lundi 4 février - par Alex

Gilets Jaunes et justice : des avocats s’inquiètent

Gilets Jaunes et justice : des avocats s’inquiètent

 Les samedis « gilets jaunes » se terminent invariablement par des gardes à vue.

Voyons directement où il faut ce que signifie la garde à vue :

La garde à vue est une mesure de privation de liberté prise à l'encontre d'un suspect lors d'une enquête judiciaire. Elle permet aux enquêteurs d'avoir le suspect à leur disposition pour pouvoir l'interroger et vérifier la véracité de ses déclarations. La durée de la garde à vue est limitée et le suspect a des droits liés à sa situation, dont celui d'être assisté par un avocat.

Source : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F14837

La loi octroie au gardé à vue 30 minutes d’entretien avec son avocat, avant des interrogatoires auxquels la défense peut assister. Dans la pratique, l’avocat contacte la police pour demander quand sera effectuée l’audition, afin de pouvoir s’entretenir auparavant avec le prévenu et déterminer correctement la stratégie de défense.

Début janvier 2019, plus de 5 000 personnes ont fait l'objet d'un placement en garde à vue depuis le début du mouvement, donnant lieu à plus de 800 comparutions immédiates. C’est-à-dire que le gardé à vue, qui n’a souvent jamais été confronté au système judiciaire, est jugé immédiatement au terme d’une garde à vue prolongée et éprouvante. Ces procédures sont habituellement réservées aux personnes ayant des antécédents judiciaires, pour des affaires relativement évidentes et relevant d'une gravité certaine.

Il y aurait aussi des cas d’incitation à renoncer aux services d’un avocat de la part de la police, sous le prétexte fallacieux que sa présence allongerait la durée de garde à vue.

Le système a mis en place un système « spécial gilets jaunes ». On découvre donc qu’il serait possible de se voir infliger des peines de prison ferme, des mandats de dépôts même quand on fait appel et présente un casier judiciaire vierge au motif de « rassemblement en vue de commettre des violences », et ce sur foi d’un simple procès-verbal de la police. On comprend donc que ce serait une supposée intention de nuire qui est ici sanctionnée, sachant que contrairement aux forces de l’ordre, les manifestants ne viennent pas armés. Leur maigres moyens de défense, tels que sérum physiologique, lunettes, masques leur sont même arrachés autant que possible en début d’événement, à l’occasion de fouilles au corps.

Autre motif de comparution immédiate : le simple fait de refuser d’enlever son gilet jaune.

Il existe des poursuites pour des motifs saugrenus tels que « Occupation illicite du domaine public » alors que les personnes poursuivies n'avaient fait que stationner quelques minutes aux alentours d'un rond-point.

Certains encore ne sont pas tenus informés des suites judiciaires décidées par le seul parquet : soit de remise en liberté, soit de leur présentation devant un procureur de la République alors que l'avocat doit être averti de celles-ci.

Dans une tribune publiée le samedi 2 février sur franceinfo, 59 avocats ont mis en garde contre les dérives qu'ils ont pu constater dans le traitement des dossiers de garde à vue.

Le 22 novembre 2018, une circulaire a été envoyée par le ministre de la justice aux procureurs de la république, lesquels sont chargés de mettre en œuvre la politique pénale de l’Etat, ordonnant une extrême sévérité envers les gilets jaunes. Force est de constater que la consigne a été suivie à la lettre.

C’est un fait, l’exécutif vient freiner les magistrats, notamment les Présidents de Grande Instance.

 

La Loi Anti-Casseur

 

Le tout précédant, et sans compter la proposition de loi « dite anticasseurs ». Suite à plus d’une centaine, d’amendements, l’Assemblée Nationale à décider de décaler le vote pour arriver en deuxième lecture au Sénat le 12 mars.

Le gouvernement souhaite en effet maintenir la possibilité de fouiller les personnes souhaitant participer à une manifestation dans un périmètre défini, pour officiellement en interdire l’accès aux casseurs. Les Préfets pourront ainsi interdire de manifestation les individus soupçonnés de pouvoir éventuellement commettre des violences. Ces mêmes personnes pourront être fichées au FPR (Fichier des Personnes Recherchées), il sera interdit de se dissimuler le visage (et donc de tenter de se protéger des gaz lacrymogènes ou des tirs de flash-ball).

L’Etat aura enfin tout loisir de poursuivre un individu pour réparation au Civil sans qu’il soit nécessairement condamné pénalement.

Le Ministre de l’Intérieur précise que c’est une loi visant à « protéger les manifestants, les commerçants ( ?) et les policiers ».

On se demande si ce n’est pas plutôt un projet – venu de Bruxelles – visant à priver les citoyens du droit de manifester, cela assorti à des mesures de plus en plus répressives et liberticides, dont la présomption de culpabilité fait sans nul doute partie.

Notons que si la Loi passe, il demeurera toujours la possibilité de la Question Prioritaire de Constitutionalité, permettant au prévenu d’invoquer devant le juge un examen de la loi par le Conseil Constitutionnel car elle viole les libertés fondamentales constitutionnelles dans lesquelles on trouve le droit de manifester. La liberté de manifester est en effet une liberté publique, fondamentale et garantie par la Constitution.

Deux ans après mai 68, une première loi anti-casseurs encadrant le droit de manifester avait été votée pour être abrogée par la gauche en 1981.

 

L’appel des avocats de Rouen

 

Sandra Molinero, Présidente SAF (syndicat des avocats de France) de Rouen lance un message d’alerte. Au départ, il s’agissait d’un mail privé, mais il a été relayé par la Legal team Rouen  sur Facebook. Depuis, il est devenu viral. Je le reproduis tel quel :

"Bonjour à tous,

Je souhaite attirer votre attention sur une difficulté que nous rencontrons, nous avocats, pour défendre les personnes en garde à vue et notamment les gilets jaunes : les services de police nous baladent au téléphone et ne font pas d'audition tout de suite alors que l'avocat est à disposition, nous finissons ensuite par avoir un appel des services de police nous disant que le gardé à vue a changé d'avis et qu'il ne veut plus d'avocat.

Il faut que vous puissiez faire passer le mot : même si les policiers disent aux gilets jaunes ou autres manifestants que si la garde à vue dure aussi longtemps c'est parce que l'avocat tarde à venir, il faut ne faut en aucun cas qu'ils ne renoncent à la présence de l'avocat car c'est un mensonge et un stratagème de la part des policiers !!!

Si c'est long c'est uniquement à cause des policiers, l'avocat de permanence a 2H00 pour arriver et nous respectons toujours ce délai...

Merci donc de diffuser l'info car je ne sais pas comment le faire autrement...

Bon courage !"

Sandra MOLINERO

Présidente SAF de Rouen »

 

La défense des victimes de violences policières, notamment par LBD

 

Il y a la défense des gilets jaunes concernés par des mesures administratives et judiciaires plus ou moins arbitraires, mais il faut aussi traiter les plaintes des victimes de violences policières.

Dernièrement, la grave blessure à l’œil d’une figure du mouvement Jérôme Rodrigues, suite à un tir de flash-ball lors de l’acte XI à Paris, a suscité l’indignation et remet plus que jamais en question l’utilisation d’armes supposées maintenir les manifestants virulents à distance car elles tendent plutôt à devenir des outils de mutilation massive.

Lors d’une audience au Conseil d’État, une représentante du ministère de l’Intérieur a dévoilé des statistiques sur l’emploi du LBD depuis le début du mouvement des Gilets jaunes : 9.228 tirs ont été comptabilisés, ce qui a entraîné l'ouverture de 111 enquêtes.

Le 30 janvier, le Conseil d’État a rejeté les demandes pour qu’il ne soit plus fait usage de lanceurs de balle de défense (LBD) lors des manifestations de gilets jaunes.

Plusieurs plaintes concernant l’usage de ce type d’arme ont été déposées concernant ces armes.

Le ministre de l’Intérieur s’est exprimé la veille sur BFMTV, mardi 29 janvier : Si on retire ces armes à ces policiers, ils leur reste le corps-à-corps quand ils sont agressés ou leur arme de service. Je ne souhaite pas qu’ils utilisent leur arme de service et je souhaite éviter le corps-à-corps.

Oui, fort bien, Monsieur Castaner, seulement, là où le bât blesse – et le LBD – c’est que ce type d’arme est justement destiné à libérer ses projectiles…à distance. Pour occasionner certaines blessures graves, dont la perte irrémédiable d’un œil, il faut pour cela que son usager s’en serve à une distance non réglementaire, donc très près du visage. Lorsque vous dites que chacun des tirs fait l’objet d’un rapport, on vous croit sur parole… mais qui établit le rapport ? Celui qui a tiré ? Son collègue ?

Le journaliste et réalisateur David Dufresne a relevé 353 cas de violences, blessures et mutilations depuis le début du mouvement. Au 28 janvier, le bilan provisoire serait ainsi de 159 blessures à la tête, 18 personnes éborgnées et quatre mains arrachées. Si les manifestants constituent grande majorité de blessés et mutilés, des lycéens et des passants rentrent aussi en ligne du compte.

Notons qu’un collectif a été spécialement créé pour défendre les Gilets Jaunes, notamment les victimes d’exactions policières sur Facebook Robes Noires et Gilets Jaunes 

 

Alex Zeletzki v.P. 

 03 02 2019

 

Pour aller plus loin…

 

Lire :

Francevinfo Une soixantaine d'avocats dénoncent les "dérives" dans le traitement judiciaire des "gilets jaunes"

leschos.fr : Le vote de la loi anti-casseurs prendra plus de temps que prévu…

Chronologie des lois liberticides en Françe . cette page recense les dérives liberticides en suivant plusieurs axes, très centrée sur la France elle montre aussi comment ça peut se passer ailleurs dans le monde et notamment ce qu'on nomme les "grandes démocraties occidentales).

Le média belge Le Vif : Les blessés, éborgnés, "gueules cassées" au cours des manifestations, seront au cœur de la prochaine mobilisation des gilets jaunes, article du 31 01 2019

Europe 1 un article complet à propos du LBD (18 janvier 2019) 

 



35 réactions


  • Le Panda Le Panda 4 février 16:34

    Alex bonjour

    Début janvier 2019, plus de 5 000 personnes ont fait l’objet d’un placement en garde à vue depuis le début du mouvement, donnant lieu à plus de 800 comparutions immédiates. C’est-à-dire que le gardé à vue, qui n’a souvent jamais été confronté au système judiciaire, est jugé immédiatement au terme d’une garde à vue prolongée et éprouvante. Ces procédures sont habituellement réservées aux personnes ayant des antécédents judiciaires, pour des affaires relativement évidentes et relevant d’une gravité certaine.

    Je pensais sans jeux de mots que cela correspond à la méthode castagnettes, que chacun tire ses propres conclusions. Nous avons entendu sur A2 dans le cadre d’une enquête de ce style le services de police derrière leurs écrans de contrôle dirent : « Il faut tirer quelques bastos » cela les calmera. Lien Ordre a été donner à You tube de masquer la vidéo par qui ? Mais tout un chacun peut l’a voir en acceptant de cliquer sur « JE VEUX L’A VOIR »

    Le Panda


    • Attilax Attilax 5 février 11:28

      @Le Panda

      Par qui veut au gouvernement. FB et Google sont devenus officiellement les censeurs du web européen, au service de l’UE, en échange d’une taxation ridicule (3%). Un échange de bons procédés entre oligarques.

      C’est pour ça qu’il ne faut plus passer QUE par leurs plateformes, sous peine d’être censuré. Il faut prendre l’habitude de pérenniser articles et vidéos en les publiant aussi sur des réseaux indépendants (peertube, diaspora, mastodon, etc...). Ainsi ils ne peuvent plus tout faire disparaître.


    • germon germon 6 février 08:06

      @Attilax

      Bonjour,

      On continu avec les beaux discours et en attendant sa continu.

      Ô, il en reste des hommes d’honneur dans ce pays ?

      Question : Qui a tué le plus de monde sur la terre, la peste ou le libéralisme, l’OTAN et les USA ?

      Faudrait peut être se débarrasser des T.... M..... M..... et autre avant qu’ils ne nous assassine, non ?



  • Jeekes Jeekes 4 février 16:37

    ’’59 avocats ont mis en garde contre les dérives qu’ils ont pu constater dans le traitement des dossiers de garde à vue’’

     

    C’est bien, gloire à eux.

     

    Mais 59 avocats sur combien au total ?

    Est-ce à dire que tous les autres s’en foutent, ou pire, qu’ils sont d’accord avec les dérives fascistes du gouvernement ?

     

    J’ai bien ma p’tite idée sur la question, mais bon.

    N’empêche, une chose m’interpelle...

    Depuis le début de l’action des GJ je vois une pub, relayée en boucle sur les merdias. Une pub pour un site ’’monavocat.com’’ ou un truc du même genre.

     

    Hâââ, la bonne odeur du pognon à se faire !

     


    • Alex Alex 4 février 22:09

      @Jeekes Les avocats vivent des conflits comme les tiques dépendent du sang...il serait vain de le nier. Ceci-dit, sous la robe, il y a un être humain, et des êtres humains, il y en a avec plus ou moins de conscience...Quelques avocats  mais c’est loin d’être la majorité  s’engagent. Citons par exemple le collectif Robes Noires et Gilets Jaunes sur Facebook. Les victimes GJ doivent de toute façon adopter une position procédurière et donc passer par le juridique, c’est la seule manière de rétorsion en réponse aux abus d’un régime devenu manifestement totalitaire.


    • Fergus Fergus 5 février 09:50

      Bonjour, Alex

      Globalement d’accord avec les constats que vous faites  ou que vous relayez — dans votre article.

      Encore faut-il tempérer la vision globale que l’on peut avoir du traitement policier et judicaire des Gilets jaunes qui amène certains  y compris sur ce site  à parler d’« état fasciste ».

      Les griefs à l’encontre de Castaner, des policiers et des magistrats ne manquent pas, et cela a déjà été démontré et justement dénoncé à de nombreuses reprises, ici comme ailleurs.

      Peut-on pour autant évoquer une stratégie délibérée systématique de la part des pouvoirs publics, via des ordres données pour « dénaturer » le mouvement des Gilets jaunes par tous les moyens à disposition ?

      Objectivement, non. Si tel était le cas, il y aurait partout et en toutes circonstances des interpellations, des gardes à vue et des comparutions immédiates. Or, ce n’est pas le cas  ! Dans de nombreuses villes, et même dans certains quartiers de Paris, des défilés ou des manifestations statiques de Gilets jaunes ont eu lieu depuis des semaines sans donner lieu à quelque répression que ce soit.

      La conclusion qui s’impose est qu’il y a sans doute une volonté de faire des exemples ciblés dans des lieux emblématiques propices à des infiltrations de casseurs. Au grand dam de ceux qui se trouvent dans l’oeil du cyclone relativement à ceux qui manifestent sans dommages dans un climat pacifique.


    • Alren Alren 5 février 12:40

      @Fergus

      Peut-on pour autant évoquer une stratégie délibérée systématique de la part des pouvoirs publics, via des ordres données pour « dénaturer » le mouvement des Gilets jaunes par tous les moyens à disposition ?

      OBJECTIVEMENT OUI, TROIS FOIS OUI !!!

      Par tous les moyens en effet. Mais la capacité des tribunaux et des juges que l’ont peut malheureusement qualifier de complices du terrorisme d’État de Castaner-Macron, est limitée !!!
      Et puis à faire trop d’exemples, on finit par se faire plus d’ennemis (les familles, amis, voisins des victimes de cette injustice judiciaire) qu’avec moins ce qui n’est pas rentable.
      Ferry a vendu la mèche du sentiment que les parasites sociaux et leurs affidés éprouvent pour les GJ : une haine mortelle.
      Mais le bon peuple ne doit pas le savoir.

      Macron sait que s’il ne réussit pas à banaliser la vague hyper réactionnaire que les ultrariches attendent de lui, ceux-ci le regarderont comme un incapable et il ne fera pas fortune après son mandat.
      Il est prêt à tout pour gagner. Il y va de son avenir.


    • ASTERIX 5 février 14:21

      @Alex

      CES FEMMES ET HOMMES DE LOI ONT TOUT A FAIT RAISON je les défends ( vous direz qu’ un gilet jaune et rouge CGT et INSOUMISdéfendre des avocats c’est le monde a l’envers °)
      ou va notre justice au bord de la privatisation (AGCS ....)
      une mere de famille avec enfants est menacée de 5 ANS DE PRISON ET DE 50000 EUROS D’ amende si elle a le malheur de faire 2 OU 3 PETITS CHEQUES SANS PROVISION !!!! GHOSN AURA UNE AMENDE 75 EUROS surtout que BERCY N A RIEN VU NI CONSTATE !!!!!!!!!!!!!!!
      et LE CASTAGNEUR 1 AVERTISSEMENT POUR AVOIR BLESSE 2700 PERSONNES DONT UN VINGTAINE EBORGNES 30 MACHOIRES FRACASSEES
      DONT UN GAMIN DE 15 VANS QUI FAISAIT SES COURSES LES CRSS CHERCHENT TOUJOURS A ABATTRE LES MENEURS OU LES« bronzés »

      des CRSS DES GENDARMES EN CIVIL AVEC BRASSARDS ROUGES ET ET CHACUN SON LBD 40 ET DES GRENADES DE DESENCERCLEMENT DANS LEURS SACS A DOS ! ( mais sans brassard et LBD dès la nuit tombée ils deviennent casseurs extreme droite ) comme si SI BIEN ARMES CASQUES GENOUILLERES
      cachant leur camera qui doit ilmer leurs tirs par leurs SUPERBES BOUCLIERS !!!
      FAIRE UN DON
      CE N EST PAS MA FRANCE CELA/ MAIS UNE DICTATURE BANCAIRE


    • ASTERIX 5 février 14:30

      @ASTERIX RECTIF PAS 50000 EUROS MAIS 75000 EUROS
      TEXTE DE LOI L131-73 DU code monetaire et financier
      alinéas L163 ALINEA ’4
      POUR SES MANDANTS OU CAUTIONNAIRES ARTICLE 131-73 DU MEME CODE


    • ASTERIX 5 février 14:31

      @ASTERIX
      MEME MOTIF MEME PUNITION !!!!!!!!!!!!!!!!!


    • Ouam Ouam 4 février 22:52

      @Alex
      lorsqu’un gvt en arrive la...

      C’est le signe de son « agonie » et ne va pas tarder à décéder...
      ou pire autre hypothèse...si il s’accroche...
      une grosse révolution ou guerre civile.
      Prions pour la 1ere option ...


    • aimable 4 février 23:27

      @Ouam
      Ce qui serait très important aussi c’est qu’ils arrêtent les fichés S avant qu’eux aussi ne passent a l’attaque et ne fassent plusieurs centaines de morts , parce qu’eux pour l’instant circulent font des repérages sans êtres inquiétés et quant ils passent a l’attaquent , c’est avec autre chose qu’une bombe de peinture .
      Les membres du gouvernement mettent , quand il s’agit des fichés S , un point d’honneur a respecter la loi et les droits de l’homme .


    • Fergus Fergus 5 février 11:46

      Bonjour, aimable

      On peut être fiché S sans être potentiellement un dangereux terroriste. Il suffit pour cela d’être en relation  pour quelque raison que ce soit ! avec des individus eux-mêmes sous surveillance étroite !

      Or, les fichiers S sont des milliers. Il est donc strictement impossible d’arrêter lesdits fichés S « avant qu’eux aussi ne passent a l’attaque », sachant en outre que l’écrasante majorité d’entre eux ne passera jamais à l’acte !!!


    • nephis 5 février 12:54

      @Fergus

      On peut être fiché S sans être potentiellement un dangereux terroriste. Il suffit pour cela d’être en relation — pour quelque raison que ce soit ! — avec des individus eux-mêmes sous surveillance étroite !

      Très juste ! Je rajouterai que l’on peut être fiché S pour des motifs autre que terroriste. Malheureusement, le conditionnement politico-médiatique induit chez beaucoup de gens une focalisation erronée sur le fichage S (ce qui facilite le renforcement du régime sécuritaire liberticide actuel) alors qu’il suffirait dans bien des cas de simplement appliquée la loi pour éviter des actes terroristes. Par exemple, le terroriste qui a perpétré l’attentat de Strasbourg en décembre dernier était certes fiché S, mais il avait surtout un casier judiciaire bien rempli (27 condamnations à 29 ans). Pourquoi était-il donc en liberté alors qu’il aurait dû croupir en prison avec un tel CV ? N’est-ce pas là de la mise en danger délibérée de la part de la justice républicaine ? C’est cela qui devrait mettre la puce à l’oreille de bon nombre de nos concitoyens. Hélas, ces derniers sont pour la plupart des consommateurs déracinés et dégénérés, des espèces de fins de race gauchistes fortement marqués par la vacuité ontologique dont il n’y a plus grand chose à espérer.


    • nephis 5 février 12:56

      @nephis

      erratum : « appliquer » et non « appliquée ».


    • aimable 5 février 18:10

      @Fergus
      je reconnais que j’aurais du être beaucoup plus précis , je pensais aux fichés islamistes radicalisés qui eux sont potentiellement proche du passage a l’acte et qui sont reconnus comme tel par les services de la DGSI .


    • Fergus Fergus 5 février 18:57

      @ aimable

      Dans de tels cas, la surveillance est renforcée. Mais il est impossible d’aller au-delà dans un état de droit sur la base d’un crime qui risque d’être commis mais a toute les chances de ne pas l’être ! Plusieurs attentats ont d’ailleurs été commis par des individus non fichés ou considérés comme non dangereux. 

      Pour mémoire, il y a environ 12 000 islamistes radicalisés fichés S dont 4 000 sont jugés dangereux et placés sous étroite surveillance. Il est impossible d’aller plus loin, et c’est heureux pour tous les Français car si les arrestations préventives étaient rendues possibles dans le droit français, elles mettraient potentiellement en péril la liberté de tous selon la nature du pouvoir en place. 

      Une telle disposition serait d’ailleurs invalidée par la Cour européenne des Droits de l’Homme. 


  • hgo04 hgo04 5 février 11:29

    ha ha,ha.. Heureusement que les français ont voté pour éviter un état policier, un état violent, fasciste, et pour ne pas voir la lèpre brune envahir notre pays, hein ??


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 5 février 11:30

    @Alex

    Vous dites : «  »Voyons directement où il faut ce que signifie la garde à vue :

    La garde à vue est une mesure de privation de liberté prise à l’encontre d’un suspect lors d’une enquête judiciaire. Elle permet aux enquêteurs d’avoir le suspect à leur disposition pour pouvoir l’interroger et vérifier la véracité de ses déclarations. La durée de la garde à vue est limitée et le suspect a des droits liés à sa situation, dont celui d’être assisté par un avocat.«  »

    Oui, mais c’est l’ancien monde !!! Combien de fois ai-je dit qu’il faut tout revoir et mettre toutes les institutions à la page... Du XXIe siècle. 

    Les avocats s’ils respectent vraiment leur profession doivent s’inquiéter des choses autrement plus graves ! 

    La « garde à vue » aujourd’hui, avec des régimes hors la loi et totalitaires, commence pour tout e monde dès la maternelle. Tous les individus sont « fichés », « filmés », « surveillés » et « contrôlés » dans leurs mouvements quotidiens en plus d’être pollués et manipulés par la désinformation médiatique et de plus en plus terrorisés par des « actions d’Etats » au nom d’une « raison d’Etat illégitime » ! 

    Les Nouvelles technologies ont employées par les régimes politiques dans le but d’une Administration totale qui conduirait à l’obéissance totale :

    LA DÉCHÉANCE HUMAINE !


  • dominique 5 février 12:33

    Ces façons de faire me font penser à des affaires qui ont eu lieu au Moyen-Age, non ?


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 5 février 13:05

    Bonjour,

    .

    Merci pour cet excellent article informatif ainsi les bons conseils smiley

    .

    J’ajouterai un conseil :

    Avant d’y aller à la manifestation menuise vous de l’adresse et du N° de téléphone d’un Avocat.

    .

    Moi personnellement j’ai informé mon avocate la quelle est joignable par téléphone portable ... très important surtout les samedis (weekend) !

    .

    L’UE dérive de plus en plus vers le fascisme !

    FREXIT puis RIC ....

    RDV ce samedi pour l’acte XIII ....


    • Fergus Fergus 5 février 13:45

      Bonjour, eau-du-robinet

      Sans vouloir vous contredire, je vous informe que j’ai récemment rencontré des Gilets jaunes qui sont allés manifester à Rennes et à Paris.

      Or, ceux-là n’ont jamais été menacés par la moindre interpellation et a fortiori garde-à-vue. Pourquoi ? Parce qu’il se sont tenus éloignés des groupes les plus radicalisés !!!


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 5 février 14:07

      Bonjour Fergus,
      .
      A l’acte 9 bien après le fin de manifestation on été un petit groupe de 10 personnes à discuter vers 20H00 du soir ou soudainement on se fait charger par de policiers qui sont arrivé vers nous en courent avec des matraques , main à l’air prêt à nous frapper ! On était éloigné de tout groupe violent et étaient entrent de discuter pacifiquement. J’ai pu in-extrémis me sauver dans un parking souterrain ...
      .
      Cherchez l’erreur ?
      Il faut dire que c’était la semaine ou Castaner avait annonce d’augmenter le nombre d’arrestations !

      .


    • ASTERIX 5 février 14:38

      @Fergus

      MEME DES FLICS CAGOULES ? AVEC LBD CHACUN ET UN SAC A DOS REMPLI DE GRENADES SESENCERCLENTE QUI ARRACHrE LE MEMBRES car le soir ils enlèvent leurs brassards rouces et posent leurs LBD 40 gardant les grenades pour animer leurs groupes de casseurs d’extreme droite §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§


    • karibo karibo 5 février 22:19

      @ASTERIX
      Ah les casseurs d ’ extreme droite, dommage qu’ ils ne soient pas d’ extreme gauche, nettement plus politiquement correcte n’ est-ce pas ?
      De toutes façons vous répétez un pléonasme , ils ne peuvent qu’ etre d’ extreme droite , gauchô de mes 1+1 !


  • zygzornifle zygzornifle 5 février 13:51
    des avocats s’inquiètent

    en tout cas ils vont avoir des clients a la pelle , il faudrait que tous les blessés se regroupent et porter plainte pour coups et blessures volontaires entrainant des incapacités définitives dans le cas des yeux crevés ....


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 5 février 22:55

      Bonjour zygzornifle,
      .
      OUI il faudrait une action juridique forte envers le gouvernement français et j’invite les juristes d’étudier s’il est possible de porter une plainte groupé devant la CPI  Cours Pénale Internationale.
      .
      Nous sommes bel et bien en guerre, car les armes qu’on emploi en France (certaines continent du TNT) contre les manifestants sont prohibé dans les autres pays de l’UE.
      .
      Puis la France viole, en gazent avec lacrymogène MASSIVEMENT les manifestants, une convention internationale !
      Voici un extrait d’un de mes articles récents :
      .

      L’usage de ces gaz lacrymogènes a été interdit en temps de guerre par la Convention internationale sur les armes chimiques de Genève, en 1993. Quoique bannie des conflits militaires, cette arme reste curieusement autorisée contre les manifestants civils, pour mater des conflits intérieurs, en situation de guerre sociale « domestique ». En France, en avril 2015, le Défenseur des droit relevait dans un rapport que « la police allemande n’utilise pas de gaz lacrymogène, considérant que des personnes non agressives ou non violentes pourraient en subir les effets indûment ».
      https://reporterre.net/Les-gaz-lacrymogenes-dangereux-pour-la-sante-mais-silence-d-Etat

      et voici le lien de mon article :
      https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/gilets-jaunes-gaz-lacrymogenes-211591


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 6 février 00:00

      J’ai trouvé cette information suivante, message de la juriste Georgia Pouliquen :
      Gilets jaunes et blessés montrez-vous au monde allez à La Haye à la Cour Pénale Internationale
      https://www.youtube.com/watch?v=6uXum8oPqiE
      .
      Et Oui la France n’est plus le pays du droit de l’homme !
      Déposons la requête devant la CPI
      .
      Une pétition à été lancée :
      En signant cette pétition je souhaite que les Gilets Jaunes engagent des poursuites à la Cour Pénale Internationale contre Messieurs Macron et Castaner pour crimes contre l’humanité.
      https://www.change.org/p/cour-p%C3%A9nale-internationale-macron-et-castaner-doivent-%C3%AAtre-traduit-en-justice

      Ps : Je viens de signer la pétition...


  • zygzornifle zygzornifle 5 février 13:52

    Sous Hollande c’était des sans dents qui sous Macron deviennent des sans yeux ....


  • Dom66 Dom66 5 février 15:17

    Merci pour l’article. Qu’un chose à dire....A pas feutrés le fascisme avance...

    Et dire que des cons appellent la (f)rance le pays des droits de l’homme, pays qui veut donner des leçons au monde...wouarrf wouaaaarff.  smiley


  • BA 6 février 14:34

    Le scandale Benalla atteint le plus haut sommet de l’Etat.


    A Matignon, Edouard Philippe panique. C’est lui qui a ordonné au procureur d’aller perquisitionner les locaux du journal Mediapart.


    Le scandale Benalla sème la panique à Matignon : il faut absolument protéger Emmanuel Macron. Pour ça, tous les coups sont permis.


    La France est devenue une république bananière.


    https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/agression-d-un-manifestant-par-un-collaborateur-de-l-elysee/affaire-benalla-mediapart-estime-que-matignon-est-a-l-origine-de-l-enquete-sur-ses-sources_3177643.html


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 6 février 16:20

      @BA

      En tant qu’observateur, Je vous ai éclairé depuis des années ! Ce que vous voyez, ce que fait le régime de l’Elysée est ce que fait un pays sous-développé ! 

      L’intelligence française est « bloquée », elle essaie de tricher, elle essaie de contourner la Vérité, elle essaie de faire mentir la science et l’histoire ! 

      L’Elysée des magouilles et de la sorcellerie politique a naturellement peur de la lumière... Et le rêve de la France des Lumières fait place au cauchemar de la France obscure ! 

      Aujourd’hui, Missié Macron officialise une journée nationale pour « commémorer le génocide arménien »  : Croit-il bien faire en faisant semblant de dire que l’Elysée de toutes les apocalypses tiers-mondistes, est du côté du droit et de la justice ?

      Missié se donne un rôle qui n’est pas le sien est en train de miner la France ! 


Réagir