samedi 4 février - par Philippe Huysmans

Vous avez dit Confusionnisme ?

Dans ce petit dossier thématique, j'aborderai le phénomène du confusionnisme, ou plus précisément de ses pourfendeurs autoproclamés, pour en montrer l'inanité, voire les dangers.

Définition

Fait d'entretenir la confusion dans les esprits et d'empêcher l'analyse objective des faits. (source : Larousse)

A cette définition, le CNRTL ajoute en clin d'oeil une remarque qui ne manque pas de sel :

Que de gens, même cultivés, seraient à la lettre malades, s'ils ne remplaçaient les mots d'origine par des néologismes informes, les locutions saines par des façons de parler incongrues, dont le ridicule même finit par leur échapper ! On me cite cette phrase d'un ancien ministre : « La guerre a aggravé au centuple le confusionnisme préexistant » (...) je vous demande un peu ce qu'il y a de plus dans confusionnisme que dans confusion`` (A. Hermant, Les Samedis de M. Lancelot, Paris, Flammarion, 1931, p. 246). (source : CNRTL)

On le voit, cette définition nous ramène forcément à celle du mot confusion

Action de confondre, de prendre quelque chose ou quelqu'un, pour quelque chose, quelqu'un d'autre ; erreur, méprise : Ce malentendu était dû à une confusion de noms. (Source : Larousse)

Et l'on infère naïvement que le sens prêté à confusionnisme serait ici équivalent à l'expression semer la confusion.

Voyons à présent la définition que nous en donne Ornella Guyet, référence en la matière et animatrice du site confusionnisme.info

Le confusionnisme politique est ce phénomène qui conduit sur certains sujets des groupes et individus appartenant à des spectres a priori opposés du champ politique à s’allier pour des raisons opportunistes mais aussi parce qu’ils parviennent sur ces sujets précis à se trouver et à développer des bases idéologiques communes. Les thématiques touchées par le confusionnisme couvrent à peu près l’ensemble des débats politiques possibles : relations internationales et question européenne, santé, écologie et même luttes sociales, cette liste n’étant pas exhaustive. Le confusionnsime politique peut relever d’une stratégie mûrement réfléchie (c’est notamment souvent le cas à l’extrême droite) comme il peut aussi être le fruit de l’ignorance ou de la naïveté de certains militants (notamment à gauche).

Historiquement, on peut situer les débuts de ce phénomène en France à la fin du 19e siècle. Il a par la suite connu, selon les moments et les pays, des périodes de flux et de reflux. On assiste aujourd’hui à l’émergence d’une véritable internationale confusionniste, qui se structure à l’échelle mondiale grâce aux nouvelles technologies de télécommunications et trouve dans certains pays des relais politiques, diplomatiques et médiatiques non négligeables. Quoique difficile à quantifier, on peut penser que le phénomène reste en tout cas en France encore marginal, mais qu’il tend à se développer à l’aune de la crise économique, sociale, écologique et politique que nous traversons, bénéficiant d’importants relais sur Internet mais aussi, de plus en plus, dans le champ médiatique dominant.

Alors que la pensée de droite, conservatrice et réactionnaire tant à devenir hégémonique, contaminant de larges pans de la gauche et trouvant des échos jusque parfois dans ses franges les plus radicales, il est bien entendu que ces porosités confusionnistes que d’aucuns qualifient de « rouges-brunes » profitent essentiellement aux groupes de droite et d’extrême droite impliqués dans ces alliances et à l’idéologie qu’ils entendent promouvoir, y compris au sein de zones du champ politique qui leur étaient jusque là inaccessibles.

S’appuyant souvent sur une vision conspirationniste du monde, le confusionnisme politique est également favorisé par le développement des théories du complot, en même temps qu’il contribue à les relayer. L’implication sur certains sujets de groupes et d’analyses relevant plus du domaine de la croyance religieuse, voire de la dérive sectaire, est enfin à souligner.

Et là, du coup, ça devient vraiment confus, parce que ce qu'elle appelle confusionnisme n'est rien d'autre que le très classique « emprunt idéologique », et c'est aussi vieux que la politique contrairement à ce que Mme Guyet essaie de nous faire avaler. Et le procédé n'a rien de condamnable en soi. Il ne fait que refléter la diversité et la nuance des opinions.

D'une manière générale, « ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément » (N. Boileau). Quand, pour définir l'acception d'un mot, on vous présente un pavé de presque 2.500 caractères, vous pouvez être bien sûr d'une chose : on essaie de vous enfumer. D'ailleurs, dès le deuxième paragraphe, ça part littéralement dans la stratosphère : internationale confusionniste, relais politiques displomatiques et médiatiques (mais inquantifiables). Porosités confusionnistes « rouges-brunes », et puis l'incontournable conspirationnisme, véritable terreau du confusionnisme.

Les objectifs

Une fois encore, je me référerai au site confusionnisme.info, pompeusement baptisé « Observatoire du confusionnisme politique »

Pourquoi ce site ?

Confusionnisme.info a pour but d’informer sur le confusionnisme politique. (...)

Quelle est la ligne éditoriale de Confusionnisme.info ?

Il est bien entendu que ce site n’a pas vocation à rester neutre sur un tel sujet. Considérant en effet qu’il s’agit là d’un phénomène extrêmement dangereux pour l’ensemble des mouvements et idées dits progressistes, Confusionnisme.info assume une ligne de combat contre le confusionnisme politique.

Quelle est sa politique de modération ?

Confusionnisme.info n’a certainement pas non plus vocation à offrir des tribunes aux confusionnistes, la tendance à spammer et à exiger à tout va des droits de réponse étant une stratégie de harcèlement bien connue des confusionnistes soucieux de déstabiliser leurs adversaires. De toute façon, ceux-ci ont bien assez de leurs propres médias pour nous répondre sans qu’il soit nécessaire de leur donner la parole ici et donc de contribuer, même indirectement, à diffuser leurs idées.

A ce titre, tous les commentaires faisant la promotion du confusionnisme politique, du conspirationnisme, d’une orientation religieuse, d’une idéologie conservatrice, réactionnaire ou d’extrême droite et bien entendu tous les propos à caractère injurieux, diffamatoire, raciste, anti-LGBTI ou sexiste seront modérés, de même que seront neutralisés tous les liens pointant vers des sites affichant une ou plusieurs de ces orientations. Seuls seront acceptés les commentaires portant des interrogations sur les sujets traités, apportant des précisions aux informations diffusées ou développant des analyses et préoccupations voisines des nôtres.

Si je comprends bien, il s'agit « d'informer » mais en pratique, on assume une « ligne de combat contre le confusionnisme politique ». Et très logiquement, sans aucun débat contradictoire. La démocratie, dans ta gueule.

Les méthodes

Tous ces sites partagent la même propension à dresser des listes[1] de personnes et de sites dont ils ont décidé qu'elles diffusaient des écrits jugés confusionnistes. Ou conspirationnistes. Ou tout ce que vous voudrez pour peu que ça termine en -iste et que cela aie une connotation bien péjorative. À vrai dire, la plupart d'entre-eux sont parfaitement infoutus de faire la différence, de toutes façons. L'important, c'est la liste ! Il s'agit de la liste de ce qu'il ne faut surtout, surtout ne jamais lire.

Ils font des beaux petits visuels, aussi, censés montrer les liens absolument irréfutables qu'il peut y avoir entre des personnes, ou des partis politiques. Avec plein de couleurs, et forcément beaucoup, beaucoup de flèches.

Comment ces listes sont-elles établies ?

Eh bien c'est très simple : ils observent ! Ils catégorisent ! Tout doit rentrer dans sa petite case, et nulle part ailleurs, sinon c'est immédiatement classé confusionniste rouge-brun puant. Un homme politique qui défendrait la vision d'un État souverain ? Caca, c'est du nationalisme beurk, presque aussi grave qu'Adolf himself. Un journaliste de gauche qui s'aviserait de défendre la cause palestinienne ? Un putain d'antisémite de base ! 

En pratique, ça va nettement plus loin encore, il semblerait que le confusionnisme soit une sorte de maladie virale extrêmement contagieuse qui s'attraperait même via des liens internet. En fait, tout lien, réel ou supposé entre un individu et un autre qui aurait déjà l'honneur de figurer sur la liste tient lieu de parrainage !

Un petit exemple assez éloquent qui m'avait fait beaucoup rire

Maxime Vivas, qui avait été quelque peu surpris et outré de retrouver son site, Le Grand Soir sur la liste d'un site antifa avait posté ceci en commentaire :

Si l’antisémitisme est un délit et pas une opinion, l’accusation non étayée d’antisémitisme est aussi un délit. Ne soyez pas surpris le jour où vous recevrez du papier bleu et où vous sera demandé un dédommagement à la hauteur de vos calomnies. (14.02.2015 : 10h58)

La réponse, sous forme de « mise au point » vaut son pesant de cacahuètes, mais le premier paragraphe, est un petit chef-d'oeuvre à lui tout seul.

Nous avons noté la réaction outrée et menaçante de Maxime Vivas dans les commentaires de la Liste non exhaustive des sites conspirationnistes et confusionnistes peu après sa publication, et, à vrai dire, nous nous en sommes amusés. Le Grand Soir souffrira toutes les peines du monde à prouver qu’il n’est pas antisémite.

Donc en gros, ils accusent un journal d'antisémitisme, et quand on leur fait remarquer que la calomnie et la diffamation sont punissables par la loi, ils considèrent que c'est « menaçant » et que ce sera au journal de prouver qu'ils ne sont pas antisémites. Je trouve que c'est assez révélateur de leur méthodes.

Qui se cache derrière ces sites ?

C'est à dessein que j'utilise la formule « se cache » parce que dans 99% des cas à l'exception de Mme Guyet, les éditeurs responsables de ces sites sont des courageux anonymes. Aucun article signé, la plupart du temps ils ne sont même pas datés, c'est écrit avec les pieds et au diable les sources fiables. On se référence les uns, les autres comme si cela pouvait donner quelque légitimité à leurs écrits ? Les mêmes méthodes, très exactement que celles des sites qui relaient des fausses nouvelles.

Et même dans le cas d'Ornella Guyet, il semble que celle-ci n'ait pas dédaigné à l'occasion d'écrire sous le pseudo de Marie-Anne Boutoleau afin de cracher son venin sur Le Grand Soir alors que sous son vrai patronyme, elle entretenait avec eux des échanges amicaux. (Source : Silvia Cattori)

À cet égard, l'article publié par l'UPR sur Ornella Guyet et ses rapports intriguants avec des cercles d'influence américains est instructif. Peu de chances que François Asselineau s'y serait risqué à publier quoi que ce soit qui pourrait être attaquable.

Leur influence, bien au delà de leur popularité

Leur influence est indéniable, elle est aussi inexplicable, comme nous le verrons. Oh bien sûr, ils disposent de puissants relais notamment dans la presse mainstream qui les mettra en avant chaque fois qu'ils le peuvent. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis, c'est ce que l'on appelle une convergence d'intérêts. Le pouvoir aussi les instrumentalise pour pouvoir justifier de lois toujours plus liberticides et attentatoires à la liberté d'expression.

Mais si l'on y regarde de plus près, on peut se poser quelques questions tout de même ! Ce site est en état de mort clinique, ne publie pratiquement rien, et quand ils publient, personne ne les lit. 

Confusionnisme.info - page facebook : 1.893 likes

  • 23.04.2016 (Article épinglé)
    Ruffin et Lordon, une nuit à dormir debout
    45 likes - 15 partages
  • 27.05.2016 (Lien)
    Demain à Alès (Gard) : discussion sur le complotisme et le confusionnisme politique
    14 likes - 1 partage
  • 25.01.2016 (Article)
    Iran : Rassemblements contre la venue d’Hassan Rohani en France
    13 likes - 3 partages

Le problème

Ce qui me choque ici, c'est que des gens puissent accepter de remplacer leur esprit critique par une liste, même pas écrite par eux. Renoncer à leur propre analyse en faveur d'une collection d'anathèmes lancés par on-ne-sait qui, poursuivant des agendas dont on ne sait rien.

Avez-vous songé une seconde qu'avec de pareilles méthodes d'association, on pourrait mettre à l'index la totalité des médias, la totalité des personnalités politiques ou d'opposants ? Vous ne voyez pas la ficelle ?

Notes

  • [1]  L’Index librorum prohibitorum (Index des livres interdits), aussi appelé Index expurgatorius, Index librorum prohibitorum juxta exemplar romanum jussu sanctissimi domini nostri, est un catalogue instauré à l'issue du Concile de Trente (1545-1563). Il s'agit d'une liste d'ouvrages que les catholiques romains n'étaient pas autorisés à lire, des « livres pernicieux », accompagnée des règles de l'Église au sujet des livres. Le but de cette liste était d'empêcher la lecture de livres jugés immoraux ou contraires à la foi. Depuis la « Notification de la suppression de l'index des livres interdits », émise par le Vatican en 1966, cet index perd son caractère obligatoire et n'a plus valeur de censure, même s'il reste un guide moral. (Source : wikipedia)

Lien vers l'article original sur le site du Vilain Petit Canard



36 réactions


  • phan 4 février 18:32

    Quand le sage montre la lune, l’idiot, lui, regarde le doigt. Citation attribuée à Confucius
    Celui qui s’endort avec le cul qui gratte se réveille avec le doigt qui pue. Citation attribuée au Colutionisme.


    • manu manu 4 février 19:26


      Donc si je comprend bien il suffit à un faux « rebelle » de demander à Ornella Guyet de l’attaquer pour passer pour un vrai « rebelle », par simple déduction manichéenne.

      Si les méchants déguisés en gentil m’attaque c’est que je suis un gentil, ... ou que je connais un peu le système.

      En Belgique ils en pensent quoi de l’UE ?


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 4 février 19:49

      @manu

      Oh ce que j’en disais c’était juste pour montrer la duplicité (avérée) du personnage, sans plus. Je ne suis pas juge de la pureté des intentions de chacun. Toutefois, si je m’en tiens à ce qu’elle écrit, elle n’est clairement pas de mon bord.

      La Belgique est un des pays fondateurs de l’UE, tout comme la France. Et comme tous les pays fondateurs, nous sommes aujourd’hui parmi les plus critiques à son endroit, parce qu’on a compris, comme les autres, qu’on nous a menés en bateau.

      En fait la Belgique n’est pas bien différente de la France, la langue y est pareille (sauf en Flandre et dans les cantons germanophones), la culture tout pareil, et si vous allez à Tournai par exemple, vous vous croirez à Lille tellement même l’accent y est le même.

      La politique de la Belgique ne saurait pas être indépendante d’un aussi grand voisin, c’est une évidence. C’est pour cela que j’écris énormément sur la situation en France parce que je sais bien qu’elle conditionnera également la situation chez nous. Un peu la même relation qu’entre la Belgique et le Luxembourg, si vous voulez :)


    • phan 4 février 21:14

      @Philippe Huysmans
      Bonjour,
      Que pensez vous de ces 2 sites :

      Observatoire des Mensonges d’Etat
      et
      Observatoire du néo-conservatisme


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 février 21:32

      @Philippe Huysmans
      Bonjour
      Merci pour cet article, il est plus simple d’expliquer que les sites antifa défendent bec et ongles la mondialisation, l’Europe des banksters, les néo cons et ses annexes socialistes, la mafia Killary et autres Soros...

      Ils détestent : la Nation, la souveraineté, l’indépendance, le Brexit, le Frexit, tous les EXIT, Poutine et Trump !

      Toute cette bande de fous de guerre et de malfaisants sont aujourd’hui en panique, leur chère Killary n’a pas été élue, ils essayent de nous vendre Macron à la place !
      Je vous laisse lire le commentaire que j’ai laissé sur le billet de Bruno Guigue à ce sujet.

      PS : Je crois qu’il y a en Belgique un mouvement semblable à l’ UPR...
      Il propose la sortie de l’ UE par l’article 50.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 février 21:39

      @phan
      Des sites qui doivent faire partie de ceux qu’il ne faut pas fréquenter, non ?

      Ils ont fait une liste des sites « complotistes, conspirationnistes » à ne surtout pas fréquenter... !!
      Ces andouilles ne se rendent même pas compte qu’ils font découvrir des sites à des gens qui ne les connaissaient pas ...


    • JL JL 5 février 10:48

      @phan

       
       Là où le sage montre la Lune, le confusionniste montre son doigt.

       
       Ainsi cette valeureuse journaliste de radio qui disait l’autre jour : ’’La mortalité par cancer est plus élevée chez les hommes que chez les femmes, mais les femmes sont en train de rattraper leur retard’’ ! 
       
       Cette journalienne faisait comme Mr Jourdain de la prose, du confusionnisme sans le savoir.
       
       

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 5 février 16:17

      @phan

      Anti-cons je connaissais déjà, je trouve que c’est pas mal fait du tout, le seul point que je regrette, c’est qu’il me semble que c’est anonyme ? Ou me trompe-je ?

      Parce qu’en tel cas, ça va pas bien loin. Cela revient à jouer le même jeu que les antifas, qui se cachent la plupart du temps derrière l’anonymat.

      Donc du coup, par effet de rebond, cela enlève de la crédibilité aux auteurs. C’est d’autant plus dommage que leur contenu est valable. 

      My two cents smiley


    • JL JL 5 février 18:37

      @Philippe Huysmans


      ’ jouer le même jeu que les antifas, qui se cachent la plupart du temps derrière l’anonymat. Donc du coup, par effet de rebond, cela enlève de la crédibilité aux auteurs.’’
       
       Parce que vous croyez qu’il suffit de mettre un nom en signature pour que l’article soit plus crédible ?
       
       Du coup, c’est vous qui manquez de crédibilité.

    • phan 5 février 18:41

      @Philippe Huysmans

      Observatoire du NéoConservatisme
      Cet auteur n’a pas encore renseigné sa description, son dernier article date du 13/12/2016 :
      Abdallah d’Arabie saoudite et Fidel Castro : traitements médiatiques antagonistes
      Vous pouvez poser la question lors de son prochain article.
      Concernant OG, voir son article Ornella Guyet : L’archétype de la désinformation
      Il y a aussi 2 articles intéressants sur AV :
      «  La traque aux conspis » : contre-enquête sur le documentaire de Thomas Huchon
      Réponse de ReOpen911 à Spicee : attention, ça va piquer

      ReOpen911, sans décone x, classé par les contorsionnistes.info comme conspi !


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 4 février 21:28

    Arrêtez de « confusionner », y’a DECODEX maintenant smiley


  • leypanou 4 février 22:45

    C’est toujours utile de connaître le parcours des gens pour savoir à qui on a à faire.

    Illustration : une fois qu’on sait qui est Ornella Guyet, on sait donc à peu près à quoi s’en tenir. Quiconque est au courant de ce qui s’est passé entre LeGrandSoir et elle, ou encore F Asselineau et la même ne peut plus se faire avoir (cf aussi la réflexion d’un journaliste du Monde diplomatique, du temps où elle voulait absolument « se positionner » ou encore acrimed où elle a été membre un certain temps).

    Elle a même écrit quelques articles sur CQFD et quiconque a lu l’article de CQFD sur la Syrie ne peut que déplorer le positionnement de ce journal.

    L’observatoire du conspirationnisme aussi est de la même veine.


  • JL JL 5 février 10:53
    Bel article, bien qu’un peu surchargé à mon goût.
     
     J’ai noté ce passage savoureux :
     
    ’’ ils accusent un journal d’antisémitisme, et quand on leur fait remarquer que la calomnie et la diffamation sont punissables par la loi, ils considèrent que c’est « menaçant » et que ce sera au journal de prouver qu’ils ne sont pas antisémites. ’’
     
    A mon avis, on est au-delà du confusionnisme lequel suppose un certain respect de la réalité.
     
     Barjavel disait que les politiques font d’un fait vrai un mensonge. Quand on crée sa propre réalité, la vérité n’existe plus.

  • Scual 5 février 12:32

    « Ornella Guyet, référence en la matière et animatrice du site confusionnisme.info »

    Effectivement comme l’a bien démontré le site legrandsoir, Ornella Guyet est une référence en matière de confusionnisme.

    Je vous invite à vous renseigner avant de croire tout ce que vous lisez...


  • rogal 5 février 16:10

    Une bonne dénonciation.
    Voir aussi celle de Cinquième Colonne.


  • Hervé Hum Hervé Hum 6 février 13:27

    Plutôt déçu du contenu de l’article qui finalement parle bien peu du confusionnisme en dehors de rappeler une définition elle même très réductrice.

    Le confusionnisme est un art, dont les rouages sont infiniment simples à leur base, mais permettent une infinité de variations.

    Le premier qui a essayé de s’attaquer au problème, sans y voir un esprit malsain, est Alfred Korzybsky, qui développa ce qu’il appela « la sémantique générale ». Qui malgré tout, n’évita pas la confusion.

    Avec une citation devenu fameuse, « la carte, n’est pas le territoire ».

    Bref, vous avez dit confusionnisme pour finalement n’en rien dire, sinon que certains prétendent le dénoncer pour mieux le défendre. Mais avait t’on besoin d’un article pour le savoir ?

    L’art du confusionnisme est vieux comme Babylone. Dans la Grèce antique, Aristote et Platon les appelaient les sophistes. Sauf qu’eux même n’hésitaient pas à en faire usage quand leur intérêt l’exigeait. En fait, tout le monde en use, moi le premier, certains en abuse, mais je n’en connais pas qui en font pas usage. J’ai 51 ans, et de mémoire, je n’ai pas souvenir d’en avoir connu une seule personne qui n’use pas de la confusion comme moyen pour ne pas abandonner un vice qui lui tient à coeur. Pour pouvoir soutenir un raisonnement et son contraire sans devoir choisir entre l’un et l’autre.

    Vous êtes informaticien, ce genre de pratique y est strictement interdite, car le résultat est que votre programme ne fonctionnera pas, mais imaginez que vous appliquiez la même rigueur logique à votre raisonnement personnel ? Vous ne voudrez plus être informaticien !


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 6 février 13:47

      @Hervé Hum

      Ce que je dénonce c’est l’art d’appeler par un néologisme ridicule une pratique parfaitement anodine et vieille comme la politique. Faire siennes certaines idées d’autres.

      C’est tout ce que les antifas poussés dans le dos par des gens comme Soros, avec la bénédiction du pouvoir en place ont trouvé pour cliver l’opposition, et la décrédibiliser.

      À vous lire on croirait le confusionnisme « complexe », un véritable problème de sémantique... En réalité vous brassez du vent, sauf votre respect.

      Et accessoirement, la définition de sophisme ne cadre absolument pas avec « confusion » sauf dans le sens où il s’agit en fin de compte de semer la confusion dans l’esprit de votre interlocuteur. Un peu comme vous, en somme. smiley

      Bien à vous,


    • phan 6 février 14:34

      @Hervé Hum
      La démarche d’informaticien de l’auteur est tout à fait louable !
      Dans le domaine de la théorie de l’information : distinction entre l’information et le bruit
      L’information chemine à travers un canal matériel/énergétique : fil téléphonique, onde radio, etc. Or, dans son cheminement, l’information rencontre du bruit. Le bruit est constitué par les perturbations aléatoires de toutes sortes qui surgissent dans le canal de transmission et tendent à brouiller le message.
      L’information est liée à la vérité et le mensonge est lié au bruit généré par la confusion des fausses informations.
      En termes simples, moins une observation est probable plus elle est porteuse d’information. Par exemple, lorsque le journaliste commence le journal télévisé par la phrase « Bonsoir », ce mot, qui présente une forte probabilité, n’apporte que peu d’information. En revanche, si la première phrase est, par exemple « La France a peur ! », sa faible probabilité fera que l’auditeur apprendra qu’il s’est passé quelque chose, et, partant, sera plus à l’écoute.
      On ne demande pas à un informaticien d’étudier le sophisme, mais par contre étudier le paradigme de Claude Shannon et Warren Weaver qui sont ingénieurs en télécommunication et se préoccupent de mesurer l’information pour en déduire les fondamentaux de la Communication (et non une théorie de l’information). Dans Théorie Mathématique de la Communication en 1948, ils modélisent l’information pour étudier les lois correspondantes : bruit, entropie et chaos, par analogie générale aux lois d’énergétique et de thermodynamique. Leurs travaux complétant ceux d’Alan Turing, de Norbert Wiener et de John von Neumann (pour ne citer que les principaux) constituent le socle initial de la théorie du signal et des « Sciences de l’Information ».


    • Hervé Hum Hervé Hum 6 février 17:15

      @Philippe Huysmans

      Relisez moi bien, je commence par écrire « Le confusionnisme est un art, dont les rouages sont infiniment simples à leur base, mais permettent une infinité de variations. »

      Vous êtes informaticien et vous savez donc que fondamentalement, l’informatique n’utilise que les symboles 0 et 1. Rien de plus simple et pourtant, on arrive à un monde d’une complexité que vous êtes censé connaitre. Etrange donc que vous niez ce qui fait votre métier !!!

      Seriez vous dans la confusion la plus élémentaire qui soit et ce, juste en partant de quelques mots, juste avec un tout petit peu de sémantique ?

      Troublant non, que vous avez pas été capable de faire la relation de causalité et où vous vous contredisez vous même. Comment l’expliqueriez vous cher Philippe ?

      Je vous l’ai pourtant écrit, si vous appliquez dans votre raisonnement personnel, la même rigueur que la logique informatique, eh bien, vous cessez d’être informaticien, parce que vous ne pourrez plus supporter votre manière de cogiter et de vivre. Or, vous êtes informaticien pour vivre et non l’inverse, enfin, c’est ce que je vous souhaite. Donc, vous séparez strictement l’un de l’autre pour pouvoir vivre dans la contradiction, la confusion, sans que cela vous soit insupportable. Et même être persuadez de ne pas vivre dans la confusion. La contradiction est un élément de la confusion, pas l’inverse. Mais bon, je vais pas vous l’expliquer ici.

      Et désolé, la définition de sophisme cadre parfaitement avec l’art du confusionnisme, puisque le but est strictement le même, tromper son interlocuteur. Sauf que le sophisme est un cas particulier du confusionnisme, en cela, qu’il vise seulement son interlocuteur, alors que la confusion vise aussi la personne qui émet un sophisme, consciemment ou non. Vous venez d’en faire l’expérience !

      Alors oui, il y a de la complexité, qui comme toute complexité, commence par la simplicité la plus élémentaire, soit, la dualité.

      Aussi, vous vous avancez un peu vite dans votre conclusion, mais bon, vous ne m’avez pas encore lu, donc, je vous accorde qu’en l’état vous pouvez le penser.

      Bien à vous


    • Hervé Hum Hervé Hum 6 février 17:31

      @phan

      Les personnes qui vous servent de références sont de grands savants dans leur domaine respectif, je n’ai aucun doute là dessus, mais je parle de sémantique générale et là, l’approche est différente.

      Je ne m’étendrai pas plus...


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 6 février 20:38

      @Hervé Hum

      Monsieur, je suis informaticien, et alors ? Vous pensez que ma logique se limite à compter les bits à 1 et les bits à 0 ?

      Je vais vous expliquer très clairement, en un exemple ce qu’est le confusionnisme, ou plus exactement la technique de sophistique qui consiste à classer quelqu’un de confusionniste/conspirationniste.

      Parce que oui, il s’agit d’un vulgaire sophisme ad hitlerum, à la base. Vous connaissez l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours, donc vous êtes un ours, ou du moins pensez comme lui : beurk.

      Vous avez vu cette merveilleuse invention, le Decodex qui permet au Monde, ce pharos destiné à guider les aveugles au pays de l’information, qu’elle soit bonne ou inbonne ?

      Bon, alors pour cercledesvolontaires.fr (classé rouge), nous avons :

      "Un site qui dit vouloir proposer un média « non-partisan et résistant face au système ». Il relaie des informations de sources variées dont de nombreuses théories conspirationnistes émanant d’auteurs comme Michel Collon ou Pierre Jovanovic.« 

      Et si nous chaînons vers michelcollon.info (classé tout aussi rouge), nous avons :

       »Un site alimenté par Michel Collon, militant anti-américain et antisioniste, proche des positions du conspirationniste Thierry Meyssan."

      Okay là c’est clair ? Le cercle est classé rouge parce qu’il relaie des textes de Collon... qui lui même aurait relayé des textes de Meyssan. Vachement contagieux, dis-donc !

      La messe est dite.

      Le reste n’est pas de la sémantique, c’est du bruit de fond, sans aucun argument construit. On pourrait pondre 400 pages de prose comme ça avec un générateur de langue de bois.

      Moi je peux accepter de vivre avec l’idée qu’un Julien Salingue puisse faire des très bons articles pour Acrimed et de la merde sur son blog. Je peux vivre avec l’idée qu’un homme politique reprenne certaines des idées de la droite, de la gauche ou de l’extrême centre si elles sont bonnes. Je crois à la diversité humaine qu’on peut regretter, qu’on peut encenser, mais qu’on ne peut ignorer au risque de se déconnecter de la réalité.

      Bref, je fais partie de ces emmerdeurs qui refuseront jusqu’à leur dernier souffle de rentrer dans vos petites cases, et jusqu’au bout, de le crier sur tous les toîts.

      Bonne soirée,


    • Hervé Hum Hervé Hum 6 février 22:31

      @Philippe Huysman

      Je vous reproche pas d’être informaticien, simplement de vous faire remarquer que si vous appliquiez la même rigueur dans vos raisonnement personnels, donc touchant à votre vie personnelle et à vos opinions politiques, eh bien, vous vous trouveriez très rapidement face à des contradictions insurmontables et ne pourriez pas le supporter. Le cerveau a donc mis en place des garde fous, celui de séparer les relations de causalités, vous permettant de penser une chose et son contraire, selon votre volonté et non pas selon la rigueur logique.

      J’ai pris soin de vous dire que je connais personne, moi y compris, qui soit capable d’une telle rigueur absolue. Sauf Dieu ou un esprit pur.

      Perso, des quelques analyses de Michel Colon que j’ai écouté, je les aient trouvés d’excellente qualité et d’une rare honnêteté intellectuelle. Qui n’ont rien d’anti américain ou anti sioniste, mais anti manipulation des dirigeants US ou autres. Par contre, Meyssan et Jovanovic m’intéressent pas du tout. J’y vois surtout des opportunistes.

      Enfin et pour finir, pour savoir s’il y a conspiration ou non, le test est très facile et infaillible, il suffit de dire s’il y a secret ou non dans le processus de prise de décision. Or, comme tout gouvernement fonctionne sur le principe du secret de son processus de prise de décision, tout gouvernement est par nature conspirationniste. Pour qu’il ne soit plus soupçonnable de conspiration, il lui faudrait être totalement transparent dans le processus de décision, mais alors, il ne pourrait plus agir de la même manière. L’argument du secret d’Etat étant fallacieux et relève, lui aussi, du confusionnisme. Ensuite, la technique de renverser la proposition en dénaturant les accusation de conspiration, consiste à « noyer le poisson ».

      Saint Just, qui avait bien analyse la chose, voulait séparer le conseil des ministres, des ministres eux mêmes. C’est à dire, limiter le rôle des ministres à celui d’exécutant et le rôle de conseil à un cortège d’élus départementaux, donc, surveillant les ministres et placé en intermédiaire avec l’assemblé nationale. Or, Saint-Just comme Robespierre, qui étaient des justes parmi les justes et de véritables honnêtes hommes, ont eut la tête coupé et depuis lors, les ministres se conseillent eux mêmes et ce, dans le plus grand secret. Quant à l’histoire officielle, elle a reconnu de Robespierre le dictateur de la terreur et en Saint-Just,« l’ange de la terreur », alors que c’étaient les seuls démocrates et les seuls qui défendaient les droits des pauvres. Ce genre de confusionnisme, consiste à faire passer des justes pour des tyrans et des tyrans pour des justes. Tel un Voltaire, qui était tout, sauf un humaniste, mais l’exact contraire et un sophiste d’une très grande intelligence. Sa morale était toute contenu dans cette phrase « un pays bien organisé, est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourrit par lui et le gouverne ». A sa mort, sa fortune se comptait en milliard d’Euros d’aujourd’hui ! Etc...

      Mais nous sommes toujours dans une vision très réduite de la technique du confusionnisme.

      Bonne soirée


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 7 février 09:16

      @Hervé Hum

      Contradictions insurmontables : Euh, non, bien au contraire, je n’essaye pas de dissocier la réalité tangible de l’analyse, moi, ce qui fait que je suis nettement plus à l’aise que vous, apparemment pour assumer mes raisonnements. Cela s’appelle l’absence de dissonance cognitive qui semble bien être obsessionnelle chez vous.

      Les Complots : Frank Lepage l’avait résumé d’une formule lapidaire... Il y a deux erreurs, la première c’est d’en voir partout, la seconde c’est de n’en voir nulle part. Je ne peux pas mieux dire.

      Michel Collon : est un brave homme, tout simplement. Des opinions très ancrées à gauche, un goût prononcé pour la justice, et c’est un infatiguable adversaire de la propagande de guerre dans laquelle nous baignons depuis des décennies. Et en effet, il n’est pas antisémite, mais bien antisioniste dans son acception de « colonialiste ».

      Thierry Meyssan : on aurait tort de le prendre pour un imbécile, et c’est lui le premier qui a constaté des anomalies dans la version officielle du 11 septembre. Sur cette question toutefois, j’ai la même opinion que M. Collon. C’est pour moi un problème subsidiaire, voire périphérique qui n’a aucune conséquence sur notre vie de tous les jours donc je me fiche parfaitement de savoir ce qui s’est passé ce jour-là. La seule chose que je sais, c’est que la version officielle ressemble à une histoire à dormir debout. Peut-être que nos descendants finiront par savoir ce qui s’est passé, moi je n’ai pas une vie à y consacrer.

      Pierre Jovanovic : est un illuminé, au sens premier du terme. Il adore s’écouter parler et disons que la modestie n’est pas sa qualité première. Mais là encore, ce n’est pas un idiot, loin s’en faut, et tant ses analyses financières sur la crise des subprimes et l’Euro que son enquête sur l’assassinat du N° 3 de la Monte Paschi di Sienna représentent un travail sérieux, sourcé, et digne d’intérêt. Vous voyez, je ne juge pas les gens en bloc. J’ajoute que ce type est un bourreau de travail, un vrai cheval de trait. C’est aussi une qualité.

      Saint-Just/Robespierre
       : les montagnards ne sont pas parmi mes révolutionnaires favoris. Je me souviens surtout qu’ils sont à l’origine de la terreur qui règna à partir de la fin 1792 qui décolla à qui mieux mieux pour lubrifier l’infatigable invention du bon docteur Guillotin. À telle enseigne qu’ils finirent tous deux sous son couperet. Juste retour de choses.

      Je précise aussi qu’on peut être « honnête » et être un parfait salaud, ce qui leur va assez bien à tous les deux.

      N’était-ce pas ce même Robespierre qui écrivait :

      « Quelle nature de gouvernement peut réaliser ces prodiges ? Le seul gouvernement démocratique ou républicain : ces deux mots sont synonymes, malgré les abus du langage vulgaire ; car l’aristocratie n’est pas plus la république que la monarchie.  La démocratie n’est pas un état où le peuple, continuellement assemblé, règle par lui-même toutes les affaires publiques, encore moins celui ou cent mille fractions du peuples, par des mesures isolées, précipitées et contradictoires, décideroient du sort de la société entière. Un tel gouvernement n’a jamais existé, et il ne pourroit exister que pour ramener le peuple au despotisme. »

      Cet homme n’a donc jamais été démocrate, il était pour l’instauration d’une aristocratie élective, qui est l’exact contraire d’une démocratie. On a écarté la noblesse et le clergé au profit de la bourgeoisie et des marchands. Sic transient...

      Pour ma par, vous l’aurez compris, je suis plutôt Rousseauiste.

      Voltaire
       : aristocrate, raciste, misogyne, méprisant le peuple et tout ce qui ne lui ressemblait pas. Intelligent, sans doute, mais pas ce que j’appellerais un brave homme. 

      Confusionnisme : rien d’autre qu’une attaque ad hitlerum pour discréditer un adversaire sans avoir à en venir aux arguments. De la sodomisation de diptère poussé à son plus extrême raffinement.

      Bien à vous,


    • Hervé Hum Hervé Hum 7 février 10:56

      @Philippe Huysmans

      Rousseiste, soit, mais vous interprétez les propos de Robespierre et n’avez une connaissance de lui que celle de l’histoire officielle, celle là même, des bourgeois.

      Le mot « terreur » a été utilisé par ses adversaires dont Danton, qui se faisait payer grassement et n’était qu’un opportuniste ;

      La citation que vous donnez est simplement un fait que dans un pays basé sur la propriété économique et contre laquelle il ne pouvait pas grand chose, il est illusoire de parler d’une véritable démocratie. Qu’à une époque où les moyens ne le permettaient pas, il était illusoire de voir tout un pays capable de siéger en permanence ; Cela n’a rien à voir avec le fait d’être démocrate, mais de ne pas confondre ses désirs avec la réalité. Par contre, il est possible de mettre en place un système tel que les intérêts de tous soient pris en compte et non pas seulement ceux d’une classe dominante. Et enfin, le mot aristocratie, selon sa définition, ne désigne ni la noblesse, ni la bourgeoise, mais, selon le domaine étudié, ceux qui font preuve d"excellence. Autrement dit, si vous cherchez des personnes honnêtes, d’une grand probité intellectuelle, alors, il n’y aura pas plus de nobles, de bourgeois, de cléricaux que de prolétaires. En fait, vous y verrez plus de prolétaires que de tous les autres réunis !

      Leur volonté était de donner des droits aux prolétaires qui à cette époque étaient les pauvres et qu’ils puissent se défendre. Or, la dictature républicaine qui était mise en place avant l’arrivé au pouvoir de Robespierre ne reconnaissait aucun droits aux pauvres, bien au contraire. Vous faudra t’il savoir que lors de la constituante, Robespierre fut le seul à se lever et dénoncer l’hypocrisie d’une constitution prétendant à l’égalité des droits et qui dans les faits, ne les reconnaissait qu’aux bourgeois ? Qu’il imposa un prix maximum sur le pain, édicta une loi condamnant la spéculation sur les denrées de premières nécessités et que ce sont ces mêmes mesures qui furent abolit après son exécution.

      Une citation en valant une autre, je vous donne celle ci de Robespierre

      « La plus grande partie de nos concitoyens est réduite par l’indigence à ce suprême degré d’abaissement où l’Homme, uniquement préoccupé de survivre, est incapable de réfléchir aux causes de sa misère et aux droits que la nature lui a donné.« 

      Si vous voulez aller plus loin je vous invite à écouter Henri Guillemin. Vous trouverez ses conférences en tapant son nom sur google et notamment sur le site de la rts

      Robespierre partageait la même passion que Rousseau pour la justice sociale, c’était même son modèle. voyez, vous croyez éviter les pièges de la confusion et pourtant, je viens de vous en démontrer un autre, celui de faire passer un juste parmi les juste pour un tyran.

      Pour ce qui est de Messyan, je n’ai pas eut besoin de lui pour mettre en doute la version officielle, dès le lendemain du 11 septembre, nous étions quelques uns à ne pas y croire. Et à savoir pourquoi. Par contre, en effet, ce n’est pas l’essentiel.

      L’essentiel à comprendre, c’est que toute ces cirses et violences sont faites dans l’unique but de préserver le système capitaliste en place et de défendre ce qui lui donne sens, c’est à dire, la propriété économique. Car sans elle, le système est vidé de son sens, cela, parce que la propriété économique n’a d’autre raison d’être que de permettre la plus-value ou impôt prélevé sur l’activité économique à tous les niveaux. Si aujourd’hui l’économie est monétisé, c’est que celui qui dispose de la monnaie, dispose des droits et celui qui n’en dispose pas ou pas assez, « dispose » des devoirs. Car il n’existe pas de droits, sans quelqu’un en devoir de les remplir. Autrement dit, le fait de naître dans la misère est naître avec la dette, dites, systémique. Etc...

      Autrement dit, tant que les gens ne remettrons pas en cause la propriété économique, dont la monnaie d’épargne, ils n’auront d’autre choix que de se soumettre et toute politique d’obéir à ceux qui disposent de la monnaie, car ils disposent ,de fait, les droits. Or, dans un système de droits, celui qui dispose des droits, décide des devoirs et en aucun cas l’inverse. Ce n’est pas une théorie, c’est une loi physique.

      Change le naturel par sa conséquence et il revient au galop par sa cause, mais, change le naturel par sa cause et il s’enfuira au galop dans sa conséquence. C’est, là aussi, un principe universel absolu. La situation mondiale actuelle le prouve à chaque instant et depuis quelques milliers d’années. Mais on est toujours dans l’analyse réduite !

      bonne journée


    • Hervé Hum Hervé Hum 7 février 11:04

      @Hervé Hum

      AU fait, j’ai effectivement confondu anti sionisme avec anti sémitisme, Voyez, personne n’échappe à la confusion, même et surtout quand elle est élémentaire, dès l’instant où notre cerveau a été longtemps conditionné et où donc, le déconditionner demande un effort soutenu.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 7 février 11:28

      @Hervé Hum

      Robespierre : je ne connais Robespierre que par l’histoire officielle, je suppose que vous le connaissiez personnellement ? Les sources que nous avons sont les écrits. Aujourd’hui on appelle ça des sources historiques, je ne vois pas sur quoi on pourrait se baser d’autres après plus de 200 ans.

      Opportunistes : Les politiciens seraient des opportunistes ? Noooon ?

      « Qu’à une époque où les moyens ne le permettaient pas, il était illusoire de voir tout un pays capable de siéger en permanence ». Démocratie ne veut pas dire tout le monde sur l’agora, mais une véritable représentation et un tirage au sort pour éviter justement qu’entre tous, ceux qui l’on le plus voulu soient nommés, pour éviter la prévarication, la corruption, etc.

      Aristocratie : l’acception que vous mentionnez ne vaut que dans la forme littéraire, autrement, ce serait plutôt...

      Forme de gouvernement dans lequel le pouvoir est détenu par un petit groupe de personnes constituant l’élite. (Dans la Grèce antique, l’aristocratie fut, aux VIIe-VIe s. avant J.-C., un régime de transition entre la monarchie et la tyrannie à laquelle succéda la démocratie.)

      Groupe de personnes qui détient le pouvoir dans cette forme de gouvernement ; classe des nobles.

      Dans lequel on comprend que vous confondez « qui font preuve d’excellence » et « élites », ce qui aujourd’hui comme alors est bien différent.

      Leur volonté
       : « Leur volonté était de donner des droits aux prolétaires qui à cette époque étaient les pauvres et qu’ils puissent se défendre ».

      Erf, non, pour eux le mot démocratie était une insulte et la plèbe une source d’infection. La dernière idée qui leur serait venue aurait été de leur conférer le moindre pouvoir. 

      Guillemin : je connais, je le cite fréquemment et j’ai vu la plupart des vidéos qu’il avait enregistrées. Mais dites-moi, il n’est pas très « montagnard » lui...

      A ce sujet, cet article couvre assez bien ma façon de penser quant à la révolution et au sens du mot démocratie, totalement dévoyé aujourd’hui.

      Capitalisme & propriété : je vous conseille la lecture de P.-J. Proudhon à ce sujet, bien qu’il soit selon moi tombé dans le panneau (et le grand écart) que constitue l’unification de la propriété et les bases de l’anarchisme, alors que clairement, les deux ne ressortent pas du tout du même paradigme.

      Ne mélangez pas capitalisme, propriété et création monétaire, svp : j’aime bien les crevettes grises en entrée, une choucroute en plat principal et une glace au chocolat comme dessert mais il ne me viendrait pas à l’idée de manger les trois mélangés dans la même assiette.

      Bonne journée,


    • Hervé Hum Hervé Hum 7 février 15:44

      @Philippe Huysmans

      Oui, je vois que vous croyez l’histoire officielle de manière variable, selon ce que vous voulez y lire. Par exemple, vous affirmez avoir écouté les conférences d’Henri Guillemin, or, c’est précisément lui qui rétablit l’histoire à son sujet.D’autres l’ont fait aussi. Vous aurez malencontreusement zappé sur cette vidéo. Donc, je vous invite à aller écouter Henri Guillemin à ce sujet. Vous y verrez que leur volonté était bien celle que je mentionne. Sinon, vous devrez dire que Guillemin est un faussaire. Sinon, vous devrez croire les versions officielles concernant les tour jumelles, entre autres. Pourquoi n’y croyez vous pas d’un coté, et y croyez vous de l’autre ?

      Quand vous écrivez "Démocratie ne veut pas dire tout le monde sur l’agora, mais une véritable représentation et un tirage au sort pour éviter justement qu’entre tous, ceux qui l’on le plus voulu soient nommés, pour éviter la prévarication, la corruption, etc.« vous avez totalement zappé ce que j’écris sur le fait que dans une société où la propriété économique domine, la représentation n’est qu’un leurre car dans une société fondé sur la domination du droit, ce sont les propriétaires économiques qui dominent et impose leur volonté aux autres. Le cas Grec devrait pourtant vous servir d »’exemple, et toute l’histoire humaine, !?

      Pour ce qui est d’un mot, je commence par voir l’étymologie et ensuite l’usage qui en est fait, puis, je regarde les contradictions qui existent et seulement après, je peux parler d’un mot.

      La définition du mot aristocratie est générale, elle parle du gouvernement des « meilleurs », mais ne dit pas la nature de ces « meilleurs ». C’est vous qui l’orientez selon votre opinion personnelle, tout comme n’importe qui, moi y compris. Ainsi, pour la noblesse, les meilleurs, ce sont les nobles. Pour la bourgeoisie, les meilleurs, se sont les bourgeois. Pour le prolétariat, les meilleurs devraient êtres les prolétaires

      Dans la civilisation iroquoise, les meilleurs, étaient les plus sages.

      Ah, mais je crois comprendre la source de toutes vos confusions quand vous écrivez

      « Ne mélangez pas capitalisme, propriété et création monétaire, svp »

      Je ne mélange rien, je met ces trois notions en relations de causalités, tout comme vous avec un programme.

      Le capitalisme a pour but l’exploitation d’autrui à son profit exclusif, sans cela, il est vide. Or, pour parvenir à cette exploitation, il lui faut pouvoir prélever un impôt sur le travail d’autrui que l’on nomme taxe sur la terre pour les systèmes monarchiques et nécessitant la souveraineté, plus valu sur la production pour la bourgeoisie et nécessitant la propriété économique, le denier du culte pour les cléricaux et nécessitant la détention de la parole divine et enfin, l’intérêt usuraire pour, finalement tout le monde et qui explique la monétisation de l’économie.

      Donc, vous êtes sans doute un de ces petits propriétaires d’un petit bien et sûrement d’un petit pécule dont vous attendez des intérêts, parce qu’on vous à conditionné à croire que l’argent travaille ! Il n’y a que l’être humain et les animaux domestiques qui travaillent, qui est transformé en monnaie de dépôt, qui prend alors les attributs d’un bien immobilier. Encore une fois, la monnaie comporte une partie droit et une partie devoir. Celui qui détient la monnaie, possède la partie droit, celui qui ne possède pas de monnaie, la partie devoir, c’est la condition absolu pour que l’un accepte de travailler pour l’autre.

      Bref, vous vivez dans la confusion, sans doute involontairement, car je vous pense honnête, mais le résultat est là. Vous ne suivez pas le raisonnement logique, vous le biaisé à ce que vous croyez faussement être votre intérêt, alors qu’il lui est contraire.

      Maintenant, si le coeur vous en dit, j’ai écrit, ici même, des articles appuyant tout ce que je viens de vous dire, mais en plus détaillé et argumenté. Donc, vous avez tout loisir de me contredire. En commençant par l’article « droits, devoirs et responsabilité ». J’ai écris aussi sur la monnaie

      Eventuellement bonne lecture et sinon, bonne fin de journée...


    • Hervé Hum Hervé Hum 7 février 16:02

      ah, j’oubliai encore une fois, Henri Guillemin était d’abord et avant toute chose, un honnête homme dans ce sens, qu’il plaçait la vérité et la réalité des faits au dessus de tout le reste. Même et surtout lorsque la vérité au sens de l’intention des gens et la réalité des faits qui en est la manifestation visible, étaient contraire à ses opinions personnelles.

      Bref, son intérêt était placé derrière son souci de vérité. Il ne cesse de dénoncer les agissements des cléricaux et pourtant, il croit en Dieu et est un chrétien. Simplement, il ne confond pas sa foi avec ceux qui prétendent la représenter et la détournent à leur intérêt personnel.

      C’est cela un juste parmi les justes, quelqu’un qui s’interdit le mensonge a des fins personnels. Il va même défendre les communistes alors qu’il ne l’est pas, lorsque leur revendication n’est pas manipulé et est celle d’une volonté de plus de justice sociale. C’était aussi cela Rousseau. Vous en êtes très loin.

      Des êtres qui suivent la raison pure et non pas qui veulent la tordre pour la faire correspondre avec leur intérêt personnel. La raison, on la suit pour s’en servir et tout autant pour asservir que pour servir. Autrement dit, en aucune manière on peut se placer au dessus d’elle, croire l’avoir, cela n’est qu’une illusion et est le terreau de la confusion.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 7 février 19:10

      @Hervé Hum

      Guillemin : vous me parlez d’alternative, en ne voyant pas une troisième voie... Qui a dit que cet homme ne se trompait pas, quelquefois ? Non je ne fais pas mon marché en quête de ce qui me plaît, j’essaie au contraire de me faire une idée d’ensemble, c’est généralement moins trompeur.

      Démocratie : eh oui, dans une aristocratie élective, qui n’est finalement qu’une ploutocratie parfois même héréditaire au service des nantis, les nantis décident. Je n’ai pas dit autre chose. Mais si vous choisissez au hasard Mme Michu, que vous la mettez au manette pour un temps avec un contrôle en cours et en fin de mandat, je vous garantis que votre ploutocratie n’aura plus voix au chapite, ou du moins, juste à raison de sa véritable représentativité.

      Sens des mots : il y a un truc qui s’appelle dictionnaire et qui est destiné à fixer la norme d’usage, afin que les mots que j’écris, vous les compreniez de la même manière que vos interlocuteurs. Peut-être qu’en fait vous avez aussi redéfini la notion de « norme d’usage » ? On va dire que cela ne simplifie pas la communication.

      Aristocrate : non non, j’ai juste donné les définitions du Larousse sans y changer une virgule, après vous pouvez leur écrire une réclamation pour leur expliquer le sens du mot, si vous voulez.

      Capitalisme, Propriété, Création monétaire : ben oui, sauf votre respect, les domaines couvrent un champ suffisant pour occuper toute une vie d’homme, et le fait qu’elles interviennent toutes trois dans la société ne signifie pas qu’on puisse en faire un gros gloubiboulga.

      Vous êtes sans doute... : quelqu’un qui en a un tout petit peu assez d’argumenter avec quelqu’un qui se prend pour l’encyclopedia universalis sur pattes mais qui manifestement ne maîtrise pas même sa langue. Parce qu’au reste, vous ne savez rien de moi, pourquoi parler à vide, disait le poète ?

      Vous vivez dans la confusion : on me l’a déjà servie quelquefois, celle-là, la dernière fois c’était un Troll du nom de Ronneau et j’en avais fait un article tant ce boulet était un véritable cas d’école. 

      Guillemin : je vous l’ai dit, on peut être honnête (pour certains) et nénamoins un parfait salaud (pour d’autres). C’est une question purement subjective, basée sur le bien, le mahal, toussa. Des gamineries. De même la « vérité » n’existe pas, elle est affaire personnelle, de perception, et cette perception repose sur vos sens, sur votre vécu, ou pire, sur des bouquins. Il n’y a pas plus de vérité ou de réalité que de beurre en branche, surtout à deux cents ans d’intervalle.

      En informatique il n’y a pratiquement que des certitudes. Dans toutes les sciences humaines, seulement des questions qui amènent des éléments de réponses qui peuvent être affirmés ou infirmés à la lumière d’autres travaux.

      Je ne tord rien, moi je prends la philosophie par l’autre bout, je n’ai pas la prétention de forger le monde ou de dicter aux autres comment ils doivent penser : vous devriez méditer là-dessus.

      Votre article : je l’ai lu et relu. On sent bien que vous essayez de dire quelque chose, mais franchement, pour le petit Belge que je suis, c’est un charabia incompréhensible, désolé. Vous aurez noté que c’est bien mon avis à moi que j’aime, dès lors vous pouvez croire que c’est simplement moi qui suis moins-comprenant, pour le coup.

      Le fond : je peux pas en parler, c’était vaseux, et la visibilité était nulle, j’ai du remonter.

      Là-dessus je vais devoir vous laisser, pour de bon cette fois. Disons qu’on a fait la révolution. Ou le tour, si vous préférez, et que tout étant dit, je n’y verrai rien à ajouter.

      Nous nous retrouverons sans doute sur l’un ou l’autre article, un de ces jours.


    • Hervé Hum Hervé Hum 7 février 21:46

      @Philippe Huysmans

      Pour Guillemin Lui, il reste toujours sur la même ligne de conduite et sa méthode est toujours la même, c’est la votre qui est variable, où comme vous le dites, vous faites votre marché. Mais ici, la raison est absente et ne sert à rien, vous l’avez abandonné depuis le début.

      Il est un salaud pour ceux qui n’aiment pas la vérité,d’ailleurs, c’est ainsi. Vous savez, Rousseau était considéré comme un salaud par Voltaire et les bourgeois, question subjective ? effectivement, celui de l’intérêt bien compris. Comme la votre d’ailleurs, votre commentaire ne fait que relever votre absence totale d’objectivité, mais uniquement votre subjectivité, la votre., donc, où la justice, l’honnêteté, la raison n’ont rien à voir et votre réponse ne fait que prouver que pour vous, c’est Voltaire et comment qu’elle s’appelle déjà la fille que vous accusez dans votre article ?. peu importe, votre commentaire dit qu’elle a bien raison et on se demande alors l’objet d’un tel article ? Vous n’arrêtez plus de vous contredire et d’afficher votre confusion. Mais encore et toujours, dans votre tête, vous avez raison. C’est ce qui compte pour vous, avoir raison coûte que coûte, peu importe de dire autant de bêtises.

      Alors effectivement, vous n’avez manifestement pas le minimum d’honnêteté intellectuelle requise pour parler, puisque vous niez l’évidence et là, personne n’y peut rien. Vous avez juste fait illusion au début, avec un peu de forme.

      Conclusion, il y a erreur sur la personne, aussi, non, je vous prierai de ne pas lire les articles que je serai amené à publier,, ou autres commentaires, tout comme je m’abstiendrai de perdre mon temps avec les votre.

      Bref, au plaisir de ne plus vous lire.


Réagir