mercredi 22 février - par alinea

Une décision difficile à prendre

Ça fait cent sept ans que je n'ai pas vu la lune, chantait Georges Brassens, en racontant son amour pour une garce.

Moi, ça fait trois mois. Je ne sais même pas où elle est dans le ciel astral.

Je la couve du regard, je retiens mon souffle pour entendre le sien, je l'entends s'agiter dans son sommeil, je fais ce que j'ai à faire, en vitesse et par petits bouts, je sais que bientôt elle ne sera plus là.

Tout a commencé le douze février, il y a un an.

Il avait beaucoup plu la veille et j'avais été retardée pour aller aux chevaux par une visite impromptue. J'y arrivai tard, et je savais les trouver dans le pré du bas, près de la rivière mais je savais aussi qu'ils en remonteraient bientôt. Les prémonitions ont ceci de terribles qu'elles pressentent le destin mais que le destin sera ; aussi, est-ce une douleur anticipatrice et une culpabilité postérieure inutiles.

Les chemins tout autour du parc étaient inondés sauf celui que j'avais pris pour descendre, mais qui était très court, aussi, pour faire marcher les chiennes, décidai-je de sillonner les sentiers à l'intérieur du parc. Ma prémonition qui me rendait lourde et indécise, avec un nœud douloureux dans le ventre, j'aurais alors pu la mettre en mots bien que je ne le fis pas : je craignais la remontée au galop des chevaux. Plutôt que m'écouter et partir pas là d'où j'étais venue, je m'admonestai une réprimande : cela fait vingt ans que tu es avec tes chiens et tes chevaux, ils se connaissent, l'espace est large au delà du sentier. Que crains-tu ? Mes trois arrivèrent en premier au triple galop joyeux, Hoggar leva le cul en toute exubérance quand il me vit, MisterAl devant qui donnait toute sa puissance et Don Diego derrière, entraîné par la jeune fougue de ses copains. Je n'avais d'œil que pour Taïga, ma petite chienne, vieille, quasi sourde et aveugle, mais elle ne risquait rien, elle fouinait plus loin. Erevan, à qui je tournais le dos, était, elle, sur le sentier, mais avait dû s'écarter sans plus d'inquiétude. Quelques vingt ou trente secondes plus tard, arriva Muchacho, le cheval que j'avais en pension et qui m'avait causé tant de soucis ; comme il se croyait dominant, il semblait irrité d'être à la traîne, les oreilles en arrière et poussant son galop. À peine m'avait-il dépassée que j'entendis un cri.

Erevan est une chienne. Une Irish Woolfhound que le hasard mit sur ma route quand elle avait trois mois. J'ai très vite compris qu'elle n'était pas un chien, mais une bête, et vous savez combien j'aime les bêtes. Son éducation a été difficile, enfin, désarçonnante, je courais derrière l'inconnu qui toujours me devançait. Il m'a fallu apprendre à toujours chuchoter, moi qui n'élevais jamais la voix avec mes bêtes, j'avais encore pour elle des réactions trop brusques à l'approche d'un danger ou d'un deux-pattes inconnu qu'elle semblait empressée de saluer ; si je chuchotais : tu ne le connais pas, elle ralentissait le pas, restait près de moi, sans manquer son salut au passage. Ils ont été rares ceux qu'elle inquiétait par sa haute taille. Mais si j'élevais la voix dans un stress non maîtrisé, je n'existais plus pour elle, fuyant où son désir l'emmenait, elle allait fêter le quidam qui n'en demandait pas tant. C'est une grande bête, plus haute que moi quand elle met ses pattes avant sur mes épaules, un lévrier lourd mais lévrier quand même et si sa course est moins splendide que celle d'un Barzoï ou moins légère que celle d'un Greyhound, c'en est pas moins une belle course.

Elle a la sensibilité à fleur de peau, une sensibilité telle qu'elle vous intime la précaution, le respect, l'écoute. Quand nous faisions la sieste toutes les trois, avec Lune, mon angora turque qui parfois se joignait à nous, sur les deux matelas superposés qui me servaient de canapé jusque là mais qui étaient devenu son lit, dans un souffle chaud, à demi endormie, elle me contait ses légendes ; ma mère m'a dit que nous étions des chiens de rois, habitués aux châteaux et au doux climat d'Irlande ; je me sentais peinée de lui offrir une masure minuscule, dans le midi de la France. Mais elle s'était adaptée, se faufilant dans les étroits espaces, elle n'a jamais rien cassé ni déplacé, même pas l'assiette sur la table quand elle y volait un morceau de quiche ou de gâteau oublié, avant que je ne prenne, comme seconde nature, de tout mettre sous clé. Le moindre oubli, la moindre négligence, et c'était la plaquette de beurre qui y passait ou un précieux comté et comme je suis végétarienne, elle se contentait de tout ce qui n'était pas épicé. Les chats mangeaient sur l'évier mais elle arrivait à leur piquer les restes. Insatiable.

Je n'ai pas forcément aimé qu'elle soit une voyoute, je la traitais de sournoise, avec beaucoup de reproches dans la voix, quand elle me regardait en coin en me doublant et, hors de portée filait vers son désir. Mais elle était comme ça et comme ça je l'aimais. C'est comme ça que je l'aime.

Cette liberté de l'autre à être telle qu'elle est, oblige à un amour soumis, surtout quand vous avez la responsabilité de son confort, de sa santé, de sa joie. Rien ne m'avait obligée à traverser le centre de la France pour aller la chercher, j'y allais comme on part à l'aventure. Je ne fus pas déçue. Sa beauté, sa grâce n'étaient rien comparées à sa présence, je n'avais pas le choix d'y échapper sauf à dénier ma liberté de m'être engagée. Et j'aime plus que tout la liberté de l'autre à être ce qu'il est, quitte à m'imposer son rythme, quitte à m'imposer sa loi ; sauf s'il me dénie le droit d'être moi ; c'est pourquoi les animaux sont mes compagnons de prédilection, alors qu'on pourrait m'en dire esclave. Mon rythme de vie change à l'arrivée d'un nouveau venu et mon travail s'accroît, mais ma joie, oui, parfois la colère et cette plainte infinie qui rive le clou de ma solitude face au tout à faire, face à leur abandon confiant, et s'il m'arrivait de fondre en larmes devant les conneries qu'elle faisait, sa réaction, sensible, mais qui ne changerait en rien son comportement, me renvoyait à l'insignifiance du dégât ou de ma peine à le réparer. Il y a tellement de sagesse chez les animaux et tellement d'innocence qu'aucune friction ne peut durer bien longtemps ; la rancune n’existe pas. Ils sont si peu attachés à nos valeurs, sauf peut-être le sucre ou les pâtés.

Tout vous revient, l'équilibre à tenir entre chevaux et chiens, entre chats et chiens, et quand vous êtes en harmonie avec vous même, tous ceux-là sont votre paradis, et y sont probablement aussi ; mais si quelque chose flanche, ce peut devenir l'enfer ; les accidents, les chamailleries, les départs, les maladies, la mort. Ils vous aident à être forts, parce que vous devez être forts, mais quand d'autres influences vous accablent, ce sont eux les premières marques de votre déchéance, les premières victimes de votre inconséquence.

L'amour est un lien fort qui vous nourrit, qui vous grandit, qui vous oblige, mais quand il exige de vous tout, ou plus que vous ne pouvez donner, la rupture, la mort, est aussi une libération. Mais que faire de cette liberté sans l'autre ? Quelles futilités, quelle vacance pourraient combler ce vide ?

Ma belle Erevan, sa chaleur, son souffle qui m'accompagne quand j'écris ; elle a des chats cette horreur de la routine, il m'en a fallu des imaginations pour trouver des itinéraires de balades ; heureuse de la moindre visite, du moindre changement, elle aurait couvert le monde entier de sa curiosité. Ça fait bientôt douze mois qu'on est confinées, mais si je prenais la voiture pour aller ailleurs dans l'inconnu, trouver des chemins tendres et herbeux, elle me suivait, claudiquant, lentement.

J'ai ralenti mon pas comme si je me faisais vieille, et ma main l'effleure. Je voudrais prendre tout pour la garder infiniment. Elle est plus attentive à la présence de Taïga , qui lui a tout appris, elle l'attend, s'en rassure.

Elle a vécu la mort de mon cheval, elle lui tournait autour avec ce mélange de suspicion et de respect en sentant, inquiète, que quelque chose n'allait pas ; c'était une chiotte alors ; elle en a gardé l'anxiété intéressée pour un cheval couché.

Je lui ai donné une petite vie, elle n'a pas réalisé le dixième de ce qu'elle aurait pu faire, l'amour ne fait pas tout. Ses châteaux ses landes ses rivières ses pluies et, peut-être, ses courses folles en bande, mais pas ses chasses au loup.

On dit d'un lévrier irlandais qu'il ne faut pas le traiter brutalement mais si on lui apprenait l'attaque, il serait redoutable ; il a des dents de requin et une puissance qui toujours aujourd'hui se porte sur le sensible. Claire me disait qu'ils sont les seuls chiens, avec les colleys, qui ont une énergie lymphatique, ils s'abandonnent au sort et ne luttent pas et comme tous les sensibles, ils cachent leurs souffrances. Attentive, je guette ses yeux, je l'écoute la surveille la couve. Arrêter la souffrance, puisque je le peux mais ne pas donner une fin trop hâtive ; c'est le souci de tous mes instants.

J’en suis réduite à mon seul chagrin.

Le chagrin est un chagrin d'enfant, nulle raison ne peut l'amoindrir, et cette responsabilité, cette décision à prendre, comme on aimerait que quelqu'un d'autre la prenne à sa place, puisqu’on est un enfant. Ça peut durer ? Je ne sais pas.

Le risque de la fracture spontanée me hante, la douleur... je me suis munie de doliprane et d'un calmant pour les bêtes qui ont le mal des transports, et qui endort. La protéger , elle, et me protéger moi ; l'empathie, la compassion, ne sont pas de vains mots. L'épuisement.

S'autoriser quelques minutes par jour, la libération de l'après et puis replonger dès que le regard ou la main se pose.

L'amour est une drôle de chose qui rend l'être le plus perturbant de la terre, le plus précieux ; jamais je n'ai eu de chienne aussi emmerdante, comme un ego qui me happerait dans son infinie puissance, sans que la révolte ou quelque libertarisme que ce soit n'apporte les ciseaux qui couperaient le lien. Le lien est là, puissant, sûrement intimement lié à sa propre histoire, comme quelque chose à revivre, à subir, sans qu'il n'en ôte l'authenticité. On ne rêve pas d'un libérateur, on rêve d'un retour en arrière, quand c'était beau, quand c'était bon, quand c'était vivant. Et ces instants, infimes, où elle est comme elle était, les mêmes soupirs, le même levé de sourcil, et ses toilettes. On n’a pas toujours à l’esprit ce foutu cancer, ce sarcome, si rare , et qui nous échoit.

Nous avons accompagné notre père dans son agonie ; elle a duré deux mois au cours desquels nous étions, deux par deux, toujours à ses côtés. Pour ses deux dernières heures c'était moi, et quand ma sœur est arrivée à deux heures, je suis restée ; deux minutes plus tard il rendait son dernier souffle, ou, plutôt, son dernier souffle s'est interrompu, au milieu de l'expiration, sans raison. Depuis deux jours la seule preuve de vie était le battement de sa carotide, et ce battement insignifiant auquel jamais nous ne prenons garde, était La Vie. L'immobilité juste après faisait toute la différence. Ce vide était immense. Et tous ces « deux » sont véridiques. Je ne suis pas convaincue qu'on doive programmer cette interruption-là. Mais je ne sais pas, je crois que c'est chacun, à ce moment et pas un autre, avec elle et pas une autre.

Ne riez pas des amours animales, elles sont nos amours primordiales, essentielles, celles qui tombent comme des ombres sur notre âme quand elles partent. Celles qui consolent les chagrins d’enfant, celles qui ouvrent le monde vu des drailles, des plages, ou des sentiers humides d’humus odorants.

Elle ne bave plus quand je lui prépare sa gamelle, c’est une fausse faim, la faim de sa maladie, l’appétit de la cortisone, et je me souviens, quand je l’ai vue claudicante, j’ai pensé jamais pouvoir m’y faire ; je me souviens, quand j’ai vu sa tumeur pousser comme un champignon, j’ai pensé c’est un œdème, un abcès, et j’y ai appliqué des feuilles de choux ! je me souviens quand, sortant de chez le vétérinaire, j’ai pensé, dans une semaine je reviens et elle sera guérie, je me souviens, je me souviens, mais je ne sais pas pourquoi je ne le peux pas. Les heures, les jours les semaines ont passé et j’en suis toujours là : qu’est-ce que la vie, un jour de vie, quelle est son importance et pour qui, qui suis-je pour décider ? Pouvoir être sûre que mon temps est sacré qui a à s’occuper ? Ou bien que ta vie est si chère que tu peux bien souffrir, tant que tu es là ?

Je me retournait de mon clavier, je la voyais couchée, et je savais que je ne pourrais pas ne plus la voir là.

Retenir son souffle, faire des petits pas et, toujours au fond de soi quand on doit sortir sans elle, c’est un abandon impardonnable. Que tout paraît étrange, que tout paraît magique, ou maléfique, quand tout de soi est préoccupé.

L’odeur, l’odeur de sa tumeur, persistante pénétrante qui n’a de désagréable que ce qu’elle représente ; nous sommes si peu munis en mots pour les exprimer, les contacts, les odeurs, nos sens primitifs nous appartiennent sans partage

J’ai fait son trou dans de la belle argile pure ; je suis parée.

Je lâchais prise et laissai filer l’indifférence que nous offre la fatigue ; quel bel analgésique, la fatigue. Dans le souffle rocailleux de son agonie, notre fusion se brisait de mon devoir d’être forte. Paya ma Léonberg il y a longtemps me l’avait enseigné ; comme je m’étais effondrée entre ses pattes, prenant sa belle tête entre mes mains, elle avait au bout de quelque minutes manifesté son agacement ; au bout de quelques minutes elle me poussa du nez, son regard face au mien et m’enjoignit de savoir me tenir. La leçon était si claire que je l’ai comprise à l’instant. Je ravalai mes larmes, mon chagrin, mais restai un peu avec elle si belle et forte, puis la laissai à son destin.

Aussi passèrent trois heures comme une éternité ou comme un instant avec mon Irish qui ne m’en demandait pas tant ; et je venais à elle, la massais doucement, prenant sa tête sur mes genoux lui racontais nos légendes à nous, et quand l’émotion était trop forte je la laissais et me levais en chantant ; elle avait l’habitude de mes chants et derrière la puissance de ma voix j’entendais son souffle calmé.

Je me suis privée d’elle les derniers instants pour ne pas la confondre, et son absence est telle que je le regrette. C’était sensuel, une affection, je la touchais beaucoup, je la caressais, la peignais la brossais et l’empoignais, elle faisait ma taille, un peu plus que mon poids, c’était des moments de jeu ou de repos. Mais c’est introverti un Irish, pas exubérant et c’était mine de rien qu’elle recherchait ma présence.

Pendant que je la veillais, la surveillais durant cette longue année de blessures, de soins, de maladie, je me souvenais de mes attentes jusqu’à trois heures du matin, quand elle filait dans la nuit au cours de notre promenade du soir ; elle est couleur de nuit et avait tant à faire ; j’en souffrais comme d’une trahison de ma confiance alors qu’elle ne vivait que sa vie de chien et, dès que je la voyais apparaître derrière le carreau de la porte, elle était pardonnée. Je comprenais tant ce besoin de vacance et puisque ma responsabilité était de la rendre heureuse, de la nourrir, de la soigner, je me disais, elle est comme ça et c’est plus difficile qu’avec d’autres, mais je ne pouvais en aucun cas me contraindre à la brimer.

Elle était une géante de tendresse et de délicatesse, mais géante, et elle inquiétait le quidam ignorant. Quand il y avait une crotte quelque part au village, c’était elle, un pipi, c’était elle, il fallait que certains m’emmerdent à cause d’elle. J’en avais la rage. Mais d’autres l’aimaient beaucoup. Et ça me remplissait le cœur de bonheur ; j’aimais ses amis, je la laissais libre d’aller les voir, les accueillir quand ils venaient à la maison. Je me disais, elle est un peu heureuse.

Élo, qu’elle adorait, est venue m’aider ; on l’a mise dans son trou ; la glaise était grasse ; on a posé sur sa tombe des entraves pour les sangliers ; deux rouleaux de barbelés, des bûches que je n’avais pas encore fendues.

Je savais que ce trou refermé signait ma liberté retrouvée, depuis le début entravée mais depuis un an aliénée, mais je savais que ce trou refermé anéantissait un amour d’une telle intensité que jamais plus je n’en ressentirais la force. Quelque chose était mort, là, qui jamais ne pourrait renaître sous aucune autre forme. Ce n’était pas la première fois mais c’était beaucoup plus dense, je savais la complexe ambiguïté de la liberté. Celle qui nous fait assumer un choix et nous aliène à ses conséquences.

Elle est là, pour toujours avec moi, je planterai des bulbes sur ce rectangle désherbé qui écriront EREVAN.



53 réactions


  • Louve Louve 22 février 13:07

    Je sais que vous ne me portez pas dans votre coeur, certainement a cause de mes idées nationalistes que vous avez censurées ici, mais nous avons deux points communs : les chevaux et le chien. 


    J’ai perdu mon chien il y’a deux ans d’un cancer très typique chez les Bulldogs Francais,et il ne se passe pas un jour sans que je n pense a ma petite Lolita. Tous les matins je sentais son petit nez mouillé sur mon visage quand elle me disait Bonjour, et elle me manque terriblement. 

    Ma petite Lolita est « Somewhere over the Rainbows » 





    • alinea alinea 22 février 13:35

      @Louve
      Il n’est pas question de cœur en matière de politique ; j’ai eu sur ce site beaucoup d’affinités avec des gens de droite extrême, parce que nous partagions l’amour des bêtes.
      Je dois même vous avouer que j’ai remarqué que beaucoup plus de gens de droite que de gens de gauche aiment les bêtes.
      Aimer, pour de vrai, les siennes, mais les autres, et les sauvages.
      Je ne suis pas obtuse, j’ai fréquenté plein de gens (de droite), avec les bêtes, les galères, le coups de bourre et puis, quand on a réussi, le fête le soir, pour décompresser !
      Ils m’acceptaient autant que je les acceptais, et je sais depuis longtemps que nous sommes humains et sans être forcément frères, nous avons les mêmes émotions, les mêmes besoins. Il faut dire aussi que pour moi l’amitié est dans l’action, le partage, l’entraide ; et cela n’a rien à voir avec nos options politiques !
      Aussi, je vous remercie de votre com ; l’amour de la vie, les bêtes, et la musique unissent les hommes ; la politique se situe dans un espace « de société » qui me paraît tout à fait inhumain.

      Une amie m’a dit : elle a son étoile !


    • Louve Louve 22 février 14:23

      @alinea

      Merci. 

    • rocla+ rocla+ 22 février 19:15

      @alinea


      Joli commentaire  Alinéa .

    • hunter hunter 23 février 10:27

      @rocla+

      et à Alinéa :

      Juste un très joli texte, je tenais à le dire !

      Bravo et merci !

      Adishatz

      H/


    • hervepasgrave hervepasgrave 23 février 21:16

      @alinea
      Bonsoir, Elle me plait celle -là :« ’J’ai remarqué que beaucoup plus de gens de droite que de gens de gauche aiment les bêtes. » Hum ! est-ce bien une histoire de droite ou de gauche ou je ne sais d’où d’ailleurs ? Peut-être faut-il avoir des moyens ,ou du temps pour s’en occuper ? C’est phénoménal la
      connerie humaine ,comment elle se vend le cul toute seule ! ,mais cestpasgrave !


    • alinea alinea 23 février 23:30

      @hervepasgrave
      Non ! tous les magazines, les associations, les SPA, c’est-à-dire quand ça devient professionnel, sont tenus ( et vous comprendrez que je n’ai pas fait de sondages, c’est juste une connaissance empirique) par des gens de droite !
      Bien évidemment, chacun chez soi, je ne peux m’en faire une idée !
      la droite et la gauche, au sens vraiment traditionnel du terme, celui qui nous a marqués, ça veut dire autre chose qu’un vote ; c’est une manière d’être au monde, une manière de s’envisager.
      Je ne peux pas développer ici, mais je ne me trompe pas !
      En tout cas, si on ne parle que de ce site, les personnes avec lesquelles j’ai partagé intérêt pour les chevaux ou les chiens, sont des gens d’extrême droite ! Cela ne veut pas dire que les autres n’aiment pas les bêtes, mais en tout cas ils n’en parlent pas !!


    • hervepasgrave hervepasgrave 24 février 20:46

      @alinea
      Bonsoir, ta réponse ne m’emballe pas du tout ! Les élections et autres fioritures ne sont pas pour moi une source fiable de renseignement. Note, belle dame que je parlais de moyens .Je n’ai pas dis d’ailleurs comment ils sont arrivés ,de matière toute cuite ou naturel , etc.Tu parles de tes chevaux et de ton parc,note pour une personne voulant être rebelle que cela ne colle vraiment pas.Moi personnellement j’ai un simple jardin.Avec le boulot de merde que j’ai eu je n’ai même pas pu avoir des poules et des lapins ! Mais si je n’en parle pas je met pas sur un pied destal cette chose bien que j’aime les animaux et qu’ils me le rende. Ce n’est pas une culture élitiste , c’est naturel sans autre prose.Alors c’est vraiment litigieux comme comparaison, c’est foireux au possible. Il ne faudrait pas que tu ais quelques pouvoirs ,tu ferais des conneries.Je ne doute pas que cela soit involontaire,mais la vie n’est pas un jeu ! cestpasgrave.


    • alinea alinea 25 février 00:00

      @hervepasgrave
      Ah, bon. Mes chevaux sont les chevaux de la manade, dont je m’occupe et qui travaillaient avec les taureaux avant ; ils ne me coûtent pas un rond parce qu’ils sont au pré toute l’année.
      Quelle connerie je ferais ?
      Pourquoi t’ai-je blessé ?
      Moi je ne possède rien qu’une minuscule maison avec une cour de trente mètres carré ; les terrains où sont mes chevaux ne sont pas à moi, on me les prête.
      Je suis vraiment désolée.


    • hervepasgrave hervepasgrave 25 février 18:45

      @alinea
      bonjour ,il ne faut pas être désolée,je ne le suis pas.Je retranscrit ce que j’ai lu et compris.Je suis carré dans ma manière de m’exprimer et j’avais l’impression de voir un mélange de valeur dans tes écrits,cestpasgrave !


  • Jacques_M 22 février 13:50

    Beaucoup d’émotion, alinea.

    J’ai perdu un chien, dans les mêmes conditions, il y a presque 50 ans et je m’en souviens encore.
    Je suis certain qu’il y a un paradis quelque part et qu’on les retrouvera un jour.


    • alinea alinea 22 février 14:04

      @Jacques_M
      Le paradis c’est notre cœur et notre mémoire ; nous les avons tous, nos bêtes, nos amis, nos parents ; le trou ne se referme jamais. C’est la peine qui s’estompe et la vie qui reprend mais la leçon reste ;nous sommes éphémères, nous faire la vie belle est plus précieux que nous battre.


  • Xenozoid Xenozoid 22 février 14:22

    no comments,


    si 1
    la vie c’est aussi/surtout le coeur

    • Xenozoid Xenozoid 22 février 16:08

      @Xenozoid

      aussi je voulais préciser, mon deuil passe toujours par brûler les photos,et le coeur fait le reste

      c’est ma façon
      j’en est vu pas mal partir.

      et pour dire j’ai pleuré

  • kalachnikov lermontov 22 février 14:41

    Je ne sais que te dire, frangine, je n’ai pas de mots en fait, je n’entends qu’une sorte de silence doux et résigné. Mais, bon, je voulais quand même t’adresser un petit signe et te dire que j’avais lu. Bise.


    • alinea alinea 22 février 14:52

      @lermontov
      Merci lermontov ; en rentrant des chevaux tout à l’heure sur la route, je pensais à toi et à ta générosité. Je crois qu’il n’y a que ça qui vaille dans le monde, et je n’oublie pas.


  • ZenZoe ZenZoe 22 février 14:42

    Article tellement émouvant que j’en ai presque les larmes aux yeux. Moi aussi j’en ai perdu des compagnons à pattes, et à chaque fois je me suis dit « au moins avec moi, cette petite bête aura été heureuse »....
    On se console comme on peut.


    • alinea alinea 22 février 18:43

      @ZenZoe
      C’est ce qu’on me dit pour me consoler, mais j’en suis si peu sûre !! J’ai l’impression qu’on passe toujours à côté de quelque chose quand on vit avec des bêtes,.mais ça dépend des bêtes ! Avec certaines tout paraît si simple et évident...


  • Pseudonyme Pseudonyme 22 février 15:28

    Je regardais les photos de mes chats, une hécatombe. Je n’attends rien d’eux sinon la peine terrible qui s’abat au moment où je suis le moins prêt. Le reste je leur donne comme peut donner un autiste, un psychorigide, un crétin, un humain quoi.... J’ai installé 2 hauts parleur ce matin pour leur passer des miaulements, des chants d’oiseaux, des bruits de la nature. Penny Lane s’est planquée et Alexandre s’en fout.

    .

    Je vais passer un peu de pluie en Mp3 en souvenir de ta chienne.


  • cevennevive cevennevive 22 février 15:33

    Alinea ma belle,


    Tu m’as fait pleurer. Tous ces sentiments, si bien dits dans ton texte, si bien exprimés. Les habitudes, les fatigues, les bonheurs, tout y est.

    Mon amour de chienne était bien plus précieuse qu’une amie. Elle séchait mes larmes d’un coup de langue tendre lorsque j’avais de la peine, et me regardait avec des yeux si pleins d’amour, le museau sur mon genou, que je revenais aussitôt à la vie grâce à elle.

    Et, presque quinze ans après son départ pour une autre dimension, j’ai encore un certain recul lorsque je pense qu’il est temps pour moi d’avoir un autre toutou.

    Mon amour de chat est mort l’été dernier, me laissant orpheline...

    Et je n’ai pas honte de dire que la perte de ces deux animaux chers à mon coeur, m’ont laissé un aussi grand vide que la perte d’un être cher.

    Bise à toi et à tes autres compagnons.


    • alinea alinea 22 février 15:51

      @cevennevive
      J’ai pensé à toi cevennevive, et j’ai espéré ne pas te blesser, comme on peut se plaindre d’un mal moindre et faire figure d’égocentrée.
      mais la peine de l’amour est le même, en profondeur et c’est toujours sur soi que l’on pleure.
      Serge, le véto, était assis sur la marche de pierre de l’escalier, j’avais la tête d’Erevan sur les genoux ; il l’a endormie, elle s’est laissée aller, et je n’ai pas vu l’autre, l’autre geste qui la tuait.
      Je n’ai rien pensé, elle était lourde et chaude sur mes cuisses, et c’était comme ça que ça devait être, il n’y avait pas d’autres choix.


  • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 22 février 16:09
    « Les peines légères s’expriment aisément ; les grandes douleurs sont muettes »

    Sénèque

    • alinea alinea 22 février 17:50

      @Sharpshooter - Snoopy86
      C’est vrai, je le dis d’ailleurs,(nos sens primitifs sont sans partage), une toute petite partie peut être dite, mais parfois, les mots sont ressentis par d’autres parce qu’ils touchent ce que eux aussi ont ressenti et le mot devient alors un déclic qui leur rappelle leurs émotions. Ainsi peut se faire un partage.


    • Louve Louve 22 février 18:58

      @Sharpshooter - Snoopy86


      Ouais ben... mes grande douleurs a moi elles sont pas muettes ! 

      Alors Sénèque, hein...

    • Cyrus cyrus 22 février 19:51

      @Louve
      Bonjour louve 


      En fait il y a deux Sénèque l’ ancien (son père , et le jeune son fils) , 
      l’ un était « rhétoricien » et peut être sénateur , l’ autre était stoïcien .
      Il peut s’ agir également s’ agir d’ une citation apocryphe .

      Peut importe la pensée correspond très bien au sujet a mon avis , Car alinéa a fait l’ effort de partager des sentiments qui reste souvent muet , et c’ est très courageux de sa part .

      Bonne soirée




    • Taverne Taverne 22 février 20:00

      @cyrus

      Le Sénèque stoïcien, c’est nec plus ultra.


    • Cyrus cyrus 22 février 20:17

      @Taverne

      J’ ai oublier de préciser que je n’ avais croisé que quelques extraits en terminal D , qui plus est je n’ était pas toujours aussi attentif qu’ il l’ eu fallut , c’ est en tout cas interessant de ’ y replonger un peu .

      Merci taverne 

    • Cyrus cyrus 22 février 20:24

      @cyrus

      Seneque le jeune , dans Phèdre ...la réponse était bien la puisque il s’ agit du stoïcien. .

    • Louve Louve 22 février 23:32

      @cyrus


      Et comme je dis toujours, s’il n’y a pas de chien au paradis, alors je choisirai l’enfer. 

    • Arcane Humphrey Binchié 22 février 23:42

      @Louve

      Cerbère vous en ouvrira les portes. :->


    • rocla+ rocla+ 23 février 08:13

      @Louve


      Senèqu’ un au revoir mes frères 

  • Jeekes Jeekes 22 février 16:39

    @ l’auteur
     
    OK pour l’ode à nos compagnons.
    Mais je ne vois pas bien ce que viens faire là-dedans ce vers de Brassens.
    D’autant plus qu’il est cité à contresens.

    « Ça fait cent sept ans que je n’ai pas vu la lune, chantait Georges Brassens, en racontant son amour pour une garce. »
     
    Parce que ça c’est complètement du n’importe quoi.

    Un, « Auprès de mon arbre », n’est en aucun cas le récit d’un amour pour une garce.
    Deux, cette chanson ne relate rien d’autre que les regrets d’avoir fait de mauvais choix de vie...

    D’ailleurs la citation est fausse, où au moins incomplète.
    Le texte original est celui-ci :

    Y’ a cent sept ans, qui dit mieux,
    Qu’ j’ai pas vu la lune !

    Et la chanson intégrale, c’est ça :

    J’ai plaqué mon chêne
    Comme un saligaud,
    Mon copain le chêne,
    Mon alter ego,
    On était du même bois
    Un peu rustique, un peu brut,
    Dont on fait n’importe quoi
    Sauf, naturell’ment, les flûtes...
    J’ai maint’nant des frênes,
    Des arbres de Judée,
    Tous de bonne graine,
    De haute futaie...
    Mais, toi, tu manque’ à l’appel,
    Ma vieill’ branche de campagne,
    Mon seul arbre de Noël,
    Mon mât de cocagne !

    Auprès de mon arbre,
    Je vivais heureux,
    J’aurais jamais dû m’éloigner de mon arbre...

    Auprès de mon arbre,
    Je vivais heureux,
    J’aurais jamais dû le quitter des yeux...

    Je suis un pauv’ type,
    J’aurai plus de joie :
    J’ai jeté ma pipe,
    Ma vieill’ pipe en bois,
    Qui’ avait fumé sans s’ fâcher,
    Sans jamais m’ brûler la lippe,
    L’ tabac d’ la vache enragée
    Dans sa bonn’ vieill’ têt’ de pipe...
    J’ai des pip’s d’écume
    Orné’s de fleurons,
    De ces pip’s qu’on fume
    En levant le front,
    Mais j’ retrouv’rai plus, ma foi,
    Dans mon cœur ni sur ma lippe,
    Le goût d’ ma vieill’ pip’ en bois,
    Sacré nom d’un’ pipe !

    Le surnom d’infâme
    Me va comme un gant :
    D’avecque ma femme
    J’ai foutu le camp,
    Parc’ que, depuis tant d’anné’s,
    C’était pas un’ sinécure
    De lui voir tout l’ temps le nez
    Au milieu de la figure...
    Je bats la campagne
    Pour dénicher la
    Nouvelle compagne
    Valant celle-là,
    Qui, bien sûr, laissait beaucoup
    Trop de pierr’s dans les lentilles,
    Mais se pendait à mon cou
    Quand j’ perdais mes billes !

    J’avais un’ mansarde
    Pour tout logement,
    Avec des lézardes
    Sur le firmament,
    Je l’ savais par cœur depuis
    Et, pour un baiser la course,
    J’emmenais mes bell’s de nuit
    Faire un tour sur la grande Ourse...
    J’habit’ plus d’ mansarde,
    Il peut désormais
    Tomber des hall’bardes,
    Je m’en bats l’œil mais,
    Mais si quelqu’un monte aux cieux
    Moins que moi, j’y pai’ des prunes :
    Y’ a cent sept ans, qui dit mieux,
    Qu’ j’ai pas vu la lune !


    • alinea alinea 22 février 17:36

      @Jeekes
      J’ai fait confiance à ma pulsion, et j’ai raccordé ce vers à :
      en ce temps temps là je vivais dans la lune, les bonheurs d’ici bas m’étaient tous défendus...et je tendais la patte aux chats perdus ah ah ah ah putain de toi, ah ah ah ah pauvre de moi !!!
      Mille excuses pauvre Jeekes


    • Jeekes Jeekes 22 février 17:47

      @alinea
       
      Bah, pourquoi des excuses ?

      J’ai juste réagit pour le contresens et le fait que je ne vois pas bien ce que Brassens vient faire là-dedans.

      Après, hein...


    • alinea alinea 22 février 17:54

      @Jeekes
      Le fait est que la lune est importante dans ma vie ; je la regarde chaque soir, même si elle n’est pas là, et je sais toujours où elle est, dans quel signe ; et je sais que Brassens parle souvent de la lune, ce fut juste une association que je n’ai pas pris la peine de vérifier, et qui fut une erreur ; d’où mes excuses.
      Et c’est vrai aussi que pendant ces presque quatre mois, je n’y ai pas pensé !!


  • Joseph DELUZAIN Joseph DELUZAIN 22 février 17:59

    Que vous dire ... oh et puis non, y ajouter mon commentaire n’apporterai rien de plus.

    Je voulais juste vous dire que j’ai beaucoup aimé.

  • Cyrus cyrus 22 février 18:16

    Juste une pensé pour vous ... vous avez entièrement raison de séparer politique et discussion de cœur.


    Raison également , de vous être posé la question des dernier instant ,certaine fois il faut rester la pour les rassurer , d’ autre fois il faut , savoir ne surveiller que de loin , pour ne pas les retenir trop longtemps par notre présence et rajouter de la souffrance a la mort.

    Je salut votre pensé a ce sujet qui me semble éthique , compassionnelle et adaptable.
    Enfin , même si le texte , m’ as parfois perdu a la première lecture , tellement il est riche de détails , de nom , il y a la de véritable émotion , A ressentir autant qu’ as lire.

    Bonne journée , et merci d’ avoir prit la peine de l’écrire.




    • alinea alinea 22 février 18:44

      @cyrus
      Merci à vous deux


    • alinea alinea 22 février 20:03

      @cyrus
      Je n’explique pas les noms, parce qu’ils n’ont aucune importance ! Claire est une femme merveilleuse, vétérinaire, ostéopathe, elle possède un ressenti de l’autre, par magnétisme et empathie, étonnant et fiable.
      Élo est une amie qui a un don avec les bêtes, surtout les chevaux, mais les chiens aussi ; ma chienne l’adorait.


    • Cyrus cyrus 23 février 10:03

      @alinea 


      Je doit également beaucoup a mon vétérinaire , qui as toujours fait au mieux pour l’ animal.
      Il y a souvent derrière leurs compétences , un engagement profond que j’ aimerais trouver chez d’ autres acteurs de la société (médecin , juge , policier , etc...).

      Ce magnétisme , cette faculté que vous décrivez est assez rare , Mais je l’ ais déjà également vu a l’ oeuvre. C’ est très certainement une richesse supplémentaire , pour un vétérinaire.

      Enfin quand je parlais de le/la laisser partir en s’ éloignant un peu ce n’ était en rien d’ une manière.
      J’ ais également perdu ma vielle chienne tanga un berger malinois, l’ année dernière , et j’ ais du faire attention a ne pas faire d’ acharnement thérapeutique , ni la laisser souffrir car elle voulais encore se lever et me suivre partout tout le temps alors même qu’ elle était a bout de force , si je restait tout le temps dans la même pièce . J’ y allais bien sur très régulièrement et en prenant le temps de rester avec elle.Elle est partie sur un battement de cœur ... Je n’ ais pas essayer de la ranimer , car le veterinaire nous avais bien montrer que le coeur était hypertrophier , compresser par les poumons a cause de ses 13 ans ...

      La mort , réclamait son du ...et ce depuis la naissance ...

      Bonne journée alinea

      Il n’ y as aucune critique négative dans mes propos désolé si je l’ ais mal formulé ou si cela parait ambigu.
      Vraiment de tout cœur avec vous sur ce sujet la .


    • alinea alinea 23 février 10:31

      Non cyrus, je n’ai pas vu de critique négative ; c’est vrai que les vétos sont plus humains que les toubibs , enfin, ceux que je connais !


  • aimable 22 février 18:20

    j’ai perdu 2 chiens l’un après l’autre mais avec l’âge ils m’ont quitté
    maintenant j’ai 5 chats dont 4 qui se sont invités et qui ont élu domicile, mon 1er est âgé 14ans donc pas de problème pour les 4 autres c’est moi qui suis âgé ;-/


    • alinea alinea 22 février 18:40

      @aimable
      Ma vieille chatte avait aussi 14 ans, elle ne pesait plus rien ; une nuit, elle est partie. Je sais comme meurent les chats. Il me reste six chats dont une ne rentre pas et une autre en catimini !!
      Mes chiennes sont toujours avec moi, ce qui n’est pas le cas des chats ou des chevaux..L’espace était rempli d’elles, et le rythme, et la vie !!


  • jmdest62 jmdest62 22 février 19:05

    Juste un salut cordial
    @+


  • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 22 février 20:07

    Merci pour ce très beau texte plein d’humanité.


  • Ciriaco Ciriaco 22 février 21:10

    Tout ce qui nous a touché nous laisse un héritage... merci pour avoir partagé ce lien, si vibrant. 


  • Ariane Walter Ariane Walter 22 février 21:28

    Quelle merveille ton texte. Puissant, bien écrit, émouvant.


     Les mots sont le couteau qui ouvre nos blessures et fait de notre sang des bijoux offerts à tous.

  • bonalors 22 février 21:46

    j ai tjrs pense que trop aimer les betes, avait un revers, le rejet de l humain bien qu on ait toutes les bonnes raisons pour rejeter l autre, l’humain en l occurence,, une bete parmis les plus sauvages
    Maintenant je respecte les betes car elles connaissent la souffrance, donc in fine, elles sont humaines, elles connaissent aussi donc la compassion,
    La seule reponse est celle du Christ, on doit se battre pour ce qui nous semble juste, alors entre nourrir mon chat et tous les enfants qui crevent de faim ds la poussiere, engendres par une multitude de cretins sexuees, j essaye de trouver la lueur d un espoir, elle se resume a un combat mais contre nous-meme, combat qui depasse de tres loin mon entendement, et probablement le votre

    Bien cdlt, le texte est tres bien ecrit et votre peine comme toute peine respectable.


  • Jean Keim Jean Keim 23 février 08:30
    Bonjour alinea,

    Devant l’affliction... la communion du silence.

  • Fergus Fergus 25 février 09:49

    Bonjour, Alinea

    Je n’avais pas eu le temps de lire ce texte plus tôt, mais je tenais à le faire à tête reposée. Et il le méritait, car au delà de nos petites chamailleries sur la politique, il aborde avec sensibilité la question, à mes yeux essentielle, des rapports à l’animal.

    Or, quiconque est incapable de sentiment pour un animal est à mes yeux une personne suspecte car foncièrement dénuée de ce qui fait notre humanité : on aime un animal pour ce qu’il est, spontanément et sans calcul, et cela définit mieux qu’un long discours ce que nous sommes foncièrement.

    C’est un bien bel hommage que tu rends là non seulement aux chevaux et aux chiens, mais également en filigrane à tous les animaux de rencontre, qu’il s’agisse d’un chat domestique que l’on caresse quelques instants, d’un renard dont on observe les ruses de chasse dans une clairière, ou bien encore d’un faucon crécerelle dont on admire le vol stationnaire puis le piqué vers les chaumes où tentent de se cacher les mulots.

    Merci à toi pour ce texte intemporel qui nous ramène à l’essence de la vie, loin des turpitudes de notre temps.


Réagir