vendredi 26 juin 2015 - par Aimé FAY

UberPop ou le laisser-faire économique

"[...] we are in a epoch of anarchy. Anarchy plus a constable !" 1. Le spectacle d'hier, du 25 juin 2015, entre les taxis, UberPop et la police, pouvait laisser penser cela.

Le laisser-faire est caractéristique d'une économie de marché dans laquelle l'État s'abstient de toute décision ou presque, car aux mains des libertariens 2 adeptes d'un État minimal.

Si cette définition du laisser-faire est aujourd'hui couramment admise, au 17ème et au 18ème siècle, le laisser-faire, conjugué au droit naturel de François Quesnay (1694-1774) et au laissez-passer, avait pour objectif la déréglementation du commerce, notamment avec l'étranger, immortalisée par la célèbre formule attribuée au marquis René Louis d'Argenson (1694-1757), vers 1751 : "Laisser faire, et, pour gouverner mieux, gouverner moins." 3. Selon Turgot (1727-1781), qui faisait l'éloge de l'un des pères du laisser-faire, Vincent de Gournay (1712-1759), la devise "laissez-nous faire" 4 est à attribuer au commerçant Le Gendre conversant avec Colbert (1619-1683).

Pour les tenants de cette doctrine, notamment ceux du 19ème siècle − des ultras en termes de libre-échange, de libre concurrence et de liberté individuelle 5 − l'économie serait par essence autorégulatrice. Pour eux, tout finit par retrouver son équilibre pour autant qu'on laisse faire la divine nature, comme celle porteuse de la fameuse "main invisible", que reprendra plus tard Adam Smith (1723-1790) dans Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (livre IV, chap. 2, p. 468, ligne 28).

L'histoire économique a cependant largement montré, au fil de crises récurrentes, que l'État ne peut laisser l'économie être livrée aux seules forces des marchés, à l'ultralibéralisme et au capitalisme sauvage (synonyme de capitalisme du laisser-faire).

John Maynard Keynes (1883-1946), dans sa critique du laisser-faire du 19ème siècle, disait : "L'essentiel pour un gouvernement n'est pas de faire, un peu mieux ou un peu plus mal, ce que des individus font déjà, mais de faire ce qui actuellement n'est pas fait du tout." 6.

La crise des subprimes a confirmé que les États devaient renforcer leur intervention, notamment par plus de surveillance et plus de régulation 7.

Dans l'affaire UberPop-Taxis, il appartient donc aux États (la France n'est pas seule) de faire respecter la loi, même s'il s'agit dans un premier temps de protéger un monopole − celui des taxis − contre la liberté d'entreprendre. Surtout quand cette liberté prive les administrations fiscales et sociales de recettes bien nécessaires à leurs différents budgets. En effet, quel particulier d'Airbnb, de BlaBlaCar… et autre UberPop déclare les revenus de son nouveau business ?

 

1. Thomas Carlyle (1795-1881) parlant de la Révolution industrielle in Inaugural address at Edinburgh, p. 401.Traduction : "[...] nous sommes dans une époque d'anarchie. L'anarchie plus un agent de police."

2. Terme de Joseph Eugene Stiglitz (1943-, Nobel 2001) dans Le prix de l'inégalité, chap. 6, p. 224. Pour Stiglitz, les libertariens représentent un mouvement très à droite hostile à l'État-providence et partisan de la liberté absolue de l'individu… source de l'aggravation des inégalités sociales.

3. Journal et mémoires du marquis d'Argenson, tome premier, introduction, p. XLVI.

4. Éloge de Vincent de Gournay, du 22 juillet 1759. Turgot y retrace la vie de de Gournay, mort le 27 juin 1759. Pour de Gournay, dit-il : "[...] lorsque l'intérêt des particuliers est précisément le même que l'intérêt général, ce qu'on peut faire de mieux est de laisser chaque homme libre de faire ce qu'il veut.". "M. de Gournay en concluait que le seul but que dût se proposer l'administration était : de rendre à toutes les branches du commerce cette liberté précieuse [...]. [...] d'exciter la plus grande concurrence [...].". "[...] de se proposer en outre d'écarter les obstacles qui retardent les progrès de l'industrie en diminuant l'étendue ou la certitude de ses profits."

5. Après celle de Quesnay et de bien d'autres, elle fut chère à Friedrich August von Hayek (1899-1992, Nobel 1974), qui déclarait dans La route de la servitude, conclusion, p. 171 : "Ce principe suprême : la politique de liberté individuelle, seule politique vraiment progressive, reste aussi valable aujourd'hui qu'au 19ème siècle."

6. The end of laissez-faire, p. 31. À cela, Jan Tinbergen (1903-1994, Nobel 1969) dans Technique moderne de la politique économique, chap. VII, p. XXVI, répond :"La liberté complète signifie la loi de la jungle. La réglementation de la liberté par la loi est reconnue par tous comme nécessaire. Même la liberté réglementaire du 19ème siècle conduit à une exploitation et à une inégalité inacceptables."

7. Déclarations des chefs d'État et de gouvernement : sommets du G20 de Londres (2 avril 2009) et de Pittsburgh (25 septembre 2009).

 

Crédit photo : le Figaro.fr Économie



83 réactions


  • Spartacus Spartacus 26 juin 2015 11:12

    La c’est vraiment le texte comique du type qui ne sait même,pas de quoi il parle et ne sait faire la différence en et un marché « régulé » et un marché libre.....

    UBUESQUE...

    Le drame socialiste qui se prennent les pieds dans la démonstration de niaises contradictions

    Le marché des taxi est au contraire la démonstration sans appel qu’un marché « régulé » par l’état est une catastrophe.....

    L’état en régulant les licences de taxi crée une distorsion, un monopole et des rentes de situation sur le marché. 

    A cause de la régulation d’état, non seulement l’offre n’est pas en phase avec la demande, crée des clients mécontents, insatisfait, des prix exorbitants, et des taxis « obligés et contraints » de payer pour travailler
    Le monopole entraîne les abus de la connivence, des types comme Rousselet patron gauchiste dispose de la plus grande compagnie de taxi Parisienne « G7 »sans le risque de voir un vil concurrent capitaliste débarquer, bloqué par le monopole.

    Et ce serait le « résultat du laisser faire »..... Que faut il être ignare de l’économie pour sortir cette connerie en titre.

    C’est au contraire la démonstration et la claque dans la gueule à tous les socialistes et interventionnistes que l’intervention de l’état sur le marché libre n’entraîne que le corporatisme, le clientélisme, la connivence, le marché noir, la violence et même la terreur par ceux qui perdent leur monopole d’état.....

    Ces gauchistes qui ne comprennent pas que l’économie ne se décrète pas au niveau de l’état mais au niveau micro-économique.....

    Toute une France de décalés économiques has been élevés au Marxisme qui n’ont d’envie dans la vie que de décrocher une place dans une corporation, pour profiter de rentes offertes par l’état....
    La gamelle par le statut et les privilèges d’état.....

    Le marché libre, il est juste équitable et traite également tous les acteurs.

    Regardez cette France dégelasse des corporations profiteuses et frustrées contre le vil marché libre. Vous comprenez ma bonne dame, le marché libre, il ne fait pas de favoritisme ni de clientélisme des castes corporatives, il n’aide pas les copains, ni les groupes de pressions proche de l’état qui seul dispose de la force de donner de privilèges...
    Quel vil marché. Il ne donne pas de privilèges......Vite, vite, vite régulons pour se servir de privilèges et d’avantages à charge des autres......

    • Robert GIL Robert GIL 26 juin 2015 11:56

      @Spartacus

      Effectivement, tu a raison : nombreux sont ceux qui n’ont d’envie dans la vie que de décrocher une place dans une corporation, pour profiter de rentes offertes par l’état....La gamelle par le statut et les privilèges d’état..... elle est bonne la soupe :

      200 milliards d’euros : c’est le montant cumulé des aides publiques, déversées chaque année aux entreprises, sans contrôle ni contrepartie.

      45 milliards d’euros  : c’est le montant des exonérations de cotisations sociales patronales accordées chaque année aux patrons… ajoutez à cela la suppression de la taxe professionnelle il y a quelques années !

      Voir : L’INSOLENCE DES RICHES


    • rocla+ rocla+ 26 juin 2015 12:04

      @Robert GIL


      t’ en as pas marre avec tes copiés-collés ?

      t’ arrives pas à penser par toi-même ?


      Qu’ est ce qu’ ils ont à voir dans cette affaire tes 245 milliards d’euros 
      entre des mafieux défendant leur monopole ?

    • Spartacus Spartacus 26 juin 2015 13:38

      @Robert GIL


      Mais Gil sait tu que les « patrons » ne sont pas « patrons » pour vivre des aides, à l’inverse de toi, l’ancien syndicaliste de l’EDF qui a passé 98% de sa vie en détachement syndical à se branler, critiquer les vils patrons et a bénéficier toute sa vie des privilèges statutaires....

      Comme a chaque fois chacun peut constater et 95% de tes commentaires sur ton profil, que tu profites systématiquement de remplir des commentaires et ajouter des liens pour promotionner ton site internet de merde.

      Chacun peut constater la loi de base économique, ce que dans chaque entreprise collective, il y a toujours des profiteurs qui détournent l’objet du collectif pour en tirer des profits individuels.

      Détourner les commentaires d’Agoravox pour en tirer profit de fréquentation...

      Preuve et bien bel exemple de la perversion des idéos socialo-colectivistes.

    • rocla+ rocla+ 26 juin 2015 13:42

      @Spartacus


      ah bon c ’est à ce Robert Gil que je paie son électricité tous les mois ? 

      Si c ’est le cas c ’est la pourriture d’Agoravox ce mec . 

    • Spartacus Spartacus 26 juin 2015 13:57

      @rocla+

      Oui, c’est un type qui fait de superbes commentaires sur les exonérations de charges sociales des entreprises, mais toute sa vie a été exonéré de charges chômage, et a toujours cotisé des pourcentages plus faibles que les autres les cotisations sociales.

      La caste des corporations qui crache à la gueule de la main du secteur marchand qui les nourrit. 

      Même ses articles ne sont que des copiés-collés.....
      Reconnaissons lui un talent unique. Talent de profit social sur le compte des autres....Un vrai socialiste.


    • foufouille foufouille 26 juin 2015 14:40

      @Spartacus
      un patron qui habites en GB mais ne lit pas le journal de GB est un patron bidon.
       smiley


    • Robert GIL Robert GIL 26 juin 2015 16:10

      @Spartacus
      ah, je ne savait pas que j’etait « ancien syndicaliste de l’EDF », tu m’a eut traité de beaucoup de chose mais pas encore de ça ... comme quoi tu raconte n’importe quoi, et en plus tu fait trois erreurs en quatre mots : syndicaliste, EDF et ancien ! Donc si tu a le même pourcentage de mensonge dans tes commentaires c’est que vraiment tu est pire que gobbels !
      .
      et comme tu n’a pas tout suive (encore une approximation dans tes commentaires ), je n’ai pas un site, mais deux :
      le premier ICI
      et
      le deuxieme LA
      comme quoi tu suis vraiment rien et tu raconte n’importe quoi ... bon, tu n’est pas le seul, ton copain Rocla, te tient conpagnie ! D’ailleurs comme toi, il fulmine a chacun de mes commentaires !


    • Spartacus Spartacus 26 juin 2015 17:24

      @Robert GIL


      Allons allons, tu n’est pas à un déni près cher syndicaliste d’EDF. Tu as honte d’indiquer que tu fais partie de la corporation des privilégiés ? 

      Nous pouvons voir tous que tu détournes délibérément Agoravox dans le seul but de créer des liens pour ton intérêt personnel.

      Tes commentaires sont toujours à coté des sujets traités des articles. 
      Et en fait rarement ils appellent une réponse car majoritairement ce ne sont que de la publicité pour tes sites. 
      Il n’y a qu’a aller sur ton profil. 98% de commentaires sont de la publicité.....

    • hugo BOTOPO 26 juin 2015 17:51

      @Spartacus
      UBER le vil capitaliste veut faire un procès à l’État pour faire respecter son droit vendanger sans réglementations autres que celles qu’il impose aux chauffeurs propriétaires : quelle bonne idée !
      Il faut le faire, c’est déjà l’application des clauses du traité de libre commerce transatlantique.
      Les impôts seront prélevés par le fisc américain car lui sait se faire respecter et les français iront rejoindre les grecs pour jouir ou pleurer !


    • Auxi 26 juin 2015 18:53

      @Spartagugusse


      Spartagugusse, le docteur t’a déjà expliqué que tu ne dois pas essayer d’écrire, combien de fois faudra-t-il te le dire encore ? Bon, il n’y a pas de « bolchevique » cette fois-ci, c’est bien. Mais il y a un « patron gauchiste » ! Il faut prendre tes gouttes ET les cachets bleus, ça va ensemble ! Et cesse de manger tes crottes de nez, c’est sale !

    • Robert GIL Robert GIL 26 juin 2015 23:29

      @Spartacus
      la seule corporation de privilégié c’est le Medef ... n’essai pas de te planquer derrierre de la desinformation que tu ecrit a longueur de commentaires :

      voir : D’APRES DES CHIFFRES OFFICIELS DE L’INSEE …


    • Spartacus Spartacus 26 juin 2015 23:57

      @Robert GIL

      Un privilégié c’est selon la définition du dictionnaire disposant de droit que les autres n’ont pas.

      Par exemple ton régime spécial, tes exonérations sociales, tes régimes sociaux, tes statuts, sont des privilèges, ton électricité gratuite.

      Apprendre a nager aux autres quand on ne sait pas nager.

      Ca fait quoi de savoir de parler matin midi et soir d’inégalités mais ne pas avoir un échantillon d’équité soi même ?

      Ca te fait mal au cul d’avouer que tu fait partie de la « noble caste des corporations et un privilégiés ? ».

      La honte ? Tu te croyait comme gauchiste dans le camp du bien et tu t’appercois que t’es un blaireau qui vit au dépend des autres ?

      Aller dis nous « je suis un privilégié » ......Alors le gauchiste est en déni même de lui même ? 

      Va donc sortir des liens, tes commentaires et tes « PETITS PROFITS PERSONNELS MINABLES ’ d’accapareur social et comportemental.

      Même un article t’es même pas capable d’en faire un de ton propre libre arbitre. 
      Juste des mauvais copié collé des textes des autres.....

      Aller dit nous »je suis un privilégié".....
      Trop dur de dire qu’on est un privilégié social quand on est un gauchiste ? L’indécence ?

    • julius 1ER 27 juin 2015 07:23

      @Auxi’


      cette histoire de taxis vue par Spartacus va se terminer avec 100 millions de morts !!!!!

    • elpepe elpepe 27 juin 2015 08:50

      @Spartacus
      oui 100% avec vous le pb est que des gugusses de cet acabit, en France font plethore au gouvernement, une vraie plebe


    • Spartacus Spartacus 27 juin 2015 09:20

      @elpepe

      Et pire, la connivence corporatiste et clientéliste qui pue ......

      Jean Jacques Augier actionnaire de Taxi G7 et trésorier de la campagne de François Holande en 2012....

      André Rousselet actuel patron spécialiste des profits par passe droit d’état et président de Taxi G7 et ancien trésorier des campagne de Mitterrand.


    • Robert GIL Robert GIL 27 juin 2015 19:54

      @Spartacus
      t’a deja enlevé ton casque, maintenant arrete ton cher, on t’a reconnu !


    • Robert GIL Robert GIL 27 juin 2015 19:55

      @julius 1ER
      qu’est ce que tu veux, sparagus radote a longueur de commentaire ... ça doit etre l’age ... ou la connerie ... euh, peut-etre les deux !


  • Le p’tit Charles 26 juin 2015 11:19

    Lamentable laissez aller du gouvernement....What else.. ?


  • foufouille foufouille 26 juin 2015 11:21

    on voit que tu es pas un sans dents ...........


  • fredvd 26 juin 2015 11:24

    Pour les autres systèmes je ne sais pas, mais pour Uber pop toutes les transactions sont électroniques donc traçables. Je ne vois pas comment les chauffeurs pourraient ne pas les déclarer sans prendre de risque !


    • Céline Ertalif Céline Ertalif 26 juin 2015 11:34

      @fredvd Intéressante mais stupéfiante remarque. Et vous êtes content d’habiter Big Brother’s land ?


    • fredvd 26 juin 2015 11:50

      @Céline Ertalif

      ca ne me pose pas de problème. Comme je n’ai pas envie de chercher un distributeur de billet, qui 2 fois sur 3 est vide, je ne paye pratiquement qu’avec ma carte ou paypal sur le net. Maintenant celui qui préfère le papier, libre à lui de l’utiliser. 

  • jef88 jef88 26 juin 2015 11:24

    Et si on essayait un équilibre !
    pas de monopole mais des règles de fonctionnement qui protégent le consomateur ?
    ce serait trop simple ?


  • Trelawney Trelawney 26 juin 2015 11:33

    Votre article est un bel exemple de comment « tortiller du cul pour chier droit ». Mais on va s’arrêter à l’essentiel de votre article qui se résume à cette phrase : (tout le reste n’est que diarrhée verbale)

    Dans l’affaire UberPop-Taxis, il appartient donc aux États (la France n’est pas seule) de faire respecter la loi, même s’il s’agit dans un premier temps de protéger un monopole − celui des taxis − contre la liberté d’entreprendre.

    Pour ce qui est de faire respecter la loi, il faudra tout d’abord qu’elle soit validée par le conseil constitutionnel qui normalement va rendre son verdict en septembre prochain, car il ne me semble pas que dans cette constitution, figure le droit au monopole. Ce dont je suis certain c’est que toujours dans cette constitution, il y figure en bonne place, le droit au travail et la liberté d’entreprendre. C’est même un des fondements de notre république.

    Pour être dans le concret : Nous avons une société Uber pour le moins sérieuse et qui compte parmi ces investisseurs Goldman Sachs, Google Ventures. Qui organise dans plusieurs villes du monde, un système de covoiturage « professionnalisé » pour pallier aux carences du système dit « officiel » des taxis.

    Question : En quoi et dans tous les pays du monde, il m’est interdit de prendre un passager dans ma voiture, de l’emmener là où il veut aller et de me faire rétribuer pour cela ? D’autant plus que le dit passager ne m’a pas hélé dans la rue, mais m’a téléphoné pour me donner un lieu de rendez-vous. La réponse est que si mon assurance couvre les risques encourus par le dit passager et que si je déclare mes gains aux services fiscaux et sociaux, il ne m’est pas interdit de le faire. Vous comprenez maintenant qu’interdir un système de la sorte est pour le moins cavalier.

    Aussi, pourquoi le gouvernement, au lieu de faire voter une loi qui sera recalé à juste titre par le conseil constitutionnel, n’accompagne pas cette société Uber en ponctionnant légalement l’argent nécessaire aux couvertures sociales et fiscales de cette activité. Car ce système Uber est de loin le système le plus simple, le plus transparent et surtout le plus honnête. Puisque vous avez une personne qui commande un déplacement d’un point A à un point B et qui paie directement ce déplacement par un système on ne peut plus traçable (CB ou payPal) et un conducteur qui reçoit sur un compte bancaire spécifique l’argent de sa course (système toujours aussi traçable). Tandis  que coté Taxi, on a un chauffeur qui vous balade dans la ville et vous fait faire trois fois le tour du périph pour augmenter le prix de la course (prix que vous ne connaitrez qu’à la fin du parcourt) et, pour ne pas laisser de trace, vous demande très instamment un paiement en liquide et a comme système de contrôle un compteur qu’il peut bloquer à tout moment.

    Notre civilisation est en perpétuel évolution avec des progrès des fois discutables et des fois non. Le système Uber est un système qui permet à une personne de gagner sa vie en ne dépendant d’aucun patron et en toute transparence. C’est exactement ce que tout gouvernant intelligent devrait défendre et développer. Au lieu de cela il défend un système anachronique et absolument pas adapté au besoin des citadins. Et pourquoi fait-il cela ? Parce qu’en tant que gouvernant qui veut encore garder une once symbolique de pouvoir, il s’oppose à, comme vous le dites si bien, « tout laisser faire » même s’il est constructif et c’est pour cela que ce pays dirigé par ce type de politique est irréformable.

    Votre article ne démontre qu’une seule chose : votre archaïsme !


    • Céline Ertalif Céline Ertalif 26 juin 2015 12:21

      @Trelawney Je suis plutôt d’accord dans l’ensemble avec votre commentaire. En effet, il est tout de même curieux que les pouvoirs publics interdisent d’utiliser une plateforme pour mieux communiquer dans l’offre d’un service parce qu’ils sont incapables de prélever les taxes ! On constate en effet que la seule chose qui intéresse l’État, c’est son budget. Et en même temps, on retrouve le problème des archaïsmes fiscaux, ce qui est pour le coup une tradition séculaire. C’est ce qui a fait tomber la plupart des régimes politiques.


      Bon, cela dit les patrons d’Uber, de Blablacar et compagnie sont des voyous. Moi qui suis utilisatrice depuis longtemps et très fréquemment de Blablacar, je ne trouve pas que le patron français soit moins requin que les autres. Le principe de ces gens-là est de se construire un monopole de fait, de s’installer sur le goulot de communication entre demandeur et offreur et de s’imposer comme intermédiaire incontournable (par exemple en empêchant toute relation directe avant la transaction sur laquelle la plateforme fait son prélèvement au passage). Sur longue distance aujourd’hui, covoiturage = Blablacar, et la relation est bien sûr transitive. Que font les pouvoirs publics ? Voilà un nouveau fermier général sur ce qui est indiscutablement un service public, sans aucun contrôle public.
      Je ne crois pas du tout que le marché puisse définir tout seul, avec sa main invisible, le bien commun. Le problème, c’est que les institutions publiques semblent plus occupées à sauver les marchés (les nouveaux pour la croissance et les anciens pour les recettes qu’elles procurent encore, licences des taxis, TVA, etc...) qu’à agir pour l’intérêt général.

      Non seulement la défense des taxis n’est pas une évidence du point de vue de l’intérêt public du côté des transports, mais la défense des intérêts publics en général pose problème : on ne peut pas défendre une société en laissant des monopoles privés s’installer à la place des institutions publiques. Sauf à croire qu’on puisse se passer totalement de la souveraineté populaire. Dans les deux cas d’Uber et de Blablacar, il y a pourtant une voie extrêmement limpide à suivre pour sortir de cette ornière : aucun service public ne devrait pouvoir échapper au logiciel libre. Faudra-t-il une révolution pour comprendre cela ? « Ce groupe Uber doit être dissous » a dit Hollande. Stupéfiant ! Moi, je pense qu’on a toujours besoin de services publics, mais qu’il va falloir dissoudre l’État s’il ne s’occupe plus de service public.

    • Trelawney Trelawney 26 juin 2015 12:38

      @Céline Ertalif
      je vous rejoints sur les qualités morales des Uber Blablacar etc. Dans l’économie numérique il y a 2 gros problèmes

      le premier est le phénomène de leadership. Sur internet, il n’y a qu’un premier et les concurrents n’existent pas ou très peu. C’est le cas pour Microsoft, Google, Facebook, Uber Blablacar etc. ca laisse donc très peu de place pour la concurrence et comme ils ne sont pas philanthropes, ils abusent de la situation.

      le second problème beaucoup plus grave est qu’aucun gouvernements ne s’intéressent à l’économie numérique. je vous site un exemple tout simple : pour ma société j’ai pris un abonnement Viadéo. J’ai donc demandé une facture pour mes frais. J’ai été surpris de voir, pour une société française, une facture venir de San Francisco avec une TVA à 0%. L’économie numérique est colossale et aucun gouvernement ne cherche à la réglementer pour au moins percevoir sa dîme sur les transactions


    • Céline Ertalif Céline Ertalif 26 juin 2015 13:28

      @Trelawney Édifiant ! Belle illustration de l’archaïsme fiscal.


      La nationalisation ne devrait pas être un gros mot, dans une société qui bouge le périmètre de l’État devrait s’adapter beaucoup plus vite. Mais l’État est sous la pression des lobbies, c’est-à-dire des puissants (anciens et nouveaux).

    • Spartacus Spartacus 26 juin 2015 13:48

      @Trelawnay

      Google Facbook Uber Blabalcar n’existaient pas il y a 15 ans......

      Il fut une époque ou le leader était Altavista, puis le chien Lycos. 
      Le leadership est un leurre......Simplement dans la destruction créatrice il y a 3 phases. 
      Croissance colossale, stagnation, déclin. Il n’y a pas de règles de durées. 
      Simplement cela ne se juge pas sur la durée.

      Sur la TVA, sur le fond est ce à l’entreprise de payer des impôts ?
      Vous ne vous étonnez pas avec la même diligence qu’en France 60% des habitants ne payent pas d’impôt sur le revenu ? 

    • pingveno 26 juin 2015 14:06

      @Trelawney
      "car il ne me semble pas que dans cette constitution, figure le droit au monopole.« 

      Heureusement car ce n’est pas le rôle d’une Constitution que de décrire ce genre de choses.
      Ceux qui ont tenté de faire passer en force la »concurrence libre et non faussée« au niveau européen l’ont appris à leurs dépens : en France tout du moins ça a fait partie des principaux thèmes de campagne conduisant au résultat que nous connaissons.
      Si tel était le cas, France Télécom et EDF auraient toujours leur monopole car modifier la constitution est très difficile. Au contraire, ce monopole était une loi, et comme on dit, ce qu’une loi fait une autre loi peut le défaire.
      Au passage, pour répondre à la question que vous posez ensuite, je vous suggère de lire la Constitution de 1958 (une Constitution, en principe est un texte court et fort heureusement celle-ci ne fait pas exception), la version à jour se trouve ici  : aucune référence à la liberté d’entreprendre, par contre pour ce qui est de celui de travailler il est écrit »La loi détermine les principes fondamentaux :[...] du droit du travail". En clair :la Constitution parle du droit du travail juste pour dire qu’elle n’a pas pour rôle de le définir, ce rôle est celui de la Loi.


    • Iren-Nao 26 juin 2015 14:18

      @Trelawney
      Pour être dans le concret : Nous avons une société Uber pour le moins sérieuse et qui compte parmi ces investisseurs Goldman Sachs, Google Ventures.
      Ça me parait suffisant pour vouloir qu’elle disparaisse.
      De la a défendre le système des taxis façon G7...
      Encore une fois cet état français est nul a chier.
      iren-Nao


    • Trelawney Trelawney 26 juin 2015 14:38

      @pingveno

      Si tel était le cas, France Télécom et EDF auraient toujours leur monopole car modifier la constitution est très difficile.

      Et pourtant dans le préambule à la constitution de 1946 il y est dit ceci avec beaucoup d’intelligence : Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.

      Dommage que ça n’a pas été repris ensuite.


    • Trelawney Trelawney 26 juin 2015 14:51

      @Spartacus
      Sur la TVA, sur le fond est ce à l’entreprise de payer des impôts ?

      Dans une économie capitaliste la seule chose qu’on peut taxer de façon juste et efficace est la transaction financière, que ce soit pour l’achat d’un produit ou autre. En France on préfère taxer le travail et on voit ce que cela donne. Ou aussi s’en tenir à l’IS en nous faisant faussement croire que c’est un impôt égalitaire, alors qu’on y colle des tonnes de niches fiscales pour favoriser les copains-coquins


    • foufouille foufouille 26 juin 2015 14:53

      @Spartacus
      « Vous ne vous étonnez pas avec la même diligence qu’en France 60% des habitants ne payent pas d’impôt sur le revenu ?   »
      pour être aussi stupide, tu as hérité de ton entreprise.


    • pingveno 26 juin 2015 15:16

      @Trelawney
      « dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, »

      Très intéressant, j’aime bien « acquiert un monopole de fait » : imaginez une telle Constitution aux Etats-Unis, adieu les monopoles privés de Microsoft, Google, qui sont bien des monopoles « de fait ». Surtout celui de Microsoft qui a été acquis par des procédés qui seraient rapidement interdits à d’autres (faux messages d’erreur assimilant les produits concurrents à des virus, vente à perte en échange d’exclusivité, etc.). Bizarrement j’entends rarement les partisans de la « concurrence libre et non faussée » parler en mauvais termes de ces monopoles-là, cherchez l’erreur...


    • hugo BOTOPO 26 juin 2015 17:41

      @Spartacus
      Les entreprises ne payent pas de TVA : ce sont les clients terminaux, nous les consommateurs qui la payons. Dans les transactions entre les entreprises la TVA avancée est ensuite déductible. Les entreprises en relation avec des clients consommateurs sont alors des collecteurs de la TVA,avancée par leurs clients !
      Si effectivement aucune transaction n’est faite en liquide,et seulement par carte bancaire, alors pour l’équité fiscale UBER et ses consoeurs doivent faire des relevés détaillés pour l’administration fiscale et sociale comme les employeurs le font sur le global des salaires !
      Qui empêche un client déjà en premier rapport avec un chauffeur de l’appeler directement pour une autre course payée en liquide ?


    • Auxi 26 juin 2015 19:00

      @Spartagugusse


      Spartagugusse, tu n’as permission de sortie que jusqu’à 18 heures, on va encore te chercher partout à l’hôpital, on n’a pas que ça à faire ! Tu n’est pas tout seul, on doit aussi s’occuper de Werner Laferier, ton voisin de chambre, et tu le sais très bien. Et rabaisse ce couvercle, il n’y a pas de bolchevique dans les toilettes non plus !

    • Ruut Ruut 27 juin 2015 06:24

      @Spartacus
      Le seul impôt égalitaire c’est la TVA.
      C’est le même impôts pour tous.
      Plus tu consomme plus tu paye.


    • Spartacus Spartacus 27 juin 2015 09:25

      @Ruut

      Laquelle celle exonérée ? Celle à 2.1% ? Celle à 5% ? Celle à 10% ? Celle à 20% ? 

      Même la TVA dans ce pays est corporatiste et clientéliste et à la gueule du pouvoir de nuisance de la corporation. 

  • rocla+ rocla+ 26 juin 2015 11:33

    Dans la presque totalité du commerce  actuel le client a le choix .


    Il peut acheter son beefteck chez le boucher , ou au rayon boucherie 
    du supermarché , ou chez Lidelle dans le congèle , ou au 
    marché chez le boucher ambulant .

    Pour une très grande partie des biens consommables il y a le choix .

    Pourquoi une bande de voyous appelés chauffeurs de Taxis auraient 
    le monopole de cette activité ? 




    • pingveno 26 juin 2015 14:24

      @rocla+

      Tous les acteurs que tu cites dans tes exemples sont des professionnels qui paient leurs taxes.
      N’étant pas un professionnel je n’ai pas le droit par exemple de vendre de la viande au marché aux puces.

      Le vrai problème avec Uber Pop, c’est que la société joue sur un flou juridique pour se dédouaner de toute responsabilité. En clair, les chauffeurs ne sont ni ses employés ni ses sous-traitants, ce qui lui permet de les encourrager à frauder le fisc tout en disant « c’est pas moi » le jour où un chauffeur se fera prendre.
      Le jour où cette société sera obligée d’embaucher ses chauffeurs, comme les taxis (qui sont, en réalité, des entreprises individuelles) il n’est pas certain qu’elle soit toujours aussi rentable.


    • rocla+ rocla+ 26 juin 2015 16:56

      @pingveno


      si uberpro  ou un autre acteur était capable de casser net les combines 
      d’ une bande d’ escrocs organisés ce serait une très bonne chose . 

      On arrête tout et on recommence . 

      Un peu de la même façon qu’ on arrêterait les privilèges indus des 
      fonctionnaires , des salariés EDF  et toutes sortes d’ autres ayant-droit en 
      tout genre assis sur leurs prévarications . 

      En 2015 on pourrait espérer devenir moins salopard  dans la distribution 
      du bien commun . 


      Certains commencent la retraite à 50 ans et d’autres à 62 et plus . 

      Sauf que lorsque’ un gouvernement veut réformer ces choses , tous les 
       trous du cul  concernés défillent et grêvent . 

    • Auxi 26 juin 2015 19:02

      @rocla+

      Dans la presque totalité du commerce actuel le client a le choix .

      Et de moins en moins les moyens…

    • rocla+ rocla+ 26 juin 2015 19:09

      Exact les autoroutes sont vides , les restaus aussi les gens 

      n’ ont pas internent ni tel portables , c ’est la ruine .

    • Auxi 26 juin 2015 19:13

      @rocla+

      C’est surtout le crédit…

    • rocla+ rocla+ 26 juin 2015 19:37

      surtout la tienne , elle est mondiale  ,


    • Auxi 26 juin 2015 20:30

      @rocla+


      surtout la tienne , elle est mondiale ,

      Tandis que la tienne est unique. Heureusement. Je n’oublie ni Spartagugusse ni Werner Laferier, mais, eux, ne sont pas responsables de leur état mental. Je ne sais pas ce que vaut ton pain, mais s’il est équivalent à ta grammaire, autant choisir le moindre mal et se contenter du supermarché.


    • rocla+ rocla+ 26 juin 2015 20:55

      @Auxi


      Le jour où tu gouteras mon pain tu pourras en parler . 

      Tu donnes des cours de grammaire ?  c ’est bien . 

      Et avec les oreilles que sais-tu faire ?



    • Auxi 26 juin 2015 23:09

      @rocla+

      Tout ce que tu ne sauras jamais faire avec ta tête.

    • Robert GIL Robert GIL 28 juin 2015 14:27

      @Auxi
      sur le net on peut rever sa vie ... Rocla n’a jamais été boulanger, il s’invente son existence parce que la sienne ne doit pas etre trés folichone. Je me rappel qu’a une epoque sparagus racontait qu’il etait toujours entre deux aeroport et dirigeait des sociétés a l’etranger ... rocla et sapragus sont les memes : jaloux et envieux , parait qu’ils ont essayés un concours dans la fonction publique comme agent de service pour faire le menage et qu’il l’on échoué, depuis il en veulent au pauvres de la terre entière ... et donc, ils adulent les riches ! On compense sa mediocrité comme on peut !


  • Robert GIL Robert GIL 26 juin 2015 11:50

    Dans ce monde moderne, ou tout doit etre dérégulé, les taxis et leur corporatisme font tâche. Il est vrai qu’ils n’acceptent pas la concurrence et qu’ils sont chers. Depuis un siècle le modèle économique des taxis français repose pour partie sur l’absence de concurrence, par l’organisation d’un contingent restreint de licences, et des prix fixés par l’administration... et les taxis, comme les notaires et d’autres pensaient etre super protégé et le TAFTA et autre décisions n’etait pas pour eux : grave erreur, a cour ou moyen terme tout le monde sera touché, la paupérisation des population est en marche ;
    Pendant ce temps Uberpop preleve sur des travailleurs un “impôt” de 20 % pour la mise en relation avec la clientèle...chauffeurs qui travaillent officiellement pour leur propre compte mais qui sont en réalité plus proche du travail au noir !
    De toute façon eux aussi seront touché un jour ou l’autre ... le marché n’est jamais a court d’idées !


    • Trelawney Trelawney 26 juin 2015 12:04

      @Robert GIL
      De toute façon eux aussi seront touché un jour ou l’autre ... le marché n’est jamais a court d’idées !

      Dans le Nevada et en Californie (San Fransisco) on développe un concept le voiture sans pilote. San Fransico opte pour une citadine électrique qu’on loue pour la course. On y indique la destination et on paie avec un système électronique (CB ou smart phone). Bolorré est sur le coup aussi.

      D’ici une dizaine d’année ce système (non polluant) sera mis en place dans toute les villes et s’en sera fini des taxi, uber, auto école, station service, parking, vendeur de voitures etc. le marché n’est jamais a court d’idées !


    • Auxi 26 juin 2015 19:04

      @Robert GIL

      Mais que fait donc la main invisible du marché ? Elle est dans la culotte d’un zouave ?

  • rocla+ rocla+ 26 juin 2015 13:06

    Gil toi et les tiens vous êtes bons pour l’ asile des demeurés cervicaux .


    Si le bon peuple n’ a pas envie de travailler , et bien 
    qu’ ils ne travaillent pas , on s’ en fout . 

    Et dans l’ auberge on y trouve ce qu’ on y apporte . 

    Si on y apporte des idées à la con alors c ’et une auberge pour connards .

    • Auxi 26 juin 2015 19:10

      @rocla+



      Gil toi et les tiens vous êtes bons pour l’ asile des demeurés cervicaux .

      Non. Il y a déjà Spartagugusse et Werner Laferier. Comme on réserve la tienne, c’est complet.

  • rocla+ rocla+ 26 juin 2015 16:35

    Pas doués pour le bonheur les communistes . 



    Jaloux , mesquins , petits joueurs et aigris . 

    La vie des cons .

  • elpepe elpepe 26 juin 2015 19:08

    vous vous trompez d epoque et de type de gouvernement
    On a un etat omnipresent dans les taxes, et totalement absent pour les services, et ses fonctions regaliennes, c est un desastre total.
    L etat n est pas la pour offrir un cadre fair et safe a ses contribuables mais uniquement pour les taxer encore plus et se retribuer sur le butin

    La guerre entre le prive et public est declaree depuis longtemps, c est une guerre que stupidement le prive n a jamais voulu reconnaitre car elle etait perdu avant de commencer
    Tu payes pas tes taxes on te tire une bullet entre les deux yeux
    Il aurait fallu que le prive deserte completement la France il y a 20 ans, le capital, les salaries, les diplomes
    Cela explique parfaitement que aujourd hui ce meme etat est decide de declarer cette guerre uniquement aux salaries du prive, les plus faibles et de se reconcillier avec le grand capital, les banques, il y a pas plus lache et fourbe que cet etat et PS, ca doit etre dans les genes Francais
    C est pour cela que j ai quitte la France
    Bon courage, moi meme je suis apaise, et sans haine et violence juste d une grande lucidite,
    Aucune verite n est bonne a dire c est pour cela que j aime a les clamer


    • Auxi 26 juin 2015 19:21

      @elpepe

      C est pour cela que j ai quitte la France

      Non. C’est parce que tu n’as jamais réussi à maîtriser la langue.

    • elpepe elpepe 26 juin 2015 22:49

      @Auxi
      Bonjour
      Bientot en France vous aurez plein de tps pour corriger les fautes d’ orthographe et apprendre par coeur le dictionnaire smiley
      En tout cas mes parents m ont appris la politesse


  • Mmarvinbear Mmarvinbear 26 juin 2015 19:24

    Le problème ne vient pas d’ UBER et de ses filiales, mais du monopole imposé des taxis qui abouti a des situations stupides.


    Un taxi doit avoir une licence pour exercer. L’ Etat délivre cette licence gratuitement mais en trop faible quantité.

    Pourquoi ?

    Parce que les sociétés de taxis ont mis en place un système MAFIEUX de revente des licences ( qui étaient gratuites ! ) afin de LIMITER le nombre de voitures disponibles.

    La population a augmenté, donc de fait la quantité de licences aurait dû monter aussi.

    MAIS LES TAXIS EN PLACE FONT PRESSION SUR LES PREFECTURES POUR BLOQUER L’EDITION DE NOUVELLES LICENCES.

    Parce que cela ferait baisser les prix des licences en circulation !

    On se retrouve donc avec un nombre trop faible de voitures, ce qui encourage la population à avoir son propre véhicule, et pour les grandes villes à se retrouver en manque de voitures en soirées et le week-end.

    Comme la profession se retrouve avec un marché captif, la qualité s’en ressent. Voitures sales, chauffeur impoli et voleur parfois ( les détours imposés aux touristes pour gonfler le prix de la course, ce n’est pas de la légende ! ).

    Qualité de conduite exécrable. A Lyon, le Taxi pense avoir tous les droits, même face aux véhicules de secours ! Ne niez pas, je les ai vu faire !

    Ces messieurs se permettent même de CHOISIR leurs courses. J’en ai fait les frais. Une heure pour trouver une voiture qui m’ emmène ailleurs qu’à une gare ou l’aéroport !

    Sans parler de leur défense à tout prix de leurs vaches à lait. On ne compte plus les grèves qu’ils ont faites pour empêcher la construction d’ un tramway allant à l’ aéroport. Ils ont perdu gros, et c’est tant mieux !

    Alors quand les nouvelles technologies arrivent et leurs imposent une concurrence, je comprends le choc qu’ils vivent !

    Maintenant, est-ce une raison pour faire n’importe quoi ?

    Non. Il faut adapter le marché et réguler tout en laissant la concurrence se développer.

    Pour cela il faut :

    - racheter les licences en circulation et les détruire.
    - émettre de nouvelles licences PERSONNELLES et NON CESSIBLES. Avec test de conduite et examen médical régulier obligatoire.
    - supprimer le plafond de véhicules en circulation. La régulation se fera naturellement. Les mauvais chauffeurs seront éliminés par eux-même.
    - imposer le paiement électronique. Plus de fraude possible donc.
    - clarifier la fonction de taxi, autorisé à la maraude, et celle de VTC, avec réservation obligatoire.

    C’est pas compliqué pourtant.

    • Auxi 26 juin 2015 19:35

      @Mmarvinbear

      C’est pas compliqué pourtant.

      Pour Rocla, si. Très. Trop. Et vous vous exprimez avec des mots de plus de deux syllabes. Ça ne va pas le faire.

    • julius 1ER 27 juin 2015 07:38

      @Mmarvinbear


      tu mets le doigt sur des points importants, c’est certainement là que le bât blesse....
      Uber n’est certainement pas la solution, c’est le modèle de développement qui ne développe rien si ce n’est appauvrir et précariser ceux qui fonctionneront avec ce modèle ....
      c’est le modèle des GAFA avec un petit comité qui se goinfre et la multitude qui se précarise au fur et à mesure que l’idée fait son chemin .....

  • lloreen 26 juin 2015 19:56

    « 
    Le marché n’est jamais a court d’idées ! »

    C’ est bien exact.Sauf qu’ il faudrait rapidement faire comprendre à ces camelots que le monde n’ est pas une marchandise sur laquelle on met le grappin en éliminant les gêneurs.
    Le monde évolue très vite. Ce qui était le nec plus ultra de la technologie il y a trois mois est déjà en passe d’ être relégué aux oubliettes parce qu’ il y a mieux.

    Sauf que cette course à l’ échalote n’ a rien de comique et ne laisse que des cadavres sur le chemin. Des pays dévastés pour récupérer la matière première (Forêt amazonienne), des populations exploitées pour augmenter le profit (pays du Tiers-Monde, puis du Quart-Monde), chômage endémique sur le continent européen parce que les actionnaires sont de plus en plus insatiables, projets pharaoniques et déserts médicaux, l’ on trouve tout et son contraire et le pire dans tout cela c ’est que plus rien ne tourne rond.

    Où est le « gain » lorsqu’ un T-Shirt fabriqué dans des conditions dignes de l’ esclavagisme du XVIIème siècle coûte de moins en moins cher parce que les habitants des nations importatrices sont payées des cacahuètes ?

    On en arrive à la situation ubuesque où les esclaves vont finir par en venir aux mains pour avoir la « chance d’ avoir un travail » ( d’ être exploitable ).

    Quelle tristesse !


    • julius 1ER 27 juin 2015 07:58
      On en arrive à la situation ubuesque où les esclaves vont finir par en venir aux mains pour avoir la « chance d’ avoir un travail » ( d’ être exploitable ).
      @lloreen

      c’est la lutte des places ( c’est le marché ) comme dirait Spartacus..... sauf que cela n’est ni un progrès ni une solution pour mieux vivre ensemble...

    • lloreen 27 juin 2015 10:01

      @julius 1ER
      "c’est la lutte des places ( c’est le marché ) comme dirait Spartacus..... sauf que cela n’est ni un progrès ni une solution pour mieux vivre ensemble..."

      Je suis absolument d’ accord avec vous.
      Si un système est équitable il n’ y a aucune raison de devoir lutter.Et pour ne plus devoir lutter tous ceux qui luttent encore doivent permettre l’ éclosion d’ un autre système bien plus juste et pacifique.


  • lloreen 26 juin 2015 19:58

    pardon:payés


  • lloreen 26 juin 2015 20:20

    Juste à titre d’ information.

    La Finlande va expérimenter le revenu universel de base. Le Canada l’ a déjà expérimenté aussi.
    Peut-être cela contribuera t- il à enlever l’ angoisse du lendemain à de nombreuses personnes et à apaiser les tensions sociales aussi.

    Je ne me suis pas informée sur le fonctionnement de cette méthode.
    S ’il s’ agit de donner un minimum à ceux qui avaient déjà très peu pendant que ceux qui accumulent les milliards continuent sur leur lancée je suis contre parce que cela n’ est pas équitable sur le long terme.

    S’ il s’ agit par contre de remettre les comptes plus en équilibre et d’ avoir une vision plus équitable je suis pour.

    Personnellement, je suis de l’ humble avis que personne ne doit se placer au-dessus d’ une autre parce que le monde appartient à tous et à personne en particulier.
    L échange doit porter sur les compétences des uns et des autres.
    Ce que la nature donne gratuitement et à profusion doit être gratuit.


    • Auxi 26 juin 2015 20:46

      @lloreen

      Ce que la nature donne gratuitement et à profusion doit être gratuit.

      D’accord avec vous globalement, mais la gratuité totale, je ne pense pas cela possible. Pour l’eau, par exemple, il y a tout de même les coûts de stockage, d’acheminement et de distribution. Cela étant, une fois virés tous les intermédiaires parasites et les actionnaires vampires, ça ne doit pas chercher bien loin, surtout si l’on y consacre l’argent actuellement jeté par les fenêtres avec les tristement célèbres partenariats public / privé.

    • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 juin 2015 01:36

      @lloreen

      Pas si vite.

      En Finlande, ce n’est pas fait. C’est au programme du nouveau pouvoir législatif mais il y a loin à son expérimentation encore.

      Il faut savoir que ce revenu serait aux alentours de 4 à 600 euros par mois. C’est à dire la moitié du seuil de pauvreté finlandais ! Comme ce revenu remplace les allocations chômage, les personnes sans emplois seront plongées dans de grandes difficultés économiques.

      C’est pas très social, ça !

      Quand à l’expérience canadienne, elle a duré 4 ans et elle n’a pas été concluante en raison de divers facteurs, économiques et sociaux. Aucun autre test n’est prévu ni n’a été programmé, ce qui montre l’échec relatif de la mesure, ou du moins le fait que le revenu universel n’est pas si génial qu’il en a l’air.

    • lloreen 27 juin 2015 08:19

      @Mmarvinbear
      "

      Pas si vite.

      En Finlande, ce n’est pas fait. C’est au programme du nouveau pouvoir législatif mais il y a loin à son expérimentation encore.

      Il faut savoir que ce revenu serait aux alentours de 4 à 600 euros par mois. C’est à dire la moitié du seuil de pauvreté finlandais ! Comme ce revenu remplace les allocations chômage, les personnes sans emplois seront plongées dans de grandes difficultés économiques."

      Oui, vous avez raison mais ce qui est intéressant c ’est le fait d’ envisager une approche nouvelle.
      Pour ma part, je suis contre si c ’est un genre d’ aumône pour cacher l’ abîme entre une classe d’ ultra riches (multi-milliardaires) et tous ceux qui font ou auront fait les frais de l’ escroquerie de l’ argent-dette.

      En ce qui me concerne, ma vision est celle d’ une société sans argent et cela n’ est faisable qu’ en autarcie et dans des petites communauté pour commencer.
      Il existe aussi des alternatives avec des monnaies locales ce qui prouve que la propagande serinée sur les ondes est entièrement fausse.

      C ’est uniquement une question de choix et de volonté personnels et d’ entente entre plusieurs pour fonder des communautés.
      Personne n’ est obligé de payer des factures pour avoir de l’ eau ou de l’ électricité, personne n’ est obligé de se nourrir dans les supermarchés.


    • lloreen 27 juin 2015 08:49

      @Auxi

      "mais la gratuité totale, je ne pense pas cela possible. Pour l’eau, par exemple, il y a tout de même les coûts de stockage, d’acheminement et de distribution.« 

      Il n’ y a pas de coût dans une société où l’ on pratique l’ échange et la collaboration.
      Ceux qui collaborent à la fabrication , le stockage ou l’ acheminement ont aussi le besoin de se nourrir, de s’ habiller, de se divertir, de communiquer, de se soigner.
      Et tous ceux qui soignent, divertissent, nourrissent ont besoin aussi d’ infrastructures. Tout ce qui est crée est le fruit du travail et un service en vaut un autre.

      C’ est cela une vraie société égalitaire. Certains ont eu le don de naître avec une grande intelligence, d’ autres non. Faut-il leur en vouloir et les condamner à la maltraitance en leur réservant des conditions de vie désagréables ? En vertu de principes contestables comme celui de la »valeur« ou de »l’ argent«  ?
      L’ argent n’ existe pas à l’ échelon naturel. On peut échanger ce que l’ on produit, ce que l’ on crée intellectuellement.
      L’ argent est un intermédiaire qui n’ a aucune raison d’ être. Il ne produit rien et ne crée rien. Il donne uniquement l’ illusion d’ avoir une importance.
      Il n’ en a aucune.

      Quant à la pseudo-dette, c ’est un principe aussi inconcevable que j’ ai de la peine à imaginer comment les gens ne se ruent pas dans les rues pour exiger son interdiction.

      La »meilleure« phrase que j’ aie jamais entendue est sortie de la bouche d’ un journaliste dont je n’ ai pas retenu le nom qui a dit le plus normalement du monde que »Chaque enfant qui naît en 2000 a déjà une dette de....( j’ ai aussi oublié la somme) euros.« 
      J’ ai gardé ma contenance pour ne pas exploser de rire devant l’ assistance mais ma langue me démangeait de lui demander qui lui soufflait cette idée grotesque.

      L’ idée de devoir travailler pour »gagner sa vie" est une autre de ces stupidités parce que cela implique fondamentalement qu’ il faudrait payer le créateur de la vie et que ceux que l’ on doit payer ont crée la vie. Donc si on suit cette logique on admet que les créateurs de la monnaie ont crée la vie...

      Or Le Créateur (Dieu) est l’ ENERGIE UNIVERSELLE qui n’ a jamais rien demandé à personne encore moins d’ être payée..


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 juin 2015 12:05

      @lloreen

      Qu’elle soit locale ou internationale, une monnaie est une monnaie. Les amateurs de SEL ne font rien d’autre que les possesseurs d’ euros ou de dollar, à savoir échanger des biens et des services contre un symbole reconnu par tous et utilisable de toutes les façons possibles. Le principe est exactement le même.

      Ensuite, en ce qui concerne le revenu de base, je suis contre. Il me semble plus pertinent et plus moral de réserver les aides de l’ Etat à celles et ceux qui en ont vraiment besoin. A quoi bon verser 600 euros par mois à un Directeur Général qui en gagne par lui même 50 000 ? Il ne fera pas la différence et cet argent manquera au RMiste.

    • foufouille foufouille 27 juin 2015 13:43

      @Mmarvinbear
      « Il me semble plus pertinent et plus moral de réserver les aides de l’ Etat à celles et ceux qui en ont vraiment besoin. »
      sauf que cela ne fonctionne pas vraiment et c’est de pire en pire, à la tête du client.
      donc, à moins que tu veuilles une révolte de sans dents ou quelques cadavres de bourgeois, il faudra bien un RU suffisant pour survivre.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 28 juin 2015 01:45

      @foufouille

      Vous savez lire ?

      Le RU est basé sur les fonds alloués aux allocations diverses. Il n’est pas basé sur autre chose.

      Au lieu de cibler les personnes qui en ont vraiment besoin, le RU ne fait que diluer cette ressource en la répartissant sur une base plus large.

      Et inutile de compter sur une extension de la base : personne ne va dépenser un argent qu’il n’a pas.

      Loin d’être une aide aux plus pauvres, le RU est un vrai piège visant à démanteler le système d’allocations et de secours actuel dans la plus pure tradition ultra-libérale.

      Quand à la survie, désolé, mais quand on a passé sa scolarité à se contenter de 3 / 20 pour glander devant la PS3, on doit bien finir par en payer le prix tot ou tard.

    • foufouille foufouille 28 juin 2015 10:11

      @Mmarvinbear
      tu as différentes versions de RU comme avec ton administration où il faut crever en travaillant pour certaines.
      le perdant serait le chômeur riche ou un acteur de cinéma.
      et la suppression de nombreux petits chefs travaillant dans des bureaux.
      c’est certain que quand il faut bac+2 pour faire le ménage, tout le monde ne peut pas.
      sinon faut tuer les idiots ou leur fabriquer du boulot.
      de nombreuses personnes malades sont au RSA.


  • jean-marc D jean-marc 26 juin 2015 20:23

    @ l’auteur

    Bonjour,
    Plaidoyer pour en quelque sorte qu’un service au service du public devienne public ?
    Quoiqu’il en soit, perso je fais un point d’ensemble, mais çà n’est que mon humble avis.
    D’un côté on a un Etat qui établit de fait un quasi monopole en délivrant des licences (tout comme les licences IV dans le secteur CHR, tout comme les débits de tabacs, par exemple) au compte gouttes et qui dans le cas des taxis en particulier sont transmissibles en cas de cessation d’activité. Ces licences coûtent au départ très cher, sont négociables entre parties à leur cession, posent des conditions obligataires qui imposent des recours aux tiers (formation, assurance professionnelle, mises aux normes répétitives draconiennes ), de façon à non seulement imposer une activité dans certaines branches d’activité, mais servent aussi à aussi et surtout prélever le maximum d’impôts directs ou indirects. Avec tous les abus possibles A tire d’exemple, je suis dans l’incapacité de me déplacer au delà d’un périmètre très court, sans voiture car trop cher pour un rendu de service minimal et devant me déplacer chaque semaine en clinique à 5 km de mon domicile, j’ai le choix entre prendre un taxi conventionné qui me réclamera un forfait de 34 euros aller et retour -inutile de préciser que le taxi n’acceptera la course que sur une courte distance, évidemment, remboursables par la SS environ 3 mois après la dépense- le déplacement en VSL qui me dispensera de l’avance de fonds mais qui coûte 10 euros de plus par trajet et encore faut-il en trouver un rapidement dès lors où la gamelle (comme dit Spartacus) de la SS oriente vers une autre option, et une ambulance classique qui facturera à la SS 58 euros par trajet. Pas sur que cela arrange le contribuable,
    D’un autre nous avons une demande à priori en explosion.....
    Conclusion simpliste à ce stade : une offre en berne, une demande en quasi explosion. Il y a quelques années, je faisait déjà la course à l’échalote à Nice, Nancy, Paris, Bordeaux, Lyon ou Boulogne sur Mer pour trouver un taxi rapidement,
    Première solution : délivrer des licences en fonction de la demande.......ce qui revient en gros à une nationalisation, quoiqu’elle soit déjà en partie bien établie d’autant que les tarifs des taxis soient fixés par l’Etat, ce qui est un comble puisqu’il fausse d’autant plus le le marché de la concurrence,
    Seconde solution : le co-voiturage, qui offre l’avantage de l’arrangement entre particuliers, réduit les frais et économise l’énergie et limite un tant soi peu la pollution, aide à réduire les bouchons et donc à raccourcir les temps de trajet, l’inconvénient principal étant donné le peu de développement possible en raison de a confidentialité du moyen, peu de possibilités au moment précis ou on en a besoin, sans compter que l’assurance ne couvre que le conducteur la plupart du temps, l’assurance du conducteur ne garantit pas le passager, 
    Troisième solution : l’auto-partage, un peu similaire au co-voiturage, sauf qu’il faut cotiser à un service dont on peut très être bien de pas avoir réguliérement, laisser et reprendre la bagnole en un point déterminé, et encore à condition d’avoir réservé au préalable (c’est à dire quand, ça dépend...),
    Quatrième  solution Uber Pop par exemple. Son avantage est évidemment le barrage au monopole, la libéralisation du marché, et donc probablement sur une période plus ou moins courte à une baisse des prix en sus d’une plus plus grande accessibilité, d’une réduction des temps d’intervention.
    Il n’empêche que je me pose certaines questions :
    - la société, américaine d’origine je crois, n’encaissera t-elle pas les profits au profit d’actionnaires étrangers, à mon avis oui,
    - y a t’il favorisation de l’économie locale ? à mon avis non, cela sera au contraire une perte d’emploi et de futurs endettés en plus à la charge de la société, 
    - quid des impôts ? y a t’il perte pour l’Etat, et donc répercussion possible sur le contribuable ? La réponse est déjà trouvée, bien sûr.
    J’avoue qu’en ce moment je m’interroge beaucoup, lit les divers commentaires sur AG et ailleurs, avant de me forger une opinion définitive, mais je pense sincèrement pour l’instant qu’un taxi ayant en quelque sorte conclu une forme de contrat lors de l’achat de sa licence (qu’il mettra des années à rembourser, tout comme les les prêts de sa baraque), devant faire face comme monsieur tout le monde ou presque aux dépenses liées à son outil de travail ; devant comme monsieur tout le monde, vivre et faire vivre sa famille, a raison de défendre son job, quoiqu’on en dise.
    Maintenant, libre à chacun de choisir, je ne le reprocherais à personne.
    Perso, bref j’ai le choix : la marche à pied (de moins en moins supportable), le fauteuil roulant (merci quand il pleut), le scooter électrique (sauf que les batteries.....), le vélo (et dans huit jours, il est volé), et les solutions ci-dessus.

    Bien à vous,

      

  • A. Nonyme A. Nonyme 26 juin 2015 22:53

    Où quand la nouvelle économie vient fracasser l’économie de papa, normée, cadrée, sclérosée, entretenant les rentes.
    Nos élites sont incapables de s’adapter à cette économie digitale. A si. L’interdiction, la protection des chapelles professionnelles et des baronnies politiques.
    Le résultat ? Voilà :

    Uber est l’app iOS la plus téléchargée sur l’AppStore France !
    L’app Uber était 25ème le 22/6, 17ème le 23/6, 12ème le 24/6, 2ème le 25/6. Et elle est passée en 1ère place le 26/6 (tous types d’applications confondus, source AppAnnie).

    Sont trop forts nos politiques. Et que dire de nos taxis ? Plus de licences pour répondre à la demande ? Ils n’en veulent pas ! Les motos taxis ? Des enfoirés ! Le client ? Rien à secouer ! Alors Uber... Ils viennent de se flinguer mais ils ne le savent pas encore.


  • Antoine 27 juin 2015 00:14

    Bon, si tout le monde est d’accord pour engraisser Goldman Sachs et de se faire uberiser à son tour...


  • rocla+ rocla+ 27 juin 2015 08:26

    à tout prendre  le gogol , je veux dire le client sera toujours plus 

    à l’ aise avec un service adéquat , pas onéreux et organisé à la mode 
    21 unième siècle que de se faire entuber par une bande de mafieux 
    assis sur leur monopole .



  • pierre 30 juin 2015 20:15

    Vous citez Thomas Carlyle, j’espère qu’il n’a rien à voir avec le fond Carlyle ????


    • Aimé FAY Aimé FAY 3 juillet 2015 16:32

      @pierre

      Le fonds aurait pris ce nom (*) suite à des réunions au Carlyle Hotel in New York City. Alors, quid du nom de cet Hôtel ? Je l’ignore !

      (*) Where did Carlyle get its name ?

      The Founders hoped to create an institution that would transcend them, so rather than using their last names, they chose to name the firm after the Carlyle Hotel in New York City, where some of the meetings were held as the firm was established.


Réagir