mardi 6 avril - par C’est Nabum

La contagion des consciences

Un mal irréversible.

Toute crise produit immédiatement des effets spectaculaires qui focalisent les observateurs, inquiètent les braves gens, mettent en branle des décisions souvent à l'emporte-pièce faute d'une véritable connaissance du sujet. Dans la tourmente, chacun essaie tant bien que mal de s'en prémunir ou de s'en sortir sans trop de casse. Passer entre les gouttes devient alors une obsession légitime, chacun se souciant d'abord de sa précieuse personne avant la communauté.

Puis, petit à petit se font sentir les signes d'un malaise bien plus profond, beaucoup plus sournois qui échappent totalement à la problématique même de la tension de l'heure. La crise provoque une sortie de route à moins que ce ne soit de doute. Nombre d'individus se persuadent que la faute est collective, que la punition est divine, que le châtiment est mérité, que les raisons en sont provoquées ou que sais-je encore.

La contagion gagne de proche en proche, de manière assez distincte il est vrai. Cette fois, les épistémologistes sont impuissants à en cerner les manifestations. Les uns se soumettent aveuglement aux décisions qui tombent du ciel et vouent alors une haine sans égal aux mauvais diables qui émettent des réserves sur leur légitimité. Les autres jouent les bravaches, ignorent tout des mesures élémentaires pour jouer avec le feu et provoquer les premiers.

Publicité

Certains cherchent à comprendre en se passant des thèses officielles, toutes plus absconses les unes que les autres, plus nombreux sont ceux qui gobent tout sans plus jamais exercer leur esprit critique, ayant totalement mis leur sort dans les seules mains d'un gourou exalté. Tous voient en ceux de l'autre camp un adversaire à éradiquer bien avant le terrible mal qui les menace.

La contagion des consciences est en marche, ce qui avouons-le avait été une belle promesse de campagne. Il n'y a plus ni humanité ni empathie, la haine est patente, le regard qui tue est adressé à celui que le quidam suppose de l'autre bord. On ne parle plus déjà qu'on ne plus se voir et malgré l'étrange objet fiché sur la face, on se dévisage avec acrimonie, terreur ou épouvante.

Les manifestations ne sont pas que somatiques même si, celles-ci viennent aggraver encore un peu plus le triste tableau clinique de l'époque. On se dénonce, on s'épie, on s'insulte, on se tourne le dos, on en appelle à la justice, on réclame des sanctions exemplaires, on use à plaisir de cette merveilleuse délation, pratique atavique d'une société sous le joug. ON me dira-t-on est un bien commode pronom parfaitement impersonnel et c'est à dessein que j'en use ici pour rendre compte de ce qui se passe alors.

L'ennemi, puisque guerre il y a d'après notre général en chef, l'ennemi donc c'est l'autre dans toutes ses différences, ses affreuses dissemblances, ses horribles distinctions. Le tissu social se déchire, les familles même se trouvent confrontées à des guérillas internes, les clans échappent à la raison, les factions se préparent, les fractures se multiplient tandis que le pouvoir use du bâton à un tel point que les gardiens de la paix deviennent des vecteurs de tensions, des fomenteurs de troubles, des sujets d’exécration.

Nul test ne pourra véritablement mesurer les effets désastreux de cette effroyable contagion des consciences à moins que ce ne soit le verdict des urnes, une fois qu'il sera trop tard. N'espérons d'ailleurs rien du côté de prétendants au pouvoir, ils ne valent pas mieux puisque cette constitution a provoqué chez nos politiques une ablation totale du consensus, une éradication de la nuance, une greffe de la morgue et de l'orgueil chez les vainqueurs.

Publicité

Le peuple se désagrège totalement et irréversiblement dans cette crise, ce qui finit par arranger les factieux qui prétendent au pouvoir. Avec une toute petite minorité des électeurs ils peuvent ainsi s'arroger les pleins pouvoirs comme ceux qui en disposent aujourd'hui. Ils peuvent continuer de nommer ce cirque Démocratie, la contagion des consciences risque de leur renvoyer à la face une forme plus terrible encore de gouvernance.

Désespérément leur.

JPEG



44 réactions


  • charlyposte charlyposte 6 avril 19:56

    Quel avenir nous réserve la sortie de crise ? Au jeu des tendances, difficile d’être unanime. Thibaut Nguyen, Directeur du Département Futures d’Ipsos Strategy 3, présente trois scénarios pour imaginer demain.

    Dans la plupart des points de vue sur l’avenir, l’envie de prédire un futur homogène transparaît. Le monde sera meilleur ou moins bon, mû par la croissance ou par l’empathie, vert ou gris. Notre envie de penser un futur monolithique est naturelle. Il resterait ainsi lisible et donc contrôlable. Malheureusement, l’analyse des décennies passées et de cette période Covid nous apprend que les forces qui sont à l’œuvre aujourd’hui vont au contraire vers l’hétérogène et le composite....


    • C'est Nabum C’est Nabum 6 avril 20:11

      @charlyposte

      La sortie de crise ne sera que la porte d’entrée de la crise suivant

      La fin est au bout du chemin


    • charlyposte charlyposte 7 avril 11:48

      @C’est Nabum
      Exemple.

      Pourquoi Attali semblait si sûr de lui quand il a déclaré qu’il y aurait une révolution en France avant 2022 ?

      Attali n’est ni prophète ni devin, mais a cette faculté étrange d’annoncer des catastrophes auto-réalisatrices. C’est un agent du Nouvel Ordre Mondial qui est parfaitement informé du plan criminel mis en place par ceux qui ont déclenché l’opération Covid. Et il sait aussi que la partie du peuple qui prend conscience de ce qui se passe, va réagir et peut-être même violemment. Voilà pourquoi il a fait cette prédiction. D’ailleurs cette déclaration est bien antérieure à l’opération Covid. Il savait donc déjà tout et avait envisagé tous les scénarios possibles car on peut faire confiance à ces gens, experts en manipulation des masses pour prévoir chaque détail du plan.

      Attali comme tous ceux qui se rendent complices de cette opération criminelle savent que s’ils échouent, leurs sorts seront peu enviables. C’est donc un pari risqué. Mais compte tenu qu’ils sont le vrai pouvoir et qu’ils disposent de complicités dans les institutions, dans les médias et des forces de police et de généraux traîtres à la nation au sein de l’armée, ils pensent être capables de mater une insurrection ou une révolution et continuer à rester les « Maîtres » du pays.

      Donc, le désordre et la violence sont le scénario le plus probable et c’est pour l’éviter que la vaccination est utilisée. Le nombre de victimes de ces vaccins qui provoquera une vraie pandémie ne fera qu’augmenter, la peur et la psychose aussi et on compte sur ce stratagème pour maintenir les populations sous pression et soumises, à travers les confinements et autres mesures extrêmes pour éviter une révolte du peuple.

      Machiavélique n’est-ce pas ?


  • charlyposte charlyposte 6 avril 20:01

    Quel que soit le futur envisagé, certaines constantes persistent. Le futur se créera dans la crise (sanitaire, économique, sociétale), et non dans un choix apaisé et décidé par tous. L’accouchement sera douloureux, et la tension sera la règle : précarisation et anxiété y seront omniprésentes. Il faudra compter avec les deux forces les plus puissantes de notre époque : Technologie et Ecologie. Mais selon le scénario, elles exerceront un pouvoir d’influence très différent. Puis, après une période probable de relative illisibilité ou d’hyper-volatilité des opinions et comportements, trois grands archétypes de société pourraient devenir visibles. Et comme le futur ne sera pas uniforme, chaque future possible possède ses variantes positives et négative.


    À quoi ressemblera le monde de demain ? Étude Ipsos - L’ADN
    https://www.ladn.eu › Nouveaux usages › Études


  • troletbuse troletbuse 6 avril 22:30

    Excellent article ... comme d’habitude.


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 7 avril 08:49

    « Le mensonge et la crédulité s’accouplent et engendrent l’Opinion. » Paul Valéry

    « Les sceptiques sont les hommes les plus consciencieux » Balzac

     


  • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 7 avril 11:01

    Solution : abolir la croyance envers les autres derrière une carapace.


  • Je me suis toujours demandée pourquoi Ionesco avait choisi le Rhinocéros pour sa piece de théâtre. Au dernier acte, tout le monde devient rhinocéros, même Daisy et Dudard. Bérenger est le seul à réagir humainement et à ne pas trouver cela normal. Il s’affole et se révolte contre la « rhinocérite ». Dudard minimise la chose puis devient rhinocéros car son devoir est « de suivre ses chefs et ses camarades, pour le meilleur et pour le pire » (camaraderie enseignée dans les jeunesses hitlériennes et communistes). Et Daisy refuse de sauver le monde pour finalement suivre les rhinocéros qu’elle trouve soudainement beaux, dont elle admire l’ardeur et l’énergie. Néanmoins, après beaucoup d’hésitations, Bérenger décide de ne pas capituler : « Je suis le dernier homme, je le resterai jusqu’au bout ! Je ne capitule pas ! ». le rhinocéros en fait est un vestige de la préhistoire. Photo de rhinocéros laineux : https://www.google.com/search?q=Rhinoc%C3%A9ros+laineux&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwjDrYO96e7vAhWMhv0HHVt8CosQ_AUoAXoECAEQAw&biw=1280&bih=663#imgrc=vkmLl4xz9z5PkM


  • Ne pas confondre avec la Licorne. C’est bien plus prosaïque. 

    "Le rhinocéros utilise sa corne comme une arme ou un outil qui l’aide à gérer son territoire, à attaquer ses rivaux, à protéger ses petits et à creuser la terre pour y déverser ses excréments. Mais cette corne n’en est pas tout à fait une ! C’est en fait un gros pinceau, fait de poils soudés les uns aux autres. Par contre, sa merde en est bien une.

    Description : Le rhinocéros produit de grosses bouses, denses et fibreuses, de couleur marron quand elles sont fraîches. Le rhinocéros noir, lui, se nourrit d’arbustes et d’arbrisseaux, ce qui donne des excrément plus ligneux. Il défèque plutôt dans des lieux qu’il réserve à cet effet. mais tout n’est pas négatif. Etant solitaire, il est confronté à lui-même et est lié au message de Delphe : Connais-toi toi-même. Delphes signifiant : MATRice. Et pour ce connaître soi-même il faut aller jusqu’au fond. quand nous étions dans la matrice de notre mère. Les rhinocéros sont des êtres de la cinquième dimension qui viennent de Lakumay, l’aspect ascensionnel de Sirius. C’est la force d’âme avec laquelle ils ont supporté la cruauté des humains qui leur a finalement permis de s’élever jusqu’à la cinquième dimension.


  • La pièce de théâtre de Ionesco est paradoxale. Le rhinocéros est solitaire...Il est vrai que pour s’embrasser...


  • On en est à quarante pourcent de pervers-narcissique sur terre. Si le lien ne fonction pas. Tapez sur Google:La Libre. Aurore Vaucelle. Notre société nourrit les caractères du pervers-narcissique. https://www.youtube.com/results?search_query=christine+calonne+youtube


  • Science sans conscience.... Hiroshima mon Amour..


    • C'est Nabum C’est Nabum 8 avril 18:00

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      La fin du monde


    • @C’est Nabum pour Johan Dreue, c’est 2030. Livre passionnant et effrayant. Surtout ayant habité au Pays basque de 85 à 88. Théorie Alchimique de la fin du monde. De la croix cyclique d’Hendaye au four alchimique de Winterthur. Eschatologie alchimique ou les pièces rassemblées du FININ GLORIA MINDI. Voici son Site. J’ai appris beaucoup de chose. C’est déjà ça avant de quitter cette planète sans aucun intérêt.  Mais au mons comprendre ; : POURQUOI. https://toysondor.blog/tag/johan-dreue/. Je me pose souvent la question. L’empathie ne serait-elle que récente. Et le monde aurait-il toujours été fondamentalement : MAUVAIS, destructeur. Et les périodes fastes une simple illusion ??? Autre synchronicité : Hier mon basque m’a donné de ses nouvelles... De temps en temps...


    • C'est Nabum C’est Nabum 8 avril 18:35

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Pourquoi ?

      Vaste question qui pour l’heure se heurte à la grande manipulation


  • Lire : FINIS GLORIA MUNDI...


  • Le beau père de mon-beau-père était ami de Péladan. Et FULCANELLI a vraiment existé...G. M. BALTUS En 1891, il étudie à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles dans l’atelier de Jan Portaels . En 1895, Baltus séjourne à Paris où il visite les cercles des artistes du groupe symboliste Rose-Croix , où il se lie d’amitié avec Joséphin Péladan , martiniste et rosicrucien . Il part pour l’Italie en 1896, où il rencontre le sculpteur allemand Adolf von Hildebrand . Baltus a acheté une maison à Florence et, comme von Hildebrand, a étudié les peintres de la Renaissance italienne . En 1904, il épousa sa fille Sylvia von Hildebrand (188’-1926).


  • Extrait. Telle est la perception de cette découverte par le public, tel est le sens de l’article écrit en mars 1904 par Péladan (1858-1918) – écrivain occultiste, fondateur avec Stanislas de Guaita de l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix en 1888 – dans « La Nouvelle Revue », intitulé « Le Radium et ses miracles » Je vais transmettre l’ensemble de l’article à celui qui a écrit un article sur Marie Curie. 


Réagir