mardi 16 mai - par rosemar

Quand le cours devient un combat...

Certains cours se transforment en un combat contre les élèves : il faut canaliser une attention défaillante, il faut contrôler les bavardages, s'imposer par la voix, avoir un sens immédiat de la répartie, il faut réprimander, parfois punir...
 
Face à certaines classes de 36 élèves, le combat est rude et on en sort parfois épuisé : rires, bavardages, ricanements fusent !
 
Les punitions sont un moyen de calmer le jeu mais il est difficile de les multiplier : les parents, on s'en rend compte, ne jouent plus leur rôle : ils contestent les punitions, admettent les mensonges de leurs enfants, les justifient même.
 
Incroyable ! J'ai reçu récemment une parente d'élève en présence de sa fille : celle-ci n'a pas hésité à mentir sur ses résultats scolaires : elle prétendait avoir de bonnes notes dans des disciplines fondamentales, après vérification, l'élève avait menti sur toute la ligne !
 
La réaction de la mère a été, alors, étonnante : elle a couvert, justifié les mensonges de sa fille par une forme d'inquiétude mais elle ne les a condamnés à aucun moment...
 
L'élève en question a "séché" plusieurs cours de latin mais la mère n'a pas réagi face à ces absences injustifiées : la jeune fille semble être excusée de toutes ses fautes par sa propre mère...
 
Comment peut-on gérer en tant que professeur de tels adolescents à qui on donne toutes les excuses, qui peuvent faire preuve de paresse, mentir de manière éhontée et effrontée ?
 
Quand les parents ne jouent plus leur rôle, dédouanent leurs enfants de tout devoir, acceptent sans sourciller leurs mensonges, leur passivité, que devient la fonction d'un professeur ?


 
Certains de ces adolescents ne semblent avoir aucun sens moral : ils peuvent mentir, bavarder, répondre à un professeur, manquer les cours et ils n'en éprouvent aucun remords, d"autant que leurs parents leur accordent toutes les excuses.
 
L'enfant-roi peut-il vraiment être heureux, lui à qui on offre tout, on pardonne tout, lui à qui on ne donne pas de règles de conduite, lui qui a tous les droits ?

 
Dans le combat qui oppose les enseignants aux élèves, bien sûr, l'autorité revient aux enseignants, mais quand les parents battent en brèche cette autorité, le combat des enseignants se révèle être un dur labeur, une fatigue intense..
 
Un cours qui devient un combat, on peine à le croire, mais c'est le quotidien que vivent de plus en plus d'enseignants, dans une société de laxisme, de permissivité, de laisser-aller.
 
Si les parents ne jouent plus leur rôle éducatif, les professeurs ne peuvent assumer cette éducation face à des classes surchargées...
 
La fonction d'un enseignant est de transmettre des connaissances, de susciter une réflexion, mais il n'est pas possible d'assurer une formation morale sans le soutien des parents. 
 
 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/quand-le-cours-devient-un-combat.html

 



65 réactions


  • devphil devphil 16 mai 17:17

    C’est un fait l’éducation des parents est abominable.

    Cette éducation s’est dégradée depuis des décennies et nous assistons à la pire forme d’éducation actuellement basée sur les jeux videos , la télévision avec des émissions abrutissantes, aucun travail scolaire , aucune activité sportive et une alimentation basé sur le sucre , le gras et le sel.
    Sacré cocktail de réussite .... 

    Voila les futurs parents à venir dans 10 à 15 ans

    Soit la chute continue soit une reprise en main fera jour.

    Je pense que le chute continuera vers une débilisation complète des enfants associés à une alimentation contenant des produits pas vraiment dopants pour le cerveau.

    Regardez le film Idiocracy et vous verrez que l’on s’en rapproche

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Idiocracy

    Philippe


    • La mouche du coche La mouche du coche 16 mai 21:05

      Ha ha ha. Cet article est à mourir de rire parce que les enseignants sont les premiers à enseigner la modernité soixanthuitarde athée du Système ultra-libéral pédophile et maintenant ils se plaignent qu’il n’y a plus de morale à l’école !!! smiley smiley smiley Merci à l’auteure. J’ai bien ris et lui souhaite de bien souffrir et longtemps de ses théories mortifères qui nous ruinent. J’espère qu’un jour vous comprendrez, mais vu la dégénérescence de la société, j’en doute. Merci encore pour le rire ! smiley smiley 


    • rosemar rosemar 16 mai 22:34

      @devphil

      De nombreux facteurs interviennent dans cette dégradation, en effet, la société de consommation, sans doute.... les adolescents sont sollicités par toutes sortes de loisirs, ils ont l’impression, aussi, de maîtriser tous les savoirs grâce à internet, et se disent que ce n’est pas la peine de travailler...

      Merci pour le lien

    • rosemar rosemar 16 mai 22:37

      @La mouche du coche


      Les enseignants sont là pour transmettre des connaissances, susciter la réflexion, donner des exemples de sérieux et de travail : c’est une noble mission... 
      La tourner en dérision, c’est participer à la dégradation de l’enseignement...

    • La mouche du coche La mouche du coche 17 mai 08:39

      @rosemar
      Et bien continuez comme cela. Ne vous remettez surtout pas en question. En Marche vers le Progrès ! smiley smiley


    • Yanleroc Yanleroc 17 mai 19:14

      A noter que les parents incriminés dans l’ article sont surtout des parentes.


  • pipiou 16 mai 17:29

    Y a qu’à mettre l’école En Marche.  smiley


    • devphil devphil 16 mai 17:57

      @pipiou

      En entend beaucoup parler de cet terme en marche

      La question est de savoir si c’est une marche avant ou arrière ....

      Actuellement , il se prépare une marche arrière toute contre les acquis sociaux qui débouchera sur une grande pagaille en Septembre , signe de vitalité des syndicats même la CFDT hausse le ton.

      Philippe


    • rosemar rosemar 16 mai 22:39

      @devphil


      En effet, des acquis sociaux en péril.... Qui sera le ministre de l’Education nationale ? On attend de voir qui sera choisi dans ce poste...

    • Remosra 16 mai 22:43

      @rosemar

      Cohn Bendit ?


    • rosemar rosemar 16 mai 23:50

      @Remosra


      Non, j’espère qu’il ne sera pas ministre...

    • devphil devphil 17 mai 08:19

      @rosemar

      Pierre , Paul ou Jacques ne seront que les sbires de Édouard et de Emmanuel.

      Sauf à mettre une forte personnalité mais vu la tronche de Edouard , je pense que Emmanuel va s’arranger pour mettre des souples et des redevables à sa personne.

      Les quelques personnalités fortes seront mises à des postes indépendants de la politique nationale , affaires étrangères , relation avec l’Europe , agriculture.

      A voir même si on s’en fiche et que cela ne changera rien à notre vie

      A croire que la nomination d’un ministre peux améliorer les choses , ça se saurait depuis le temps

      Philippe


    • baldis30 17 mai 10:53

      @Remosra
      bonjour,

      Cohn Bendit ?

       il adore les enfants parait-il !


  • Leonard Leonard 16 mai 18:07

    Une élève a séché des cours de langue morte et c’est un drame ?


    Aussi instructif que le catéchisme le latin...

    • rosemar rosemar 16 mai 23:46

      @Leonard

      Ce n’est pas un drame, mais ce n’est pas normal à moins de dire que « sécher des cours » est possible pour tous les élèves : en lycée, tous les cours sont obligatoires...

    • Leonard Leonard 17 mai 09:26

      @rosemar

      L’obligation légale de cours c’est pas 16 ans ?
      Surtout qu’avec un bac sans le +3 on fait pas grand chose si on part en général... et encore +3 c’est pas en faisant sociologie ou économie en fac qu’on va loin...

  • Jeekes Jeekes 16 mai 18:50

    « Face à certaines classes de 36 élèves, le combat est rude et on en sort parfois épuisé : rires, bavardages, ricanements fusent ! »
     
    De mémoire (et elle est encore fiable), les effectifs de mes classes, du CE1 à la terminale, ne sont jamais descendus en-dessous de 31.
    Et je n’ai jamais connu ce genre de situation.

    J’sais pas, mais p’têt qu’à l’époque nos profs savaient se faire respecter ?

    Enfin, c’est pas grave, souriez.
    Micron va vous arranger ça en deux coups de cuillère à pot !
     
     


    • pipiou 16 mai 20:19

      @Jeekes

      De votre époque tous les adultes « savaient se faire respecter ».
      Les gamins leur disaient rarement « y me casse les couilles »
      Vous faisiez sans doute partie d’une génération d’un charisme exceptionnel ... ou bien il y a une autre explication.


    • rosemar rosemar 16 mai 22:40

      @Jeekes


      Cela fait combien d’années que vous avez quitté les bancs de l’école ??

    • rosemar rosemar 16 mai 22:42

      @Jeekes

      Cela fait combien d’années que vous avez quitté les bancs de l’école ?

    • Jeekes Jeekes 17 mai 10:21

      @pipiou
       
      « tous les adultes savaient se faire respecter »
       
      C’est exact.

      Sinon, non pas de charisme particulier, mais une éducation différente qui incluait la conscience de ce qui « se faisait » et de ce qui « ne se faisait pas »


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 mai 13:21

      @rosemar

      Il a dû fréquenter les bancs de la communale du temps de Vincent Auriol...


  • Remosra 16 mai 23:00

    Malgré les nombreuses critiques qui vous ont été faites, je suis d’accord avec vous.

    Déjà à mon époque ça commençait à partir en sucette. Dans tout le collège, seulement deux profs étaient craints.
    L’un était très sévère mais juste, et il savait accordé de bonnes notes quand un élève faisait un effort.
    L’autre était carrément tyrannique.
    Je me souviens encore du jour ou durant le cours je m’étais mis à rêvasser et à contempler ce qui se passait dehors.
    Ca n’a pas durer 2mn que j’ai vu passer une brosse de tableau devant mon visage.
    Calmé pour le coup, je n’ai jamais osé refaire ça.
    De l’autre côté, vous aviez la prof de math, vieillissante et qui trainait une rumeur comme quoi elle portait une perruque. Aussitôt la rumeur lancée, le pari de lui retirer sa perruque avait été lancé dans tout le collège, soit 600 élèves prés à faire n’importe quoi pour gagner.
    Une franche rigolade par les multiples tentatives qui n’ont jamais abouties. Nous étions quand même assez raisonnable et savions qu’une telle tentative nous vaudrait les foudres du directeur.

    Ayant un écart d’âge conséquent avec mon petit frère, je peux vous dire que celui ci faisait n’importe quoi au même age.
    Juste un exemple, leur prof qui ne supportait plus l’attitude de ses élèves, partit chercher le directeur en les laissant enfermer dans la classe à double tour.
    Bien entendu, mon frère et ses camarades ont eu la bonne idée de défoncer la cloison pour passer dans la classe d’à côté.
    J’aurai fait la même chose, c’est mon père qui m’aurait défoncé !


  • foufouille foufouille 17 mai 09:45

    le latin est une option, très utile en science comme le grec, mais ce n’est pas une matière essentielle.
    le plus simple serait de demander de supprimer l’option. en seconde, j’avais une prof hyper chiante donc j’ai viré le latin.


    • babelouest babelouest 17 mai 09:50

      @foufouille
      Il vaut mieux virer l’anglais, non ? La diabolique langue de L’ENVAHISSEUR...


  • Armelle 17 mai 09:51

    Bonjour Rosemar
    A propos de l’éducation parentale, on ne peut évidemment le nier, c’est incontestable, il est constaté une déresponsabilisation manifeste de la part des parents, cependant quand vous dites ;

    "Certains cours se transforment en un combat contre les élèves : il faut canaliser une attention défaillante, il faut contrôler les bavardages, s’imposer par la voix, avoir un sens immédiat de la répartie, il faut réprimander, parfois punir...« 

    J’interviens ponctuellement dans une école de formation professionnelle, accueillant souvent des sujets »difficiles« car la plupart du temps »poussés« dans une voie de garage, et ces élèves sont souvent insupportables et caractérisent bien ceux que vous nous décrivez plus haut.
    Cependant il est amusant de remarquer que je ne rencontre jamais votre »problème«  !!! L’objectif de l’instructeur est d’instruire comme son nom l’indique, peu importe la méthode et les directives préconisées par la »haute autorité« qui n’a bien évidemment pas le monopole de la raison (ça se saurait). L’important est le résultat. Je passe un temps conséquent à chercher le film ou le documentaire court métrage qui sera l’introduction au cours, 20’ env. Ensuite c’est débat de 30 minutes où je remarque qui n’a pas compris le message, pour concentrer mon attention sur eux afin que l’assimilation soit générale. L’important est de comprendre les choses et non les apprendre bêtement comme on le constate bien souvent...Et bizarrement, les 60 minutes qui suivent sont riches en réactions, réflexions, interventions car le support a suggéré du rêve, de l’intérêt, de l’espoir et pour certains même des projets... Et tout cela dans un calme magistral...
    Le travail du prof ne se limite pas à (tenter de) transmettre une information mais plutôt trouver le support et la façon de l’inculquer en suscitant l’intérêt...
    Seriez-vous attentive Rosemar si pendant 2h, un type faisait un cours sur les caractéristiques de la poudre à canon au 18ème siècle, alors que vous n’y voyez aucun intérêt ni aucune finalité ?
    Je suis pas convaincu que la cause des échecs scolaires soient toujours du côté »élève« 
    Mais bon je m’y attends, vous allez me dire que j’interviens QUE dans une structure technique, la cinquième roue du carrosse de l’éducation... Ce n’est certes pas l’élite mais quand on constate ce que devient l’élite aujourd’hui et ce qu’elle nous produit, on peut se demander si l’on a pas fait fausse route...la production de chômeurs n’est pas en crise, elle !!!
    Tout ça pour dire que vous êtes sans doute tout autant responsable de ce »foutoir" que les parents et élèves que vous critiquez à longueur d’année...
    Le monde n’est pas noir ou blanc, un problème n’est jamais entièrement de la faute de lui ou d’elle, nous avons tous des responsabilités. A chacun d’assumer les siennes. L’ouverture d’esprit y aide bcp...sortir du cadre aussi...Vous intervenez POUR EUX et non pour votre académie, qui elle ne doit donner QUE les grandes lignes !!! Sinon autant poser un magnétophone dans chaque classe et passer le cours en boucle...
    Et c’est aussi pour cela que vos plaintes permanentes finissent par ne plus s’entendre.

    Bonne journée 
     


    • rosemar rosemar 17 mai 10:09

      @Armelle

      Des questions : quel est l’âge de ces élèves ? Sont-ils des adultes ? Quel est leur nombre ?
      Je rappelle que le cours magistral n’existe plus et que les enseignants s’attachent à faire participer les élèves...

    • Armelle 17 mai 11:12

      @rosemar
      Ce sont des classes très hétéroclites puisque composées d’élèves venant de divers horizons et de 14 à 18 ans... IL s’agit de cours communs à différents cursus, et je peux avoir jusqu’à 35 élèves, pendant 2h, et sans pause !!!
      J’ai aussi constaté que, et c’est pour cette raison que je vous ai parlé en ces termes, ces mêmes élèves sont insupportables face à d’autres intervenants ayant eux, choisi le côté très académique !!! notamment les profs intervenant sur les matières générales, pour lesquelles, j’insiste, ils ne cherchent pas à trouver le support ou le fil conducteur, le lien avec la vraie vie, qui leur permettrait d’intéresser leurs élèves.
      Et on ne me laisse pas la possibilité d’en parler en réunion, je suis bien évidemment considérée comme « la fouteuse de merde », qui n’entre pas dans les clous, mais chaque année les orientations réussies vers des cursus sup techn. me donnent raison, ou même ceux qui décident d’entreprendre, que je suis et que j’assiste pendant leur débuts...
      Je vous le répète, je n’interviens pas POUR le directeur de l’école, ni les structures régionales ou nationales qui l’encadre, j’interviens pour les élèves, en me concentrant sur les aspirations de chacun en fonction de leur aptitudes, et avec un peu de chance le rêve naît !!! Aujourd’hui les jeunes n’ont plus de rêves qui restent le seul support permettant de se surpasser et de se révéler dans une activité qui stimule , on se contente de leur enfourner une masse d’informations, dont la plupart ne leur servira d’ailleurs à rien, mais voilà, ça permet de les coller dans une case, elle même les positionnant dans une classe sociale qui elle leur donnera accès à telle ou telle activité. Ensuite c’est l’entreprise qui devra tout apprendre au sujet car il ne sait bien évidemment rien !!!
      C’est pour cette raison que Bouygues par exemple a créé son école dans laquelle arrivent des jeunes à partir de 16 ans. L’école jusqu’au bac pour y apprendre ce qu’on y apprend est bien trop longue !!! On y perd son temps et la culture qu’on acquiert est inexploitable en l’état dans le monde qui attend les élèves. Ce sont deux mondes sans aucun lien, ce qui pousserait à imaginer que l’EN ne devrait se limiter qu’à l’enseignement de la lecture, l’écriture et sa compréhension, un peu d’algèbre puis le reste c’est LE rôle de l’entreprise qui est, EVIDEMMENT, la finalité pour la majorité des individus !
      Si à terme nous ne parvenons pas à instaurer un lien entre l’école et l’entreprise, je ne donne pas cher de la survie de l’EN, telle qu’elle existe aujourd’hui j’entends...Nous ne pouvons indéfiniment fabriquer du bachelier en masse, ni autant de masters qui espèrent (et c’est logique) intégrer le tertiaire qui déjà est totalement sclérosé !!! Donc ces gens vont frapper chez Paul, pour qu’il leur trouve un emploi qui n’existe bien évidemment pas, en tout cas pas pour eux puisque qu’ils ne savent rien faire en entreprise !!! C’est d’une bêtise et d’une absurdité abyssale.
      Je suis atterrée par cet entêtement imbécile qui perdure et perdure chaque jour davantage et appauvrit nos structures métiers français et par conséquent notre capacité à créer et innover. et quand on n’innove pas ni ne crée, on s’enfonce... 
      Et ce n’est pas pour rien qu’on en est là aujourd’hui


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 mai 11:15

      @Armelle

      Salut, t’es même pas venu faire un coucou sur mon narticle ^^ pfff lol
      Et Chevalier qui s’est barré.
      Bon, on sera que nous 2 seulement au bbq smiley


    • rosemar rosemar 17 mai 11:35

      @Armelle


      Une liaison étroite entre l’école et les entreprises ? Je pense qu’avec le nouveau gouvernement, vous allez être servie....


    • Armelle 17 mai 12:02

      @bouffon(s) du roi
      Coucou mon petit bouffon, je picole mais quand même pas au point de ne pas avoir vu ton article !!! d’autant que je l’attends avec intérêt, vraiment !
      Je ne sais si ce manquement sera pardonnable...
      Sinon tant pis pour le déserteur, sans doute n’aura t-il pas l’occasion de voir à quel point une femme possède des capacités de transformation. Se maquiller est certes plus facile que d’aplatir le sommet de mon crâne mais au moins c’est bien ça lui laissera un cruel doute...

      Je m’en vais de ce pas, découvrir ton article. A plus


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 mai 12:14

      @Armelle

      oui c’est pardonnable, on réglera ça au bbq ^^
      Je trouve ça assez cocasse, ne nous connaissant pas, mais il faudra bien qu’on s’organise à un moment. Je ne sais pas qui surprendra l’autre ...
      A plus


    • Armelle 17 mai 12:40

      @Rosemar
      Ne soyez pas méprisante Rosemar !!! Vous être aussi Madame Irma ?
      Si seules sont vos réponses à mes arguments, je comprends....
      Maintenant si vous ne parvenez pas à comprendre et intégrer que c’est EXCLUSIVEMENT « l’entreprise » qui constitue, maintien et finance le tissu économique et social dans notre société, sans doute alors aurez-vous raté qqe chose. Je ne sais pas, c’est spécial. La douceur et la candeur qui règne dans votre « bulle » qui vous éloignent t-elle à ce point de la réalité ?!
      Et si par hasard vous n’étiez pas d’accord, il me serait agréable de lire votre analyse à ce sujet !!!

      L’enseignement n’est pas une FIN, il est un OUTIL, un MOYEN, et l’entreprise elle, en revanche est une FIN. Ce sont par conséquent les prérogatives entreprises qui doivent « tirer », « modeler » l’enseignement et non l’inverse comme c’est le cas depuis des lustres et qui a engendré un appauvrissement général, en terme de culture, de compétences et d’aspiration...
      Si même les acteurs principaux que sont les enseignants n’ont pas compris ça, c’est inquiétant 

      Dites-moi à quoi rime ce gaspillage de temps précieux à faire étudier aux élèves la littérature totalement dépassée des Racine, Rabelais, Baudelaire et autre antiquité sans importance dans notre monde, sans parler de cette référence immonde tjrs présente dans les programmes qu’est l’antisémite Céline !!! ça me fait honte, au même titre d’avoir vu en son temps des portraits du collabo et voyou Mitterrand dans les couloirs de ces mêmes écoles, jolies références pour façonner les esprits de nos enfants...


    • Armelle 17 mai 12:56

      @bouffon(s) du roi
      Je ne le trouve pas ? Où se cache t-il ?


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 mai 12:59

      @Armelle

      Juste un bémol. Étudier des auteurs classiques serait tout à fait intéressant si on les étudiait vraiment, qu’on les replace dans le contexte de l’époque et qu’on puisse en tirer une certaine critique (de la société). Certains ont été délicieusement radicaux ^^


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 mai 13:01

      @Armelle

      En cliquant sur les pseudos, tu accèdes aux commentaires ET aux articles (s’il y a lieu) des dits pseudos smiley


    • rosemar rosemar 17 mai 13:02

      @Armelle


      Vous pensez donc que la culture n’a aucune valeur d’épanouissement ? Je vous plains...
      Une école tournée vers l’entreprise, une école purement utilitaire... C’est la tendance qui se dessine de plus en plus...

    • Armelle 17 mai 14:05

      @rosemar
      Désolée de vous le dire mais en ces temps de crise, ce ne sont pas ces cultures bisounours qui nourriront les familles, il serait temps de se réveiller maintenant, l’oisiveté et l’insouciance peut s’entendre dans une société d’abondance pour tous mais pas dans la nôtre qui produit de plus en plus de souffrance et de misère !!!

      Alors bien sur que je le pense, la culture a une véritable valeur d’épanouissement, mais l’urgence n’est pas dans cet outil là, on peut trouver l’épanouissement à travers « l’utile » et là c’est une question d’urgence. Notre oisiveté, issue exclusivement de notre infinie prétention a être les meilleurs avec nos satanées 30 glorieuses nous a anéantit. Ce n’est pas tout d’être bon, le plus dur est de le rester Madame, mais cela vous échappe sans doute dans votre monde où la récompense au mérite n’existe pas puisque bon ou mauvais, on perdure au sein de cette caste dont la protection que lui a octroyée l’état est tout simplement hallucinante !!! Comment voudriez-vous percevoir la moindre réalité de notre monde !!!
      ... Mais vous n’y êtes pour rien bien sur... Après moi le déluge....


    • rosemar rosemar 17 mai 19:19

      @Armelle

      Je perçois tout à fait les difficultés de ceux qui sont au chômage. L’urgence est certainement de leur donner du travail, mais doit-on pour autant sacrifier la culture qui apporte à chacun une ouverture, une occasion de s’épanouir ?
      Sûrement pas : le bonheur passe aussi par l’intelligence, l’ouverture au monde.


  • baldis30 17 mai 10:56

    pas d’accord !

    mais pas d’accord du tout sur la photo illustrant l’article car il n’y a pas plus raciste que la corrida « combat du chrétien contre le maure » !

    Non pas ces photos ... de meurtre avec préméditation ... après étonnez-vous que ......


    • rosemar rosemar 17 mai 11:03

      @baldis30


      Quand je suis devenue enseignante, j’ai eu droit à une formation, des stages, et on nous a dit à ce moment là : « Il va falloir entrer dans l’arène », une image qui se vérifie face à certaines classes.

      Mais heureusement, ce n’est pas toujours le cas : il existe encore des classes où l’ambiance est bonne.

    • Armelle 17 mai 15:26

      @rosemar
      Oui heureusement, autrement dit, il existe encore des enseignants qui connaissent et font bien leur travail...


    • rosemar rosemar 17 mai 19:20

      @Armelle


      Bien sûr, la plupart des enseignants font bien leur travail, malgré de nombreuses difficultés...

  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 mai 11:04

    Ah aha smiley
     Vous ne vous remettez jamais en question (vous et d’autres) ni même cette putain d’éducation nationale... 


    • rosemar rosemar 17 mai 11:06

      @bouffon(s) du roi

      Mais le métier d’enseignant consiste justement à se remettre en question : quand un cours ne fonctionne pas, tout enseignant se pose des questions....

    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 mai 11:11

      @rosemar

      Non, ça, ce n’est pas une remise en question. La vraie remise en question serait celle de l’éducation (qui devrait être de l’instruction déjà), qui devrait non pas formater des individus, mais les révéler à eux-mêmes.
      Ne vous ai-je pas donné plusieurs pistes de lecture, et ... ??

      Enfin, je vous dis ça mais je sais très bien que je parle à des sourds ^^


    • rosemar rosemar 17 mai 11:30

      @bouffon(s) du roi

      Mais c’est bien là le sens de l’enseignement : susciter la curiosité, la réflexion, le désir de la découverte, tout en transmettant des connaissances...

    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 mai 11:59

      @rosemar

      Citons Illich, dans « Une société sans école » (qui je vous recommande encore de lire) :

      « Pourtant, apprendre est de toutes les activités humaines celle qui requiert le moins l’intervention d’autrui et qui ne se prête pas à la manipulation ; nous ne tenons pas notre savoir, à proprement parler, de l’instruction imposée. Ce serait bien plutôt l’effet d’une participation sans contrainte d’un rapport avec un milieu qui ait un sens. La meilleure façon d’apprendre, pour la plupart des êtres humains, c’est cet accord avec les choses et les êtres, tandis que l’école les force à confondre le développement de leur personnalité et de leurs connaissances avec une planification d’ensemble qui permet la manipulation de l’élève »

      et encore :

      « Prisonnier de l’idéologie scolaire, l’être humain renonce à la responsabilité de sa propre croissance et, par cette abdication, l’école le conduit à une sorte de suicide intellectuel. »

      Etc.
      Lisez Illich, c’est plus que salutaire.


    • rosemar rosemar 17 mai 12:24

      @bouffon(s) du roi

      Plus d’école donc ? Puisqu’elle ne servirait à rien ? Plus de profs ? Et comment avez vous appris à écrire, compter, lire, l’analyse de textes etc ??

    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 mai 12:28

      @rosemar

      Vous vous focalisez sur le titre, provocateur certes, mais lisez ce livre et nous en rediscuterons ensuite... ou non ^^


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 mai 11:50

    Bonjour Rosemar,

    en vérité, c’est l’ensemble de la société qui valorise la réussite par l’argent, les médias, le show biz, l’individualisme à l’extrême.

    Je n’ai jamais vu des prix nobels ou des grands savants particulièrement valorisés.

    Donc dans ces conditions, l’école, où l’élève travaille « gratuitement » sans la direction d’un prof’ est à l’exact opposé de toutes ces « valeurs ». On ne voit donc pas pourquoi les élèves respecteraient une institution dévalorisée par le message social dominant.

    Au stade où on en est, je crois qu’il faut plutôt s’étonner que l’école fonctionne encore cahin-caha....


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 mai 11:52

      @Olivier Perriet
      « sous la direction »

      Vous avez lu « Transmettre et apprendre » sous la direction de Marcel Gauchet ?


    • rosemar rosemar 17 mai 12:00

      @Olivier Perriet

      Oui, c’est certain : les nouveaux héros sont des joueurs de foot friqués, des chanteurs, des acteurs à la mode.


      C’est pourquoi il faut remettre la culture à l’honneur, la valoriser, montrer qu’elle apporte un épanouissement...On aimerait que cette culture soit mise en valeur :


    • Giordano Bruno 17 mai 13:13

      en vérité, c’est l’ensemble de la société qui valorise la réussite par l’argent, les médias, le show biz, l’individualisme à l’extrême.

      En amont, ce sont surtout les propagandistes. Le premier acte salutaire est de se soustraire à leur influence. Pas de télévision, pas de radio et pas de journaux de propagande.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 mai 13:20

      @Giordano Bruno

      Qui respecte vos grands principes ? D’ailleurs, les respectez-vous vous même ?

      Et au-delà, qui a envie de vivre dans sa bulle coupée de la société ?

      L’ultra individualisme porte beaucoup de masques...


  • Sergio Sergio 17 mai 12:01

    Au sujet de l’image, je pense à l’ahuri qui perd régulièrement ses notes à la cantine scolaire, et on dira :

    Il y en a un qu’a perdu ses ’ cours au mess* ’ 

    *cojones

  • Giordano Bruno 17 mai 13:10

    Tous les enfants ne sont pas des rois. Ceux qui subissent les perturbateurs et ne peuvent pas étudier correctement n’en sont pas. Ce sont eux qu’il faut protéger.


  • Bernie 2 Bernie 2 17 mai 14:00

    Ma pauvre, ma pauvre !

    Comme je vous plains, et dire c’est comme ça 14h par semaine. Pffff, pire que Germinal.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 mai 15:44

      @Bernie 2

      Je ne pense pas que Dupontel soit aussi borné que vous, maiz’ enfin je peux me tromper smiley


    • Bernie 2 Bernie 2 17 mai 16:20

      @Olivier Perriet

      maiz’ enfin je peux me tromper

      Ça ne vous changerait guère, cher monsieur Gerra. Pour ce qui est de penser, laissez cela à ceux qui sont équipés pour.


    • rosemar rosemar 17 mai 19:22

      @Olivier Perriet

      Voilà qui est bien envoyé !

    • Bernie 2 Bernie 2 17 mai 21:24

      @rosemar

      Voilà qui est bien envoyé !

      Vous trouvez ? J’ai plutôt l’impression d’un vieux caniche édenté qui tente de me mordre le mollet.

      Pour tout dire, j’ai trouvé l’attaque médiocre, je ne suis pas étonné qu’elle vous plaise, c’est un peu votre marque de fabrique, la médiocrité.

      Ah sinon, toujours extatique du programme à venir pour l’EN avec la nomination de votre nouveau chef ? Ça va envoyer du bois !


    • rosemar rosemar 17 mai 21:36

      @Bernie 2

      Toujours aussi auto-satisfait, Bernie !

    • Bernie 2 Bernie 2 17 mai 21:50

      @rosemar

      Voilà qui est bien envoyé !

      Nan, je déconne.  smiley


  • Pie 3,14 17 mai 20:41

    Le problème des discussions sur l’école est que tout le monde a un avis car chacun a été élève, a vécu l’école et a connu des profs dans sa vie. 

    L’expérience personnelle fait office d’expertise. Les anciens regrettent la discipline de jadis oubliant au passage que ce rigorisme qui concernait l’ensemble de la société à l’école, à l’armée, dans l’entreprise, dans les familles a disparu progressivement dans les années 70 dans tous les pays développés.
    D’autres s’en prennent au « pédagogisme » supposé avoir détruit l’école alors que les méthodes utilisées sont variées, plus actives et sont appliquées par des professionnels bien mieux formés que dans le passé.

    Le problème de l’école n’est pas celui de l’enfant « roi ». C’est celui d’un système sélectif, contraignant, exigeant qui intègre presque tous les élèves jusque 18 ans (150000 décrochages pour plus de 12 millions d’élèves). Dans le passé l’école excluait très tôt (12 ans avant la guerre puis 14 ans puis 16 ans), ce n’est plus le cas.
    Les élèves qui posent problème sont toujours les mêmes : crise d’adolescence qui dure, milieu familial très peu porteur, problèmes familiaux, mauvaise orientation, lourds problèmes psychologiques.
    « Un bon conseil ne vaudra jamais une mauvaise expérience ». J’ai retenu cette phrase entendue il y a peu car je pense que certains jeunes ont besoin de se prendre un mur avant de réagir. En attendant ils vivent mal à l’école sans deviner ce qui va leur arriver et ils rendent les cours difficiles à gérer.

    Au quotidien c’est difficile à vivre pour l’enseignant car si chacun a un avis sur l’école seuls 900000 personnes savent ce qu’est le métier d’enseignant. Pour beaucoup c’est les vacances, peu d’heures, peu de travail, le farniente. Pour supprimer ces clichés il suffirait de proposer à chacun de se coltiner une semaine de cours. C’est un beau métier mais pas facile du tout.



Réagir