lundi 17 avril - par rosemar

Turquie : un référendum truqué ?

Erdogan a annoncé hier la victoire du "oui" au référendum qui lui donne les pleins pouvoirs : on pouvait imaginer facilement un tel résultat.
Il aurait été surprenant que Recep Erdogan ne remporte pas ce plébiscite...
Dans un pays où la liberté d'expression se réduit comme peau de chagrin, où l'opposition est muselée, il est facile d'orienter le cours d'un vote...
 
Après dépouillement des bulletins de vote provenant de 98,95% des urnes, le "oui" était en tête avec 51,34%, selon les résultats partiels publiés.
 
Cette victoire à l'arraché ressemble, toutefois, à un fiasco : Erdogan n'a pas obtenu le plébiscite qu'il espérait...
 
Les deux principaux partis d'opposition au président Erdogan ont, quant à eux, dénoncé des "manipulations" lors de ce référendum. 
Aussitôt, Erdogan a fait cette déclaration sans appel :
 
“Le référendum est fini et les polémiques qu’il a suscitées doivent maintenant appartenir au passé. Ne fatiguez pas le pays avec des discussions inutiles, je le dis aussi aux autres pays, nos alliés , et aux institutions internationales : respectez la volonté de la nation”, a insisté le président turc tout en rappelant que “ tous les articles de la réforme n’entreront pas en vigueur tout de suite et pour la plupart après les élections législatives et présidentielles du 3 novembre 2019”.
 
Il semble que la Turquie se dirige vers une dictature où l'intégrisme tiendra une place prépondérante.


Ce référendum voulu par Erdogan est lourd de conséquences pour la Turquie : dérives autoritaires, déni de démocratie...

L'économie turque est en panne, les touristes ne viennent plus dans ce pays livré à un pouvoir mégalomane, la Turquie est de plus en plus isolée diplomatiquement.
Pour la Turquie, le règne des ténèbres semble avoir commencé.
 


Je connais un peu ce pays pour l'avoir visité en touriste, à plusieurs reprises : un pays riche d'une histoire diverse, de paysages étonnants et variés, un pays attachant, point de rencontre entre l'Orient et l'Occident.
Hélas, ce pays risque de sombrer dans une dictature, un pouvoir personnel dangereux.

Déjà, Erdogan envisage d'organiser un nouveau référendum afin de rétablir la peine de mort... On perçoit toutes les conséquences d'une telle mesure dans un pays où la liberté est restreinte.
 
Erdogan parvient, même, en organisant des référendums, à maintenir l'illusion d'une démocratie préservée...
 
 
 
 Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/04/turquie-un-referendum-truque.html

 



33 réactions


  • foufouille foufouille 17 avril 18:16

    le résultat prouve le contraire du titre.


    • Pere Plexe Pere Plexe 17 avril 19:14

      @foufouille

      Expliquez nous... ?
      Le dictateur Erdogan a supprimé toute opposition et à muselé la presse
      Maintenant il s’octroie tous les pouvoirs.

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 17 avril 20:13

      @Pere Plexe

      Bien vu de la part de Foufouille.
      Sauf à prendre Erdogan pour un con, s’il avait truqué le referendum, le résultat aurait été très largement en sa faveur...


    • rosemar rosemar 17 avril 21:32

      @Robert Lavigue

      Non justement, son habileté vient du fait qu’il a su probablement truquer modérément, pour éviter d’être accusé de truquer...
      Le pays est divisé et fracturé à l’extrême...

    • foufouille foufouille 18 avril 09:11

      @Pere Plexe
      48% de non ...........
      pour info, hitler a été élu.


    • Alice Alice 18 avril 12:49

      @rosemar
       
      L’habileté consiste à turquer les élections.


    • Alice Alice 18 avril 13:05

      @foufouille
       
      Faux : il a été nommé. Parce le parti nazi était arrivé en tête aux élections, avec 44% des voix.


    • Pere Plexe Pere Plexe 18 avril 14:43

      @Alice
      C’est un fait vérifier par l’OSCE et d’autres :
      ces élections ne sont pas très catholiques !


  • Tall Tall 17 avril 18:19

    L’islam et la démocratie, ça ne va pas ensemble


  • redneck redneck 17 avril 18:26

    64% du million de Turcs en France ont voté pour la charia d’Erdogan = 640.000 radicalisés de plus chez nous.



    • Alren Alren 17 avril 19:35

      @redneck

      Cela montre surtout que les migrants économiques de ce pays sont les moins favorisés culturellement (Anatolie).
      Il aurait été intéressant de connaître le vote des étudiants et des diplômés qui sont venus en Europe après mûre réflexion pour une meilleure qualité de vie ou d’études. Leur fuite de la dictature obscurantiste va s’accélérer avec une baisse du PIB turc concomitante.


  • cathy cathy 17 avril 18:44

    Ils auraient tort de ne pas voter pour un islam fort (jusqu’à la rupture), plus Erdogan menace et ça marche, plus Bruxelles donne de l’argent. 


  • Christian Labrune Christian Labrune 17 avril 19:44

    Erdogan parvient, même, en organisant des référendums, à maintenir l’illusion d’une démocratie préservée...

    Rosemar,
    Que le référendum ait été truqué ou pas, peu importe. Quand il n’y aurait eu que 40% de Turcs déterminés à soutenir leur Mussolini, ce serait déjà presque aussi inquiétant.
    Quand les peuples sont soumis à une tyrannie abjecte, comme celle qui sévit depuis plus de trente-cinq ans en Iran, on peut espérer une révolution. Les pays démocratiques peuvent la précipiter en soutenant efficacement l’opposition (ce qu’Obama avait oublié de faire en 2009). En revanche, quand on a affaire, comme c’est le cas en Turquie, à un peuple aussi fanatisé que pouvaient l’être les Allemands du IIIe Reich, c’est très préoccupant.
    Ce qui est encore plus inquiétant, c’est qu’on observe à peu près la même situation en France où 40% des citoyens paraîtraient disposés, s’il faut en croire les sondages, à soutenir des politiques fascisantes. C’est que je ne vois pas une bien grande différence entre l’héritière Le Pen et son double sinistre à la tête de la « France soumise ».

    Votre phrase conclusive me paraît quand même un peu contestable : il n’y a plus personne en Europe, à moins d’être, comme on dit après certains attentats, « psychiquement déséquilibré », qui puisse croire qu’il existerait encore en Turquie quelque chose qui pût ressembler, même de loin, à ce que nous appelons démocratie.


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 avril 20:19

    En France même pas besoin de truquer les referendums, non veut dire oui (29 mai 2005) ^^


    • rosemar rosemar 17 avril 20:58

      @bouffon(s) du roi

      En effet, un autre déni de démocratie...

  • Sozenz 17 avril 20:27

    ils vont finir par me faire avoir un ulcère ces cons ... euh .. ces masos ... non, le premier terme était bon aussi.
    Je n arrive pas à comprendre comment ça fonctionne dans l esprit de certains ... hallucinant .


  • zak5 zak5 17 avril 21:26

    Truqué ? !
    pas du tout, dans tous les pays musulmans sans exception, s’il y a des élections libres, les islamistes l’emportent.
    C’est une réalité que les occidentaux ont un mal fou a admettre


    • rosemar rosemar 17 avril 22:07

      @zak5

      Enfin, tout de même, le résultat est très partagé, ce qui prouve que la société turque est divisée...

    • Pere Plexe Pere Plexe 18 avril 14:47

      @zak5
      La démocratie c’est bien sur le droit de vote.
      Mais pas seulement.
      Il faut aussi une information libre et diverse, des droits aux opposants, une campagne équilibré en moyen.
      Là on en est clairement très loin !


  • antiireac 17 avril 21:56

    N’oublions pas que le dictateur turc est un bon copain de putin que les gogos gauchistes adorent


    • Pere Plexe Pere Plexe 18 avril 15:01

      @antiireac
      Merkel et les européistes lui ont ciré les babouches bien plus encore.
      Après avoir longuement ignoré son soutien à Daesh ils ont applaudis le dézinguage d’un avion russe puis les purges qui ont suivis la tentative de putsch !
      Qui plus est la Turquie bénéficie d’un libre accès au marché de l’UE (l’UE a entre autre soutenu le groupe Vestel ce qui, à l’heure ou Whirlpool délocalise ne manque pas de charme...)
      what else.. ?


  • Jonas 17 avril 23:38
    La Turquie a collaboré avec l’Allemagne nazie pendant la deuxième guerre mondiale, et Erdogan est lui-même un soutien officiel du parti d’extrême-droite néo-nazi des Frères Musulmans, dont les dirigeants politiques, tels Youssef Al Qaradawi, Mohamed Morsi, Safwat Hizaji, Mohamad Al Arifi, Rateb el Nabulsi entre autres appellent publiquement, devant des millions de téléspectateurs sur les chaines de télévision arabes, à l’extermination des juifs (Solution Finale).

    Les élections dans un pays musulman conduisent TOUJOURS à l’islamo-fascisme !


  • Darks67 Darks67 18 avril 00:48

    Sauf que, jusqu’à preuve du contraire la Turquie est POUR L’INSTANT toujours un pays laïc. Mais la déstabilisation de ce partie du continent et le changement, du pays laic au pays musulman est voulu par les USA, plus c’est la merde mieux pour eux c’est. C’est les USA qui ont mis Erdogan à la tête du gouvernement.


    • cathy cathy 18 avril 08:42

      @Darks67
      La politique c’est : tu protèges mes intérêts et je te protège. Les USA gardent Gulan sous le coude au cas où.


  • fred fred 18 avril 08:14

    Quand je pense que les membres de votre UE discutent avec cette merde et déroule le tapis rouge !


  • ricoxy ricoxy 18 avril 09:57

     
    De toute cette mascarade, je n’ai retenu que la jolie veste de paysan du Montana que porte Erdogan – nom que certains journalistes prononcent *erdowan.
     


  • Vipère Vipère 18 avril 10:54

    Bonjour Rosemar

    Les turcs ont dit « oui » ! Normal, qui est assez insensé au point de contrer ce dictateur et de finir dans les geôles turcs qui comme chacun le sait, sont en tête des prisons les plus luxueuses du monde ! 


  • Graal 18 avril 18:04

    « Un référendum truqué »
    Un immense merci à l’envoyée spéciale d’AVox pour ces informations irréfutables et de première main !


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 18 avril 18:15

      @Graal

      Elle a passé des vacances en Turquie il y a quelques années.
      Une preuve de compétence dans les milieux du journalisme citoyen !


Réagir