jeudi 18 mai - par Bruno Hubacher

Tout va bien !

L'Allemagne exporte son chômage en France et dans les autres pays européens, au détriment de son économie domestique et sa propre population. Avec l’arrivée de l'actuel président à la Maison Blanche qui fait du protectionnisme son cheval de bataille, les élections législatives en France le mois prochain et en Allemagne en septembre, il ne reste que peu de temps pour corriger le tir et sauver l'euro. Sinon, l’éclatement de la monnaie unique est programmé avec, à la clé, du chômage de masse en Allemagne.

L’Allemagne va bien. Selon la multinationale du conseil aux entreprises « Ernst & Young », les 100 plus importantes entreprises allemandes ont amélioré leurs bénéfices opérationnels de 24 % en 2016, malgré une baisse du chiffre d’affaires de 2,7 %, grâce à des mesures de rationalisation. Le taux de rendement sur le chiffre d’affaire est ainsi passé de 5,9% à 7,4%. (Die Zeit). 

Sauf accident majeur, le gros des sociétés allemandes devrait annoncer, des chiffres record pour l’année 2016, au niveau des bénéfices autant qu’au niveau des dividendes. Pour l’année 2015 les 600 entreprises allemandes les plus importantes avaient déjà distribué la somme record de 42,3 mia EU, dont 64 % à des investisseurs étrangers. Globalisation oblige.

En outre, les nouvelles du front de l’emploi sont excellentes. « Die Welt », porte parole officieux du gouvernement allemand, titre le 30.12.2016 « Le miracle allemand de la création d’emplois entre dans sa seconde décennie. » Entre 2010 et 2016, le taux de chômage a baissé de 8% à 4,2%.

L’Allemagne semble en effet faire tout juste. Le taux de chômage moyen de la zone euro est de 10,1 % (France 9,9 %, Italie 11,5% Espagne 20,2%, Portugal 10,8%, Grèce 23,5%) et celui des jeunes européens de moins de 25 ans 18,8% (Eurostat). 

Quelle est donc la recette du miracle allemand ? La sous-enchère salariale et l’export. En 2003 le gouvernement Schröder avait introduit la réforme du marché du travail « Hartz IV », une version plus « hard » des lois « Macron » et « El Khomri » en France, et tout misé sur l’export. Afin de « booster » la compétitivité des entreprises allemandes, l’état avait gelé les salaires et l’export flambait et continue à flamber. 

Selon l’économiste allemand Heiner Flassbeck, c’est une manière d’exporter le chômage dans les autres pays de l’Union Européenne et l’économiste français, Thomas Piketty, remarque sur son blog que » la bonne mesure de juger de la performance économique d’un pays est sa productivité et non sa compétitivité. Si chaque pays faisait comme l’Allemagne, il n y aurait aucune autre zone économique au monde pour absorber des excédents de l’ordre de 8% du PIB chaque année. » (Thomas Piketty)



Si on mesure la performance économique de la France, l’autre poids lourd de la zone EURO, on constate que sa productivité est supérieure de 10% à celle de l’Allemagne. La mesure communément appliquée étant ce qu’un travailleur produit en une heure de travail. (PIB divisé par les heures travaillées). 

La meilleure performance de l’Allemagne vis-à-vis de la France, et les autres pays partenaires, trouve son origine dans le non-respect de la part de l’Allemagne du taux annuel d’inflation de 2% convenu lors de la création de l’Euro en 1999 et voulu par l’Allemagne. Comme l’explique le professeur Flassbeck, l’inflation n’est pas la conséquence de l’expansion de la masse monétaire, la preuve, il n’y a pas d’inflation actuellement, mais du niveau de rémunération de la productivité, les salaires.


Le seul pays en Europe à avoir respecté cet objectif d’inflation de 2% est la France, qui rémunère ses salariés constamment 2% en dessus de sa productivité depuis la création de l’Union monétaire. Dans un monde idéal, chaque pays pourrait ainsi vivre à son rythme. Ceux qui veulent gagner plus, travaillent plus, ceux qui veulent plutôt profiter de la vie, gagnent moins. Le mercantilisme est incompatible avec la mondialisation. (Piketty)

L’économie allemande fait le contraire. Elle vit au dessous de ses moyens au détriment de ses travailleurs et son économie domestique, ainsi que de ses partenaires européens. Les ménages privés économisent à cause des incertitudes sur le marché du travail, les entreprises domestiques n’investissent pas à cause du faible pouvoir d’achat et les multinationales accumulent des profits hors norme et les distribuent à leurs actionnaires. 

Pour qu’une économie tourne et pour que l’argent circule, il faut qu'il y ait des acteurs économiques qui s'endettent et qui investissent. Puisqu’en Allemagne ni les ménages, ni les entreprises, ni l’état veulent s’endetter, c’est l’étranger qui doit le faire. 

Avec l’arrivée de l'actuel président à la Maison Blanche qui fait du protectionnisme son cheval de bataille et les élections en législatives en France en en Allemagne, il ne reste aux teutons à peine quelques mois pour changer leur position et de sauver l’euro. Sinon, l’éclatement de monnaie unique est programmée suivie par une course à la dévaluation et un chômage de masse outre Rhin.



40 réactions


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 18 mai 08:57

    « Si on mesure la performance économique de la France, l’autre poids lourd de la zone EURO, on constate que sa productivité est supérieure de 10% à celle de l’Allemagne. La mesure communément appliquée étant ce qu’un travailleur produit en une heure de travail. (PIB divisé par les heures travaillées). »


    Le problème, avec les économistes, bien souvent, c’est qu’ils ne mettent pas la même chose derrière les mêmes mots, ou bien qu’ils n’utilisent qu’une partie d’un raisonnement pour argumenter.La mesure de productivité que vous évoquez ne concerne que la productivité du travail, pas celle du capital.La productivité du capital est le rapport entre la valeur ajoutée et le capital fixe utilisé. 

    La productivité du travail est le rapport entre la quantité ou la valeur ajoutée de la production et le nombre d’heures nécessaires pour la réaliser. Elle dépend de la capacité du personnel à produire une quantité, dite standard, de biens ou de services selon les normes ou les règles prédéfinies.Exemple : quantité de charbon en tonne extraite par heure.

    Lorsque plusieurs composants entrent en ligne de compte pour la production, il est possible de calculer des ratios de productivité pour chacun d’eux, ou bien un indice composite, en général basé sur les coûts. Mais il n’est pas facile de déterminer quel est le facteur de production déterminant.

    En fait, la productivité est globale, c’est le rapport entre une production de biens ou de services et les moyens qui ont été nécessaires pour sa réalisation (humains, énergie, machines, matières premières, capital, etc.). 

    Elle mesure l’efficacité avec laquelle une économie ou une entreprise utilise les ressources dont elle dispose pour fabriquer des biens ou offrir des services.

    Si l’Allemagne est plus efficace que la France dans l’utilisation des ressources disponibles, cela équivaut de fait à une meilleure compétitivité. Point barre.

    • Alren Alren 18 mai 18:56

      @Jeussey de Sourcesûre

      La productivité du capital n’a pas de sens : le capital ne produit rien, sinon, au démarrage d’une entreprise de la confiance de la part du tissu industriel et commercial dans lequel elle est nécessairement inscrite, confiance qui est nécessaire à sa survie. Ensuite la propriété des moyens de production par des rentiers n’a que des effets nuisibles.

      Seul le travail produit des biens et services recherchés par des clients ou des usagers.

      La productivité exceptionnelle de la travailleuse et du travailleur français a été constatée depuis longtemps sans qu’on puisse l’expliquer par une raison physiologique. C’est un phénomène culturel sans doute.

      Dans un domaine très différent, la guerre, on a pu constater également une combativité supérieure des soldats français à celle des Anglais, des Étatsuniens et des Allemands.
      Ces derniers n’ont dus leurs succès qu’à l’infériorité constante du haut commandement tricolore.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 19 mai 11:50

      @Alren

      Les détenteurs de capitaux ne sont pas des philanthropes.
      Leur objectif n’est pas de produire des biens et des services, mais de la valeur.

      La productivité du capital, ou efficacité du capital, est un ratio économique indiquant le rendement de l’accumulation du capital.

      C’est le rapport entre la valeur nouvellement créée A’ et le capital constant c investi :

      Ec =A’ / c

      Le terme productivité ne doit pas tromper : c’est bien le travail qui produit de la valeur, et non le capital. Mais dans le cadre de l’appropriation privée, ce ratio reflète l’efficacité de l’accumulation par les capitalistes : le taux de croissance du capital fixe.

      En divisant numérateur de dénominateur par le nombre de salariés, on obtient :

      Ec = Pr / Ct

      où Pr est la productivité du travail, et Ct la composition technique du capital.

      Pr et Ct sont liés : c’est par la machinisation (hausse de Ct) que les capitalistes obtiennent des gains de productivité (Pr). Ce ratio est donc rétroactif :

       l’innovation par un capitaliste donné permet une soudaine hausse de productivité

       la hausse du taux de profit engendrée pousse, via la concurrence, au surinvestissement

       ce qui alourdit finalement la composition Ct pour des gains de productivité moindres

      La productivité du capital varie donc en sens inverse de celui de la composition organique du capital.


    • Yaurrick Yaurrick 20 mai 17:35

      @Alren
      Le capital ne produit rien, vous avez d’autres blagues comme ça ? Dans ce cas pourquoi les pays et personnes qui n’ont pas ou peu de capital sont pauvres ? Savez vous vraiment ce qu’est le capital ?
      Quant à la productivité « exceptionnelle » des travailleurs français, c’est parce qu’on exclue beaucoup de personnes dont les jeunes, les vieux, les moins productifs que le SMIC... on peut avoir une bonne productivité si on ne laisse que les plus productifs, qui devront faire vivre tous les autres.


  • ZEN ZEN 18 mai 11:08

    Excellente mise au point.

    Merci !

  • ZEN ZEN 18 mai 11:11

    Notre Macron tout neuf s’illusionne largement sur sa capacité d’influencer Berlin dans les conditions actuelles... sinon à la marge.


  • Sozenz 18 mai 12:06

    les élections législatives en France le mois prochain et en Allemagne en septembre, il ne reste que peu de temps pour corriger le tir et sauver l’euro.

    Qu est ce que tu viens nous emm avec ton sauver l euro toi qui ne vis pas dessus , toi les suisse qui vote pour plus d protection dans ton pays ....
     va faire ta propagande ailleurs  ;
    Quand tu vivras en france et que tu subiras les déboires de ceux qui sont sur ce territoire . on sera ok pour t’ écouter t affoler sur l ’« Euro » ( ou pas )


    • Sozenz 18 mai 12:10

      Sozenz
      @ l auteur
      je me permets de dire tu , vu que tu viens fouiner dans nos affaires 
      quelqu un qui s invite a regarder les comptes de la maison dont il ne fait parti je pense qu on peut lui dire « tu » et lui parler comme je l ai fait ..


    • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 18 mai 12:36

      @Sozenz

      vous permettez que je vous vousvoie. Vous avez une image caricaturale de la Suisse. Un peu de lecture vous ferait du bien, et, surtout lisez jusqu’au bout avant de vous échauffer.

    • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 18 mai 12:47

      @Sozenz
      Ne pas être dans la zone Euro, interdit d’avoir un avis sur la zone Euro
      Ne pas être noir, interdit d’avoir un avis sur le racisme
      Ne pas être économiste, interdit d’avoir un avis sur l’économie
      Ne pas être pauvre, interdit d’avoir un avis sur les inégalités
      etc, etc
      Il faut supprimer Avox car la majorité des articles et des commentaires sont écrits par des « ne pas être » ...


    • Sozenz 18 mai 12:47

      @Bruno Hubacher
      chaque phrase à son importance. et quand on veut sauver ou défendre l indéfendable . c est non ...

      Nous savons que trop bien comment les choses sont négociées .
      il y a de nouvelles mesures qui doivent être prise pour la france par des décisions de l UE que je ne peux accepter .
      des blablas je n en ai rien faire ... je constate .
      quand d autres politiques seront mis en place pour ne plus ecraser le gens , nous discuterons pour le Sauver l Euro .


    • Sozenz 18 mai 12:58

      @Frédéric Van der Beken
      vous mélangez tout ...

      je vais vous donner un exemple
      dans certains pays des personnes portent le voile . je ne vais pas aller dire il faut que dans tel ou tel pays il faut qu ’ ils gardent ou retirent le voile . ce n est pas a moi de decider puisque je ne suis pas concernée par leur mode de vie .
      par contre si je vis sur un territoire et que je suis directement concernée , je vais dire , par exemple , je ne veux pas l imposition du voile alors qu’ il n existe pas sur mon territoire .

      une personne qui habiterait dans un autre pays qui na pas la voile obligatoire et demanderait l imposition du voile par exemple en France , et bien perso , je le balance dans les cordes . car il n a rien à vouloir pour la France ...
      ok ? . j espère avoir ete assez clair .

      tous vos délires a deux balles pour justifier un truc non valable .... ..

      il y a une différence entre avoir un avis , et regardez bien la phrase que j ai mis en avant ... 
      apprenez a lire et a comprendre chaque phrase ... les nuances ...


    • Alibaba007 Alibaba007 18 mai 22:59

      @Sozenz «  apprenez a lire et a comprendre chaque phrase ... les nuances ... »



      Ah ?!! Parce que tu fais dans la nuance ??? smiley


       smiley

    • Sozenz 18 mai 23:49

      @Alibaba007
      je vais dire dans l interprétation correcte .

      je vous l accorde , je suis plutôt parfois brutale , pour parler de nuances  smiley


  • Dzan 18 mai 12:26

    , Dans l’industrie Française, la métallurgie par exemple. Les tours sont des Boringher allemands, des machines de taillage des pignons Liebherr allemandes, des machines à mesurer Klinkdelnberg, allemandes.


  • Sozenz 18 mai 13:08

    le chomage est voulu et de toute façon avec les nouvelles technologies il va s accentuer .
    sauf si on reduisait les cadances et les heures , de travail s il y avait un meilleur partage .
    mais la volonté n’ est pas le partage ; mais la main basse de tout par une très petite minorité .

    tout est devenu concurrence , la quantification de toute chose à un niveau monétaire.
    on déracine l etre humain de sa raison d être sur terre .
    franchement au stade ou nous nous trouvons , je dirais presque qu ’ il vaudrait mieux claquer que de vivre dans un état d ’esclavage vers lequel nous tendons .
     l humain n a plus conscience de ce qu il est , il est le consommateur sclérosé . sa famille son etre finissent par passer au second plan ,
    On veut sauver l ’ Euro , mais on ne cherche pas a sauver en premier l humain .
    Vous êtes des inconscients , des fous ....


    • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 18 mai 16:18

      @Sozenz

      oui des « fous » certes mais inconscient avant tout...qui ne savent pas du tout ce qu’ils font, pourquoi ils le font....etc

      la fuite de soi même donc de la vie ce qui est impossible provoque ce genre de névroses avec tous les dégâts que nous voyons.......etc bien sur..

      je te salue... smiley


    • Alibaba007 Alibaba007 19 mai 00:30

      @Sozenz « mais on ne cherche pas a sauver en premier l humain . 
      Vous êtes des inconscients , des fous ....
       »


      Oui le chômage est voulu... mais leurs produits, ils devront bien les vendre à quelqu’un à qui il reste un pouvoir d’achat substantiel...  

      Après quelques années de « traitements libéraux style 49.3 » dont les politiciens usent et abusent « pour le bien du peuple », les inconscients vont sortir de leur torpeur... ...(je l’espère avant d’avoir rejoint la Grèce au niveau du chômage) et de prendre en main leur sortie de l’esclavage programmé par les zélites proUE.

      De plus en plus de gens prennent conscience qu’il faut trouver une solution alternative aux dérives du capitalisme à outrance et de la mondialisation. 

      Ils commencent à mettre en pratique ce qu’ils n’osaient pas entreprendre avant, de peur de sacrifier leur confort douillet et de ne pas se mettre à dos les chefs du système en place.

      Forcés ou non financièrement, de plus en plus de personnes autour de moi parlent de Boycott de produits en provenance de certains pays ou de multinationales, de produire des services gratuitement ou contre échanges à l’avenir, de retrouver une autonomie alimentaire, locale, politique ou financière, de revoir leurs valeurs sociales et humaines en limitant leurs dépenses énergétiques et se recentrant sur les réels besoins de vivre une relation saine, se basant sur la confiance et l’entraide. Revenir à «  »Travailler pour vivre« et ne plus »Vivre pour travailler« , et se disent de plus en plus que »Travailler plus pour gagner moins« , ils ont assez soupé ! Ateliers Constituants remplaçant les meetings politiques, car marre des Politiciens tous corrompus, raz-le-bol des Maîtres au lieu de serviteurs. 
        
      Dorénavant, de part la gourmandise irrépressible des 1% et profiteurs du haut de l’échelle, bien des gens comprennent que le temps est compté pour la pyramide de Ponzi qui ne va pas tarder de débarquer en vol ses derniers passagers clandestins du énième jeu de l’avion à court de carburant... 

      Ce jour-là approche et il y a bien un risque, d’entendre prochainement quelques-uns s’exclamer »Accroche-toi au pinceau... j’enlève l’échelle !" 
        

  • Remosra 18 mai 13:22

    Bonjour Bruno,

    Il y a une phrase que je ne comprends pas !

    Si chaque pays faisait comme l’Allemagne, il n y aurait aucune autre zone économique au monde pour absorber des excédents de l’ordre de 8% du PIB chaque année.

    Pouvez vous me l’expliquer svp !?


    • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 18 mai 13:43

      @Remosra

      Le commerce entre pays est un échange de marchandises ou de services contre paiement de devises. L’idéal serait qu’un pays exporte à peu près la même valeur qu’elle importe. Au niveau mondial ces soldes sont toujours zéro, car la terre ne fait pas de commerce avec la lune. 

      Si un pays, comme l’Allemagne, exporte constamment davantage de ce qu’il importe, ses pays partenaires qui importent davantage de ce qu’ils exportent, doivent s’endetter pour acheter les marchandises allemandes, car ils n’obtiennent pas assez de devises pour régler la facture. 

      Un cas frappant est la Grèce, qui, pour caricaturer un peu, importe des Mercedes et exporte du fromage de chèvre, ce qui fait qu’elle a une immese dette envers l’Allemagne. 

      Le problème est que ce jeu profite aux actionnaires des entreprises allemandes, mais pas aux allemands, parce que ces surplus ne sont pas distribué via des augmentations de salaires mais redistribués aux actonnnaires qui les rénvestissent dans les marchés financiers, ce qui ne profite pas à l’économie interne de l’Allemagne.

      En gardant les salaires bas, le fameux coût du travail, elle bat les pays concurrents, tels la France, qui augmentent les salaires en fonction de la productivité, qui est d’ailleurs légèrement plus élevée que la productivité allemande, tel que cela avait été décidé lors de la création de l’Euro, environ 2 % en dessus de la productivité, ce qui aurait créé environ 2% d’inflation par année. Actullement nous avons de la déflation. 

    • Remosra 18 mai 14:19

      @Bruno Hubacher

      Oui tout ça je l’avais bien compris, Merci.
      La partie de votre phrase que je ne comprend pas c’est "absorber des excédents de l’ordre de 8% du PIB".
      Je vais être plus explicite. Quels excédents  ? Et ces 8% correspondent à quoi ?


    • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 18 mai 14:44

      @Remosra
      Le PIB ou produit intérieur brut représente tous les bien et servvices, prduits pendant une année, par une économie nationale. L’Allemagne accumule chaque année 8% de richesses en dehors de ses frontières. Si l’Euro éclatait, la nouvelle monnaie allemande crèverait le plafond dévaluerait ses fortunes accumulées et créérait une armée de chômeurs d’un coup. 


    • Remosra 18 mai 14:58

      @Bruno Hubacher

      D’accord, donc je reviens sur la phrase en question : Si chaque pays faisait comme l’Allemagne, il n y aurait aucune autre zone économique au monde pour absorber des excédents de l’ordre de 8% du PIB chaque année.

      J’explique ce que j’ai compris sur cette phrase par rapport à votre dernière explication et vous me direz si c’est bien ça ou non !
      Chaque pays accumulerait 8% de richesses chaque année sans savoir comment les dépenser. Donc il y aurait accumulation de richesses au fur et à mesure des années qui seraient pour ainsi dire quasiment inutile !?


    • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 18 mai 15:09

      @Remosra
      Si chaque pays sur terre souhaite exporter 8% de sa production, il faudrait vendre le surplus à la lune et c’est la lune qui devrait s’endetter envers la terre, en attendant ce sont le pays importateurs, en général pauvres, qui doivent s’endetter. Pour changer la situation il faudrait que les pays avec des surplus importent plus que ce qu’ils exportent, donc consomment, pour résorber le désequilibre et faire démarrer, d’un côté leur propre économie domestique et de l’autre l’économie mondiale.


    • Remosra 18 mai 15:48

      @Bruno Hubacher

      D’accord, je comprend mieux. Merci pour cette clarification ! smiley


    • Trelawney Trelawney 18 mai 17:52

      @Bruno Hubacher
      Si chaque pays sur terre souhaite exporter 8% de sa production, il faudrait vendre le surplus à la lune et c’est la lune qui devrait s’endetter envers la terre, en attendant ce sont le pays importateurs, en général pauvres, qui doivent s’endetter. Pour changer la situation il faudrait que les pays avec des surplus importent plus que ce qu’ils exportent, donc consomment, pour résorber le désequilibre et faire démarrer, d’un côté leur propre économie domestique et de l’autre l’économie mondiale.


      C’est un peu ce qui se passe en Chine. Pour ce qui est de l’Allemagne qui a comme « présidente » une femme qui n’y connait rien en économie mais qui sait se faire respecter auprès des autres pays de la zone euro, elle est depuis pas mal de temps en opposition avec les directive européennes qui stipulent que l’on ne doit pas s’endetter de plus de 3% du PIB, mais que l’on ne doit pas avoir une balance commerciale vis à vis des autres pays de la zone euro avec un excédent supérieur à 5% du PIB.
      A ce jour, seul Macron (Hollande et Sarkozy rien) lui a gentiment fait remarqué et ce n’est pas pour rien qu’il a mis Le Drian (négociateur dur) pour l’Europe

    • emmanuel muller emmanuel muller 19 mai 10:26

      @Trelawney

      « une femme qui n’y connait rien en économie »

      Haaa, ce monde manque tellement de gens qui savent !

       smiley


    • Parrhesia Parrhesia 20 mai 09:44
      @Bruno Hubacher
      V/post du 18 à 13H 43.
      Bonjour Bruno Hubacher, et félicitations !
      Ce que l’on conçoit bien...

      Voilà, très clairement dit, l’une des raisons pour laquelle cette contre-europe n’a jamais été viable en raison de la volonté contre-européenne que des initiateurs non européens ont voulu lui donner dès le début !
      Tous les professionnels du commerce international doivent le savoir depuis 1970 au moins, mais cette manoeuvre Mondialiste était perceptible par tous depuis la fin de la seconde guerre mondiale !

      Il faut donc (très vite maintenant), repenser l’Europe en repartant de l’esprit d’un Marché Commun exclusivement composé d’un noyau entre quelques Nations compatibles socio économiquement , humainement, et culturellement 
      Lorsque un tel ensemble sera déjà parvenu à un niveau d’harmonie socio-économique et socio-culturel satisfaisant, alors, mais alors seulement, il sera envisageable de l’étendre de proche en proche et par paliers d’intégration communautaires successifs.
      Entreprise qui ne sera jamais réalisable avec les faux-nez du mondialisme que la France se donne comme prétendus européens !!!

      Car l’Europe qu’il nous faut recréer, c’est très exactement le contraire de la contre-europe que les mondialistes ont décidé réaliser dans leur but de se favoriser eux-mêmes, et de se favoriser eux-mêmes exclusivement !!!
      Mais que faire lorsque un pays de soixante-cinq millions d’habitants comme la France, second par son importance dans cet ensemble manifestement contre-européen, se montre majoritairement et régulièrement incapable de se sélectionner un personnel politique acceptable ;  incapable, par exemple, de déjouer une manœuvre électorale aussi grossière que celle qui vient de nous amener le résultat que nous constatons !!!
      Ce résultat nous interdit toute conduite (conduite au demeurant infiniment difficile) de toute politique intelligente et honnête de reconstruction d’une Europe véritablement européenne dans un cadre planétaire sur lequel nous avons malheureusement perdu toute influence !!!

      Un résultat qui hypothèque non seulement la survie de la France en tant que puissance économique, mais également, et tout simplement, en tant que pays libre !!!


  • macchia 18 mai 13:53

    le but du 2% d’inflation n’est pas obligatoire, historiquement la principale cause en est la monnaie trop abondante et les allemands le savent bien. La politique de conquête des marchés avec les frais dérisoires du personnel est surtout chinoise. Les produits allemands sont de très bonne qualité tandis que la qualité USA est en forte perte de vitesse.


    • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 18 mai 15:07

      @macchia

      Tout dépend de ce que l’on appelle « qualité ». Si l’on parle de fiabilité, celle des produits allemands est un mythe. Jetez un oeil aux classements de fiabilité annuels dans l’automobile par exemple. Les allemands ont quelques modèles dans le haut du classement mais on est très loin d’une domination absolue. Et c’est pareil dans l’électroménager ou bien les machines-outils. Rien que les fameux Panzer construits lors de la seconde guerre mondiale étaient d’une fiabilité catastrophique alors que dans l’inconscient populaire, c’est le symbole de la robustesse.

      En revanche, si derrière « qualité » on parle des fonctionnalités et de la finition des produits, c’est exact : les produits allemands sont de meilleure qualité car plus chers et positionnés sur des gammes plus élevées. Le problème des autres nations n’est cependant pas « qualitatif », il est marketing. De nombreuses autres marques sont capables de faire de grosses berlines noires très austères à l’aspect robuste. Mais bien peu de marques sont capables de faire gober aux consommateurs qu’elles le sont autant que les allemandes.


  • carnac carnac 18 mai 14:24

    Tout récemment les statistiques des travailleurs pauvres sont sorties : l’Allemagne un bien triste record en ce domaine si bien que la consommation interne des allemands n’est pas suffisante pour permettre des échanges équilibrés au sein de la zone euro. 


    Le smic a été introduit en Allemagne tout récemment mais il n’est pas du même niveau qu’en France.

    Malheureusement je ne vois aucune avancée significative de la part de Madame MERKEL envers le nouveau gouvernement français et je pense que Monsieur MACRON se fait des illusions s’il compte sur un rapprochement des points de vue français et allemands.

    Madame MERKEL demande un Hartz IV pour la France , Monsieur MACRON a l’intention de s’exécuter notre taux de pauvreté croitra et nous rejoindrons le record allemand.... quelle heureuse perspective ....

    d’Europe sociale il n’est pas question, d’Europe facilitant la transition énergétique pas plus ...

  • lloreen 18 mai 15:44

    Il faut bien comprendre ce qu’est l’ Allemagne : un état occupé par la corporation des Etats-Unis depuis 1945 jusqu’à nos jours. Et monsieur Obama en personne a signalé que ses amis comptaient bien que cette situation perdure jusqu’en 2099.
    Par conséquent, madame Merkel et tous ses « augustes » prédécesseurs n’ étaient rien d’autre que les commis voyageurs de la corporation des Etats-Unis.Les français viennent de se réveiller et commencent à comprendre- un peu tard- leur futur statut. Si l’ Allemagne peut être considéré comme le 51ème état de fait de la corporation des Etats-Unis, la France deviendra sous peu le 52ème...Elle a du souci à se faire car monsieur Macron poussera ses réformes à la puissance d’un rouleau compresseur.


  • lloreen 18 mai 15:45

    pardon : (peut être) considérée


  • emmanuel muller emmanuel muller 19 mai 10:13

    Non, l’Allemagne ne va pas bien.
    L’Allemagne vas bien pour les suisses.
    Mais l’Allemagne vas mal pour beaucoup d’Allemand.
    En plus chacun sais qu’elle vas sur une mauvaise pente, qu’’elle n’a pas assez d’enfant pour assurer l’avenir de ces travailleurs actuelles qui sont encore plus souvent des travailleurs pauvres qu’en France.

    Quand on est du bon coté on peux croire que le pays vas mieux quand l’argent va mieux.
    Mais ce raisonnement est inepte si les richesses produites sont extraite pour accroître les rendements et par là bien souvent les inégalités.

    Or dans un monde où les inégalités s’accroissent, on pourrait presque affirmer que si l’argent d’un pays va bien ces habitants vont aller encore plus mal.
    Principe évident pour des pays africains plein de richesses.

    Donc on en était où déjà ?
    Ha, oui, l’Allemagne vas bien pour vous, car elle vas bien pour ceux qui profitent de l’économie.

    Mais sont-t-il encore majoritaires, ceux qui profitent de l’économie quant elle vas bien ?


    • emmanuel muller emmanuel muller 19 mai 10:20

      Je précise que j’ai rebondis sur le propos, en objectant, mais ce n’est pas une critique.
      Il me semble que mon propos vas dans le même sens que le votre, celui de démonter les poncifs, mais a une autre échelle.


  • Montagnais Montagnais 20 mai 17:10

    Excellent article l’Auteur .. j’avais pas compris la pincée d’ironie dans le titre


    La conclusion est sans appel



    NB : pour Agoravox : .. Taing ! Agoravox ! 

    Target = blank dans vos liens d’URL externe .. Target=blank ! .. ça fait un quart de siècle qu’on utilise .. qu’on vous perde pas ! 

    Merci



  • pipiou 20 mai 18:15

    Chaque fois qu’un pays fait mieux que nous il est important de le critiquer.

    Les Français sont les meilleurs et même si c’est pas vrai on est quand même les meilleurs.

    Bref on est rassurés : ne nous remettons surtout pas en question  smiley


Réagir