samedi 7 septembre 2013 - par Thomas Roussot

Un génocide français

Un génocide français.

Des heures noires qui souillent l’histoire de France, l’histoire officielle n’en reconnaît que certaines. Pourtant, 76 000 malades internés dans les hôpitaux psychiatriques français sont morts durant la seconde guerre mondiale, et au moins 40 000 d’entre eux ont été éliminés indirectement par l’Etat français qui a décidé de réduire significativement l’aide alimentaire à cette population par principe improductive et donc jugée alors secondaire (seulement alors ?).

La surmortalité dont nous parlons a été causée par une famine organisée et entérinée, via une réduction des rationnements réservés aux structures psychiatriques, dans une logique économique et philosophique caractérisée. La famine est régulièrement utilisée par les pouvoirs dictatoriaux pour éliminer des groupes humains jugés problématiques, soit parce qu’ils sont susceptibles de s’opposer, soit parce qu’ils incarnent des convictions, des mœurs ou des attachements entrant en contradiction avec les dits pouvoirs, ou bien quand, et c’est le cas en l’occurrence, ils représentent une dépense évaluée comme inutile.

Les taux normaux de mortalité avant-guerre n’ont jamais été déterminés avec précision, ces populations asilaires n’intéressant que peu les historiens. C’est pourquoi, même s’il faut saluer le travail de salubrité publique effectué par quelques médecins courageux comme Max Lafont, la différenciation entre morts statistiquement normales et anormales reste nébuleuse. Y compris pour notre époque contemporaine. L’institution psychiatrique n’a jamais brillé par une grande soif de transparence sur ces questions, hier comme aujourd’hui. L’idéologie d’un pouvoir se traduit toujours systématiquement dans la pratique psychiatrique, comme dans toute autre institution publique. Quand celle-ci estime que les fameux fous sont des bouches inutiles, alors, toutes les options sont envisagées et pratiquées.

 

Un génocide français.

Il y avait par exemple pour l’Hôpital de Niort, si l’on étudie les travaux du Docteur Jean Burguet (« L’Hôpital-Hospice de Niort durant la seconde guerre mondiale à travers les délibérations de sa Commission administrative, Bulletin de la Société Historique des Deux-Sèvres, Troisième série, Tome II, 1er semestre 1994 »), uniquement un médecin aliéniste chargé d’au moins 600 malades.

Comment, dès lors, avec si peu de moyens humains, évaluer sérieusement la nature d’un processus criminogène ? Processus qui eut bien lieu pourtant, essentiellement par la réduction intentionnelle des tickets de rationnement attribués à ces structures opaques ainsi que le manque de vêtements et l’insalubrité des lieux inadaptés contre les froids hivernaux.

La mort par famine n’existait pas avant la guerre dans ces lieux, c’est un élément objectif incontestable.

Le Docteur Lucien Bonnafé (« Dans cette nuit peuplée, Ed. Sociales, 1977) décrivit son entrée dans l’Hôpital psychiatrique de Ville-Evrard : « C’est à Ville-Evrard que nous eûmes la révélation d’une pathologie dont on devait parler abondamment au retour des survivants de la déportation, après la libération des camps nazis : amaigrissement prodigieux avec ou sans réveil de tuberculose latente, contamination déclenchant des phénomènes de phtisie galopante sur des organismes à défense anéantie, œdèmes énormes où l’on voit ces corps squelettiques se remplir d’eau, puis se vider dans d’incroyables diarrhées. A la visite du matin le dortoir sentait le cadavre. »

Le rationnement décidé par l’Etat français ne toucha nullement les autres types d’hôpitaux mais cibla clairement les structures psychiatriques. L’Allemagne nazie élimina quant à elle au moins 200 000 malades par le gaz et la malnutrition. L’idéologie eugéniste était partagée des deux côtés du Rhin, ici via son chantre Alexis Carrel, créateur sous la tutelle du maréchal Pétain de la Fondation française pour l’étude des problèmes humains qui conditionna grandement les mentalités de l’époque.

Le Dr Requet, chargé des services au Vinatier, dans la région lyonnaise, responsable de 800 internés :

« Vous imaginez la difficulté pour s’intéresser à tous ! Les conditions de vie étaient atroces. Les internés vivaient comme des bêtes, avaient plus souvent de la paille que de la literie, l’aération et le chauffage étaient rudimentaires….ce que nous recevions était absolument insuffisant pour nourrir quelques 3000 malades…même avec les compléments de la ferme ».

Plus loin : « Je peux témoigner de scènes affreuses : les malades se mangeaient les doigts ; ils mangeaient tout ce qui passait à leur portée : les écorces des arbres par exemple. C’était courant d’apprendre que des internés mangeaient leurs matières fécales ou buvaient leurs urines ; ils rêvaient tout exclusivement de rêves alimentaires ; un malade qui avait reçu un colis s’est jeté dessus et il est mort d’une rupture gastrique. » (« Rhônes-Alpes », du 9-4-1979 : interview du Dr Requet par André Mure.)

Le célèbre Dr Gaston Ferdière, remettant en novembre 1942 son rapport au préfet de l’Aveyron :

« Le Service d’enfants tel que je l’ai découvert avec stupeur lors de ma première visite était une garderie honteuse où le pervers léger (sic), placé à la suite d’une fugue ou d’un vol familial minime, pouvait avoir pour voisins de lit le plus grand épileptique gâteux et barbouilleur et l’idiot le plus monstrueux. »

Ce bref extrait rend compte des fameux internés, parfois des enfants, pris pour fugue et qui finiront donc exterminés par la famine…

Le médecin des Asiles Riquet déclara à la Société de Médecine, en 1942, avec force détails, la nature du processus en question :

« Faim, amaigrissement énorme, voire émaciation, asthénie allant jusqu’à l’adynamie, œdème débutant souvent aux parties déclives, (mais aussi à la face, donnant au malade un faux air de bonne santé) et arrivant rapidement à des proportions considérables, anasarques géants comme on n’en voit pas dans la pathologie habituelle, épanchement dans toutes les séreuses, mais surtout sur le péritoine et les plèvres (surtout à droite), perte du pouvoir de régulation thermique, diarrhées prolongées pendant des semaines et des mois avec selles, nombreuses et impératives, peu influençables par les différentes thérapeutiques, tout en conservant un appétit féroce, sauf dans les derniers jours de la vie (sic) ; mort habituelle par coma algide de quelques heures, souvent inopiné (accompagné parfois de contractions chroniques des membres supérieurs et de convulsions). Plus rarement, la tuberculose pulmonaire est la cause même de la mort,[…] Ont été touchés en premier lieu les gens âgés et usés, les alcooliques, les gros mangeurs et les travailleurs ; les jeunes sont ceux qui résistent le mieux et l’on peut dire que la pathologie de sous-alimentation croît avec l’âge. […] D’une façon générale, la mortalité par sous-alimentation est considérable surtout en hiver ; où l’on voit moins d’oedèmes de carence et surtout moins étendus parce qu’ils n’ont pas le temps de se constituer et de s’étendre. En hiver, les phénomènes de dénutrition deviennent rapidement irréversibles et à partir d’une certaine dégradation, il n’y a plus d’espoir de rétablir le malade même en le réchauffant et en le suralimentant. […] Les rations qui provoquent ces troubles sont caractérisés par une insuffisance calorique globale, mais surtout par un déséquilibre alimentaire ; il n’y a pas assez de graisse et de matières azotée par rapport aux hydrates de carbones. »

Le résultat de cette communication qui décrit tout simplement un phénomène de mort massive similaire en de nombreux points aux camps de concentration nazis n’entraîna qu’une indifférence totale. Peu d’accès au marché noir, pas de combines, rien que la mort et la conspiration du silence.

Il est vrai que Laval avait proposé à Alexis Carrel de devenir ministre de la santé, lui qui défendait l’élimination physique par soucis économique les fous et les prisonniers :

« On pourrait faire comprendre aux jeunes gens à quels malheurs ils s’exposent en se mariant dans des familles où existent la syphilis, le cancer, la tuberculose, le nervosisme, la folie, ou la faiblesse d’esprit. De telles familles devraient être considérées par eux comme au moins aussi indésirables que les familles pauvres. Aucun criminel ne cause de malheurs aussi grands que l’introduction dans la race de la tendance à la folie. » (p.364)

« Le coût des prisons et des asiles d’aliénés, de la protection du public contre les bandits et les fous, est, comme nous le savons, devenu gigantesque. Un effort naïf est fait par les nations civilisées pour la conservation d’êtres inutiles et nuisibles. Les anormaux empêchent le développement des normaux. […] Pourquoi la société ne disposerait-elle pas des criminels et des aliénés d’une façon plus économique ? » (p.387)

L’Homme, cet inconnu ? Alexis Carrel, Editions Plon, 1943.

Dans sa préface de la version allemande, il écrira fin 1936 :

« En Allemagne, le gouvernement a pris des mesures énergiques contre l’augmentation des minorités, des aliénés, des criminels. La solution idéale serait que chaque individu de cette sorte soit éliminé quand il s’est montré dangereux… »

En effet, des centaines de milliers d’allemands déterminés comme malades mentaux seront bel et bien physiquement éliminés durant cette période.

Le Dr Balvet de Montpellier lança un appel à ses confrères soulignant l’état d’impéritie de cette institution, appel qui resta pour la période lettre morte.

« Dire qu’en 1942, Balvet dénonce le génocide des malades mentaux, c’est le romantisme de Colin. Non mais, je ne dis pas que je n’ai pas joué un rôle…Un rôle sûrement…mais que Colin et d’autres ont remanié en faisant de moi une statue…C’est pas vrai. Ca va avec ce que je dis.. Rien n’est vrai de tout ça. .C’est vrai que cet article, ce machin, je l’ai fait avec un certain.. puisqu’on dit honteux pour le reste…Disons que ça a été un acte de courage autant que je me rappelle. »

Certains responsables d’hôpitaux tentent d’assouplir les conditions inhumaines qui sont faites aux internés, demandant au gouvernement des accommodements, comme ceux de l’hôpital de Saint-Egrève, près de Grenoble, les réponses s’avèrent cinglantes comme en témoigne ce courrier officiel du Gouvernement de Vichy via le Secrétariat d’Etat à la Santé (XXIIe région ) :

« Demandez à vos médecins de désigner les bénéficiaires par classement basé sur la distinction ci-après : les malades récupérables, c’est-à-dire ceux qui, par un traitement approprié et un séjour de courte durée dans votre hôpital, pourront être rendus à la liberté et reprendre leur place dans la société et leur activité antérieure. Ce sont ceux-là qu’il convient de ré-alimenter. »

1400 calories par interné, tel était le programme alimentaire réservé aux malades par l’Etat français durant toute la guerre. Privation des suppléments alimentaires accordés à tous les autres hôpitaux non psychiatriques. Hôpitaux qui pourtant étaient souvent situés sur des domaines agricoles riches en protéines, (lait, bœufs, porcs et autres poulets). Des expériences furent pratiquées sur ces internés comme l’injection de sérum de bovidé, de strychnine, ou d’extraits ovariens totaux.

Pendant ce temps, la Société médico-psychologique devisait sur le délire du manque, l’onirisme lilliputien et gastronomique par carence alimentaire, la sensibilité particulière des malades mentaux à l’avitaminose B1 ….

Les autorités médicales multiplient les thèses sur l’œdème de malnutrition, les troubles de la pression osmotique des protéines, les cachexies mortelles, sans jamais dénoncer clairement l’origine de cette avalanche statistique pudiquement nommée de nos jours surmortalité. La subtilité de cette pratique génocidaire consista en l’absence quasi-totale d’ordres, et pour cause, les rations officiellement appliquées au HP ne permettaient pas la survie physique. Il était inutile d’expliciter, théoriser et légitimer un abandon à la mort de façon officielle puisque la pratique des rations ainsi déterminées de façon sous qualitative sur le plan biologique assurait de façon muette un tel résultat mortifère.

 

Ajzenberg A. : L’abandon à la mort de 76 000 fous par le régime de Vichy, L’harmattan, 2012.

Bonnafé L. : Dans cette nuit peuplée, Editions sociales, Paris, 1977.

Broussolles P. : Loi de 1838 et aliénation mentale, In Information sociale, 1965, pp. 134-142.

Carrel A. : L’homme, cet inconnu, Plon, Paris, 1935.

Castelli A. : Montdeergues-les-Roses (1940-1945), Un hôpital psychiatrique sous Vichy, in Revue Chimères Numéro 28.

Daumezon G. : La situation du personnel infirmier des asiles d’aliénés, Editions Doin, 1935.

Lafont M. : L’extermination douce, 40 000 malades mentaux morts de faim dans les hôpitaux sous Vichy, Editions le bord de l’eau, 2000.

Jay Lifton R. ; Les médecins nazis ou le meurtre médical et la psychologie du génocide, Editions Robert Laffont,1989.

Durand P. : Le train des fous, Editions Syllepse,2001.

Foucault M. : Histoire de la folie, Editions Plon, 1961.

Roumieux J. : Je travaille à l’asile d’aliénés, Editions Champ Libre, 1974.

Scherrer P. : Un hôpital sous l’Occupation, Atelier Alpha Bleue, 1982.

Vermorel H. et Meylan A. : Cent ans de psychiatrie, Editions du Scarabée, Paris, 1969.

 



16 réactions


  • antyreac 7 septembre 2013 12:12

    Merci pour ce témoignage sur une atroce page de notre histoire que je ne connaissais pas

    Ça prouve une fois de plus qu’on ne peut jamais faire confiance au pouvoir public et les hommes qui le représentent..

  • Rincevent Rincevent 7 septembre 2013 12:26

    Déjà en temps de paix, les aliénés étaient assez oubliés alors imaginez-vous pendant la débâcle de 40 ! C’est là qu’ils ont commencé à mourir quand (presque) tout le monde a foutu le camp, dans un premier temps.

    Bonnafé, que vous citez, avec Daumezon, Le Guillant et d’autres sera à l’origine d’un mouvement d’ouverture des murs qui aboutira à la politique de secteur. Après, les institutions sont aussi ce que les hommes en font : appui à domicile ou « fliquiatrie »… J’ai vu les deux. http://www.serpsy.org/histoire/bonnafe1.html

    Aujourd’hui encore, le trouble mental est « à part » y compris pour les moyens qu’on veut bien y consacrer.


  • Taverne Taverne 7 septembre 2013 17:28

    Je ne comprends pas comment quelqu’un a pu voter contre cet article qui ne fait que rappeler une cruelle vérité historique : un votant négationniste, ou pire ?


  • Taverne Taverne 7 septembre 2013 17:36

    Il est des catégories de personnes que l’Etat français jugeait indignes d’être nourries comme des êtres humains. Ce fut le cas aussi des prostituées de la misère qu’on emprisonnait. Voir cette chanson de Bruant lue par Mouloudji. En 1887, ce n’est pas si vieux...


  • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 7 septembre 2013 22:02

    Rappeler les crimes de Vichy c’est bien, mais on pourrait parler des crimes de la République, en commençant par le massacre de 600 000 paysans français refusant la conscription et le droit de vote lors de la révolution, ou encore les bagnards de Cayenne, bagne qui n’avait rien à envier au camp nazi de Dora, où l’espérance de vie n’excédait pas 3 ou 4 ans...


    Et je vous épargne l’aventure coloniale, qui devait forger l’homme nouveau !

  • Pie 3,14 7 septembre 2013 22:04

    Le Zyclon B a d’abord été testé sur les malades mentaux en institutions dans l’Allemagne des années 30. Ce fait est parfaitement connu et prouvé depuis longtemps.

    Inculte !! ...ou pire.


  • boris boris 7 septembre 2013 23:13

    Vos sources ?


  • plexus plexus 8 septembre 2013 00:10

    Il y a eu des choses effroyables,on peut aussi parler des orphelinats anglo-saxons, etc
    Certes, de progrès sont réalisés, mais, ne vous leurrez pas, le problème est loin d’être éradiqué.
    Pour l’indochine, je ne sais pas, mais, à l’issue de la guerre d’algérie, il y eut 70 000 jeunes types qui se sont retrouvés dans des asiles !!
    Je ne sais pas ce qu’ils sont devenus, certains se sont suicidés.
    Mais, je vous rassure, le syndrome post-traumatique des combats a généré des textes pour le prendre en charge ...il y a 4 ans, 50 ans de gagnés pour d’éventuelles demandes de pension.
    Plus récemment, les soldats rentrant d’afghanistan passaient par chypre pour trois jours de « décompression », censés les « remettre dans leurs baskets », ce qui ne marche pas pour tout le monde.
    On va voir pour le Mali, ....et pour la syrie ?
    Car l’aviateur n’échappe pas non plus au problème éventuel.
    Tibbets est mort fou, je crois.
    Mais tout ça ne tracasse pas trop les dirigeants qui envoient les autres au « casse-pipe » !!
    Enfin, si ça s’améliore, y a de l’espoir !!


  • Dolores 8 septembre 2013 20:24

    Le présent n’est guère brillant et le passé est détestable.
    Alors indignons-nous sur des événements sur lesquels personne ne peut revenir.
    Vous connaissez les responsables, pourquoi ne les a-t-on pas puni comme cela a été fait pour certains criminels de guerre Allemands ?
    Pleurons ; et haïssons la France et globalement tous les Français qui ont pris cette décision inique ou qui l’on laissé prendre, ou qui n’ont rien tenté pour l’empêcher , ou qui ignorait qu’elle avait été prise.
    Ou les médecins de l’époque étaient bien dociles, ou ils partageaient les vues gouvernementales en ignorant l’éthique médicale.
    C’est une honte pour les politiciens gouvernementaux et pour les médecins, pas pour la France.


    • lulupipistrelle 9 septembre 2013 11:51

      Exactement... en parlant des médecins, il est toujours bon de se souvenir qu’ils sont toujours majoritairement du côté du pouvoir... 

      Actuellement, les malades âgés semblent faire l’objet d’une politique du laisser mourir... aussi bien à l’hôpital que dans les cliniques privées... Ce mois-ci deux cas dans mon entourage de personnes auxquelles on a diminué puis supprimé les perfusions qui leur permettaient de vivre... en gros on les a laissé mourir de faim... alors la loi sur l’euthanasie est-elle vraiment nécessaire ?
      Science nazie, science de mort : la ségrégation des Juifs, des Tziganes et des malades mentaux de 1933 à 1945 de Benno Müller-Hill

  • Denzo75018 9 septembre 2013 10:40

    Sans excuser la France, ce type de programme s’est pourtant vu perdurer dans nombre de pays occidentaux bien après la 2ième guerre (début des années 70) ... et dans l’indifférence la plus totale !


  • Dzan 9 septembre 2013 11:27

    Tibbets fou ?
    C’est une légende.
    Ca ne l’a pas plus tracassé que les autres aviateurs qui ont aplati Dresde, avec plus de morts que Hiroshima.

    Durant les années 1960, Tibbets est envoyé comme attaché militaire en Inde mais il devra quitter le pays suite à des protestations. Il part à la retraite le 31 août 1966 après presque 30 ans de carrière militaire.


  • bakerstreet bakerstreet 9 septembre 2013 12:20

    C’est en effet un épisode assez effroyable. 

    Dilué dans les cortège nauséabond des horreurs de la seconde guerre mondiale. 
    L’auteur a raison de nous en ramener le souvenir. 

    Des montagnes et des montagnes de morts qui nous regardent de leurs yeux vides,ou plutot que nous tentons de regarder...
    Notre époque a domistiqué un peu la mort et la souffrance, ou du moins l’a compartementalisé, éduqué....La souffrance et la mort ne sont plus visibles en place publique, sur les buchers, les gibets, où l’on s’en repétrait..

    Il faut se rappeler qu’il y a quelques siècles à peine, les frontières et les marges des forêts étaient parsemées de brigands pendus, qu’on laissait se défaire lentement au vent, le corps imprégné de goudron pour les faire durer le plus longtemps possbile, en guise d’avertissement. ( Lire l’homme qui souriait de victor hugo)

    La vie était cruelle pour les pauvres, les enfants. 
    Se rappelle t’on qu’il n’y a pas une centaine d’années la prison de la roquette fleurissait au coeur de la capitale. On y acceuillait les petits vagabonds, les enfants abandonnés, les pettis voleurs. La mortalité était si élévée, que plus d’un homme politique s’en ému tout de même....Le sort de ces petits diables méritait il la mort ?
    Le dispositif de la prison de la roquette était diabolique : Basé sur la conception que les échanges entre les enfants étaient négatifs entre eux, les stelles, les tables, tout était organisé pour que deux entants ne se trouvent jamais face à face, et ne puissent se voir.

    Transformée en prison pour femmes, la prison de la petite roquette fut démolie dans les années 70, au grand dam de certains, qui voulaient garder ce témoignage, et cet exemple assez incroyabe d’architecture carcéral et totalitaire.

    J’oubliais de dire qu’une proportion non négligeable de ces enfants, n’étaient là que sur simple demande non justifiable de leurs parents, qui voulaient mater leur progéniture.....On peut trouver des missives de lettres d’enfants, d’à peine dix ans, suppliant leur parents de les sortir de cette enfer.....
    Dans les années 60, on entendait encore bien des parents, menacer encore leurs gamins : «  »On va finir par t’envoyer en maison de correction !"

    Quand on connait les sources, on frémit.

  • Dolores 10 septembre 2013 12:03

    Nous avons toutes les raisons de nous indigner aujourd’hui"hui sans aller en chercher d’autres dans une histoire sur laquelle on ne peut pas revenir.

    Pleure-t- on sur les malheurs des SDF, ces 300 000personnes qui arpentent nos rues sans espoir ?
    Que nenni !
    Ce sont tous des feignants qui ne veulent pas travailler et qui pollue le paysage,c’est bien connu
    Alors pourquoi se gêner : on peut pulvériser des gaz à l’entrée des magasins ou mettre des piques devant les banques pour qu’ils ne puissent pas s’assoir, ou les transporter à 15 km de la ville.

    Qu’ils meurent de froid en hiver ou de coup de chaleur en été dans la rue ou de sous alimentation ne mérite pas qu’on si attarde.Nos 20° et 21° siècles sont si doux si attentifs à la misère humaine que l’on devient totalement indifférent à ces pauvres gens qui ont rarement choisi de vivre dans la rue.
     Que dira-t-on dans 65 ans de cet abandon de tant de personnes ? On fustigera la France et les français ? Quelle importance, ces gens seront morts et il y a tout à parier que d’autres iniquités se produiront, auxquelles personne ne prêtera la moindre attention.

    On peut écrire des tombereaux de livres sur les guerres, les massacres, les tueries, l’histoire n’en sera pas changée.

    Occupons-nous des problèmes actuels si nous ne voulons pas être jugés comme sont jugés les faits du passé à l’aune de notre conscience d’aujourd’hui.


  • plexus plexus 10 septembre 2013 23:24

    Notre quotidien a reproduit la réaction d’un de ces sdf :
    « Pourquoi nous avez vous laissé entrer, si c’était pour ne pas s’occuper de nous ,, »« 
    Tout est dit, dans un sens, comme dans l’autre.
    Et sans invoquer la législation »espace schengen« .
    C’est très beau, l’Europe, comme conception, mais fallait-il vraiment ouvrir les frontières ?
    De toutes façons, ceux qui ont pris ces décisions s’en tamponnent le coquillard, ils habitent loin des »zones de stockage« où s’entassent ces pauvres gens...qui ont payé, cher, les »passeurs pour l’eldorado« .
    Question »tibbets", si ce n’est pas lui, c’est l’autre, et ce n’est pas ça qui est l’essentiel, il me semble.
    Ce que je veux dire, c’est qu’un combattant peut se ramasser un syndrome post traumatique même s’il n’est pas physiquement au contact, aviateur qui napalme, artilleur qui balance ses charges meurtrières, ou dirigeant qui décide d’employer des gaz toxiques.
    S’il a une conscience, bien sûr...et aucun nuremberg en vue pour le lui marteler !!


Réagir