jeudi 31 août 2023 - par C’est Nabum

Un fort mauvais payeur

 

Coupure en pleine canicule.

 

Monsieur A.G ... est un fort mauvais payeur pour son fournisseur d'énergie. Non pas qu'il soit l'un de ses clients qui faute de revenus suffisants ne peut régler la note, faisant le choix de l'alimentaire ou bien qu'il soit un de ces procrastinateurs de la facture. Non, il n'est pas non plus un profiteur qui tire toujours plus sur la ficelle pour vivre aux crochets de la société. Il paie rubis sur l'ongle, le jour de l'échéance.

Mais voilà, l'homme ne se plie pas aux règles implicites de notre société du contrôle et de l'injonction permanente. Il envoie à terme échu un chèque bancaire ce qui en fait, pour l'organisme de recouvrement de la société fournisseuse d'énergie, un insupportable client, un dangereux exemple et un mauvais sujet qui exige une procédure complexe de recouvrement.

Ne pensez pas que ces chèques soient en bois. Notre ami n'a pas connu d'accident de paiement (à l'exception de retards de quelques jours tout au plus), son compte étant approvisionné pour régler en temps et en heure sa facture énergétique. Mais tout ceci n'a aucune importance semble-t-il puisque ce mercredi 23 août, au cœur de la canicule, des sbires de ces canailles sont venus couper le jus chez ce fort mauvais payeur.

C'est à croire que le geste est délibérément placé en une période où l'accès à l'électricité peut être vitale ou pour le moins essentiel. C'est précisément le cas pour notre ami qui après une très sérieuse crise cardiaque (il est équipé d'un défibrillateur) a absolument besoin de son appareil respiratoire pour lui épargner une apnée du sommeil massive. Croyez-vous que nos lascars se soient souciés de cela avant que de sévir sans raison ?

L'usager, au début, a cru naturellement à une coupure de secteur puisqu'il avait la conscience tranquille et qu'il ne reçut par la poste, l'avis de coupure que six jours après l'action de représailles. C'est en sortant de son immeuble surchauffé (une circonstance aggravante pour ce fournisseur sans éthique) qu'il se rendit compte qu'il était le seul dans ce cas. Son compteur était manifestement bloqué par l'opération insidieuse et malhonnête d'une société qui ne respecte pas ses engagements.

Le téléphone chauffa à son tour et fort heureusement pour lui, il dispose d'un mobile qui était opportunément chargé. C'est ainsi qu'il apprit à sa plus grande stupéfaction que son service avait été suspendu pour défaut de paiement ce qu'il nia véhémentement à une opératrice qui faisait ce qu'elle pouvait. Après avoir entendu les remarques de son client, elle s'enquit de la cause d'une erreur manifeste.

C'est ainsi que tous deux apprirent que la castration électrique avait été commanditée par l'organisme de recouvrement, une société naturellement différente du fournisseur d'énergie, car dans ce système, la théorie du ruissellement vaut pour toutes les strates du parasitisme libéral. C'est donc pour un crime plus odieux encore qu'un défaut de paiement qu'il se trouvait sans électricité par 34° Celsius. Il y avait de quoi bouillir intérieurement.

Après bien des palabres, il obtient satisfaction, le courant allait revenir : pour ce marinier la chose était d'importance. Il ignorait alors qu'il y avait aussi de l'eau dans le gaz. Le fournisseur jouerait de son fabuleux compteur Linky pour rétablir le jus à distance mais devait envoyer le lendemain une équipe gazière ad hoc.

Ainsi le client hériterait d'un nouveau contrat dont on lui ferait cadeau des frais inhérents à son ouverture à l'exception du déplacement des gaziers dont il était responsable par son obstination bancaire. La générosité de cette société dont je tairai le nom par prudence, tant ces gens sont capables de procédures pour laver leur honneur à défaut d'un comportement simplement humain, a des limites qui se suffissent de ce seul geste éminemment commercial. Le racket n'a pas d'odeur, comme l'argent de l'énergie.

Le désagrément non plus car pour entrer en contact avec les gaziers, il fallut jouer du téléphone, supporter des musiques électroniques détestables pour patienter un temps infini, trouver un horaire compatible avec un technicien qui agit, lui, avec courtoisie, mandaté hélas par une entreprise qui depuis longtemps a perdu de vue la notion de service public. Rappelons que la seule faute de cet abonné, était de ne pas payer comme l'entend l'entreprise de recouvrement.

Le nouveau contrat précise naturellement le mode de paiement des échéances sans que l'abonné dispose du choix des armes. Le liquide et le chèque ne semblant pas convenir au courant. Les amateurs de navigation s'étonneront de cette manière de penser. Les autres, les moutons du libéralisme applaudiront à deux mains cette injonction au prélèvement automatique, si simple et si moderne. La perte de contrôle sur nos existences doit être totale pour les tenants de ce système de l'asservissement.

À contre-compte

JPEG



18 réactions


  • Gégène Gégène 31 août 2023 09:34

    Ouais bon . . . il a pas été emporté par le courant, c’est l’essentiel !


  • zygzornifle zygzornifle 31 août 2023 11:38

    Ils ont un Macron ou un Lemaire ....


  • juluch juluch 31 août 2023 14:24

    Vaut mieux les prélèvements.... smiley


  • karibo karibo 31 août 2023 16:10

    C ‘est tout simplement scandaleux ! 

    Pourquoi ne va-t-il pas chez EDF et non ces parasites qui coulent cette société et qui ne sont au final pas moins chers ...

    et juste de dénoncer que pour la téléphonie, box & @ c ‘est le meme bowdel !


    • C'est Nabum C’est Nabum 31 août 2023 17:32

      @karibo

      Il va les attaquer pour mise en danger de la vie d’autrui


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 1er septembre 2023 09:30

      @karibo « Pourquoi ne va-t-il pas chez EDF et non ces parasites »
      OUI, tous chez ENEDIS

      • afin de faire disparaitre les parasites que l’UE imposent à la France
      • afin de revenir vers une organisation plus efficace (pas de redondance inutile des fonctions telles que facturation), et moins polluante (pub, démarchage, ...)

      PS : je précise que je ne suis ni salarié, ni actionnaire Enedis smiley juste pour l’efficacité et contre la pollution, c’est ce que j’appelle du bon sens.


    • charlyposte charlyposte 6 septembre 2023 10:08

      @lecoindubonsens
      Tu veux dire la pollution politique exponentielle de pis en pis, de ville en ville, de campagne en campagne, de zone blanche en zone blanche....etc...etc.... on me souffle à l’oreille que voter c’est manger !!! ne pas voter veut donc dire ne pas manger !!! hum  smiley


  • Jules Seyes 1er septembre 2023 12:54

    Contacter UFC que choisir et mettre en justice.

    Avec de trés forts dommages et intérêts et une demande d’amende á la clé.

    Si en France les gens étaient aussi procduriers qu’en allemagne, ce genre de plaisanterie n’existerais pas.


  • Parrhesia Parrhesia 6 septembre 2023 09:15

    C’est évidemment une conduite inqualifiable de la part d’un fournisseur d’énergie désormais vitale !

    Mais en y réfléchissant bien, ce mépris du citoyen-client est en train de se généraliser au point de s’étendre à tous les secteurs de services et à (presque) toutes les couches de population.

    Alors, en y réfléchissant mieux encore, je serais heueux de connaître les résultats d’une étude statistique honnête indiquant le pourcentage de victimes de tels comportements ayant voté ou s’étant abstenus de façon à permettre l’installation pérenne d’un système socio-économique sous le type d’autorité de nos trois dernières présidences ? 

    Car là se trouvent à la fois l’origine et la solution du problème !

    Et nulle part ailleurs !!!


    • charlyposte charlyposte 6 septembre 2023 09:54

      @Parrhesia
      La gouvernance démocratique est un mauvais livre de philosophie, avec une doctrine de haute lutte ou turlutte pour les initiés * FAÎTES CE QUE JE DIS ET NON PAS CE QUE JE FAIS * !!! de qui se moque t’on via cette dermocratie urticante, insipide et mortelle !!! c’est pour quand un vrai vaccin contre ce machin à base de perlimpinpin ???


Réagir