mercredi 8 juillet - par razoumikhine

Pour un nouveau pacte social

 

Nous avons besoin d’un nouveau pacte social.

Celui issu de l’après-guerre et de la période de prospérité qui a suivi se délite sous nos yeux. Il se décompose peu à peu. Non pas que nos sociétés aient réellement changé mais les mentalités elles ont évolué, sont devenues plus complexes et autonomes. Nous sommes devenus plus autonomes et indépendants dans nos vies. Et pourtant nous avons besoin d’une solidarité entre nous car c’est elle qui est le lien le plus fort qui existe actuellement dans notre société. C’est le sentiment de solidarité sur lequel repose la société. A l’heure actuelle, on voit la société se parcelliser, se diviser, s’opposer. 

Le sentiment diffus actuel est que nous voulons être plus responsable et créateur de nos destinées. Le temps où une élite technocratique dirigeait du haut de sa tour d’ivoire va s’achever, s’achève déjà. Cela n’est plus supportable pour personne. Nous voyons bien les égarements, les erreurs que cela engendre. Nous voyons bien l’inégalité créée par ce système qui tourne à vide et qui ne fait que perpétuer un monde de faux-semblants. Nous voyons bien que ce système a créé une caste qui se croit et se pense au dessus du peuple, supérieur à lui et devant en conséquence prendre les décisions en son nom sans le consulter aucunement. Nous voyons bien que ces décisions sont délétères et qu’elles détruisent peu à peu notre vie et nos principes communs.

Est-il nécessaire de donner des exemples de ces décisions ? Je ne le pense pas car on voit bien le caractère d’ensemble de celles-ci. Et puis pourquoi nous laissons-nous diriger par des gens qui ne connaissant pas nos vies. Qui s’en moquent même parfois ouvertement. Des personnes qui décident pour nous et dont l’incompétence et la bêtise éclatent parfois au grand jour. Et dont le comportement est souvent même méprisant envers le peuple qu’ils dirigent à tel point qu’ils utilisent le système pour leur propre et seul profit.

Le pouvoir est corrupteur et destructeur. Montesquieu l’avait bien compris lui qui avait su divisé ce pouvoir en trois parts distinctes : législatif, exécutif et judiciaire. La presse se pense comme un quatrième pouvoir et il est vrai que parfois, de plus en plus d’ailleurs, dans nos sociétés connectées et en réseau, elle permet à la réalité d’apparaître. Car en politique, la réalité est toujours cachée. Les débats auxquels nous pouvons assister ne sont que la partie visible d’échanges plus informels et souvent plus importants. Les lobbys agissent sur nos vies sans que nous le percevions. Ils nous contrôlent de manière indirecte et nous les laissons faire.

Comment émergerait ce nouveau pacte social ? Devons-nous détruire l’ancien ? Je ne le pense pas car les destructions entraînent la violence, la mort et peu à peu se reconstitue un système identique ou presque au précédent si ce n’est dans les formes. Nous devons donc créer un pacte auquel nous adhèrerons. Il sera en quelque sorte parallèle au système actuel et prendra peu à peu la place de l’ancien. Ce dernier sera finalement abandonné faute de participants. 

 

Quel serait ce nouveau pacte social ?

Il mettrait l’humain au coeur du système. Et quand je parle d’humain, j’inclue les relations que nous entretenons les uns avec les autres, avec notre environnement également. Le coeur du système ne serait plus le profit ou l’argent mais l’homme en tant que tel. Nous devons retrouver un véritable humanisme politique. Cela ne veut pas dire que nous devons être contre l’argent. Mais l’argent doit redevenir un moyen et non une fin en soi. Qu’adviendrait-il de la propriété privée ? Elle serait toujours présente car elle est considérée par les hommes, à tort je pense, comme quelque chose de sacré. La révolution française n’a aucunement remis en cause la propriété privée en elle-même. Elle l’a juste réaffectée. De nouveaux espaces de mise en commun seraient créés. Des espaces d’expression, de rencontre, de fabrication, culturels, des terrains pour réaliser des cultures agricoles aussi. Il y aurait donc un partage de l’espace entre le privé et le commun. Dans les espaces communs, il n’y aurait pas de compétition, uniquement de la coopération. Cela créerait un équilibre, une rencontre des populations qui s’ignorent et finissent par se haïr. Ces lieux communs devraient être présents dans le maximum de lieux (école, hôpital, centre culturel, parc, entrepôts désaffectés, terrains en friche pour créer des zones agricoles). Ce ne serait pas un gadget mais un véritable projet commun.

 

Publicité

Que serait la politique dans ce nouveau pacte social ?

Il y aurait une participation du peuple aux décisions. En utilisant les moyens modernes comme internet pour pouvoir intervenir dans les décisions importantes et participer aux débats. Chaque avis serait exprimé et pris en compte car chacun pourra s’exprimer. Il y aura une vraie assemblée de représentants du peuple qui élira un système collégial afin de préparer les textes importants qui seront examinés par le peuple dans son ensemble afin d’orienter le texte.

Il y aura un système de partis. Chaque citoyen devra choisir le parti auquel il se sent plus proche. Il pourra bien entendu en changer s’il le souhaite. Parmi l’assemblée, deux tiers des représentants seront élus et un tiers tiers sera constituée de citoyens choisis par tirage au sort sur les listes électorales ceci afin de refléter la diversité des citoyens de notre pays. Les citoyens élus ne pourront faire que deux mandats au maximum ceci afin d’éviter la création d’une caste de politiciens professionnels. 

Le système juridique sera simplifié afin de faciliter les procédures et le rendre plus lisible et utilisable par le commun des mortels. Le système judiciaire aura des moyens renforcés afin d’exercer correctement ses missions.

Pour que le corps fonctionne, il faut donc revoir le fonctionnement de la tête.

 

Quels seront les objectifs du nouveau pacte social ?

Le nouveau pacte social aura pour objectif le bien être de chacun et l’expression de la liberté par la participation aux décisions.

Par bien-être, je n’entends pas que l’on doive en faire le moins possible. chacun devra travailler selon ses possibilités et les handicapés seront pleinement intégrés au monde du travail.

Le but des entreprises ne sera plus avant tout et uniquement le profit mais le bien-être au travail. Cela s’exprimera notamment par une formation accrue et une participation dans les décisions des entreprises. Le rôle du comité d’entreprise sera accru et étendu aux petites entreprises. La participation des salariés dans l’entreprise serait fortement mis en avant et deviendrait un objectif en soi. Ceci afin de développer l’implication directe des salariés dans l’entreprise où ils travaillent et qu’ils font vivre.

Il ne s’agit pas d’ôter du pouvoir aux entrepreneurs mais de faire participer les salariés aux décisions importantes de la société. Les aides aux entrepreneurs seront accrues. Ces aides résulteront plus d’un rapprochement entre entrepreneurs ayant des activités similaires que d’aides financières. Elles seront donc plus axées vers une coopération entre entrepreneurs qui pourront partager leurs expériences et mettre en commun leurs compétences. L’objectif est de faire évoluer le système dans un sens bénéfique pour tous que de tout transformer en profondeur.

Publicité

Ce pacte aura aussi pour objectif d’améliorer la qualité de vie des citoyens. En luttant contre la pollution et en la limitant par le développement d’énergies propres, en éliminant les pesticides et herbicides chimiques afin d’améliorer la qualité de notre agriculture, en privilégiant les circuits de distribution courts et les producteurs locaux de fruits et légumes, de viande, ...en développant les cultures biologiques économes en eau, en prévoyant les sécheresses par la construction de bassins, en privilégiant les constructions naturelles économes en énergie.

Nous nous orientons vers un monde où l’eau et l’énergie vont bientôt devenir des denrées rares et nous devons nous y préparer maintenant.

Toutes ces mesures peuvent être prises maintenant. Il suffit juste qu’existe une volonté politique et populaire. Nous devons prendre maintenant toutes les mesures possibles pour protéger notre environnement.

 

Comment mettre en place ce pacte social ?

Nous devons rédiger clairement le pacte social que nous voulons mettre en place et le présenter aux citoyens. Les exemples que j’ai donné ne sont qu’une fraction des mesures qui pourraient être incluses dans ce pacte. Si au moins 25% de la population adhère à ce pacte, y adhère nominativement et que chaque personne manifeste le désir réel de mettre en place ce pacte en engageant des actions concrètes pour le rendre possible alors le système changera de lui-même car le système actuel ne pourra plus se poursuivre en l’absence d’une adhésion des citoyens. 

 

Un changement ne peut avoir lieu que si il est voulu et que des actions concrètes sont engagées. Ce texte en est une première pierre. Chacun peut créer et/ou apporter la sienne.

 



3 réactions


  • troletbuse troletbuse 8 juillet 09:50

    Changer sans violences, c’est pour les bisounours. A moins de vouloir rester comme l’on est actuelleemnt


  • Kapimo Kapimo 8 juillet 15:11

    Avant de changer de pacte social, il faut virer la caste globaliste psychopathe en place dont l’intention est bien de faire un nouveau pacte social, mais certainement pas au sens ou vous l’entendez.


  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 8 juillet 15:13

    La presse est devenue un 4è pouvoir parce qu’elle est concentrée entre les mains d’une caste.

    Il ne faudrait pas longtemps à un roi soucieux de vérité pour casser ce monopôle qui est d’ailleurs interdit par la constitution.

    Les obligations que couvre l’Etat sur la presse sont aussi un des éléments de son manque de liberté.

    Exemple : Obligation d’appeler jeune homme quand il s’agit d’un gars d’origine africaine, obligation d’obtempérer aux Lois Gayssot, Pleven et Fabius sous peine de procès alors que les articles 10 et 11 des droits de l’homme interdisent ce genre de lois liberticides.

    Les black out complets sur les sujets sensibles comme la théorie de l’évolution qui ne tient pas debout, comme la théorie du changement climatique due à l’homme qui est du même tonneau, l’interdiction de faire des statistiques sur la race, Les sujets de science contestés (Carbone 14, l’énergie libre, le réacteur Pantone, le gaz de Brown, la contestation de la théorie de la relativité, de la théorie du big bang, de la disparition des dinosaures due à une astéroïde), les sujets d’histoire contestés (évasion de Louis XVII de la prison du temple non traité par des études qui y sont favorables, les lieux d’Alésia et de Gergovie)

     

    Seul internet permet encore d’exposer ces sujets avec cependant encore beaucoup de censures. 

     

    Le nouveau pacte social, ce serait de redonner à la presse et aux médias toute la liberté sur tous les sujets pour laisser la vérité l’emporter sur l’erreur sans subir une quelconque censure.


Réagir