samedi 27 août 2016 - par Paul ORIOL

Scènes du bord de l’eau

Sur le pont

… du bateau qui mène aux calanques pour une brève promenade, un jeune couple discrètement amoureux, enlacé. Elle brune, fine, épaules nues, à la peau blanche, qui n’a pas encore subi l’influence d’un soleil pénétrant. Peau lisse, uniforme, sans grain. Une main brune passe, légère, tapote discrètement, rebondit de saillances en saillances vertébrales déclenchant un regard souriant, confiant, apaisé.

A côté, le décolleté offre une peau brune, enrobant une femme d’âge mûr, toute en rondeur. Le temps et le soleil ont déjà fait leur œuvre. Sous le bruni homogène, le regard peut saisir les grains de la peau qui n’en ont pas encore détruit la douceur. Derrière elle, un monsieur ventripotent, à casquette et appareil photographique.

Plus loin, un autre couple : une mère, toute de noir vêtue, assise, silencieuse à côté de son mari. Un jeune enfant accroché affectueusement à son père : énorme, aux seins lourds, au ventre débordant. Et l’enfant s’élance, courant partout, variant sans cesse ses « pourquoi » encyclopédiques, avec une voix aiguë, aigrelette, curieux de tout. Questions qui doivent rester sans réponse d’un père qui ne peut suivre le rythme.

Sur la plage

… un couple arrive. Une vieille dame, aux vêtements traditionnels, très colorés, accompagnée de celui qui doit être son fils, la cinquantaine en tee-shirt orange et short noir. Il installe la vieille dame, face à la mer, proche de l’eau sur un pliant, à l’abri d’un parasol. A côté, une famille de femmes : la grand-mère assise sur une chaise pliante, toute de noir vêtue, confortablement, foulard sur la tête et jambes écartées. La mère, cheveux à l’air, robe noire mi-longue et des enfants qui jouent, essaient de remplir un trou en vidant la mer, passent en criant, faisant sauter du sable ou quelques gouttes d’eau… qui ne gênent personne sauf les parents qui leur demandent de s’éloigner.

La mère va se baigner en robe. Trempe dans l’eau le plus petit qui ne marche pas encore. Change les enfants après les avoir essuyés, tout nus, dans une grande serviette.

Le monsieur qui vient d’arriver avec sa mère, la prend par le bras et tous deux s’avancent lentement vers la mer, pénètrent doucement dans l’eau qui baigne maintenant leurs pieds, leurs jambes jusqu’aux genoux. Ils reviennent vers le parasol, c’est l’heure du selfie…

Scènes du bord de l’eau

Et pour nous, l’heure de quitter la plage.


Pour l’agitation de la ville.
Les affrontements en Corse médiatisés autour d’une fausse information.

Les jeunes femmes qui, par pudeur, se baignent en « burkini  » et montrent, complaisamment, sur les journaux, leur beau visage maquillé aux journalistes. Mais ces photos ont-elles été prises en France ? (1).

Les arrêtés municipaux. Dont celui du maire de Leucate. Selon le texte transmis à l’AFP, l’accès aux plages de la commune sera « interdit à toute personne n’ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité, respectant les règles d’hygiène et de sécurité des baignades ». « Le port de vêtements pendant la baignade ayant une connotation à ces principes y est également interdit » (2).

Il existe, à Leucate, une plage naturiste. Par définition, les vêtements des nudistes n’ont aucune connotation ! Pour respecter le principe d’égalité, de neutralité, pour éviter tout incident, le maire de Leucate va, peut-être, susciter à coté de la plage naturiste un espace burkiniste ? Après la décision du Conseil d’État d’annuler les arrêtés.

 

1 - http://www.slate.fr/story/122563/photos-burkini-france

2 - 20 minutes 16/08/16



1 réactions


  • non667 27 août 2016 14:53

     à l’  Entrée du célèbre complexe aquatique OASIRIA de Marrakech ....  il y a une grande affiche ( que je n’ai pas su copier ) interdisant le port de la burka dans l’enceinte mais rendant obligatoire short ou maillot de bain (2 pièces )

    Donc ce qui ne fait pas polémique au Maroc, royaume musulman,fait débat de bobos en France pays de laïcité.... Cherchez l’erreur


Réagir