lundi 3 février - par Octave Lebel

France Inter. Comment on nous informe. Semaine 5 de l’année 2020. La matinale la plus écoutée de France

Ce n’est pas une tâche facile d’exercer son métier sur la radio nationale de service public au quotidien. Les auditeurs y sont vigilants et exigeants. Ce sont des citoyens résistants peu amateurs de tunnel de publicité, grosses blagues et rires forcés équipés de quelques aires de repos dédiées à l’information. C’est aussi un immense privilège et une sacrée responsabilité dans des temps où le citoyen porteur de quelques rancœurs tenaces envers le système médiatique dominant éprouve de plus en plus de difficultés à se faire entendre dans un rapport de plus en plus asymétrique avec les pouvoirs constitués confisqués par une minorité et les responsables des médias dominants.Une respiration démocratique est attendue de toute urgence.

Comme un décalage. Mais que vont penser les gens ?

● 27/01/20  L’édito politique par Thomas Legrand "Sommes-nous en démocratie ?"

" Bien sûr, nous sommes en démocratie. Je ne pensais pas un jour faire une chronique en prononçant cette phrase !... D’où vient ce sentiment (pour certains) de ne plus se sentir en démocratie ?...Mais prendre prétexte des imperfections de notre démocratie (dont les raisons sont principalement l’inadaptation d’institutions verticales dans un monde hyper connecté) pour affirmer que nous sommes sous le coup d’un régime autoritaire est abusif et dangereux."

Une chambre des députés " disruptive" (Abstentions+nuls + blancs = 61.56 % du corps électoral - Source : www.interieur.gouv.fr/Elections). Un président qui fait croire qu’il a été élu sur son programme (Source : lui-même, ses proches et ses obligés).

 

● 28/01/20 -Géopolitique Pierre Haski "Le maire de Wuhan, coupable idéal de la crise du coronavirus."

" Cette tragédie montre que si le régime a tiré les leçons de l’épidémie de SRAS en 2003 et réagi plus vite, il reste les pesanteurs d’un système bureaucratique et autoritaire, loin de l’image de modernité technologique qu’il met en avant. " 

-Surveillance de la grippe en France, saison 2018-2019 : 8 100 décès attribués à la grippe dont la plupart en février. Source : www.santepubliquefrance.fr.

 

● 31/01/20-L’édito éco  : "Pendant le Brexit, l'Europe patine." (Directeur délégué de la rédaction des Echos).

" Le Brexit est un saut dans l’inconnu, et sans doute un jeu perdant-perdant, pour le Royaume-Uni et pour les Vingt-Sept. Mais en fait on ne sait pas vraiment. Tout dépendra du type de relations qui seront construites après la séparation : divorce radical sans droit de visite, domiciles séparés, union libre quand même ?...

…L’Union se laissera-t-elle faire ?...

…Et l’Europe va-t-elle avancer ? "

 

- Elections européens 2019 France : absentions +blancs +nuls=54.40%. (source : (https://www.interieur.gouv.fr/fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__europeennes-2019/(path)/europeennes-2019/)

- Le traité de Lisbonne est un traité signé le 13/12/17 à Lisbonne entre les 27 états membres de l’UE, qui transforme l'architecture institutionnelle de l'Union. Par 560 voix contre 181, les députés et sénateurs français ont adopté la révision de la Constitution française le 4/02/2008, préalable indispensable à la ratification du traité de Lisbonne. (source : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2008/02/04/trait-de-lisbon/)

 C’est la réponse " démocratique" au référendum de 2005.

 

- Le référendum français sur le traité établissant une constitution sur l’Europe (aussi appelé Traité de Rome II) eut lieu le 29 mai 2005.Le « non » recueille 54,68 % des suffrages exprimés. Le résultat surprend les commentateurs politiques, alors que les partisans du « oui » avaient bénéficié de 71 % des interventions dans les médias télévisés entre le 1er janvier et le 31 mars. (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Lisbonne ).

 

Il s’agit juste de quelques performances attrapées au vol aux heures de meilleures écoutes dans le flux de la matinale mais qui sont assez habituelles.

D’où vient ce jeton de présence permanent accordé à certains et à leurs opinions entendables parmi d’autres ? Quelle est la plus-value en termes d’informations pour l’auditeur ? Pourquoi pas au fil des jours si le format a de l’intérêt une succession de sensibilités et de points de vue différents ? Cela semblerait professionnel et plus cohérent avec une mission de service public de l’information.

 

Reconnaissons sans difficultés qu’il y a à France Inter d’incontestables compétences trop rarement propulsées en première ligne et des interventions de grande qualité. N’allez pas croire non plus que c’est mieux ailleurs mais vous le savez déjà puisque c’est ici que nous sommes les plus nombreux (allez quand même faire un tour à l’occasion sur France Culture aux mêmes heures, ce n’est pas la même approche, cela fait du bien aux neurones).

 

Prenons garde de ne pas oublier de soutenir maintenant le service public de l’information pour la réforme duquel nous aurions voté comme nous racontent certains donneurs de leçon de démocratie. La soumission du service public n’est en réalité pas encore suffisamment acquise aux yeux des démocrates si chers à nos trois mousquetaires.

Pourquoi la défense du service public de l’information est-elle une urgence ? Parce qu’après le grand nettoyage, tout ce que vous avez à lui reprocher actuellement et que vous ne supportez pas ailleurs deviendra progressivement la nouvelle norme. Le bon côté des choses, c’est que visiblement, ce type d’attaque devenue maintenant frontale a la vertu de stimuler la réflexion, le niveau d’exigence et l’esprit critique des auditeurs. La médiatrice a beaucoup de travail par les temps qui courent. C’est très instructif d’écouter les explications un peu penaudes des mis en cause. Prenez le temps de faire savoir ce que vous pensez et voulez. Ne vous y trompez-pas, le potentiel du service public est un bien national à protéger.

 

Du simple point de vue d’une respiration démocratique, le système médiatique est devenu en très peu de temps de par la volonté de gens pressés et résolus un espace sinistré (9 milliardaires = 90% de la possession des médias).Malheureusement dans une relative indifférence. Entretenue ? N’y subsistent que quelques îlots d’indépendance (pensez au dessin de la Gaule chez René Goscinny). Ces gens agissent en toute connivence avec la classe politique et ses tribus qu’ils poussent ou renversent comme des pions au gré de leurs intérêts et de nos sursauts de lucidité. Pour le plus grand nombre d’entre eux le statut de journaliste s’est dégradé, la plupart des organismes de formation sont pris en mains, l’autocensure paralyse les esprits et l’intimidation est de rigueur quand cela ne suffit pas. Ces gens redoutent par ailleurs internet qu’ils finiront par cadenasser pas à pas si nous n’y prenons pas garde en résistant.

 

Depuis quelques années, en relation avec une légitimité électorale qu’ils ont rendue introuvable, les tenants des pouvoirs usent d’une violence symbolique accrue fondée sur le mépris, la ruse et l’humiliation. Elle se déploie paradoxalement de plus en plus sûre d’elle-même pour imposer une violence matérielle à l’égard des conditions de vie et des droits de leurs concitoyens. Réduisant le dialogue social à l’acceptation à priori de ce qui est imposé et à la négociation sourcilleuse des détails en mettant en compétition les travailleurs et leurs représentants étiquetés désormais de réformistes et radicaux par des officines de communication, termes repris en chœur par la plupart des titulaires de carte de presse. Poussant les citoyens acculés dans la rue en dernier recours. Se défaussant avec l’expédient de la violence dite légitime sur l’institution policière et judicaire de son incapacité à asseoir une légitimité à diriger le pays et à conduire démocratiquement les évolutions nécessaires. Cette dérive est inquiétante sur ce qu’elle révèle de la philosophie et des intentions profondes de ceux qui s’y adonnent ? C’est exagéré ? Comparez l’évolution depuis 10 ans du comportement des prétendants à la représentation démocratique, leurs promesses, leurs discours, leurs réactions aux événements sociaux et politiques, les lois votées et leur mise en œuvre, la concentration des médias dans quelques mains et les réactions de leurs chefferies du point de vue de l’information. Difficile d’observer me semble-t-il une véritable appétence démocratique et culturelle en phase avec le développement socioculturel et les aspirations de notre société. Ou alors une démocratie de citoyens sans trop de cervelle et beaucoup de résignation ?

 

 Quand on en sera rendu ici aussi dans le service public de l’information au temps de cerveau disponible, nos éditorialistes vous expliqueront inlassablement, profitant de notre esprit ensommeillé le matin et de notre fatigue le soir que c’est le plus grand nombre, attentif à leurs bons conseils qui l’a voulu et que c’est la démocratie et que ce n’est pas bien de dire du mal de la démocratie. Il sera trop tard pour pleurer.

 

https://www.change.org/p/minist%C3%A8re-de-la-culture-la-radio-publique-en-danger?  



13 réactions


  • troletbuse troletbuse 3 février 18:51

    PLutôt : On vous déforme

    ou On vous désinforme

    Il y a longtemps, Pierre Haski m’avait viré de son site

    Il n’avait pas aimé :

    Pierre qui roule n’amasse pas mousse

    Pierre à ski non plus.


  • JL JL 3 février 18:53

    J’ai décroché très vite : je ne comprends rien.

     

     Dommage, j’écoute indifféremment France Inter ou France Culture tous les matins depuis des décennies.


  • Extra Omnes Extra Omnes 4 février 04:34

    France Inter, mais allô quoi ! Thomas le petit et autres Meurisse, Charline et la troupe des bien pensants.... Faut jeter AUSSI la radio


  • kirios 4 février 11:12

    les merdias français (publics et privés) ne sont que des agences de propagandes, il y a belle lurette que je fuis ce qu’ils appellent information. bon, il est vrai qu’avec leurs séries télévisées (« plus belle la vie » , ...) ils continuent leur mission de gavage des cerveaux...


  • velosolex velosolex 4 février 11:53

    Bravo à une gars comme Guillaume Meurice qui augmente le niveau d’impertinence luttant contre la mort lente. J’aurai préféré que ce soit Charline que Lea Salamé qui interview Carlos Gohn. Mais celle ci ne l’aurait surement pas fait. Donner non seulement un micro à ce taulard en cavale ne présente pas seulement un problème d’éthique, mais la flagornerie dans laquelle est s’est vautrée a laissé plus d’un auditeur rêveur sur la complaisance de ton en rapport aux puissants.

    Mais Lea Salamé, fille d’un ex ministre Libanais, Demorand, fils d’un diplomate montrent que la diversité sociale n’a aucune représentation, et sa capacité à faire du lèche ou à s’acharner sur un invité s’il ne rentre pas dans la doctrine libérale est insupportable. Ton visible dans la forme, quant on a vu le traitement lié à la violence policière et aux gilets jaunes, amalgamés à des bas du front, pour ne pas dire à des antisémites, thème récurent sur inter, pour dénigrer tout mouvement qui insupporte, en passant du particulier au général.

    Les journalistes devraient comme par le passé venir de milieux différents, au lieu d’être le porte voix d’une oligarchie. J’écoute malgré tout un peu le matin par habitude et pour prendre le son du pays. France culture sauf le Week end ( avec Ockrent et Frienkelkraut qui dégouteraient n’importe quel nouveau auditeur) est bien plus souvent intéressante, surtout l’après midi. La visibilité de la grève de radio France a été assez inaudible. Faire grève à cette époque était mal choisi, car ne faisant pas cause commune avec celle des retraites, elle apparaissait à mon avis déconnectée des problèmes des français lambdas

    . D’autant plus que les reprises d’antennes faisaient l’apologie des mesures économique nouvelles indispensables, dans un bel exercice psychotique. 


    • jymb 4 février 13:10

      @velosolex
      Ces pseudo humoristes s’acharnent à ridiculiser tout ce qui n’est pas de leur étroit bord 
      Je ne les ai jamais entendu se moquer d’un militant mariage pour tous, d’un écolo même radicalisé, d’un pro-clandestin, d’un spectateur de la fête de l’huma etc etc 
      Ils ont l’ouverture d’esprit d’un JT de Corée du Nord 


    • oncle archibald 4 février 15:31

      @jymb : oui, c’est sûr, la pluralité d’opinions et l’égalité de traitement ne sont pas de mise sur France inter.

      Et quand je lis dans l’article "Les auditeurs y sont vigilants et exigeants. Ce sont des citoyens résistants peu amateurs de tunnel de publicité, grosses blagues et rires forcés équipés de quelques aires de repos dédiées à l’information« .... je me demande si l’auteur a ne serait ce qu’une seule fois écouté »la bande soi disant originale« à 11h et »by Jove" à 17 h, parce que questions gloussements et rires convenus obligatoires quel que soit le sujet c’est très très fort ! Insupportable oui !


  • cétacose2 4 février 18:20

    Que voulez vous ma pauvre dame ? Nos médias en sont infestés.....


  • Esprit Critique 4 février 18:29

    Entièrement d’accord sur le thème et le fond, les gens de France Sphincter sont a gerber, mais l’article est difficile a suivre, mal écrit, dommage.

    Les journalopes du pouvoir méritent des coups de pieds au cul plus violents.


Réagir