vendredi 30 décembre 2016 - par VICTOR Ayoli

Racisme sans frontière...

Le e-magasine « Tunisie Numérique » relate un fait divers sanglant qui donne une image désolante de ce pourtant si sympathique et si courageux pays, la Tunisie.

« Le 24 décembre 2016, trois congolais (un jeune homme et deux jeunes femmes) se sont faits agressé au niveau du Passage à l’arme blanche par un tunisien. Le jeune homme a pu s’en sortir avec quelques blessures au bras droit grâce à sa veste qui l’a protégé. Les deux jeunes femmes ont été bien moins chanceuses puisque l’une est actuellement en réanimation tandis que l’autre, gravement blessé au couteau au niveau du cou et du visage, est entrée dans le coma. » …/… (suite de l'article ici

Cette agression est largement commenté par l'excellent magazine africain « Jeune Afrique » qui publie des témoignages édifiants sur le racisme subi par les Noirs au Maghreb. Qu'on en juge :

Paul Laurent Nyobe Lipot, 24 ans, étudiant camerounais à Sfax :

« Étudiant en génie pétrolier dans une école d’ingénieurs à Sfax, je suis également vice-président de l’association des étudiants et stagiaire camerounais en Tunisie (AESCT) et je souffre malheureusement régulièrement d’actes, d’agressions et de paroles racistes à cause de ma couleur de peau. Ceux-ci peuvent aller de l’injure publique (« guira-guira » en référence au singe, « kahlouch » qui signifie « noir » au sens péjoratif, et j’en passe) à l’humiliation (pincement du nez pour signifier qu’on sent mauvais, moqueries gratuites, refus de s’asseoir à côté « du noir », des chauffeurs de taxis qui ne veulent pas faire monter de noirs, etc.)

Un matin, alors que j’allais en cours, des jeunes sur une moto se sont mis à m’insulter. Habitué à ces mots, je n’ai pas daigné répondre aux provocations. Ils sont alors revenus vers moi et m’ont lancé des œufs pourris. Je n’ai pas eu la force d’aller en cours ce jour-là… Et ce racisme se fait aussi parfois ressentir dans le domaine de la santé. Un jour par exemple, j’ai dû conduire une jeune étudiante camerounaise dans un centre spécialisé pour interrompre une grossesse non désirée – l’interruption volontaire de grossesse est légale en Tunisie depuis 1973. Les médecins ont refusé de lui prescrire des pilules abortives pour la simple raison qu’elle n’était pas, je cite, « arabe ».

Tout cela nous donne l’impression d’être des sous-hommes en Tunisie. Il est affligeant d’entendre les Tunisiens parler de l’Afrique comme si la Tunisie était un pays non-africain, ou de percevoir encore l’Afrique subsaharienne comme une zone de pauvreté dans laquelle les habitants n’ont aucun pouvoir d’achat. Loin de moi l’idée d’accabler tous les Tunisiens, et je garde aussi de bons souvenirs de l’hospitalité avec laquelle j’ai été accueilli, je suis fier d’apprendre auprès de ce peuple révolutionnaire.

Aujourd’hui, la Tunisie a le courage de prendre le problème au sérieux et la société civile agit pour tenter de faciliter notre intégration. La récente réaction du gouvernement est à louer, car il a enfin décidé de rompre avec la pratique du mutisme. Mais beaucoup reste encore à faire… »

Imen Guenich, 21 ans, étudiante tunisienne à Tunis :

« Ma couleur de peau n’a jamais représenté un handicap pour moi, mon quotidien ressemble à celui de toutes les jeunes Tunisiennes de mon âge. On me prend par contre souvent pour une étrangère. Plus petite, je subissais les moqueries de mes camarades de classe sur ma couleur de peau. Je sentais bien que j’étais différente et je trouvais cela injuste. Je reçois aussi parfois des réflexions et des surnoms désagréables dans la rue.

Mais avec le temps, je m’y suis habituée et j’ai même appris à en rire. Cela m’a poussé à constamment m’interroger : pourquoi le Tunisien a-t-il une image unidimensionnelle de la Tunisie ? Pourquoi, avec mes cheveux frisés et ma peau ébène, je ne peux représenter la beauté tunisienne ou arabe ? La lutte contre la discrimination raciale est principalement une lutte contre des mentalités individuelles et collective (société civile, médias, État). L’État doit d’ailleurs intervenir en premier lieu au niveau de l’éducation, car je me souviens d’ « Amadou », l’unique personnage noir des manuels scolaires désigné comme un « Africain »… comme si la Tunisie faisait partie de l’Union européenne !

La Tunisie doit pénaliser la discrimination raciale car aujourd’hui encore, au nom du racisme, des personnes agressent, volent, braquent, insultent, humilient et ségrèguent des personnes compétentes qui ont du mal à pratiquer certains métiers comme animateur télé ou hôtesse par exemple. »

On peut lire l'intégralité de l'article ici :

Au fait, en France, la personnalité préférée des Français, c'est Omar Sy et avant lui ça a longtemps été Yannick Noah.

 

Illustration : Merci à Titouan Lamazou

 

A lire aussi :

Racisme : au Maghreb, les Noirs sont-ils des citoyens comme les autres ?

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

Tunisie : des ONG proposent une loi pour criminaliser le racisme

"Ni esclave, ni nègre" : coup d’envoi de la première campagne transmaghrébine contre le racisme



31 réactions


  • MagicBuster 30 décembre 2016 11:33

    La tunisie est sur le continent africain, C’est pourquoi les tunisiens sont des africains.

    Il n’y a pas de débat - c’est purement géographique !

    Il n’y a pas de mappemonde dans les écoles de Tunisie ?


    • Harry Stotte 30 décembre 2016 11:46

      @MagicBuster

      « C’est pourquoi les tunisiens sont des africains. »


      Pour être Africains, il faudrait qu’ils se sentissent Africains. Mais, visiblement, c’est le cas de le dire, pour les Tunisiens - comme pour nous qui précisons Nord-Africains, lorsqu’on veut éviter une confusion -, les Africains sont noirs de peau et crépus, au nez épatés et aux lèvres épaisses. 

      Ce qu’ils ne sont pas et, manifestement, qu’ils ne voudraient pas être.

  • MagicBuster 30 décembre 2016 11:36

    Nb : Ce n’est pas du racisme - mais de la ségrégation intra-tunisienne.


  • Harry Stotte 30 décembre 2016 11:40

    Si on avait le courage intellectuel de replacer ses comportements dans l’universel et sempiternel double clivage séparant les NOUS et les EUX et, réciproquement, les EUX et les NOUS, on se rendrait à l’évidence qu’il est insensé, et porteur de violences à terme, de vouloir faire vivre ensemble des gens qui ne sont mutuellement pas faits pour ça.

     

    • Alren Alren 30 décembre 2016 15:54

      @Harry Stotte

      il est insensé, et porteur de violences à terme, de vouloir faire vivre ensemble des gens qui ne sont mutuellement pas faits pour ça.

      Alors vive la purification ethnique ? Où la Solution finale ?


    • Harry Stotte 30 décembre 2016 16:37

      @Alren


      « Alors vive la purification ethnique ? Où la Solution finale ? »

      Pourquoi « vive » ? Une fois que le processus est enclenché, qui conduit aux violences, on ne peut pas savoir quelle tournure elles prendront. Parce qu’on ne connaît pas les futurs rapports de force, on ne peut pas savoir non plus qui sera purifié ethniquement ou qui sera finalement solutionné

      Ce « vive » est vraiment déconcertant... 

    • leperenoelestuneordure leperenoelestuneordure 30 décembre 2016 19:12

      @Alren
      je te conseille de lire guérilla de laurent obertone aux edition ring


      mon pote 

       smiley


    • non667 30 décembre 2016 19:25

      @Alren

      Alors vive la purification ethnique ? Où la Solution finale ?

      oui,oui,oui . d’ailleurs des chercheurs israëliens s’y emploient qui cherchent a trouver le gène d’abraham pour ensuite trouver un virus qui nettoie la terre de ceux qui ne l’ont pas !


  • Etbendidon 30 décembre 2016 11:59

    Alors totor on enfonce des portes ouvertes ?
     smiley
    Ben oui le racisme n’est pas l’apanage des méchants blancs (non juifs) comme le prétendent les bobos et les merdias
    Tiens les pires propos sur les arabes que j’ai entendu c’est dans un bar tenu par des turques à ... marseille
    J’ai aussi entendu des kabyles dire des arabes que c’étaient tous des bourricots ...
    Et y a aussi des noirs qui détestent les blancs
    Quant aux jaunes ?????
    Je ne crois pas qu’ils nous aiment beaucoup et quand la chine s’éveillera, gare à nos abatis (on leur en a tellement fait chier dans le passé)
     smiley


    • Christian Labrune Christian Labrune 30 décembre 2016 13:41

      Je ne crois pas qu’ils nous aiment beaucoup et quand la chine s’éveillera, gare à nos abatis (on leur en a tellement fait chier dans le passé)
      ----------------------------------------------------------
      @Etbendidon

      Je vis depuis plus de vingt ans à Belleville, quartier tellement plus « chinois » que ceux du XIIIe arrondissement que lorsque je me vois dans les glaces du bar-tabac où je vais boire un café en achetant mes cigares, je suis quelquefois assez surpris de n’avoir pas les yeux bridés comme tout le monde. Or, je n’ai jamais rien observé qui pût ressembler à un quelconque racisme, et pas plus dans un sens que dans l’autre. L’intégration est parfaite, et je suis donc devenu aussi « chinois » que les asiatiques peuvent être français. L’année où j’ai pris ma retraite, ma dernière classe de première S était composée à moitié d’élèves asiatiques réussissant très bien dans les sciences mais rencontrant de grosses difficultés en français. Ils s’accrochaient, comme on dit, et ils avaient bien du mérite puisque pour beaucoup, mon cours, ca devait être, comme nous dirions nous autres, « du chinois ». Après le massacre atroce d’un immigré venu d’Extrême Orient à Aubervilliers il y a quelques mois, il y aura eu une énorme manifestation entre la République et la Bastille. On y agitait des milliers de petits drapeaux tricolores. Ces jeunes, pendant trois heures, auront hurlé « Liberté, Egalité, Fraternité » et chanté la Marseillaise. Bref, c’etait une manifestation carrément nationaliste, dans un pays qui n’ose même plus s’affirmer comme nation. Les vrais Français, ai-je pensé ce jour-là, c’est eux.

      Pourtant, ils ont souffert du colonialisme : les guerres de l’opium, les Traités inégaux, le sac du Palais d’Eté, tout cela n’avait rien de bien drôle, pas plus que les canonnières américaines du Commodore Perry en 1853 devant les ports japonais. Mais les héritiers de ces très anciennes civilisations ne seront jamais rongés jusqu’à la moelle par le ressentiment. Leur revanche, ils l’ont prise en adoptant ce qu’il y avait de meilleur en Occident pour essayer de faire mieux. Et ils y parviennent très bien. On ne peut absolument pas opposer l’Occident aux civilisations d’Extrême Orient : au présent, c’est exactement la même, et la différence des histoires et des traditions est en train de faire naître le plus heureux des syncrétismes : je me sens souvent infiniment plus proche de la sensibilité et des manières de penser des auteurs chinois ou japonais que des nôtres.
      L’Occident est devenu majoritairement athée, le christianisme n’y étant même plus, pour ceux qui s’en réclament encore, qu’une espèce de folklore. En cela nous rejoignons l’Extrême-Orient dont les « religions », que la question d’un salut personnel n’a jamais obsédées, auront toujours été plutôt pacifiques.
      Après une disparition de l’islam qui ne devrait plus trop tarder maintenant, il est à espérer qu’on pourra voir s’opérer le même rapprochement entre l’Europe et les peuples du Moyen-Orient. 


    • Etbendidon 30 décembre 2016 14:16

      @Christian Labrune
      Merci pour ces explications
      les asiatiques (principalment chinois et vietnamiens) restent pour moi un mystère
      * Les japonais comme les coréens ne m’inspirent guère, ils sont rigides et communs (uniformes), j’ai pourtant pratiqué le karaté et le taek won do très longtemps
       smiley

      je vais souvent manger dans un chinois (ou vietnamien) les patrons sont toujours souriants quel que soit l’endroit ou la ville mais cela reste toujours au niveau d’un sourire discret sans plus
      Pas beaucoup d’effusions avec ces gens ?
      Comme immigrés ils sont impec pas comme certains autres ....
      J’ai beau avoir lu le TAO TE KING et les pensées de Confucius, je n’arrive pas à percer ces chinois
      j’espère qu’un jour ils domineront le monde mais ne me demandez pas pourquoi !
      En tous cas ces gens là ne nous emmerdent pas avec leur religion
       smiley


    • Alren Alren 30 décembre 2016 16:07

      @Etbendidon

      j’espère qu’un jour ils domineront le monde

      Eh bien moi j’espère qu’il n’y aura bientôt plus de dominants ce qui implique qu’il y ait des dominés qui souffrent forcément de cette inégalité.

      Mais il est clair que les Chinois ne veulent pas « dominer » le monde. Ses dirigeants ont bien compris que sans le reste de la planète, leur pays surpeuplé n’est pas viable à long terme.
      Si l’Europe continue sur la voie du capitalisme spéculatif, elle coulera. Mais les Chinois n’y seront pour rien et ce sera au contraire une regrettable perte de marché aussi pour eux.

      Ceux qui ont pensé qu’avec l’argent du pétrole ils domineraient le monde, le forçant à la conversion à l’islam ce sont les Wahabites. Mais l’échec de daesh en Syrie et en Irak, des frères musulmans en Égypte etc. montre que cet espoir est vain et que bientôt le pétrole arabe ne sera pas stratégique avant que les gisements soient épuisés.


    • Christian Labrune Christian Labrune 30 décembre 2016 18:33

      @Etbendidon
      Les paysages de la Chine ne sont pas les nôtres, ni la structure de la société, mais si vous lisez par exemple un romancier chinois génial comme Lao She, vous vous sentirez très vite chinois. Je vous conseille deux romans « Le pousse-pousse » ou « Gens de Pékin ». C’est la Chine d’avant la guerre, des années 20 ou 30. On trouve ça en collection de poche. Les grands romans chinois comme « Au bord de l’eau » (XIVe siècle) ou « Le rêve dans le pavillon rouge » de Cao Xueqin (XVIIIe siècle) ne se trouvent malheureusement qu’en Pleiade, mais ils sont bien plus fascinants que ce qu’a pu produire notre XIXe siècle -j’excepte Flaubert !.
      Chez les Japonais, il y a pour commencer, si vous ne connaissez pas du tout leur littérature, un auteur comme Sei Shônagon, (Notes de chevet) . Elle vit au XIe siècle, à la cour des empereurs Fujiwara, à peu près à la même époque où s’écrivait en France la Chanson de Roland, mais ça n’est pas du tout le même degré de civilisation. En comparaison, c’est nous qui, à cette époque-là sommes d’abominables barbares !


    • leperenoelestuneordure leperenoelestuneordure 30 décembre 2016 19:16

      @Alren
      toi tu fera toujours partie des dominés quelle que soit les dominants mon potes .


       smiley

  • Christian Labrune Christian Labrune 30 décembre 2016 12:35

    à l’auteur,
    Les faits que vous rapportez sont particulièrement abominables, mais ils ne se limitent pas à l’Afrique du Nord : on les retrouve aussi bien bien en France.
    Une tartufferie assez bien cautionnée par l’islamo-gauchisme voudrait nous faire croire que la France est un pays raciste, les Observatoires de l’islamophobie ou le Collectif contre l’islamophobbie (CCIF), qui associent délibérément et sans même se rendre compte de l’énormité de la chose l’islamophobie et le racisme voudraient nous faire croire que nous sommes dans un pays ou les koufar et les « faces de craie » que nous sommes seraient racistes. Or, il convient de rappeler avec force, justement à l’occasion de ce que vous rapportez, que l’islamophobie vise une religion, un système idéologique (auquel on peut imputer en France depuis deux ans plus de deux cent trente assassinats !) et n’a rien à voir avec un quelconque racisme : il y a des musulmans de toutes les couleurs. On pourrait même dire que l’islamophobie, qui est selon l’étymologie la peur de l’islam est devenue parfaitement explicable et même tout à fait fondée : si un citoyen entend un énergumène gueuler sur la voie publique « Allah akbar ! » et s’il n’adopte pas quelque stratégie d’évitement, il a bien tort.
    C’est surtout dans les banlieues que le racisme maghrébin prend des proportions particulièrement inquiétantes. Les « Chinois » (je mets le mot entre guillemets parce que tous ceux qui viennent d’Extrême Orient ne sont pas chinois) , y sont constamment victimes d’agressions ; l’un d’entre eux, au début de l’été, y aura laissé sa peau. Les Juifs, depuis longtemps, ne peuvent plus envoyer leurs enfants dans les écoles publiques où ils sont victimes de brimades systématiques et même d’agressions. On peut même dire, sans que cela ait rien de paradoxal, que l’islamophobie est un anti-racisme : c’est le Coran qui est très largement responsable d’un antisémitisme maghrébin particulièrement infect.
    Si on veut avoir une idée assez précise de cet état des choses, il suffira de lire la récente réédition des « Territoires perdus de la République », un ouvrage collectif qui date déjà de plusieurs années. Depuis, les choses n’auont fait qu’empirer.
    J’écoute quelquefois, après minuit, la chaîne Beur FM. Une jeune femme tout à fait remarquable (vraiment, je lui tire mon chapeau !), qui s’appelle Vanessa, qui est d’origine musulmane, recueille au téléphone les « confidences » des auditeurs, et elle est assez souvent confrontée à des excités complètement islamisés qui viennent se plaindre, se définissant comme arabes, d’être ostracisés dans une société française divisée par un apartheid. Or, on les voit voit très vite, développer des thèmes d’un racisme à faire vomir. Le principe de l’émission, qui n’est pas bien nouveau est un peu idiot, mais cette jeune femme, qui paraît fort apprécie par la plupart de ses auditeurs, particulièrement les femmes, et qui est munie de la plus solide raison, traite sans le moindre ménagement ces abrutis fanatisés quand, elle ne raccroche pas carrément le téléphone si cela passe les bornes du tolérable. Pas la moindre concession aux pleurnicheries victimaires dont les « victimes » paraissent les premières responsables. Plusieurs intervenants ou auteurs d’articles sur ce site, qui embouchent régulièrement les mêmes trompettes, si elle les avait en ligne, seraient probablement aussi délibérément ratatinés. Nos islamo-gauchistes crétinisés, émules du sycophante à moustache de Médiapart, feraient bien d’en prendre de la graine !


    • VICTOR Ayoli VICTOR 30 décembre 2016 14:27

      @Christian Labrune
      Bonjour et merci pour ces arguments que j’approuve entièrement.
      Et bien d’accord : Abou Pleple mériterait un traitement par la podoculothérapie !


    • OMAR 30 décembre 2016 19:05

      Omar9


      @VICTOR

      Alors, vous aussi, vous pensez que le racisme est lié à la religion ?
      Méfiez-vous de cette peste brune qui veut aujourd’hui associer l’Islam au racisme, car c’est ce qu’elle entreprit durant le nazisme, en frappant d’ostracisme les juifs, pour en exterminant une majorité d’entre-eux, quelques temps après...

      Aussi, et pour une fois, j’approuve Etbindidon pour déclarer que le racisme n’est l’apanage d’aucun peuple, race, ethnie ou religion.
      Mais le fait d’idiots avérés, de petits cons et d’assassins psychopathes.
      Et dans Agora, certains y sont prolixes, malheureusement...

  • QAmonBra QAmonBra 30 décembre 2016 15:57

    Merci @ VICTOR pour le partage.

    La lecture de votre pertinent article, sur une situation que je connais, (mon épouse est tunisienne) me rappelle les vers du Poète :

    « La connerie humaine n’a ni limite ni frontières
    par elle aussi tous les hommes sont frères »

    A. Einstein la nommait gentiment « bêtise » et il estimait que, contrairement à l’univers, elle pouvait être infinie.


    • QAmonBra QAmonBra 30 décembre 2016 18:22

      @QAmonBra

      Petite précision omise et que j’estime utile d’exprimer : Les actes racistes à l’encontre des noirs, jusque là inexistants en Tunisie, sont apparus avec Nahda, après avoir commencé en Egypte de Morsi, notamment contre les coptes, et en en Libye grâce aux « fighters freedom » si chers à notre BHL national.

      Devinez quel est le point commun à ces pays d’Afrique du Nord ?

      Le Président tunisien ayant affirmé qu’il n’y avait pas assez de place en prison, pour les égorgeurs revenant de Syrie ou d’Irak, cela promet pour l’avenir !


  • Surya Surya 30 décembre 2016 20:28

    « Habitué à ces mots, je n’ai pas daigné répondre aux provocations. »


    « Mais avec le temps, je m’y suis habituée et j’ai même appris à en rire. »

    Ne pas laisser à la personne victime de racisme d’autre choix que d’être contrainte de s’y habituer, voire même d’être obligée d’apprendre à en rire (! !!) c’est dégueulasse. 

    Non seulement la personne se reçoit de façon quotidienne des insultes en pleine poire, mais on ne lui accorde même pas la possibilité ni le droit de se défendre. C’est du harcèlement moral.

    La personne n’a plus d’autre choix que de se dire quelque chose du genre : « bon, ma vie, ce sera cela, les insultes, les agressions, le mépris quotidiens. J’ai bien essayé de faire entendre ma voix, de faire comprendre aux autres que le racisme, ce n’est pas seulement une question de délit, de loi, mais tout simplement de respect de la personne humaine, ça n’a pas marché, personne ne m’a écouté. Il va donc falloir que je vive avec, et que je m’y habitue, car je n’ai pas d’autre choix. »

    Je suis autant choquée par le racisme que par le fait que les personnes qui en souffrent sont obligées de s’y habituer.

    De quel droit certains font-ils subir cela à d’autres ? 

    Et combien de personnes vont être choquées par ce que votre article révèle ?

    Merci donc d’alerter sur cette situation, mais conclure votre article de la façon dont vous le faites, en mettant en avant les deux personnalités préférées des Français, comme si le fait que ces deux personnes soient noires constituait en soi une preuve que le racisme n’existe pas en France, ou si peu, c’est soit être complètement aveugle, soit incroyablement naif. 

  • sarcastelle 30 décembre 2016 21:08

    Victor a écrit : trois Congolais se sont faits agressé

    .
    « agresséS » puisqu’il y en a trois !
    .
    « faitS », au contraire, c’est bon ! 

    • Christian Labrune Christian Labrune 30 décembre 2016 21:30

      @sarcastelle
      Qu’est-ce que vous nous chantez là !!! La seule manière d’orthographier correctement cette phrase, c’est :
      Trois Congolais se sont fait agresser. Sans s à « fait », avec le verbe à l’infinitif, bien évidemment.

      Je recopie plus bas la règle que vous trouverez très clairement expliquée à cette page :

      http://la-conjugaison.nouvelobs.com/regles/orthographe/l-accord-du-participe-passe-fait-devant-un-infinitif-181.php

      Si le participe passé fait est placé devant un infinitif, alors il reste invariable et ne s’accorde pas avec son sujet, même si celui-ci est placé devant.
      Cette règle s’applique avec l’auxiliaire avoir, et avec l’auxiliaire être dans le cadre d’une forme pronominale.
      Exemples avec l’auxiliaire avoir : Elle les a fait déjeuner. / La quiche que j’ai fait cuire.
      Exemple avec l’auxiliaire être : Les tricheuses se sont fait gronder.


    • VICTOR Ayoli VICTOR 30 décembre 2016 21:39

      @Christian Labrune
      Exact : il fallait écrire se sont faits agresser ( procédé mnémotechnique qui me vient du CM2 ( « se sont faits ouvrir ». Mais en fait, c’est le journaliste qui a écrit cet article qui a laissé passer cette faute... et moi aussi !


    • sarcastelle 30 décembre 2016 23:24

      @VICTOR
      .

      C’est Labrune qui a raison, mais comme il est un peu Lablonde aussi il a pensé que je parlais au premier degré. 
      « fait agresser », évidemment. 

    • Christian Labrune Christian Labrune 30 décembre 2016 23:36

      @VICTOR
      Non ; « ils se sont fait agresser » sans s à « fait ». Cela dit, quand je me relis, j’ai beau avoir été prof de lettres, je m’aperçois souvent que j’ai laissé passer bien des fautes que je vois trop tard. Quand ce n’est pas imprimé noir sur blanc, on lit ce qu’on a voulu écrire, qui est encore tout frais dans la mémoire, et on ne voit pas ce qu’on a tapé. Quelquefois, quand la syntaxe est compromise, j’envoie bien un correctif, mais le plus souvent je ne fais rien, en espérant que le lecteur corrigera de lui-même ou mettra ça sur le compte des fautes de frappe.
      Le plus drôle, c’est encore quand, par ignorance, on vous fait remarquer que vous avez fait une faute parce que vous n’avez pas utilisé la tournure incorrecte qui a fini par prévaloir sur celle que préconise le « bon usage ». Ca arrive assez souvent. Les journalistes, par exemple, savent très bien qu’un ne doit pas faire entendre le l final de « baril », mais ils auraient peur, s’ils parlaient des cours du [bari] de pétrole, qu’on s’étonne de leur prononciation. C’est à force de concessions à l’ignorance du plus grand nombre que, peu à peu, la langue évolue et s’abâtardit.


    • Christian Labrune Christian Labrune 30 décembre 2016 23:59

      comme il est un peu Lablonde

      @sarcastelle

      Voudriez-vous avoir l’obligeance d’expliciter cette formule sibylline ?
      Il conviendrait peut-être que je précise que Labrune n’est pas un pseudonyme. C’est le nom qui est écrit sur ma carte d’identité et que je n’ai pas choisi. Je ne l’utilise que parce que j’ai horreur de l’anonymat. En général, depuis que je ne fréquente plus les préaux de la communale, c’est-à-dire depuis plus d’un demi-siècle, les gens que je connais m’épargnent ça. Mais le génie, disait Baudelaire, c’est « l’enfance retrouvée à volonté ». Admettons-le : c’est consolant.


    • hunter hunter 31 décembre 2016 11:00

      @Christian Labrune

      C’est une allusion à ce très commun racisme anti-blondes (cf les « blagues » sur les blondes, comme quoi ces dernières porteraient une certaine stupidité en étendard...), bref en vous traitant de « lablonde », elle insinue que vous êtes un con !

      Normal, vous l’avez « bâchée » sur la grammaire, alors qu’elle donnait des « conseils » de ré-écriture de la langue, totalement absurdes et faux !
      Mais comme je l’ai écrit il y a quelques jours sur un autre fil, cet intervenant n’en est pas à sa première bourde, pour rester dans un euphémisme bienveillant !
      J’allais d’ailleurs réagir, mais vous l’avez fait parfaitement, donc rien à rajouter.
      Sa petite tentative pour se raccrocher aux branches est pitoyable......enfin, passons !

      Pour confirmation sur cette explication, vous pouvez taper « blagues+blondes » sur n’importe quel moteur de recherche, et vous trouverez ainsi une autre forme de racisme, issu celui-là de ceux qui partagent pourtant la même couleur de peau que leurs victimes désignées !

      Comme quoi......

      Adishatz

      H/


    • OMAR 31 décembre 2016 11:23

      Omar9

      @hunter

      Je vous offre cette chanson d’André Joubert « Auprès de ma blonde ».

      https://www.youtube.com/watch?v=MRNzxh4osFg

      Sinon, il y a celle-ci « La belle brune » chanson purement algérienne de Mehdi Elias.

      https://www.youtube.com/watch?v=lFvyMuPVuPo

      Et là, il n’y a ni racisme, ni allusion au racisme, ni haine envers quiconque....

      Mais juste un peu d’amour et de bonheur...


    • hunter hunter 31 décembre 2016 11:35

      @OMAR

      Merci Omar !

      Le racisme anti-blondes, n’a jamais été inventé par des noirs où d’autres peuples, mais c’est bien une invention de blancs !
      De blancs mâles jaloux, qui n’arrivent pas à culbuter les plus jolies blondes, et de femelles blanches jalouses, car éclipsées, leurs physiques étant ordinaires ou repoussants !

      J’ai vécu avec une blonde particulièrement canon (ce n’est pas de la vantardise, c’est juste factuel), et les lieux publics étaient un enfer :les mecs se transformaient en mouches comme attirées par une confiote de top qualité que faisait ma maman, et si les yeux des femmes avaient été des lasers, je ne serai pas là pour écrire !

       smiley

      Comme quoi la connerie, n’est l’apanage de personne, nous sommes d’accord !

      Happy 2017 for you, your relatives and those you care for !

      Adishatz

      H/


    • Christian Labrune Christian Labrune 31 décembre 2016 22:09

      bref en vous traitant de « lablonde », elle insinue que vous êtes un con !

      @hunter
      Merci pour cette explication, même si j’ai du mal à comprendre qu’il puisse y avoir un rapport entre la couleur d’une chevelure et ce qu’il y a dessous. En tout cas, réduit à mes seules capacités, j’aurais été probablement incapable, même en y passant plusieurs jours, de jamais parvenir à une pareille hypothèse. J’en tire donc la conclusion que cette personne a probablement raison.


    • Xenozoid Xenozoid 31 décembre 2016 22:17

      @Christian Labrune

      oui Labrume aurait êté plus clair

Réagir