoir, et au final les billets sont repassés dans le 92 (ou ailleurs) et finissent par gonfler les poches de nantis et de corrompus qui évoluent bien au-delà de la populace de base qui subit réellement les méfaits de ces traffics au quotidien. C’est bien pour cela que stigmatiser la jeunesse des quartiers est d ’une stupidité crasse et relève d’un déni de réalité ou alors d’une simple ignorance. Bref, le traffic profite à des bourgeois bien ancrés dans le système, qui seront les premiers à sortir des theories scabreuses pour se faire reluire et enfoncer les quartiers plus populaires, où ils écoulent leurs produits (effet de diversion primaire). En clair, du pur déni, du « bottage en touche », exercé par des gens impliqués jusqu’au cou et profitant pour le coup réellement du système mafieux bien établi et des protections des notables et de apolitiques nécessaires à la pérennité du business. Tout cela s’inscrit bien entendu dans la tradition mafieuse et républicaine de notre beau pays. L’omerta étant de mise.

      La spirale de la guerre contre les trafffics de stupéfiants peut se résumer de façon simple.
      Les trafiquants sont plus que couverts par les politiques, ils sont associés.
      Les produits sont cultivés, conditionnés et transportés en quasi totale impunité. 
      Combien de go-fast se voient arrêtés sur le nombre total de go-fast pratiqués ? 
      Combien d’argent génère le traffic ? 
      Quel est, du coup, l’envergure de la « pieuvre » ? 
      Quel est le budget réellement alloué à la lutte contre les traffics de drogue ? 
      Combien pèse-t-il face au budget alloué au traffic et à son bon fonctionnement ? 
      Qu’est-ce que cela implique, au niveau technologique, logistique, organisationnel de ces réseaux ? Les trafiquants ayant toujours une longueurs d’avance sur les forces de police.
      Quels sont les connections à haut niveau ? Et le degré de corruption ? (cf. les stucs de Lyon, de Paris, impliqués dans des affaires)
      Mafias, polices, politiciens, diplomates, familles royales, grand business men de tous poils, exportateurs, firmes liées à « big pharma », etc. Voilà encore où se situe le noeud du problème. Le réseau est vaste et tous les chemins mènent au plus hauts niveaux du pouvoir. Argent non imposable. Caisse noire. Blanchiment massif. Etc.

      Alors en effet les lycées , les collèges, la culture de la défonce, la pop culture, les hippies, les surréalistes, ou que sais-je... ca existe. Oui l’appropriation (artificielle) du phénomène par les consommateurs est inévitable : ritualisation de la prise, idéalisation du produit, positionnement du consommateur par rapport à la doxa, et par rapport à la société, fausse rebellion occultant une vraie soumission, vrais combats contre la dépendance, contre l’isolement, etc... 
      Le marché est vaste, rapporte tellement ; la banalisation est réelle, la pratique est calquée sur le consumérisme le plus abject, et tout cela est bel et bien voulu. Comme l’a dit quelqu’un plus haut les jeunes se sont toujours défoncés. Mais j’ajouterais que ce n’est certainement pas l’apanage de la jeunesse, bien au contraire, c’est juste typiquement humain. Mais c’est le consumérisme et le business qui provoque les grandes dérives et les crises sanitaires, c’est le business qui guide la main du traffiquant à celle du client, c’est encore le business qui met des freins a des politiques de preventions et de protection des consommateurs. 
      Se verser dans le bizarre, sniffer de la colle ou de l’eau écarlate, « boire » par les yeux, se codéiner la tete tous les jours en parallèle à une consommation d’alcool, etc.. la culture de la « défonce » est prégnante qui plus est. 
      Bref, interrogeons nous sur ceux à qui profite réellement le crime au lieu de chialer, et d’être pétrifiés dans la peur ou la condamnation des jeunes, qui ne sont une fois de plus que les pantins d’un système bien rôdé et bien établit. Pointons du doigt et enfonçons-le là où çà fait mal. Sinon on peut tourner en rond longtemps. Et rien ne s’arrangera. La mafia et la politique. Les mamelles du traffic. Le foyer de la corruption. 







    • Enabomber Enabomber 15 mars 19:24

      @Goda
      Doit-on s’étonner que dans une société où la consommation est l’alpha et l’oméga, on consomme, ceci ou autre chose ?


    • Goda Goda 15 mars 19:28

      @Goda

      Désolé pour les fautes de frappe.

      Corrections :
      ce n’était pas « Parellelement », mais : « parallèlement »
      Pas « se greffe », mais : « se greffent »
      Pas « de apolitiques », mais : « des politiques »
      Pas « quels sont » mais : « quelles sont »
      Pas « longueurs », mais : « longueur »
      Pas « les stucs », mais : « les stups »
      Pas « j’ajouterais » mais : « j’ajouterai »
      Pas « qui provoque », mais : « qui provoquent »
      Pas « préventions », mais : « prévention »

      Et désolé pour celles qui sont passées au-travers de mon détecteur de fautes.





    • Goda Goda 15 mars 19:37

      @Enabomber

      Bonjour.
      Le fait que l’on consomme est naturel en soi. L’eau, l’air, la vie, etc. 

      S’étonner, non... 
      Pourquoi s’étonner et pourquoi se scandaliser meme ?
      De plus, je pense qu’il y a une différence entre « consommation » et « consumérisme ». Une nuance qui a son importance. 
      Consommer de la nourriture est vital. 
      Se goinfrer jusqu’à en muter ou jusqu’à en devenir malade relève du consumérisme.
      Boire un ou deux verres de vin par jour n’a jamais tué et ne tuera jamais personne. 
      Mais « se la coller » du soir au matin après un sextuple pontage, relève de l’addiction et donc d’une façon de consommer qui a des conséquences bel et bien néfastes sur l’organisme.

      Apres, le fait que la consommation soit l’alpha et l’omega de cette société, je ne saurais dire.. 
      C’est un aspect majeur certes, mais la consommation, en soi, ne me parait pas être l’alpha et l’omega. Ou alors il faudrait vraiment développer cette théorie et du coup rentrer un peu plus dans les détails. Je suis ouvert pour toute analyse pouvant démontrer cette affirmation d’ailleurs.


      Je ne sais pas si j’ai répondu à votre question.



    • pirate pirate 15 mars 19:46

      @rosemar
      oui on comprend mieux le désespoir de vos élèves. La culture dans votre esprit arriéré c’est donc la littérature classique française....

      quelle misère intellectuelle.... qu’elle pauvreté culturelle.... et en plus c’est prof.... oui je comprends vos élèves, le suicide c’est leur prochaine étape.


    • pirate pirate 15 mars 20:19

      @Goda
      100% d’accord avec vous. A ce sujet, bénéfice généré par la seule cocaïne dans le monde 400 milliards, par les cannabis 300 milliards (chiffre qui ne sont que des évaluations et qui sont probablement minoré pour les raisons que vous évoquez) or le budget de la DEA est de 20 milliard et celui de l’OCRTIS de.... 250 millions.... mais qui pour s’intéresser à l’apport financier de la drogue dans les élections française, via Pasqua et la mafia Corse, via les paradis fiscaux notamment Monaco si accueillant avec ses clients russes. Qui s’intéresse de savoir que l’argent de la drogue gonfle à loisir le PIB des pays comme la France, l’Italie ou le Royaume Uni. Qui veut savoir le fils de Pasqua, l’homme qui durci les lois sur la drogue, alors que c’était l’ami de Paul Léandri, la courroie de transmission de la French Connection, ex gestapiste et allié de Lucky Luciano, son fils donc a été arrêté pour trafique de cocaïne, plusieurs kilos... personne, la propagande des responsables du trafique qui ont tout intérêt à ce que cette situation de prohibition perdure marche à fond dans la tête des vieilles dames, et se cristallise sur la jeunesse à qui on n’a rien, strictement rien, à proposer et dont on attend qu’elle ait 50 ans à l’adolescence.


    • mmbbb 15 mars 20:34

      @bouffon(s) du roi il faut bien qu il y est des cons comme moi pour payer des impôts afin de soigner les drogues dans des centres specialises ! 


    • mmbbb 15 mars 20:46

      @pirate a le trou du cul est de retour le monsieur « Culture »


    • Goda Goda 15 mars 20:55

      @pirate

      Oui. C’est l’omerta totale.
      Les chiffres d’affaires sont surement minorés en effet, mais sont déjà ahurissants.
      Oui la mafia corse est notre mafia, adoubée, en France.
      Les médias s’amusent dernièrement avec leur terme galvaudé d’« état profond ». Joliment dit. 
      On pourrait aussi juste dire état mafieux ou république bananière, mais cela le ferait moins sans doute. Le terme « état profond » donne une certaine patine presque élégante à la chose, voire une sorte de reconnaissance et d’acceptation.
      Je vais glisser un peu depuis ces connivences entre mafieux et politiciens (entre autres) vers un autre sujet... Mais sur lequel je m’interroge depuis quelques temps.
      Voici : 
      bien que je trouve son discours plutôt bien construit en comparaison avec d’autres, je trouve que le cas Asselineau, est très intéressant à ce sujet.
      il est passé dans les médias ces derniers jours car 500 signatures obligent.
      Et voici un fait qui m’a fait tiquer : lorsque ses interlocuteurs mentionnaient Pasqua de façon presque anodine mais parfois aussi de façon feutrée et prudente, sous-entendant du bout des lèvres ce genre de connections : mafia et pouvoir. 
      Je me suis demandé comment et pour qui ce type roulait. 
       > Effet réussi du journaliste certes mais...
      Je n’ai pour le moment pas la réponse à ma question.
      Ce qui est sûr c’est que politique et mafia sont intimement connectées.. et que le business parallèle y est aussi fortement encouragé. Drogue, armes, humains, etc. tout est bon pour le biffeton. Mais le biffeton n’est, là encore et à ces niveaux de pouvoirs, qu’un moyen, qu’une interface.. le but réel étant le pouvoir sans partage.
      Très bon documentaire sur les mafias et la république d’Arte, si je peux me permettre de poster le lien ici :





    • pirate pirate 15 mars 21:07

      @Goda
      oui je l’ai vu, ce qui m’a le plus surpris c’est que ce doc existe, mais à mon avis, il n’existe que parce que le Parrain, Charles Pasqua est mort. Pour l’autre je ne sais pas, je ne m’intéresse pas aux candidats d’une république mafieuse.


    • Goda Goda 15 mars 21:10

      @mmbbb

      intuile de vous jeter la pierre Pierre.
      Franchement on paye tous dans cet état de fait. 

      Ensuite on ne soigne pas les drogués. Ce ne sont pas des malades.

      Ce que vous appelez « centre spécialisés », j’imagine que vous parlez des CAARUD. 
      Sans ces centres spécialisés, les consommateurs consommeraient dans la rue, exposant ainsi d’autres personnes à des risques collatéraux liés à la consommation de ces produits et s’exposant eux-mêmes a bien d’autres risques (meme si je me doute que cela vous paraitra secondaire).
      Donc je pense que ces centres sont plus un bien qu’un mal. Je veux bien que mes impôts servent à financer ces centres plutôt qu’à financer le train de vie vilipendieux des vrais trafiquants de drogue en col blanc ou en tout cas de ceux qui vivent bien grâce a ces traffics. 
      L’existence des CAARUD evite au passage les seringues qui trainent dans les bacs à sables par exemple... Et permet un réel suivi du phénomène, car sinon il n’y aurait aucune visibilité de ces populations ni aucun contrôle possible (pas un contrôle orwelien, je parle d’un contrôle de bon sens et adapté a la problématique profonde qu’est la consommation de produits).





    • Goda Goda 15 mars 21:15

      @pirate

      Moi je m’y intéresse dans une approche purement analytique et critique de notre société. 
      Je ne mentionnais pas cette personne pour relancer un débat sur lui ou sur son programme (cela foisonne sur ce site, les pros vs les antis...), mais juste pour souligner une étrange résonance qui a eue lieue en moi lors du visionnage de ces interviews divers.





    • pirate pirate 15 mars 21:19

      @mmbbb
      ah je vois que vous avez enrichi votre vocabulaire avec le mot « culture », signe que vous avez dépassé la lettre B, c’est bien, maintenant il faudra en comprendre l’usage, il y a plusieurs type de culture en ce qui vous concerne et considérant vos capacités intellectuelles, je vous conseille de vous en tenir à celle des carottes. smiley


    • steklo steklo 15 mars 22:20

      @pirate

      Tout dépend de la dose. Si vous fumez du cannabis comme d’autres des cigarettes, soyez sur, et je l’ai déjà constaté sur 2 jeunes connaissances, que c’est l’asile psychiatrique qui vous attend pour schizophrénie avec des états de dédoublement. Ligotté pendant 2 jours, l’arrêt de la prise de cannabis est immédiate, mais à la place c’est les drogues pharmaceutique qui vous font plonger dans l’abyme et donner des arguments aux psy de ne pas vouloir vous laisser sortir. Un enfer pire que le premier.


    • rosemar rosemar 15 mars 22:20

      @pirate

      Il faut arrêter d’insulter les gens sur ce fil... 
      Il faut arrêter de se « la péter » !

    • rosemar rosemar 15 mars 22:35

      @Goda

      Oui des gens cultivés sont des consommateurs mais ce sont, aussi, des créateurs, des poètes qui ont cherché parfois dans la drogue une inspiration...

      Ceci dit, je ne condamne pas les jeunes, mais je suis confrontée à un problème grave car l’ambiance de classe n’est pas bonne.

    • pemile pemile 15 mars 22:38

      @rosemar « mais je suis confrontée à un problème grave car l’ambiance de classe n’est pas bonne. »

      Mais la relation de causalité avec le sujet de l’article est-il avéré ?


    • rosemar rosemar 15 mars 22:38

      @pirate


      Eh oui, la culture classique a aussi de la valeur... 
      Evidemment, ces auteurs sont, pour vous, de vieux cons... on a com-pris !

    • pirate pirate 15 mars 22:41

      @rosemar
      eh non même pas désolé, c’est ce qui nous oppose, vous avez une culture limitée, moi pas.


    • rosemar rosemar 15 mars 22:44

      @pemile

      Oui, c’est évident : l’ambiance de classe est perturbée par ces élèves.

    • pemile pemile 15 mars 22:45

      @rosemar « Oui, c’est évident : l’ambiance de classe est perturbée par ces élèves. »

      Vous faites des tests salivaires pour valider votre causalité ?


    • rosemar rosemar 15 mars 22:48

      @pirate

      On avait com-pris : inutile de le préciser...

      Vous vous la pétez sans arrêt ! Vous êtes con-tent de vous !



    • pirate pirate 15 mars 22:50

      @steklo
      bref vous racontez vous aussi n’importe quoi.
       
      1)je fume depuis 39 ans, je ne suis pas schizo et ma pathologie mentale n’a rien à voir avec le cannabis. Je consomme variablement mais j’ai des périodes intenses, et tout va bien merci.

      2)la consommation et son résultat sont concomitant d’un certain nombre de facteur, le stress, la déprime, sont des facteurs aggravant mais pas forcément.

      3)3,5 millions d’usagers courants, aucun cas de schizophrénie lié ou avéré.

      4)la psychiatrie emploie la contention à tout usage, voir mon article sur le sujet. Et le shit est couramment consommé en psychiatrie

      Bref vous avez une vision tant du cannabis que de la psy complètement fantasmé.


    • pirate pirate 15 mars 22:58

      @rosemar
      ne vous essayez pas au blague carambar c’est de votre niveau mais je n’y suis pas sensible, non la seule personne qui est auto-satisfaite ici c’est vous avec votre Culture avec le grand C de classique, avec vos petits élèves les pauvres qui sont perdu et en plus il mette une mauvaise ambiance dans VOTRE classe, pas un seconde dans vos propos, pas à une seule ligne vous faites mine de vous intéressez à autre chose qu’à votre propre affolement. Pas une seconde vous cherchez à comprendre le phénomène, vous vous contentez d’un constat « ouh la la MA classe est toute chamboulé à cause des drogués qui veulent quitter la réalité », rien que cette seule assertion marque votre inintérêt de ces élèves et la plus complète auto-satisfaction chez vous. Je plains votre classe.


    • Goda Goda 16 mars 02:05

      @rosemar


      « @Goda

      Oui des gens cultivés sont des consommateurs mais ce sont, aussi, des créateurs, des poètes qui ont cherché parfois dans la drogue une inspiration...

      Ceci dit, je ne condamne pas les jeunes, mais je suis confrontée à un problème grave car l’ambiance de classe n’est pas bonne ».

      . . .


      Sans être défoncé , le peu que je me souviennes est que l’ambiance en classe n’était pas bonne non plus.

      Si à cela vous ajoutez la problématique qu’est la consommation de produits, alors je ne peux que vous encourager à voir avec votre hiérarchie comment gérer ce problème. Un rapprochement avec les parents d’élèves peut-être ? Un retour de votre part sur ce sujet serait des plus intéressants d’ailleurs, si jamais vous faites cette demande à vos supérieurs. Car cela nous donnerait la possibilité de constater réellement la politique officielle appliquée dans les établissements en matière de lutte contre la drogue.

      Si au-delà de cela vous n’avez aucun moyen, ni aucun soutien de la part de votre hiérarchie.. alors je ne vois qu’une seule approche possible : amener le sujet sur la table. Vous avez votre pédagogie. 
      Personnellement en tant qu’élève, j’aurais apprécié une approche didactique du sujet par les professeurs, humoristique, légère, mais qui petit à petit en arrive aux thématiques traitées aujourd’hui sur le fil, à savoir : a qui profite ce business. Et quelle est leur méthode pour vendre et s’étendre. Un gosse est pas plus con qu’un adulte c’est juste qu’il est souvent un peu plus naif. Mais une fois les causes et les effets bien exposés et de façon bien critique je pense qu’il y’a possibilité de leur faire comprendre le benefice de ne pas faire fructifier de tels marchés. 
      Je ne sais pas... invoquez les petits frères, les petites soeurs... parlez du fait qu’on fait d’eux des cobayes.. Prenez un ton « conspi » si vous pensez que cela les interpellera plus.. Que sais-je.. Je ne suis pas a votre place.. et m’en satisfait (mais ne m’en réjouis pas). 
      Mais je ne peux me satisfaire de cette situation qui vous pourrit la vie, mais aussi et avant tout celle de ces gamins qui ne s’en rendent meme pas compte. Difficile de communiquer. Votre voix est « de facto » celle du système à leurs yeux... A vous de leur montrer peut être (je ne sais pas si c’est productif ou pas) qu’au final c’est parce que vous les aimez bien que vous ne voulez pas les voir dans cet état de délabrement qui vous fait vous demander si vous enseignez a des zombies ou a des cobayes humains.
      Enfin, si l’approche didactique s’avère inefficace, alors, je vous dirais de les évacuer de la classe. Mais est-ce légal sur une base spéculative ? Devriez-vous obligatoirement apporter les preuves de leur « état second » quand bien meme il est évident à constater ? 

      . . .

       

    • baldis30 16 mars 08:38

      @Ruut
      bonjour, 

      on met le mot culture à toutes les sauces, y compris les plus immangeables.
      Confusion totale entre les notions et les mots ! 
      passade, mode, style , époque, société, civilisation, .... bof ....., bof .... 
      Et combien de ministres « dit de la Culture » et ne se prenant pas pour un simple avatar de l’évolution nous ont gorgé de mots.....

      Et combien j’apprécie cette remarque :
      « Des chansons 90 % anglophones dont 95 % des étudiants ne comprennent pas les paroles »
      S’il n’y avait que ça !


    • baldis30 16 mars 08:53

      @rosemar
      bonjour, 

       des poètes, des créateurs .... 
      Beethoven, Liszt, Berlioz, Hugo, Lamartine, Musset ..... en avaient-ils besoin ...... et seulement comme exemples ....
       Il est vrai que pour beaucoup ils faisaient une addiction à leurs muses ( au pluriel pour certains) 

    • manu manu 16 mars 13:42

      @Goda

      Pour moi c’est pas la question la plus importante...


    • Ruut Ruut 16 mars 15:20

      @rosemar
      N’est ce pas restrictif de limiter notre Culture a uniquement la Littérature du passé ?
      Quel Auteur actuel et vivant nous conseillez vous ?
      Quels chanteurs modernes subliment la langue Française ?
      N’est ce pas plus intéressant ?


    • Ruut Ruut 16 mars 15:32

      @baldis30
      Merci, mais je trouve vraiment triste que les familles ne chantent plus les chansons faut d’en comprendre les paroles cas dans une langue non maîtrisée et non maternelle.
      Le français et si riche en nuance et subtilité que son tarissement est un véritable appauvrissement culturel.

      L’insulte a notre culture est ce verbiage dit des banlieue qui appauvris considérablement notre si beau langage.

      Il est triste que de nombreuses fautes de français salissent les chansons pour enfants.

      La TV et la radio sont en grande partie responsables de la baisse de la qualité de notre langue nationale.

      C’est triste.

       


    • bourrico 07 17 mars 10:49

      @bouffon(s) du roi


      Chochotte ?
      Non, j’ai juste autre chose à foutre que de causer avec des simplets dans ton genre.

    • rosemar rosemar 17 mars 21:16

      @Ruut

      On peut lire Houellebecq, Le Clézio, Modiano, Tournier...
      Et puis des ouvrages philosophiques de Michel Onfray : Cosmos, par exemple...

    • steklo steklo 17 mars 21:43

      @pirate
      Rapporter des faits précis et vécus tient du fantasme ! Vous devriez diminuer sérieusement les doses. Vous dites que pour vous, tout va bien, mais c’est plutôt à votre entourage d’en juger. Pour votre entourage d’agoravox, mieux vaut ne pas faire un sondage !


    • Goda Goda 21 mars 15:52

      @manu

      Pour moi non plus. 
      Mais je tente (peut-être en vain) de rester dans le cadre plus ou moins....

  • bourrico 07 15 mars 09:48

    Oulala, la drogue, le grand mot, Satan, le mal absolu.... incarné dans le cannabis, quelle poilade. smiley


    Aussi, je ne vous dirai pas la proportion de fumeur d’herbe qu’il y avait dans nos classes quand j’étais étudiant en Physique-Chimie à l’université, vous en perdriez votre Latin.


    • Paul Leleu 15 mars 16:18

      @bourrico 07


      quand on voit l’état de soumission débile de nos peuples, il serait peut-être temps de se poser la question du H inoffensif ... 

    • Goda Goda 15 mars 20:35

      @Paul Leleu

      Faire un lien entre la soumission des peuples et la consommation de cannabis me parait erroné.
      Un « soumis » est et restera un « soumis », au-delà de ce qu’il consomme. 

      Apres, les consequences sur l’organisme peuvent en effet tirer le consommateur vers le bas physiquement et psychiquement, mais je doute fortement que le cannabis engendre des moutons uniquement. Rien qu’à voir les enfants soldats en afrique, vous pourrez comprendre que le cannabis n’est pas seulement la fameuse « cigarette qui fait rire ». 
      En réalité le cannabis, dans le diagramme des drogues, se situe au beau milieu de tous les produits. Au centre. Il est donc un produit bien plus « neutre » que beaucoup d’autres. En fait ses effets sont très changeants selon la personne qui le consomme, et selon des facteurs liés a l’humeur et à l’état d’esprit du consommateur, et ce, bien plus que d’autres produits qui eux, au contraire, auront peu ou prou le meme effet chez tout un chacun, comme par exemple un antidépresseur, mais bon, toutes proportions gardées bien sur . Bref, tout est dans l’approche, dans la pratique. Apres le débat : cannabis bien ou mal... est totalement sterile. Le cannabis existe. A nous et à l’ensemble de la société d’approcher le problème avec circonspection et sagesse.

      Par contre je pense que la propagande poussant au consumérisme débridé crée bien plus la soumission que vous évoquiez. 
      Je pense que la télévision pousse aussi bien plus à la soumission.
      Le jeu avec l’appât du gain évident qu’il génère, pousse aussi bien plus a une forme d’avilissement. 
      Apres il est vrai que les jeunes sont les cibles les plus menacées par ces produits car plus ils sont consommés tôt plus les dommages sont profonds et importants.
      Donc le pire scénario serait un jeune, scotché devant la télé et shooté.. ?
      Mais là encore, les phénomènes liés à l’alteration de la perception peuvent engendrer de surprenants effets chez ce meme jeune qui a l’air de se lobotomiser dans la joie et l’insouciance.. Des fois, qui sait, cette perception altérée lui fera entrevoir dans quel spirale et dans quel jeu de dupes il se tient. Probabilité naïvement énoncée ici, mais nous ne pouvons des fois qu’espérer, face a certains problèmes. En tout cas, la conscientisation d’une telle révélation dépend de beaucoup de facteurs. Et si le jeune est isolé et mal entouré alors il n’aura pas le recul pour considérer cet aspect de sa situation et il s’enfoncera d’autant plus dans sa pratique.

      Rien n’est inoffensif si on regarde les faits à votre manière, il faut bien le dire.
      Cela veut-il dire que tout est mauvais ? 
      Je ne me permettrai pas de me perdre dans de telles conjectures.
      Le problème de la drogue est réel. De toutes les drogues. Car le « noeud gordien » est représenté par les benefices générés par toutes ces drogues, légales ou non. Par le fait que le système VEUT que l’on consomme. Que les messages sont paradoxaux : prevention versus incitation.
      Toute addiction est une forme de soumission mais aussi de lutte. N’oublions pas ceux qui cherchent a s’en sortir malgré tout.





    • baldis30 16 mars 08:46

      @bourrico 07
      tout ceci passe par les poumons,

      alors il serait bon que vous fassiez un petit tour dans les services de pneumologie d’un hôpital pour voir les ravages causés par toutes les drogues inhalées, du tabac au cannabis .

      ne venez pas ensuite parler du déficit de la Sécurité Sociale en matière de maladie ...... 


    • manu manu 16 mars 13:50

      @Goda

      La drogue peut accélérer la chute comme l’ascension.


    • bourrico 07 17 mars 10:53

      @baldis30

      Quel est le rapport avec la choucroute et l’article ?
      Vous voulez analyser toutes les toxines et autre machin cancérigènes, ou mutagènes que vous respirez en raison de la pollution, que vous avalez dans la bouffe issue de l’industrie, tout ça au nom de la sacro sainte économie, etc, etc.
      Arrêtez votre char, vous allez me faire rire.

    • Goda Goda 21 mars 15:54

      @manu

      manu 16 mars 13:50

      « @Goda

      La drogue peut accélérer la chute comme l’ascension. »


      oui certes... et donc ?




  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 15 mars 09:50

    On peut lire dans Wikipedia qu’Emmanuel Macron a été « de la sixième à la première, élève du lycée La Providence, un établissement privé catholique d’Amiens fondé par la congrégation des jésuites ».

    Gageons, ma chère Rosemar (si vous permettez cette soudaine familiarité) que dans cet établissement on ne tolère pas ce genre de comportement !

    • Clocel Clocel 15 mars 10:08

      @Jeussey de Sourcesûre

      « dans cet établissement on ne tolère pas ce genre de comportement ! »

      Pas sûr !

      La transgression n’en est que plus savoureuse ! smiley

      Pis, si on se fait crever, on est sûr que ça se réglera dans l’ambiance feutrée de la direction, entre, gentlemen...


    • pirate pirate 15 mars 10:51

      @Jeussey de Sourcesûre
      ahem.... j’ai été élève de Juilly, collège catholique tenu par des jésuites, célèbres pour ses élèves, Molière, La Fontaine et Mesrine.... c’est précisément dans ces milieux friqué qu’il y a le plus de dope.


    • rosemar rosemar 15 mars 10:59

      @Clocel

      Si ce n’était qu’une transgression passagère, mais dans ce cas précis, le problème est récurrent et inquiétant.

    • Paul Leleu 15 mars 16:19

      @Jeussey de Sourcesûre



      A la fête de Lutte Ouvrière aussi, la drogue est interdite... peut-être que ça alimentra votre réflexion politique. 

  • foufouille foufouille 15 mars 10:26

    ouais heu .........
    ça fait des années que ça existes.
    tu as acheter des nouvelles lunettes ?


    • Paul Leleu 15 mars 16:22

      @foufouille


      il y a plein de problèmes qui durent depuis des années... parler du Haschich est-il tabou ? Il y a une bien-pensance concernant le Haschich ... et c’est juste des millions de corps humains qui sont impactés par cette molécule « cool, festive et inoffensive »... 

      ça me fait marrer de voir des gens passer des heures à nous refaire le scénario de l’effondrement des tours du 11 septembre, mais personne qui s’interroge sur les nuages de fumée (canabique) qui leur voile la réalité ! 

  • Abou Antoun Abou Antoun 15 mars 10:28

    Mais, quand on apprend que de jeunes lycéens sont touchés par ce phénomène, et qu’on voit les ravages produits par ces substances sur des adolescents, c’est terrifiant.
    Les problèmes commencent bien avant, dès le collège (en attendant mieux...). Si la drogue est plus tendance l’alcool reste en bonne place, même pour les jeunes, chez qui la consommation change de mode, chez les vieux c’était, et cela reste toujours par imbibition, chez les jeunes c’est la technique anglo-saxonne brutale du ’bourrage de gueule’.
    Pour les adultes qui veulent rester dans la légalité et qui ont de petits moyens, ils peuvent se faire rembourser leurs addictions par la sécu (benzodiazépines, anti-dépresseurs, opiacées comme le tramadol et la codéine) qui est bonne fille et pas trop regardante.
    Pour l’Université le lundi est devenu une journée de ’récupération’ des excès du week-end. Quand au week-end, qui commence légalement le samedi matin, pendant mes dernières années d’exercice j’ai vu l’agitation se propager dès le vendredi après-midi, puis finalement le vendredi toute la journée. Il semblerait que la tendance actuelle soit la semaine de trois jours (mardi-mercredi-jeudi). Homo festivus brûle ses dernières cartouches.
    C’est un des symptômes visibles d’une société en décomposition. Le phénomène est encore plus perceptible en DOM-TOM où les frontières sont plus perméables et l’approvisionnement plus facile. Les administrations chargées de la répression (police, gendarmerie, douanes) connaissent toutes les filières et effectuent des descentes de temps en temps, la plupart du temps les ’responsables’ tiennent en public des propos désabusés.
    Théophile Gauthier découvrirait aujourd’hui la France des maux et des camés.


    • pirate pirate 15 mars 11:08

      @Abou Antoun
      « c’est une des symptômes visibles d’une société en décomposition ».... ou l’art de sortir des bêtises grosse comme soi en nous barbant avec des poncifs sur la société en décomposition.

      1)ça fait auquel cas 4000 ans qu’elle est en décomposition, vu qu’une société sans drogue ça n’a jamais existé. Le cannabis fait partie de la pharmacopé chinoise, byzantine, egyptienne... depuis des siècles
      2)la cocaïne a été prohibée en France en 1914, le cannabis aux USA en 1937 parce que hein c’était le signe d’une société en décomposition.... en réalité ces drogues ont été prohibé pour deux raisons, le racisme et le lobbying.
      3)durant la guerre du Vietnam 70% des GI étaient intoxiqué, 30.000 consommateurs d’héroïne, fourni par les services américains à travers leurs alliés laotiens, la grande majorité n’est pas mort d’overdose, ni ne s’est perdu dans la consommation, sorti de la guerre ils se sont désintoxiqué. Pas de société en décomposition non plus ici, juste des gamins plongés dans l’horreur et la folie meurtrière.

      Sinon ce texte est d’une naïveté de grand-mère totalement confondante. On dirait que l’auteur découvre que ses chers petits ont grandi. ah oui m’dame, ils fument des bédos, faites donc de la prévention intelligente au lieu de chouiner.


    • Abou Antoun Abou Antoun 15 mars 11:25

      @pirate
      Bien sûr l’usage des drogues a toujours existé. Ce qui est nouveau c’est un problème d’échelle.
      Il y avait auparavant la drogue du pauvre (l’alcool), on savait dans quelles tranches de la société elle sévissait (relisez Zola) et la drogue des riches touchant une frange très privilégiée de la société relisez Conan Doyle).
      La classe ’moyenne’ restait relativement à l’écart de ces pratiques avec une consommation modérée d’alcool et de tabac.
      Ce qui est nouveau c’est l’accès à toute la société de drogues de riches, plus aucune classe sociale n’est à l’abri et le phénomène prend de l’ampleur.
      Je parle en connaissance de cause pour ce qui concerne le milieu scolaire et universitaire ayant commencé ma carrière en 1968 pour la terminer en 2007. Par ailleurs l’usage des neuroleptiques et autres psychotropes débute au début des années 70 et la consommation n’a fait que croître.
      Mon intervention n’est donc pas une simple opinion, elle repose sur des faits que j’ai pu observer.
      Pour ce qui concerne l’usage des drogues en temps de guerre, c’est vrai il remonte à l’antiquité, peut-on faire autrement ?
      Je crois que la consommation massive de drogues, comme l’addiction à des jeux de hasard est un signe du mal-être d’une société qui cherche à se ’divertir’, à se détourner d’une réalité sur laquelle elle pense n’avoir aucune prise.
       


    • rosemar rosemar 15 mars 11:43

      @pirate

      Mais de la prévention contre la drogue et les sectes est faite chaque année dans les établissements scolaires, Monsieur le donneur de leçons...
      Vous mélangez tout : le cannabis utilisé comme une pharmacopée et le cannabis consommé pour s’évader du monde réel : c’est vous qui êtes NAIF !!

    • rosemar rosemar 15 mars 11:44

      @Abou Antoun

      MERCI pour cette mise au point...

    • foufouille foufouille 15 mars 12:03

      @pirate
      il faut faire le parallèle avec son article sur l’alcool chez les jeunes.
      tous les jours, rosemar découvre l’eau chaude.
      trop vieille ou trop jeune et bourgeoise.


    • pirate pirate 15 mars 12:52

      @rosemar
      vous plaisantez j’espère, j’ai parlé de prévention pas de « ouh la la la drogue c’est mal ça peut rendre fou » c’est à dire ce que VOUS vous appelez prévention. Déjà vous délirez complètement, personne ne sort du monde réel parce qu’il fume, il le rend plus acceptable. Plus acceptable que vos délires de vieille dame et votre naïveté de grand-mère, que la compétition scolaire, que la course aux bonnes notes pour finir chômeur, que l’exemple de la lâcheté continuelle de leurs ainés et du total décalage entre leur vision étroite du monde et ce que les mômes vivent dans le leur.

      Quand à l’intervention de votre prédécesseur, je rigole toujours du poncif sur la société qui va mal. Dans les années 20 la consommation d’alcool aux Etats Unis était endémique, un Volstead Act plus tard.... elle est toujours endémique. Le mythe développé par le bourgeois Zola autour de l’Assomoir.... c’est bien mal connaitre la littérature de Zola qui grossissait volontiers le trait pour des raisons évidentes. Ce n’était pas l’alcoolisme le problème, c’était la misère et pouvoir contrôler cette misère, d’où la raison pour laquelle l’absinthe fut prohibé et non pas à cause de cette supposé folie que provoquait la fée verte qui n’a jamais existé que dans la tête du législateurs, exactement comme avec le cannabis. Quand la consommation a explosé dans les années 60, la société n’était pas plus décadente, elle était jeune et avait envie de sortir du carcan, exactement comme les élèves de la mamie. Arrêtons donc de chercher des causes bidons, c’est pas une société en déclin qui engendre la consommation c’est une société d’indifférence, de compétition d’isolement. Eh ouais mémé, le cannabis est un facteur socialisant pour les gamins, même si c’est pas le meilleur et même si ne pas répondre à leurs besoins comme vous le faites tous en plaquant vos schémas de vieux fini par les conduire à devenir des consommateurs isolés et déprimés. Bref vous n’y connaissez rien et vous découvrez l’eau chaude.


    • foufouille foufouille 15 mars 14:12

      @pirate

      La thuyone est une molécule présente dans l’absinthe. Elle est très convulsivante et provoque des sensations de désinhibition et même, à fortes doses, des hallucinations.

      Sa formule chimique est C10H16O, c’est une cétone monoterpénique. Elle possède deux formes stéréo-isomériques naturelles, l’α et la β thuyone. L’isomère α thuyone est le plus toxique.

      Les α et β thuyones sont toutes deux présentes dans l’armoise ainsi que dans l’absinthe (boisson interdite entre 1905 et 2005 en Belgique et en 1915 en France puis autorisée de nouveau en 1988, et autorisée en Suisse à partir de 2005). Leur concentration dans l’absinthe vendue depuis 2005 est limitée à 35 mg·l-1, ce qui est nettement inférieur au seuil au-delà duquel les effets évoqués ci-dessus se manifestent3. Le taux de thuyone dans l’huile essentielle d’absinthe est de l’ordre de 50 %, mais le pourcentage d’huile essentielle dans la plante elle-même est uniquement d’environ 0,6 %. L’essence de thuya contient surtout de l’α-thuyone alors que celle de la tanaisie ne contient que de la β-thuyone et celles d’absinthe et de sauge officinale contiennent un mélange de ces deux isomères4,5.


    • Paul Leleu 15 mars 16:30

      @rosemar


      vous ne parviendrez pas faire entendre raison à des gens qui sont imbibés de THC... ils ont mis leur fierté dans le « bédo »... c’est leur seul orgueil... on leur a enseigné à baisser la tête et fumer du H... dans leur musiques de merde, le jazz, le rock, le rap, ouù ils apprennent à devenir des esclaves... 

      Le THC c’est la mentalité du téléspectateur qui ne comprend pas pourquoi il a des migrants en bas de chez lui... et qui excédé que le réel ne corresponde pas au virtuel, alors il va voter Le Pen ou Trump prout-prout avec les réac’ alcolo... La réalité, c’est qu’on est devenu des peuples de dégénérés... des masses de gens qui mettent leur pénis dans le pétard (parce-que c’est un peu ça au niveau psychanalytique)... 

      Il n’y a qu’à voir comment ils s’énnervent comme des hystériques dès qu’on touche à leur pétard... ils perdent totalement leurs moyens... parce-qu’ils ne peuvent pas assumer qu’ils se sont fait mettre avec le THC... que leur vie a été « médiocrisée », qu’ils ont abandonné tous leurs rêves et leurs ambitions et qu’ils s’y sont soumis... ils ne peuvent plus se regarder dans le miroir... le pétard, c’est la mauvaise conscience de la petite classe moyenne occidentale... 

    • rosemar rosemar 15 mars 16:33

      @pirate

      «  personne ne sort du monde réel parce qu’il fume, il le rend plus acceptable... » dites-vous...


      Monsieur le donneur de leçons qui sait tout, les élèves que j’ai sous les yeux me paraissent bel et bien hors du monde : 
      Vous ne voyez même pas votre propre naïveté dans les amalgames que vous faites entre pharmacopée et drogue pour s’évader...

      Balayez donc devant votre porte et arrêtez d’insulter les gens pour les impressionner : un aveu de faiblesse dans le raisonnement, à n’en pas douter...

      Bonne soirée

    • rosemar rosemar 15 mars 16:40

      @Paul Leleu


      MERCI pour ces précisions : certains sont hargneux et prompts à l’invective, en effet....

    • foufouille foufouille 15 mars 17:29

      @rosemar
      ça se voit que tu n’as jamais fumé de pétard. la défonce n’est pas obligatoire donc un petit joint ne fait pas planer. même si de nos jours tu as différentes variétés de cannabis avec certaines bien trop fortes.


    • pirate pirate 15 mars 19:20

      @rosemar
      eh mémère, arrête un peu de te le raconter, oui je connais le sujet, notamment parce que j’ai commencé à consommer à leur âge et que ce n’était pas pour échapper à la réalité mais parce que votre monde me faisait dégueuler, et il continue de me faire dégueuler, comme il les fait dégueuler. Un pays sans avenir qui propose une scolarité robotisante et vous voudriez qu’ils ne se droguent pas ? Ce qui est le plus surprenant c’est qu’ils ne se suicident pas en masse... ah un millier de mort par an en France chez les jeunes me dit-on dans mon oreillette, 18% des 15/24 ans.... peut-être que quand un de vos élèves se flinguera faute de trouver sa place dans votre monde de robot vous arrêterez de vous poser en mémère dépassé qui fait des leçons de maintient à des hommes de 53 ans, en attendant continuez de compter les mouches en jouant les effarouchée, on est heureux que vous ayez découvert l’eau tiède mais considérant que vous êtes enseignante probablement depuis Jean Jaures ça laisse rveu quand à votre capacité d’écoute e votre psychologie si vous réalisez seulement maintenant que vos élèves s’ennuient et que la société que vous leur proposez les angoisse, et à raison. Il n’y a que les malades pour s’adapter à une société malade.


    • pirate pirate 15 mars 19:29

      @foufouille
      merci je sais tout ça, excepté que la thuyone n’a jamais eu les effets qu’on lui prête, notamment parce qu’elle na jamais été concentré dans l’absinthe qui était en vente, en revanche son interdiction a permis à la société Ricard de faire une montagne d’argent avec quasiment strictement le même produit mais sans l’absinthe. encore une fois comme avec le cannabis qui fait dire absolument n’importe quoi aux délirants qui intervienne ici tout n’a jamais reposé que sur deux axes le contrôle des populations potentiellement dangereuse pour la bourgeoisie, l’ouvrier et la jeunesse, le lobbying pour des produits équivalent en terme de danger sanitaire mais avec un apport lucratif qui ne peut échapper aux bourgeois de l’industrie.


    • pirate pirate 15 mars 19:38

      @Paul Leleu
      si c’était pour nous dire que vous dissertez sur un sujet que vous ne connaissez pas, on était au courant. Je vous remercie pour mes rêves mais j’en ai accompli un certain nombre, je doute que ça soit jamais votre cas. Maintenant j’ai écrit deux excellents articles sur le sujet, inutile de préciser bien entendu qu’ils sont renseignés et cultivés, je vous conseille donc de les lire, ça vous cultivera. Comme je ne peux rien pour votre insuffisance cognitive ma contribution à votre culture s’arrêtera là, il faudra ensuite réfléchir par vous même, je sais ça vous effraie mais sortez un peu de votre zone de confort, je vous promet penser par soi-même n’est pas encore illégal en France, mais ça ne saurait tarder.


    • Goda Goda 15 mars 19:57

      @pirate

      Bonjour Pirate.
      Je me permettrais d’ajouter que, au-delà d’un probable désir de fuite de la réalité ou d’une probable nécessité de s’apaiser les nerfs, il y a réellement une forme d’incitation à la consommation aveugle et démesurée et à la défonce intrinsèque à notre société, qui dans les médias, qui dans des discours biaisés, et dans des exemples concrets, montrent à quel point il apparait « à la mode » de se défoncer la tête. Les produits deviennent des phénomènes de mode, la consommation devient une course a la défonce et on arrive à une forme d’apologie de la dissociation et de l’autodestruction, liée aussi au fait que la consommation de drogues « chères » placerait le consommateur dans une sorte « d’élite » (ca fait mal de l’écrire) bling bling, en clair : qui sniffe de la coke quotidiennement ne peut être qu’un boss, ou qu’une personne qui a réussit dans la vie pour pouvoir se payer un tel rythme de (poly)consommateur notoire. 
      Chez les forains, à l’age de 18 ans, le père offre souvent une ravissante petite boite à coke à son fils, avec paille en argent ou en or. Le symbole étant, « le jour où tu auras ta boite remplie sera le jour où tu pèseras dans la société ». 
      inutile de se scandaliser, la télé fait pire. Les tabacs font pire. les big pharmas aussi. La culture est imprégnée pour pas dire saturée de ce genre d’exemples.


    • Clocel Clocel 15 mars 20:09

      @pirate

      A vérifier, mais il me semble que l’absinthe (recette originale) est de retour sous la marque Pernod...

      Elle n’a d’ailleurs jamais cessé d’être produite selon des recettes familiales.

      La fin d’un long enfumage.


    • Clocel Clocel 15 mars 20:32

      @foufouille

      En France, on ne trouve sur le marché que différentes variétés de sativa, généralement de la white widow qui pousse bien sous notre climat, plus rarement de la skunk qu’on trouve plutôt en Europe du Nord. J’en ai fumé en Hollande, vraiment pas de quoi en faire un fromage.

      Je n’ai personnellement jamais rencontré de fumeur d’indica pure.

      Je parle bien entendu de l’herbe, pas des merdes qui arrivent en tablette d’Afrique de Nord dont on aurait du mal à tracer la composition.


    • pirate pirate 15 mars 20:39

      @Goda
      bien observé et vous avez parfaitement raison, j’ai vu la consommation évoluer chez les fumeurs d’une culture du partage et de la consommation en bande, c’était même un vecteur social qui a fait les beaux jours de la contre culture, on est passé à partir des années 90, concomitant d’une explosion du trafique, à la consommation solitaire, et dans des quantités d’autant industrielle, avec un rapport désormais strictement financier plus affectif or un des facteurs de consumérisme tel que vous le décrivez est précisément l’isolement. C’est exactement là le premier danger qui guette les jeunes consommateurs, non plus le cannabis festif et social mais le cannabis comme mauvais médicament pour un usage pathologique. Cela dit, le danger c’est aussi la disparition d’un certain élitisme. la cocaïne notamment n’est plus le produit de l’élite que vous décrivez mais celui de tout à chacun avec un gramme passé de 180 à 60 euros. Or qui dit fin de l’élitisme dans la drogue, veut dire fin des barrières sociales et donc également consumérisme. Une chose importante dans la drogue c’est le rituel. Dans sa dimension sacré d’une part et culturelle d’autre part, cette perte du rituel au profit d’une consommation décérébré et « décomplexé » a notamment été encouragé par notre société qui assimile le rituel a du replis sur soit ou le banalise.


    • pirate pirate 15 mars 21:12

      @Clocel
      en effet je crois que ça date de cette année, la fée verte version d’origine est de retour, l’interdiction a été levé, le lobbying a fonctionné maintenant il faut élargir le marché. car la drogue c’est mal, mais ses bénéfices c’est bien.


    • pipiou 15 mars 21:51

      @pirate

      C’est vrai ça mon pov’ pirate tu as eu une crise d’adolescence ? Comme je te plains.
      Tu dois être un des rares à avoir eu des angoisses existentielles, c’est normal que tu te défoules sur Rosemar, elle peut pas comprendre.

      Les jeunes vivaient beaucoup mieux y a 50 ou 100 ans, hein ?
      Bosser à l’usine à 16 ans c’était le bonheur et tu aurais bien voulu être à leur place, comme je te comprends.

      Allez lâche pas le bédo, le monde est trop compliqué pour toi et tu connais certainement tous les coupables de cette société qui te plait pas.


Réagir